Le Deal du moment : -29%
Kit de mémoire vive PNY XLR8 2X8 (2 x 8Go) ...
Voir le deal
49.91 €

... S'abattra sur toi.

La mer s’acharne toujours sur la carène du navire qui, malgré les épreuves traversées, continue son voyage vers Innocent Island, la cité des enfants perdus et des parents sans autorité. Triste sort que celui subit par cette île désolée et maintenant inanimée. Dire qu’il n’y a pas si longtemps, tout était festif et agréable à vivre, tout le monde était accueilli dans une ambiance chaleureuse et entraînante. Les ports, ouverts à tous, étaient le lieu de rencontre privilégié de tous ceux souhaitant reprendre leur souffle. La ville de tous les plaisirs, celle où l’on de dormait jamais, ou l’on passait son temps à chanter, danser et s’amuser au milieu d’un carnaval perpétuel. Aujourd’hui, il est triste de constater que tout cela a disparu. Mais, après tout, ne vaut-il pas mieux cela au voile de mensonges qui jadis recouvrait la vue de tous ceux foulant ce sol ?

Nous finissons par atteindre la rive la plus large, l’endroit du port le plus accessible. Les falaises de l’île nous apparaissent et la brume éternelle des eaux tumultueuses se perd derrière nous. Je juge imprudent d’amarrer le navire sans effectuer un repérage des alentours. Certes aucun bateau ennemi ne semble avoir fait escale ici, mais, d’après nos informations, ce lieu se trouve bien être leur destination. Je dépêche une équipe de reconnaissance – j’en fais également parti – afin d’assurer une prise du port sans risque pour le vaisseau.

Si les pirates sont effectivement ici, il y a de fortes chances que leur navire soit sur la côte Est de l’île, la plus sereine, derrière la forêt des joies. Je me souviens en effet parfaitement de Dominus Crocus, le capitaine du Croc Terror. Une allure agressive, un aspect terrifiant, mais également une certaine retenue. Jugeant la bataille du QG difficile à gagner, il s’était alors replié. Un leader de sa prudence n’allait certainement pas se lancer dans une attaque directe contre nous si la victoire n’était pas assurée.

Notre chaloupe entre finalement dans le port d’Innocent Island, je donne l’ordre à mes hommes de débarquer. Pied à terre et armés, nous scrutons les environs à la recherche du moindre signe de passage des hommes-poissons. Rien ; pas même une trace de pas récente, un signe de vie, une étrangeté ou une quelconque preuve d’une présence humaine sur cette île ne nous saute aux yeux. Le port, dans un état qui me rappelle l’agonie de mon propre croiseur, semble ne pas avoir accueilli la moindre âme depuis des années. Je donne l’ordre d’amarrer le navire, selon les conventions, comme un navire ordinaire (qui aujourd’hui attire néanmoins l’attention par la dépravation résultante du typhon récemment traversé).

Iwa commande la manœuvre du vaisseau qui, dans un mouvement doux et contrôlé, vient se poser avec délicatesse entre deux pontons. Les hommes débarquent, seuls quelques-uns restent à bord afin de servir de guets et empêcher de potentiels pillages. Nous naviguons maintenant entre les baraquements du port en quête d’un indice exploitable. La plupart des bâtiments, visiblement abandonnés depuis un long moment, commencent à se dissimuler à la luxuriante végétation en pleine floraison. Nous avançons lentement en territoire inconnu, usant de prudence et de discrétion pour nous frayer un chemin entre les broussailles et autres mauvaises-herbes qui prolifèrent un peu partout.

Puis, parmi les maisons basses, crasseuses et misérables (à cette époque, plus personne ne songeait à redonner vie à un pays à la richesse inconnue et à la position stratégique devenue inexistante), nous découvrons ce qui visiblement ressemble à une auberge en activité. Je fais signe à mes hommes d’attendre et je pousse la porte d’une main souple et méfiante.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t17678-gilgamesh
  • https://www.onepiece-requiem.net/t14714-presentation-gilgamesh
Dans l’auberge, nichée au bord de la mer, je trouve un tenancier fort étrange. Main posée sur la ceinture – prêt à sortir mon arme à feu – je m’approche de l’homme-poisson qui me regarde d’un air surpris. Mince (beaucoup plus que la moyenne pour une personne de cette race) il est à peine plus grand et plus robuste que moi. Sa peau, aussi bleue qu’un ciel d’été dégagé, semble ne pas être faite pour les expositions prolongées au soleil. Ses oreilles décollées et ses lèvres imposantes lui attribuent une allure peu singulière, proche de la stupidité. Quoiqu’il en soit, il est fort étrange de trouver un homme-poisson seul, dans une auberge abandonnée (l’est-elle ? elle me semble tout à fait entretenue, comme si les ravages du temps n’avaient pas eu d’effet sur elle, contrairement aux baraques alentours) sur l’île même choisie par les pirates – eux aussi hommes-poissons – comme lieu de repli. Et pourtant, tout semble calme, tout semble vide. Il a bel est bien l’air d’être seul.

Je m’assois au bar de l’établissement, et il ne me faut pas plus de quelques instants pour me rendre compte qu’il s’agit d’un énergumène fort bavard. Sans me laisser mot dire, il me raconte qu’avant d’acheter son auberge il avait été pêcheur et qu’il connaissait donc bien les environs et les rivages de l’île, qu’il connaissait les îles adjacentes à Innocent Island, assurément, mais ne les avait jamais réellement apprécié.

- On a toujours l’impression qu’ils veulent faire la guerre, ceux-là, mon bon monsieur. (Il lève les yeux vers moi avant de se remettre à nettoyer ses verres à l’aide d’un vieux chiffon humide.) Pour quelqu’un comme moi, un homme-poisson, je veux dire, il était fort aisé de gagner de l’argent via la pêche ! Ah ! Mais, un homme-poisson qui pêche des poissons vous allez me dire, hein ? Ahah ; oui, c’est plus courant qu’il n’y paraît, s’avez ? Puis quand l’île a cessé d’acheter et que tout le monde a foutu l’camp, je me suis dit « Hey ! Si tu achètes la seule auberge du coup, tous les clients seront à toi ! » Et me voilà ! Et ici, aucune règle, après tout, ce n’est même pas une cité digne de ce nom, ou presque, puisqu’ils se la partagent… vous savez, avec ces enfants si incultes et si présomptueux qu’ils pensent être des rois alors qu’ils sont réduits à la misère. Et pourtant, ils n’ont pas un seul soldat ! Seraient même pas capables de se protéger d’un pirate de bas étage, je vous le dis, moi.

- C…cesse. Je…

- Désolé, mais nous n’avons pas le temps pour tes histoires, poursuit Iwa, qui était visiblement entrée sans mon autorisation. N’avez-vous pas entendu parler de pirates hommes-poissons qui auraient posé pieds sur l’île et entrepris de réparer leur navire, voir pire, de s’adonner au pillage avant de reprendre la mer ? demande-elle accoudée au bar, à côté de moi.

- Je… quoi ? Mon dieu non ! répond-il tout en laisser de côté son chiffon. Est-ce là ce que vous êtes venus chercher ? Des pirates ? (L’aubergiste parut alors stressé.) Je dois dire que je n’en ai pas vu depuis des semaines ! Et encore moins de hommes-poissons. Pour autant que je sache, je suis le seul amphibie sur ces terres, et ce, depuis… fort bien longtemps.

- Naturellement. Vous ne savez rien, hein… c’est pourtant le genre de nouvelle qui devrait rapidement faire le tour de l’île, non ?

- Faire le tour de l’île ? L’aubergiste renverse la tête en arrière et se met à rire. Je doute qu’il y ait ne serait-ce qu’une information digne de ce nom dans tout Innocent Island ! Non, ma bonne madame, rien n’arrive jamais jusqu’ici, croyez-moi. Et encore moins quelque chose de fiable.

- Vous… avez sans doute raison, dis-je en regardant le verre à demi-rempli qu’il venait de poser devant moi. Mais… il serait sage… de vérifier… par nous-mêmes.

- Et bien, dans ce cas. Ne vous inquiétez pas, nous sommes en mesure de parer à toute attaque éventuelle – si insensée soit-elle. Je pense que nous allons commencer par inspecter l’ancien parc d'attractions. Qu’en pensez-vous, commandant ?

- O… oui.

- Le... le parc d'attraction ? Mais… pourquoi ? Il est abandonné depuis bien longtemps ! Je doute que vous y trouviez quoique ce soit ! Non, vous devriez plutôt longer la côte en direction de l’Ouest, pendant un jour ou deux, et voir par vous-même le port annexe.

L’homme-poisson s’efforce de répondre avec précision et quiétude, mais il est difficile de ne pas relever la touche de nervosité dans ses propos. Je pousse mon verre. « Mer…ci ». Je laisse une pièce en argent sur le comptoir.

- Merci ! Si vous voulez passer le nuit ici, je vous offre les plus belles chambres de mon palace !

- Non, je ne pense pas, rétorque Iwa. Nous avons tout ce qu’il faut à bord de notre navire.

Je sors. Iwa m’accompagne. Une fois à l’extérieur, les portes de l’auberge se referment derrière nous.

- Le verre… dis-je. Du poison.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t17678-gilgamesh
  • https://www.onepiece-requiem.net/t14714-presentation-gilgamesh
C’est ici, sans aucun doute. Mais je ne peux arrêter le tenant de l’auberge, cela serait bien imprudent de ma part. En fait, ce pourrait même compromettre toute la mission. Le poison présent au fond du verre était latent ; il était probablement question de provoquer une crise cardiaque, qui se serait manifestée d’ici plusieurs heures, voire plusieurs jours. S’ils cherchent à rester discrets, c’est qu’ils ne se doutent pas que nous avons obtenu l’information de leur position. Ils ne nous voient pas, mais l’inverse est loin d’être une vérité, et je me dois d’en profiter.

Je juge donc sage de tirer parti des particularités de nos ennemis afin de déclencher une attaque surprise. Il faut faire vite, ignorer les éléments superflus et concentrer tous nos efforts pour retrouver les Croc Terror avant qu’ils ne comprennent notre stratégie d’approche. Est-ce seulement possible ? Les localiser, faire une descente surprise dans leur camp, les arrêter et repartir aussitôt, le tout sans risquer d’impliquer les habitants de l’île ? Etant donné que je n’ai pas assez d’hommes pour ordonner un assaut direct, c’est tout ce que je peux faire, bien que cela ne soit pas sans danger. L’effet de surprise disparaîtra au moment même ou l’attaque sera déclenchée, nous devrons donc frapper vite et fort.

Mes plans sont respectés, j’en suis satisfait. Tout en essayant d’assembler un schéma logique des événements, je contemple le ciel d’un regard absent.

Je distingue, ci et là, quelques signes de passage récent : marques de griffes, terrain affaissé, branches cassées. Mais le plus intéressant, ce sont les traces au sol. Vieilles de plusieurs jours, elles reflètent un pas à la fois lourd et lent, forcé et hésitant. Certaines traces, plus accentuées que d’autres et suivies de ce qui ressemblait à un frottement régulier (comme lorsque l’on traîne un sac derrière sois) font penser aux pas d’une personne blessée et laissant traîner son pied gauche au sol tout en s’appuyant sur le droit. Qui que soient ceux qui sont passés ici, ils sont blessés et ménagent leurs efforts.

Mon regard se porte à nouveau sur le port où les splendides navires avaient jadis l’habitude de s’y mouiller. Aujourd’hui, plus aucun pavillon ne vient jeter l’ancre au pied de cette nation en déclin. Cependant, tout laisse croire que les hommes-poissons du Croc Terror se trouvent bel et bien sur l’île. Reste à savoir où. L’aubergiste – pour le nommer comme cela – essaye très probablement de nous tromper en indiquant l’ouest. Si je ne m’abuse, cette zone d’Innocent Island a toujours été réputée pour être dangereuse et mal fréquentée. Je doute que les pirates, bien qu’intrépides et incroyablement forts, ne s’engagent dans une nouvelle bataille. Tout du moins, pas maintenant. Non, leur passage ici n’est que temporaire, ils sont en quête de vivres et de matériaux pour réparer leur flotte (celle-ci a subit d’importants dégâts durant l’assaut de North Blue).

Si je me fie à mon instinct, aux indices obtenus par la poiscaille au bar et aux traces visibles de leur passage (je suppose qu’ils sont les seuls à avoir posé pied à terre ces dernières semaines) alors c’est vers le parc d’attraction abandonné que nous devons nous diriger. Un lieu tranquille, loin des regards indiscrets, dans lequel ils pourront trouver du bois (certes en mauvaise condition) suffisamment robuste pour maintenir leur vaisseau mère à flots jusqu’à leur destination prochaine.

Ma décision est prise. J’en informe mes hommes. Mais l’heure n’est pas à la bataille, pas encore. Avant tout, il me faut me rendre en ville afin de non-seulement quérir certaines informations cruciales, mais également dans le but d’informer la population locale de ce qui se passe, et de ce qui pourrait se passer. Quelle que soit la tournure des événements, la panique, l’insouciance et l’impulsivité ne doivent en aucun cas risquer de mettre la mission en péril. Je ne veux pas avoir à gérer et les pirates, et des villageois terrorisés agissant de manière inconsidérée.

Avant de m’aventurer seul au cœur de l’île, je donne l’ordre à Iwa d’établir la base des opérations à l’orée de la forêt et d’attendre mon retour avant d’agir.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t17678-gilgamesh
  • https://www.onepiece-requiem.net/t14714-presentation-gilgamesh