Le Deal du moment : -40%
-40% Nike Crater Impact SE
Voir le deal
68.97 €

Dunes mouvantes [Sigmund]

- Ghost, j'écoute.

Une cigarette se consumant dans le cendrier, un verre d'alcool de bonne qualité entre ses doigts, seule dans ses appartements la demi-géante observait le ciel étoilé et la lune. A l'aube de l'attaque contre Nanohana et plus généralement le royaume indépendant d'Alabasta, Izumi restait comme à son habitude de marbre. Du moins en apparence, car comme souvent avec la forgeronne, c'était à l'intérieur que le feu battait et que les différents choix, doutes, et questions tiraillaient l'Armure. Sa flotte avait quasiment doublée depuis la bataille contre le Malvoulant, le nombre de combattantes à sa disposition également, l'appel du Sablonneux n'était pas resté sans réponse. Abandonnant son exploration et la recherche de terres pour ses filles, la demi-géante venait récolter son du. Des berries, de l'argent à ne plus savoir quoi en faire, pour financer les innombrables projets qui viendraient avec la découverte de Terra Incognita, revenir sur Grand Line avant de nouveau repartir pour un moment.

Le plan était simple, demain les navires de l'Armure réduiraient en cendres les défenses de la ville, un bombardement méthodique afin de déblayer une zone de débarquement, et aussi de chasser les civils des artères principales de la ville côtière. Ce plan aurait pu suffire, mais désormais consciencieuse et méthodique, la capitaine pirate avait fait débarquer Sigmund et son groupe préalablement, et il était désormais de récolter les informations recueillis par l'allié de l'Armure.

- Qu'as tu découvert, Ghost ?

Les paupières plissées, fixant l'escargophone, finissant son verre avant de le poser avec délicatesse sur une table, elle leva sa main droite et une porte dérobée s'ouvrit pour faire apparaître Elizia, qui sans un mot s'installa sur une chaise et se mit à sortir une feuille et un crayon en attendant que l'interlocuteur de sa capitaine ne réponde. Ce temps supplémentaire dédié à l'infiltration, et l'utilisation d'un civil comme l'était encore le colosse, jouait clairement à l'avantage des assaillantes.

Cette opération, cette attaque contre un Royaume déjà marqué par l'enlèvement d'un Prince, et les exactions du Glouton, devait sonner le glas de l'inaction et de l'incompétence corrompant et rongeant les institutions et défenses d'Alabasta. Certes le nombre ne jouait pas pour les pirates, c'était évident qu'une fois à terre les fantassins et l'armée de Vivi réagiraient au quart de tour, mais si l'on en croyait les rumeurs. Le Nefertari gouvernant la ville n'était qu'une blague, et parachuté ici à cause de son sang, et non de ses compétences, c'était précisément pour ce genre de rumeurs qu'Izumi avait missionné son collaborateur. Faire la part de vérité, aussi rapidement que possible, entre les ragots et la réalité.

- Nanohana renferme-elle des richesses susceptibles, de nous forcer à modifier notre plan ?


Spoiler:


Dernière édition par Izumi le Mer 14 Sep 2022 - 0:54, édité 1 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t13522-izumi
  • https://www.onepiece-requiem.net/t13445-izumi
Alabasta — An 1628.
Dunes mouvantes.


Il était environ dix-neuf heures lorsque le mercenaire se saisit de son escargophone pour joindre Izumi.

« Ici, Ghost. » Glissa -t-il, lorsque son interlocuteur finit par décrocher.

Du haut d’un toit d’un bâtiment visiblement abandonné, il laissa son regard se perte à l’horizon, plus précisément dans la zone où il allait devoir bientôt s’y rendre, tandis que sa cape dansait sous l’effet de la brise nocturne du royaume des sables.

« … En effet. Il se passe des choses très intéressantes. » Finit-il par rétorquer, en ramenant son regard sur l’escargophone, fin sourire aux lèvres.

Leur plan allait devoir changer, c’était indéniable, songea -t-il, lorsque la pirate le questionna. Maintenant, le tout était de savoir comment Izumi allait ajuster le plan initial, lorsqu’elle apprendra la nouvelle.

« … J’ai surpris une conversation entre officiers locaux. Apparemment, le gouverneur va bientôt leur accorder une audition. C’est donc l’occasion pour certains de gravir les échelons. » Commença –t-il, pendant que son regard balayait la zone. « … Mais, plus intéressant, ces officiers entendent remettre un présent au gouverneur pour renforcer ses rangs. Il s’agit d’un fruit du démon, j’ignore son nom et les capacités qu’il confère, mais ce serait apparemment un fruit rare et extrêmement convoité. » Ajouta -t-il, en marquant une petite pause.

Il retira la capuche de la longue veste qui dissimulait son costard, et dégaina une clope qu’il ne tarda pas à allumer à l’aide de son briquet. Remontant légèrement sa manche droite, il jeta un bref coup d’œil à sa montre, tout en tirant une petite bouffé de sa cigarette.

« … Alors, tu en penses quoi ? Tu veux te l’approprier ? A défaut de l’avaler, je pense que tu peux en tirer une fortune… Toutefois, ce ne sera pas facile de l’approcher. Il est en effet surprotégé par une horde d'officiers. Ils comptent à priori le transférer demain, sans doute l'occasion idéal pour leur tendre une embuscade, si tu le souhaites. De mon côté, je vais m'infiltrer dans le navire qu'ils ont confisqué, il doit probablement cacher d'autres choses... » Conclut-il, laissant définitivement la parole à son alliée.

Le fruit, il n’en avait que faire. En revanche, s’il y avait d’autres trésors au sein de ce rafiot, nulle doute qu’il voudrait obtenir sa part du gâteau. Après tout, c’était un peu pour ça qu’il était venu ici, qu’il avait suivi la pirate et son plan.

Maintenant, il fallait voir comment elle voulait jouer le jeu.

Quelque fût l’ajustement du plan initial, Sigmund restait persuadé qu’il allait apprécier la suite. Certes, il n’avait pas tant collaboré avec la pirate, mais le peu qu’il ait eu à faire à elle suffisait amplement pour dire qu’elle était du genre audacieuse. Et l’audace était pour ainsi dire quelque chose que l’archéologue appréciait et respectait beaucoup.    
  • https://www.onepiece-requiem.net/t24718-fiche-technique-schwarz-
  • https://www.onepiece-requiem.net/t24705-schwarz-sigmund-terminee#258326
Le crayon d'Elizia se cassa, et lorsqu'elle posa ses iris sur Izumi, ce fut pour découvrir le visage angélique de la demi-géante aux anges. Il était déjà trop tard pour la convaincre de faire demi-tour, l'ancienne tueuse à gages ne le savait que trop bien. Izumi ne répondit dans un premier temps que par un silence, sans jamais tourner son attention vers sa seconde, dans sa tête elle se triturait les neurones pour prendre en compte ces informations de dernière minute et les intégrer au plan originel.

- Nous t'offrirons à toi et ton groupe, la diversion nécessaire. Nous resterons en contact, tout au long de l'opération, lorsque le groupe de Rainbase s'annoncera, nous devrons nous replier.

Hors de question de rester ici une fois l'incendie déjà en marche, l'indépendance d'Alabasta ne signifiait pas une réponse rapide des forces du gouvernement mondial alentours. Aucun moyens de savoir en réalité de combien de temps ils disposeraient pour l'intégralité de l'attaque sur la ville côtière, mais cela importait désormais peu, les berries récoltés seraient les bienvenus mais c'était désormais vers ce fruit que se tournait l'attention de la demi-géante. Lentement, elle se servit un verre de plus avant de porter le liquide à ses lèvres et d'humer légèrement les notes fruités de l'alcool, d'une seule traite elle termina son verre.

- Je te laisse toi, ou l'un des tiens, donner les coordonnées du navire que tu vises, afin de ne pas cibler la position lors de notre "entrée". Elle s'arrêta un instant, une main dans sa chevelure immaculée, avant de reprendre d'un ton plus sérieux et presque amical. Nous attirerons la majorité de l'attention, et ainsi le gros des défenseurs. Néanmoins devant le nombre impressionnant de soldats locaux, même incompétents, vous rencontrerez forcément de la résistance, je ne saurai que te conseiller de rester fidèle à ton nom, Ghost. Pas de témoins, même si cela nécessite de faire disparaître des innocents, tu perds l'anonymat et tu sais la suite. Sa tête sur une affiche, comme le visage angélique de la demi-géante.

- Merci de cette mise à jour de dernière minute, reposez-vous quelques heures, aux premiers coups de canons foncez. . Izumi raccrocha, et se dirigea vers ses appartements, cette nouvelle ne l'empêcherait pas de dormir. Elizia haussa des épaules et esquissa un léger sourire espiègle, et la nouvelle fit rapidement le tours des différents groupes d'assaut de l'équipage, avec les dernières données désormais en sa possession la capitaine pirate avait affiné le plan détaillé concernant la suite des évènements.

***

Le réveil se fit en douceur, sa toilette faite, ses étirements et sa préparation physique terminée alors que la nuit dominait encore, la demi-géante était prête à décimer et passer des milliers de défenseurs pour s'emparer du fruit qu'ils détenaient. Pas de cigarette, pas de drogues, pas de stimulants, l'adrénaline montait naturellement et avec elle l'excitation et l'impatience de la clameur des combats. Les boucliers se briseraient, les hommes tomberaient, le feu embraserait Nanohana et l'Iron Fleet marquerait une fois de plus l'Histoire. Elles ne seraient bientôt des pirates, ses filles deviendraient membre d'une force militaire à part entière, la sauvagerie des corsaires, les morts inutiles. L'heure était aux attaques précises et ciblés, et plus au massacre bestial et primitif.

- Guerrières du Fer !

La voix de la forgeronne résonna sur chacun des navires, qui se mettaient en route vers la ville portuaire, la voix de l'Armure s'adressait à deux milliers de combattantes. Une force formidable dont l'ascension qui continuait de rendre fière la capitaine, lui mettait également plus de pression. Plus de bouches à nourrir ? Non ce n'était pas ça qui occupait ses pensées, pas plus que la paie que devrait débourser Izumi pour chacune de ses disciples, non ce qui rendait déjà amère la demi-géante c'était de savoir que plusieurs dizaines de ses adeptes ne reviendraient pas des dunes d'Alabasta. Toutes le savaient, la mort faisait parti du métier et du quotidien de leurs vies, et les combats continueraient encore et toujours, tant qu'Izumi n'aurait pas sédentariser son peuple, elle continuerait de pleurer intérieurement les disparues.

- Guerrières du Fer, l'époque ou nous obéissions aux hommes est révolue ! Mes filles, mes sœurs, réjouissez-vous ! Pour notre retour sur la mer de tous les périples, je vous le dis en vérité réjouissez-vous ! Nanohana se dessine devant nous, comme un fruit mur ne demandant qu'à être récolté ! Alabasta, et la dynastie Nefertarie sont encore entrain de pleurer l'enlèvement d'un Prince. Donnons une raison à la vénérable Vivi de pleurer, de pleurer l'incompétence de sa chair, de pleurer non pas la vie d'un de ses petits enfants, mais de pleurer le sac de la terre de ses aïeux !  

Les bras en croix, exaltée et enivrée par l'odeur de la poudre à canons que l'on chargeait dans les canons de l'Hagane No Nami, Izumi reprit de plus belle.

- Guerrières du Fer, avant que partir chercher un foyer, montrons ce qui l'en coûte à ceux ne défendant pas le leurs.

Les canons tonnèrent, et le cri de deux milliers de combattantes transperça le ciel. Pour les habitants de Nanohana, alors que les premières explosions s'abattaient sur les quelques navires des gardes côtes, et sur les bâtiments abritant la garnison locale, Izumi contacta le fantôme.

- Bonne chance.

Fut tout ce qu'elle avait besoin de dire à destination de son associé. Ghost était un collaborateur prometteur, et chacun des deux partis avait à gagner de l'autre. Après cette journée, Sigmund chasserait les quelques doutes qui subsistait en lui , si toutefois c'était le cas..


Spoiler:
  • https://www.onepiece-requiem.net/t13522-izumi
  • https://www.onepiece-requiem.net/t13445-izumi
Alabasta — An 1628.
Dunes mouvantes.


Le regard vers le nord, le mercenaire tira une bouffée de sa cigarette avant de recracher lentement la fumée.

« Très bien. » Finit-il par glisser à l’égard de la pirate à l’autre bout du fil.

Laissant sa clope s’effondrer à ses pieds, il vint la piétiner pour l’éteindre définitivement. Il remit à nouveau sa capuche au-dessus de la tête, prêt à aller retrouver les hommes qui devaient l'accompagner pour cette mission. Après tout, vu la tâche qui l’attendait, ou plutôt les conséquences qui les attendaient eux tous, il avait tout intérêt à s’entourer un minimum.

Une cinquantaine de soldats, ce n’était peut-être pas grand-chose si l’on comparait avec le nombre de soldats du royaume des sables, mais il ferait amplement l’affaire pour ce qu’il avait à faire, songea -t-il. Son alliée à l’autre bout du fil l’invita toute de même à la prudence, car il serait fâcheux que l’archéologue finisse primé, chose avec laquelle il était naturellement entièrement d’accord. Il était encore trop tôt pour se faire voir de la marine ou du gouvernement mondial. Beaucoup trop tôt, se disait-il, l’air quelque peu songeur.

« Très bien. Évitez le port du sud-ouest, plus précisément le quai où sont conservés les épaves et navires saisis par les forces du royaume. » Finit-il par dire, en marchant sur le toit. « Bon succès ! » Conclut-il, une fois au bord du toit, avant de raccrocher.

Glissant l’escargophone dans la poche intérieure de sa veste, il finit par sauter du toit, atterrissant parfaitement sur ses deux jambes. Puis, rapidement, il longea les quelques rues désertes pour se retrouver au cœur de la ville, là où l’animation battait son plein.

Se fondant parfaitement parmi les locaux, du moins si on ne le regardait pas de trop près, il parcourut le peu de distance qui lui restait, avant de franchir le seuil de la porte de la taverne « Oasis de Kuuli ». Alors que les gens festoyaient autour de lui, son regard ciblait le gérant qui se trouvait derrière le comptoir.

Alors qu’il s’avançait, le vieil homme qui préparait diverses boissons le repéra, mais fit comme si ce n’était pas le cas, poursuivant tranquillement ce qu’il était en train de faire. S’arrêtant près du comptoir, en face du gérant, Sigmund finit par passer sa commande.

« Bonsoir. Ce sera un café long, saupoudré d’un peu de cannelle pour moi, je vous prie. » Fit-il, en déposant un billet sur la table, sous lequel il avait glissé discrètement une note sur un morceau de papier.

Il était écrit : « Pour ce soir. Au moins cinquante, comme convenu. Qu’ils me retrouvent à l’extérieur de la ville, près des ruines, dans 3 heures. »

Le vieil homme récupéra la note, qu’il ne manqua pas de lire avant de hocher légèrement la tête. Il invita son fils à prendre le relais, tandis qu’il disparut dans la réserve qui se trouvait derrière lui.

« Vous êtes sûr de vouloir du caféine à cette heure, monsieur ? Je vous aurais conseillé notre cocktail du soir, il est tout simplement exquis et en plus il vous aidera à bien dormir, croyez-moi. » Finit par glisser le fils du gérant.

Seulement, lorsqu’il se retourna, Sigmund n’était plus dans la salle. Il s'était en effet hâter de quitter la pièce dès lors où le vieil homme compris son message. Il se dirigeait désormais vers les ruines mentionnées sur la note, là où arriveront les mercenaires qui l’accompagneront pour cette mission…
  • https://www.onepiece-requiem.net/t24718-fiche-technique-schwarz-
  • https://www.onepiece-requiem.net/t24705-schwarz-sigmund-terminee#258326
Alabasta — An 1628.
Dunes mouvantes.


Quelques heures plus tard…

Cigarette entre les lèvres, le mercenaire s’était installé dans les ruines à l’extérieur de la ville, attendant patiemment que ses hommes de main débarquent. Il tuait ainsi le temps en bouquinant, profitant également pleinement du calme et de la fraîcheur de la nuit. C’était agréable, mais tout aussi éphémère, il le savait bien. Mais il en profitait autant qu’il le pouvait, ne serait-ce que pour bien se ressourcer.

Finalement, quelque temps plus tard, le silence qui régnait en maître disparut au profit des bruits de bottes, qui se faisaient entendre à proximité des ruines. Sigmund ferma naturellement son livre et le glissa dans la poche intérieure de sa veste. Il ajusta sa cravate, puis boutonna sa longue veste. Après quoi, il vint s’adosser à un des débris qui constituaient les lieux, prêt à accueillir ses mercenaires.

Rapidement, ils arrivaient les uns après les autres, et ce de tous les côtés. Tous arboraient des vêtements locaux, qui leur permettaient de bien se fondre dans la masse, si besoin. Certains équipés de dagues et autres armes tranchantes, d’autres tenaient au contraire des armes à feu. Alors qu’ils encerclaient Sigmund, l’un finit par s’avancer :

« Nous voilà au complet, prêt à vous servir, Ghost ! Le grand-père nous a dit de vous dire de ne pas oublier la promesse que vous lui avez fait. » Finit-il par glisser.

Sigmund se contenta d’un hochement de tête. Il tirait sur sa cigarette, tout en essayant de croiser le regard d’autant de ces mercenaires. Puis finalement, il les invita d’un geste de la main à s’asseoir :

« Ceux qui veulent se reposer faite-le. Nous partirons dès que les canons retentiront. L’objectif est simple : prendre le contrôle du quai où sont conservés les épaves et navires saisis par les forces locales. J’attends de vous de la discrétion et de la précision. Ne vous en prenez pas à des civils, sauf s’ils nous barrent la route ou s’ils sont témoins de nos actions. Je vous en dirai plus sur le plan le moment venu. En attendant, parlez-moi de vos capacités. » Finit-il par rétorquer.




Quelques heures plus tard…

N’ayant pas fermé l’œil de la nuit, non pas à cause du raid qu’il prévoyait, mais plus pour fuir ses vieux démons qui le hantaient souvent dans son sommeil, Sigmund finit par se redresser, fin sourire aux lèvres, en entendant le son des canons.

« Soldats ! Allez, débout ! C’est l’heure ! » Finit-il par glisser, en remettant sa capuche au-dessus de la tête.

Les soldats se redressèrent rapidement, visiblement tous fin prêt pour ce raid, un raid pas comme les autres.

« Je veux trois groupes : l’un, le plus petit, viendra avec moi. Notre mission sera de nous infiltrer au sein du quai et d’en prendre le contrôle. Le deuxième groupe, vous allez créer une diversion autour du quai afin de nous faciliter la tâche. Cela limitera le nombre de soldats qui pourraient s’opposer à nous. Soyez discret et frapper précisément. Le dernier groupe viendra, le moment venu, pour nous épauler afin de faciliter notre fuite. Ne vous préoccupez pas des navires en mer, des alliés se chargeront de régler leur compte. » Glissa -t-il.

Il regarda chacun des soldats présent et attendit de voir s’il y avait une quelconque objection ou question, avant de reprendre :

« Si vous n’avez pas d’objection, exécution ! » Conclut-il.

Les choses sérieuses allaient pouvoir enfin commencer…
  • https://www.onepiece-requiem.net/t24718-fiche-technique-schwarz-
  • https://www.onepiece-requiem.net/t24705-schwarz-sigmund-terminee#258326
De manière méthodique.

La première salve passée, les navires d'Izumi firent de nouveau feu, à une cadence qui s'accélérait, intensifiant les dégâts à chaque fois qu'une volée partait. Désormais c'était aussi ça l'Iron Fleet, un équipage misant sur le nombre mais pas que, la demi géante ne s'était pas entourée de chair à canons. Ses filles subissaient un entraînement draconien, et avaient désormais une discipline militaire. Pour éviter les pertes inutiles, de se jeter sans plan ni coordination dans la bataille, l'Armure avait construit une chaîne de commandement, et des officières solides à tous les niveaux. Si les adversaires les plus coriaces et les opposants les plus forts restaient le lot de la forgeronne, il lui était désormais possible d'éviter de perdre du temps avec les obstacles minimes se dressant sur son chemin.

- Dispersez les, martelez les positions de la garnison, coulez les gardes côtes. Ne laissez pas un de ces chiens en réchapper. La foudre, le ton de sa voix était emplit d'une colère et d'une excitation qu'elle n'expliquait pas. L'appât du gain ? Pourquoi cet intérêt si soudain pour un fruit dont elle ne connaissait même pas les propriétés, ou alors était ce pour réapparaître et montrer de nouveau au Gouvernement Mondial combien elle s'était endurcie ?

Le bruit des canons, le brouhaha de ses guerrières, les explosions et la panique s'emparant de la ville. C'était son heure, elle et elle seule réduirait en cendres Nanohana. La furie des Amazones, pas celles se terrant sur Amazon Lily, Izumi terrifierait les hommes des sables. En particulier ce Gouverneur impotent, ses soldats endimanchés ne feraient pas le poids. Aujourd'hui le fer marquerait à jamais les dunes d'Alabasta, la qualité prévaudrait sur la quantité, d'un cri de rage la demi géante éleva sa voix jusqu'aux cieux.

- En avant ! Maintenez le bombardement jusqu'à ce que nous posions pieds à terre ! Eata supervise la flotte jusqu'à notre retour, je veux un canal en permanence avec les Sandstorms. Dégainant Menteuse, un pied sur la rambarde de l'Hagane, empoignant une corde d'abordage de l'autre, tandis que les passerelles de débarquement de son navire amiral tombaient contre la jetée et parmi les ruines fumantes du port de Nanohana. L'Armure s'élança dans les airs et atterrit en explosant le bois sous ses pieds couvert de la couleur du haki du combattant.

- Vous connaissez toutes vos groupes et vos ordres, puisse le sang de vos ennemis rassasier la Faucheuse et éloigner la mort. Un adieu pour une partie d'entre elles, c'était certain. Dans la sobriété, une pointe de tristesse et de peine dans la voix de la capitaine.

Un millier de femmes, avançant parmi les derniers civils fuyants comme des rats le faisaient pour les navires, les premiers opposants que rencontrèrent les guerrières de l'Iron Fleet tombèrent comme des mouches. Et il apparut rapidement que les troupes et les défenseurs de Nanohana étaient aussi affolés que les habitants qu'ils devaient défendre. Le reste de ses filles attendaient au port, les ordres de la Supernova, garder un as dans sa manche, prudence était mère de sureté, seul un imbécile aurait montré l'étendue de ses ressources alors qu'il n'y avait pour le moment que des escarmouches.

Les filles du Golden Order entouraient l'Armure, lui ouvrant le chemin tandis que la jeune femme se fendait de lames d'airs pour trancher les soldats ennemis. Elizia avait elle même sélectionnée les lieutenantes qui accompagnaient aujourd'hui Izumi à la recherche de ce pouvoir, ou de cette malédiction. Eleanor, la longue jambe et ses guerrières aux masques de serpents spécialistes des combats urbains, ce choix s'était naturellement imposé vu la configuration du théâtre d'opération de la journée.

Les Iron Banshee, et même si la seconde de l'équipage ne validait pas toujours les méthodes brutales et sauvages d'Idranel et de ses guerrières aux masques terrifiants, pour capitaliser sur l'effet de panique et le moral relativement bas des officiers et des troupes endimanchés du Nefertari local, il aurait été idiot de se priver d'une telle force. Comme des fantômes, sur les toits des maisons, depuis les fenêtres, un host démoniaque ne laissant derrière elles que des cris et du sang, des entrailles et des corps affreusement mutilés. Izumi, avec l'expansion des rangs de ses adeptes, avait maximiser sur la polyvalence des siennes. Capable en n'importe quel situation d'être efficace, et aujourd'hui pour la première fois elle montrait que de la piraterie elle n'avait que le Jolly Roger.


Spoiler:
  • https://www.onepiece-requiem.net/t13522-izumi
  • https://www.onepiece-requiem.net/t13445-izumi
Les Immaculées avançaient en rangs serrés, couvrant de leurs boucliers l'avancée des tireuses d'Eleanor. Dianosa ne flânait pas, en habit d'apparat même en plein cœur des combats sa présence, et sa voix couplé à sa beauté la rendaient indispensable pour le moral des assaillantes, alors qu'à chaque coin de rue c'était encore un peu plus de sang qui coulait. La poussière le sable, le grondement des bombardements intensifs, Izumi avançait entourée des siennes, au devant de sa cour la demi géante ne pouvait attendre, pas de ralentir. Pas maintenant, les défenseurs de Nanohana se faisaient avec le temps, plus téméraires et braves, comme si le courage dont ils faisaient preuve était temporaire, entouré de leurs camarades chaque membre de la garnison semblait invincible, mais lorsqu'ils tombaient, peu étaient ceux s'avançant pour faire face à l'Armure. L'incursion de la pirate continuait de la mener plus loin, et la violence de ses attaques de monter encore un peu plus d'un cran à chaque fois que surgissaient des habitations, des barricades improvisés et des décombres les soldats de l'armée d'Alabasta.

Les lames d'airs s'abattant sur les positions parfois retranchés des adversaires de l'Iron Fleet, maintenait à distance et en respect les dizaines de défenseurs convergeant pour endiguer la progression des envahisseuses. Au détour de ruelles, en arrivant sur une allée, à découvert, la demi géante fit signe à ses filles de s'arrêter. Tandis que les maisons et bâtisses aux alentours étaient fouillées et vidées, puis barricadées avec le mobilier à disposition, la Supernova alluma une cigarette, avant de passer une main dans sa chevelure pour essuyer les gouttes de sueur perlant sur son front. La guerre c'était physique, et Nanohana s'était transformée en zone de guerre, cela dit si le plan fonctionnait bien et que les estimations des forces ennemis étaient justes et sans erreurs, il n'y avait quoi, que le triple de leurs effectifs en face ?

- Maintenez un couloir d'évacuation jusqu'au port. On n'est plus très loin, mais nous passerons pas toute ce no man land, Elizia, Idranel préparez vos guerrières. Dianosa tes Immaculées maintiendrez notre route de sortie, clair et dégagée. Eleanor, tu l'épauleras, Aera tu sais précisément ce que j'attends de toi et des tiennes.  

Elle écrase le mégot sous ses bottes cloutés, et attends patiemment la prochaine salve. Cachées, entre deux blocs de maisons, cette allée est le lieu de l'embuscade. Les officiers effrayés du Gouverneur sont peut être des mauviettes, mais pas tous idiots, il est évident qu'ils ne passeraient pas dans l'allée principal directement. Non les cibles en mouvement sont en réalité en face, traversant les ruelles de l'autre bloc d'habitations, pour rejoindre à l'abri le palais du Nefertari. Traverser est donc le problème, et la solution est toute trouvée.

- Bouchez vos oreilles !

La demi géante se recrobille, et imite ses filles. L'instant d'après, les murs tremblement et les vitres sont brisées, la poussière et des pierres sont projetées dans les pièces ou s'abritent le détachement principal de l'Iron Fleet, lorsque tout s'arrête, Izumi se lève légèrement pour observer et mesure l'ampleur des dégâts et la réussite de son plan. Des pans entiers effondrés de leurs côtés à droite et à gauche, et en face c'est pareil. Les gravas, les éboulements des bâtiments ont provoqués des tas de pierres épars de chaque côtés se rejoignant au milieu. Des couverts de fortune, mais surtout un chemin dégagé, et en face la capitaine enjambe la fenêtre et se met à courir frénétiquement. Elle les a vu, et eux aussi, le chasseur et sa proie se sont visuellement rencontrés, et c'est désormais le jeu du chat et de la souris qui démarre.

Les lames de vents de Menteuse tranche la pierre comme la chair de manière indistincte, et Izumi arrive rapidement au corps à corps des militaires escortant le fruit. Beaucoup lui barre la route, et se taillant un chemin Izumi est subitement envoyé s'écraser contre un mur. Le fluide de l'armement lui évite de se briser le dos, crachant au sol la pirate roule des épaules, le cri strident des Banshee et d'Idranel et les figures dorées des guerrières d'Elizia rééquilibre légèrement la balance. Un léger filet de sang, une arcade ouverte, et un contretemps. Qui ose donc se dresser contre elle ? L’empêcher dans sa course vers les sommets, la priver des pouvoirs surhumains renfermés par ce fruit ? Maudite, pas vraiment, une roulette russe et à la clé de quoi s’élever au-dessus de ses pairs, ou bien affligé d’un véritable fardeau. Prendre des risques ne l’effrayait plus, sa langue claqua contre son palais, ses pupilles lentement se dilatèrent, et d’une impulsion instinctive, la demi géante se projeta contre son adversaire.

- Reculez ! Ne laissez pas les pirates mettre la main dessus !

Il n'est pas comme les autres, il n'est pas de la même trempe que la plupart des autres incapables volant autour du Gouverneur. Il est compétent et fort, aussi fort que l'Armure aux premiers abords, un de plus, un défis que de nouveau la demi géante devait relever. Deux lames d'airs pour attirer l'attention de l'homme, et l'empêcher de coordonner, de rallier les défenseurs d'Alabasta, Menteuse couverte du pouvoir du combattant s'abat sur l'arme à la même couleur de jais du local, le crépitement des lames, les pieds s'enfonçant dans le sol des deux adversaires, dans ce duel au milieu de la mêlée. Sa jambe droite se lève et s'arque pour frapper à la nuque son opposant, mais le coup passe au dessus de la tête de son adversaire, qui recule avant d'abattre ses deux lames avec véhémence en direction de la Supernova, qui grimace en couvrant l'entièreté de sa jambe du fluide de l'armement.

Qui qu'il fut, il maîtrisait autant le haki du combattant que le Vautour, c'est à dire plus que l'Armure qui ne pouvait encore recouvrir l'intégralité de son corps du pouvoir de l'armement. On ne pouvait pas tout avoir dans la vie, et Izumi ne semblait pas prendre ce léger écart de maîtrise entre elle et son adversaire, comme une nouvelle particulièrement nouvelle. Détachée au possible, dès que possible son regard se perdait pour essayer de distinguer le ou les porteurs de l'offrande à Hahypet.

Car elle n'était pas ici pour s'offrir la tête d'un notable local, ou d'un héraut de la dynastie de Vivi, mais ne se priverait pas de défaire n'importe quel imprudent qui oserait se mettre en travers de son chemin.


Spoiler:


Dernière édition par Izumi le Lun 26 Sep 2022 - 19:45, édité 1 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t13522-izumi
  • https://www.onepiece-requiem.net/t13445-izumi
Alabasta — An 1628.
Dunes mouvantes.


Les mercenaires s’exécutèrent en se divisant en trois groupes. L’un, celui étant composé de moins d’hommes, se rangea derrière l’archéologue, prêt à l’accompagner dans la gueule du loup. Le deuxième, sans doute celui qui comptait le plus de soldat, s’improvisa un chef et s’en alla immédiatement autour du quai ciblé pour faire diversion. Quant au troisième et dernier groupe, il se déploya, comme convenu, à l’entrée de la ville, du côté des côtes, attendant le moment propice pour entrer en action.

Finalement, quelque temps plus tard, Sigmund et sa petite escouade arrivèrent au niveau du quai où se trouvait le galion saisi par l’armée locale, tandis que l’agitation gagnait tant les civils que les forces de l’ordre. Cela signifiait, en l’occurrence, une chose, que la Pirate Izumi faisait parfaitement son boulot, ce qui ne manqua pas d’arracher un petit sourire à l’archéologue.

Un hochement de tête suffit pour qu’un de ses hommes de main attache les mains des deux autres. Puis, tous les deux, ils prirent les deux hommes immobilisés pour les conduire à l’intérieur du quai, où visiblement sortaient certains soldats, sans doute pour aller prêter main forte à leurs camarades, et protéger la ville qu’Izumi était en train de mettre en pagaille.

« Oy oy ! Où est-ce que vous allez comme ça ? » Finit par glisser un soldat en s’arrêtant devant l’entrée du quai.

Cette interpellation confirmait une chose pour l’archéologue, en effet, cela signifiait qu’il ne fallait pas prendre les locaux à la légère. Ainsi, malgré le son des canons et l’agitation, certains de ces soldats parvenaient à garder leur calme et une certaine lucidité pour ne pas laisser n’importe qui franchir dans leur base. Intéressant, très intéressant, songea Sigmund, avant de réagir.

« … Je suis un humble citoyen qui espère intégrer un jour vos rangs, soldat. Mon collègue et moi nous avons surpris ces deux hommes préparer un attentat à la place publique, seulement nous sommes parvenus à les arrêter à temps. Aussi, nous souhaitons les remettre entre vos mains, signer le registre et empocher de quoi subvenir à nos besoins. » Rétorqua -t-il, en portant sa main derrière son crâne, tandis qu’il arborait toujours sa capuche.

Perplexe, le soldat commençait à crisper son visage, tandis qu’un dès ses collègues semblait l’appeler de l’autre côté.

« … Hum, et pourquoi vous ne l’avez pas directement amené au bureau central ? Vous ne savez pas qu’ici ce n’est pas ouvert au public ? » Glissa le soldat, dont l’attention jonglait entre son collègue et Sigmund.

Il attendait une réponse, et semblait d’ores et déjà prêt à réagir s’il n’obtenait pas une bonne justification. Voilà qui embarrassait grandement l’archéologue, qui, manifestement, était passée à côté d’une information pour le moins capitale. Cependant, au moment où il s’apprêtait à prendre la parole, un autre solda déboula, pressant son collègue de partir :

« Ils t’attendent, dépêche-toi, Momo ! Je vais m’occuper d’eux. Je me nomme Isaaku ! Suivez-moi à l’intérieur, messieurs. De ce que vous dites, vous pouvez très certainement nous être utile. » Glissa le soldat, qui semblait visiblement jouir d’une certaine notoriété.

Alors que le quai se vidait, Sigmund et ses hommes s’enfonçaient dans ce qui se dessinait comme un petit bastion, où plusieurs navires saisis se faisaient voir à mesure qu’ils avançaient. Rapidement, sur ordre d’Isaaku, les deux hommes de Sigmund, qui servaient de prisonniers, passèrent entre les mains des forces locales et furent jetés dans une cellule temporaire.

Après quoi, Isaaku conduisit Sigmund et son dernier homme de main dans une petite salle, faisant visiblement office de bureau. Il s’installa sans perdre plus de temps, invitant ses deux interlocuteurs à faire de même, alors que le boucan provoqué par les soldats à l’extérieur parvenait jusqu’à eux.

« S’en prendre à Nanohana, il faut vraiment être suicidaire. Qui que soient ces hors la loi, nous les arrêteront. Nous mobiliserons tous nos réservistes, s’il le faut ! » Pesta Isaaku. « Dites-moi tout sur cet attentat ! Comment avez-vous pu le déjouer ? J’ai cru comprendre que vous voulez intégrer nos rangs ? Si vous nous aider davantage, je pourrais vous prendre avec nous pour travailler et protéger les quai. » Ajouta -t-il, d’un ton plus posé.
Le regard rivé sur cet individu, qui semblait visiblement dégagé quelque chose d’étrange, Sigmund se permit un instant de réflexion. Un instant qui paraissait une éternité pour le soldat qui l’accompagnait, au point qu’il se permit d’ouvrir sa gueule.

« Nous l’avons juste surpris poser des explosifs. Y a plein de témoins, vous pouvez leur demander, ils vous confirmeront. » Lâcha -t-il, sous le regard inquisiteur d’Isaaku.

Sigmund ne daigna même pas tourner sa tête. Non, il préférait juger la réaction de son principal interlocuteur et réagir rapidement en conséquence. Seulement, en cet instant précis, où les deux hommes se jaugeaient et où Isaaku s’apprêtait à prendre la parole, une explosion se fit entendre dans le quai, qui avait été bien vidé de ses soldats depuis l’arrivée de Sigmund.

« C’est quoi ce merdier ! Ne bougez pas, je reviens toute de suite ! » Lâcha Isaaku, qui sortait du bureau en courant.

Curieux, Sigmund fit un signe de tête à l’homme qui l’accompagnait et se mit à suivre Isaaku. Son homme de main s’infiltrait alors dans le tréfonds du quai, tandis qu’Isaaku, Sigmund et les quelques soldats restants voyaient apparaître devant eux un homme masqué, qui sortaient des décombres et de la fumée. Il était accompagné d’une dizaine d’hommes et semblaient avoir un objectif précis.
Qui était-il ?
  • https://www.onepiece-requiem.net/t24718-fiche-technique-schwarz-
  • https://www.onepiece-requiem.net/t24705-schwarz-sigmund-terminee#258326
Un déferlement de fer et de chair.

Un ouragan formidable, une tornade tournoyant sur elle même, déchiquetant n'importe quel marine assez sot pour se jeter sur la demi-géante. Arrêtant son mouvement, de toute sa taille elle laissa son regard supérieur et dédaigneux rencontrant ceux de l'assemblée, la cohue continuait à s'intensifier, toujours impossible de savoir avec précision lequel de ces cloportes transportait et cachait le trésor destiné au Gouverneur. Mais méthodiquement, elles passeraient autant de ces chiens à l'épée, et dans le sang qui teinterait le sable et le sol de Nanohana, parmi le chaos et sourde aux cris et au désespoir des habitants du désert, Izumi s'élèverait et transcenderait le statut de simple mortel. Ils iraient mourir par dizaine de dizaines dans ses bras ou à ses pieds, qu'importe le nombre de vies qu'elle et ses filles ôtaient aujourd'hui, l'Iron Fleet n'aurait aucun remords.

Car c'était uniquement contre les forces de défenses et armées que s'abattait le courroux et le jugement des femmes pirates, il n'y avait pas ou plus de plaisir à retirer en massacrant des populations civils dénuées de moyens de défenses. Non, l'adrénaline ne s'emparait de son corps que lors de ces moments, de ces affrontements contre des êtres singuliers et hors du commun. Pour se rappeler que chaque combat pouvait être le dernier, dans la chaîne alimentaire s'élever signifiait survivre, minimiser à chaque échelon gravis encore un peu plus le nombre de prédateurs au dessus de sa personne.

Le sol tremble et c'est d'un bond sur sa gauche qu'Izumi esquive de justesse l'attaque de son adversaire. Prenant appui sur son pied droit, elle saute dans les airs avant d'abattre son poignet et Menteuse de son bras droit couvert du fluide l'armement. Qu'importe la douleur, elle ne tomberait pas, la vie de pirate, la vie de meurtrière et de fléau lui avait apprit à toujours s'élever lors des moments critiques, mais cette fois cette attaque marquerait la fin des dommages collatéraux.

- Seigneur El Mar !

Son adversaire ne réponds pas à ce qui semble être son nom, mais dans les tranchées, Izumi sait que comme des rats quittant le navire à tout moment, les officiers et l'escorte disparaitraient dans les ruelles adjacentes. Le combat égal, à l'étroit entre les bâtiments ne bloquera la fuite des défenseurs de Nanohana qu'un moment. Augmenter l'intensité, forcer l'ennemi à prendre le chemin choisi.

- Aera, maintenant!

Tonne de la voix la demi-géante, au milieu des combats dominant de toute sa taille la majorité des défenseurs du royaume des dunes. Contrairement aux officiers endimanchés, ses subalternes ne l'appellent pas à l'aide, et c'est Izumi qui abat son as. Des fenêtres, des ruelles, de tous les côtés sortent alors les Daughters of Infamy, maniant leurs énormes haches aussi grande qu'une lance, les premières victimes et les corps mutilés, démembrés firent l'effet escompté et un vent de panique s'empara des soldats d'Alabasta, déjà empêtrés au corps à corps contre les assaillantes, et désormais à lutter contre les troupes de la seconde lieutenante de l'équipage. Un léger sourire narquois sur le visage angélique de la jeune femme, les troupes d'El Mar reculaient désormais pour entourer celui qui répondait au titre de Seigneur. Une boucherie, les cris des blessés et de ceux agonisants étouffés par le fracas des lames s'entremêlant, par le beuglement de désespoir ou de victoire de chacun, le brouhaha ambiant n'empêchait pourtant pas la forgeronne de se concentrer, ses sens en exergue, ses muscles tendus et la sueur perlant sur son front tant son duel contre El Mar était physique.

Il ne lui laissait aucun répit, en dépit des pertes dans les rangs de ses subalternes, Jazio maintenait la pression et un rythme rapide, la cadence de ses attaques, la fluidité de ses mouvements, ses ripostes et parades empêchaient Izumi de le mettre en réel difficulté. Mais si la pirate ne parvenait à passer outre la défense de son ennemi, le garde Princier était plus ou moins dans la même position, Izumi s'adaptait à son rythme, et ne tentait pas véritablement de le mettre en danger. Occuper son attention, et jouer sur l'endurance semblait être le meilleur plan pour la capitaine pirate, jouer sur plusieurs tableaux tout en démontrant à El Mar que ce n'était pas toujours le premier plan le plus important, et si se penser supérieur et plus maline paraissait pour de la vanité, Izumi n'affichait aucunement un air dédaigneux, un sentiment de curiosité s'était également doucement emparé d'elle. Comment le Marchand de Sable répondrait il, et surtout pouvait il répondre ?

Sa jambe s'arcbouta, recouvert du fluide de l'armement, la Supernova ne cacha pas sa surprise et son mécontentement lorsque El Mar enflamma sa jambe, avant de l'abattre sur le plastron de la femme, l'envoyant valdinguer et s'écraser au travers d'une habitation d'un côté de la ruelle. Derrière son armure, recouvrant son plexus du haki du combattant, Izumi encaissa, au delà de la grimace s'affichant sur son visage, la douleur était réellement présente.

- Un peu de dignité fils d'Alabasta ! Montrez que vous méritez vos médailles, que vos décorations ne sont pas uniquement des babioles ! Pour la Reine Vivi, pour la dynastie Nefertari et Alabasta nous repousserons ces verm..

Jazio arrêta d'haranguer ses hommes, au moment ou de nouveau, sortant des décombres et des débris, les cheveux tombant sur son visage, Izumi craquait ses articulations. Passant une main sur son front pour se recoiffer grossièrement, le sang, les plaies, une toux rauque un glaire entre sang et salive, il est certains qu'elle souffre et que le coup enflammé de Jazio a fait des dégâts. L'Armure reste pourtant fidèle à ses principes et son image de "marque", ne jamais rien laisser paraître, l'empêcher de capitaliser et de rallier ses fidèles.

- Filles de l'Iron Fleet, votre capitaine attends encore sa malédiction.

Un ton amusé en lâchant ces mots, un regard narquois et moqueur en soutenant celui d'El Mar. Le Marchand de Sable ne l'endormirait pas de sitôt, le sommeil éternel attendrait, et Morphée aussi. Izumi flirtait avec la réussite, l'adrénaline la maintiendrait éveillée pendant des jours, insatiable tant que l'Armure ne mettrait pas les mains sur ce que protégeaient les locaux.

L'Iron Fleet ne demandait pas, elle prenait.


Spoiler:
  • https://www.onepiece-requiem.net/t13522-izumi
  • https://www.onepiece-requiem.net/t13445-izumi