Le deal à ne pas rater :
Display Pokémon japonaise Terastal Festival Ex : où la ...
Voir le deal

Aventure en terre pas si inconnue [+16]

Tout en haut du mât, assis à même le bois du nid de poule, adossé à la rambarde et les bras croisés derrière la tête, Camillus laissait le vent le couvrir d’une brise fraîche. Cela faisait combien de temps qu’il traînait là ? Des heures sûrement. Mais l’envie de descendre auprès du reste de l’équipage ne lui avait pas traversé l’esprit. Non, il les fuyait. Il fuyait toutes les femelles occupant maintenant le navire et qui avaient investi bien trop les lieux à son goût. Surtout Davinia.

- “Maître ! Maître !”

Camillius ouvrit un œil pour regarder la chauve-souris maladroite grimper au cordage, puis sauter près de lui. Bartok était particulièrement serviable depuis que l’équipage l’avait sauvé de l’incendie du manoir sur Boréa. Incendie qu’ils avaient eux-mêmes lancé.

- “Qu’est-ce qu’il y a Bartok ?”

Le Trois-Yeux se redressait doucement, sa plaie aux côtes le faisait encore souffrir et à ça s’ajoutait le nez que Davinia lui avait cassé. Une grimace de douleur lui fit tirer les traits du visage, ce qui lui fit encore plus de mal. Il posa une main sur son nez avant d’ordonner :

- “Bon tu me dis ce que tu veux ?!”

Le dragon était mal luné. Aujourd’hui plus que les autres jours. Et sa patience était donc limitée. La chauve-souris, elle, rentrait ses pattes et abaissait ses ailes d’un air gêné et déçu avant de se décider à soulever son haut-de-forme pour en sortir un pied ensanglanté. Il le tendit ensuite à Camillius.

- “Je vous ai apporté à manger maître …”
- “J’ai pas faim.”
Répondit sèchement le Trois-Yeux.

Puis sans rien ajouter, il reprenait sa position et fermait les yeux. L’animal déçu rangeant son bout de cadavre dans son chapeau avant de s’en coiffer de nouveau et de s'asseoir non loin, ses petites pattes se secouant dans le vide. Mais le repos fut à nouveau interrompu.

- “Camillius ! Si t’es là haut tu pourrais au moins prévenir quand il y a une terre en vue !” hurlait Arondel du pont en direction du nid de poule.
- “Terre en vue !” criait alors le dragon sans même ouvrir un œil.

Écoutant les râles de la navigatrice, Camillius laissait un sourire amusé se dessiner sur son visage alors que le bateau arrivait à l’Îlot Flottant.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27701-camillius-fiche-techniqu
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27683-camillius-termine
Dans l’atmosphère feutrée de la cabine du capitaine, baignée par la lumière tamisée du matin, Davinia se prépara pour la journée avec une légèreté méticuleuse. Son rituel de toilette, habituellement méthodique, est aujourd'hui empreint d'une envie de nouveauté. Se tenant devant un grand miroir à cadre doré, Davinia examina son reflet avec une attention critique. Ses yeux scrutaient les moindres détails, scrutant sa peau pâle sans imperfections, mais marquer par les cernes sombres qui creuse sous ses yeux. Ses pupilles glissent sur ses joues creuses qu’elle n’avait toujours pas perdue. Le miroir, légèrement terni par l'humidité salée de la mer, lui renvoie l'image d'une femme au port fatiguée, aux cheveux raides et sans vie. Sa franche tordue une ligne criarde dans son visage fatiguée.

Cependant, elle est en quête de changement, l’espionne décida d’allonger magiquement ses cheveux. Tout en passant les main dans ceux-ci dans un large geste vers l’arrière, sous ses doigts experts, ils s’étirèrent, atteignant désormais le bas de son dos et faisant disparaître cette franche tordue. Elle commença à les modeler en une nouvelle coupe plus sophistiquée. Elle opte pour une coiffure élaborée où ses mèches, ondulant avec grâce, encadrent son visage pour dégager son front et ses tempes. Avec une dextérité assurée, elle rehausse cette coiffure en fixant une broche doré terni ornée de gravures gothiques et de petites pierres scintillantes. La coupe avec un peu plus de volume grâce au retour à la vie, est maintenant plus dégagée, met en valeur les traits finement ciselés de son visage et rehausse son regard naturellement perçant.

Ses yeux se posent alors sur le coffre à bijoux ouvert, observant les bijoux qu'elle avait subtilisé lors de leur passage au manoir du Comte Acula. Un bijou frontal, discret mais exquis, l'attira irrésistiblement par son élégance. Elle le prend délicatement, fascinée par l’améthyste d’un violet profond qui en orne le centre. La pierre capte la lumière du matin, émettant des reflets pourpres qui dansent. Davinia fixa le bijou frontal avec précision. La fine chaîne argentée s’adapte parfaitement à la courbe de son front, tandis que l’améthyste se positionna au centre, juste au-dessus de ses sourcils et camouflant un peu son troisième œil. Elle ajuste légèrement les cheveux autour du bijou, créant un ensemble harmonieux qui met en valeur l’éclat de la pierre et la symétrie de son visage. Maintenant satisfaite, elle saute dans des vêtements sombres habituelle, un changement à la fois.

Tout en tirant un long bâillement, elle s’extirpa de la cabine, les chats sur les talons. La chaleur de l’extérieur était des plus apprécier après l’accueil glaciale de Boréal. Venant s’installer près d’Arondel, elle entend la fin de l’échange entre la navigatrice et Camillius. Elle secoua la tête, croisant les bras sous sa poitrine en fixant la terre apparente au loin.

‘’À ce que je vois, il boude toujours là-haut,’’ souffle l’Énigmatique.
‘’Oh que oui. Il n’a clairement pas apprécié la punition offerte.’’
‘’Pauvre dragon… Il s’en remettra. Sinon, comment sont les esclaves ?’’
‘’Elles vont bien, Elles se sont lavées et ont manger comme demander,’’ Souligne Arondel. ‘’Pourquoi on en prend autant soin ?’’
‘’Parce que des esclaves sales, malades et amaigries, ne se vendent pas bien. De plus, on est peut-être des pirates, mais pas des sauvages.’’ Lui expliqua simplement la capitaine.
‘’Logique. Même si en voyant Camillius on pourrait douter du dernier.’’ Cri un peu Arondel.
‘’Il ne faut pas oublier que malgré son apparence humaine, il reste un animal. Il y a un temps d’adaptation à faire pour l’éduquer.’’
‘’Hmm, ce n’est pas faux.’’
‘’Une fois sur l’île on pourrait installer les filets de pêche et les pièges pour la viande. On profitera de notre pause pour refaire des provisions.’’
‘’Oui, j’y est bien penser, alors j’ai demandé à certains Silencieux de préparer le matériel en question.’’
‘’Merci. J’aime les gens efficace.’’ Marmonne Davinia.

Quelques minutes plus tard, une fois le bateau solidement amarré, l'équipage se met au travail, déchargeant des caisses remplies de filets de pêche, d'engins de pêche et d'autres équipements nécessaires à la récolte de nourriture. Avec une coordination experte, les silencieux déploient les filets le long de la plage, créant un réseau complexe d'opportunités pour capturer les trésors cachés des profondeurs. Les filets, tissés avec soin mais marquer par les signes d’une utilisation, scintillent sous les premiers rayons du soleil, prêts à accueillir les fruits de la mer généreusement offerts par les eaux environnantes. Les marins vérifient méticuleusement chaque détail, s'assurant que chaque pièce d'équipement est en place pour maximiser le rendement de la pêche à venir. Pendant que certains membres de l'équipage supervisent l'installation des filets de pêche, d'autres s'attellent à la création d'un campement temporaire sur la plage. Des tentes légères sont érigées sous l'ombre des palmiers, offrant un refuge contre le soleil ardent de la journée à venir. Des provisions sont déballées, tandis que des repas simples mais nourrissants commencent à prendre forme, préparant l'équipage à une journée de travail.

Tandis que Davinia descendait du bateau accompagnée de Bjorn et plus loin derrière de Camillius qui feignait toujours d’ignorer la femme, leur attention furent rapidement attirer par des cris alarmés. Finalement, un groupe d’aventuriers fini par immergés de la végétation, courant dans leur direction avec une dizaine de cannibales aux fesses. L’homme en tête gesticulait avec des bras, courant dans leur direction. Ceci tira un ‘Tsk’ mécontent de la part de Davinia qui faisait signe à tout le monde de prendre les armes. Camillius ne se fit par attendre pour prendre sa forme originale pour littéralement sauter dans le tas des ennemis, plantant ses crocs dans la chair tendres des humains. Bjorn accompagner de quelques silencieux allèrent le rejoindre, laissant les aventuriers finalement tombés aux pieds de Davinia. Le chef du groupe, complètement épuisé, leva enfin la tête sur le visage de la capitaine qui avait les mains sur ses hanches et un air hautain accrocher au visage.

‘’Merci de votre intervention. Je suis professeur Croft et voici Henri Dicule mon précieux assistant,’’ commence l’homme toujours essouffler.
''B'jour.'' Dit le gamin timidement.

Derrière eux, certains des aventuriers laissèrent échapper des vomissements, la vision de Camillius qui s’amusait encore avec sa nourriture et de Bjorn qui décapitait sans hésitation, offrait une boucherie sanguinaire.

‘’Ne nous remercier pas encore,’’ marmonne la noire. ‘’Qu’est-ce que vous faite ici ?’’
‘’On est à la recherche du temple maudit ! Il y a des reliques anciennes qui auront une place parfaites dans mon musée.’’ Explique l’homme qui se redresse enfin en chassant le sable et la suer de son visage.
‘’Je vois. Des trucs de valeurs ?’’
‘’Ah ! Probablement ! Pendant que j’y pense… Devant l’efficacité de vos hommes, ça ne vous intéresserait pas de nous aider ?’’ Demande Croft.
‘’Les gars ! Arrêté de jouer, on a une offre intéressante.’’ Crie finalement Davinia au deux autres et les invitant à s’approcher.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27576-davinia-valthane#283987
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27556-davinia-valthane#283806
Cela faisait maintenant plusieurs jours que l'équipage avait quitte l'île de Boréa, après y avoir en quelques sortes laissé une marque de leur passage. S'ils s'en étaient sortis plutôt indemnes pour la plupart de leur escapade nocturne, Davinia avait dû se faire respecter auprès du dragon rebelle et ce dernier semblait encore avoir en travers de la gorge cette punition, ne croisant mon chemin que pour se sustenter et prononçant le moins de mots possibles. Il était temps que nous arrivions à destination car l'ambiance se faisait pesante.

Lorsque Arondel expliqua aux silencieux qu'ils allaient devoir confectionner des outils et pièges afin de remplir nos provisions, je proposai rapidement mon aide, ayant fait office de chasseur pour mon clan sur Drum, j'en connaissais un rayon sur la manière de tromper la vigilance du gibier pour se remplir la panse. Après quelques ateliers, où je guidais les volontaires en leur montrant avec précision comment réaliser des pièges basiques, le dragon qui nous servait de vigie annonça que nous approchions d'une île.

L'endroit était recouvert par la nature, où celle-ci semblait reine, en accord avec les hommes sauvages, couverts de feuilles et de sang séché qui sortirent des fourrés sans prévenir en pourchassant des aventuriers désemparés. Après en avoir tailladés une demi-douzaine et que Camillius en ait déchiqueté au moins autant, le groupe expéditionnaire se ressaisit, et nous demande alors de l'aide.

"Un temple maudit, si avec ça on repart pas les poches pleines de trésors..."

"- C'est à dire que c'est déjà la seconde fois depuis notre arrivée que nous essayons d'atteindre l'endroit convoité, mais cette tribu de sauvage continue de nous menacer avec leurs armes primitives et leur cris affreux. On a déjà perdu le petit Timmy comme ça, on l'a vu se faire embrocher et..." se stoppa le professeur dans ses explications, un haut-le-cœur lui coupant la parole.

"- Je vois... Avec plaisir, nous vous accompagnerons jusqu'au temple et nous pouvons même vous protéger une fois à l'intérieur, moyennant paiement évidemment." lui répondis-je après que Davinia ait hoché la tête en entendant sa proposition.

"- Oh ce serait formidable, Henri m'est très utile et cela serait une grande perte s'il devait à son tour se transformer en casse-croûte accompagné de manioc ou de je ne sais quel insecte grillé !" plaisanta l'homme, tout en ramassant une lance primitive d'un des cannibales, l'ajoutant au barda déjà impressionnant que portait l'enfant sur son dos.

Après plusieurs minutes, notre équipage avait pu mettre en place les dispositifs de chasse préparés en amont, et nous partions à trois pour escorter le cortège d'aventuriers. La jungle était dense, et c'est sans hésiter que je tranchais dans la végétation abondante pour faciliter notre traversée.

"- Et qu'est ce que vous recherchez ici ?" demandai-je à l'explorateur, à la fois pour passer le temps mais aussi pour savoir quel genre de trésor nous pourrions ajouter à notre collection.

"- Oh, tout ce qui brille, qui a l'air d'avoir de la valeur ou encore de la camelote qui pourrait intéresser des nobles en manque d'exotisme dans leur vie bien rangée. Vous voyez ces armes de piètre qualité ? On pourra en revendre à la pelle lors d'une exposition, soyez-en certain." m'expliqua-t-il en m'indiquant du doigt les armes des hommes sauvages récupérées. "Mais je ne fais pas ça uniquement pour l'argent évidemment, j'ai une réputation à entretenir ! Le grand Indiana Croft prouvera au monde entier que sa retraite n'est pas encore arrivée ahah !" poursuivit-il en gesticulant entre les lianes.

"- Bien entendu..." me contentai-je de répondre, alors qu'une fléchette siffla à mon oreille droite pour se planter directement dans la nuque d'un des explorateurs en herbe, se contorsionnant de manière incontrôlable sous l'effet de la douleur et du poison qui devait être en train de se répandre dans son sang. "Il semblerait que ces sauvages n'aient vraiment pas envie de nous laisser passer !"


  • https://www.onepiece-requiem.net/t27620-fiche-technique-de-bjorn
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27582-bjorn-terminee#284025
Du blabla, que du blabla. A l’arrière du groupe, Camillius soupirait devant l'attitude de ses deux camarades, mais il évitait de trop le montrer devant Davinia. Depuis qu'elle lui avait fait manger le bastingage avant de le jeter dans l'eau glacée bordant Boréa, le dragon gardait son air désapprobateur pour Arondel. Ce qui ne l’empêchait pas de penser autrement. Heureusement, alors qu'ils avançaient dans la forêt, une nouvelle attaque de sauvage vint les extirper d'un ennui mortel. Et alors même que le corps expéditionnaire commençait à se regrouper vers l’arrière du groupe, des airs paniqués et terrifiés défigurant leur visage, le dragon ne pouvait s'empêcher de sourire, dévoilant ses dents pointues avant de reprendre son apparence d’origine. Il déploya ses larges ailes, faisant chuter quelques aventuriers cherchant à les éviter, avant de bondir dans les airs et de foncer en les fourets cachant les attaquants. Sans surprise, il s’agissait à nouveau de bipèdes aux airs faméliques et à la peau peinte de nombreuses couleurs. Les mêmes qui, habillés de tissus boueux et d’os, avaient pourchassé les explorateurs en dehors de la forêt.

- “Je mange pas ça, même pour 100 Millions de Berries.” Clamait Camillius dégouté.

Il avait croqué dans le bras d’un des attaquants à leur dernière rencontre et il avait retenu un relent qui aurait pu le faire vomir sur place. Il ne savait pas ce que mangeait ses humains là, mais c’était clairement pas issu d’une agriculture biologique. Cependant, si la viande était immangeable cru, alors il suffisait de la cuire. Dressant son coup, le dragon enflamma sa large gueule pour venir chopper à l’épaule l’un des attaquants hurlant de rage. Puis tout le corps de la bête se couvrit de flamme dévorante, brûlant les fléchettes tirées à son encontre et les déstructurant suffisamment pour qu’elles viennent ricocher sur les écailles albâtres du reptile. Cependant, si les combats continuaient, et qu’avec une impressionnante férocité, l’équipage des Erinyes exécutait les sauvages, les flammes du dragon finissait par se déporter sur la végétation, démarrant un incendie. Les buissons prenaient feu, puis les arbres, et rapidement, l’ensemble droit de la chaussée n’était plus d’un impressionnant brasier. Les sauvages hurlaient, couraient et essayaient de prendre la fuite mais le dragon agile et ignifuge, dansait dans les flammes, les attrapant les uns après les autres pour leur arracher les membres avec ses crocs puissants. Lui, il n’était pas près de s’arrêter pour si peu. Puis au milieu des flammes, une des mains de Bjorn vint taper sur l’épaule de Camillius excitée par la chasse. L’attention du dragon se détourna de sa poursuite, laissant alors les derniers sauvages fuirent au travers de la forêt s’enflammant.

- “Quoi ?! Tu vois pas que je suis occupé ?!”

La main pointa alors une direction avant de disparaître sous une branche enflammé venant la percuter. Le regard de Camillius se tourna vers le lieu pointé où, au travers des branchages flambant, il distinguait son camarade grisâtre. Sans cacher sa frustration, Camillius rejoignit le chemin avec des petits bonds pour venir râler son mécontentement.

- “Tu veux quoi l’aveugle ? Tu vois pas que je m’amuse ! Ceux là j’ai le droit de les tuer !”

Ces jours en mer, la punition de Davinia, l’égo du dragon avait été mis à rude épreuve dernièrement et il profitait de ce moment pour expulser toutes ces frustrations accumulées. Ce qui le rendait plus exécrable qu’il ne l’était auparavant. Cependant, loin de se laisser perturber par l’attitude méprisante de Camillius, Bjorn pointa l’incendie avant de désigner les membres de l’expédition hurlant devant les flammes. Puis il se rapprocha du reptile pour lui glisser :

- “On essaye de les ramener vivants à leur temple. On a besoin d’eux pour récupérer les trésors. Alors calme tes flammes.”

La bête soupira avant de reprendre son apparence de Trois-Yeux. L’incendie crépitant toujours derrière lui, il clama alors :

- “Et il est où ce putain de temple.”

Si nombreux était les membres de l’expédition à être terrifié par la situation, Indiana Croft n’avait pas moufté. Avait-il une étrange confiance dans l’équipage qu’il avait rencontré et engagé dans la dernière heure ou faisait-il preuve d’une forme d’inconscience ?

- “Le temple n’est plus très loin !” clamait-il, joyeux, avant de pointer une direction qui n’était pas encore consumée par le feu et de s’y diriger.

  • https://www.onepiece-requiem.net/t27701-camillius-fiche-techniqu
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27683-camillius-termine
Le trio, avançait prudemment dans la jungle luxuriante de l'île flottante. La végétation dense et les cris d'animaux exotiques formaient une toile de fond oppressante. À peine avaient-ils fait quelques pas que des indigènes surgirent des fourrés, leurs lances et arcs prêts à attaquer. Davinia, avec ses trois yeux perçants, restait un peu en retrait, veillant à ce qu'aucun des ennemis ne s'approche trop des aventuriers terrifiés. Elle roulait des yeux devant la peur évidente des étudiants qui les accompagnaient, trouvant leur frayeur presque risible. Pourquoi se trouvaient-ils ici s’ils n’étaient pas équipés pour le combat ? Ou encore d’une vrai escorte ? Cependant, elle ne pouvait s'empêcher de ressentir une pointe de fierté en voyant Bjorn et Camillius prendre la situation en main avec une assurance qui les caractéristique à chacun. Bjorn, massif et imposant, tenait fermement ses haches, tandis que Camillius, plus agile, se déplaçait rapidement, utilisant ses compétences pour enflammer tout ce qui se trouvait devant lui. Davinia resta silencieuse, observant avec satisfaction grandissante les actions de ceux-ci.

Après ce qui sembla être des minutes interminables, le groupe parvint enfin à repousser les indigènes et reprit sa marche. Davinia et le Professeur Croft se mirent en tête de file, laissant à Bjorn la responsabilité de surveiller Camillius. Ce dernier, bien que compétent, avait tendance à s’égarer à cause de l’excitation de la chasse. Malgré son apparence parfois humaine, il n’en restait pas moins un animal. Bjorn, en bon subordonné qu’il s’était toujours montrer, tirait légèrement sur la laisse invisible de la bête pour le garder dans le rang, lui rappelant de ne pas les perdre de vue. S'enfonçant un peu plus dans la jungle, Davinia finit par sortir ses dagues dissimulées dans ses tentacules capillaires. Avec une habilité habituelle, elle commença à débroussailler le chemin devant eux, ses lames tranchant les lianes et les branches avec une précision, mais surtout sans effort visible de sa part. Ses mouvements étaient rapides et efficaces, facilitant la progression du groupe dans cet environnement hostile. Tandis qu'elle ouvrait la voie, le reste de l'équipe suivait de près, reconnaissant de pouvoir avancer sans encombre grâce à son intervention experte.

Tandis que le groupe progresse dans la jungle luxuriante, le professeur Croft ne peut contenir sa curiosité. La présence de l'équipage de Davinia sur cette île mystérieuse l'intrigue profondément. Il accélère le pas pour marcher aux côtés de Davinia, profitant du calme relatif pour entamer une conversation.

‘’Capitaine Davinia, je dois admettre que je suis curieux de savoir ce qui vous amène, vous et votre équipage, sur cette île.’’ Il jette un coup d'œil admiratif à ses tentacules capillaires, qui tranchent habilement les lianes devant eux. ‘’Votre groupe semble bien préparé pour affronter les dangers de cet endroit.’’

‘’Nous avons nos raisons, Professeur. Principalement des vacances et nous avons besoin de ravitaillement et de ressources pour notre voyage.’’ Annonce-t-elle avec un léger sourire énigmatique. ‘’Et vous ? Vous êtes présent que pour les trésors ?’’

‘’Les trésors, dites-vous ?‘’ Ses yeux s'illuminent de curiosité. ‘’Je suis ici pour explorer le temple maudit et ses reliques anciennes, pour les ramener dans mon magnifique musée.’’ Souligne-t-il fièrement. ‘’Encore merci d’offrir votre aide. Je sais que je l’ai dit plutôt, mais je le redis.’’

Davinia haussant un sourcil avant de ramener son attention devant elle. ‘’Ne me remercier pas encore, nous n’avons rien trouver pour le moment. Et puis les indigènes du coin ne sont clairement pas à la hauteur de mes hommes.''

‘’Je comprends, mais je suis optimiste ! Imaginez ce que nous allons découvrir ensemble. Les secrets de cette île pourraient être bien plus précieux que de simples reliques. De plus, votre équipage semble très... compétent. Leur aide est inestimable ! Rien ne peut nous arriver avec vous.’’

‘’Oh, je suis bien d’accord, mon équipe est parfaite et je suis sûre que nous allons trouver quelque chose. En espérant seulement que tout le monde s’en sorte sans le moindre problème. Vous savez ce qui nous attend dans le temple maudit ? D’ailleurs, d’où lui vient son nom ?’’ Demande Davinia pour dévier un peu du sujet principal.

Le professeur, ravi de partager ses connaissances, reprend avec enthousiasme. ‘’Le nom 'Temple Maudit' vient des légendes locales, bien sûr. On raconte que le temple abrite des trésors anciens protégés par des pièges mortels et des esprits vengeurs. Les indigènes croient que quiconque entre dans le temple sans respecter les rituels appropriés est voué à une mort certaine.’’ Son ton devient plus sérieux alors qu'il continue. ‘’Mais au-delà des légendes, ce temple est un vestige d'une civilisation ancienne qui maîtrisait des techniques et des savoirs perdus depuis longtemps. C'est ce qui m'intéresse le plus : comprendre ces anciennes cultures et ce qu'elles pouvaient accomplir… Tout en m’enrichissant un peu au passage. Ces expéditions sont plutôt couteuses.’’ Il se tourne vers Davinia, ses yeux pétillants de curiosité. ‘’Et vous, Davinia, qu'espérez-vous trouver dans ce temple ? Avez-vous une idée précise de ce que vous recherchez, ou est-ce simplement l'appel de l'aventure qui vous guide ?’’

Davinia, toujours pragmatique, esquisse un sourire énigmatique avant de répondre, son esprit tournant déjà à la prochaine étape de leur périple. ‘’Disons que l'appel de l'aventure a toujours un certain attrait. Mais je suis surtout ici pour votre protection et nous verrons bien que cet endroit peut nous offrir de concret et d'utile. Et si cela inclut quelques petits trésors anciens, je ne dirai pas non. Nos services ne sont quand même pas gratuits.’’

‘’Ah mais bien sûr, je comprends parfaitement ! Je suis sure qu’une fois l’aventure terminer, on pourra trouver un arrangement.’’ Dit Croft avant de pointer brusquement du doigt un point et de s’exclamer vivement. ‘’Ah ! Le voilà ! Regarder comme il est magnifique ! Henri regarde !’’
''De toute beauté ! Je crois qu'on en avait jamais vu d'aussi beau.'' Souffle le gamin fasciné.

Le groupe émerge enfin dans une clairière ombragée. Les rayons du soleil pénètrent la canopée, éclairant d'une lumière douce et dorée un édifice ancien, presque totalement englouti par la végétation luxuriante. Le temple maudit se dresse devant eux, imposant et mystérieux, comme un gardien silencieux des secrets du passé. Le temple est massif, construit en pierre noire, dont la surface est recouverte de mousse et de lichen. Les murs, ornés de sculptures et de bas-reliefs, racontent des histoires oubliées de dieux et de héros anciens. Les gravures, bien que partiellement effacées par le temps, montrent des scènes de rituels, de batailles et de cérémonies qui évoquent une civilisation avancée et puissante. De grandes racines d'arbres s'enroulent autour de l'édifice, leurs formes tortueuses semblant vouloir le ramener dans les entrailles de la terre.

Le temple est construit sur plusieurs niveaux, chacun relié par de larges escaliers de pierre usés par les siècles. Les marches, recouvertes de végétation, semblent glissantes et traîtresses, comme si elles voulaient décourager tout intrus. Des statues de créatures mythiques, à moitié ensevelies, se dressent le long des escaliers, leurs regards de pierre surveillant l'entrée. Au sommet du temple, une grande porte sculptée se dresse, ornée de motifs complexes et de runes anciennes. La porte est partiellement ouverte, laissant entrevoir un passage obscur qui semble inviter les courageux à pénétrer dans les profondeurs du temple. Des vignes et des fleurs exotiques encadrent l'entrée, ajoutant une touche de beauté sauvage à cet endroit. Tout le groupe finit par s'arrêter devant le temple, leurs regards s'attardant sur les détails de l'édifice. Croft, les yeux écarquillés de fascination, murmure presque pour lui-même.

‘’Incroyable... C'est encore plus impressionnant que ce que j'avais imaginé. Regardez ces gravures, ces symboles ! Ils racontent des histoires que nous devons découvrir.’’

Davinia, plus pragmatique, scrute les alentours avec méfiance. Ses instincts d'espionne sont en alerte, sentant le danger potentiel qui pourrait se cacher dans l'ombre.

‘’Restons vigilants. Ce temple peut être magnifique, mais il n'en reste pas moins dangereux. Assurez-vous que tout le monde soit prêt avant d'entrer.’’

Bjorn et Camillius, ainsi que le reste de l'équipage, se préparent, vérifiant leurs armes et leurs équipements. Avec un dernier regard entre eux, Davinia et Croft mènent le groupe vers l'entrée béante du temple. Les ombres les engloutissent peu à peu, alors qu'ils pénètrent dans le sanctuaire oublié. Chaque pas résonne dans le silence, chaque souffle semble amplifier le mystère et le danger de cet endroit ancien. Certains aventuriers sortirent leurs torches, projetant des lueurs vacillantes sur les murs gravés, tandis que l'équipe avance prudemment.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27576-davinia-valthane#283987
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27556-davinia-valthane#283806
Le monument ancien semblait gigantesque vu de l'extérieur, et les couloirs sombres et larges renforçaient ce sentiment de petitesse à l'égard du temple. J'empruntai sans réellement le demander deux torches aux explorateurs et les confiai à une paire de mains flottantes, éclairant avec plus de sûreté le chemin que nous empruntions. L'endroit avait été déserté il y a bien longtemps, les toiles d'araignées géantes et les insectes grouillant sous chaque débris en étaient la preuve. Des os et autres morceaux ayant appartenus à de précédents explorateurs jonchaient également le sol ici et là, rappelant que le temple n'avait pas de maudit que le nom.

"- Il y a de quoi avoir froid dans le dos..." murmurait Henri en apercevant les restes humains.

"- Voyons Henri, si nos expéditions n'avaient rien de dangereux, où en résiderait notre mérite ? Il faut savoir être proactif pour se faire un nom, se contenter d'étudier les découvertes des autres, c'est la définition même de l'échec !" fabulait le professeur alors qu'il avançait en marche arrière, regardant son élève droit dans les yeux à défaut de regarder où il allait.

Ce dernier finit par me dépasser, à force de déblatérer ses convictions à la noix et il ne manqua évidemment pas de se prendre les pieds dans la première corde tendue au ras du sol. Entendant des mécanismes s'activer, je le saisis rapidement par la cheville, l'envoyant plusieurs mètres en arrière dans la précipitation, alors que deux grandes lames surgirent de chaque côté du couloir, fauchant l'air à l'endroit exact où se trouvait Croft quelques millisecondes auparavant.

"- Si vous continuez de vous précipiter sans faire attention, je donne pas cher de votre peau. Contentez vous de rester dans les rangs." le rappelai-je à l'ordre.

Il était supposé être l'expert de la situation mais pour l'instant il se comportait plus comme un boulet qu'autre chose. Au tournant d'un couloir, de la lumière, naturelle à première vue, apparut progressivement. Il semblerait que nous avions finalement atteint le centre de la structure. La disposition de l'endroit était impressionnant, et c'était à se demander comment une civilisation primitive avait pu en être à l'origine. Dans un premier temps, un chemin de pierre partant de notre couloir allait jusqu'à la plateforme principale au centre de la pièce. De l'eau occupait le reste de l'endroit, cependant il était aisé de voir que sous l'eau se trouvaient d'autres chemins et couloirs. Pour le moment, seul un autre chemin partait du centre pour donner lieu sur une nouvelle pièce. A peine avions nous tous rejoint le nouveau chemin, une paroi de roche coulissante bloqua la route par laquelle nous étions arrivés.

"- Impressionnant... J'imagine qu'au fur et à mesure de notre progression, nous devrions être capable de faire s'abaisser le niveau de l'eau... Et surtout, il semblerait que nous n'ayons d'autre choix que de réussir cette expédition si nous voulons espérer sortir d'ici." marmonnait le professeur.

"- Regardez là-bas prof, une porte dorée ! Je vais plonger pour voir si on peut l'ouvrir !" s'exclama un des accompagnateurs, pointant du doigt une porte environ une quinzaine de mètres en contrebas, engloutie.

A peine l'homme eut-il plongé dans l'eau, qu'une horde de piranhas fit son apparition, déchiquetant l'individu dans son intégralité, ne laissant comme restes que les os qui coulaient lentement, infusant de sang la zone.

"- Bon, on va essayer de faire les choses dans le bon ordre dans ce cas..." soupirai-je en constatant la naïveté des gens que nous étions censés protéger.

La seule salle qui nous était accessible comportait de larges dalles au sol, chacune comportant une lettre. Le professeur appuya délicatement avec son pied sur la plus proche, cette dernière s'enfonça en y mettant suffisamment de poids, mais rien ne semblait se produire.

"- Regardez au fond, un levier ! Je parie qu'il faut l'activer une fois que les dalles sont enfoncées !" s'exclama-t-il.

"- Enlevez votre pied, on va vite tester ça." lui annonçai-je alors que j'invoquais une main flottante qui actionna le levier.

Sûrement en réaction à l'absence de dalles pressées, les fléchettes empoisonnées fusant, couvrant toute la zone des dalles, nous firent comprendre qu'il valait mieux ne pas se tromper. Sur le mur était gravé à même la pierre des écritures archaïques.

"- C'est écrit quoi ?" demanda Camillius.

"- J'en ai pas la moindre idée..." lui répondis-je en plissant les yeux pour tenter de déchiffrer les symboles.

"- Ah mais tu sais pas lire non plus ?" rebondit-il dans le plus grand des sérieux, presque enchanté de ne pas être le seul dans ce cas, ce à quoi je ne réagis pas.

"- Laissez moi sortir mon codex, je peux vous déchiffrer ça..." répliqua Croft. "Je suis la terreur de ces lieux. Humains comme animaux me servent de pitance... Inclinez vous et écrivez mon nom, ou périssez." balbutiait-il en tournant frénétiquement les pages de son dictionnaire.

"- On peut essayer Camillius ?" proposa le dragon, alors que je lui mis un taquet dans la nuque.

"- Réfléchissons sérieusement, cela doit faire référence à une créature mythologique de l'île, sûrement un monstre horrible avec un nom à coucher dehors..." chuchotai-je.

"- Se pourrait-il qu'il s'agisse de... J'ai bien une idée, une divinité que certains clans cannibales vénèrent, mais c'est risqué... Essayons d'écrire Edgar ! Enfin je crois que c'est son nom..." proposa Indiana.

Six de ses assistants se répartirent sur les lettres correspondantes, et à son signe de tête, j'actionnai le levier. Telle la première fois, les fléchettes fusèrent, se plantant dans les sacrifiés, leur peau montrant d'importantes plaques soudaines et leur corps se liquéfia par endroit sous l'effet de l'acide, finissant leurs vies dans l'agonie.

"- Mais bien sûr ! Il s'agissait de Maurice, la loutre géante mangeuse d'hommes, comment ai-je pu l'oublier ! Pardon, j'avais un doute, mais là j'en suis convaincu, en piste ! Monte aussi Henri, hop hop hop" continua le professeur en poussant son élève tremblotant de peur.

J'activais de nouveau le mécanisme, et cette fois-ci, aucune projection ne fut à déclarer. Les dalles s'abaissèrent toutes d'une traite, et un grondement en provenance de la salle principale se fit entendre. En y retournant, nous pûmes constater que le niveau de l'eau avait en effet baissé de quelques mètres, nous dévoilant l'accès à des escaliers menant au niveau inférieur.

"- Parfait, ça se passe comme sur des roulettes !" s'enjoua Croft en dévalant les marches à toute vitesse.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27620-fiche-technique-de-bjorn
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27582-bjorn-terminee#284025
Le groupe descendait alors les marches qui s’étaient dévoilées. L’eau continuait de couler le long de la pierre jusqu’à un étage inférieur. La descente était glissante et quelques membres de l’expédition trébuchèrent avant d’être rattrapés in extremis par leur partenaire. Des murmures d’inquiétude commençaient à circuler dans les rangs. Cependant, rien ne décourageait le professeur qui entrait en premier dans la nouvelle salle, sa carte dans une main et son dico dans l’autre. Au fond de la pièce coulait une impressionnante cascade dont le fracas tonitruant résonnait à l’extérieur de la pièce. Un long chemin de pavé humide y menait, bordé de quatre lourds cubes de pierre aux faces gravées. Le groupe se répandait dans la pièce, tournant autour des cubes ou s’approchant pour détailler la cascade.

- “Il y a quelque chose de l’autre côté.” Articulait Henri Dicule dont la voix était étouffée par le fracas de l’eau.
- “Cela doit être la solution à cette énigme.”

Le groupe avait eu beau faire le tour de la pièce, personne n’avait trouvé d’élément leur permettant de comprendre la signification des cubes. En revanche, un des explorateurs avait trébuché, tombant alors sur un des blocs de pierre, et ce dernier s’était mû, mettant une nouvelle face en avant et révélant un animal gravé, une sorte d’oiseau.

- “J’ai besoin de volontaires pour m’accompagner de l’autre côté !” Clamait Croft avec entrain avant de se tourner vers Bjorn et Camillius qui l’avaient aidé à résoudre le problème de la pièce précédente.

Cependant, dans un échange de regards pantois, aucun des deux ne répondit autre chose qu’un vif “non” de la tête. Les possesseurs de fruit du démon ne voulaient aucunement prendre le risque de finir paralysé et noyé sous cette déferlante. Surtout qu’aucun d’eux ne savait à quoi s’attendre de l’autre côté. Davinia en revanche, commença à retirer une partie de ses vêtements.

- “Je vous accompagne Professeur Croft.” dit l'énigmatique en jetant son haut à Bjorn.

Camillius écarquilla les yeux avant de tourner le dos, le rouge lui montant au joue et la gêne le déstabilisant.

- “Non mais qu’est-ce que tu fous ?!” Balbutia-t-il sans la regarder.
- “Je ne veux pas que mes vêtements soient mouillés. Je vais attraper froid sinon.”

Heureusement pour le duo, la jeune femme s’arrêta lorsqu’elle fut en sous vêtement. Elle avança vers la cascade, alors que Bjorn fourrait les habits de sa capitaine dans les bras du dragon pour foncer près de l’eau.

- “Attends, laisse moi essayer quelque chose.”

Le grisâtre posa sa main sur l’eau battante, gelant alors le liquide à la puissance de son ice heart. Cependant, rapidement, la glace craqua pour laisser le courant déferler de plus belle.

- “Au moins, j’aurais essayé.”
- “Dommage.” souffla Davinia avant d’étendre sa chevelure pour former une première résistance à la cascade puissante.

Malgré la force qui fit plier les genoux à la capitaine des Erinyes, elle réussit tout de même à rejoindre la pièce jumelle. Et une fois de l’autre côté, elle aidait le professeur Croft, Henri Dicule et une bonne partie du groupe expéditionnaire à traverser. De toute évidence, aucun des chercheurs n’étaient vraiment à l’aise à l’idée de rester seuls avec Bjorn et Camillius. Les deux Trois-Yeux restèrent donc à attendre, en compagnie de deux autres explorateurs trop effrayés pour tenter la traversée.

- “Et maintenant ?” demanda Camillus, toujours le tas de fringues de Davinia dans les bras.
- “On a une fresque de notre côté.”

Le hurlement de Davinia leur était parvenu et avait attiré leur attention. Du côté de l'énigmatique, la pièce était petite et éclairée par l’unique torche sur les six qu’ils avaient réussi à faire traverser la cascade sans l’éteindre. Le long des murs s’étendait un fossé rempli d’eau sombre. Une longue fresque peignait les murs, détaillant une scène de chasse d’une imposante loutre au travers de différents décors.

- “Essayez de tourner les pierres comme je vous le dis. La première pierre doit être une loutre !”

Camillius, saisissant l’occasion de refourguer les fringues de la capitaine à Bjorn, lui jeta le tas avant de se jeter sur le premier cube. Il détailla toute les faces, hésitant, avant d’avouer :

- “Ça ressemble à quoi une loutre ?”
- “Non mais t’es sérieux … c’est comme une sorte de long chat.”
- “Hmmm, et ça ressemble à quoi un chat ?”
- “C’est comme Comus et Zeitia !”

Sans être particulièrement convaincu, Camillius tourna la pierre sur ce qu’il lui semblait le plus ressemblant à la description de Bjorn. Il laissa un sourire de satisfaction se dessiner sur son visage lorsque celui-ci lui confirma son choix :

- “C’est bon Davinia ! La suite c’est quoi ?”

La fresque détaillait une scène de chasse dans une forêt luxuriante. La loutre avait pris position derrière un épais fourré, les yeux rivés sur …

- “Un oiseau avec un long bec. Un colibri !”

Camillius tourna la pierre suivante. Puis, alors qu’il s'apprêtait à traverser le chemin pour rejoindre les deux autres rochers taillés, il fut interrompu par Bjorn qui lui refila le tas de fringues. Ce qui ne manqua pas de tirer un soupire au dragon.

- “A moi !”

La suite de la fresque montrait un long courant d’eau dans lequel nageait la grosse loutre. Plus loin, un large caïman dormait, paisible dans l’eau.

- “Un Caïman ! C’est une sorte de petit crocodile !” hurlait l'énigmatique.

Bjorn tourna alors la pierre sur la face correspondante. Puis, il se dirigea près du dernier cube.

- “Et pour le dernier ?” cria le Trois-Yeux.

La dernière fresque était la plus complexe. La loutre se trouvait au milieu de hutte de bois et de feuilles. Droite, elle regardait dans une direction mais ce morceau du mur s’était effondré, cachant la fin.

- “Hmm, c’est bien malheureux.” dit alors le professeur Croft en se palpant le menton.
- “Là ! Regardez !” Criait Henri, à genou près du fossé, pointant du doigt le morceau de la fresque ayant sombré au fond de l’eau.

Malheureusement, de leur position, la figure dessinée restait indescriptible. Cependant, sans perdre son aplomb, l’explorateur en chef donna un coup de pied à son jeune assistant, le faisant sombrer dans l’eau en rattrapant de justesse son sac à dos précieux.

- “Merci de te porter volontaire Henri !” clamait-il.

L’enfant, surpris et effrayé, se plia tout de même à la demande de son idole en s'enfonçant avec effroi dans l’eau sombre. Tous les mètres, il regardait autour de lui, terrifié à l’idée de voir débarquer la horde de piranhas qui avait dévoré un de ses collègues d’expédition. Cependant, rien ne s’approcha et alors qu’il arrivait enfin à lire le dessin du morceau de fresque manquante, il se dépêchait de remonter à la surface pour crier :

- “C’est un humain !”
- “Ah bah oui, logique. On aurait pu deviner sans la fresque.” répondit le professeur en se tapotant le crâne comme pour appuyer qu’il avait été un peu bébête.

De l’autre côté de la cascade tonitruante, Bjorn avait entendu les mots du jeune Henri et s’était empressé de tourner la dernière pierre. Au moment où toutes étaient bien alignées comme il le fallait, un clique métallique retentit et le sol trembla.

- “Mes amis, je pense que nous avons réussi cette énigme !”

Tous ceux qui étaient passés dans la petite pièce rejoignirent Bjorn et Camillius. Le dragon rendit ses vêtements à sa capitaine, toujours gêné de l’allure de cette dernière. Puis le groupe remonta de la pièce pour découvrir que l’eau avait encore baissé d’un niveau et qu’un troisième escalier descendait bien plus bas dans les profondeurs du temple.


  • https://www.onepiece-requiem.net/t27701-camillius-fiche-techniqu
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27683-camillius-termine
La salle suivante semblait plus vaste que les précédentes, éclairée par quelques torches éparses sur les murs. Le sol était constitué de dalles irrégulières, certaines plus larges, d'autres à peine assez grandes pour un pied. Entre ces dalles, un précipice s'étendait, au fond duquel un plan d'eau agité reflétait les flammes vacillantes des torches. Le bruit de l'eau tourbillonnant en dessous résonnait dans la salle, ajoutant une note de danger à l'atmosphère sombre. Davinia, Bjorn, et Camillius observaient attentivement la configuration de la salle. Les dalles étaient de tailles variées, certaines semblant déjà prêtes à basculer sous le moindre poids.

"Regardez ces symboles sur certaines dalles," murmura Bjorn en pointant du doigt des gravures distinctes sur plusieurs d'entre elles. "Elles doivent indiquer quelque chose."

"Certaines de ces gravures correspondent aux mini-énigmes que nous avons vues plus haut. Il doit y avoir une séquence à suivre." Davinia avait acquiescer en observant de plus près l’étrange formation. ‘’Bjorn, vas-y le premier, testons le poids maximum qu’elles peuvent prendre.’’ Annonce-t-elle en tirant des cordes du sac d’une aventurier qui lui en avait parler plutôt.

Elle passe les corde autour de leurs hanches, puis les attacha sommairement à une boutre à l’allures encore solide. Bjorn, en tant que plus lourd et robuste du groupe, décida de tester la première dalle en appuyant doucement son pied dessus. La dalle émit un léger grincement mais resta en place.

"Ça a l'air stable, mais je ne sais pas combien de temps ça tiendra," dit le beau gris.

Davinia hocha la tête avant de souffler ; "Vous devez être rapides et précis. Camillius, tu restes léger et agile. Suis Bjorn de près et observe bien, parce que tu seras celui qui passera les cordes de l’autre côté. Si vous n’êtes pas à l’aise, rester ici et ne dite pas un mots.’’ Elle se tourna vers les autres aventuriers, Croft et Henri. ‘’Rester ici et attendez qu’on dise le ok pour traverser. Si un de nous tombe, votre boulot c’est de le remonter.’’

Ils commencèrent à progresser, alternant leurs poids sur les dalles. Davinia prenait les devants, utilisant sa souplesse et son agilité pour avancer avec précaution. Bjorn la suivait, prêt à soutenir chaque dalle pour rattraper l’énigmatique au cas. Une action qui arriva vers le centre quand elle posa le pied sur une dalle de taille moyenne. Si au premier coup celle tient bon, quand elle posa tout son poids, la dalle craqua et son poids l’entraina vers le bas. Bjorn l’attrapa par le corps, la ramenant vers lui sans hésitation. La dalle sous leur pieds grinça d’inconfort sous leur double poids, mais ne s’effondra pas. Après quelques secondes ou l’espionne ne touchaient pas le sol, Bjorn la déposa sur une nouvelle dalle de son choix. Elle offrir une pression reconnaissante et un hochement de tête envers Bjorn, un remercîment silencieux. Sous le soulagement de tous, ils reprirent leur avancement. À mi-chemin, ils arrivèrent devant une dalle avec un symbole complexe. Une énigme était inscrite sur un pilier à côté :

"Je suis léger comme une plume, mais le plus fort des hommes ne peut me tenir longtemps. Que suis-je ?"  Davinia réfléchit rapidement. "Le souffle. L'air."

Elle pressa la dalle avec le symbole correspondant, et un mécanisme s'enclencha, stabilisant les dalles suivantes pendant un moment, mais surtout faisant tomber dans le vide plusieurs dalles branlantes pour montrer le bon chemin. Alors qu'ils approchaient de la fin, le précipice se fit plus large. Un large espace séparait les dernières dalles du bord opposé, où se trouvait une structure en pierre avec des crochets et des cordes usées par le temps. Certaines des cordes disparaissait sous le plateau de pierre, signe qu’ils devaient avoir un lien avec la stabilité de la structure.

"Nous devons trouver un moyen de fixer ces cordes," dit Davinia en les pointant. "Et enfin, si on peut sécuriser une corde ou plusieurs de l'autre côté, les autres pourront traverser plus facilement."

La noire se tourna finalement vers Camillius, et l’encouragea, grâce à ces aile à sauter sur la dalle la plus proche du bord opposé. Il agrippa sa corde et l’attacha sommairement, permettant ainsi à Bjorn et Davinia de finir de passer. Le gris s’occupa ensuite de bien nouer les différentes cordes qu’ils avaient réussi à amener avec eux, laissant un passage de trois cordes tendu entre eux et l’autre précipite. Avec un soupire, Davinia observa leur boulot.

"Ça devrait tenir," dit Bjorn en tirant sur la corde pour s'assurer qu'elle était bien fixée.
‘’Je crois aussi,’’ commence-t-elle en se tournant vers les deux hommes.

Elle vient tapoter affectueusement leur poitrail, un geste qu’elle faisait assez souvent à son bras droit pour le remercie, mais qu’elle offrait pour la première fois à Camillius. Elle offrit un sourire taquin à Camillius, se souvenant de la gêne occasionner plutôt face à son accoutrement.

‘’Beau travail messieurs. Terminons ceci pour récupérer notre dû et nous débarrasser d’eux.’’ Murmure-t-elle d’une voix base, promettant une fin sanglante.

Davinia fit signe aux autres explorateurs de commencer à traverser. Un à un, les membres de l'expédition traversèrent les cordes tendues, utilisant les dalles stabilisées pour s'appuyer et se balancer. L'adrénaline et la tension étaient palpables, mais grâce à leur coordination et mais surtout les encouragement de Davinia, le groupe parvint à franchir l'obstacle. Une fois presque tous les explorateurs de leur côté, ils commencèrent à s’avancer quand un craquement sèche retentit dans l’air. Ils se retournèrent tous d’un coup, observant le dernier aventurier s’accrocher à la corde, paniquant en balançant ses jambes dans tous les sens.

‘’Arrête de gigoter ou tu vas briser…’’

Toutefois, avant même qu’elle puisse finir, l’impensable arriva, le crochet qui retenait sa corde céda sous les coups et l’homme plongeant dans le vide, emportant la corde dans un cris de désespoir avant qu’un clapotis sonore résonne finalement, étouffant les cri au silence. Il y eu un moment de silence malaisant avant de Croft s’exprime ;

‘’Et bien… C’est malheureux, mais nous ne pouvons pas rester la… Aussi bien continuer pour honorer la mémoire de…’’
‘’Samuel, professeur. C’était Samuel.’’ Souffle Henri.
‘’Ah oui Samuel ! Paix à ton âme.’’ Reprend l’homme avec une fausse intention de tristesse.

Davinia osa finalement les épaules, ce détournant en compagnie des garçons et se concentra sur la porte. Devant eux, une grande porte en pierre gravée se dressait, ornée de symboles semblables à ceux des précédentes salles.

"Nous y sommes presque," murmura Davinia, regardant la porte. "Encore une épreuve, et nous découvrirons les secrets de ce temple. Si on peut dire qu’ouvrir cette porte se soit une épreuve…’’ Marmonne-t-elle.

Chacun essayait de déchiffrer les gravures, tentant de trouver un moyen d'ouvrir cette dernière barrière. Davinia et Croft examinaient minutieusement les symboles, comparant chaque gravure aux notes qu'ils avaient prises tout au long de leur expédition. Bjorn, quant à lui, essayait d'activer divers mécanismes autour de la porte, poussant, tirant, et frappant différentes pierres sans succès.      

"Ça doit être une combinaison spécifique," disait Davinia en scrutant les gravures.

Pendant ce temps, Camillius, un peu en retrait, observait la scène d'un air distrait. Ses yeux étaient attirés par un insecte qui volait près de lui, une créature colorée et intrigante. Oubliant momentanément la porte, il se mit à la suivre.  L'insecte se posa sur un petit relief sculpté au bas de la porte. En s'approchant pour mieux voir, Camillius trébucha sur une pierre, perdant l'équilibre et s'écrasant contre le relief en question. En heurtant le relief, il appuya involontairement sur un bouton caché. Aussitôt, un mécanisme se mit en marche avec un bruit sourd et la porte commença lentement à se soulever. Le groupe se retourna brusquement, écarquillant les yeux en voyant la porte s'ouvrir.    

[color:9549=C2104C]"Euh, les gars, je crois que j'ai trouvé comment l'ouvrir," dit Camillius, encore étalé par terre, un sourire gêné sur le visage.

Davinia et Bjorn se regardèrent, mi-surpris, mi-amusés.

"Comment t'as fait ça ?" demanda Bjorn en aidant Camillius à se relever.  
"Je voulais juste regarder l'insecte," répondit Camillius en pointant du doigt le petit relief.
"Parfois, il faut un peu de chance et de maladresse pour avancer," dit Davinia en tapotant l'épaule de Camillius. "Bien joué, malgré toi."

Une fois le moment comique passer, ils purent enfin découvrir la salle. La porte en pierre s'était ouverte lentement, révélant une salle aux dimensions impressionnantes, remplie de richesses anciennes. Le plafond était partiellement effondré, laissant entrer des faisceaux de lumière naturelle. La lumière du jour pénétrait par l'ouverture du plafond, se réfractant sur des miroirs d'argent, des vases en or, des statues incrustées de pierres précieuses et des coffres débordant de bijoux étincelants. Le jeu de lumière projetait des arcs-en-ciel à travers la salle, illuminant chaque recoin avec une lueur magique. Les murs, couverts de fresques et de bas-reliefs détaillés, semblaient raconter les histoires de cette ancienne civilisation. Au centre de la salle, se dressait une stèle imposante en pierre noire. Sur cette stèle, trônait en maître une épée à l'aspect particulier. À peine la porte s'était-elle entièrement ouverte que tout le monde se précipita à l'intérieur. Le professeur Croft et Henri furent les premiers à atteindre la stèle, leurs yeux s'illuminant à la vue de l'épée.

"C'est... c'est incroyable !" s'exclama Croft, ses mains tremblantes d'excitation. "Cette épée doit dater de plusieurs millénaires !"

Henri, quant à lui, restait bouche bée, ses yeux fixés sur les gemmes étincelantes du pommeau.

"Professeur, regardez ces inscriptions... Elles doivent révéler quelque chose d'important."

Davinia, Bjorn et Camillius s'approchèrent à leur tour, leurs regards ébahis parcourant les trésors qui les entouraient. Bjorn se pencha pour examiner un coffre rempli de pièces d'or, tandis que Davinia effleurait du bout des doigts une statue en jade.

"Nous avons fait une découverte extraordinaire," dit-elle doucement, presque pour elle-même. ‘’Finalement tout ceci a valu la peine.’’

Camillius, lui, semblait fasciné par un ancien masque rituel en or, incrusté de rubis.

"C'est comme si nous avions découvert l'antre d'un roi," murmura-t-il, ses yeux brillants de désir.
‘’Avec de la chance et du temps, si tu en as envie tu pourras faire la même chose Camillius.’’ Ronronne l’Énigmatique au dragon.

Pendant ce temps, Croft, incapable de détourner les yeux de l'épée, fit signe à Henri de s'approcher.

"Aide-moi à déchiffrer ces inscriptions," dit-il avec urgence. "Cela pourrait être la clé de notre quête."

Henri hocha la tête avec enthousiasme, sortant son carnet de notes et commençant à copier les symboles gravés sur la lame.

"Professeur, si nous pouvons comprendre ce que cela signifie, nous pourrions découvrir des secrets oubliés depuis des siècles."

Alors que le reste du groupe continuait d'explorer la salle, admirant les innombrables trésors, Croft et Henri se concentrèrent intensément sur l'épée. Les murmures d'excitation et les exclamations de découverte se mélangeaient, des actions qui finirent par attirer l’attention du trio…
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27576-davinia-valthane#283987
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27556-davinia-valthane#283806
La salle débordait de richesses, et seuls quelques chemins d'eau peu profonde séparaient les pièces et autres bijoux. Depuis le plafond s'écoulait quelques cascades au débit grandement réduit, donnant plus de verticalité à l'endroit qu'il n'en possédait réellement. Il était compliqué de reprocher aux autres leurs réactions, il y avait une vraie fortune ici, et s'il faudrait sûrement un fin connaisseur pour en obtenir un prix juste, il ne faisait aucun doute qu'une pièce authentique ferait rapidement monter le compteur de berries. Cependant, nous n'avions jamais eu l'esprit de partage et aujourd'hui n'allait rien changer à cette habitude. Je m'approchais alors des deux curieux ameutés autour de la superbe épée, incrustant ma tête au milieu de leur discussion privée.

"- C'est en voyant toutes ces richesses que cela me rappelle que nous n'avons pas eu notre paiement. Vous permettez que l'on se serve j'imagine ?" demandai-je rhétoriquement en empoignant le manche de l'épée plantée sans même attendre de réponse.

"- Pro-professeur, on ne peut pas le laisser faire, c'est un artefact de grande envergure ! paniqua Henri en reculant de plusieurs pas, sur son arrière train.

"- Pas de panique Henri, il est évident pour tout le monde ici que cette épée a sa place dans mon musée ! Voyons brave homme, rendez la donc et prenez une bonne poignée de bijoux, cela me paraît honnête comme échange. Elle n'a rien à faire dans les mains d'ignares comme vous. Allez, ne faites pas de chichi." me sermonna Croft.

"- Ahah ! Ce tombeau sera votre tombeau !" s'écria le dragon pris d'un éclair de folie.

"- Qu'est ce que tu racontes, quel tombeau ? Rah bref, si vous pensez que les menaces vous donneront un quelconque avantage, vous vous méprenez." répliquai-je, en ignorant au mieux Camillius tout en examinant l'épée.

De superbes courbes ondulées, des dorures à la base de l'épée et une gueule de dragon à la fin du manche, finissant la course de ce dernier. Enfin, au centre de l'épée se trouvait une sphère translucide dans laquelle était contenue de l'eau claire et azure.

"C'est vrai qu'il s'agit d'une belle bête. Et si on vérifiait son efficacité ?"

Comme pour provoquer le professeur, je me précipitai vers un explorateur se remplissant les poches, et j'observais la lame charcuter l'intérieur de l'homme. Décidément, une lame ondulée était diablement efficace quand il s'agissait de tout détruire sur son aller comme sur son retour dans un corps.

"- Aller, on les trucide et on ramène un max !" criai-je à l'attention de mes deux alliés, qui s'étaient déjà postés stratégiquement pour ne laisser aucune chance aux démunis.

Alors que j'extrayais la lame du défunt que je venais de créer, je sentis un liquide couler le long de mon avant-bras et à ma plus grande surprise, ce ne fut pas du sang, mais plutôt l'eau contenue dans l'épée, sortant de la bouche rugissante du dragon sculpté. Je secoua la main pour me débarrasser du liquide, mais ce dernier resta quelques secondes en suspension dans les airs, formant des orbes d'eau flottants, avant de finir leur course dans le mur vers lequel j'avais secoué ma main. Sur la route des projectiles, le bras d'un des aventuriers se vit perforer à plusieurs reprises, hurlant de douleur.

"Alors là, ça devient intéressant."
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27620-fiche-technique-de-bjorn
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27582-bjorn-terminee#284025
Un sourire carnassier sur le visage, il n’en fallait pas plus pour que le dragon reprenne sa forme d’origine et vienne transpercer, de sa queue pointue, un des explorateurs qui avait lâché son butin et courait vers la porte. Puis sans un regard pour le mort :

- “Je m’occupe de la sortie” dit alors Camillius, plus qu’heureux d’être enfin sortie de ces devinettes étranges et d’enfin pouvoir faire ce qu’il lui plaisait.

Redressant sa queue, il laissa l’homme qu’il avait transpercé glisser un peu plus, s'enfonçant dans un cri de douleur avant de le projeter violemment contre deux de ses confrères qui fonçaient vers la bête dans l’espoir de passer en force. Une fois repoussé, l’animal fit un impressionnant bond en arrière, aidé de ses puissantes ailes, pour venir boucher le passage par lequel ils étaient tous arrivés. Il s’était retenu bien trop longtemps à son goût, et maintenant, c’était l’heure de rétablir l’ordre des choses. Parce qu’aider les humains, c’était pas dans les habitudes du dragon.

Le professeur s’était jeté sur Henri, ou plutôt sur son sac, en sortant une longue canne. Puis, dans une panique visible, il tourna le pommeau pour en dégager une longue et fine lame qu’il pointa dans la direction de Bjorn. Il était tremblotant, mais dans un long soupir, il retrouvait son calme. Cela n’avait pas l’air d’être son premier rodéo.

En revanche, le jeune Henri se redressa vivement. Profitant de la tension entre le gris et le professeur et de l’occupation de la capitaine des Erinyes en train de tuer les explorateurs plus loin dans la pièce au trésor, il fonça à son tour sur le dragon. Dans un sourir carnassier, Camillius laissa les flammes le recouvrir. Il baissa la tête, ouvrit la gueule pour dévoiler ses dents prêt à accueillir le vaillant. Cependant, Henri bifurca, tournant sur lui-même comme s’il glissait sur le sol humide, écrasa violemment la patte du dragon qui s’empressa de la redresser dans un râle de douleur. Les flammes se calmèrent et, déséquilibré, Henri s'engouffra sous les ailes de la bête, longeant son corps reptilien pour fuir par les longs escaliers. Ses mouvements étaient paniqués mais un puissant instinct de survie le poussait à gravir les marches une à une.

Camillius secoua sa patte d’inconfort avant de se rendre compte que le petit assistant avait disparu. Il tourna la tête pour observer la fin du sac de l’enfant se fondre dans les ombres de l’étage supérieur. Et si le dragon aurait voulu le poursuivre, honteux d’avoir échoué à la simple tâche qu’il s’était lui-même confié, deux autres explorateurs lui foncèrent dessus, probablement galvanisé par la réussite d’Henri. Cependant, cette fois-ci, l’animal était plus concentré et lorsque le premier arriva à son niveau, il recula ses pattes, jetant sa gueule vers l’avant pour croquer la tête du téméraire. Puis dans un mouvement puissant, il fracassa le corps de l’attrapé contre son collègue, les repoussant violemment tous les deux contre un mur avant de finir empaler par un des longs piques de la queue du dragon.

- “Vous vous prenez pour qui ?!” fulminait le dragon dont la fumée sortait de ses naseaux.

  • https://www.onepiece-requiem.net/t27701-camillius-fiche-techniqu
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27683-camillius-termine
La salle remplie de trésors avait été un véritable émerveillement pour tout le monde, mais l'excitation initiale avait rapidement tourné au chaos. Bjorn et Camillius avaient ouvert les hostilités, prenant les explorateurs par surprise. Leurs intentions étaient claires : ils n'avaient jamais eu l'intention de partager et sur ce point, l’énigmatique était d’accord avec eux. Croft et Henri auraient eu plus de chance s’ils avaient voulu partager avec eux. Ce qui ne semblait pas être le cas de l’Indiana Jones. Davinia se demandait comment il avait vécu aussi longtemps. L’espionne poussa un long soupir en observant la scène se dérouler devant elle. Bien qu'elle comprenne et apprécie les efforts de Bjorn et Camillius, elle ne pouvait s'empêcher de secouer la tête en voyant leur approche quelque peu brute. Avec une résignation conciliante, elle décida de mettre fin au chaos de manière plus élégante.

À ce moment-là, un explorateur, paniqué, tenta de prendre la fuite en ignorant complètement Davinia. C'était une grave erreur. D'un simple geste, l'une de ses tentacules capillaires, armée de l'une des redoutables Nightkiss, s'étendit rapidement et intercepta l'homme en fuite. La dague noire et rouge s'enfonça dans sa nuque, le faisant s'effondrer sans un bruit. Bjorn s'occupait déjà de Croft, utilisant son nouveau jouet pour frapper avec une force implacable. Croft, bien que compétent dans ses domaines, ne pouvait rivaliser avec la puissance brute du gris. À quelques mètres de là, Camillius avait pris Henri pour cible. Le jeune assistant, bien que courageux, était désespérément hors de son élément face à la furie du dragon ; cependant, l’impensable arriva et le gamin trouva une manière de se sortir de son pétrin. Pendant ce temps, Davinia se déplaçait sereinement à travers la salle, ses tentacules capillaires s'animant comme des serpents en chasse. Quatre des tentacules étaient armées de dagues ordinaires, récupérées en un clin d'œil sur sa personne, bien cachées de la vue de tous, tandis que deux autres, plus grosses, maniaient le duo de Nightkiss. Elles transperçaient avec précision chaque explorateur qui osait s'approcher trop près. Davinia avançait avec grâce, son expression restant nonchalante et détachée. Elle prit même le temps de se curer les ongles avec une dague plus fine, une image de sérénité macabre au milieu du carnage.

"Voyez-vous, ce n'était pas nécessairement le destin que j'avais envisagé pour vous," murmura-t-elle en perçant la gorge d'un autre explorateur d'un geste précis. "Mais il faut savoir être adaptable pour le bien de son équipe."

Ses tentacules s'allongeaient et se rétractaient avec une fluidité terrifiante, frappant avec une vitesse et une précision implacables. Chaque coup était mortel, et les explorateurs tombaient comme des mouches. En quelques minutes, la salle était silencieuse, à l'exception du cliquetis des trésors sous les pieds des survivants. Davinia, Bjorn et Camillius avaient triomphé. Leurs adversaires, autrefois émerveillés par les richesses, gisaient maintenant, victimes de leur propre cupidité et imprudence, dans des mares écarlates. Davinia rengaina ses dagues, ses tentacules se repliant doucement autour d'elle. Elle jeta un dernier coup d'œil à la salle, puis à ses compagnons, un léger sourire aux lèvres.

"Bien, messieurs," dit-elle en rangeant son cure-ongles dans son fourreau, "il semble que nous avons cette salle pour nous seuls. Vous pouvez être fiers de vous, votre patience sera bien récompensée. Je propose que Camillius sorte de son trou et aille chercher quelques silencieux. Il va faire un système de sortie par le toit au lieu de tout refaire le chemin inverse… On récupère tout ce qui se trouve dans la salle, y compris les cadavres. Il faut tester le frigidaire qu’on a pris à Boréal." explique simplement la noire avant de se détourner et faire un tour rapide des ressources dorées. "Je devrais être capable de récupérer un bon paquet de berrys à la prochaine île." termine-t-elle, les mains sur les hanches.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27576-davinia-valthane#283987
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27556-davinia-valthane#283806
Alors que les combats se multipliaient autour de nous, je continuais ma rivalité avec Croft qui avait désormais sorti son fouet, ayant décoré sa ceinture depuis notre rencontre. Alors qu'il lacérait l'air, tentant sans aucun doute de me désarmer de l'épée mythique, je reculais avec prudence, tentant de comprendre son périmètre d'action maximum ainsi que de calculer les fenêtres d'ouvertures que m'offraient ses offensives. Dès l'extrémité du fouet avait dépassé ma position latérale, j'avais une occasion de représailles qui me paraissait limpide, ainsi après un énième coup horizontal de la part du professeur je me précipitai vers lui, n'attendant que cette opportunité pour lui asséner un unique coup mais qui lui serait fatal. Cependant alors que j'avais déjà réalisé plusieurs pas en avant lors de ma course, la corde du fouet bifurqua en plein air, passant derrière moi et encerclant mon cou à plusieurs reprises. Complètement stupéfait de ce tour de passe-passe et n'ayant aucune idée que l'aventurier possédait un tel savoir, je m'efforçai de tenter d'arracher la corde, mais celle-ci était beaucoup trop serrée, tandis que Croft tira brusquement sur cette dernière, m'envoyant au sol sans remord. L'épée azure s'échappa alors de mes mains et le collectionneur s'empressa de la saisir d'une main, admirant de plus près la merveille.

Le professeur, qui ne s'était pourtant pas particulièrement montré brillant dans ses remarques et ses actions précédentes, maniait son arme à la perfection et exerçait une poigne de fer sur la corde qui me faisait suffoquer de plus en plus, bien que mon teint grisâtre ne le laissait pas transparaître. Sans me laisser abattre, je me rebellai et agrippa la corde à l'aide de mes deux mains et tira aussi fort que je le pus, envoyant cette fois-ci le professeur s'éclater contre un des murs de la salle, alors que je profitais de son lâcher-prise pour me défaire de son étreinte. Une main flottante apparut à son niveau, me ramenant instantanément l'épée qui me revenait de droit. A peine l'eus-je saisie que l'eau environnante s'amoncelait à nouveau autour de l'épée. Voulant essayer à nouveau le phénomène précédent, de mon autre main je réalisai un geste bref dans la direction de l'homme croulant à terre, qui se vit attaquer d'une demi douzaine de bulles d'eau fonçant à pleine vitesse. Mais cela ne fut pas assez pour l'achever, et je ne réfléchis pas plus longtemps pour faire épouser les courbes de la lame avec celles du cou de la victime au chapeau.

Ce faisant, je récupéra les sacoches de l'homme se vidant de son sang en agonisant, les remplissant d'autant d'objets de valeur que possible. Puis, en accord avec les consignes de notre capitaine, les Silencieux arrivèrent petit à petit pour nous aider à vider complètement la salle aux trésor. J'aidais également en réalisant une chaîne de transport avec mes mains pour évacuer les ressources restantes. Après près de trois heures à s'y affairer, nous étions de retour au navire des Trois Grâces, les calles remplies d'or, d'artefacts, et toujours des femmes capturées sur Boréa.

"- Il va vraiment falloir que l'on songe à vider tout ça si on veut se permettre de continuer nos escapades. A ce rythme là notre navire coulera sous son propre poids à la prochaine île." nous informa Arondel.

"- T'as qu'à descendre du bateau si on est trop lourd, ça fera un sacré poids en moins !" s'exclama Camillius avant de se transformer et de retourner tout en haut du mat de la vigie, d'où il fit un geste obscène que la hauteur épargna à nos yeux.

"- Je propose de faire un tour par Zaun, j'ai un contact là-bas qui vous échange tout ce que vous lui apportez contre des berries, ça devait faire l'affaire. Et avec un peu de chance il prend aussi les dragons..." souffla Arondel après avoir ragé quelques secondes suite à l'envol du dragon.

"- Va pour Zaun, en route !" s'écria Davinia, ce à quoi tout le monde répondit un franc et clair "Oui capitaine !"
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27620-fiche-technique-de-bjorn
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27582-bjorn-terminee#284025