Le Deal du moment :
Pack Smartphone Samsung Galaxy S22 6.1″ + Galaxy ...
Voir le deal
599 €

Le Corbeau contre Le Marionnetiste! L'affrontement d'une vie!

Cela faisais maintenant un mois que je l'avais revu. Un maître, un mentor, plus que ça, un modèle. Une trace que je m'étais efforcé de suivre. J'avais beaucoup de mal a l'accepté, pourtant les fais était la. Il était un pirate, plus que ça, un capitaine de flotte d'un empereur. Pourtant, dans le fond, j'avais cette conviction. Toute ma vie, il m'avait poussé a devenir ce que je suis. Il voulait un successeur, pourtant, c'était un destructeur que je me présenterais a lui.

Je l'avais revu, alors que c'étais pour moi le moment d’arrêter Edward, mais c'étais maintenant un bien plus grand défi qui m'attendais. Nous nous étions affronté, et il avais simplement disparu, mais cette fois c’était la fin, le moment de dénouement que j'avais attendu toute ma vie. Un moment que j'avais tellement a la fois attendu, mais aussi redouter, un ultime défi, une dernière leçon, le moment de prouvé a mon mentor que j'étais enfin devenu maitre a mon tour.

J'allais devoir détruire celui qui m'avait créé, fais de moi ce que je suis. J'étais résolu, c'était la voie que j'avais décidé de choisir depuis bien des années. Combien d'années avais-je rêver de ce jour ? Celui ou je l'affronterais, ou je le vaincrais et que j'aurais enfin réussi a le surpasser.

Lors de notre rencontre, il m'avait remis un bien étrange éternal pose. Celui d'une destination appelé "Reverie" Une île bien étrange mêlée entre mythe et réalité. Rien de concret ne semblait se dégager de cette île, hormis une légende sur une femme du nom de blanche. J'avais enfin compris comment il faisait pour disparaître, caché sur une île caché sous un épais miroir d'illusion.

Oh, combien la lutte contre la mer fut dure pour les marins, oh combien était dure cette guerre qui se faisait dans mon esprit. Etais-je prêt? Comment pourrais-je vaincre celui qui m'avait tout appris ? Je devais revoir ma façon de lancer mes couteaux, ma façon de pensé qu'il m'avait transmise. Je pensais a tout ce qu'il m'avais appris, a quel point j'admirais cette homme. Cette magie qui n'avais peut-être été rien de plus qu'une illusion, alors pourquoi? Pourquoi était-ce si dur de me résoudre a en finir pour de bon? Je devais me reprendre, j'étais un chef d'équipe du Cipher Pol et j'avais juré a Caramélie que je saurais me montré comme un véritable agent.

Je devais le faire, je devais en finir.... Pourtant quand le moment sera venu, est-ce que j'en serais véritablement capable? J'en avais parfois les mains qui tremblais, une véritable angoisse. Il étais mon maitre, comment pourrais-je être la moitié de l'homme qu'il était? Je devais oublier tout ça, je devais oublier son admiration ou c’était bien elle qui me détruirais. Pourquoi?... Pourquoi fallait-il que tu sois un pirate? Ne pouvait-tu pas rester l'homme que je devais surpasser le sourire aux lèvres et non pas l'homme dans le sang devrais recouvrir mes poings?

Je t'aurais vainçu, et nous aurions continuer a faire de la magie, pourquoi être le plus grand de tout les magiciens ne pouvait-il pas te suffire?

Au bout d'un long trajet éreintant, enfin arriver a destination, je découvrais une île couverte de brume, que l'on croirais sorti tout droit d'une légende. Aux frontières du réel, j'attendais maintenant Caleb, qui m'avait donné rendez-vous ici même. Je posais un pied-à-terre, alors que je restais les mains dans les poches, tout en reprenant :

" Je vois que tu est toujours aussi doué pour les grandes mises en scène, n'est-ce pas Caleb? "  
  • https://www.onepiece-requiem.net/t22580-alaaric-minaro-funny-lit
  • https://www.onepiece-requiem.net/t21936-sweet-dream-presentation-alaaric-minaro
- Le contraire serait-il vraiment digne du plus grand magicien du monde ?

Sa voix ? Elle provient de partout et nulle part à la fois. Comme un écho qui résonnerait autour de toi, te voilà immédiatement plongé dans la perplexité de ne pas savoir où il se trouve.
Autour de toi, la brume semble s'écarter, comme pour te mettre au centre d'une cible géante qui s'agrandit au fil des secondes.

Et enfin, il apparait, sur ta droite. Enlevant son masque de son visage pour te fixer de son air narquois que tu connais si bien... Un air qu'il a toujours afficher... comme un autre de ses masques finalement.

- Alors Alaaric, es-tu prêt à me montrer l'étendu de tes progrès ?

Même si son image est bien là, sa voix elle semble une nouvelle fois résonner autour de toi. A telle point que tu oses un regard à gauche quand tu coins de l'oeil tu vois quelque chose bouger au travers de la brume. Et tu fais bien : parce que c'est encore lui... A deux endroit ? Que tu saches, Caleb n'est pourtant pas un utilisateur de fruit du démon... Serait-ce un nouveau de ses tours ?

- Allez Alaaric... Impressionne moi !

Ces derniers mots résonnent en toi, allant directement chatouiller ton esprit, mais surtout, ton libre arbitre...

Comme lorsque tu étais enfant et que, pour te forcer à l'obéissance, il osait user de ses dons hypnotiques sur toi...
    Assez rapidement, fidèle a lui-même, il faisait une entrée digne de l'un de ses plus grand tours, sauf que j'étais bien loin d'être le jeune gamin impressionnable que j'étais avant. Il me demandait si j'étais prêt à montrer des progrès ? Ses paroles sonnaient en moi comme une provocation, alors qu'a cet instant, je n'avais aucun doute. J'étais aujourd'hui plus fort que je ne l'avais jamais été, une vie entière que j'avais passé a vouloir le surpasser et me voici arrivé au bout de ce long voyage, alors que je reprenais :

    " - Ne sois pas trop presser... Tu sais très bien que j'ai attendu ce moment toute ma vie, et qu'a la fin de ce combat, tu ne seras plus le plus grand des magiciens. "

    Il m'ordonnait de l'impressionner, alors qu'il s'était encore dispersé. Je souriais un instant, mon esprit boosté par ce léger discours qu'il m'avait tenu... Il avait bien des tours dans sa poche, mais j'en avais moi aussi et il ne tarderait pas a le découvrir. Un léger mouvement de ma main, alors qu'autour de nous, se faisait une cage. Je savais qu'il été adepte du combat a distance, au corps-à-corps, il n'avait aucune chance de lutté contre mon Rokushiki. J'avais déjà compris qu'il usé de mirage, pourquoi ? Parce que je savais de quoi il était capable.

    Tout ce qui était impossible ne l'était pas pour lui, maître des illusions, capable d’hypnotisé d'une seule parole, je devais faire attention a chaque mot, a chaque regard... Je devais être prêt a me libéré de son emprise a n'importe quel moment. Toute cette brume était pour lui un terrain de jeu, une grande illusion qu'il utilisera a son avantage. Je prenais alors la parole, le regard déterminé :


    " - Tout ce que je sais, c'est toi qui me l'a appris, il faudra bien plus qu'une petite illusion pour parvenir a me surprendre ! "

    De mon côté, j'étais déjà une petite surprise pour lui, et si c'était un duel de magicien, je ne perdrais pas. Cette flamme, ce désir de vaincre qui m'a toujours animer ne me le permettrais pas, quitte a en mourir. Je jetais dix couteaux, puis je les accrochais avec mes fils, afin de les manipuler, et de les envoyer virevolté dans plusieurs directions. Je le forcerais a sortir de sa cachette, a ce moment la seulement le véritable combat pourra commencer !!

    Spoiler:
    • https://www.onepiece-requiem.net/t22580-alaaric-minaro-funny-lit
    • https://www.onepiece-requiem.net/t21936-sweet-dream-presentation-alaaric-minaro
    - Petite ? Allons Alaaric, ce serait bien mal me connaître...

    Est-il déstabilisé par tes techniques ? A-t-il remarqué le dôme que tu as tissé autour de cette arène de brume ? Tu n'as pas vraiment moyen de le savoir mais tel que tu le connais, il serait étonnant qu'il n'est pas lu dans tes intentions... Et comme apportant un élément de réponse à tes questions, alors que tes couteaux fusent autour de toi, la brume, elle, reprend ses droits tandis que les deux mirages de ton maître s'évaporent à l'impact de tes armes de jets.

    Et avec ce nuage blanc tout autour de toi, ta vue ne t'est plus d'aucune utilité... Ne te reste alors plus que tes armes tenus par ces fils que tu contrôles. Et justement, il se trouve que l'un d'eux vient d'heurter quelque chose de bien réel, produisant un son métallique qui ne trompe pas. Est ce par là qu'il est ?

    Mais à peine ce son réconfortant à tes sens perdus dans cet environnement entièrement blanc te provient qu'il est suivit d'un autre.

    - Quels certitudes... Sa voix vient de droite ! As-tu... Ou de gauche... ? Alaaric ? Derrière ? Tes sens te font défaut. Tu ne sais plus où tu es, et tu vas tomber.

    Son hypnose, sa voix... Elle est dans ta tête, elle t'impose d'agir en conséquence... Pourras-tu y résister ?

    - Es-tu réellement à ma hauteur ?


    Dernière édition par PNJ Requiem le Ven 2 Déc 2022 - 20:11, édité 1 fois
      Comme a son habitude, Caleb ne pouvait pas s’empêcher d'être provoquant. Il savait qu'il été au dessus du commun des mortels, et n'a jamais raté une occasion de le rappeler, mais comme je l'ai dis précédemment, je ne me laisserais pas impressionner. Je n'étais aujourd'hui plus un enfant, et il était hors de question pour moi de perdre sans réagir.

      Ses mirages disparaissaient, mais pourtant, il me connaissait, il savait de quel bois j'étais fais et plus que quiconque, il savait que j'étais d'un orgueil a toute épreuve. Il m'hypnotise, prend le contrôle de mes sens, mais je refuse pour autant de me laisser manipuler. Il était le corbeau, mais moi j'étais le marionnettiste. Je sentais un instant mon corps flancher devant ses mots, alors que je prenais la parole a mon tour.


      " Je t'admirais, voilà ce dont je suis certain. Plus que tout autre, je voulais être comme toi, tu le sais... Tu l'a toujours su. Je ne vis que pour ce jour, pour celui ou j'aurais prouvé que je suis capable d'être le meilleur, ce feu, c'est toi qui me l'a transmis et en souvenir de ce que tu a représenté pour moi pendant tant d'années, il est hors de question que je flanche maintenant. "

      ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

      Ce moment ce passe il y aujourd'hui plus de vingt ans... Ce jour-là, cela faisait quelque temps déjà que le corbeau m'avait pris sous son aile, et m'enseigner petit a petit comment détourner l'attention et surtout comment retrouver la bonne carte a chaque moment. J'avais beau essayer encore et encore, rien n'y faisais, je n'étais pas capable de tout voir. C'est alors qu'il prit un paquet de cartes, me fit une démonstration de haut vol.

      Capable de mélanger les cartes sans même les regarder, me dire en temps réel quelles cartes était dans ses mains. Alors qu'il prenait la parole :


      " - Tu n'y parviens pas, car tu a de trop bon yeux... Un magicien ne se fis pas qu'a sa vue, mais au toucher, au son que produit une carte. Le sens du détail, l'analyse avant l'observation. Tant que tu n'aura pas appris a te passer de tes yeux, tu ne parviendras jamais a connaître chacune de tes cartes. Sens le détail, apprends a reconnaître le toucher de chacune de tes cartes... Les plis du papier, le poids de chacune d'entre elle. Ce talent, c'est ce qui différencie un amateur et un maître."


      Je n'étais qu'un enfant, mais j'étais bouche bée devant une telle maitrise. Un art, un savoir-faire inégalable, voilà ce que cet homme avait dans les mains, pourtant, je savais ce que je voulais... Je voulais devenir comme lui, plus encore, je voulais devenir meilleur que lui. Un jour, il serait capable de voir ma véritable valeur. A mes yeux, il m'avait choisi pour hériter de son art, il croyait en moi, de la même façon que je croyais en sa magie.


      --------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

      Les choses avaient bien changé... Il n'était plus un mentor, il n'était plus un modèle... Mais un traître, un ennemi du gouvernement que je devais faire tomber. Peut-être que je me trompais, peut-être que toute ma vie je n'avais été qu'un tour de plus, un passe-temps qu'il avait pris plaisir a manipulé. Il était le père que j'aurais dû avoir, il était l'homme que je voulais devenir... J'avais été stupide, et il était temps pour moi de rattrapé mon erreur.

      C'est donc dans un souffle que je créais un clone de fils, dans une mesure encore inédite, puisque cette fois, c'était ma marionnette qui serait mes jambes. Je connaissais chacun des mouvements, même privé de la vue, ou pris dans une hypnose, j'étais le marionnettiste, même si mon corps devait devenir ma propre marionnette.

      Je prenais la parole, alors que je me lâchais d'une de mes mains, afin de créer cinq pantins de fils de la seconde main. Je les envoyais chasser dans la direction dans laquelle j'avais entendu le bruit. J'avais bien l'intention de le faire sortir de sa cachette, alors que je prenais la parole :


      " - Tu aurais tort de sous-estimer le magicien que je suis devenu... Après tout, n'oublie que j'ai eu le plus grand des professeurs, alors tes hypnoses ne suffiront pas a me vaincre ! Tu vas devoir venir et te salir les mains si tu veux me battre. "

      Une provocation ? Bien sur que oui. Il ne pourrait pas me battre au corps-à-corps et il le savait bien, pourtant, je savais que son orgueil était comme pour moi sa plus grande faiblesse.
      • https://www.onepiece-requiem.net/t22580-alaaric-minaro-funny-lit
      • https://www.onepiece-requiem.net/t21936-sweet-dream-presentation-alaaric-minaro
      - Me salir les mains ? Mais quelle drôle d'idée tu as là...

      Un a un, tes clones de fils disparaissent tandis que ce qui les a tué se plantent dans le sol une à une, jusqu'à ce que la dernière se plante à tes pieds. Des couteaux ? Après tout, c'est lui qui t'as enseigné à t'en servir... Mais quand tu regardes, ce n'est pas une lame que tu trouves au sol, mais un petit rectangle de métal tranchant...

      Une carte. En tout point similaire à celles avec lesquels il t'apprenait à analyser plutôt qu'à observer. Au détail près que celle ci est en métal, qu'elle est tranchante et que c'est le valet de pique.

      - Je te sens perplexe mon cher élève. Aurais-tu quelque chose sur le cœur que tu voudrais me dire ?

      Sa voix résonne toujours autour de toi tandis que la brume qui t'entoure semble se noircir petit à petit et que l'atmosphère devient lourde, très lourde.

      - Tu sais bien que tu ne peux rien me cacher...

      Décidément, il y a quelque chose qui cloche avec ce combat. Comme si... Comme si Caleb ne cherchait pas vraiment à t'affronter. Comme s'il te testait avant d'oser se montrer réellement. Tu le sais, tu le connais : ton maître possède le haki de l'empathie. Et tu sais aussi qu'il n'aime pas perdre son temps en futilité.

      Aussi, son comportement si distant pourrait bien être un simple test pour savoir si tu es réellement prêt à le défié pour son titre, ou s'il juge que tu dois encore progresser pour cela.

      Il faudra donc plus que de simples lancés de couteaux et créations de poupées de fils pour attirer réellement son attention. D'autant plus s'il s'en ton esprit tiraillé.
        Caleb décidais de ne pas répondre a mes provocations. Mes pantins tombais un a un. Des couteaux? Non, c'était bien autre chose, des cartes faites de métal? Je reconnais que cela collais plutôt a son style. Il continuais de transformer cette atmosphère, en la rendant pesante, lourde. Usant a son nouveau de son hypnose sur moi. Il sentait le conflit en moi. Je devais le battre, je devais l'arrêté. Mon cerveau le savait pourtant....

        J'en tremblais un instant de rage. Il était un criminel, un traitre! Alors pourquoi? Pourquoi est-ce que je n'avais pas envie de mettre fin a tout ça?... Il été mon modèle, le plus grand des magiciens. Le maitre des illusions, chacun de ses tours soulève des foules. Chaque jour, il montre que l'impossible de l'est pas, que tant que l'on y crois, rien n'est irréalisable, que même les illusions pourtant fausse ne le sont pas, pour le peu qu'on décide de croire en elle.

        ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

        Ce jour-là, comme tant d'autre, je m'exerçais a mes tours. Apprenant a la perfection chacun des gestes, en comprenant la façon de penser de Caleb. Chacun de mes tours se voulait identique. Pour devenir le meilleur, je devais devenir comme lui, c'était la plus grande de mes certitudes. Pourtant, un jour, il ne semblait pas satisfait.

        j’exécutais ma technique de carte a la perfection. Chaque de mes gestes avait la parfaite maîtrise, un geste qui m'avait demandé un mal de chien a réalisé, mais pourtant, j'avais parfaitement réalisé le jongle de carte. Pourtant, il me regardait, d'un air plutôt contrarié :


        " - C'est bien... Tu a parfaitement réussi, si mon but était de me regarder dans un miroir. "


        Je dois bien avouer que sur le coup, j'avais bien du mal a comprendre. Alors qu'il reprenait la parole:


        " - Tu est talentueux Alaaric, mais tu m'admires trop. C'est ta plus grande faille, et tant que tu n'aura pas réussi a surpasser ça, tu n'arriveras jamais a me surpasser. "

        Quelques jours plus tard, Caleb quittais l'île. Je devais bien avouer que je n'avais jamais vraiment compris pourquoi il m'avais dis ça. Ma technique était parfaite, alors qu'avais-je fais de mal? En quoi mon admiration pouvait-elle être un frein? Peut-être avais-je enfin trouver le début d'une réponse.

        ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

        Mon regard se voulait sombre, presque vide, alors que je prenais enfin la parole :


        " - Je n'ai jamais voulu tout ça.... Je voulais que tu sois fier de moi, je voulais te vaincre, te surpasser, mais aujourd'hui, je crois enfin avoir compris ce que tu voulais dire ce jour la... "


        Soudainement, des fils se mirent a dégager de mon corps, partant dans beaucoup de directions différentes. Je continuais mon monologue :


        " - Je ne peux pas te surpasser.... Du moins pas comme ça. En tout point, tu a toujours été le magicien parfait a mes yeux, celui que je voulais devenir pourtant... J'ai enfin compris que pour te dépasser, je devais arrêter de vouloir devenir comme toi. "

        Mon regard reprenait soudainement vie, d'un désir ardent encore jamais égalé. Le doute avait totalement disparu de mon esprit, j'avais enfin compris.

        " Pour te surpasser, je dois simplement devenir moi !! "

        J'étirais mes fils, qui s'arrochaient au dôme, alors que je me mettais a tiré de toute mes forces pour refermer petit a petit la cage:

        " - Tu est aujourd'hui un ennemi, et si je dois te tuer qu'il en soit ainsi ! Prépare-toi a m'affronter CALEB! "

        D'un geste, je me brisais le doigt afin de casser l'hypnose. Je fermais la cage, il ne pourrait plus se cacher dans la brume ! Je prenais a nouveau le contrôle de ma marionnette qui prenait cette fois une forme noire de la couleur du Haki de l'armement. Le véritable combat allait enfin pouvoir commencer. Je n'avais plus aucun doute, plus aucune hésitation. Je vais tenir ma promesse envers Caramélie, et agir en véritable agent du CP9, plus encore, j'allais battre Caleb a son propre jeu en tant que magicien !


        • https://www.onepiece-requiem.net/t22580-alaaric-minaro-funny-lit
        • https://www.onepiece-requiem.net/t21936-sweet-dream-presentation-alaaric-minaro
        Alors que ta cage se referme soudainement pour coincer ton mentor, l'un des côtés se fait soudainement sectionner tandis que la brume disparait d'un coup et que Caleb se montre enfin devant toi.

        Cette fois, il ne sourit pas, te regardant avec une sévérité qui te rappelle toutes ces fois où le magicien étaient déçus de toi. Ces moments étaient rares, et jamais agréables pour toi.
        Et ce moment en est un.

        Est ce parce que tu as mal répondu à son énigme qu'il t'a posé il y a si longtemps ? Pourtant, au fond, tu sais très bien que c'est cette réponse que tu devais formuler. Alors pourquoi ? Pourquoi ce regard ?

        - Tu comptes réellement me tuer Alaaric ? Je suis ton ennemi ?

        Quelle déception pour Caleb de voir son meilleur élève se créer de telle barrière...

        - Un magicien n'a pas de maître Alaaric. C'est sa liberté qui lui offre sa puissance. Quelle gâchis. Te voilà devenu l'un de ces chiens du Gouvernement au point de renier celui que tu es.

        Et finalement, un nouveau sourire en coin vient illuminer son visage alors qu'un petit rire lui échappe une seconde.

        - Dommage. Tu étais celui en qui j'avais le plus d'espoir. Mais si c'est un duel à mort que tu souhaites, alors... Tâche de ne pas me décevoir.

        Et, alors qu'il écarte les bras, tu vois le ciel au dessus de sa tête se noircir de nuages noir tandis qu'il disparait soudainement de ta vision pour réapparaitre la seconde d'après tout autour de toi à la fois, ayant répliqué douze fois son image et t'encerclant telle le cadran d'une horloge encerclant les aiguilles.

        Et au dessus de toutes ces têtes, les nuages noirs se répandent.

        Puis l'un des doubles lance une carte de métal. Le vrai ? Mais cette fois la carte te vise clairement. Et à peine l'esquives-tu de justesse qu'elle est frappée d'un éclair.

        Et immédiatement une seconde t'arrive dessus.

        Cette fois, Caleb est prêt à sortir son véritable jeu.