AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  

Le Deal du moment : -30%
NVIDIA Passerelle multimédia SHIELD TV 2019
Voir le deal
149.99 €

[O.S.]Des emmerdes, toujours des emmerdes..

Drogo
Drogo

♦ Localisation : North Blue
♦ Équipage : Les Bloody Sorrow, j'en suis même le Capitaine s'tu veux tant savoir !

Feuille de personnage
Dorikis: 2649
Popularité: -146
Intégrité: -134

Jeu 8 Sep 2011 - 21:37

0 Berrys en poche, le ventre sur les talons et même pas un toit où dormir confortablement, voilà à quoi Drogo en était réduit. Si ce n'était pas malheureux, il avait dépensé l'intégralité de ses économies en bouffe et...en bouffe. Oui toutes son argent était partit dans les poches des divers restaurateurs de Bernanos en contre partie de la rupture de leurs stock. Les restaurants avaient fermé pour la journée les uns après les autres.

Drogo avait passé plus d'une semaine à voguer sur une petite barque volée dans l'espoir de trouver terre. Suite à sa cuisante défaite et la perte totale de son équipage il avait dû quitter Red Line pour revenir sur North Blue. Il avait été si près de Grande Line que son retour en arrière avait eue pour désagrément d'être très frustrant, même il était amusant de constater qu'il était beaucoup plus simple de quitter Red Line que d'y parvenir. L'épisode de Riverse Mountain n'avait pas pour mérite d'avoir été un joyeux souvenir, Drogo avait fini à l'eau une dizaine de fois. La frégate qu'il avait utilisé depuis le départ de sa ville natale avait succombé au choc « Riverse Mountain », les eaux impétueuses de la cascade de l'avait pas épargné, le privant ainsi de son moyen le plus pratique de navigation.
La défaite qui avait suivit, elle lui était restée entre la gorge, en long et en travers. Elle remontait à une semaine maintenant mais quand Drogo s'en remémorait il avait le sentiment que la scène c'était déroulé la veille. Ses blessures ne c'étaient pas totalement recouverte mais elles ne le faisaient plus souffrir.
Alors que lui et son équipage de misère constituée de quatre vulgaires pirates qui avaient plus de gueule que d'entrejambe s'étaient réfugiés au Cap des Deux Jumeaux où ils subirent une attaque d'un groupe de pirates sans nom qui s'attaquaient aux Rookies les plus mal préparé. Ce qui suite à la perte de leur frégate les mettaient dans cette situation. Tout c'était passé très vite. Alors qu'ils avaient regagnés la côte à la nage, les pirates les attendaient patiemment près du phare. A peine le pied mis au sol qu'une vingtaine de lame s'étaient hérissé face à eux, définissant clairement les intentions de leur propriétaire. Ils ne tardèrent pas à passer à l'acte. Heureusement pour les imbéciles qui l'accompagnaient Drogo était resté vigilant. En entendant les épées sortir de leurs fourreau il s'arma d'un fumigène qu'il ne tarda pas à déployer.

Un vaste écran noir c'était diffusé tout le long de la baie, plongeant ainsi l'ensemble des pirates dans l'obscurité totale, amis comme ennemis. Ils ne tardèrent pas à crier, ce qui aida Drogo dans la tâche qu'il allait accomplir. En se redressant il les avait compté un par un et avait mémorisé leurs positions. Ses yeux étaient dorénavant inutiles, d'autant plus que les pirates lui indiquaient leurs positions en c'étant mit à beugler leur incompréhension. Ils étaient vingt, vingt cibles à éliminer. Ce n'était pas tâche facile, surtout lorsque l'un des sens faisait défaut. Mais il resta concentré avant d'entrer en action. Le premier était juste devant lui, deux autres étaient à ses côtés, légèrement en retrait. Il entendit la lame filait vers lui, sans attendre que celle ci trouve destination il fit un pas sur le côté afin de l'éviter et profita du mouvement du pirate qui s'avançait aveuglement vers lui pour l'embrocher au niveau du foie à l'aide de Last word.D'un mouvement brusque il c'était saisis du corps pour foncer sur le pirate à sa droite qui s'était mis à lui tirer dessus, à l'aide de son pied gauche il lui fit perdre l'équilibre. Drogo s'était accroupie après s’être débarrassé du premier corps pour attendre patiemment que le deuxième pirate tombe parfaitement sur sa lame, déployé au moment opportun. Le sang avait giclé. Sentant de l'agitation le pirate qui était sur sa droite c’était rué sur le jeune Pan Dragon. Celui ci ne manqua pas de noter ce détail et profita une fois de plus des mouvements irréfléchis des pirates. Il avait déployé son Dragon-Wind et lui assenât un coup franc sur la nuque qui se brisa sous le choc. Suivi un bruit sourd, le corps était tombé.

Trois pirates avaient été terrassé en l'espace d'une dizaine de seconde, mais seize d'entre eux étaient encore debout, heureusement pour lui ils étaient toujours paralysé par la peur que leur infligeait l'écran de fumer. Il continua ainsi sa chasse. De mémoire il avança sur sa droite et d'un coup qui au début avait était mis à l'aveuglette un nouveau pirate se trouva embrocher, en plein cœur. Il avait vu juste et si ses souvenirs étaient bon il y'en avait trois autres juste derrière le pirate qui venait de concéder son dernier souffle. Il avait profité de la chute du corps pour sauter en plein sur sa poitrine afin de prendre de nouveau appui pour sauter, cette vois ci vers les trois autres pirates, il posa délicatement son pied sur ce qui avait semblé être à première vu être une épaule, le second sur une tête. Il enfonça rapidement sa lame droit dans le crane du premier pirate avant de le laisser tomber au sol pour passer ses deux jambes autour du second pirate. Il s'élança dans le vide, les deux pieds bien placés au tour de la tête de sa proie et fit voler dans les airs le corps après s'être au préalable réceptionné sur les deux mains et avoir soigneusement fait tourner la tête du pirate à l'aide de ses pieds et du mouvement entièrement sur elle-même, ce qui avait dû lui être fatale.

Il s'était stabilisé sur les deux mains et était resté de la sorte. Il avait jugé assez naïvement qu'il réfléchirait mieux la tête en bas. Pour l'instant il avait prit un sérieux avantage sur ses adversaires et il s'en était amusé. Ce qu'il n'aurai pas dû faire car rapidement une épée vint trancher le dos du pirate faisant ses acrobaties, celui-ci avait grimacer sans pour rester inactif à l'agression. Il sauta de nouveau pour se remettre sur ses jambes, il était accroupis cette fois-ci et s'était saisit de son bâton. D'un geste circulaire il rasa le sol, ce qui avait eu pour effet de faire tomber les quatre pirates qui le cernait. Dans leur chute, il planta sa lame dans un premier pirate, alors qu'un second avait chuté au sol, Drogo allongea son pied en arrière et le posa droit sur sa gorge. Assez violemment il la piétina de toute sa force de telle sorte à l'étouffer. Pendant ce temps-là il avait saisi un autre corps au sol pour lui planter à deux reprises sa lame, en prenant pour cibles deux de ses points vitaux. Le troisième c'était relevé alors que son camarade venait de mourir de suffocation. L'écran de fumer c'était totalement dissipé et il pouvait dorénavant les voir. Sur les dix neufs pirates qui les avaient accueillit onze étaient encore en vie. Pourtant il se rappela avoir tué neuf pirates. Après avoir jeté un bref coup d'œil à ses compagnons il comprit qu'il lui en manquait un. Surement qu'il avait dû le confondre avec eux. Cette perte ne lui avait fait ni chaud ni froid. Il en restait tellement. Il devait allait plus vite et apparemment il ne pouvait pas compter sur ses camarades.

Mais ils lui donnèrent tord, maintenant qu'eux aussi pouvait voir, ils avaient dégainé les armes et s'étaient mis à vider leurs chargeurs sur leurs ennemies. Profitant de l'effet de surprise ils en abattirent quatre. Drogo en fut enchanter, car à présent ils avaient de nouveau l'avantage. Il s’était élancer face à eux, deux arrivèrent bien gentiment à lui, Drogo après quelques coups de Dragon Wind bien placé c'était chargé de mettre fin à leurs jours après avoir planté violemment sa Last Word toujours de la même manière.

La fierté montait en lui, le sang qui collait à son visage avait un étrange gout, un gout de satisfaction mélanger a de l'avidité. Il voulait tous les voir morts, il voulait savourer le moment si gracieux qui se produit lorsque l'on ôtait la vie à quelqu'un. Il ne se battait plus pour se défendre mais uniquement par plaisir, il était partit à la chasse et aucunes des proies ne pouvaient envisager de s'en sortir vivante. Toutefois ce sentiment n'avait guère duré, car un troupeau de pirate armé jusqu’aux dents semblait renforcer la troupe de pirates qui tombaient un par un, ils devaient être plus de trente cette fois ci. Il se retrouvait de nouveau en position d'impuissance, seule la fuite avait été envisageable sur le moment.

Après avoir ordonné l'ordre de retraite au reste de son équipage, alors qu'il s'apprêtait à prendre son envole Drogo s'était retrouvé encerclé. Une nouvelle impasse faisait face à lui, mais il fallait se défendre coute que coute, c'est ce que c'était dit le pirate. Et c'est ce qu'il fit, sauf que dans la furie des coups que la dizaine de pirate qui l'entouraient lui avait assainit il eut énormément de mal à mettre fin à leurs jours. Il ne pouvait que repousser une à une les attaques qui venaient de partout. Ses compagnons avaient décampé et lui subissaient les balles et les coups d'épée de ses ennemis. Il cru vite que s'en était finit mais une occasion s'offrit à lui, le capitaine de l'équipage sans nom était arrivé sur les lieux ayant pour effet la perte de concentration de tous ses ennemis pour le saluer. Il ne leur en demandait pas tant à ses idiots de pirate. Malgré les blessures profondes qu'il avait subit, il saisit l'occasion pour prendre la fuite. Ce qui s'était révélé très simple. Il avait sauté sur la tête de l'un des pirates pour se mettre à courir de tête en tête afin de prendre de l'élan et s'envoler avec son Dragon-Wind. Il prenait de l'altitude lorsqu'une balle vint se loger en plein dans sa poitrine. Tandis que d'autre avaient transpercé le tissus des ailes. Mais au moins il s'en était sortit sain et sauf.


Un hibou vint soudainement rompre la sérénité que procurait la nuit par un cri perçant. Drogo ne pu s'empêcher de sursauter. Cela faisait une heure qu'il s'était perdu dans ses pensées, le hibou l'avait fait revenir à ses esprits. Il regarda autour de lui, il était toujours à la même place, dans la grange d'une vielle ferme qui semblait être habité par un couple de vieux paysans. Il en était réduit au vagabondage suite à son festin gargantuesque qu'il s'était offert après son long périple sans la moindre trace de nourriture sur la mer de North Blue. En arrivant il fut pris d'une faim incontrôlable et il s'arrêta de manger qu'une fois sa bourse vide, le privant ainsi de lit dans l'auberge du coin. Cela expliquant pourquoi il se trouvait assit en tailleur sur une botte de foin, un plan sous les mains qu'il examinait avant de se perdre dans les souvenirs de sa défaite passer. Il devait se focaliser sur ce qui allait venir et il en avait conscience.

La lune éclairait de tout son éclat la petite ferme qui se trouvait aux alentours de la ville. Il n'était pas loin de trois heures mais Drogo ne trouvait toujours pas le sommeil. Son ventre criait famine et puis il était trop préoccupé par le plan qu'il avait sous les yeux pour pouvoir dormir en paix. Voilà à peine un jour qu'il était arrivé et que de nouveau il s'était causé de nouveau ennuies. Plus tôt dans la journée, alors qu'il venait de dépenser son dernier berrys il se risqua à duper le propriétaire d'un dernier restaurant en lui assurant au fur et à mesure des commandes qu'il avait de quoi payé. Sachant qu'il n'avait pas d'autre chance de trouver un restaurant après avoir fuit celui-ci il se permit de manger assez pour tout un régiment de la Marine. Malheureusement le doute c'était installé et le cuistot voyant ses allures de pirate préféra faire appel à deux marines qui faisaient leur ronde sur la place publique et les posta à l’entrée de son restaurant, le regard vigileant. Le cuistot savait que si par malheur le jeune homme venait à ne pas payer, c'était sur la paille qu'il finirait, ainsi il préférait prendre ses précautions ce qui était tout à son honneur car le jeune homme n'avait absolument pas l'intention de payer. Vint la note, Drogo sur de lui envoya chier le restaurateur, il l'avait bien évidemment remercié avant de l'envoyer se faire voir. Mais cet excès de confiance lui coûta cher. Les marines entendant la réponse du jeune homme s'approchèrent et brandirent leurs lances en direction du pirate. Celui-ci ne remarquant rien remit sa cape et voulut saisir son Dragon Wind qui était sensé se trouver sur sa droite. A sa plus grande surprise ce ne fut pas le cas. Il s'était retourné et avait vu les marines, dont un des deux avait son arme à la main. Puis tout c'était déroulé très vite, Drogo avait voulu riposter mais il avait été tenu à distance par les lances tout le long de la scène. Il fut emmené au poste avancé d'une des bases de la marine, faisant office d’annexe pour une centaines de marines. Il avait été privé de toutes formes de riposte sans son arme. Mais il ne risquait pas gros, il fut libéré à conditions qu'ils reviennent sous les 48h avec la somme qu'il devait au restaurateur et à ce moment précis il aurai l’autorisation de récupérer son arme, qui servait de caution pour le moment Malheureusement les conditions ne lui convenaient pas. Son attitude en sortant du poste était tout autre de celle qu'il abordait avant de s'être fait arrêter. On pouvait dorénavant apercevoir une lueur dans ses yeux, qui exprimait un désir de meurtre et de sang. L'assassin en quête de vengeance venait de se réveiller en lui. Il trouva vite ou se loger, dans la dite grange. Le jeune homme était resté éveiller toute la nuit à élaborer des plans de vengeance tous aussi fou es uns comme que les autres. Il restait dans le même état et il savait pertinemment que s'il voulait retrouver son comportement normal il fallait d'abord qu'il assouvisse cette soif de sang.
Des traces de sang recouvraient le visage du jeune homme et à y voir de plus près on remarquait que ses pupilles étaient anormalement dilaté, elles rayonnaient d'un blanc éclatant. Voilà deux heures que

Drogo marmonnait des phrases toutes aussi incompréhensible les unes que les autres n’ayant de sens que pour son esprit meurtrie. Sous ses mains se tenait un plan, le plan du poste avancé qu'il avait redessiné de mémoire lors de son petit séjour pour l'enregistrement de la plainte du restaurateur.

Dessus était mis en évidence quatre pièces, les seules qu'il avait pu repérer. L'une représentait celle de la salle où était dissimulé l'ensemble des objets de valeurs confisqués par la Marine. La deuxième représentait les cellules d'isolements, la troisième le bureau du gradé en fonction, qu'il fallait à tout pris éviter. Et enfin la dernière représentait la cour intérieure qui était bien évidemment son billet de sortie.

Tout avait été minutieusement préparé, son infiltration était prévue pour le lendemain à midi tapante. Sa mission reposait sur trois points essentiels. L'infiltration, la diversion et la fuite. Si tout ce passait bien il en aurait fini avec cette tâche en l'espace de quatre minutes et pourrait fuir avec son arme. Si par malheur il venait à dépasser ce temps impartit ou ne pas récupérer son précieux Dragon-Wing, il ne donnait pas chère de son infiltration, car le but avant tout était de ne faire couler la moindre goutte de sang, ou dû le moins possible si la situation ne le permettait pas. Faire comme ci son passage n'avait jamais eu lieu, telle était les méthodes qu'on lui avait enseignées. Pourtant il n'en était rien, il avait besoin de faire de qu'il voulait entreprendre un massacre. Ses deux facettes s'affrontaient, puis finalement il se résigna c'était bien la précipitation qui l'avait mené à la défaite au cap des deux jumeaux, il s'était précipité sur Grand Line bien trop rapidement, sa vengeance sur le corps des marines pouvaient bien attendre elle quelques temps.

Le sommeil toujours distant il se leva brusquement et décida de faire passer toute la rage qu'il avait en lui dans un entrainement. Ce n'était pas une si mauvaise idée et puis il avait envie de prendre l'air, il trouvait très désagréable l'odeur de la grange. Sans compter que le pauvre ne tenait plus sur place, l'envie, le désir, la colère il était pris par tous ses furieux péchés.
Il sauta par la fenêtre qui se trouvait derrière lui pour atterrir en plein milieu d'un champ de maïs, se trouvant derrière la grange et la maison, qui anormalement avait toujours les lumières toujours allumées à cette heure tardive, elles semblaient provenir du salon mais Drogo ne s'en soucia pas. Le champ devait faire plus d'un hectare jugea t-il après des brefs regards aux extrémités de la parcelle, ce n'était pas bien grand mais ça convenait parfaitement pour faire office de piste.

Il commença tout d'abord à s'échauffer en commençant par ses articulations, des chevilles jusqu'au cou.

Il sauta sur place avant de crier de tous ses poumons !


"J'VAIIIIS TOUUUS VOUS BUTEEEEER !!"

Et la machine de guerre était lâché, il était partis pour faire cinq cents tour de champs qu'il réussit à effectuer en une heure (c'est approximatif, je ne sais pas combien de temps ça fait 500 tours d'un hectare en courant vite xD). Il en fut essoufflé mais avait besoin de plus. Il avait jugé que sa vitesse de pointe était trop longue à atteindre, ce qui faisait de lui quelqu'un de rapide sur la longueur et le temps mais en combat il n'avait malheureusement jamais l'occasion d'atteindre sa vitesse maximale, ce qui était problématique, il avait encore de la marge à parcourir. Mais il fut enchanté de sa forme physique, malgré les cinq-cents tours il se sentait encore en pleine forme et loin d'avoir l'envie de dormir. Il avait envie de passer sa colère par ses poings dorénavant.
Il marcha vers un immense rocher qui se trouvait être en plein milieu du champ, empêchant une parcelle de terre d'être cultivable. Surement que les vieux fermiers n'avaient jamais réussit à la déplacer. Le mastedons devait être quatre fois plus grand que lui. Le jeune homme n'attendit pas une seule seconde avant de passer toute sa folie sur la pierre. Aveuglément il lui appliquait tout les combos d'attaque qu'il connaissait, sans s'arrêter, pendant plusieurs minutes, puis les minutes se transformèrent vite en heures jusqu'à l'arriver du soleil et des premiers chants d'oiseaux qui vinrent le tirer de sa frénésie.
Il tomba à la renverse, cette fois ci c'était certains il était exténuer. Drogo en ria à pleine gorgée, oui cela faisait du bien, c’était exactement ce dont il avait besoin. Le jeune homme souffla longuement, il avait l’impression d’avoir réussit à canaliser cette folie, pour un instant. Ses yeux se fermèrent tout délicatement le plongeant dès les paupières clauses dans un sommeil profond.

Un chien aboya de toutes se forces à la vue d’un chat errant, à un croisement qui se trouvait non très loin de la ferme. Le chat avait détalé et Drogo c’était redressé, précipitamment. Il fut frappé de stupeur, était-il possible qu’il ait raté l’heure propice à l’infiltration ? Il fut rassuré en voyant la position du soleil qui lui indiqua qu’il devait être dans les alentours de onze heures. Il s’aida de ses mains pour se redressé mais une douleur intense s’emprit de tous ses avant-bras qui cédèrent rapidement, la faisant chuter au sol. Surprit il mit ses mains face à ses yeux et fut étonné de les voir recouvertes de sang, parsemé de grosses entailles laissant la chair à vif.
Il se rappela soudainement de son entrainement de la veille, il jeta un coup d’œil derrière lui au rocher qui à présent n’était plus qu’un tas de poussière. A la vue du fruit de sa furie il ne put s’empêcher d’éclater de rire, se roulant au sol, recouvrant sa tunique déjà sale de poussière. Il se savait enclin à des déchainements incontrôlable, mais de là à rendre un rocher entier à l’état de poussière, il s’étonnait. Cette petite séance l’avait peut être érudit si il avait un peu de chance. C’est ce qu’il désirait le plus a présent, il avait pour un temps oublié sa colère pour se focaliser sur ce désir. Devenir plus fort.

Oh oui qu’il allait le devenir, foi de Pän Dragon. Il se redressa cette fois ci sans l’aide des mains. Il fallait soigner ces blessures, car sans ses mains il ne pouvait rien espérer de sa tentative d’évasion. Et le seul endroit où il pouvait espérer trouver de quoi se soigner était devant lui, cette étrange maison aux lumières allumés, même en plein jour. Il quitta le champ pour arriver rapidement à l’arrière porte. Elle était fermée. Sans la moindre hésitation il brisa la vitre près de la poigné et y faufila sa main à fin de l’ouvrir de l’intérieur. Infiltration de base. D’un mouvement de poignet la porte s’ouvra, la petite maison qui s’offra à lui était joliment entretenue. Les propriétaires l’avaient entièrement décoré de babioles semblant provenir des quatre coins de l’océan. Mais Drogo trouvait la décoration hideuse, il préférait de loin le style sobre du palais royale. En entrant dans une première pièce il tomba sur une photo du vieux couple entouré par tous leurs enfants et petit enfants. Lui n’avait eu aucune famille, il était jaloux de ce qu’il voyait là, il les enviait et il avait horreur de ça. Il brisa le cadre au sol et sortie brusquement de la chambre pour se diriger vers la salle de bain à sa gauche.

Il ouvrit la boite à pharmacie et fut enchanter de trouver du désinfectant et des bandages. En l’espace de trois minutes ses mains étaient recouvertes de ce bandage blanc qui au contact de la chair se trouva vite entaché de sang. Peut importe, il arrivait à saisir les objets sans ressentir de douleurs insupportable même si il était certains que dans cet état il allait être moins efficace mais comme le plan le prévoyait il n’avait pas l’intention de se battre.

Il quitta la salle de bain pour se diriger vers la cuisine, dont les lumières étaient allumés. La raison, il ne s’en rappela qu’après avoir vu les deux corps immaculés de sang. Le couple gisait au sol à ses pieds, mort la gorge ouverte de part en part. Ce fut à cet instant qu’il se rappela qu’en arrivant, pris par son tourment il se débarrassa du couple sans scrupule. Sur le coup le geste lui avait parut si insignifiant qu’il ne se rappelait pas l’avoir fait, du moins pas avant d’être tombé sur les deux cadavres. En voyant ça, il ne put s’empêcher de glisser un petit : « Ah...merde» avant d’enjamber les corps pour engloutir le gâteau qui se trouvait sur la table face à lui. Il avait faim mais il allait se contenter de ce maigre repas, car en voyant la pendule accroché près de lui il constata qu’il n’était pas en avance.

Le couple mort, il s’en fichait royalement, même après avoir retrouvé ses esprits. Ils étaient morts et le jeune homme ne pouvait rien y faire. S’ils se retrouvaient dans cet état c’est qu’il l’avait surement mérité. Il avait beau chercher la raison exacte elle lui échappait. Tout restait encore flou, comme à son habitude il n’avait que très peu de souvenir de ses courtes périodes de folie. Enfin..Il avait d’autres chats à fouetter. Il s’avança jusqu’à la porte d’entré pour sortir.

Il fut frappé par la chaleur ambiante, son kimono noir en des temps pareils n’était pas approprié mais il n’avait pas d’autre moyen de s’habiller. Il prit juste le soin de ranger sa cape, qui n’avait aucune utilité. Ses mains en dehors des bandages étaient nues et il n’appréciait pas l’effet que cela lui procurer. Durant son court séjour au poste avancé de la marine, le gradé lui avait en même temps que la prise de Dragon-Wing saisit ses protections ainsi que ses deux lames, Last Words.

Le vent se leva… c'était une bonne chose, il fallait qu'il continue de souffler jusqu'au moment de sa fuite. Il mit sa main dans la poche intérieure de son kimono et constata que les deux explosif qu'il avait prit soin de dérober à un marchand d'arme après avoir été libérer était toujours à leur place. C'était tout ce dont il avait besoin omis le long couteau qu'il avait prit la veille pour tuer le couple et qui se trouvait dorénavant dans son kimono. Il était prêt, la première étape de son périple était l'infiltration et pour cela il avait besoin d'un marine, du moins d'un costume de marine.
Pour cela il se dirigea vers la ville, dans ce coin paumé il n'avait aucunes chances de trouver un quelconque uniforme marin. Il lui fallut une vingtaine de minutes pour atteindre la place de la ville. Deux marines, comme à leurs habitudes faisaient leurs tours de garde, à l'affut du moindre problème. Et un problème il avait l'intention d'en simuler un pour les emmener discrètement dans une ruelle où il pourrait faire ce qu'il avait à faire.


« Aidez-moi, un brigand s'en est prit à mère ! Vite elle est en danger, s'il vous plait » dit-il après cette ruhervers eux, en pleurant à moitié.

Ni une ni deux les deux marines étaient au pas de course, suivant de près Drogo qui les emmenait à une impasse qu'il avait repéré en arrivant. Il continua à gémir grossièrement mais il semblait qu'ils tombaient dans le panneau.

« Il...il est arrivé si subitement, venez il est au fo..fond de cette ruelle » gémit-il d'une manière si réaliste qu'il était impossible de deviner la comédie qu'il jouait.
Drogo les laissa avancez avant lui, alors que eux marchait toujours au pas de course. Lui prit son temps pour avancer. Il s'en léché les babines. Une montée d'adrénaline parcouru l'intégralité de son corps, il en frétillait d'impatience, son premier marine depuis bien longtemps. Et par-dessus le marcher ils étaient deux ces imprudents. Voila qui allait étancher sa soif de vengeance pour un petit moment.


« Eh gamin y'a personne t'es sur que tu t'es pas trompé de rue » gronda t-il « Ta mère doit avoir de sérieux ennuie..et petit pourquoi est ce que tu rigoles ? »

Drogo n'avait pu empêcher un rire en constatant la naïveté du Marine, peut être qu'il était voué à une carrière de comédien, l'idée était saugrenue mais hilarante. Il s'imaginait parfaitement en tant que comédien parcourant les mers du globe. Mais Drogo cessa vite de rire, d'un simple bon il fonça vers les deux marines qui se mirent immédiatement sur leur garde, mais il était trop tard, le premier avait la gorge qui gisait à l'air et le deuxième avait perdu une jambe. Le premier marine chuta au sol, le deuxième était toujours en vie mais poussait d'horrible cri d'agonie, les mains sur sa jambe amputé essayer tant bien que mal de stopper l'hémorragie. Le Pän dragon s'approcha du second marine pour lui enlever ses vêtements, du moins la partie qui n'était pas entachée par le sang, c'est-à-dire son haut de marin. Trouvant les cris insupportables il lui ordonna de se taire. Il rapprocha son visage du siens et le fixa droit dans les yeux.

« Ma mère je l'ai tué de la même manière que ton pote... » Lui susurra t-il à l'oreille.

Il enfonça le couteau dans le ventre dénudé du marine. Celui ci cria de nouveau.


« Tu voit toute cette haine qui déborde en moi... » Dit-il calmement pendant que lui gémissait de plus en plus fort. »
Drogo prit soin de tourner la lame dans le corps de la victime de telle sorte à déchirer lentement tout les organes internes.


« S'il vous plait..Épargnez-moi. »

« C'est mon fardeau, ma raison d'être...je ne peux pas faire autrement. J'ai soif...soif de ton sang..il n'y a plus d'échappatoire possible » Dit-il comme si le marine ne lui avez rien demandé avant de lui infliger un second coup de couteau, en plain centre de la plaie béante.
Cette fois ci le deuxième coup de couteau lui fut fatal. Drogo était de nouveau enclin à cette folie et ne semblait plus pouvoir s'en échapper cette fois ci. Le meurtre des deux marines lui avait procuré trop de plaisir pour qu'il s'arrête là.
Il déshabilla également le premier, le haut de sa tenue était tacher de sang, il ne pouvait prendre que le bas. Mais il avait fait attention en les tuant, tout était prévu dans sa tête et rien n'était laissé au hasard, du moins pour l'instant. Ainsi en quelques minutes il avait troqué son kimono contre l'habit réglementaire des marines. La supercherie était parfaite. Maintenant il devait se débarrasser des corps, il regarda autour de lui ce qui pouvait l'aider à la tâche. Il trouva rapidement, un bidon d'essence était renversé quelques mètres plus loin. Il le saisit et constata que le bidon était presque vide, mais il ferait avec. En se retournant il vu avec surprise que le deuxième marin n'avait pas donné son dernier souffle. Celui-ci rampait avec difficulté vers les deux fusils posés contre le mur. Drogo ria de nouveau avant de faire un bond et atterrir à ses côtés, son pied droit écrasant la misérable tête du Marine.


« Hain hain t'es un mauvais garçon toi ! » fit-il comme si il sermonnait un gamin prit sur le fait.

D'un coup il le retourna sur le dos et il renversa le contenu du bidon sur lui tandis que lui, comprenant ce qui lui arrivait c'était mis à crier. C'était le cri de trop, trois civiles venaient d'apparaitre l'embouchure de l'impasse. Ils n'osèrent pas avancer voyant l'uniforme de Marine que portait Drogo...les rôles étaient inversé et pour une fois il pouvait jouir des pouvoirs à la limite du fascisme des Marines et du Gouvernement Mondial. Sur le coup il compris à quel point avoir tous les pouvoirs sur autrui pouvait être plaisant ! Il ne prêta plus guère d'attention aux civils. Le marine vivant était tétanisé de peur et ne poussait plus un cri. Drogo approcha le deuxième corps du marine pétrifié et le déposa sur lui. Les deux marines étaient l'un sur l'autre. Faute d'essence ils devaient se rendre à l'état de cendre ensemble. Le corps se trouva vite imprégner d'essence. Drogo dégaina une boite d'allumette qu'il avait prit de son kimono et en craqua une première qu'il jeta sur une petite tâche d'essence près d'eux qui s'enflamma. La flamme s'approchait de plus en plus tandis qu'il en avait craqué une deuxième qui se trouvait maintenant sur le deuxième corps. Drogo regarda quelque instant le bucher prendre feu, un sourire satisfait aux lèvres. Les cris de terreur que poussait le Marine était tout à fait agréable. Mais il ne devait pas trainer. Aux moins il n'y avait plus aucun moyen d'identification possible des deux corps.
« Circulez, ces deux hommes étaient des criminelles notoires qui ont refusé d'exécuter mes ordres » dit-il d'un ton autoritaire aux civils qui s'écartèrent à son passage. « C'est comme ça qu'opère la marine il n'y a pas de raison d'être offusqué. » Il profita de l'occasion pour discréditer la marine du mieux qu'il pouvait. « Cette zone est interdite d'accès, qui conque enfreindra mes ordres subira le même châtiment. »

Puis il s'éloigna..Une fois assez loin il éclata de rire. Il n'était guère doué lorsqu'il s'agissait d'être sérieux. Il avait retrouvé son état normal.. « Bande d'idiot..ah je ferai aussi un parfait Marine ! C'est ma journée révélation de carrière ahah » Avait-il dit tout en continuant à avancer vers le poste, les deux fusils à l'épaule, son kimono sous l'uniforme de Marine. C'était une belle journée qui s'offrait à lui, sa bonne humeur revenait petit à petit et puis il s'amusait. Il arriva face au QG en l'espace de quelques minutes. Celui-ci donnait était situé sur la rive de l'île au bord de la mer, délimitant les frontières de la ville. Une odeur de poisson vint envahir le nez du jeune homme, les docks se trouvaient à quelques mètres de la place touristique où il se trouvait. Derrière lui se trouvait une immense église surmontait par un grand clocher qui donnait une vue imparable sur l'océan, ainsi que la base. Il devait s'y rendre pour installer sa première diversion. Il fit totalement le tour de l'église de telle sorte d'être à l'abris du regard des touristes. Il entra dans un petit jardin qui le conduit vite au pied de l'église, tout à l'arrière. Il grima rapidement le mur à l'aide d'un petit muret qui se trouvait en face et quelques pas à la verticale pour arriver à un premier rebord qui lui permit de prendre de l'élan afin de courir toujours de la même manière vers un premier toit. Une fois arrivé il avait une centaine de mètre a parcourir discrètement pour arriver au pied du clocher.

Il amorça le cent mètres qu'il effectua en une poignée de seconde. Une fois au pied il grimpa aisément grâce aux quelques briques qui ressortaient du mur. Il entra dans la pièce du clocher par la fenêtre et fit face à une immense cloche en or qui heureusement pour lui ne sonnait pas. Le bruit aurait été insupportable. Très vite il se dirigea vers la fenêtre qui donnait sur la mer. Il sorti de sa poche intérieure l'un des deux explosif qui étaient équipés d'un minuteur, un gros cadran était accroché aux bâtons de dynamite, il suffisait de régler l'heure pour qu'ils explosent au moment propice. Il les régla donc pour midi et à l'aide le la partie adhésive présente au dos de la bombe à retardement il la colla contre le mur.
Tout était minutieux dans son travail mais c'était comme ça qu'on lui avait appris de travailler. Il se rappelait précisément de la vieille prêtresse qui lui avait enseigné l'art de devenir un vrai Assassin, son seinseï. « Première règle de diversion : faire croire à l'ennemie que tu n'es pas seul, sème la panique aux seins de ses troupes et tu rendras tout mouvement de leurs part inefficace. » Et c'était bien ça qu'il avait l'intention de faire. Simuler une attaque pirate pour détourner l'attention de l'ensemble du corps sur les objets confisqués qu'ils gardaient enfermé. C'était beaucoup de bruit pour une simple arme, mais il était prêt à faire tous les sacrifices pour récupérer l'arme qui le définissait comme un Assassin, l'arme qu'il détient de son illustre ancêtre et prédécesseur du même nom que lui. Il avait bien l'intention de laver cet affront.

Une fois la bombe mise en place, Drogo entreprit le chemin inverse et se retrouva de nouveau bien rapidement face à la base de la Marine. Son infiltration allait débuter, il espérait que cela allait être suffisant, mais ça il ne pouvait le savoir avant de lancé l'opération.
Deux marines montaient la garde, Drogo c'était débarrassé de l'un des fusils pour n'en gardait qu'un.
Comme il l'avait prévu, une simple salutation amicale avait suffit à dégager les quelques soupçons qu'ils auraient pu avoir en ne le reconnaissant pas. Il entra ainsi dans le bâtiment bien facilement. C'était la deuxième fois qu'il franchissait le seuil de l'entrée, mais cette fois ci les circonstances étaient toutes autres. Comme il l'avait espéré, le couloir principale était quasiment vide, la majorité des marines devant se trouvait au réfectoire. L'arme à l'épaule, il commença à marcher droit devant lui comme ci de rien n'était, d'un pas ferme. Il devait atteindre l'autre côté de la base avant que sonne les douze coups de midi, car une fois la première bombe explosé il devait profiter de l'agitation pour faire ce qu'il avait à faire, récupérer Dragon Wing.


Ses souvenirs avaient été bon, la base était de forme rectangulaire, la partie gauche représentait un gros bloc où se trouvait le réfectoire, les dortoirs et les salles de grandes envergures dont il n'avait pas la connaissance. Le couloir qu'il empruntait longer cette partie du bâtiment. Sur sa droite se trouvait l'immense cour intérieure qui était cerné par trois autres couloirs sur deux étages.
L'avantage de cette disposition était que le rez- de chausser ainsi que le premier étage étaient grand ouvert à cette cour, les murs du premier étage était parsemé d'immense fenêtre, tandis qu'au niveau où se trouvait Drogo, sur sa droite se trouvait d'immenses arches reliant le sol au plafond qui permettait très facilement d'accéder à cette cour joliment décoré. Le seul moyen d'accéder au premier étage est de faire tout le tour de la base car il n'existe pas de quatrième couloir reliant le premier au troisième. Au bout du troisième (celui amène aux escaliers) ce trouve les cellules de détention. A l'étage le principe est le même, le dernier couloir donne sur le bureau du haut gradé, mais normalement il n'avait pas besoin d'aller si loin, la salle des armes confisquées était à mis chemin du bureau.
Il aurait pu facilement couper par la dite cours intérieur, mais à cette heure de la journée elle était vide et par malheur le bureau du gradé dominait celle-ci, lui permettant de voir tout ce qui ci passe à travers la grande baie vitré de son bureau. Il ne pouvait pas prendre un tel risque.
Marchant d'un pas ferme, il lui fallut quelques minutes pour parcourir l'intégralité du couloir. Comme il l'avait deviné il était passé devant le réfectoire qui était bondé de marine affamé, sur son chemin il avait dû en croiser une dizaine mais ceux-ci n'avaient même pas daigné lui adresser un regard. Tout ce passait pour le mieux. Le deuxième couloir était plus court, il lui fallut encore moins de temps pour le parcourir. Sur son chemin il n'avait vu que des bureaux pour la plupart fermé mais rien qui n'attira son attention. Tout ce déroulait pour le mieux, son déguisement semblait être parfait.

Le jeune homme restait parfaitement calme, pour l'instant il n'y avait pas lieu de s'inquiéter, midi allait sonner dans cinq minutes et Drogo était déjà entrain de franchir le dernier couloir, qui était cette fois ci totalement vide à l'exception de deux marines qui montait la garde devant la pièce où étaient retenus les détenu, au fond de celui ci. Si tout ce passait bien, ils ne lui poseraient pas de question embarrassante sur sa présence en ces lieux.


Une fois arriver devant eux, il prit la parole.

« Le prisonnier 21 à purger sa peine, on m'envoie le libérer... » dit-il fermement avant de prendre un ton plus personnel voir amical « toujours à me taper le sale boulot »

Il n'en fallut pas plus pour que les marines le laisse passer après s'être regardé d'un regard étonné. Ils n'avaient surement jamais entendu parler d'un tel prisonnier et après mure réflexion Drogo eu l'étrange impression de connaitre l'un des deux soldats. Mais, ne trouvant rien à en redire il l'avait laissé passer.

Drogo descendu les quelques escaliers qui menaient aux cellules avant d'arriver dans une pièce sombre, mal éclairé à l'odeur nauséabonde. Il s'en rappelait parfaitement, il constata même que la cellule où il avait été enfermé occupait dorénavant un nouveau propriétaire. C'était lui qu'il décida de libérer de telle sorte à le faire passer pour le prisonnier 21. Mais avant il devait placer le deuxième explosif. Comme pour le cloché, il colla les bâtons de dynamite contre l'immense grille qui donnait accès aux cellules. Il régla la minuterie pour midi et trois minutes. Si tout ce passait bien la bombe détruirait la grille laissant aux détenus le loisir de parcourir les couloirs de la base, créant ainsi une panique monstre au sein du corps de la marine. Une fois la bombe placée avec difficulté en raison de ses blessures aux mains sous le regard avide de liberté des prisonniers il se retourna et fit face à un marine qui brandissait son fusil vers lui.


« Toi ! Qu'est ce que tu fais là et pourquoi est ce que tu portes notre uniforme ? » Vociféra le soldat avec force.

Enfer, sa couverture venait d'être grillé, il ne l'avait pas reconnu du premier coup d'oeil mais cette fois ci il se rappela exactement où est ce qu'il l'avait vu et par mégarde Drogo ne l'avait pas inclus dans les éventualités qui portrait atteinte à la réussite du plan. Il s'agissait d'un des deux soldats qui l'avaient arrêté la veille et qui l'avait conduit jusqu'au poste. A l'exception du haut gradé, ils étaient les seuls à connaitre son visage.

Il fallait agir vite, il ne lui fit pas le plaisir d'une réponse, l'assassin se contenta de bondir vers lui et d'un simple coup du plat de sa main au niveau de la gorge le marine s'écroula au sol, une fois de plus le Dim Mak lui avait sauvé la mise. Il s'empressa de sortir de la pièce mal éclairé pour se retrouver de nouveau au couloir qu'il avait emprunté. Le deuxième marine avait disparu, Drogo en conclut rapidement qu'il devait être partie sonner l'alerte. Cela importait peu, il ne restait plus qu'une minute avant que la bombe n'explose et réduise en miette le cloché de l'église.

Les escaliers menant à l'étage étaient juste devant lui. Il fit en sorte de les monter le plus rapidement possible. Le couloir dans lequel il se trouva était totalement différent, la décoration était plus soignée et les portes de bureau donnaient des allures plus officielles. Drogo frissonna à l'idée du haut gradé présent au bout des trois couloirs. Heureusement il n'avait pas besoin de tous les franchir.
Mais comme les couloirs étaient remplis de marines aux fonctions plus importantes, il se força à marcher à un rythme plus convainquant. Le même scénario se répéta, aucun d'eux ne prêta attention à lui, la plupart pris dans des conversations aux allures importante ils ne se souciaient pas d'un pauvre gars à l'allure d'un jeune mousse tout récemment recruté. Non l'orgueil les empêchait de voir la personne qui allait les mettre en déroute. Cela l'agaçait, mais dans un sens c'était arrangeant pour lui, car il avait conscience que l'alerte allait être donné d'un instant à l'autre. Le jeune Pan Dragon, tout le long de l'infiltration avait conservé son calme exemplairement. Après tout ce n'était pas sa première mission du genre, mais en tant normal il faisait ça pour assassiner une personne, la ses intérêts personnel était privilégié mais contre toutes attentes cela ne l'avait pas empêché de garder son sens du professionnalisme, à le regardé comme ça, on ne reconnaissait pas là la tête brulé et le jeune homme bruyant qu'il pouvait être. On avait à faire à un Assassin qui n'avait pas froid aux yeux, c'était à en donner des frissons. Imperturbable était le mot qui convenait bien à son état d'esprit. Si tout ce passait bien, dans quatre minutes, une fois la deuxième bombe enclenché il aurait accompli sa mission. Le plus dur était passé, maintenant il fallait récupérer son Dragon Wing.

La cloche sonna son premier coup, s'en suivi une explosion qui retentit dans toute la ville empêchant la cloche de sonnée son deuxième coup. Il ne fallut attendre que quelques secondes avant qu'une alarme bruyante s'enclenche, s'étendant sur tous les environs. Très vite la panique s'installa, elle en devenait palpable. Alors que Drogo était presque arrivé à destination, tous les marines autour de lui c'était mis au pas de course et semblait se préparer à une éventuelle contre-attaque.

Le pirate arriva enfin devant la salle qui contenait les objets de sa convoitise. La pièce se trouvait derrière une grande grille métallique noire postée juste devant un comptoir où se trouvait un jeune mousse aux lunettes carrées qui ne semblait rien y voir. Il avait le nez plongé dans un registre, l'agitation extérieure ne semblait pas l'inquiéter plus que ça, et pour cause quoi qu'il arrive il ne devait pas quitter son poste, attaque pirate ou pas. Mais Drogo comptait profiter de cette agitation pour accéder à la pièce sans autorisation officielle. Le scénario avait déjà été imaginé par le Pan Dragon, son timing avait été parfait pour l'instant.


« Le Boss veut que je récupère son équipement de combat... » lui dit-il précipitamment en simulant une certaine panique dans sa voix. Voyant qu'il n'obtenait outre un regard interrogateur aucune réponse il continua. « Grouille toi on essuie une attaque de plein front abrutie, le boss veut son équipement. »

Drogo ne savait absolument pas si ça allait marcher, il parcourait un terrain miné, il constata rapidement que ses phrases n'avaient aucun sens pour le marin d'eaux douces. Mais alors qu'il s'apprêtait envers et contre tout à avoir une réponse de celui-ci, une voix prit la parole à travers des Den Den Mushi haut parleur installés un peu partout dans la base.
« Un pirate à infiltrer nos rangs, il porte notre uniforme, il est de petite taille et a les cheveux rouge sang coiffé en une longue tresse, il est fort probable qu'il soit lié à l'attentat de l'église de la grande place. A toutes les unités il faut intercepter ce pirate, l'ordre de tirez à vu entre en vigeur. »

Drogo esquissa un sourire à l'entente de cette description, l'alerte avait été donnée au plus mauvais moment. Le marine en face de lui semblait ajuster ses lunettes en croyant voir le dit pirate, il ne semblait pas en croire ses yeux, pour cause le pauvre n'y voyait rien du tout. L'idiot demanda au pirate si c'était de lui qu'on parlait. C'en était trop, Drogo dégaina le fusil qu'il tenait à l'épaule et le fit passer par l'un des petits trous du grillage pour poser délicatement le bout du canon sur le front du marine qui c'était rapproché de la grille pour mieux le regarder.

« Et ça tu l'vois ? Maintenant ouvre moi cette grille et file les clés de la salle derrière toi. » Ordonna t-il.

Le mousse, pris de tremblement incontrôlable essaya de baragouiner quelques mots mais Drogo n'entendit rien dans la panique qui l'entourait. En regardant à sa gauche il aperçut une flopée de marine au pas de course se dirigeant vers lui revenant surement de la place publique pour se lancer à sa recherche.

« Grouille ! »

La grille s'ouvrit, il rentra dans l'espace clos et referma celle-ci, il tendit la main vers le mousse et un trousseau de clé vint s'y loger. Sans même un regard, Drogo tendit le fusil vers le marine et appuya sur la détente froidement, sans aucunes hésitations. La balle lui transperça le crane le faisant chuter lourdement au sol. A l'aide des clés il verrouilla à double tour la grille et se dirigea vers la salle qu'il déverrouilla. Avant de refermer la porte de celle-ci il vit les marines arriver à hauteur de la grille mais quoi qu'ils aient entrepris de faire ils ne parvinrent pas à l'ouvrir.

Drogo referma la porte derrière lui. En entrant il eut la stupéfaction de trouver une salle remplit de trésor soigneusement ranger dans des cases étiquetés. La salle semblait être immense et continuait sur une vingtaine de mètre. Il y avait des objets de toutes sortes, des gigantesques canons portatifs (bazooka et autre..), des objets aux formes insolites et de nombreux, nombreux coffres aux effigies de la marine (bleu et blanc).

Le pirate se pencha vers la première case pour lire les étiquettes, les objets confisqués étaient rangés par jour de saisit, ainsi il allait vite savoir où se trouvait son arme. Il arriva vite aux objets confisqué de la semaine, il avança encore un peu jusqu'à arriver à la dernière case remplit, celle des prises de la veille. Son Dragon wing était posé au fond de celle-ci au côté d'un coffre solidement fermé par un cadenas, surement celui qui devait contenir ses Last Word. Il plaça tout d'abord son Dragon Wing à son dos avant de soulever le coffre et de retourner vers l'entrée. Au passage il se saisit d'un canon qui avait l'inconvénient d'être plus grand que lui qui avait été posé contre un mur, à défaut de pouvoir le faire entrer dans une des cases. L'arme était imposante, il réussit tout de même à la placer sur son épaule et avançait vers la porte. Un petit viseur dépassait du canon, Drogo une fois face à la porte d'entrée mis son oeil derrière le viseur, défonça la porte à l'aide de son pied, ferma son oeil gauche pour se focaliser sur sa cible et à la vu de la grille et des marines qui l'attendaient fermement il appuya sur la détente.

La puissance du tir le fit voler en arrière sur deux mètres avant qu'il ne s'écroule contre un des meubles de la pièce. Un écran de fumer l'empêchait de voir devant lui mais à coup sur il s'était débarrassé de tous les marines ainsi que de la grille.

Le pirate laissa tomber à terre le canon avant de se relever et de courir à toute vitesse droit devant lui. Il passait à la dernière étape de son plan, il l'avait deviné, le bruit qu'avait provoqué le canon avait couvert le bruit de l'explosion qui avait eu lieu dans les cellules, car Drogo n'avait de cesse continué à faire le décompte dans sa tête. Et puis au moment où il avait entamé sa course une voix c'était de nouveau élever des Den Den Mushi alertant les soldats que les prisonniers c'était pour la plupart enfuis de leurs cellules suite à la destruction des barreaux qui les conservaient captif.

Ni une ni deux, après avoir franchi l'écran de poussière il prit son élan et sauta à travers la fenêtre qui se trouvait face à lui. La vitre se brisa et Drogo se retrouva dans les airs, au dessus de la cour intérieure. Le vent avait continué de souffler, pensant que cela allait être à son avantage, Drogo enclencha le mécanisme de Drogon Wing mais à sa plus grande surprise seule une des deux ailes c'était déployé, la deuxième était sortie à un quart et n'avait pu aller plus loin en raison d'une entrave en métal qui l'empêchait de se déployer totalement. Il ne s'y était absolument pas attendu, son plan de fuite venait de tomber à l'eau. Et lui tombait tout court. La chute du pirate ne passa pas inaperçu. Bien au contraire, alors qu'il se retrouva en plein milieu d'un jardin, tous les regards des marines qui l'entouraient c'était posé sur lui. Il s'était relevé immédiatement, ses blessures aux mains saignaient abondamment et l'uniforme marin c'était totalement déchiré après sa chute.

Pensant que la fuite des prisonniers allait l'aider à s'enfuir, il constata à son plus grand malheur que l'émeute avait été vite calmé, les prisonniers étaient trop peu nombreux et beaucoup d'entre eux avait péri sous le feu destructeur de l'artillerie marine. Et s'il tardait il allait en être de même de lui.

Wind-SHIELD !!

Drogo fit tourner son arme circulairement afin de créer un fin bouclier d'air qui repoussa les balles de l'exécution sommaire qu'avait décidé de lui faire subir les trente soldats qui l'entouraient. Malheureusement une balle vint tout de même se loger en pleine poitrine. Son bouclier d'air n'allait pas lui permettre de tenir bien longtemps, il fallait trouver autre chose et vite.
Ils étaient trop nombreux pour qu'il puisse les attaquer un par un et malheureusement il n'avait ni grenade aveuglante, ni fumigène, juste son Dragon-Wing qu'il manipulait à une main et le lourd coffre qu'il tenait difficilement en raison de ses blessures. Ce n'était pas de tout repos mais Drogo ne comptait pas mourir ici, il en était hors de question.


« TIREEEZ !! »

Une deuxième raffle de balle se dirigea vers lui. Cette fois-ci il allait l'éviter. Il prît appui avec son arme sur le sol pour s'élancer les jambes en premières dans les airs, l'arme avait légèrement flanchît sous son poids mais il avait réussit à faire un bond de plusieurs mètres laissant les marines se tirer dessus. Plusieurs d'entre eux tombèrent au sol.
Les canons se dirigèrent de nouveau vers lui, mais le pirate s'y était préparé, toujours la tête en bas, il déploya de nouveau l'unique aille de son Dragon-Wing.

RAFFLES !!

Deux rafales deux vents suite au mouvement de Drogo et de son arme se créèrent, déséquilibrant l'ensemble des marines présents au tour de lui, enfin la plus part, certain c'était mis juste en dessous de lui de telle sorte à l'attendre une fois au sol pour l'attaquer à l'épée, les raffles ne les avaient pas atteint.
Ils brandirent leurs épées de telle sorte à l'empalé dessus, mais lui se servi du coffre pour bloquer l'ensemble des lames et prendre appui sur elles et le bras de leurs propriétaires pour bondir à nouveau.

Cette fois ci il c'était agrippé à un porte drapeau qui faisait flotter un immense drapeau de la marine. Il s'accroupit sur celui-ci qui ce mit à tanguer vers l'avant. Se servant de celui-ci comme un plongeoir, après plusieurs flexions, il se servi de la barre en métal comme un tremplin pour foncer à toute allure vers les soldats aux épées, brandissant en avant son arme. Avant que celle-ci ne rentre en contact avec une des lames, Drogo pris le soin de déployer les ailes de celles-ci. Le choc entre la lame et l'entrave qui empêchait le planeur de se déployé permit à Drogo de ce débarrasser à jamais de ce cadenas. Le choc produit une importante rafle de vent qui permit au planeur de prendre de l'altitude, Drogo accroché à celui-ci d'une main il s'envola droit vers le soleil qui dominait la cour. Il fut touché par de nombreuses balles tirées par les soldats qui avaient réussi à retrouver leurs appuis. Mais cela n'avait plus d'importance, le pirate était pris d'un sentiment de fierté, sa mission était un succès même si malencontreusement il avait laissé un nom derrière lui. Tant pis, d’un geste de la main il sembla jeter des feuilles en l’air…à y avoir de plus près elles représentaient en détail son plan, du début jusqu’à la fin, qu’il comprenne de quoi il était capable, lui le digne représentant des Pän Dragon.

« Tenez…Cadeau. »

Page 1 sur 1