-21%
Le deal à ne pas rater :
TCL 50P611 – TV LED UHD 4K 50″ (127 cm) à 224,99€
224.99 € 284.99 €
Voir le deal

Abîme & Dîme.


En me mettant au service de TASHAHARI Kiyori, j'aspire à gravir les échelons de son estime, et ainsi, devenir son second bras armé. Je me renseigne sur son culte et je fais semblant de m'initier. Doucement, mais sûrement, j'espère pouvoir m'approcher d'elle suffisamment pour qu'elle me fasse confiance et connaître tout ce qu'il faut savoir à son sujet, qu'il s'agisse de son histoire, de son comportement, de son leadership, de ses préférences ou même de ses tocs. Je tiens absolument à récolter en toute discrétion la moindre chose qui me soit utile, ce qui est particulièrement fastidieux. Malheureusement, même à chaque convocation malgré la proximité, mes observations ne me satisfont pas. Il faut dire qu'elle dégage une aura particulièrement intense et un charisme à n'en pas douter qu'il m'est encore difficile d'anticiper ses réactions. Se confronter à elle demande une certaine prestance et une puissance que je ne suis pas prête à révéler devant elle. En tant que sujet, il est clairement inconcevable de lui tenir tête, mais ça ne m'empêche pas d'aspirer à ma plus grande ambition, celle de devenir Yonkō. Et comme je vise sa place, je préfère profiter de mon statut pour enquêter dans son dos, m'informer sur son culte, gagner en influence dans le Nouveau Monde, étendre l'efficience du Théâtre dans cette partie du globe et attendre le bon moment pour mériter le titre. Je ne souhaite en rien de précipiter les choses, et dans mon cas à moi, je dois impérativement éviter de faire des vagues et séduire les autres adeptes de la Déesse-Enfant.

Cela dit, je dois aussi faire bonne figure auprès de Kiyori en lui obéissant, mais surtout, en accomplissant mon devoir jusqu'à son terme. Elle m'envoie soutenir Red dans la sa lutte contre MANNFRED D. Teach et je ne sais pas trop quoi en penser. Je reste intriguée, car je suis la seule Commandante dépêchée sur les lieux. Comment puis-je montrer mon dévouement pour l'Impératrice et ma fiabilité durant cette guerre? D'une part, je dispose d'un passif étroit avec le nouveau prétendant, et d'autre part, je manque cruellement de consignes claires. Que dois-je faire? Revivre le même scénario que sur Thriller Bark? Aucun des participants n'ont pu défaire le Malvoulant, ça c'est soldé par la prétendue mort de l'ancien Marine. Qui veut revivre ça? Autant, je ne doute pas sur la puissance du rouge et de sa légitimité, autant, je ne suis pas vraiment prête à me greffer dans cet affrontement pour finalement n'avoir aucune reconnaissance auprès de celle qui m'envoie. Je ne redoute pas de mourir par la flotte adverse, mais je crains plutôt la vindicte de l'Impératrice si jamais je ne la satisfais pas. Et ce qui me chagrine, c'est que je ne vois pas en quoi je peux la servir si elle me demande d'aider Red...

— « Capitaine NAKAJIMA, nous arrivons bientôt sur Treize. »

L'homme qui me fait face est l'un des rares pirates à avoir accepté de venir avec moi et s'appelle Warren CUNNINGHAM. À l'époque, il a été un Capitaine réputé pour son style de combat qui utilise uniquement les membres inférieurs. Sans scrupule et téméraire, il a parcouru Grand Line en s'illustrant à plusieurs reprises. Durant son cheminement, il est devenu un Supernova craint pour ses ambitions, mais la triste réalité du Nouveau Monde l'a forcé à revoir les choses autrement. Pour éviter d'affronter le plus terrifiant Yonkō, il a préféré se ranger à ses côtés en séjournant dans l'ancien Q.G. de la Marine. Se croyant intouchable, il s'est confronté contre un criminel encore plus puissant que lui. À la suite du duel, il a perdu sa plus grande fierté, l'une de ses jambes a été broyé. Redoutant de se faire victimiser davantage, il s'est enfuit de Treize jusqu'à rejoindre les fidèles de la Déesse-Enfant, enterrant définitivement son rêve. Le visage sombre, il s'interroge si ça vaut encore le coup de remettre les pieds. À l'approche du sombre rivage, je me le demande aussi. Après tout, je peux encore faire demi-tour.

— « Ce n'est pas encore gagné. Il faut encore atteindre la grève. »

Le ciel semble constamment enveloppé par d'épais nuages noirs, l'atmosphère est lugubre et l'air est corrosif. J'ai l'impression d'être plongée dans le Triangle Floriant, ce qui me donne un frisson tout le long de mon échine. Je grince alors des dents, scrutant davantage les environs. Les récifs sont nombreux et des morceaux d'épaves sont éparpillées un peu partout. Rares sont les personnes capables de traverser la zone sans y laisser son bâtiment, ce qui permet de réduire les défenses ici. Le reste des fortifications sont très loin dans les terres. Pour s'assurer qu'aucune intrusion ne soit tentée par cet endroit sinistre, une patrouille veille dans le coin avec une efficacité redoutable. De plus, il n'est pas nécessaire d'être scientifique pour se rendre compte qu'au-delà des côtes une activité volcanique se manifeste de temps en temps. Il s'agit de la Déchetterie.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t4495-les-loges-de-la-reine-des
  • https://www.onepiece-requiem.net/t4364-la-reine-des-masques-en-attente-de-validation

Ne pouvant pas aller plus loin, je demande aux hommes qui m'accompagnent de me mettre une barque à l'eau. Étant donné la dangerosité de la région et de l'étendu de ma force de frappe, je souhaite qu'aucun membre de mon équipage ne s'aventure plus loin, préférant sécuriser le point de fuite. Non seulement il s'agit d'un territoire d'un Yonkō, mais en plus, il s'agit de sa base mère, son ultime Quartier Général. Autant dire que le lieu est particulièrement bien défendu. Et en observant de loin cette fameuse Déchetterie cracher ses vapeurs toxiques, je comprends facilement pourquoi cet endroit est peu surveillé. Cette partie de l'île est complètement inhospitalière avec son paysage apocalyptique. De temps un temps, de gros geysers traverse une purée de pois jaunâtre. Ça bouillonne d'acidité dans les environs. À ne pas douter, nul être humain ordinaire ne peut survivre ici. Je m'adresse aux personnes à bord de mon navire.

— « Soyez vigilants, cette mission ne présage rien de bon. En mon absence, sécurisez la zone et veillez à ce que puisse vous rejoindre en toutes circonstances. »
— « Bien, Madame. Vous pouvez compter sur moi. »

Le Capitaine qui me sert de guide me retient encore une minute, l'air grave.

— « Capitaine NAKAJIMA, êtes vous sûre de vouloir continuer? »

Je pousse un soupire, puis, je le fixe droit dans les yeux.

— « De temps en temps, il faut savoir affronter ses craintes, Capitaine CUNNINGHAM. Je me suis engagée à remplir ma part du marché. Vous avez fait la votre, alors contentez vous de nettoyer la zone. »

À mes mots, son regard fuit le mien, baissant légèrement la tête sur le côté. N'attendant pas plus longtemps, je descends dans la chaloupe. La mer est un peu agitée, mais ce n'est rien d'insurmontable. Je vais devoir ramer un peu plus qu'à l'ordinaire et faire extrêmement attention aux récifs. Au fur et à mesure que je m'approche du rivage, malgré l'embrun, je ressens un peu de chaleur, signe de l'activité volcanique dans cette région. De plus, mes narines picotent un peu à cause de l'air corrosif. Je ne m'attarde pas sur ces détails et je continue de ramer. De temps en temps, les vagues me repoussent, mais je parviens à garder le cap. Je ne suis pas vraiment à l'aise de naviguer seule, mais je me concentre davantage pour atteindre le littorale quoi qu'il en coûte.

Au bout d'un moment, je réussis à mettre le pied sur la grève. Le sable est aussi noir que le charbon et le gravier est aussi sombre que la nuit. De temps en temps, des pierres rougeâtres viennent contraster un peu. Plus loin dans les terres, un léger brouillard orangé mêlé à la poussière s'élève depuis le sol cendré. L'odeur est immonde, c'en est presque à me donner la nausée. Je tire l'embarcation pour la mettre hors de l'eau. J'appréhende encore un instant les environs, scrutant soigneusement l'horizon et tentant de bien comprendre l'endroit. Je dispose de quelques éléments grâce au Capitaine CUNNINGHAM, mais je vais devoir compter seulement sur mon instinct pour m'aventurer ici. Je quitte alors la plage de galets et je commence mon ascension dans les ténèbres, déambulant un peu à tâtons. Parfois, quelques corps ou détritus sont éparpillés un peu partout, mais je n'y fais pas attention, cherchant à pénétrer encore plus dans la Déchetterie.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t4495-les-loges-de-la-reine-des
  • https://www.onepiece-requiem.net/t4364-la-reine-des-masques-en-attente-de-validation

Au moins, une chose me rassure. Si je suis la seule à pouvoir arpenter le coin, ça fait donc de moi un être unique. Et de cette unicité, je me sens justifiée d'accomplir bon nombre de prouesse, notamment, celle de participer à la chute d'un Empereur. Affronter d'illustres adversaires ne suffit pas, il faut encore démontrer aux yeux de tous ma légitimé, et ce, au-delà des actes! Construire, entreprendre, étendre mon influence ou assoir mon autorité sont des choses que je fais au même titre que d'autres prétendants, mais j'estime qu'il faut plus que cela pour régner incontestablement et se démarquer des autres concurrents. Ce qui me différencie d'un autre n'est pas tellement mon pouvoir démesuré ou ma résilience monstrueuse, mais le fait de braver directement un Yonkō seulement à la force de conviction, qu'importe les conséquences et les sacrifices. Et j'ai le mérite d'être l'une des rares survivantes à avoir affronté réellement Teach lors de la bataille de Thriller Bark, ce qui pour moi est particulièrement significatif. En fin de compte, à mes yeux, c'est oser l'impassable qui fait toute la distinction.

N'oubliant pas mes objectifs personnels ou ma raison d'être ici, j'avance désormais avec assurance dans cet environnement hostile. J'ai peut-être des consignes floues, mais je peux au moins me démarquer encore une fois par ma venue en ces lieux lugubres. Qui sont les téméraires qui s'en prennent frontalement à Treize qui peuvent encore jouir de leur totale liberté? Jin BLACKBONE, l'Empereur des Machines?! Ou bien le nouveau sorti de nulle part Edward MINARO??? Tout ceux qui entrent au service du Malvoulant ne s'en sortent pas indemne d'un point de vue psychologique. Les séquelles sont désastreux, et souvent, il en résulte une loyauté incorruptible. Je ne fais pas totalement confiance au Capitaine CUNNINGHAM, car il n'est pas assez fou. Il est beaucoup trop lucide pour avoir vécu sur Treize à mon goût. Toujours est-il que ma présence ici témoigne d'une forte conviction. Et qu'importe le prix, j'accomplirai mon devoir.

Durant mon ascension, je découvre ce qui semble être une montagne de résidus, un lieu sinistre où se trouve un empilement de corps inertes et parfois encore fumants. Déjà que l'odeur est particulièrement nauséabonde, la vue ne fait que renforcer le sentiment d'horreur. Je grince des dents. Au-delà de cette vision ignoble, j'entends des gémissements. Je me concentre alors un peu plus pour savoir d'où ça vient. Soudain, un homme en flamme sort de nulle part et s'avance vers moi en titubant. Tombant à genoux devant moi, il tente désespérément d'articuler quelques mots, mais la souffrance qui doit ressentir à ce moment-là l'empêche de finir sa phrase.

— « Si... S'il... S'il vous... »

Ses mains cherchent à s'accrocher aux miennes en vain. Brûlant intensément, le temps de réaliser la peine qu'il doit éprouver, il se consume en quelques instants. Je ne peux désormais pas oublier son hurlement qui continue de me bourdonner les oreilles. Aucun doute, cet enfer morbide est le terminus de bon nombre de malheureux. J'ignore quels sont les motifs qui poussent les bourreaux à jeter des hommes et des femmes dans cette fournaise toxique, mais je peux affirmer que celui qui contrôle cet endroit doit être tout aussi cruel que son maître. Me tenant encore debout au milieu de cette chaleur étouffante, j'essaie de prendre conscience de ce qui peut y avoir au-delà. J'use alors de mon Haki de l'Observation, mais je ne détecte rien de plus que les cris d'agoni.

Je reprends alors ma route dans la décharge polluée par le sulfure. Malgré mon affinité au volcanisme, je suis prise d'une quinte de toux et je crache un mollard à m'en faire brûler la gorge. Je pense que je suis au cœur de la fournaise. J'aperçois au loin une silhouette qui participe au massacre. Jetant un misérable contre le sol, il se met à rire, satisfait d'avoir défiguré sa victime. Un acte cruel pour un homme cruel. C'est sans doute un Commandant qui protège Treize des invasions, je dois donc ne pas le prendre à la légère. Autour de lui, des pauvres âmes s'entretuent tant la démence leur ronge l'esprit. Ce n'est seulement à ce moment-là que je réalise qu'il ne s'agit que d'un spectacle angoissant. Des criminels loin des dangers de la Déchetterie s'extasient, poussent des cris d'approbation, c'en est presque de l'hystérie. En constatant mon approche, la foule se met à me huer. Peut-être qu'ils n'apprécient pas ma résilience? Aussitôt, l'individu sans pitié tourne la tête vers moi.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t4495-les-loges-de-la-reine-des
  • https://www.onepiece-requiem.net/t4364-la-reine-des-masques-en-attente-de-validation