-33%
Le deal à ne pas rater :
Pack Ecouteurs SAMSUNG Galaxy Buds 2 Noir + Chargeur rapide
99.99 € 149.99 €
Voir le deal

Et si on atteignait la liberté ?

Et si toute ta vie, tout ce que tu as vécu, fait, senti, touché, mangé, goûté, fait l'expérience, tout ça pouvait se résumer à cela ? A cet instant. Et si tout t'avait amené à ce moment précis dans ton existence ? Toute ma vie, j'ai été un empathe. Je comprends et ressens ce que ressentent les autres. Le mantra a été le premier haki que j'ai éveillé, dévoilé, compris et maîtrisé. Je me suis tellement entraîné, tellement sué pour le perfectionner que, récemment, j'ai brisé mes limites. Ces chaînes qui me limitaient, je les ai perdues. J'ai l'impression de pouvoir voler. C'est comme si j'avais perdu un poids de plusieurs tonnes qui me retenait en arrière. Je suis ... libre. Il n'y a pas de meilleur sentiment au monde. Cette liberté que j'ai tant cherché, pour laquelle j'ai tué sur ma route, pour laquelle j'ai brûlé des villages entiers ... Je l'ai atteinte. Libéré des étreintes de ce monde, je renais. Je suis malade. Je l'ai toujours été et le serais toujours. Je suis mort. Puis je suis revenu. Je suis tombé malade. Je suis revenu. J'ai faillit mourir contre Marylin. Je suis revenu. J'ai dépassé ma condition. Quelque chose en moi a évolué. Sur le coup, je n'ai pas compris. Maintenant, je comprends. Il m'a fallut du temps. Un bon bout de chemin a été fait à l'aveugle. Mais je suis là finalement. Là où j'aurais toujours du être. Bien dans ma peau. Cette rage qui me rongeait depuis des décennies, cette colère en moi qui grondait et pouvait frapper n'importe que, n'importe où, n'importe quand, ces instants de fureur qui me faisaient perdre pied ... Ils sont terminés. Je ne saurais expliquer pourquoi. Mais je sais quand. Quand j'ai réalisé mon rêve.

Certaines rêvent du One piece. D'autres d'unir les peuples, de guérir des maladies, de parcourir le monde ... Je 'ai toujours voulu qu'une chose, obtenir ma liberté. Ne plus être esclave de qui je suis, mais devenir maître. Maître de quoi, vous demandez-vous ? D'une chose aussi simple qu'un atome, mais d'aussi complexe que l'Univers. Maître de moi. Quand j'ai brisé ce mur, en atteignant un stade du mantra que seule une minuscule poignée de personnes dans le monde a réussit à atteindre, j'ai, par la même occasion, atteint mon but ultime, le nirvana. Je n'ai plus le désir d'être libre, parce que je le suis. Je ne souhaite plus devenir riche, car l'argent est éphémère. Je ne veux plus devenir puissant, cela ne fait que rapprocher la mort. Je n'ai plus envie de famille, je l'ai déjà trouvé. Aujourd'hui, je ne me redoute plus. Je me sens changé. Et je le suis. Mon équipage s'est remis de ce qui s'est passé sur la Fin de Toreshky. Moi aussi. Grâce à Marylin, j'ai trouvé ma coquille et ai réussit à la percer pour m'en extraire. Ce faisant, mon monde a changé. Pour mon équipage, je suis toujours le même, physiquement parlant. Mais ils ont compris qu'intérieurement, je suis nouveau. Pour commencer, je les agace à finir leurs phrases et deviner ce qu'ils vont faire avant qu'ils ne le fassent. Ensuite, mon intuition s'est encore plus développée qu'auparavant. Et pour finir, quand on a croisé des équipages, je n'ai forcément eu envie de les tuer pour les piller puis les détruire. Chose nouvelle pour toute personne me connaissant. Ils ont même envisagé un exorcisme. Mais connaissant mon opinion envers les cultes basés sur le mensonge, le massacre, la vénération sans limite, les règles qu'il faut impérativement suivre sinon on est impur et on ne mérite pas de vivre, basés sur la discrimination gratuite, t'interdisant d'être qui tu es sous peine de te voir mourir, et qui, en plus, jugent font croire aux gens ne faisant pas parti de leur culte qu'ils finiront brûlés jusqu'à la fin de temps, mes hommes ont vite renoncé. J'ai changé, mais pas à ce point non plus.

Depuis ma discussion avec Red par den den, où je lui disait vouloir devenir corsaire pour me venger de la révolution, depuis que j'ai du m'apposer mon color trap gris sur moi pour m'auto-hypnotiser, je vois les choses différemment. Je comprends enfin le point de vue de Red sur le monde. Et celui des autres comme lui. Tout le monde n'est pas ami ou ennemi. Le monde n'est pas blanc ou noir. Le monde est le monde. Ce n'est pas parce que tu es fort que tu dois écraser les plus faibles que toi. La vie doit être préservée, non détruite par simple volonté ou plaisir. Je n'ai que très rarement vu les choses ainsi, auparavant. Pourquoi tuer quelqu'un maintenant, un petit poisson ? Pourquoi lui briser ses rêves ? Autant le relâcher et le retrouver plus tard, confronter vos rêves, l'éduquer, lui apprendre. Si les vices-amiraux ne m'ont jamais vu comme une menace, c'est parce qu'on ne joue pas dans la même cours. Je le comprends aujourd'hui. ThunderBird est réputé pour être la justice tranquille. Il attrape les gros criminels mais relâche les petits pour les récupérer plus tard, quand ils ont grossit. Et je comprends pourquoi. Ça fait tellement de bien.

L'île se rapproche rapidement. Les locaux sont surpris de me revoir, sans le reste de l'armée, et sachant que le combat continue ailleurs. Ils n'ont pas besoin de savoir, cela ne les regarde pas. Et le monde le saura bien assez tôt. Je sors de ma cabine, le contre maître donne les ordres. Puis je vais dans mes quartiers, dans ma Frapperie. Pendant que je passe, on s'écarte. Je n'ai pas le temps d'atteindre mon bureau que déjà les rumeurs les plus folles circulent à mon sujet. Mais je n'y prête pas attention. Cela m'importe autant la forme des nuages dans le ciel. Une goutte dans un océan de choses insignifiantes.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t8326-fiche-de-clotho-tas-natak
  • https://www.onepiece-requiem.net/t8191-clotho-tas-natak-en-attente-du-test-rp
Mourir. Pour renaître. Voilà ce que j'ai vécu. Et en si peu de temps. J'ai changé d'une façon que je n'aurais jamais pu imaginer avant de partir pour affronter Teach. Pendant le combat contre Marilyn, je suis resté le même. Un poil plus effrayé vu la puissance du bonhomme et ma faiblesse. Je suis mort une fois il y a des semaines à cause de ma maladie. Parce que je l'ai laissé prendre de l'emprise sur moi. Aujourd'hui, je t'attrape de mes mains. Je te regarde entre quatre yeux. J'ouvre la fenêtre et je te balance. Pas au revoir, non. Mais adieu. Je ne te reverrai pas. Le futur me le confirme. Je ferme la fenêtre. Je renaquis en revenant à moi, avant d'aller sur l'îlot de Toreshky. J'ai fait un petit laïus sur la liberté, mes projets. Puis je suis mort là bas. Mes projets ont sombré avec moi. J'ai connu la peur. Celle qui vous glace le sang, vous fait trembler sans que vous ne puissiez vous en empêcher. Je suis revenu la vie, empli de rage, de colère et de haine. Envers la révolution pour avoir détruit mes navires et tué mes hommes.

J'ai réussit à canaliser ces émotions pour en faire quelque chose de productif. J'ai atteint l'éveil de mon empathie. Le stade dont personne ne parle. Et ce faisant, j'ai été doté d'une nouvelle vie. Une nouvelle vision des choses. Comme si un voile avait obscurcit toute ma vie jusqu'ici. C'est étrange de se rendre compte à quel point on peut avoir été aveugle. Vengeance, ce mot était ma raison de vivre. Pendant des années. Aujourd'hui, je me souviens de ce mot. Je sais qu'il compte pour moi. Et je me doute qu'il reviendra. Je peux déjà voir son ombre qui glisse, petit à petit. Elle rampe vers moi. Elle contourne la lumière pour se rapprocher. Je sens dans chaque fibre qui constitue mon être que je ne suis pas encore entièrement en paix avec moi même. Il me reste trois personnes à visiter. Deux à éliminer, une à remercier et à qui demande de l'aide. Yonesku attendra, ce n'est pas ma priorité. Je dois me débarrasser de ce qui me ronge. Mes yeux se posent sur la carte du monde et le chemin que j'ai tracé avant de partir.

Kuraigana ... Me venger de Mizukawa Sutero pour les deux défaites que j'ai subit. En tant que lieutenant, face à une supernova pouvant volant, je n'avais aucune chance sur l'île du commencement et de la fin. En tant que jeune pirate face un expert non plus. J'ai résisté, je lui ai rendu la vie difficile. Mais j'ai du fuir à cause de la différence de puissance entre nous. Je voulais aller chez lui, sur cette île, et l'affronter pour me venger. Cette sensation a disparut. Je n'ai plus besoin d'aller là bas. Totrino Ketanos, en revanche ... Ce contre amiral qui m'a poursuivit, avec Franck, quand on a quitté le royaume de l'absurde suite à la révélation de mes idées révolutionnaires. Il nous a chassé, traqué comme des animaux. C'est en parti de sa faute si mon aimé est mort. S'il n'avait pas fait pression avec ses navires ... S'il avait été un peu en retard ... La pire chose pour moi, c'est que je comprends pourquoi il a fait ce qu'il a fait. Tout ça m'a mené à tuer un contre-amiral, celui-là même qui a tué mon mari, dans la minute qui a suivit ce drame. Franck m'avait demandé de ne pas me laisser aller à la haine. Je n'en ai pas été capable. Je ne l'ai jamais été. Malgré mes trois morts ? Quatre morts ? J'ai arrêté de les compter. Je suis mort physiquement trois fois, plus une à cause de ma maladie qui m'a handicapé. Et ... trois ou quatre fois psychologiquement parlant. La mort est devenu une compagne que je retrouve et avec qui je discute comme une vieille amie. A chaque fois, elle m'attend. Et à chaque fois, elle repart bredouille en me disant "à la prochaine". C'est devenu un jeu entre nous. Un que je perdrais forcément. Sauf si l'on se souvient de moi. Ainsi, même une fois mon corps disparut, je ne mourais pas. Je vivre dans le cœur et la mémoire des vivants.

Bref. Je me perds dans mes pensées. J'ai encore besoin de les organiser. Je vais commencer par aller libérer ma conscience et tuer le contre-amiral. Ensuite j'irai sur Drum voir le docteur. Puis je retourne sur South Blue, mettre de l'ordre à Rokade. Et enfin, j'irai faire un coucou à Cassandre sur le Don des Saints. J'irai réveiller ces gens que je détestais auparavant. Ceux-là même qui m'ont chassés. Et pour qui aujourd'hui j'éprouve de la pitié. Ils ne sont pas intelligents, mais ils ne méritent pas d'être esclaves. Personne ne le mérite. Alors j'irai les libérer. Et ensuite ... Ensuite on verra.

" Entre, " dis-je avant même qu'on frappe à ma porte. Kenshi est de l'autre côté. Il pousse la porte. La conversation qui suit n'est pas importante. Le seul détail notable est sa remarque sur moi. " La liberté ne peut être que toute la liberté ; un morceau de liberté n'est pas la liberté. ” Ce guerrier issu de Shimotsuki vient de résumer mes pensées. Pour être vraiment libre, je ne dois pas être affranchis. Alors une fois de plus, je le laisse gérer les choses. Il se débrouille à la perfection. Quand il me quitte, je me retrouve seul avec mes pensées. D'un seul coup, un de mes escargophones sonne. Un qui n'a pas fait de bruit depuis au moins un an. La dernière fois, j'étais un révolutionnaire.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t8326-fiche-de-clotho-tas-natak
  • https://www.onepiece-requiem.net/t8191-clotho-tas-natak-en-attente-du-test-rp
« Allô.
Clotho ? C'est Toshi Oda.
Je sais.
J'ai un soucis.
J'me doute que tu n'appelles pas pour prendre des nouvelles.
La marine a compris mon trafic. Elle a mis une prime sur ma tête, et j'ai faillit me faire arrêter en livrant ma dernière proie.
Combien ta prime ?
Deux cent cinquante millions.
C'est parce que tu t'es moqué d'eux pendant des années, les faisant passer pour des cons.
Tu m'avais dit qu'en cas de besoin, je pouvais te demander une faveur. Je viens encaisser. J'ai pas envie de passer ma vie à devoir regarder derrière moi, à fuir le gouvernement.
Devient corsaire. Livre un gros révo au GM.
Ou je peux rejoindre Armada. 
» Mon cerveau bug. Ai-je bien entendu ce qu'il a dit ?
« Je veux rejoindre l'île pirate. Je veux avoir une vie tranquille.
Tu sais quand même qu'une île pirate, c'est pas de tout repos. Les pirates restent des pirates.
Ça sera mieux que de ne jamais rester au même endroit ou devoir baisser la tête à chaque fois. »

Hum … Laissez moi récapituler. Un ancien chasseur de prime, s'alliant avec des pirates pour récupérer leurs proies, puis partageant une partie de la prime avec eux, un pourri veut mon aide. Un pourri qui a potentiellement des infos sur moi. Et plus important, sur la révolution. Et cette info, je veux la garder pour moi. Ai-je vraiment envie que quelqu'un avec des secrets sur moi, que je ne peux contrôler, soit sur l'île où je vis, où j'ai des affaires, où je gère mon quartier ? Non. La réponse est catégorique. Je cherche une solution. Je ne peux pas le laisser arriver sur Armada. Je dois trouver un truc.

« Tu peux m'aider ?
… Armada ne prend pas n'importe qui. Tu n'es pas n'importe qui. Tu as des contacts. Pour ce que je sais, tu pourrais faire parti du Cipher Pol et vouloir t'infiltrer pour détruire l'île de l'intérieur. Si ça arrive, hors de question que ce soit de ma faute.
Tu ne vas pas me laisser quand même ?
Non. Bien sûr que non. Je ne suis pas sans cœur. Mais j'ai des règles que tu devras suivre. Première règle, tu ne viendras pas sur armada tout de suite, tu ne contacteras pas Armada. Je suis ton contact. Deuxième règle, on va se retrouver sur une île neutre, et je vais m'assurer que ton équipage et toi soyez clean. Troisième règle, si toi ou un membre de ton équipage est un membre du gouvernement mondial infiltré, un chasseur de prime infiltré, ou un révolutionnaire infiltré, je m'occupe de lui. Si tout est bon, alors je vous ramène à Armada.
Ça me va. On se retrouve où ?
Tu connais Lynbrook, sur la cinquième voie de Grand Line ?
De nom, oui.
Alors démerdes toi et va là bas. On s'y retrouve d'ici quelques jours. »
  • https://www.onepiece-requiem.net/t8326-fiche-de-clotho-tas-natak
  • https://www.onepiece-requiem.net/t8191-clotho-tas-natak-en-attente-du-test-rp
Je ne peux pas le laisser atteindre Armada. Il choisit la solution de facilité en voulant rejoindre l'île. Il ne veut pas s'opposer au gouvernement mondial. Il ne croit en rien à part les berry. Il n'a pas de conviction, pas de pensée, pas d'avis. Un type comme lui n'apporte aucun avantage à notre île. Je dois m'en débarrasser, et rapidement. Il pourrait cracher des secrets que je préfère garder pour plus tard. Je suis sûr qu'avec un peu de torture, il dirait tout. Il n'a pas de caractère. Je sors de ma cabine et avertit l'équipage d'un changement de plan. Je leur dit qu'on va sur Lynbrook, et qu'on part à la première lueur du soleil demain. Les hommes s'activent. Et voyant la dose de boulot que je leur ai donné, je décide de les aider. Je fais en quelques secondes le boulot qui leur aurait pris des heures. Les énormes caisses de provisions ne pèsent pas plus qu'une plume pour moi. Rapidement, tout est prêt, et chacun part se reposer. Ils savent qu'on va partir pour un long voyage, et qu'on ne reviendra pas tout de suite. Enfin, normalement. Sait-on jamais. La nuit passe, le matin arrive.

« J'espère que vous avez tous pris vos dispositions. Nous partons pour un voyage sur Grand Line. Puis nous retournerons sur les Blues régler de vieilles affaires. Et ensuite ... Ensuite reste à écrire. Larguez les voiles, c'est parti pour l'aventure !»

Les mousses s'exécutent. Rapidement, le bateau quitte la Frapperie puis Armada. J'ai prêté mon éternal pose pointant vers Lynbrook au navigateur, moi je me repose.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t8326-fiche-de-clotho-tas-natak
  • https://www.onepiece-requiem.net/t8191-clotho-tas-natak-en-attente-du-test-rp