Le Deal du moment :
Display Pokémon japonaise Terastal Festival Ex ...
Voir le deal

[Quête ] L'avènement de la Louve

[Quête ] L'avènement de la Louve Meria-viking-signa3-copie

海 賊

∆ Feat. Méria ∆


De retour sur Armada, Méria n'était déjà plus la même. Alors qu'elle foulait la cité pirate pour la deuxième fois, elle avait aujourd'hui le privilège de pouvoir dire qu'elle était capitaine. Ce n'était pas rien pour la Peste. Non seulement elle n'était plus une éternelle solitaire, mais pour une fois, elle était celle qui donnait les ordres. L'époque où elle servait dans l'équipage d'Aoi semblait bien loin à présent. Ce n'était bien sûr qu'une première étape vers son irrésistible ascension, mais elle en était satisfaite. Accostant avec son sous-marin et suivie de près par le nouveau navire viking dont elle avait également pris possession, la rouquine alla d'abord voir l'Empereur Red pour obtenir son paiement. Comme convenu, le fruit qui lui avait été volé avait été récupéré. En plus d'une belle somme d'argent récupéré sans grand mal, Méria pouvait ainsi montrer à ses guerrières qu'elle avait d'importantes relations. Avec un sourire, elle constata rapidement que cela portait ses fruits.


Pour célébrer sa victoire sur Banaro et commencer à faire un peu de cohésion avec ses troupes, Méria dépensa sans compter pour que son équipage passe une magnifique soirée. L'alcool coula à flots, de la viande de qualité fut servie et la meilleure musique retentit. Mieux encore, Hedda, peut-être à cause de l'ivresse, céda aux avances de sa capitaine. Au petit matin, la Peste avait mal à la tête mais elle s'en moquait bien. Laissant son sous-marin au port, elle prit la tête du Guld Blodig avec ses guerrières. Lentement, le navire s'éloigna pour faire le tour de la cité pirate en direction du Grand Skali. Sur la tête de proue, la rouquine se tenait face au vent en arborant une posture guerrière. Après vingt minutes d'une navigation pénible, les femmes arrivèrent à destination. Prudemment, le navire avançait à l'intérieur du cadran, évoluant au travers de ses canaux étroits mais typiques. Sur leur chemin, nombreux furent les habitants à se retourner. Les mutines étaient bien connues et leur présence n'était pas souhaitée. Quelques minutes seulement après que le Guld Blodig soit arrivé, une troupe de skjaldmös approcha. Armes à la main, elles étaient prête à en découdre. Les menant d'une main de fer, une femme borgne aux mèches blanches s'avança. Affichant une grimace mêlant mépris et colère, elle dévisagea Méria.



« Encore toi... Qu'est-ce que tu fais avec ces traîtresses ?

- Tiens, dame N'a-qu'Un-Œil.

- Ce n'est pas mon nom.

- Parce que tu crois que j'en ai quelque chose à faire ? Mène nous à ta cheffe.

- Hors de question.

- Répète ça.

- J'ai dis non. Ces misérables scélérates avec qui tu t'affiches si fièrement ont été bannies par la Walkyrie, elles n'ont plus rien à faire ici, et elles le savent très bien.

- Hum, oui, oui, Hedda a mentionné ce léger détail.

- Léger ? Cesse donc d'insulter nos coutumes ou je t'éviscère comme une truie.

- Hahahahaha. Des menaces, toujours des menaces. »



D'un léger bond, la supernova atterrit sur le ponton en bois. De sa main droite, elle repoussa ses cheveux en arrière avant de sourire à la borgne qui lui faisait face.


« Mène nous à ta cheffe j'ai dis, imbécile.

- Ce sera ta dernière provocation !

- C'est ça... »



Sa hache étant déjà dégainée, la Skjaldmö leva haut le bras pour l'abattre sur le crâne de la rouquine. Sans bouger un cil, Méria allongea une mèche de ses cheveux qui devint noire à vue d’œil tandis qu'elle se renforçait grâce au haki. Le fer de la hache s'abattit dessus et explosa au contact, laissant la borgne muette. Toujours immobile la pirate laissa de nouvelles mèches s'étendre pour aller chercher par le cou toutes les guerrières adverses avant de les soulever à un mètre du sol. Tendant finalement la main gauche, elle projeta un souffle qui frappa de plein fouet la Skjaldmö grâce au hassoken.


« Assez ! »


Fronçant les sourcils, Méria tourna naturellement la tête vers la personne qui venait de hurler. Avec un large sourire, elle reconnut la Walkyrie. Accompagnée d'autres guerrières lourdement armées, la femme blonde ne semblait vraiment pas ravie de la situation. Levant les mains de manière innocente, la Peste relâcha son emprise sur ses cibles.


« Asruun, quel plaisir de te voir !

- Cessez donc ces familiarités. Ne vous avais-je pas prévenu des risques d'une telle conduite sur MON cadran ?

- Si, si, bien sûr, je m'en souviens comme si c'était hier. Justement, c'est pour ça que je viens, ton cadran.

- Pardon ?

- Hedda a eu le temps de me parler de vous tous en détail.

- Cette femme est une traîtresse, elle n'est plus des nôtres. Elle et toutes les mutines qui vous accompagnent et que vous étiez sensée passer par le fil de l'épée.

- Non, non, non, ma cible était Grunhildr. Ta cousine, tu te souviens ? Je me suis occupé d'elle.

- Bien. Cela ne change rien en ce qui concerne ces serpents.

- Au contraire. En vertu des lois de la piraterie, j'ai pris le commandement des guerrières de Grunhildr après sa mort. Ces femmes sont dorénavant MES guerrières.

- Soit, elles échapperont donc à la mort, mais je ne veux pas les voir ici. Vous non plus d'ailleurs.

- Oui, je m'en doutais, et c'est fâcheux. Vois-tu, j'aime bien cet endroit, il me fait de l’œil pour ne rien te cacher. Je me verrai y poser mes valises.

- Tant que je serai Walkyrie, une telle chose n'arrivera pas.

- Eh bien justement, c'est ça l'objet de ma venue. Je veux ta place. »



Toutes les skjaldmös et les boendr aux alentours commencèrent à parler entre eux. Asrunn resta silencieuse quelques instants, scrutant attentivement la supernova. Furieuse, la borgne se remit sur ses pieds et s'approcha de sa cheffe.


« N'écoutez pas cette vipère, donnez nous l'ordre et elle ne fera pas long feu. »


Pendant que la dirigeante du cadran réfléchissait, Méria commença lentement à s'avancer vers elle. Les lancières qui encadraient la walkyrie la mirent en joue et elle s'arrêta in extremis.


« Tu as une dette envers moi, Asrunn. C'est moi qui ai tué Grunhildr. C'est moi qui vous ai rendu votre honneur bafoué. Tu n'as pas le choix. Affronte-moi pour le Grand Skali.

- Ne l'écoutez pas, nous ne lui devons rien ! »



En proie à une intense réflexion, la femme fixait Méria droit dans les yeux. Le petit sourire narquois de la Peste était pour elle une provocation de plus, mais elle savait qu'elle n'avait pas le choix. Hedda avait expliqué en long et en large toutes les traditions, coutumes et us des skjaldmös à sa nouvelle capitaine. Méria savait que la walkyrie ne pouvait pas refuser sans être déshonorée et malheureusement pour elle, l'honneur était primordial auprès des siens.


« J'accepte.

- Formidable ! On fait ça ici ?

- Non. Un duel rituel ne peut avoir lieu que sous le grand Skali, au beau milieu de la nuit.

- D'accord, ce soir alors.

- Cette nuit.

- Met tes affaires en ordres ma belle, c'est ta dernière journée sur terre.

- Je ne crois pas. Un duel rituel n'est pas à mort.

- Quoi ?

- Hedda ne vous a rien dit à ce sujet ? Le combat n'est qu'un début, il donne simplement le droit au candidat de participer à la véritable épreuve.

- Sérieux ? Ces quoi ces conneries !

- Nous sommes des chasseurs, bougre d'idiote. Qu'importe, il n'y a aucune chance que je perdre. Venez seule cette nuit, vos traîtresses ne sont pas les bienvenues. »



Hochant lentement la tête de haut en bas, Méria accepta. Aussi vite qu'elle était venue, elle remonta à bord et donna l'ordre à ses femmes de quitter le cadran. Lentement, les pirates prirent congé sous les regards noirs de la foule alentour.



© ciitroon



Liberté, Liberté Chérie !


Dernière édition par Méria D. Marianne le Dim 14 Mai 2023 - 21:25, édité 1 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t24214-fiche-technique-meria-d-
  • https://www.onepiece-requiem.net/t24209-meria-d-marianne-la-peste#254234
[Quête ] L'avènement de la Louve Meria-viking-signa3-copie

海 賊

∆ Feat. Méria ∆


Tel un animal en cage, Méria s'impatientait. Les longues heures qui la séparaient de son duel à venir semblaient véritablement interminables. Hors du cadran viking, la jeune avait trouvé repaire dans une taverne en compagnie de ses guerrières. Comme lors de la soirée dernière, l'alcool coulait à flots, mais la Peste préférait se préserver. Buvant avec modération, elle se consolait dans la bonne chère. De la viande, beaucoup de viande et encore un peu plus de viande, voilà ce dont elle avait envie. Tout en se bâfrant allègrement, elle discutait avec sa seconde pour en apprendre toujours plus sur le Grand Skali et ses traditions.


« Et donc, ces duels sont si rares que ça ?

- Très. La dernière fois que j'ai pu en voir un, la seule fois en fait quand j'y pense, il s'agissait d'un affrontement entre les deux cousines.

- Asrunn et Grunhildr ?

- Ouais.

- Eh beh. Je suppose que c'est la blondasse qui a gagné.

- Hum hum.

- Logique. Grunhildr se défendait bien, Asrunn doit valoir le coup elle aussi, je pense que je vais bien m'amuser.

- Ce n'est pas un duel comme les autres. C'est un rituel ancestral.

- Quelle différence ?

- Disons que l'important n'est pas tant de battre son adversaire.

- Je ne te suis pas là.

- Il faut détruire ses boucliers.

- Qu'est-ce que encore que ces nouvelles conneries ?

- Les rares fois où les skjaldmös se battent sérieusement, lors de batailles rangées, elles avaient pour habitude d'affronter l'ennemi en formation. Cachées derrières leurs boucliers, elles formaient un mur infranchissable. Tout cela est loin maintenant, mais nous avons gardé un affect particulier pour nos boucliers. Il ne faut pas chercher plus loin.

- Ouais, je vois. Du coup, si je détruis les boucliers d'Asrunn, elle perd ?

- C'est ça. Vous en aurez trois chacune.

- Ce sera une formalité.

- On verra. En tout, il est important que tu saches qu'un tel rituel ne peux jamais avoir lieu deux fois pour opposer les mêmes personnes.

- Tiens donc ?

- Ce sera ta seule et unique chance.

- Pas grave, c'est bien plus que ce qu'il ne m'en faut. »


Hochant la tête pour elle même, Méria prit une choppe de cervoise et en vida la moitié. Le breuvage n'étant pas assez froid à son goût, la supernova y plongea l'index pour la rafraîchir en un instant. Posant la joue sur sa paume, la jeune femme observa ses guerrières qui continuaient de festoyer. Après une heure en leur compagnie, la Peste prit congé de ces dernières et alla s'allonger dans sa chambre. Mieux valait qu'elle soit en forme pour la suite des événements.




© ciitroon



Liberté, Liberté Chérie !


Dernière édition par Méria D. Marianne le Dim 14 Mai 2023 - 21:26, édité 1 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t24214-fiche-technique-meria-d-
  • https://www.onepiece-requiem.net/t24209-meria-d-marianne-la-peste#254234
[Quête ] L'avènement de la Louve Meria-viking-signa3-copie

海 賊

∆ Feat. Méria ∆


Seule, la Peste avançait dans les ruelles étroites du cadran qu'elle convoitait. Sur son passage, les habitants du grand Skali des Skjaldmös se mettaient à parler entre eux. La rumeur d'une étrangère qui avait tué la cousine de la walkyrie et qui venait la défier n'avait pas mit longtemps à se répandre. Tout le monde ou presque avait entendu parler d'elle. Tous ceux qui le pouvaient viendraient assister au combat. Malheureusement, les boendr étaient exclus d'un tel événement. Ce n'était pas juste, mais ainsi tournait cette petite société matriarcale. Marchant avec fierté et une immense confiance en elle, la supernova se rendit jusqu'au grand skali avec détermination. Sur place, de nombreuses guerrières l'attendaient. Ouvertement hostiles, elle ne lui firent pas bon accueil. Des insultes étaient lancées tandis que certaines crachaient à ses pieds. Si les choses n'était pas déjà assez claires, Méria n'était pas la bienvenue. Pénétrant dans la longue bâtisse, elle vit au loin l walkyrie installé sur son petit trône. Le terme était peut-être exagéré pour un ouvrage si modeste, mais c'était ce qui correspondait le mieux. Une musique enivrante à base de harpes, de tambours et de luths résonnait entre les murs du bâtiment et donnait le rythme. Aux côtés d'Asrunn se trouvait la guerrière borgne. Elle semblait plus agacée que jamais.  


« Skjaldmös, nous sommes réunies en cette chaude nuit étoilée pour faire honneur à nos ancêtres. Cette prétendante au siège et moi-même allons nous affronter pour la poste de Walkyrie. Vous serez nos témoins. »


Se levant d'un air décidé, Asrunn s'avança vers le centre du skali dans sa tenue de guerrière. Son visage était couvert de peintures de guerre bleues et vertes. Suivie par la borgne qui portait une épée et un bouclier, la cheffe du cadran s'approcha de Méria. Son regard se planta dans celui de la Peste durant de longues secondes sans qu'aucune des deux ne dise quoi que ce soit. Une jeune femme brune s'approcha alors de la Peste pour lui remettre un bouclier rond peint en rouge et noir. Sans dire un mot, la pirate prit le morceau de bois et l'examina. Il était plus lourd que ce qu'elle avait imaginé. Combattre avec une telle chose n'était pas dans ses habitudes, mais cela ne lui faisait pas peur. Mettant sa main dans la poignée, la pirate posa le bouclier contre son corps. Asrunn ne tarda pas à l'imiter avant de dégainer son épée. Supposant que les choses sérieuses étaient sur le point de commencer, Méria fit de même avec l'une de ses épées courtes. Un cercle formées par des skjaldmös se forma naturellement autour des deux duellistes tandis que la borgne en sortait.  


« Que le duel rituel commence.

- Parfait. »



Alors qu'elle affichait un large sourire, la supernova frappa son épée contre le bois pour se donner du courage. Stoïque, Asrunn inspira longuement, quand elle bloqua sa respiration, son regard devint beaucoup plus sérieux. D'un bond, elle se trouva au contact de la Peste qui ne la vit pas venir. Armant son bras, la walkyrie envoya un coup d'épée latéral. Par réflexe, Méria se protégea avec son bouclier. Quelle ne fut pas sa surprise de le voir exploser avant que le fil de la lame ne lui entaille le bras. Projetée sur le côté, la pirate grogna de douleur.


« Bordel... »


En lisse, la foule hurlait déjà de joie face à la première attaque concluante de sa dirigeante. Avec un air mauvais, la Peste observa les morceaux de son bouclier répandus sur le sol. Soufflant longuement du nez pour extérioriser sa colère, elle se retourna pour prendre le deuxième des mains du guerrière qui semblait l'insulter du regard. Asrunn avait lancé d'emblée les hostilités et mieux valait ne pas la prendre trop à la légère. Solide sur ses appuis, Méria se servit de son épée pour bloquer le coup suivant. Les deux femmes commencèrent alors à s'échanger les coups avec une grande intensité. Aucune ne prenait l'avantage sur l'autre. Après deux minutes d'un échange éprouvant, les deux femmes suaient déjà à grosses gouttes. Surprenant une fois encore son adversaire, la Skjaldmö tendit le bras qui tenait son bouclier juste avant qu'une chaîne en métal ne fonce vers son adversaire. Avec réactivité, la Peste contra la chaîne sans se rendre compte que c'était exactement ce que voulait Asrunn. Enroulant les maillons autour de l'épée de la rouquine, elle se jeta ensuite vers elle pour détruire son second bouclier. Pour se tirer de ce mauvais pas, Méria lâcha le manche de son arme et attrapa la main de son adversaire qui tenait sa lame. Ne s'avouant pas vaincue, la viking renforça tout son bouclier avec la haki avant de le fracasser sur celui de la Peste qui se brisa en mille morceaux.


« Putain ! Tu commences à vraiment me faire chier toi ! »


Insensible aux insultes de son adversaire, la blonde restait en position de combat. Elle savait qu'elle avait l'avantage. Elle était ici chez elle, entourée des siens et combattant selon des rites ancestraux qu'elle maîtrisait. Face à elle, la colère de Méria devenait difficile à contrôler. S'emparant de son dernier bouclier, la Peste savait qu'elle n'avait plus droit à l'erreur. Prenant deux secondes pour respirer, elle chercha à se calmer avant que son ennemie ne revienne à la charge. Acceptant de la laisser foncer en premier, elle décida de l'attendre de pied ferme. Au moment où elle se mit en mouvement, la supernova lâcha son épée au sol et prit plusieurs couteaux de lancer entre ses doigts. Renforçant les projectiles avec le haki, elle envoya en direction du visage de sa cible qui se protégea naturellement. Incapable de voir venir le piège, Asrunn vit son premier bouclier se briser. S'arrêtant net, elle hocha légèrement la tête de bas en haut. Tournant les talons, elle en prit un nouveau des mains de la borgne.


« Nous sommes donc deux à maîtriser le haki.

- T'en fais pas, j'ai d'autres surprises pour toi connasse. »



Haussant les épaules pour montrer qu'elle ne se moquait une fois encore des provocations de son adversaire, la guerrière s'approcha avec plus de prudence. Renforçant leurs deux lames avec le haki, les combattantes continuèrent de se battre avec plus de férocité encore. Après une minute, Asrunn chercha à passer en force en se servant une fois encore de ses chaînes. Avec un sourire satisfait, Méria allongea plusieurs mèches de ses cheveux. Une première attrapa la chaîne adversaire tandis qu'une seconde s'enroulait autour du bras armé de sa cible. Un boulevard s'offrant alors à elle, la troisième attrapa le bouclier de la walkyrie pour le lui arracher. D'un coup d'épée, la pirate trancha alors le bois en deux morceaux.


« Égalité, finissons un. »


Au même stade, les duellistes entamèrent le dernier acte de l'affrontement. Faisant un usage plus intensif du haki, Asrunn cherchait à noyer Méria sous la force brute tandis que cette dernière abusait de ses mèches pour tromper sa cible. La surprise ne fonctionnant plus, elle la voyait malheureusement les trancher les unes après les autres. Poussant les choses à l'extrême, la walkyrie parvint à faire reculer sa cible. Méria commença alors à perdre l'équilibre tandis qu'elle voyait l'épée de son adversaire approcher dangereusement de son bouclier. L'acier commença à pénétrer dans le bois au moment où la Peste se servit des pouvoirs de son fruit du démon pour le faire geler sur place. L'arme et le bouclier fusionnèrent dans la glace tandis que la pirate tombait au sol. Asrunn tenta de retirer son arme sans succès. Voyant que cela ne la menait nulle part, elle renforça son bouclier au haki pour en finir. Voyant le drame venir, Méria ouvrit grand la bouche pour projeter un souffle glacé surpuissant vers l'adversaire. Frappée de plein fouet, la walkyrie fut projeté en l'air et heurta les poutres en bois avec fracas. Quand elle retomba avec violence au sol, son bouclier était brisé. Se relevant lentement, Méria laissa tomber au sol la masse de glace contenant l'épée d'Asrunn et son propre bouclier. Avec nonchalance, la rouquine approcha de son adversaire battue.


« J'ai gagné. »


Allongée face contre terre, la Skjaldmö se retourna avec difficulté. Du sang coulant légèrement de son visage, elle commença à se redresser avant que la borgne ne vienne l'aider à se mettre debout. Toutes les guerrières de l'assemblée huaient et criaient leur rage. Personne n'était heureux de voir la supernova triompher, mais elle s'en moquait bien. Bravant la fureur ambiante, elle s'approcha d'Asrunn jusqu'à presque coller son visage au sien.


« Et la suite ? »


Furieuse, la borgne écarta la Peste avec violence mais sa cheffe la calma rapidement. Même si elle était manifestement retournée par les événements, la walkyrie restait digne. Hochant la tête subrepticement elle semblait accepter la situation.


« Demain. Nous prendrons la mer demain.

- Parfait. À demain ma belle. »



Sous les huées, la Pesta qui affichait toujours un air triomphant tourna les talons pour sortir du grand Skali. Rien ne la retenait plus ici à présent et elle avait une bonne raison de retourner auprès des siens pour célébrer. Se permettant même un petit rire plus que provocateur, la Peste prit congé de ses détracteurs avec un petit signe de la main.




© ciitroon



Liberté, Liberté Chérie !


Dernière édition par Méria D. Marianne le Dim 14 Mai 2023 - 21:27, édité 1 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t24214-fiche-technique-meria-d-
  • https://www.onepiece-requiem.net/t24209-meria-d-marianne-la-peste#254234
[Quête ] L'avènement de la Louve Meria-viking-signa3-copie

海 賊

∆ Feat. Méria ∆


Après deux jours en mer durant lesquels le temps avait été clément, la météo avait finalement décidé de s'emporter. Les vagues étaient devenues plus dangereuses, la pluie s'était mise à tomber avec abondance pendant que le vent soufflait avec force. Tout cela ressemblait fort au début d'une tempête. Bien sûr, cela ne remettait nullement en cause l'épreuve à venir. Les deux navires viking continuaient d'avancer vers leur destination. Méria s'était étonné de devoir allez aussi loin, mais Hedda lui avait expliqué quelle en était la raison. La walkyrie, en plus de devoir être la plus puissante combattante du clan, devait également être une chasseuse de monstres marins hors pairs. Les plus dangereux se trouvaient évidemment sur Calm Belt, personne ne l'ignorait et c'était là que les guerriers se rendaient. Pour être plus précis, à la lisière entre cette mer et celle de tous les périls. Il ne fut pas difficile pour les pirates de comprendre qu'ils arrivaient à destination quand ils virent que le temps devenait de plus en plus clément face à eux. Une sorte de mur invisible semblait délimiter les deux zones. Dans la première, une tempête naissait tandis que l'autre semblait calme à en mourir. D'un côté le vent soufflait avec force, de l'autre il n'y en avait pas le moindre soupçon. Cette vision était véritablement incroyable, même pour des gens habitués à une telle chose. Trempée de la tête aux pieds, Méria observait le tout depuis la tête de proue de son langskip. Le Guld Blodig était un navire solide, mais une telle mer n'était pas clémente avec lui. Les cheveux balayés de toutes parts, la jeune femme avait décidé de les attacher en un court chignon pour ne plus être gênée. Fait rare, elle s'était couverte et n'exhibait plus son corps comme elle aimait pourtant tant le faire.


« Mais quel bordel !

- La mer a tendance à se déchaîner à la frontière entre Grand Line et Calm Belt.

- C'est vraiment la merde. »



Si les skjaldmös étaient là, c'était pour affronter de puissants monstres marins. Si près de Calm Belt, certains de ces derniers s'écartaient du troupeau. Il était alors possible de les affronter seuls. Une telle chose relevait bien sûr de l'exploit, mais telle était l'épreuve choisie par les ancêtres pour choisir leur cheffe. Le temps n'étant pas clément, le cérémonial était plus léger qu'à l'accoutumée. Après s'être rapproché l'un de l'autre, les navires se mirent à flanc pour que leur capitaines respectifs se mettent d'accord sur le début du duel. Durant une heure, ils devraient chasser le plus gros monstre marin possible. Celle qui ferait la plus grosse prise reviendrait au cadran comme cheffe. Contrairement à l'affrontement précédent, la tâche se pouvait être effectuée avec tout son équipage. Pour les skjaldmös, un équipage était un tout dont son chef ne pouvait se substituer une fois en mer. Une fois les deux navires de nouveau éloignés, une corne de brume retentit pour signifier à tous que les choses sérieuses commençaient.


La walkyrie était expérimentée mais prudente, aussi restait-elle à bonne distance de la frontière dangereuse avec Calm Belt. En moins de dix minutes, elle parvint à dénicher son premier spécimen. Ne le trouvant pas assez gros, elle décida de le laisser en paix. Cinq minutes plus tard, un chacalot d'une taille impressionnante sortit des flots pour lui faire face. De manière méthodique, Asrunn se servait de ses chaînes et de cordes lancées par ses guerrières pour entraver et ralentir la créature. Ce ne fut qu’ensuite que son navire commença à traquer l'animal pendant que la Skjaldmö lui lançaient de gros harpons pour en finir.


Voyant que son adversaire prenait de l’avance sans qu'elle même n'avance de manière significative, Méria donna l'ordre à ses pirates de se rapprocher de Calm Belt. Leurs mines inquiètes étaient plus éloquentes qu'un millier de paroles. S'approcher trop près serait extrêmement dangereux, tout le monde le savait, mais la Peste était trop en retard pour se permettre d'être prudente comme pouvait l'être Asrunn. Restant tout de même à bonne distance elle continua de voguer durant trente minutes sans rien trouver. De son côté, la walkyrie était presque déjà sur le point d'en finir avec sa cible. De plus en plus agacée par la situation, Méria allait faire se rapprocher un peu plus encore le Guld Blodig quand un immense bovin des mers fit son apparition. Surgissant de la mer avec fracas, il projeta des trombes d'eau sur les humaines avant de les toiser de son air bête.



« Parfait ! Ce sera toi, approche gros tas ! »


Dans un beuglement à faire vibrer les tympans, l'animal semblait interdire le passage au navire, comme s'il protégeait son territoire. Cet hybride contre nature était bien plus gros que la prise d'Asrunn, mais encore fallait-il réussir à mettre la main dessus. Mise au courant des techniques de chasse classique par Hedda, la Peste donna l'ordre de lancer des cordes, cherchant ainsi à imiter son adversaire. Non seulement ce fut un échec, mais la tentative énerva le monstre marin qui s'approcha dangereusement. Ouvrant la gueule, il s'apprêtait à engloutir le Guld Blodig. Pour éviter cela, la supernova se jeta dans sa direction et lui envoya un direct du droit renforcé au haki. Sous la violence de l'attaque, l'animal s'écrasa de tout son long avant de s'éloigner, visiblement vexé. Pour ne pas tomber à l'eau, Méria étendit ses mèches et se projeta vers le haut du mât de son navire. En hauteur, elle observait l'animal. Plusieurs fois, il chercha à s'approcher soit en ouvrant la gueule, soit en chargeant avec ses cornes. À chaque reprise, Méria sauvait son embarcation in extremis, mais le monstre ne semblait pas faiblir et le temps commençait à défiler dangereusement.


« On arrive à rien.

- Cette bête est trop grosse, on peut rien contre elle, boss.

- Silence ! Ce sera elle je vous dis, fermez là et souquez dur !!! »



Voyant qu'il ne restait plus que dix minutes, la supernova décida de procéder autrement. Au mépris de sa propre vie, elle sauta en direction de l'animal et l’agrippa en allongeant ses mèches. Se servant du contrôle qu'elle avait de sa propre morphologie, elle devint de plus en plus grande, jusqu'à culminer à trois mètres. Prenant également sa forme hybride, elle faisait pousser de plus en plus de poils pour ligoter sa cible et l'empêcher de plonger. Juchée sur son corps, elle le rouait de coups qu'elle renforçait au haki. L'animal semblait en mauvaise situation, mais il tenait bon malgré tout. Passant à la vitesse supérieure, la Louve commença à labourer son épaisse peau de ses griffes acérés. Se battant comme une belle diablesse, elle se recouvrait du sang de l'animal qui avait du mal à se défendre. La vache des mers sentant qu'elle était en mauvaise posture se déchaîna avec fureur. Parvenant à se libérer de ses liens capillaires, elle projeta Méria au loin, dans une direction à l'opposé de son navire. Parfaitement au courant du fait qu'elle perdrait la vie si elle tombait à l'eau, la Peste se concentra sur le point de sa chute et relâcha d'un coup toute la force de ses pouvoirs pour geler la mer sur quelques mètres de large. S'écrasant malgré tout avec fracas, elle manqua de se briser quelques os. Relevant la tête tandis que plusieurs filets de sang y coulaient, elle jeta un regard noir à l’animal. Nullement impressionnée la vache géante le lui rendit avant de foncer vers elle. Sentant la glace craquer sous ses pieds, Méria décida de ne pas rester là beaucoup plus longtemps. Envoyant une mèche sur l'une des cornes de la bête, elle s'en servit pour se projeter en hauteur. Dans les airs, elle se retrouva au dessus du crâne de l'animal. Inspirant à plein poumon, elle cracha dans sa direction le plus puissant des souffles givrants qu'elle était capable de produire. L'attaque frappa le monstre marin de plein fouet en plus de l'emprisonner dans une couche de glace. Retombant avec fracas sur le corps gelé de l'animal, la Peste ne perdit pas une seconde. Posant le genou à terre, elle posa la paume sur le bovin des mers et se servit d'un mélange de ses pouvoirs et du hasshoken pour geler et arrêter son cœur. Incapable de faire face à une attaque à l'intérieur de son corps, l'animal rendit son dernier souffle.


« J'ai gagné... J'AI GAGNÉ !!! »


Totalement épuisée, la supernova se mit à rire nerveusement tout en s'écroulant dos contre la couche de glace. Aussi vite qu'elles le pouvaient ses guerrières rapprochèrent le Guld Blodig avant de jeter des harpons reliés à des cordes sur le bovin. Pour le moment, le fait qu'il soit gelé empêchait le monstre de couler, mais cela ne durerait pas éternellement. Au loin, Asrunn observait la scène l'air interdite. Tous les skjaldmös présentes savaient ce que cela voulait dire.




© ciitroon



Liberté, Liberté Chérie !


Dernière édition par Méria D. Marianne le Dim 14 Mai 2023 - 21:27, édité 1 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t24214-fiche-technique-meria-d-
  • https://www.onepiece-requiem.net/t24209-meria-d-marianne-la-peste#254234
[Quête ] L'avènement de la Louve Meria-viking-signa3-copie

海 賊

∆ Feat. Méria ∆


Le voyage de retour vers Armada fut plus long que celui vers Calm Belt. Contraintes de tracter leurs prises, les vikings avaient le plus grand mal à avancer. Pour ne rien arranger, la tempête s'était accentuée au fil des heures, rendant le tout particulièrement difficile. Malgré tout, les navires arrivèrent entiers à destination. Traînant derrière eux les corps des deux monstres marins, ils furent contraint de les laisser au port du grand Skali, non loin des entrepôts chargés de dépeça et de l'exploitation des ressources de ces créatures. Les habitants du cadran ne manquèrent pas de constater avec effroi que le plus gros des deux monstres était tracté par le Guld Blodig. Tous ceux qui comprenaient ainsi ce que cela voulait dire semblait tout autant effrayés que furieux. Plus que satisfaite de son exploit, Méria posa le pied sur le cadran accompagnée de ses guerrières mutines. Depuis le jour de l'épreuve, Asrunn ne lui avait pas adressé la parole, préférant naviguer à quelques centaines de mètres de la supernova. Malheureusement pour elle, elle ne pouvait pas repousser éternellement la vérité. Souriant de façon ouvertement narquoise, la Peste approcha de son ancienne adversaire.


« Explique donc aux tiens ce qui s'est passé, Asrunn Skeggi. »


Se mordant les joues de l'intérieur pour ne pas hurler de rage, la femme blonde jeta un regard noir à Méria mais parvint à garder son calme. Autour des deux femmes, des nombreuses guerrières se rassemblaient. Fermant les yeux un instant, la vaincue eut bien du mal à prendre la parole.


« J'ai perdu. Méria D. Marianne est notre nouvelle Walkyrie. Par la volonté des anciens et conformément à nos coutumes, le pouvoir lui revient dorénavant... »


La nouvelle fit l'effet d'un véritable coup de poing chez la plupart des skjaldmös présentes. La guerrière borgne semblait sur le point de pleurer tant sa détresse était grande. Avec l'air résigné, Asrunn dégaina lentement son épée et la présenta à Méria.


« Ceci est la lame de Walkyrie. Seule notre cheffe peut la brandir. Elle est à toi à présent. »


Fronçant les sourcils, la pirate s'empara de l'arme. Lui faisant effectuer quelques arcs de cercle, elle hocha la tête avec approbation.


« C'est une bonne épée. »


Malgré son apparente dignité, l'ancienne cheffe était véritablement dévastée. Malheureusement pour elle, respectueuse des traditions, elle ne pouvait rien faire. Si elle dressait ses guerrières contre la pirate, celle-ci n'aurait aucun scrupule à faire un massacre pour asseoir sa suprématie, d'autant plus qu'à présent, elle était légitime au poste qu'elle occupait. Préférant se mettre de côté pour continuer de veiller sur les siennes plutôt que de mourir bêtement par orgueil, elle se jura de se venger un jour en se débarrassant de cette misérable étrangère. Malgré la désapprobation générale, l'ancienne dirigeante accepta de conduire Méria au grand Skali et lui remit officiellement les rennes du cadran. Après s'être installé sur son nouveau trône, la Peste ordonna qu'une grande fête ait lieu. Sa première décision fut de rétablir les mutines qui avaient décidé de suivre Grunhildr par le passé. Cela fit scandale, mais il n'y avait rien que les guerrières puissent faire pour cela. L'ambiance générale était morose et la fête n'en avait finalement que le nom. Au beau milieu de cette dernière, peu avant minuit, la Skjaldmö borgne et ancienne seconde d'Asrunn se présenta face à Méria.


« En vertu de nos lois, je te défie pour le poste de Walkyrie. »


Souriant d'un air sadique dans son trône en bois, la Peste se mit à rire avant d'accepter de bon cœur. Cela ne faisait que quelques heures qu'elle était à son poste que déjà l'une de ses subordonnées souhaitait prendre sa place. Le cadran dont elle était dorénavant la dirigeante lui étant complètement hostile, il allait falloir qu'elle s'habitue à livrer de tels duels à l'avenir. Sans grande crainte, elle attendit que le milieu de la nuit ne vienne pour livrer son premier combat en tant que Walkyrie.




© ciitroon



Liberté, Liberté Chérie !
  • https://www.onepiece-requiem.net/t24214-fiche-technique-meria-d-
  • https://www.onepiece-requiem.net/t24209-meria-d-marianne-la-peste#254234