-44%
Le deal à ne pas rater :
Casque Gamer sans fil STEELSERIES Arctis 7P+ (PS5/PS4, PC)
86.99 € 155.01 €
Voir le deal

Les joies du Mercenariat

Les joies du Mercenariat  Katarina-lol-2k-wallpaper-2560x1440

海 賊

∆ Feat. Red ∆


Une véritable débandade, c'était la meilleure façon de qualifier le départ de la Peste de Lynbrook. Prise par surprise, elle s'était fait attaquer par une puissante membre du Cipher Pol qui avait manqué de peu lui mettre la main dessus. Une fois encore, Méria avait frôlé la capture et ce constat la rendait folle de rage. Fort heureusement, elle n'était pas partie les mains vides. En quittant l'île des bars à thèmes, elle avait avec elle une vivre-card qui la mènerait droit vers Armada, la cité des libres pirates. Elle savait que là-bas, elle pourrait trouver de nouveaux alliés à exploiter ou derrière lesquels se ranger. En dépit de sa force propre, la supernova savait qu'elle ne faisait pas le poids en restant seule. N'étant pas encore assez forte, la maudite était une cible, très dangereuse, certes, mais une cible malgré tout. Cet état de fait devait impérativement changer, il ne pouvait en être autrement. Son ego terriblement entaché, la pirate fit donc route vers la destination indiquée par la carte. De ce qu'elle avait appris des usuriers, elle pointait vers un pirate plus ou moins déjà mort. Condamné à être l'un des repères pour les autres forbans souhaitant se rendre sur place, il finirait au fond de l'océan si l'une de ses cartes venait à tomber entre les mains des autorités. Ce n'était pas bien sympathique mais il fallait reconnaître que c'était diablement efficace, en plus de beaucoup amuser la rouquine.


Après des jours à bord de son sous-marin, la maudite remarqua que la direction indiquée par la vivre-card bougeait de plus en plus, indiquant sans nul doute que la destination n'était plus très loin. Remontant à l'immersion périscopique, elle fit un tour d'horizon et se confirma à elle sa théorie. Armada, la célèbre et immense cité flottante des forbans n'était qu'à quelques kilomètres. Faisant remonter son submersible à la surface, la pirate effectua sa manœuvre d'approche. Même si cela ne lui plaisait pas beaucoup, son arrivée fut suivie d'un contrôle pour vérifier qui elle était. Sortant son propre avis de rechercher d'une poche arrière, elle le jeta de manière dédaigneuse au visage de l'homme en charge des vérifications. Bien qu'elle ne soit pas encore très connue, Méria n'était pas pour autant n'importe qui et sa position de supernova la mettait au-dessus de la fange habituelle. Sans chercher plus loin, le pirate la laissa passer.


Posant pour la première fois le pied à «terre», la Peste se sentit immédiatement chez elle. Armada mettait la liberté au-dessus de tout, ce qui était justement le leitmotiv de la jeune femme. L'agitation ambiante, la diversité des lieux à voir et son éloignement de toute institution gouvernementale rendaient l'endroit terriblement attirant pour personne comme elle. Sans grand surprise, ses pas la menèrent à ce qui était certainement le cadran le plus malfamé de l'île: la Zone. L'endroit était putride, malfamé, assez sale et dangereux, en somme, tout ce qui plaisait à la Peste. Elle sentait qu'elle serait très vite ici comme un poisson dans l'eau.


Durant plusieurs jours, la rouquine se laissa aller sans chercher à cacher ses vices. L'alcool coula à flots et l'argent durement gagné par la pirate ne manqua pas de rapidement flamber. Méria apprécia la compagnie de plusieurs ravissantes jeunes femmes, refit le portrait de plusieurs quidams et manqua de faire brûler une auberge miteuse. Bien vite, la Peste se fit remarquer par ses semblables et de nouvelles bagarres eurent lieu, suivies par de longue soirées de beuverie. Tout cela ne cessait de se répéter, tant et si bien que la maudite perdit rapidement toute notion du temps.


Un matin, lors qu'elle se remettait d'une éternelle gueule de bois, elle apprit par un compagnon de boisson que l'illustre Red, rien de moins que le nouvel Empereur, cherchait quelqu'un pour un travail. La mission qu'il proposait n'était pas connue, mais il ne souhaitait pas faire affaire avec n'importe qui. Des indépendants puissants ou des capitaines, voilà ce qu'il recherchait. La récompense à la clé, conformément à la réputation de cette légende de la piraterie, serait visiblement très attractive. Se posant dans une ruelle, Méria se moucha sur le côté avant de réfléchir à la situation. Dire que Red n'était pas n'importe qui aurait été le plus gros des euphémismes. Plus qu'une légende, il était certainement aujourd'hui devenu l'homme le plus fort au monde, le pirate le plus célèbre et l'un des hommes les plus influents de toutes les mers. Un homme de cette envergure était tellement au-dessus de tout que c'en était impressionnant, même pour une raclure comme Méria. Laissant de côté son habituelle misandrie, la Peste se dit que se rapprocher d'une figure pareille ne pourrait décemment pas être une erreur. Il devait certes être habitué à voir d'innombrables quidams graviter autour de lui, mais si elle lui rendait service et s’acquittait efficacement de la tâche qu'il proposait, peut-être pourrait-elle continuer de se rapprocher un peu plus de lui pour en tirer quelques avantages. Dans le pire des cas, elle aurait simplement rencontré une légende et gagné un peu d'argent. Confiante en ses capacités, la pirate décida de quitter la Zone, mais avant ça, elle chercha la meilleure auberge pour s'y laver. Hors de question de rencontrer un Empereur dans cet état.


Une fois douchée, bien habillée, parfumée et maquillé, la pirate, qui n'oublia pas de prendre un copieux petit-déjeuner pour se requinquer, prit la route du Kraken, le cadran sous le contrôle des usuriers et donc plus ou moins directement de Red lui-même. Quelle ne fut la surprise de la Peste en arrivant à destination. Passer de la Zone à un tel endroit aurait de toute façon été déconcertant pour tout le monde. C'était comme si elle ne se trouvait plus du tout sur la même île. Ici tout semblait littéralement hors de prix. Le luxe et l'extravagance étaient portés à un tel niveau que cela en donnait presque le vertige. Imaginer cela dans une cité pirate n'était pourtant pas intuitif. Si la rouquine ne se sentait plus réellement ici chez elle, sa cupidité dévorante commença cependant à la déranger. Comment pouvait-on rester sain d'esprit en pareil endroit ? Consciente malgré tout du cadran dans lequel elle se trouvait et de son insignifiance face aux grandes forces d'Armada, elle ravala sa salive et continuer de marcher en direction du bâtiment amiral qui donnait son nom au cadran. Elle n'était pas la seule à attendre et se maudit intérieurement de ne pas être arrivée la première. Faisant malgré tout bonne figure, elle attendit son tour. Pénétrant finalement dans le bâtiment, elle en prit encore plus plein les yeux, ce qui devenait presque agaçant tant tout lui faisait irrésistiblement envie. Se retenir de lancer un raid sur le champ était un véritable défi pour elle. Mordant sa joue de l'intérieur, elle attendit qu'on ne l'autorise à entrer dans la grande salle où l'attendait l'Empereur. Inspirant longuement, elle se nimba de son habituelle aura séductrice avant d'entrer. Après tout, pourquoi pas ?




© ciitroon



Liberté, Liberté Chérie !
  • https://www.onepiece-requiem.net/t24214-fiche-technique-meria-d-
  • https://www.onepiece-requiem.net/t24209-meria-d-marianne-la-peste#254234
Au départ on peut trouver amusant ou vulgaire le luxe ostentatoire et tapageur qu'affectionnent les Usuriers, une guilde ou être riche ne sert à rien si on ne sait pas l'afficher à la vue de tous. Une guilde autrefois dirigée par un corsaire nommé Avarice, ou l'ordre de préséance est définie par la puissance financière, et ou toutes les sanctions sont d'abord monétaires. Et puis en y réfléchissant on se rend compte qu'au dela d'un simple affichage de richesse, le décorum des Usuriers est d'abord un symbole de puissance dans un environnement ou tout pourrait finir par revenir au plus fort. Comme les richesses de l'église de Manée, les richesses des Usuriers que personne n'ose venir prendre proclament à la face du monde que celui a qui appartient tout ça est assez redoutable pour pouvoir exposer ses possessions sans que personne ose le voler.

C'est plus parlant pour un pirate qu'un écriteau proclamant qu'on a pas le droit de voler un truc...

Et moins tentant aussi.

- Chers amis, je suis le Capitaine Red.

Les regards se détournent des richesses exposés dans la grande salle pour se tourner vers moi.

- Vous êtes ici parce que vous êtes une bande de pirates avides d'argent et que moi j'ai un paquet de berrys à dépenser pour peu qu'on me rende de menus services en échange. Mais avant d'en venir au fait, nous allons procéder à un tri rapide. Si vous avez une prime de moins de cent millions, vous pouvez sortir.

Pas le temps de faire une évaluation des dorikis aujourd'hui, ni l'envie. Alors autant faire confiance aux méthodes de calcul du gouvernement mondial. La salle se vide immédiatement des trois quarts de l'assemblée. C'est aussi bien, je préfère la qualité à la quantité, et je n'ai jamais apprécié la philosophie du Cipher pol de toujours mettre en concurrence des équipes sur le même boulot.

- Si vous n'avez pas encore mangé de fruit du démon vous pouvez sortir aussi.

Une sécurité facile, mais l’avantage d'envoyer des maudits chercher un fruit, c'est qu'on est au moins sur qu'ils le boufferont pas, et comme une erreur est si vite arrivée.

Dans la salle ne reste qu'une seule personne. Je crois que niveau tri on est pas mal mais j'ai vraiment un probléme avec les rousses incendiaires. Toujours efficace, un grouillot des Usuriers me tend une feuille roulée et me la déplie pour que je puisse vérifier que la dernière en lice colle aux minimas requis, Méria D. Marianne, 122 millions de Berrys. Parfait, mais je suis sur d'avoir déjà entendu ce nom...

- Félicitation Meria, le boulot est a toi. Viens, allons causer détails au calme.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t17349-red
  • https://www.onepiece-requiem.net/t2638-red-termine
Les joies du Mercenariat  Katarina-lol-2k-wallpaper-2560x1440

海 賊

∆ Feat. Red ∆


Des critères sélectifs et pertinents. En s'assurant une certaine prime, l'Empereur se reposait sur une puissance supposée. Cela n'était pas toujours très vrai, mais la plupart du temps, il fallait reconnaître qu'il y avait quand même un lien entre les deux. Méria s'étonna d'être la seule candidate restante mais s'en accommoda sur le champ. S'il n'y avait pas de concurrence, le travail serait à elle. Après confirmation, la rouquine pencha la tête sur le côté et sourit de bon cœur.


« Ravie de l'apprendre, Capitaine Red. »


Coopérative, Méria suivit l'Empereur qui la mena dans un petit salon qui réussissait l'exploit de mélanger tant le luxe que le confort. L'endroit était magnifique et la Peste y voyait l'endroit parfait pour passer de bonnes soirées. Sifflotant pour mon montrer son admiration, elle afficha une moue impressionnée.


« Un paquet de berrys hein ? J'ai aucun mal à le croire. »


Maintenant qu'elle était si près de la légende, Méria devait avouer être un peu déçue. Il ne payait pas vraiment de mine. Ni trop beau, ni trop moche, ni trop vieux, ni trop jeune. D'apparence, il était loin de son illustre réputation. À le voir ainsi, il n'avait l'air que d'un homme. Pourtant, il dégageait une aura de puissance presque étouffante. Même elle devait reconnaître qu'il suintait de tous les pores de sa peau une puissance colossale. Tant de paradoxes en une seule personne, c'était vraiment surprenant.


La salon étant vide, personne n'était là pour servir à boire aux deux pirates. Étant la plus jeune, et souhaitant plaire à l'Empereur, Méria décida de le servir. Passant lentement derrière le comptoir, elle proposa un verre à Red, ce qu'il accepta de bon cœur. Une fois les deux récipients remplis, la jeune femme posa ses paumes sur les verres qui se mirent à givrer légèrement. Nul besoin de glaçon avec les pouvoirs de son fruit du démon, c'était toujours ça de gagné.



« Santé. »


Vidant son verre de whisky d'une traite, la Peste ne profita pas de ce qui était pourtant un excellent breuvage, hors de prix qui plus est. C'était un peu comme de donner de la confiture à un cochon. Un joli cochon, certes, mais un cochon tout de même. Posant les deux avants-bras sur le bar, la pirate s'avança légèrement vers Red.


« C'est quoi le ptich ? »


Allant droit au but, la jeune femme était curieuse d'en apprendre plus sur la raison qui pouvait pousser un homme si puissant et avec tant de ressources à faire appel à une freelance. La seule chose qu'elle espérait, en plus de toucher sa récompense, c'était de pouvoir s'amuser un peu en chemin. Après tout, bosser pour le plus puissant des empereurs ne devait pas être anodin.



© ciitroon



Liberté, Liberté Chérie !
  • https://www.onepiece-requiem.net/t24214-fiche-technique-meria-d-
  • https://www.onepiece-requiem.net/t24209-meria-d-marianne-la-peste#254234
Au moins on est fixé tout de suite sur la réalité du pouvoir de la demoiselle. Par acquis de conscience, je vérifie quand même que le coup de froid vient bien d'un fruit. Ma main se couvre de noir et ma paume se tend une seconde vers Meria pour en éprouver l'attraction.. Ça tire, ma nouvelle rencontre est bien aussi maudite que moi. Je me demande jusqu’à quel point elle peut refroidir la zone...

Bah, au moins en le congelant le fruit restera consommable.

- Sur Armada, un des cadrans est occupé par des Skjladmös, c'est un peuple de chasseurs pécheurs dont les origines se perdent sur Grand Line. Et attention, quand je dis pécheurs, c'est plutôt de poissons format monstre marins qu'on accule au harpon et qui ont tendance a considérer l'homme comme un dessert de choix. Ces Skjladmös sont plutôt des coriaces. Sur Armada ils ont trouvés un coin qui leur permet d'allier leur itinérance traditionnelle à un port d'attache de choix, et comme ce sont de sacrés marins et qu'on a toujours beaucoup de bouches à nourrir, ils se sont parfaitement adaptés à la culture locale...

Mais évidemment, s'il n'y avait que ça il n'y aurait pas de boulot pour toi.

Comme la plupart des gens de mers qui se respectent, les Skjladmös ne crachent pas sur un peu de piraterie quand l'occasion se présente. Chez les jeunes de la tribu un collier en or fait maintenant plus aisé que la traditionnelle dent de monstre. Et comme c'est plus facile de tabasser des marchands que des krakens, certains ont même tourné complétement le dos aux traditions pour ne plus faire que de la chasse aux navires.

La plus coriace de ceux la s'appelle Grunhildr Skeggi. C'est une parente de l'actuelle cheffe de clan des Skjladmös. Pour elle, virer pirate, c'est aussi cracher sur la place de cheffe qu'elle n'a pas eu, et très probablement une façon de se préparer à un changement brutale de cette situation.

En temps normal je ne m'occupe pas de ce genre de sain débats du moment qu'ils restent internes au cadran. Mais en tentant de s'en prendre à sa cousine, Grunhildr a arraisonné un navire qui transportait un fruit du démon m'appartenant. Et comme sa sœur semble incapable de lui reprendre, j'ai décidé de prendre les choses en main.

Le boulot est donc de mettre la main sur Grunhildr, de lui faire la peau, et de lui reprendre le fruit qu'elle possède.


Dernière édition par Red le Mer 15 Fév 2023 - 18:46, édité 1 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t17349-red
  • https://www.onepiece-requiem.net/t2638-red-termine
Les joies du Mercenariat  Katarina-lol-2k-wallpaper-2560x1440

海 賊

∆ Feat. Red ∆


La Peste haussa les sourcils en écoutant l'Empereur expliquer que les membres du clan dont il parlait étaient coutumiers de la chasse au monstre marin. Ce n'était clairement pas à la portée de tout le monde, ces créatures étant à la fois gigantesques et très puissantes. Que de telles personnes soient capables de venir à bout d'hommes de main de Red n'était donc finalement pas si étonnant que ça.


« Je vois, je vois. »


Sur le papier, la mission ne semblait pas très compliquée. Retrouver et abattre quelques pirates comme elle serait certainement moins difficile que de se frotter à cette vermine de membre du Cipher Pol qui avait manqué de la capturer sur Lynbrook. Il ne fallait pour autant pas qu'elle sous-estime sa cible. C'était une erreur qu'elle avait eu un peu trop tendance à faire ces derniers temps et elle comptait bien changer cela.


« Mon sous-marin est resté au port. C'est pas un gros modèle, en fait il est même pas taillé pour le combat, mais il est rapide, maniable et discret. Logique pour un tel navire faut dire. Je pourrai facilement me rapprocher de tes voleurs et les exterminer. »


Le problème restait que Méria avait finalement assez peu d'informations et il lui en fallait en apprendre davantage pour mener sa tâche à bien. Passant son index dans son épaisse chevelure, elle commença à faire des boucles avec ses mèches en prenant un air songeur.


« Est-ce que tu des pistes sur l'endroit où ils se trouveraient ou faut que j'aille causer d'abord à ces fameux Skjaldmös ? »


Si la supernova n'était certes pas très diplomate, elle se doutait qu'au vu de la situation, ces fameux chasseurs de monstres marins ne monteraient pas sur leurs grands chevaux. Pas après le vol perpétué contre un Empereur par l'un des leurs. Mener l'enquête n'était pas sa spécialité, mais elle savait qu'elle s'en sortirait si le besoin s'en faisait sentir.



© ciitroon



Liberté, Liberté Chérie !
  • https://www.onepiece-requiem.net/t24214-fiche-technique-meria-d-
  • https://www.onepiece-requiem.net/t24209-meria-d-marianne-la-peste#254234
- Je ne sais pas ou elle est précisément. Mais elle doit avoir ses habitudes dans un des ports de Grand Line pas trop regardant sur les pirates. Et il n'y en a pas tant que ça. Elle continuer a recruter dans son clan et y a des contacts, donc ils doivent savoir ou la trouver. Avec ce qu'elle a pillé elle doit encore être en train de fêter ça, donc je dirais que tu n'auras pas de mal à éviter de l'affronter en mer si tu ne traines pas.

Je vais envoyer un de mes hommes t'accompagner. Avec lui tu n'auras pas de mal à te faire entendre des Skjaldmös, et une fois que vous aurez trouvé ou elle est il pourra aussi te fournir l'éternal pour y aller.

Quand a ta récompense, Grunhildr est mise à prix cinquante millions de berrys. Ramène moi le fruit et je payerai sa prime. Et évidemment, tout ce que tu pourras saisir la bas hormis mon fruit sera à toi.


D'un geste de la main, je m'adresse aux murs, qui, ici, au Kraken, n'ont pas seulement des oreilles mais aussi des yeux toujours à l'affut. Des yeux qui s'empressent d'aller chercher Lamia, qui ne tarde pas à nous rejoindre, réussissant comme toujours a porter de façon parfaitement naturelle une armure d'une autre époque, et paraissant avec aussi a l'aise que tout a fait redoutable.

- Capitaine !

Le poing d'acier de Lamia frappe avec précision le plastron de son armure, son regard s'attardant à peine sur Meria tout en ayant parfaitement analysé la présence de la demoiselle. Elle serait marine elle ferait la joie de n'importe quelle colonel d'élite...




- Lamia, voici Meria. Meria, Lamia. Vous allez partir à la poursuite de Grunhildr ensemble.

  • https://www.onepiece-requiem.net/t17349-red
  • https://www.onepiece-requiem.net/t2638-red-termine
Les joies du Mercenariat  Katarina-lol-2k-wallpaper-2560x1440

海 賊

∆ Feat. Red ∆


La femme en armure qui venait de faire son apparition n'avait pas l'air commode mais donnait l'air d'une parfaite militaire. Un bon petit toutou, pensa Méria en souriant. Ainsi donc c'était en sa compagnie qu'elle allait traquer la cheffe des mutins. Rassurée de ne pas être contrainte de voyager avec un homme, la Pesta remercia intérieurement l'empereur de ce beau geste, même s'il ne pouvait se douter une seconde de la misandrie de son interlocutrice.


« J'ai hâte. »


Comme le prix et les conditions de la mission convenaient à la supernova, elle se redressa et tendit la main vers Red pour serrer la sienne et sceller leur accord.


« Je te ramènerai ce fruit. »


La chose étant à présent entendue, Méria s'éloigna du bar en direction de la sortie. Avant de quitter la pièce, elle tourna légèrement la tête et fit signe à la chevalière. Les deux femmes quittèrent ensemble le QG des usuriers. D'un bref coup d’œil, la rouquine estima que sa chère compagnon de fortune n'avait visiblement pas une très grande opinion d'elle. Il était difficile de lui en tenir rigueur, mais elle était vexée malgré tout.


« Ton boss a dit que les Skjaldmös avaient leur propre cadran. M'est avis que tu sais où ça se trouve, alors à toi l'honneur camarade, je te suis. »


En attendant la réponse de la subordonnée de l'Empereur, Méria se pencha pour refaire les lacets de ses bottes. Soupirant en se redressant, elle maudissait la gueule de bois qui continuait de lui faire mal au crâne.



© ciitroon



Liberté, Liberté Chérie !
  • https://www.onepiece-requiem.net/t24214-fiche-technique-meria-d-
  • https://www.onepiece-requiem.net/t24209-meria-d-marianne-la-peste#254234

- Le grand Skali est un des cadrans de Proue, un de ceux qui brisent les vagues pour le reste d'Armada, et qui encaisse le gros des tempétes qu'on rencontre, ça leur permet de se considérer comme les seuls vrais marins de l'ile et de prendre de haut tout ceux qui ne naviguent que sur des vaguelettes à la poupe, ils adorent ça.  

Lamia dédaigne la marche a pied et rejoint un quai visiblement réservé aux Usuriers, ou est amarré un monstrueux hippocampe, harnaché pour servir de monture et presque aussi caparaçonné que sa maitresse. La selle est conçue pour deux et après avoir sauté en selle d'un geste qui dénote de longues heures d'entrainement et de pratique, ta nouvelle compagne t'invite a prendre place derrière elle, et quelques instants plus tard vous filez a vive allure à travers les canaux de la cité pirate, quittant le cercle des cadrans intérieur pour rejoindre ceux qui en forment la carapace.

- En fait en règle générale, on peut dire qu'ils adorent tout ce qui leur permet de se considérer comme supérieur à tous ceux qui ne sont pas de leurs clans. C'est des sacrés têtes de pioches. Dés que je parle un peu  trop longtemps avec eux j'ai envie de leur mettre de grands coups de masse sur leur casque a corne. ça me rappelle presque la maison....  

Le décor change quand vous atteignez le Grand Skali. Les navires qui ont servi de base aux constructions locales n'ont clairement rien à voir avec les navires pirates du reste de l'ile flottante. Le grand Skali est un cadran de bois et d'os monstrueux, de navires fins et racés, a voiles et à rames, conçus pour la course et l’abordage plutôt que pour des affrontements aux canons, Outre un penchant marqué pour des habits et des armes provenant visiblement d'animaux marins, le peuple du grand Skali semble aussi très amateur de sculpture sur bois, et toutes les embarcations et maisons sont décorés d'un panel de monstre tout a fait impressionnant.

- A la réflexion le seul truc qu'on peut quand même leur reconnaitre, c'est que chez eux c'est les femmes qui dirigent. Ça implique quand même un fond de lucidité.  

Au centre du cadran, un batiment plus imposant que les autres ne peut être que le siège du pouvoir local. Une impression qui se confirme quand Lamia y dirige sa monture, s'y amarre, et que vous êtes immédiatement entourés par une demi douzaine de femmes en armes, aux allures presque aussi coriace que les votres.

- Bas les pattes ! On vient voir la Valkyrie, et vous savez très bien que je poserai pas mes armes...  

  • https://www.onepiece-requiem.net/t17349-red
  • https://www.onepiece-requiem.net/t2638-red-termine
Les joies du Mercenariat  Katarina-lol-2k-wallpaper-2560x1440

海 賊

∆ Feat. Red ∆


Faire dada sur une monture aquatique n'était pas spécialement du goût de la jeune pirate, mais il fallait reconnaître qu'il s'agissait là d'un moyen de transport rapide et efficace. Pas sûr pour autant qu'elle cherche à rapidement réitérer l'expérience. Mettant le pied dans ce cadran exotique qui lui rappelait l'image qu'elle se faisait de North Blue, la Peste gloussa ironiquement en voyant les locales mettre les deux inconnues en joue. Même si à vrai dire, la femme armurée ne l'était peut-être pas tant que ça. Une guerrière légèrement plus grande que les autres et qui se trouvait également être borgne s'approcha.


« Qu'est-ce que vous lui voulez ? »


Nullement impressionnée par cet accueil, la Peste s'avança en souriant. De sa main droite, elle toqua légèrement sur l'armure de son équipière temporaire.


« Ne faites pas semblant de ne pas la reconnaître. Vous savez qui elle est et pour qui elle roule.

- Bien sûr que oui, mais le capitaine Red n'a pas le contrôle de ce cadran.

- Est-ce qu'on a dit le contraire ?

- Non, mais vous exigez de voir notre cheffe comme si vous étiez les maîtres des lieux. Je n'aime pas ça.

- Je vais te dire un secret, regard de braise, ce que tu aimes ou non j'en ai rien à foutre. On est là pour les mutins dont vous êtes incapables de vous occuper. Faut qu'on aille chercher Red pour qu'il s'occupe de ça lui-même ou tu vas arrêter de nous emmerder et de nous conduire à ta boss ?

- Tsss. Bien, mais tenez vous à carreau, je vous ai à l’œil.

- On peut pas dire le contraire. »



Méria fit grande impression auprès des skjaldmös présentes, mauvaise, certes, mais grande malgré tout. Elle se moquait d'être aimée, mais elle souhait qu'on la respecte, ou au moins qu'on ne la prenne pas de haut, ce que cette idiote de borgne avait eu la bêtise de faire. Il était évident, au vu du regard qu'elle lui rendit, qu'elle n'avait pas d'autre envie que de lui envoyer sa hache sur le crâne, mais elle ne pouvait se le permettre. À la simple évocation du nom de l'Empereur, la guerrière s'était raidie. La légende du pirate ouvrait visiblement bien des portes, surtout sur Armada. Sans le moindre enthousiasme, les locales guidèrent les deux étrangères sous bonne garde en direction du grand Skali.


La rouquine devait avouer apprécier l'endroit. Il ne payait pas de mine mais les trophées récupérés sur les corps d’innombrables monstres marins étaient très impressionnants. Un clan réputé pour une telle activité ne pouvait qu'être digne de respect. Comme l'avait également précisé Lamia, ici, les hommes étaient soumis aux femmes. La chose, si elle semblait naturelle aux yeux de Méria, était pourtant bien loin d'être une évidence pour le reste du monde. Ce point, bien plus que les autres, intriguait la jeune femme qui se jura d'en apprendre plus sur ces étranges marins avides de pillages et de pêche au gros. Arrivant finalement à destination, le duo fut conduit dans la grande salle rectangulaire par la guerrière borgne. Au bout de la pièce, semblable à une longère, se trouvait une belle et imposante femme blonde avachie dans une sorte de trône. Sa base était en bois mais son armature extérieure se composait d'os de monstres marins. Il fallait bien avouer qu'il était assez impressionnant. Délaissant les envoyées du capitaine Red, la viking à l’œil unique alla chuchoter quelques mots à sa cheffe avant de s'écarter pour rester quelques mètres en retrait.



« Il semble que vos manières laissent à désirer. Qu'importe qui vous envoie, vous êtes ici chez moi, continuez de manquer de respect à mes skjaldmös et je vous envoie personnellement reposer dans les abîmes.

- Un simple malentendu, votre guerrière est trop susceptible.

- Parfois. Que me veut votre capitaine ?

- Son capitaine, pas le mien.

- Je m'en moque éperdument.

- Mouais, bref, on est là pour régler la situation.

- Hum, oui, c'est bien ce que j'imaginais. Vous êtes là pour Grunhildr.

- Bingo.

- C'est ma cousine, comme vous le savez certainement déjà. Ce qu'elle a fait me rend furieuse, j'aurai du le voir venir.

- Qui sait, mais c'est pas ce qui m'intéresse. Où est-elle ?

- Je ne peux l'affirmer avec précision. Aestrid a envoyé une équipe régler le problème, mais elle n'est pas revenue.

- Le capitaine Red est mécontent de la situation. Un fruit du démon a été volé et vous en serez personnellement tenue responsable s'il ne lui est pas restitué.

- Ne bluffez pas avec moi. Red est un homme juste, je sais qu'il vous envoie régler la situation, mais il ne s'en prendrait nullement à moi pour une faute qui n'est pas la mienne.

- Tu veux parier ?

- Nul besoin. Par respect pour lui, je vais vous dire ce que je sais.

- On écoute.

- Avant de partir, Grunhildr m'a plusieurs fois parlé d'une île, la première sur la deuxième voie. Banaro si ma mémoire est bonne. Elle disait qu'elle était faible, peu défendue, en somme une proie facile sur laquelle elle pourrait facilement régner. C'est le seul endroit qui me vient à l'esprit. Si vous ne la trouvez pas là bas, elle pourrait bien être partout.

- D'accord, on va faire avec.

- Lamia, faites savoir à Red que je lui verserai dix pour cent de mes gains lors du mois prochain en guise de compensation. »



Estimant la conversation close, la Walkyrie fit signe aux deux envoyées de l'Empereur de s'en aller. Haussant les épaules, Méria tourna les talons et quitta le grand Skali en compagnie de Lamia. Une fois les deux femmes dehors, elles avancèrent en direction de l’hippocampe de la chevalière. Tournant la tête vers sa compagnon, la Peste lui fit un signe de tête pour lui demander tacitement ce qu'elle pensait de tout cela.



© ciitroon



Liberté, Liberté Chérie !
  • https://www.onepiece-requiem.net/t24214-fiche-technique-meria-d-
  • https://www.onepiece-requiem.net/t24209-meria-d-marianne-la-peste#254234
- Elle a peur. Les skjaldmös n'aiment pas les faibles, et en frappant Red sa cousine a marqué des points. Et comme ceux qu'elle a envoyé la traquer ne sont pas revenus Grunhildr parait d'autant plus affaiblie. Je ne sais pas si elle a envoyé des fidèles et qu'ils sont morts ou si elle a envoyé des guerrières dont elle pouvait se passer et qu'elles ont changés de camp, mais dans les deux cas elle a perdu des points. Et dans sa position ce n'est jamais bon.

Retour à l'extérieur et à la monture ou Lamia réfléchit quelques instants à la suite des opérations.

- Banaro. Ce n'est pas vraiment à coté. Je vais aller chercher un éternal pour nous rendre la bas. On se retrouve à ton navire. Tu sauras le retrouver ?

Et sur ton signe de tête affirmatif elle saute sur sa monture et d'une pression de jambes, l'oriente a nouveau vers le canal menant au Kraken.

- Alors on se retrouve la bas. Je te laisse voir ce qu'il nous manque pour le voyage, prépare une liste, c'est le capitaine qui paie l'approvisionnement et l'accastillage, alors autant remplir les stocks avant de partir.

A tout à l'heure !
  • https://www.onepiece-requiem.net/t17349-red
  • https://www.onepiece-requiem.net/t2638-red-termine