Le Deal du moment :
Blue Lock : où acheter le Tome 22 ...
Voir le deal
12 €

[Event Terminus Jaya] Pendant ce temps la, à Marijoa.

Tous les spécialistes de la communication vous le diront, il suffit de regarder le placement d'un groupe de personne dans une salle pour comprendre les jeux de pouvoirs, de hiérarchie et de domination qui les unissent. Et quand dans une salle il y a un canapé et un magnifique ensemble de siège de velours bien suffisant pour accueillir tout le monde, et que malgré ça il n'y a que quatre personnes assises et une qui est resté debout, ça veut dire des choses...

Comme dirait un spécialiste, quand on voit ce qu'on voit, et qu'on entend ce qu'on entend, on n'a pas forcément tort de penser ce qu'on pense.


- Au rapport Ike ! Au rapport !
- Vous avez eu les mêmes rapports que moi non ? Nous avons tous reçus les mêmes. Je les vois, ils sont encore posés sur la table basse.
- Ike mon petit, je te l'ai déjà expliqué, c'est une question de protocole. De protocole et de responsabilités. Nous savons ce qu'il s'est passé. Et tu sais que nous savons. Mais c'est ton opération. Ton échec. Et c'est donc à toi d'en assumer les conséquences.  Et cela commence par nous faire un rapport des événements. Cela fait partie du prix qu'il y a payer pour avoir le droit de s'asseoir parmi nous pour guider le monde...
- Et tu as du remarquer que tu n'étais pas prêt de t'asseoir...
- Peut être qu'on devrait revoir la règle qui nous donne un poste à vie...




- Bah, un poste à vie ça se libère ! Chez les ninjas on ne devenait chef qu'en tuant le chef pour prendre sa place ! J'ai toujours dit qu'on devrait faire ça dans la marine, au moins on aurait de vrais tueurs !






- Peut être que Niklas Aldo aurait fait une meilleure recrue...







- Allons allons... Ecoutons le rapport de notre collègue, et évitons de trop lui rappeler les événements tragique qui l'ont amenés a prendre place parmi nous....






- Tragique c'est le mot oui. Et pas seulement pour celui qui est parti, mais surtout pour ceux qui sont restés.







- Nous avons tué Kiyori ! Alors oui, Ravrak n'est pas venu et Red s'est échappé de justesse, mais depuis quand n'avions nous pas tué un empereur ? Depuis Barbe Blanche ! Et nous avons tué la plus puissante après Teach ! Alors certes, il y a eu des pertes. Et je suis désolé pour les Nibal y Milcar que Sentomaru n'ait pas réussi à protéger efficacement Adela, mais dans l'ensemble, le plan a fonctionné !





- J'ai peur que Saint Hermenegildo soit trop inconsolable pour être réceptif à cet argument. Nous lui avions assuré que sa fille serait en sécurité et la voila morte...
- Quelle idée aussi de vouloir devenir une pirate. Tout le monde devrait vouloir être un ninja...
- C'est une perte terrible pour nous, mais nous pouvons en faire un symbole ! De quoi secouer un peu nos pairs Dragons Céleste ! J'ai déjà une trame en tête pour les médias !
- Hum, ça me semble une très mauvaise idée. Nous ne pouvons pas capitaliser sur notre vulnérabilité, c'est beaucoup trop risqué.
- Je suis d'accord. Ce serait offrir un pont d'or à la révolution, et risquer des dissensions au sein de Marijoa.
- Oui, restons simple, la croisière, l'attaque d'une coalition d'empereur ligués contre une Tenryubitto. Et des funérailles intimes à Marijoa.
- Et une grande campagne contre la piraterie, avec un impôt pour renforcer la marine et doubler les cuirassés, et les pacifistas !
- Comme vous voudrez...
- Kiyori est morte mais les pertes révolutionnaires ne sont pas vraiment satisfaisante non plus...
- Pas de têtes du conseil du Dragon sur une pique...
- Mais nous avons repris Jaya ! Tués tout le monde ! Rasé jusqu'à la dernière pierre la ville qui s'était proclamé alliée de Ragnar. Après l'attaque d'Hungeria et d'Aeden nous avons envoyés un message on ne peut plus clair au monde entier, se rallier à la révolution c'est périr sous un déluge de fer et de feu !
- J'ai peur que cet argument, pour frappant qu'il soit, ait surtout un effet négatif sur la rêverie qui s'annonce. C'est la sécurité qui fédère le conseil des Nations, pas la peur.  
- Je dirais plutôt, pas uniquement la peur. Mais c'est un rappel utile pour la révolution...
- Peut étre pourrions nous faire quelque chose de plus sur Jaya ? J'ai réfléchi a une façon de contenter nos pairs ivres de vengeance et un rappel pour la révolution... Je pensais à une sorte de... terrain de chasse.
- La chasse c'est bien. Surtout quand on chasse du gibier révolutionnaire. Je vous ai déjà montré ma galerie de révos empaillés ?
- Juste une distraction. Pertinent pour qu'Ike garde les faveurs de Marijoa, mais guère plus...
- Le prisme des Médias qu'il n'a toujours pas dépassé...
- Bon, il semble convenu que l'opération Sainte impératrice n'est pas un fiasco complet sans pour autant avoir atteint les résultats prévus. Ike peut disposer de Jaya, mais que faisons nous des forces de Sentomaru ? 
- Les révos ont disparus, alors je dirais que nous pouvons les laisser à Charles.
- Je sais quoi leur faire faire !
- Et pour Ike ?
- Je propose qu'il s'occupe en personne d'aller annoncer la nouvelle a Saint Hermenegildo Nibal y Milcar, et qu'il se plie a toutes ses demandes de réparation...
- Ahahaha ! Va falloir ramper Ike !
- C'est convenable.
- Je suis d'accord aussi.
- Alors nous avons tous des choses à faire maintenant.

Quatre vénérables sur cinq ne tardent pas à quitter les lieux, ne laissant que le plus jeune et le plus fulminant, seul et abandonné au milieu d'un salon désert. Ike Basara s'approche du tableau qu'il a lui même installé a cette place au début d'une année qui s'annonçait radieuse. Attrapant le portrait de Kiyori il le déplace de la colonne empereur vers la colonne réussite, aux cotés du portrait de Teach et du Canard.

Une main anonyme a déjà enlevé celui de Sainte Adela de Otero de Nibal Y Milcar. Et sous le titre empereur ne restent donc que quatre noms qui ne sont pas du tout ceux que voulait Ike Basara.  

- Vous la, prenez ce tableau et sautez par cette fenêtre !

Tableau et serviteur zélé entament immédiatement un long plongeon vers la mer bleue. Et Ike quitte à son tour le bureau ou se décide le sort du monde. Il a des excuses a faire, et il n'aime pas ça