Le deal à ne pas rater :
Promo Nike : -25% pour 2 articles achetés
Voir le deal

Toc toc dans la rataupière

Toc toc dans la rataupière

Le regard d’Hitoshi était perdu dans l’horizon tandis qu’il inspirait profondément l’air salé de la mer. Le léger sloop de la Translinéenne fondait les flots avec rapidité et agilité. Même si le voyage depuis l’Archipel aux Éveillés c’était déroulé sans encombre, l’ange n’en avait que peu profité. Le jeune homme avait passé le plus clair de son temps enfermé dans sa cabine à recasser les derniers évènements. Si le festival organisé par l’Impératrice Kiyori avait été propice aux rapprochements avec le pirate Jyll, sa fin sonnait également le glas de leur idylle. Désormais, le médecin voguait en compagnie de sa capitaine vers de nouvelles aventures, peut-être (et sans doute) mortelles. Allaient-ils se revoir un jour ? Qu’étaient-ils réellement l’un pour l’autre ? Après tout ils ne s’étaient vu que deux fois. Certes une attirance physique était là mais quand même. Est-ce que Jyll se posait les mêmes questions ? L’ange n’en était pas certains.

« - Je me pose trop de questions… »

Entre son aventure sentimentale et sa grand-mère Hitoshi ne savait plus où donner de la tête. Une large mouette babilla au-dessus de l’ange qui s’accouda au bastingage en bois. Jour après jour, il ne cessait de se rapprocher de Juicy Berry. D’après le prophète rencontré sur Jaya c’est sur cette île que devait se trouver sa grand-mère. Mais serait-ce toujours le cas à son arrivée ? Peut-être avait-il trop traîné avec l’équipage de Robina, ou encore en se rendant au festival de la Déesse ? Et si par sa faute la dernière chance qu’il avait de revoir Hisa venait de s’envoler ? D’après ce que lui avait expliqué les différents marins rencontrés, Juicy Berry était en réalité sous le contrôle du Grand Corsaire Greed. Sa grand-mère pensait-elle réellement être en capacité de le vaincre ? Le jeune homme avait beaucoup de mal à imaginer sa grand-mère, souvent bloquée du dos, en être capable. Puis pourquoi un Grand Corsaire s’intéresserait à leur trésor familial ? Peut-être que finalement les histoires qu’il entend depuis tout petit quant à l’importance de ce bibelot étaient véridiques. L’ange soupira en s’étalant contre la rambarde froide. Il avait tellement de questions sans réponse…

« - Monsieur Kinoko ? »

Interrompant ses pensées, un employé de la Translinéenne, reconnaissable à son uniforme bleu, s’approcha.

« - Oui ?
- Nous allons devoir nous arrêter sur Banaro pour faire le plein de provision.
- Combien de temps cela va durer ? Je suis pressé. »


L’employé semblait mal à l’aise et son regard vert fuyait celui du jeune Skypién.

« - Nous devrions arriver en fin de journée sur l’île et repartir le lendemain matin.
- Sérieusement ? Je dois me rendre sur Bulgemore le plus vite possible ! C'est pour ça que j'ai choisi votre compagnie ! »


Hitoshi ses épaules s’affaisser, tandis qu’il réalisa que sa grand-mère devrait l’attendre encore un peu. Malheureusement pour lui Bulgemore était l’île la plus éloignée sur la seconde voie de Grand Line que pouvait desservir la compagnie maritime. Une fois là-bas il devra se débrouiller autrement afin de rejoindre l’île aux berrys.

« - Nous sommes désolé de la gêne occasionnée. Le capitaine a d’ores et déjà réservé votre nuit dans une auberge plus que convenable.
- De toute façon je suppose que je n’ai pas le choix… »


L’employé le salua rapidement avant de s’enfuir dans les tréfonds de la cale, là où il n’aurait pas à se confronter aux passagers.

L’ange de son côté avait le regard de nouveau tourné vers la mer, peut-être que cette escale était en réalité un signe ? Le Destin tentait-il de lui faire comprendre qu’il ne reverrait jamais sa grand-mère ?
KoalaVolant


Toc toc dans la rataupière Unknown
  • https://www.onepiece-requiem.net/t24389-ft-d-hitoshi#255717
  • https://www.onepiece-requiem.net/t24342-manger-5-champignons-et-legumes-par-jour-hitoshi#255347
Toc toc dans la rataupière

Le sloop de la translinéenne arriva tard dans la nuit dans le petit port de Banaro. Les étoiles brillaient dans le ciel noir tandis qu’il n’y avait pas la moindre pollution nocturne pour gâcher ce spectacle.

« - C’est magnifique. »

Hitoshi sentait les muscles de son cou se raidir pendant qu’il avait le nez pointé vers le ciel. Le jeune homme observait ce spectacle depuis de longues minutes sans parvenir à comprendre comment des hommes et des femmes pouvaient réussir à se repérer uniquement grâce à ces astres lumineux. Pour le jeune homme il s’agissait là d’un exploit complètement hors de sa portée. Devant lui se dressait les imposants rochers de Banaro dont il ne savait rien. C’était une île complètement nouvelle, et malgré l’inquiétude provoquée par le report de son arrivée sur Juicy Berry, il était curieux d’en apprendre davantage sur cette terre. Là tout de suite le jeune homme tombait de fatigue toutefois le lendemain il comptait se lever aux aurores afin de se promener un peu et d’apprendre à découvrir ce nouvel environnement. C’était toujours quelque chose de formidable que de poser son pied sur une nouvelle île et de se sentir explorateur.

« - Monsieur Kinoko ? »

L’employé de la Translinéenne l’attendait sur le port, une lampe à huile dans la main et les affaires d’Hitoshi sur le dos. Il ne semblait pas avoir de difficulté à soulever ses affaires mais paraissait fatigué et pressé d’aller se coucher. L’ange se dépêcha pour ne pas le faire attendre davantage.

« - J’arrive. »

Marchant côte à côte, Hitoshi ne parvenait pas à contempler l’île comme il le souhaitait. Il avait imaginé que les chaumières dégageraient de la lumière, mais il n’en distinguait pas une seule. Pas un bruit ne parvenait à ses oreilles, rendant l’obscurité implacable et étouffante. Même la lumière des étoiles, si étincelante sur la mer, semblait perdre ici de son éclat. L’île serait-elle déserte ?

« - Excusez-moi, vous travaillez depuis longtemps pour la Translinéenne ? Cette île semble déserte. Vous avez l’habitude de vous arrêter ici ? »

L’employé avait depuis quelques minutes accéléré le pas tandis que sa lampe à huile était le seul repère qu’Hitoshi avait dans le noir, repère qui se balançait doucement de gauche à droite.

« - On ne s’arrête pas souvent ici. C’est une destination pour laquelle nous n’avons quasiment pas de client.
- Et pourquoi donc ? Le climat me semble pourtant agréable. »


Effectivement malgré l’heure avancée, l’ange d’habitude si frileux, ne semblait pas souffrir du froid.

« - Banaro est… comme une terre promise qui n'a plus rien à offrir. »

L’ange arqua le sourcil, ne comprenant pas où cet homme souhaitait en venir.

« - Banaro a longtemps été considéré comme un eldorado pour les chasseurs de trésor. Mais il a fallu se rendre à l’évidence, il n’y a plus aucun trésor ici. »

Hitoshi, depuis qu’il avait posé le pied sur cette île, avait la désagréable impression de se sentir épié.

« - À la place des trésors les mineurs les ont trouvés.
- Pardon, mais ont trouvé quoi ?
- Les rataupes. »


À peine venait-il de mentionner ce nom que l’ange réalisa que depuis le départ ils étaient tous deux cernés de petits yeux jaunes qui clignaient et disparaissaient dans l’obscurité.

Les rataupes:

« - Ce sont...
- Oui ce sont eux. Il s’agit d’un mélange de rat, de taupe et de lapin albinos. Un affreux croisement qui est rapidement devenu un problème pour l’île. Ils se reproduisent aussi vite que les lapins et sont aussi intelligents que les rats.
- C’est horrible…
- Ne vous inquiétez pas, nous sommes arrivés à l’auberge. Vous y serez en sécurité. »


L’auberge qui se trouvait en face d’eux faisait peine à voir. Entièrement construite en bois gris, elle semblait avoir été rongée par une horde de castors en furie. Brinquebalante, tordue et sur le point de s’effondrer, Hitoshi se demanda si l’employé ne lui avait pas menti et s’il s’agissait bel et bien de la meilleure auberge de l’île.

Ils franchirent le perron grinçant et poussèrent avec difficulté la porte du saloon qui avait perdu depuis bien longtemps sa comparse. Ils furent accueillis par l’odeur aigre de la poussière agglomérée et de la gnôle bien trop vieille pour être consommée. Au bar se tenait une vieille femme très âgée qui portait une chemise à carreau poussiéreuse tandis qu’un jeune homme à la crête de cheveux vertigineuse dévisageait les nouveaux venus.

L'homme à la crète:

L’employé de la Translinéenne déposa le sac d’affaire d’Hitoshi au sol un peu trop brusquement, ce dernier s’ouvrit et son contenu se déversa au sol. Tout ce que l’ange avait gagné durant le festival de l’Archipel aux Éveillés s’y trouvait.

« - Excusez-moi je suis confus. »

Souhaitant se coucher au plus vite, l’ange l’envoya au bar demander la clef de sa chambre tandis qu’il ramassait lui-même ses affaires. L’homme à la crête fixa longuement le contenu du sac avant descendre son verre d’alcool cul sec. Il s’approcha d’un rataupe qui se tenait au bord de la fenêtre, le fixant de ses deux petits yeux jaunes.

« - J’ai un message pour LUI. Quelque chose d’intéressant a débarqué sur l’île. Quelque chose qu’il voudra posséder. »

Le sourire mauvais, il observa l’ange continuer de ranger ses affaires, ne se doutant de rien.
KoalaVolant


Toc toc dans la rataupière Unknown
  • https://www.onepiece-requiem.net/t24389-ft-d-hitoshi#255717
  • https://www.onepiece-requiem.net/t24342-manger-5-champignons-et-legumes-par-jour-hitoshi#255347
Toc toc dans la rataupière

Le soleil brillait de mille feux sur Skypiéa en ce jour de fête. Des pétales de roses blanches virevoltaient doucement dans les airs tandis que des colombes gracieuses prenaient leurs envols. C’était un jour splendide comme on en voit peu, le sable paraissait plus blanc, l’eau plus bleue, et les sourires plus radieux. Hitoshi regardait tour à tour les gens qui l’entouraient et qu’il aimait profondément : sa mère, son père, sa sœur et son grand-père. Ryota, son papa, s’approcha de l’ange et lui prit le bras.

« - Je suis si fier de toi. » lui souffla-t-il

L’ange portait un costume d’un blanc immaculé qui allait parfaitement avec son teint bronzé. Ses cheveux ondulés mi-longs était coiffés en une courte queue de cheval qui entourait son doux visage. Le jeune homme riait aux éclats, dévoilant un sourire franc et radieux. Il était heureux comme il ne l’avait jamais été. Il embrassa tendrement son père sur la joue avant de le suivre dans une allée sur la plage. Pour l’occasion il ne portait quasiment aucun bijou. Il avait souhaité laisser sa peau nue et libérée de toute distraction. Mais quelle était cette occasion déjà ? L’ange avait beau se creuser la tête il ne parvenait pas à s’en souvenir. Depuis combien de temps était-il ici ? Que faisait-il avant d’arriver ici ? Sa mère apparut sur sa droite, plongeant son doux regard dans celui de son fils adoré.

« - Tu stresses mon cœur ? Ça va bien se passer ne t’inquiète pas, regarde. »

Sa mère rangea ses longs cheveux noirs derrière son oreille tandis que sa main blanche invitait l’ange à regarder devant lui, ce qu’il fit. Il en eut le souffle coupé.

Devant lui se trouvait Jyll, dans un sublime costume bleu marine, les pieds dans l’eau et encadré par un arceau de roses blanches. L’ange ne l’avait jamais vu aussi beau. Ce dernier lui tendit la main, un sourire chaleureux accroché au visage. Hitoshi regarda une dernière fois son père avant de lui lâcher le bras et s’entrelacer ses doigts dans ceux du médecin.

Badaboum

Brusquement, et pendant quelques secondes, l’image s’estompa.

« - Hitoshi ? Ça va ? »

La voix grave de Jyll ramena le jeune homme à la réalité.

« - J’ai cru entendre un truc tomber. »

Le pirate posa sa main délicate sous le menton de l’ange, l’obligeant à le regarder dans les yeux.

« - Détends toi. Hitoshi, veux-tu m’ép… »

HITOSHI.

Un frisson parcourut l’ange, tandis que Jyll se figea. C’était un frisson de pure peur. L’ange n’avait jamais connu ce sentiment. Son cœur s’emballa tandis qu’il se mit abondement à transpirer. L’ange tomba à genoux, la main sur sa poitrine douloureuse. Jyll de son côté restait immobile mais quelque chose avait changé.

Ses yeux.

Des yeux jaunes, sauvages, excités, fourbes.

« - Jyll… Maman… Papa… »

Tout autour de lui le même spectacle, des invités immobiles aux yeux terrifiants. L’ange enleva difficilement son costume tandis qu’une chaleur montait en lui. Hitoshi toussait encore et encore à s’en décrocher les poumons.

HITOSHI.

Alors qu’il pensait que ça ne pouvait pas être pire il l’entendit de nouveau, cette terrible voix.

HITOSHI.

Parmi tous les invités une personne se tenait au milieu de l’allée, marchant vers lui d’une démarche qu’il ne connaissait que trop bien…

« - Mamie… »

Habillée tout de noire, sa grand-mère avait le visage recouvert d’un fin voile noir qui s’envola en dévoilant deux yeux jaunes.

REVEILLE TOI.

L’ange n’en pouvait plus, il suffoquait tandis que ces yeux jaunes continuaient de le fixer.

MAINTENANT !

« - AAAAAAAAAAAAAAAAAH »

Hitoshi se réveilla, en sursaut, dans son lit brinquebalant tandis que son cerveau essayait difficilement de remettre en place tout ce qui venait de se passer. Sa chambre prenait feu tandis que des rataupes avaient fait tomber son sac et fouillaient sans aucune gêne dans ses affaires. Constatant le réveil de l’ange, les rataupes se regroupèrent et portèrent ainsi le sac de l’ange sur leur dos avant de prendre la fuite par la fenêtre ouverte.

« - Au feu ! Au voleur ! »

Que devait-il crier en pleine nuit ? Le jeune homme fit de son mieux pour échapper aux flammes qui léchaient désormais le plafond avant de lui aussi bondir par la fenêtre.

« - Cloud-Jump ! »

Utilisant les jet-shoes qu’il venait d’enfiler, Hitoshi se propulsa en direction de la masse de rataupe qui n’avait pas eu le temps d’aller bien loin. L’air froid de la nuit lui caressait le corps, heureusement qu’il avait pour habitude de dormir en pyjama dans les auberges mal fréquenté. Si comme à son habitude il avait dormi complètement nu, le froid et la gêne de croiser quelqu’un serait tout autre.

Il ne jeta pas le moindre regard en arrière pour contempler l’auberge prenait feux, trop concentré pour rattraper ces rongeurs nuisibles. Ces derniers accélèrent le rythme et s’engagèrent dans l’entrée de ce qui semblait être une mine désaffectée. Hitoshi les suivit sans hésiter, ne les perdant pas de vu malgré l’obscurité de la nuit. Visiblement cette grotte ne devait pas être si abandonnée que cela puisque rapidement des lampes à huile à intervalle régulier éclairèrent les tunnels sombres.

Plusieurs fois les rongeurs tentèrent de le feinter et de prendre au dernier moment une nouvelle ramification de tunnel, mais l’ange était concentré et ne comptait pas les laisser s’enfuir.

Au bout d’un temps qui lui parut infini, Hitoshi ayant perdu la notion du temps, il arriva enfin dans une immense caverne. Les rataupes ralentirent jusqu’à s’arrêter au pied d’un homme, probablement un mineur. Ils déposèrent le sac de l’ange à ses pieds avant de filer dans l’obscurité, là où ils peuvent épier dans être vu.

« - Ah enfin ! Eh ! Excusez-moi Monsieur ! Vous pouvez me donner mon sac s’il vous plaît ? »

L’homme, petit avec une très longue barbe blanche, se pencha, tendit la main vers le sac… et fouilla dedans.

« - Pardon ? Je vous dérange peut-être ! Non mais je rêve. »

L’ange marcha vers cet homme qui empoigna la réplique de Mono Oshi, le meitou de l’Impératrice Kiyori que le jeune homme avait gagné lors du festival de l’Archipel aux éveillés. Avant qu’il ne puisse s’avancer davantage, le vieillard pointa la lame bien coupante en direction de son cou. Hitoshi leva les mains au ciel, toisant l’homme qui se tenait face à lui.

« - C’est une bien belle trouvaille que vous m’avez amenée mes chéris… »

Des couinements approbateurs et fiers se firent entendre partout dans la grotte ainsi que les différents tunnels qui la desservait. Les rataupes étaient bien plus nombreux que ce que l’ange avait imaginé.

« - Qui êtes-vous ? »

Le vieillard sourit, dévoilant une série incomplète de dents jaunies.

« - Je suis Minus Ier, merci pour ce cadeau. »

Minus Ier:

KoalaVolant


Toc toc dans la rataupière Unknown
  • https://www.onepiece-requiem.net/t24389-ft-d-hitoshi#255717
  • https://www.onepiece-requiem.net/t24342-manger-5-champignons-et-legumes-par-jour-hitoshi#255347
Toc toc dans la rataupière
« - Quel cadeau ? De quoi parlez-vous ?
- Pffff »


Le vieillard plissa ses yeux, étrangement normaux. Il cracha une horrible glaire au sol en toisant l’ange, toujours en pyjama.

« - Un cadeau car maintenant ça m’appartient. Ça NOUS appartient. Hein mes chéris ? »

Comment cet homme, dont les membres semblaient aussi fragiles que des biscuits, pensait un seul instant pouvoir s’en tirer aussi facilement.

« - Cette lame je l’ai gagnée et je ne compte pas me laisser dépouiller sans réagir. Est-ce vous qui avez mis le feu à ma chambre ?
- Évidemment que non. Jamais je n’aurais pu monter dans une chambre d’auberge pour l’incendier avec un innocent endormi. »


Peut-être finalement que ce vieillard n’était pas si horrible que cela ? Peut-être que le jeune homme parviendrait à lui faire entendre raison et qu’il sortirait de cette situation sans avoir à violenter un aïeul.

« - Je suis trop vieux pour faire ça moi-même. J’ai envoyé mes rataupes avec des allumettes. »

Raté.

« - Ça suffit maintenant. Rendez-moi mes affaires ! »

Hitoshi n’avait fait un pas que des crissements menaçants se firent entendre tout autour de lui. Les yeux jaunes des rataupes, auparavant immobiles, venaient subitement de s’exciter. L’ange n’avait pas réalisé mais ces nuisibles étaient bien plus nombreux qu’il ne l’avait imaginé. Finalement, ce Minus Ier n’était pas aussi désavantagé qu’il le pensait. Il arriverait sûrement à retrouver le chemin par lequel il était descendu jusqu’ici mais il ne pouvait pas l’assurer. S’il se perdait dans ces galeries, il y avait de grandes chances pour qu’il n’en sorte jamais.

« - Je me demande comment un gringalet comme toi a pu récupérer cette lame. »

Mono Oshi paraissait, à côté de cette homme ratatiné par l’âge, d’autant plus grande. Il faut dire que ce sabre mesurait plus d’1 mètre 80 dont une très grande partie de lame. Minus Ier soupesa cette lame et faillit la faire tomber à cause de sa légèreté inattendue.

« - J’ai gagné un concours. C’est tout. »

L’œil intrigué, et quasiment fou, du Roi des rataupes se posa sur l’ange, intrigué.

« - Comment ça un concours ? Jamais l’Impératrice n’abandonnerait son arme aussi facilement. »

C’est à ce moment que l’Évidence frappa Hitoshi telle une flèche dorée. Se pourrait-il que ce vieillard pense qu’il s’agit de la véritable perche à sécher de la Déesse-Enfant ? Enfermé dans sa gallérie souterraine, il n’aurait pas eu connaissance du Festival et ignorerait les cadeaux offerts par Kiyori ? Évidemment que l’arme qu’il tenait entre les mains était fausse. Jamais l’ange ne pourrait s’emparer du véritable Meitou de l’Impératrice.

« - Tu restes silencieux ? Très bien. Allez-y mes chéris ! Nous n’avons plus besoins de lui. »

Aussitôt, et comme un seul homme, des dizaines de rataupes bondirent, crocs en avant. Hitoshi s’en était aperçu à Zaun lors de son combat contre les zombies, mais malheureusement ce n’était pas dans les combats de groupe qu’il était le meilleur. En effet, il ne possédait pas de technique capable d’envoyer au tapis un grand nombre d’ennemis. Mais bon… Contre ces rataupes il avait un atout qu’il n’avait pas encore dévoilé.

« - Mizuiro ! À table ! »

Mizuiro - La mascotte préhistorique:

Il entendit les griffes aiguisées de la femelle vélociraptor dévaler les galeries tandis qu’elle repérait l’ange grâce à son flaire.
L’ange avait bien fait de ne pas la faire dormir dans sa chambre. Il lui avait donné quartier libre et lorsqu’il s’était enfui de sa chambre en feu, il lui avait fait un signe discret d’attendre à l’entrée de la mine. Minus Ier cria de surprise en voyant arriver ce reptile censé avoir disparu bien longtemps maintenant.

Ensemble ils parvinrent à se frayer un chemin jusqu’au Maître des rataupes. Mizuiro, plus heureuse que jamais, ouvrait grand la gueule comme son compagnon le faisait lors de buffet à volonté. Il faut dire qu’Hitoshi faisait son possible pour éviter de lui faire manger de la chaire fraîche. Donc pour la jeune femelle il s’agissait là d’une délicieuse surprise.

« - Ça va être compliqué de l’empêcher de manger le chat des voisins maintenant… »

Voyant la situation dégénérer, le vieux roi prit le sac d’Hitoshi et s’enfuit par une galerie perpendiculaire que le jeune homme emprunta à sa suite en sifflant.

« - Mizu ! Suis-moi !
- À l’aide ! »


Le regard hautain et la condescendance qu’il affichait un peu plus tôt s’étaient envolés pour laisser place à une inquiétude assumée.

Sorti de nulle part, trois punks barrèrent la route de l’ange.

« - Cloud-Circle ! »

Prenant appui sur ses mains, l’ange dessina un cercle avec ses jet-shoes qu’il envoya directement en pleine tête. Les trois hommes s’effondrèrent, assommés. Hitoshi ne s’attarda pas les déclencha encore une fois.

« - Cloud-Jump ! »

Ce bond lui permis de s’écraser directement sur Minus Ier, stoppant sa course. Il se redressa péniblement et arracha le sac des mains du vieillard, sonné. Ce dernier reprit ses esprits et constata avec rage que la perche à sécher n’était plus en sa possession. Pire, il venait d’être ridiculisé.

« - Comment osez-vous ?!
- Reprendre mes affaires ? »


À côté de lui, Mizuiro, agacée d’avoir été interrompue en plein buffet, montra les crocs en grognant. Le roi des rataupes n’en démordra pas et décida qu’il était temps pour lui aussi de montrer qu’il n’avait pas usurpé son titre.

« - Mes chéris ! »

Il avait crié bien plus fort cette fois, et Hitoshi entendit son écho loin, très loin, se perdre dans les profondeurs de la mine. Pendant quelques secondes il ne se passa rien. Avait-il raté son coup ? Puis seulement ensuite il les entendit : les rataupes. Leurs grincements de dents devinrent insupportables tandis que les parois de la gallérie se recouvrait d’un jaune sauvage.


Toc toc dans la rataupière Unknown
  • https://www.onepiece-requiem.net/t24389-ft-d-hitoshi#255717
  • https://www.onepiece-requiem.net/t24342-manger-5-champignons-et-legumes-par-jour-hitoshi#255347
Toc toc dans la rataupière
Bon. L’ange allait devoir la jouer finement s’il souhaitait s’en sortir en un seul morceau. Il ne savait pas combien de rataupes se trouvaient dans ces tunnels, mais peut-être trop pour qu’il puisse s’échapper sans danger. Finalement, est-ce que cette copie de meitous et ces affaires valaient la peine de risquer sa vie ? Pas nécessairement. Toutefois, devant la méprise de Minus Ier pour son arme, il avait peut-être une carte à jouer. Une carte à jouer qui lui permettrait, peut-être, de quitter ces obscurs tunnels en un seul morceaux. Un morceau plus lourd de plusieurs millions de berrys.

« - Roitaupe Minus Ier. Si vous me le permettez j’ai une question à vous poser. »

Si Hitoshi avait bien retenu une chose de son aventure depuis son départ de Skypiéa, c’est que la flatterie est incroyablement efficace sur les merbleusiens. Les rataupes, toujours aux aguets, semblaient attendre le signal du vieillard avant de lancer l’assaut. Le jeune homme avait une ouverture qu’il se devait de saisir s’il ne souhaitait pas se lancer dans un combat qu’il n’était pas sûr de gagner. L’ange tenta de calmer sa respiration et de paraître le plus serein possible.

De son côté, le roitelet souterrain sembla apprécier cette attention et ce nouveau titre de Roitaupe.

« - Hum, je t’écoute.
- Vivre dans ces profondes mines vous convient-il ?
- Bien-sûr que non ! Mais grâce à l’arme que tu nous as apportée nous conquérons la surface avec mes chéris. Quelle question stupide ! »


Oups. Hitoshi venait de se montrer maladroit et l’agressivité des rataupes monta en flèche. En regardant le visage courroucé du vieillard, l’ange réalisa qu’il n’avait plus le droit à l’erreur.

« - Toutefois vivre dans cet environnement minéral vous a permis de vous enrichir non ? Sans compter les gens que vous vol… qui vous font des cadeaux. »

Le roitelet maigrichon arqua un sourcil broussailleux, ne voyant pas où l’ange souhaitait en venir.

« - Et ?
- Je me demandais si, en tant que généreux Roitaupe, vous me feriez l’honneur d’acheter la perche à sécher. Manifestement, le peuple souterrain en a plus besoin que moi. Cela serait une manière pour moi de participer à votre conquête. Comme vous avez pu le constater j’ai toujours aimé les animaux… »


Le deuxième sourcil broussailleux de Minus Ier s’arque bouta. Il ne s’attendait pas à ce que cette discussion prenne cette tournure. Comme percevant le doute de leur monarque, les rataupes devinrent silencieux, reculant même dans l’obscurité pour certains.

« - Pourquoi donc devrais-je te l’acheter alors que je peux le prendre de force ? Tu m’as surpris tout à l’heure avec cet animal mais c’est terminé maintenant. »

Un sourire pourri remonté jusqu’aux oreilles, le vieillard semblait avoir repris du poil de la bête.

« - Il y a plusieurs raisons à ça et ne doute pas que votre royal discernement ne les… discerne. »

Comme galvanisé par cette assemblée de rataupes, le jeune Skypién se permettait d’aller encore plus loin dans la flatterie. Et cela semblait fonctionner ! Le roitelet ne souhaitait absolument pas perdre la face devant ses sujets ainsi rassemblés.

« - Évidemment mais je veux les entendre de ta bouche. »

Plus calme que jamais, l’ange jouait désormais sa meilleure partie de poker.

« - Pour commencer, me prendre cette arme de force ne serait que faire preuve de bassesse. Si vous souhaitez conquérir le monde il vous faudra vous montrer plus grand que cela. D’autres parts, vous avez vu mes talents au combat tout à l’heure. Votre armée vous est dévouée, mais vous lui êtes également. Allez-vous mener à la mort des centaines de ces soldats alors que vous pourriez-faire autrement ? Quel type de dirigeant souhaitez-vous être ? »

Certains rataupes hochèrent la tête et croisèrent leurs pattes comme un quinquagénaire dans un bar, convaincus par les propos du jeune homme.

« - Ou au contraire saurez-vous faire preuve de génie stratégique ? Comme vous le savez si bien, on reconnait un excellent dirigeant non pas aux guerres qu’ils remportent mais à celles qu’il n’a pas eu besoin de mener. »

Devait-il aller encore plus loin ? Hitoshi s’emporta et se prit à ce jeu de bluff, s’élançant avec éloquence et gestuelle contrôlée dans une nouvelle tirade. Mizuiro de son côté, complètement insensible à la scène qui se jouait sous ses yeux, tentait péniblement d’enlever avec ses griffes acérées les restes de rataupe coincés dans ses crocs.

« - D’ailleurs je sais que vous m’avez percé à jour. Certains de vos rataupes m’ont vu sur le port nourrir mes autres dinosaures. Vous savez qu’ils sont là, à rôder un peu plus loin, n’attendant que mon ordre pour s’élancer dans ses tunnels et participer à cet affrontement absurde. »

C’était évidemment complètement faut, mais ça, Minus Ier était loin de l’imaginer. Au contraire, le vieillard gonfla le torse, fier d’avoir effectivement obtenu des renseignements stratégiques quant à la capacité militaire du Skypién.

« - Roitaupe, vous le savez-bien. Ce conflit n’apportera que la mort dans nos rangs. Vous qui appelez vos troupes « mes chéris », combien d’entre eux êtes-vous prêt à sacrifier ? »

Hitoshi s’arrêta là, conscient qu’aller plus loin risquait de complètement compromettre ses chances de repartir avec de l’argent. Le silence plana de longues secondes avant que le vieillard n’ouvre la bouche. Les rataupes semblaient encore plus impatients et stressés que l’ange de connaître le dénouement de cette histoire.

« - Tout ça je le sais déjà. Vous ne m’apprenez rien, pas même le prix auquel vous souhaitez me vendre ce meitou. »

L’ange, même s’il fut soulagé et que son cœur battit la chamade, tenta de ne rien laisser paraître. Désormais, il fallait éviter la crise diplomatique en empêchant, par exemple, Mizuiro de dévorer un autre rataupe.

Hitoshi, avec surprise, proposa un prix qui fut accepté d’emblée par Minus Ier. Le jeune homme chargea l’argent dans son sac et tendit au roi la réplique de Mono Oshi.

« - La soie n’est-elle pas censée changer de couleur selon mon humeur ? »

Ouille, dernier problème à régler. Heureusement, l’ange commençait à connaître le personnage et savait que plus le mensonge était gros… plus il paraissait crédible !

« - Si, bien-sûr Roitaupe. C’est le cas. Vous devez forcément voir les légères différences à cet endroit ?
- Évidemment. »


Évidemment il n’y avait rien, toutefois Minus Ier fut trompé par son désir de voir ce qu’il souhaitait observer, et la pression des rataupes tout autour de lui. Leur monarque se devait de discerner ces changements de couleurs de tout même.

Hitoshi salua le monarque comme il se devait, et quitta les galeries souterraines grâce au flair de Mizuiro. Par chance, il arriva au port à l’instant même où le sloop allait regagner le large.

« - Ah ! Monsieur Kinoko ! J’ai cru qu’on partirait sans vous. »

L’ange, toujours en pyjama, salua l’employé avant de rejoindre sa cabine et de se coucher. Le jeune homme avait passé une nuit très longue et il avait de longues heures de sommeil à rattraper.
KoalaVolant


Toc toc dans la rataupière Unknown
  • https://www.onepiece-requiem.net/t24389-ft-d-hitoshi#255717
  • https://www.onepiece-requiem.net/t24342-manger-5-champignons-et-legumes-par-jour-hitoshi#255347