Le Deal du moment :
Soldes d’été 2024 : trouvez les ...
Voir le deal

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

[Quête] Baptême de feu


Les sirènes se mirent brusquement à sonner dans le Fort-Kenpachi, alertant ainsi toutes les marines qui y étaient en apprentissage, indépendamment de leur division ou ancienne affectation. Il était à peu près une heure du matin lorsque ce tintamarre se produisit. Autant dire qu’un réveil aussi brusque avait le don de faire grincer des dents et pas qu’un peu. Néanmoins, tous les apprenants se mirent en branle en moins d’une minute. Ça s’agitait dans tous les sens. En quelques instants seulement, tout le fort fut en effervescence. Passé la frustration d’un sommeil court et peu réparateur, tous ou presque savaient qu’il devait y avoir un problème. Les exercices nocturnes étaient monnaie-courante pour quelques promotions, mais certainement pas pour le Fort dans son entièreté. La pression fut donc à son comble alors que la plupart des jeunes mousses du coin s’activèrent pour rejoindre rapidement le plus grand terrain d’entrainement du camp. Cinq minutes suffirent amplement pour réunir tout ce beau monde qui valaient un millier de personnes. Pour cette première promotion, les grades n’importaient que peu, si bien qu’on trouvait même quelques officiers subalternes dans le lot. Après tout, revoir les bases de son domaine de prédilection était un signe de sagesse grandement apprécié dans les rangs… L'humilité ouvrait parfois des portes dont on ne soupçonnerait même pas l'existence.

- « Merci d’être rapidement venus, chers apprenants de la promotion Fenyang. »

Sur une estrade en bois, surplombant les environs, Briscoll McAllon, Sous-amiral en charge de Métanoia se tenait solennellement devant tous les apprenants. Il tenait dans ses mains un mollusque en forme de mégaphone pour amplifier sa voix, afin que tous l’entendent bien. Pour beaucoup, sa présence était la preuve imminente qu’il devait y avoir une urgence. D’ailleurs, il était entouré d’une bonne dizaine d’officiers supérieurs, preuve du caractère sérieux de cette convocation soudaine. Un éclair zébra le ciel plutôt sombre, tandis qu’un tonnerre gronda tout de suite après, faisant tressaillir les moins courageux. Avec le vent qui se levait tout doucement, nul besoin d’une expertise en météorologie pour comprendre qu’une averse allait bientôt s’abattre sur Metanoïa. Dernièrement, les conditions météorologiques de la région étaient très capricieuses, ce qui n’était pas sans rappeler celles de la route de tous les périls. Pour les plus intuitifs, une nouvelle ère semblait se profiler de très loin, et ce d’autant plus que les rumeurs sur la mort de l’impératrice Kiyori circulaient çà et là dans les rangs. A croire que les ragots n’épargnaient aucune frange de la population. Pas même l’armée. De ce fait, la tension était palpable et le court silence qui s’installa temporairement (le temps que tous les murmures ne s’éteignent) n’arrangea point les choses.

- « Il y a deux heures, un groupe de dangereux révolutionnaires que nous tenions captifs dans la ville de Félicité se sont évadés. On suppute qu'ils sont actuellement entrain de traverser la forêt de Brocéliandre. »

Le sous-amiral n’y était pas allé par quatre chemins, ce qui occasionna de nouveaux chuchotements au sein de toute la foule. Certains étaient stoïques. D’autres, légèrement inquiets sans pour autant être horrifiés. Après tout, la garnison actuelle comptait énormément de soldats prêts à prendre les armes. Dans l’absolu, il n’y avait pas de mouron à se faire, mais… « Parmi cette vingtaine de personnes, on compte malheureusement quatre valets de la révolution plutôt dangereux. Qui sait ce que ces gens pensent… » Là, certaines gorges se nouèrent et d’autres visages furent aussitôt froissés par la peur. Ceux qui flippaient étaient bien évidemment des mousses et autres hommes de rang, mais c’était bien normal. A leur niveau, les valets étaient plutôt impressionnants et à raison. « L’ancienne plus grosse prime du lot vaut au moins 40 millions… » Ce qui équivalait au bas mot à un rookie des Blues. Une sinécure pour un bon nombres de ces personnes. « Cependant, plutôt que d’envoyer des soldats aguerris, nous avons pensé à former un commando avec votre effectif. Voyez cela comme une occasion d’éprouver votre force actuelle et de gravir une nouvelle marche de votre longue ascension au sein de la marine. » Bien entendu, moult apprenants furent scandalisés ! Si ce vieux renard le présentait comme une grosse opportunité à saisir, personne n’était pourtant dupe…

Les risques de caner étaient élevés.

Là encore, quelques murmures s’en suivirent, avant que le sous-amiral éclairé par une multitude de projecteurs ne fasse signe aux personnes devant lui de faire silence :

- « Cependant, plutôt que de vous forcer à aller au casse-pipe, nous comptons tout simplement sur votre bonne volonté. Les cinquante premières personnes qui s’avanceront vers cette estrade auront l’honneur de participer à la traque qui va s’en suivre. Vous serez répartis ensuite en cinq escouades de dix éléments chapeautés par la personne la plus gradée du lot. Les autres pourront regagner leurs dortoirs respectifs jusqu’à nouvel ordre. »

Sur ces dernières phrases, Briscoll baissa son mégaphone et attendit que les plus courageux se présentent…


***


- « Halala… Est-ce que ça ira pour ma petite Poison ? »

- « Ta petite ? Et puis je te rappelle que c’est toi qui a décidé qu’elle participe hein ! »
Rétorqua Meilan en fronçant les sourcils et en me regardant d’un air suspicieux.

- « Bah quoi ?! Elle est forte ! Et puis, elle est mignonne, a la même couleur de peau que moi ! C’est comme ma fille quoi ! J’devrais peut-être lui donner mon nom ! »

- « C’est rien qu’une pacifista… »
Soupira la contre-amirale, tout en hochant sa tête en signe de dénégation…

- « T'es jalooouuuse ? Rabat-joie ! »

Perché sur la rambarde d’une des plus hautes tours du Fort (là où aucun d’entre eux ne pouvait me voir), j’assistais à la scène munie d’une paire de jumelles en attendant de voir la réaction des membres de la promotion qui portait mon nom. C’était un vote des apprenants eux-mêmes qui avaient eu le choix entre mon blaze et celui des trois autres amiraux (l’amirale en chef comprise) Autant dire que c’était un honneur et pas qu’un peu ! Faut croire que je jouissais toujours d’une bonne côte de popularité chez ces jeunes en dépit de la perte de mon bras gauche qui avait fait les choux gras des journaux après ma victoire contre l’ex-meilleur épéiste de ce monde. Dorénavant manchot, j’utilisais mon retour à la vie pour faire pousser mes cheveux et les utiliser comme quatrième membre. C’était plutôt marrant, d’ailleurs, parce qu’un rien pouvait me pousser à faire le pépé gâteux qui avait besoin d’assistance ! Tout pour peloter mes infirmières les plus sexy ! « Oh ! La pourrie gâtée des Campbell est là ! Les rapports disaient vrais… Mais oh… C’est qu’elle a bien grandi… » Un coup très brutal de Meilan sur ma nuque (occasionnant d’ailleurs une grosse bosse) me poussa à diriger mes jumelles autre part que sur les nichons de la jeune femme. Là, je tombai respectivement sur ce qui semblait être un minks et un type plutôt baraqué avec un casque sur la tête…

- « L’vieux Briscoll avait pas menti… Cette toute première promotion semble déjà être un grand cru… »

- « … En espérant qu’ils crèvent pas… »

- « Oh, tais-toi, oiseau de malheur ! Ils vont tout casser ces petits ! »
Qu’avais-je conclu en ricanant comme un vioque, empressé de voir qui allait se désigner pour cette mission périlleuse !


Dernière édition par Alheïri S. Fenyang le Mar 18 Juin 2024 - 13:05, édité 1 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t13084-ft-de-salem
  • https://www.onepiece-requiem.net/t606-alheiri-salem-fenyang-achevee#6727

RP Présent : Le baptême de feu
imageHeader
joueur 1joueur 1


Le fort Kenpachi, un haut lieu sécurisé mais également camp d'entraînement pour les recrues et les titulaires souhaitant s'améliorer. Après tout les bases sont l'essence même du combat. Voilà déjà quelques jours que la Sergent d'élite y séjournait, en effet plus que jamais elle voulait affûter sa lame. Coup de chance les sirènes d'alarmes sonnent, aussitôt elle enfila son armure, prit ses armes et se rendit promptement sur le lieu du rassemblement, il n'y a pas une minute à perdre ! Habituée aux exercices nocturnes, elle fut parmis les premiers arrivés. Tout le Fort était en effervescence de plus le Sous Amiral en charge de la Marine Briscoll McAllon était présent sur l'estrade. Quelque chose de grave avait dû se produire, un Sous Amiral n'est jamais là pour faire décoration. Portant la main au pommeau de son sabre ombrelle la duchesse était tout ouïe. Fronçant les sourcils quand à la nouvelle de l'évasion des révolutionnaires. Décidément il faut tout faire soit même ! Mais ça peut être également un moyen de marquer le coup et de monter plus vite en grade. De plus il faut protéger les civils. Écoutant attentivement les paroles du Sous Amiral et ayant bien mesuré les risques, la noble avait prit sa décision. S'avançant d'un pas sûr vers l'estrade, effectuant le salut militaire. Être de la promotion portant le nom de l'Amiral connu pour sa perversité n'enchante guère la duchesse qui connaissait la personnalité de celui-ci, mais autant c'est un Amiral, il n'a pas sa place pour rien. C'est le moment d'aller à la castagne et ça Cornélia elle sait le faire.



-Moi Cornélia Campbell Sergent d'élite de notre fière institution, je me porte volontaire pour cette expédition.

Dialogue PNJ
Cornélia
Interlocuteur / Interlocutrice



  • https://www.onepiece-requiem.net/t27851-ft-cornelia-campbell#286
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27830-cornelia-campbell-la-chevaliere-immaculee
Un marin, surtout gradé a besoin de repos, étant donné la quantité imposante de travail qui leur est demandée, tout agent de l’ordre assez rigoureux a une hygiène de vie irréprochable. Et à une heure du matin, une heure donc tardive, Léonidas, lieutenant s’était déjà couché depuis un bon moment, il avait écrit ses mémoires, avait pris sa douche puis s’était directement mis au lit après avoir planifié sa journée du lendemain, qui par ailleurs s’annonçait chargée.

Cela dit, il y avait quelque chose qui n’était pas à l’ordre du programme, à savoir, un état d’alerte et des sirènes qui sonnent. On ne peut jamais les prédire de toute manières, mais ce qui était sûr, c’est que le gladiateur était déjà sur pieds. Un guerrier doit tout le temps être à l’affût, même pendant son sommeil.

Quoi qu'il en soit, il ne fallut pas deux heures au divin pour se préparer, s’habillant brièvement, enfilant sa cape, se munissant de son bouclier et de sa lance, l’officier suivait déjà le mouvement de la foule en direction de la salle de rassemblement.
Il était aisé de deviner que ceci n’était pas un exercice nocturne, ou du moins pas un qui soit ordinaire puisque les têtes présentes provenaient toutes de sections différentes. Habituellement, de telles activités seraient imposées à une partie de l’armée. Aujourd'hui, tout le monde semblait concerné par cette alerte.

En tout cas, l’ex-combattant de la fosse faisait partie du lot, et c’est d’un pas déterminé qu’il finit par arriver sur place. Reconnaissant dès lors le sous-amiral Driscoll McAllon, surplombant le reste des soldats, entouré d’un paquet de gradés. Indéniablement, une situation inédite, exprimant d’elle-même la véracité de l’urgence du moment.
Ce vieillard que l'on disait fou ne faisait de telles apparitions que très rarement. Encore plus modérément au milieu de la nuit. C’est donc avec grande attention que son public tendait l’oreille afin de ne rien rater de ce qui allait se dire.

Par ailleurs, quelques ragots circulaient dans les rangs à propos des faits divers récents. Enfin, faits divers, la mort d’un empereur est quelque chose qui se produit très peu, et en l’occurrence, il s’agissait d’une des plus jeunes que la mer n’ait jamais connue, Kiyori Tashahari. Il fut donc totalement normal d’entendre diverses théories à ce sujet ou de s’attendre à une déclaration concernant l’incident.

Le gladiateur est assez indifférent au sujet des seigneurs des mers, si'il les connaît bien, il ne leur voue aucun culte, ni haine. Pour lui, un criminel en est un quelle que soit son ampleur. Un guerrier qui utilise sa force dans des buts pernicieux ne mérite pas d’être promu comme cette impératrice l’était à travers les médias variés.
Intimement, il regrettait ce faux usage de ces moyens. À travers les mers, des sujets bien plus urgents devraient être traités, des peuples entiers sont sujets à la tyrannie, et personne ne daigne en parler. Bien entendu, il pensait à Dressrosa entre autres.

Mais il n’était qu’un simple lieutenant, ni son influence, ni sa puissance de lui permettrait de changer quoique ce soit, et c’est d’ailleurs pour cette précise raison qu’il était en ce lieu.
Alors qu’une tempête semblait s’approcher, le responsable de Métanoia se mit à parler, révélant l’urgence du jour. Et comme prévu, c’était du lourd, car des évadés révolutionnaires, c’était une des pires choses qui pouvait se produire en ces lieux.

Nombre de révolutionnaires sont des gens honorables, en revanche, il existe une engeance terrible parmi ces derniers qu’il fallait à tout prix garder sous verrous au risque de regrettables incidents. Étant donné leur caractère extrémiste, ce type d’agent nuisible n’a qu’un seul objectif : le chaos.
Le temps étant donc grave et il fallait de toute vitesse agir afin de ne pas subir de terribles représailles. N’importe lequel de ces évadés pourrait être le futur investigateur de massacres nombreux. Néanmoins, malgré le caractère impératif de la mission, le gradé n’osa point l’imposer aux soldats.

En effet, la présence de quatre valets de la révolution rendait la tâche d’un tout autre niveau et l’on pourrait dire sans trop se tromper qu’une partie assez conséquente des soldats de la cellule n’ont pas le quart de la force nécessaire pour affronter ces monstres déchaînés.
Obliger les soudards à poursuivre de telles menaces était donc une façon indirecte de les envoyer mourir. C’était alors au volontariat que l’unité allait se former.

Ouvrant le bal, c’est une jeune femme assez élancée qui se présenta en premier lieu, seule, de nombreux soldats semblaient craintifs, hésitants à faire le premier pas.
C’est donc d’un pas solennel que Léonidas s’avança, heurtant le sol de sa lance, le lieutenant fit volte face afin de s’adresser à ses collègues. Enchanté d’une aura presque perceptible, le gladiateur prit la parole.

 SOLDATS !

Réjouissez-vous, car aujourd’hui est un jour de gloire ! Aujourd’hui est votre chance de prouver votre valeur et votre dévotion ! Aujourd’hui nous allons pouvoir faire ce qu’on a toujours voulu faire, protéger le peuple  ! Aujourd’hui nous allons gagner et les ramener dans la prison où ils appartiennent !

Alors suivez-moi et nous vaincrons !

Dès lors, de nombreuses voix crièrent en diapason, signe d’un esprit de combat ravivé.

« Ahou ! Ahou ! Ahou ! »

« Ahou ! Ahou ! Ahou ! »

« Ahou ! Ahou ! Ahou ! »


Ahou ! Ahou ! Ahou ! 

Se retournant vers la vice-amirale. Le gradé montra le chemin à ses frères d’armes.

- Léonidas, Lieutenant de la base G-12, je combattrai pour le peuple.

Suivi par les nombreux soldats qui furent atteints par son discours, l’unité semblait déjà bien plus fournie que ce qu’elle ne l’était quelques minutes auparavant.

Paré au combat, le combattant n’attendait plus que le signal de départ avant de se mettre en route car il n’y avait pas de temps à perdre. Chaque minute d’attente en plus signifiait de la distance parcourue supplémentaire pour les évadés. Et il était catégoriquement impossible de les laisser s’échapper.

Compétences Utilisées :


Dernière édition par Léonidas le Mar 18 Juin 2024 - 12:50, édité 2 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27921-fiche-technique-de-leoni
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27893-300-presentation-finie#286892

Baptême du Feu


Notre cadet n'était encore qu'à ses débuts dans les rangs de la Marine. Il avait déjà effectué quelques missions, mais sa formation n'était pour le moment pas encore terminée. Azar n'était pas encore libre de ses mouvements. Il ne pouvait pas agir à sa guise. Il était encore soumis à une autorité supérieure. Ce n'était pas une gêne pour notre héros, il savait qu'il devait faire ses preuves. Il n'avait clairement pas le talent de son grand-frère.

Faris c'était orienté vers une carrière scientifique avant de rejoindre la Marine régulière. Il aurait pu devenir quelqu'un d'important dans les rangs de la scientifique, mais ce rôle ne coïncidait pas avec ses idéaux. Depuis le carnage sur le camp humanitaire, notre jeune n'avait qu'une seule idée en tête. Il voulait gagner en force pour pouvoir protéger le peuple, mais également pour atteindre les sommets de la mouette. Le chemin serait long et semé d'embûches, mais avec de la persévérance, Faris savait pertinemment qu'il arriverait à ses fins. Ses objectifs étaient clairs et limpides.

Actuellement, il faisait office du soldat exemplaire. Il faisait partis de la prestigieuse famille Fenyang, il devait donc faire honneur à ses origines. Notre jeune soldat était un excellent élève durant cette formation. Il survolait aisément les différents cours de son cursus. Il avait un grand avantage pour tout ce qui touchait de prêt ou loin à la science. Azar venait avec un grand bagage dans ce domaine et maîtrisait aisément plusieurs facettes de cette spécialité. Il devait ses prouesses à son long apprentissage, sa rigueur, mais également à sa mère. Sa génitrice lui avait inculqué un énorme savoir durant sa jeunesse. Ses parents avait forgé l'homme qu'il était aujourd'hui et il leur en serait éternellement reconnaissant.

Une alarme retentit dans le fort Kenpachi. Une sonnette d'alarme qui demandait un rassemblement immédiat. Faris ne fut pas le premier à rejoindre la foule. Il fut l'un des derniers, car il vérifia tout son bâtiment, afin qu'aucune personne ne manque à l'appel. Son masque sur la tête, notre homme surplombait aisément les individus qui étaient massés tout autour de lui. Haut de ses deux mètres trente et large comme une armoire glace, Azar avançait doucement à travers les soldats. Son imposante carrure lui permettait de se faire un chemin sans trop d'efforts. Il se plaça sur la première ligne et resta de marbre devant les informations qui étaient diffusées par d'immense hauts parleurs.

Un groupe de dangereux révolutionnaires venaient de s'évader d'un complexe pénitentiaire. Azar n'avait pas une grande estime pour ce genre d'individus. Il avança d'un pas quand une demande de volontaire fit irruption dans le monologue de l'interlocuteur. Fenyang ne connaissait pas les lieux, mais son expérience lui permettrait de retrouver les traces de ces criminels. Plusieurs personnes c'étaient détachés de la foule. Un groupe serait mis sur pied pour partir à la recherche de ses terroristes. Faris allait pouvoir faire ses preuves. Il était temps pour lui de passer aux choses sérieuses.


KoalaVolant
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27984-fiche-technique-du-cadet
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27958-presentation-du-cadet-des-fenyang

- « Mais il déchire ce type ! J’veux son dossier ! J’le veux dans mes rangs ! »

- « Calme-toi ! On aurait dit un sale gosse ! »


Effectivement, j’étais comme un gamin impatient d’ouvrir un paquet cadeau devant lui ! Vous en connaissez beaucoup, des officiers subalternes aussi massifs et avec autant de prestance ? Moi pas ! Mais c’est qu’il en imposait, le petit ! En plus, il avait déjà un groupe bien à lui vu les types qui hurlaient derrière lui ! Ne cherchez plus : j’avais mon champion ! S’il y en avait bien un sur qui j’allais mettre une pièce, c’était ce gars ! Nul doute qu’il fracasserait tout ce qui était devant lui ! Il n’y avait qu’à voir mon sourire béat et les étoiles qui brillaient dans mon regard pour comprendre que j’avais p’être trouvé le futur crack à former et à regarder grandir dans les rangs. Comme Yamamoto Kogaku, Ethan Levi ou même Pandore, j’avais à cœur de trouver la nouvelle pépite. Ou les nouvelles. Après tout, la sale gosse givrée (Cornélia) n’était pas non plus en reste ! D’ailleurs, il n’y avait pas qu’eux. J’avais ressenti une autre présence particulière…

- « Heeeeh… » Dis-je en baissant mes jumelles, tout en ayant un soupir amusé.

- « C’est maintenant que tu ressens la présence de Faris ? »

- « Je lui ai toujours reproché d’être trop effacé de toute façon. Tu vas pas le voir pour le chahuter un peu ? »

- « J’attendrai la fin de la mission pour ça. »
Déclara Meilan en croisant ses bras sous son immense poitrine, les joues un peu rosies.

De tous, Faris avait toujours été son préféré. Va savoir pourquoi d’ailleurs.

De son côté, Briscoll n’était pas seulement qu’impressionné par la détermination de certains marines qui se prêtaient au jeu. Il était également fier de voir ces jeunes donner du leur pour faire briller les rangs. Il ne put réprimer un petit sourire, même si ce geste eut pour effet d’apeurer certaines personnes vu ses traits généralement effrayants. « Que ceux qui ne sont pas désignés retournent immédiatement dans leurs dortoirs. Nous vous demanderons cependant de rester éveillés et sur le qui-vive, au cas où. » Au-delà de leur évasion, le vieux sous-amiral redoutait que le groupe d’évadés ne cherche à activer un mécanisme qui mettrait en péril la sécurité de l’île. N’eut été les lubies de l’amiral sur place, il aurait envoyé ses propres hommes régler l’affaire. Un soupir lui échappa donc tandis que la majorité des apprenants se retiraient prestement. Cinq minutes suffirent pour que tout ce monde évacue les lieux au pas de course…

- « Je suis fier de vous. » Finit-il par dire aux volontaires restés sur place… « Mais trêve de flatteries ! Composez des escouades de dix personnes, établissez une hiérarchie claire entre vous et prenez des chevaux ! L’ile est bien trop grande pour que vous vous déplaciez à pied. »

A leur gauche le vieux sous-amiral pointa d’un doigt inquisiteur un recoin du terrain vers lequel une multitude de chevaux attendaient sagement leurs cavaliers. A côté de cet attroupement équestre, il y avait aussi plusieurs grosses caisses remplis de matériel adéquats pour leur mission express : « N’hésitez pas à réquisitionner ce qui vous semble utile. » Il y avait non seulement toutes sortes d’armes, mais des également des cartes, boussoles et escargophones portatifs à accrocher au poignet pour établir des communications. Bref, l’attirail d’un commando prêt à se vautrer dans une guérilla sans merci. Le sous-amiral voulut leur prodiguer un dernier conseil, mais il s’abstint de tout autre commentaire. C’était là qu’ils jaugeraient leurs compétences de communication et de coopération. Allaient-ils s’entraider entre eux ? Se partager les tâches ? Poser d’autres questions qui leur seraient utiles ou foncer directement vers le danger grandissant sur l’île ?

Qui plus est, sorti du fort Kenpachi, il y avait quatre chemins qui menaient à Brocéliandre :

- Deux sentiers traversaient la forêt du nord au sud. C’étaient les voies les plus empruntées lorsqu’on voulait traverser Brocéliandre rapidement et efficacement.
- Le troisième sentier, plus rocailleux et abrupt, contournait ladite forêt par la gauche, donnant sur toute son aile ouest.
- Enfin, la dernière route, marécageuse à souhait, contournait la forêt par la droite, donnant ainsi sur toute son aile est.

Se partageraient-ils les chemins ? Emprunteraient-ils les mêmes chemins sans se concerter ?

In fine, la suite allait s’avérer intéressante.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t13084-ft-de-salem
  • https://www.onepiece-requiem.net/t606-alheiri-salem-fenyang-achevee#6727




RP FB : Le baptême de feu
imageHeader
joueur 1joueur 1


La duchesse fut satisfaite de constater que d’autres volontaires pointent le bout de leur nez, notamment son unité qui la suivit, ne voulant point faire honte à leur Sergent bien que la peur habitait leurs entrailles. Surtout aucun d’entre eux ne pouvait concevoir de laisser la vétérante seule avec les 4 valets de la révolution, ce sont des individus dangereux. Toujours est-il que la présence de la Lame d’Argent tel est le nom de l’unité de l'épéiste givrée, fut plus discrète que celle des compagnons du Lieutenant. Quelques regards de jugement même : Que croyaient-ils au juste ? La situation était préoccupante oui mais ils ne partaient oas non plus en guerre que l’on sache ! Cornélia ne releva pas, après tout chacun avait ses méthodes, elle savait parfaitement que peu importe les circonstances, son unité la suivrait toujours. Elle adressa cela dit quelques paroles à ses soldats, calmement et dignement, après tout elle reste une noble.

”Mes chers, ne vous laissez point tétaniser, acceptez chacune de vos sensations et donnez le meilleur de vous-mêmes, ne jouez pas les téméraires et restez en groupe. N’oubliez pas que je serais toujours là si besoin.”

Acquiesçant, les soldats connaissaient bien leur Sergent, elle n’est pas du genre à s’épancher, elle avait son propre langage, toujours est-il que la tension baissait dans l’unité faisant place à de la détermination. Cornélia avait beau être très droite dans ses bottes ça n’est pas pour autant qu’elle délaisse son équipe. Chacun avait son rôle, son utilité, ça le Vice Amiral Briscoll l’avait bien compris aussi, anticipant chaque éventualité, gardant le fort Kenpachi sous surveillance. Par ailleurs les consignes ne tardent pas à tomber, Cornélia sélectionna 3 membres de son unité, les plus fiables et entraînés pour l’accompagner puis se dirigea vers les volontaires qui s'étaient présentés après elle, d’un pas assuré.

”Au vu de la situation je suggère que nous fassions équipe, ou que nous soyons chacun dans une escouade. Du moins que nous communiquions et nous nous entraidons et partageons nos tâches Je propose que nous élaborions une stratégie avant toute chose.”

La duchesse avait parfaitement conscience que foncer dans le tas était suicidaire, récupérant au passage cartes, des escargophones portatifs, trousse de premier secours, quelques poignards, et 4 pistolets avec recharge. La “givrée” était prête à en découdre tout en coopérant bien évidemment.

Compétence Utilisée :




Dialogue PNJ
Cornélia
Interlocuteur / Interlocutrice

  • https://www.onepiece-requiem.net/t27851-ft-cornelia-campbell#286
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27830-cornelia-campbell-la-chevaliere-immaculee
Il ne fallut qu’un petit moment avant que la troupe destinée à combattre la menace imminente de la révolution soit mise sur pied. Une cinquante de guerriers prêt à braver l’un des dangers les plus fulminants de leurs existences. Pas un ne semblait craindre ce qu’ils les attendaient, pourtant, ici tous savaient à quel points les valets de la révolution pouvaient se montrer coriaces et obstinés.

Les révolutionnaires sont des adversaires tenaces de par leur volonté inébranlable. Il n’était donc pas question d’y aller de mains mortes, cette mission capitale, mettant en péril la crédibilité même de la marine se devait d’être une réussite, c’est donc avec détermination qu’il fallait se diriger au front.

Les 50 volontaires allaient être répartis en des groupes de dix, tous leadés d’un chef compétent qui saurait les mener à la victoire. Les escouades ne se prièrent pas et une première unité était déjà prête à prendre la route. La cheffe ayant encouragé ses hommes n’était autre que la première à s’être présenté pour la mission du jour : Cornelia Campbell. Il ne faisait aucun doute que la route de cette aspirante croiserait celles des autres meneurs du jour.

Par ailleurs, Léonidas, accompagné de ses hommes avaient déjà formé un groupe, leur accoutrement atypique trahissait leur appartenance évidente à la troupe du gladiateur. Armé d’une volonté immaculée, ces combattants ne semblaient attendre que le signal de départ avant de se fondre sur leurs adversaires.

[Quête] Baptême de feu Sans_t15

Ils s’étaient munis de boucliers et de lances, et s’étaient tous procuré des escargophones pour rester en contact avec le reste de leur collègues. Léonidas en fit de même.

Afin d’atteindre les cibles avant qu’elles puissent fuir. Il existait 4 chemins possibles. Il ne faisait aucun doute que les renégats étaient au courent de cette information de par leur expérience sur le terrain. Il fallait donc à tout prix s’organiser avec le reste de volontaires afin d’agir méthodiquement.

Empruntant un Megargophone, le chef des spartiates avait besoin d’être entendu de tous. En effet, l’endroit étant infiniment vaste, il avait besoin d’un tel artefact pour que sa voix raisonne dans le lieu.

Camarades. Moi et mes hommes prendront le sentier contournant la foret par la gauche.  La route y est escarpée et rocailleuse. Mais pour nous, c’est une aubaine. Par nos lances et nos boucliers, nous seront intouchables sur cette route sans obstacles aériens. Nous nous mettons donc en route dès à présent. Si nous trouvons quoique ce soit, j’enverrai un signal par escargophone à tout les appareils afin que nous soyons coordonnés.

Il est possible que l'ennemi puisse brouiller nos communications, j'ai donc pris la précaution de prendre un pistolet fumigène. Un signal aérien signifierait donc une présence hostile de notre côté.

Sur ce, bon courage à vous camarades !

Pour la Justice !

Dit-il en levant son bouclier.

Le gladiateur sur ces mots s’exécuta, d’un signe de main, le reste de ses hommes prirent leur cheveux, et c’est dans une formation militaire qu’ils se dirigèrent vers la direction précédemment mentionnée. Il ne faisait aucun doute que ces derniers avaient l’habitude de travailler ensemble. Le gladiateur n’était guère inquiet quant à l’organisation de ses congénères. Ces derniers, pour certains plus gradés que lui n’auraient aucun mal à s’attribuer le reste des chemins. Pour l’heure il fallait agir vite.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27921-fiche-technique-de-leoni
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27893-300-presentation-finie#286892
.... VÉRIFICATION DES SYSTÈMES...
OK

... RÉARMEMENT ET RECHARGEMENT DE L’UNITÉ...
OK
ARMEMENT PRIMAIRE RÉDUIT À 45 % DE SES CAPACITÉS EN PÉRIODE DE PROBATION.

... NOUVEAUX ORDRES...
"Vaincre les révolutionnaires fugitifs"

... DÉTENTEUR DE LA PUCE D’AUTORITÉ...
*recherche*
"Alheïri S. Fenyang"----ordres prioritaires.

MISSION START


La jeune fille avait été sage comme une image par rapport aux autres marines. Son calme imperturbable et les compliments de son père qu'elle avait reçu avec la mort de la pirate importante avaient suffi à refaire son monde. De plus âpres que les précédents aient été endommagés elle avait recules dernier modèle de ses bras bio cybernétiques.
Son père était si généreux après tout. Il aurait pu faire tuer les corsaires pour les dommages qui avaient été mis sur le px, mais dans sa grande mansuétude il n'avaient envoyé que la note de réparation compte tenu des enregistrements de la boite noire de la petite. Pour la marine, elle était le futur des soldats envoyés contrer les mutants et utilisateurs de fruit du démon qui mettaient en défaut la marine depuis des années. Marineford avait été le dernier feu vert pour la réintroduction des séraphins et elle était porteur d'espoir pour Vegapunk.

Dans le brouhaha ambiant qu’était devenue la place ou elle avait été envoyée elle était calme, imperturbable un sourire sur les lèvres et un éclat de malice qui émanait de son regard à la forme étoilée. Elle devait juste se mêler à la foule, ne pas faire de vague, préserver son intégrité physique à tout prix.
Malgré ses efforts, les hommes et femmes de la marine ne s'approchaient pas trop de la px faisant un peu tache dans la foule. En effet autour d'elle, il y avait un léger espace entre elle et les autres. Assez pour être remarqué.
Les grands garçons eux hurlaient, essayant sûrement de ressembler ont une meute de loups avec le physique pour certains des fils de fer. Beaucoup n'allaient pas revenir et pourtant, ils hurlaient et faisaient les pitres pour une mission qui nécessitaient les meilleurs des meilleurs. Au mieux, leur performance serait médiocre au pire, ils gêneront les commandants ou véritables agents ici. Son sourire s’agrandit lorsque son logiciel de reconnaissance faciale lui inscrit le nom complet d'une des personnes présent dans la foule. Un commandant relié par le sang envers l'amiral ! Enfin quelqu'un qui pourrait vanter ces exploits à l'amiral et à Vegapunk qui pourrait recevoir des fonds supplémentaires à la maison.
La jeune fille et son air innocent se rapprochaient de l'individu avant de se présenter :

- Unité PX Seraphin Poison Dragon. Je suis aux ordres de l'amiral, je viens prévenir que j’emprunterai la voie marécageuse. N’hésitez pas à le faire savoir à l'amiral.



Après une courbette adorable, elle se fraye un chemin à travers la foule. Elle n'avait pas peur, juste une mission en tête. La puce d'autorité n’étant possédé que par l'amiral ses ordres étaient parole d'évangile. Et maintenant que son ingéniosité allait lui rapporter encore plus de compliments que d'habitude elle empruntait seule de façon tranquille le chemin de la voie marécageuse.
Un calme presque effrayant, pas d'armes apparentes et juste sa paire d'ailes d'ébènes qui découpait sa silhouette si particulière alors qu'elle empruntait la route du chemin qui était du côté de l'aile est.

Capacités utilisées:
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27410-catalogue-technique-de-s
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27283-un-veritable-petit-ange-s-poison-dragon-termine

Baptême du Feu


Les hommes commençaient à se rassembler devant les ordres de Briscoll. La foule était pendue à ses lèvres. Ses paroles étaient semblable à la parole divine. Les soldats commençaient à s'émoustiller et à gagner en confiance. De plus, les discours endiablés d'un jeune prodige gladiateur avaient galvanisé les troupes. Les soldats étaient au summum de leur motivation. La troupe était fin prête à prendre l'ordre de marche. Les soldats étaient prêt à entrer en guerre ! Certes, ce serait une petite bataille, mais la Révolution devait être anéantie.

Cette gangrène ne devait pas se répandre d'avantage. Ce mal avait déjà fait assez de dégâts autour du globe. Faris avait en horreur la révolution et la piraterie. Il était fortement opposé à leurs idéaux de vie et à leur vision du monde. C'était cette ligne directrice qui marquait fortement le comportement de notre cadet. La justice ! Ce mot était la force de notre officier, mais surtout la doctrine qui allait s'imposer tout autour du monde. Une jeune femme c'était présenté et avait pris le nécessaire pour cette mission. Faris fit de même en se servant dans les caisses de ravitaillement à disposition. Une carte, une boussole, un escorgophone pour les communications, et des vivres, Azar était fin prêt pour partir en chasse.

"Commandant, Faris Fenyang, je prends également la voie marécageuse avec Poison. Restons en contacte radio jusqu'à trouver nos cibles ! Soldats en avant !!!", divulgua notre homme.

Il était temps de partir en chasse et de pister nos proies.


KoalaVolant
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27984-fiche-technique-du-cadet
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27958-presentation-du-cadet-des-fenyang

Une heure avant le départ des soldats du Fort Kenpachi…

- « Alors c’est comme ça hein ? » Questionna Iskar derrière son masque.

- « On a pas l’choix. » Intervint Selvia en grognant.

- « Quitte à ce que l’un d’entre nous puisse fuir de cette île, je jure que j’emporterai le maximum avec moi en enfer ! » Déclara Gisele en frappant son poing gauche dans sa paume droite !

- « Je prie pour que nous puissions tous nous enfuir d’ici. » Conclut Revelia en leur tendant une vivre card que les autres s’empressèrent d’en déchirer un bout.

Tous firent pareil avec leurs propres vivre card qu’ils avaient pu récupérer par le plus grand des hasards, lors de leur évasion. Dorénavant, leurs buts respectifs étaient de s’enfuir d’Aeden (Metanoïa), qu’importe s’ils ne trouvaient qu’un radeau ou une simple planche de bois pour ce faire. Même un seul rescapé suffirait à renforcer la révolution d’une façon ou d’une autre. Ils en avaient l’ultime conviction. C’est à la suite d’un dernier regard échangé et brillant d’une détermination certaine que les valets se dispersèrent accompagnés chacun de cinq sous-fifres avec eux. L’heure était dorénavant à l’action…

Retour vers le présent.

Si les escouades marines se détachèrent autour et dans Brocéliandre, c’était également le cas des révolutionnaires qui avaient bien avancé dans ou en dehors de la forêt. Ils y étaient presque. Cependant, tous ces révolutionnaires possédaient la capacité passive appelée « boost des sens », ce qui leur permirent de sentir venir le danger de loin. Comme ils s’y attendaient tous l’alerte avait été donné du côté des marines et l’arrivée prochaine de quelques détachements allaient les cueillir. Se cacher était une option pour certains, tandis que d’autres privilégiaient la confrontation. Le dilemme était plus que grand.

Iskar le vertueux avait pris l’un des sentiers qui traversaient Brocéliandre du nord au sud. Utilisant le toucher, il avait pu sentir de nombreux chevaux cavaler vers sa direction. Alors, à l’aide de son ice heart, il resta en contact avec le sol et se mit à geler le sentier qu’empruntaient les marines qui convergeaient vers lui sans le savoir. Cela provoqua donc une fine couche de verglas qui ne manqueraient pas de faire patiner les chevaux des marines et provoquer le chaos dans leurs rangs. Ensuite, il se dissimula avec ses hommes dans les fourrées pour attendre que leurs ennemis ne déboulent pour ensuite les prendre tous en tenaille.

Gisèle la gladiatrice avait emprunté le chemin rocailleux qui contournait la forêt par la gauche. A l’aide de son ouïe très fine, Gisèle avait également réussi à comprendre qu’un bataillon venait à sa rencontre. Bien plus courageuse et tête brulée que les autres, elle opta néanmoins pour une solution qu’elle qualifierait elle-même de lâche : créer un éboulement en frappant brutalement le sol à plusieurs reprises sur une pente descente pour elle, mais ascendante pour ceux qui la rejoignaient à dos de chevaux. De la terre mais aussi d’énormes rochers dévalaient la pente et menaçaient d’écraser et enterrer les pauvres marines qui venaient vers elle…

Revelia et Selvia avaient finalement choisi de faire route ensemble à travers les marécages, la première voulant calmer les accès de colère de la seconde ; et la seconde voulant protéger leur tête pensante à tout prix. Revelia, plus qu’un boost de sens était doté d’une vue lointaine et infrarouge là où la minks avait utilisé son odorat pour pister les escouades qui venaient à leur rencontre. Cela dit, ce fut Selvia qui prit le soin d’ouvrir les hostilités en plongeant ses mains dans la boue et en l’inondant d’électro ! L’eau marécageuse était un bon conducteur d’électricité ! Les marines qui s’étaient engagés dans les marécages allaient bientôt recevoir un bon coup de jus…

Mais comme si cela ne suffisait pas, Revelia, elle, s’était emparée de l’arme de Selvia et à l’aide de sa vision infrarouge, avait commencé à mitrailler sniper brutalement les escouades qui s’approchaient de leur position. Elle n’était pas une snipeuse aguerrie, certes, mais sa vision très lointaine lui permettait de pouvoir viser correctement et donc peut-être d’atteindre ses cibles ? Seul l’avenir le dirait. Dans tous les cas, ces escouades auraient deux gros soucis majeurs à gérer pour se sortir de ce gros pétrin qui se dessinait inévitablement devant eux. Les guérillas avaient donc commencé de part et d’autre et menaçaient d’être très violentes !
  • https://www.onepiece-requiem.net/t13084-ft-de-salem
  • https://www.onepiece-requiem.net/t606-alheiri-salem-fenyang-achevee#6727

RP PRESENT : Le baptême de feu
imageHeader
joueur 1joueur 1



Les groupes se sont formés efficacement et rapidement, voyant que chaque volontaire entraînait son unité, la duchesse comprit le message “chacun son chemin”. Prenant donc 10 membres de son unité pour former l’escouade, la sergent avait veillé à ce que chacun s’équipe correctement : les valets de la révolution ne sont pas à prendre à la légère. Ses soldats le savaient pertinemment, la peur habitait leurs entrailles malgré tout ils se tiennent fièrement, prêt à accomplir leur devoir et à coffrer ces vils malfrats pour la sécurité de leurs concitoyens.

Son escouade étant fin prête, la chevalière ne pu s’empêcher d’observer les autres chefs : Léonidas, Poison une jeune fille semblant avoisiner les 14 ans accompagnait le commandant Faris, les recrues peuvent être jeunes dans la Marine là n'est pas le problème, mais envoyer cette demoiselle au front paraissait trop tôt pour la Sergent, enfin ce ne sont pas ses affaires. Tout cela sous le regard attentif du Vice Amiral Briscoll, pas question de le décevoir. La duchesse eut tout de même un pressentiment par rapport aux meneurs d’escouade : ils sont prometteurs, elle leur souhaitait de revenir en vie, ce serait du gâchis de ne pas faire l’ascension ensemble.

3 options à disposition, chaque dirigeant ayant fait son choix la Sergent emballant tout juste une fusée de détresse tout comme chaque membre de son escouade, par mesure de prudence tous s’étaient munis de pistolets, d’armes blanches, de projectiles, et enfin d’escargophone portatif c’est la base. La duchesse, fit à son tour son annonce allumant son Megargophone, hors de question de se briser la voix !

”Sergent Cornélia Campbell, je prends le sentier qui traverse Brocéliande du Nord au Sud, en cas de coupure des communications et de danger nous lâcherons une fusée de détresse, prenez garde à vous soldats et restons en contact. En avant, la chasse au mécréant n’attend pas !”

Lançant son cheval, la militaire envoya sa chouette Eurydice en repérage, suivant le chemin. Lorsque sa chouette revint la duchesse stoppa son destrier, ses hommes faisant de même, ils n’étaient pourtant pas entouré ? La prédatrice à plumes semblait anxieuse, de plus l’intuition de la chevalière grâce à sa capacité “boost des sens” et sa capacité “Ami des Animaux” lui permirent de saisir que l’ennemi n’est pas très loin, ainsi elle donna ses instructions, elle sent plusieurs présences, hostiles et pas forcément au même endroit, elle sent le danger PARTOUT. Ainsi le valet n’est pas seul. Alors la Sergent sur le qui-vive souffla à voix basse ses instructions.

-Ecoutez moi attentivement je ne me répéterai pas. Notre cible n’est pas seule, elle a probablement des hommes de main, ils ne sont pas tous au même endroit, ils savent qu’ils sont poursuivis. On va se diviser en 2 groupes de 5, au moindre danger lancer la fusée de détresse. Compris ?

Les soldats n’étaient déjà pas sereins, alors que la tête de l’escouade divise les effectifs, cela dit les instructions les rassurant, ils allaient faire leur devoir, et puis Brocéliande n’est pas SI grande n’est-ce pas ? Les soldats hochèrent la tête, 5 partirent dans une direction indiquée par la duchesse, elle avait toujours ce pressentiment qui ne la quittait pas. Partant de son côté puis voyant de la glace elle soupira intérieurement, heureusement qu’elle avait apprit le ice walk à ses hommes, son grand père et toute sa lignée de Givrelames serait outrés mais tant pis. Armés jusqu’aux dents sur ses gardes, la sergent et ses hommes utilisent donc le ice walk sur le chemin, ayant caché les chevaux au préalable, les rênes étaient attachées mais si besoin les équidés pouvaient s’enfuir au cas où. L’intuition de la jeune femme, ses instincts, tout s’affolait, ce qui ne pouvait signifier qu’une chose : ils étaient tout prêt. Dégainant son sabre, sa deuxième main prête pour une prise de karaté, la duchesse est prête à en découdre tout comme ses hommes, deux d’entre eux sont montés dans les arbres pour une meilleure vue, deux sont restés avec elles, tandis que les 5 autres sur le qui vive suivaient les consignes précédemment données. Dans tous les cas l’escouade était prête au combat, vigilante au moindre bruit, au moindre mouvement.

Capacités utilisées:



Dialogue PNJ
Cornélia
Interlocuteur / Interlocutrice



Dernière édition par Cornelia Campbell le Mer 10 Juil 2024 - 10:30, édité 1 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27851-ft-cornelia-campbell#286
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27830-cornelia-campbell-la-chevaliere-immaculee
Cela faisait un moment que Léonidas et ses hommes avaient pris la direction de la route escarpée. Entre temps, nombre de leurs collègues s’étaient dispersés à travers les autres chemins. Les uns prirent la route des marécages, d’autres prirent les routes principales.
Quoiqu’il en soit, tous se dirigeaient vers de puissants adversaires, pour certains, vers une mort certaine. Pourtant, quelque chose de mystique faisait qu’aucun d’entre eux ne reculait.

Il existait certainement des gradés, des décideurs, mais chaque individu de cette expédition, chaque simple soldat avait des convictions inébranlables que même la mort ne saurait corrompre.
Par ailleurs, l’avancée du gladiateur et ses guerriers fut interrompue par une surprenante attaque. Une avalanche de pierres leur tombait dessus, de la terre, des rochers et de la poussière. Pourtant, ils fonçaient sans sourcilier droit vers le danger.

« FORMATION FOURCHE, A MON SIGNAL ! »

La troupe attentive, sans flancher attendait le feu de départ de leur chef en lequel ils faisaient une confiance aveugle. Le regard rivé vers l’horizon, toujours progressant vers leur objectif.

« DISPERSION ! »  

Tel un formidable essaim d’abeilles, les combattants se séparèrent. Un groupe dériva vers la droite, un autre vers la gauche. Il ne restait que Léonidas galopant sur son cheval en pointe.
Chargeant sa lance, celle ci vint briller d’un feu vif, un feu aussi brûlant que la détermination qui l’animait. Projetant son arme telle une étoile, celle ci vint pourfendre les obstacles qui se trouvaient sur son chemin successivement lui frayant un chemin vers le sommet.

[Quête] Baptême de feu Plan10


Pendant ce temps, les groupes esquivaient la pluie de projectiles sur les côtés afin d’arriver au même point que leur chef. Non gêné par ces derniers, ils pouvaient avancer aisément.
Le lieutenant quant à lui, bravant l’offensive frontalement, heurtant les obstacles que sa lance laissait sur son sillage de son bouclier ne cessait d’avancer tel un dieu, imperturbable.

C’est à deux doigts d’atteindre la terre plate qu’un impressionnante hache vint trancher le flanc de la pauvre bête qui avait vaillamment permit au gladiateur d’arriver en face de son adversaire.
L’officier immédiatement vint se projeter en avant, se réceptionnant avec une déconcertante facilité,  assénant un violant coup de pied à l’assaillante la faisant ainsi reculer de la monture agonisante.  
Se penchant vers son cheval, Léonidas vint le cajoler avant de le transpercer de sa lance afin de mettre fin à ses souffrances.

« Lâche. Tu va regretter d’avoir tué cette pauvre bête. »


Poing en l’air, le spadassin baissant son bras vint déclencher un signal.

« CHARGEZ ! »

Dès lors, une averse de flèches vint cibler la criminelle. C’est d’un habile geste circulaire qu’elle vint repousser les attaques de son hallebarde avant. Preuve d’une maîtrise alarmante de son arme et d’une force redoutable.

Normalement, les assauts de flèches étaient censés durer bien plus de temps, mais un message de la troupe vint justifier cet arrêt soudain.

« Lieutenant, nous sommes attaqués par des troupes ennemies. Nous vous tenons au courent de la situation. »

Il semblait que le valet de la révolution avait lui aussi une certaine expérience martiale au vu de son anticipation. Par ailleurs, son apparence même laissait présager de nombreux combats passés.

« Guerrier, dis-moi ton nom. Tu es digne de m’affronter. »
Lança la belligérante.

« Mon nom importe peu. Ton attaque sournoise n’aura eut raison que du peu d’estime que j’avais pour une renégate de ton acabit. »
Répondit le baroudeur d’un temps ferme.

« Je vois. Je me nomme Gisèle. Chez moi, on m’avait surnommé l’exterminatrice, et je vais te montrer pourquoi l’on ma donné ce titre. »

Gisèle l’exterminatrice ? Léonidas reconnut immédiatement ce nom. Il s’agissait d’une légende de la fosse qui y baroudait avant même qu’il puisse y combattre. L’âge l’avait bien changé. Mais elle demeurait toujours aussi impressionnante.
Quelle déception pensa le spartiate. Comment une telle guerrière était tombé si bas. Il était de son devoir de la ramener sur le droit chemin. Et surtout, d’en savoir plus sur ses motivations.
Se mettant en position de combat, ce n’était désormais plus qu’une question de temps avant que l’un ou l’autre fasse le premier geste.

  • https://www.onepiece-requiem.net/t27921-fiche-technique-de-leoni
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27893-300-presentation-finie#286892
La jeune fille avançait sans attendre le moindre renfort ou le moindre allié dans le marécage. Soit elle était inconsciente soit elle était la chose a ne pas croiser dans cette forêt. Ses capteurs étaient a la pointe de la technologie et maintenant elle était l'arme redoutée du docteur vegapunk, après rien ne pourrait la blesser n'est ce pas ? Elle trépignais d'impatience mais esquivais du mieux qu'elle pouvais la vase pour éviter la boue sur ses vêtements.
Après tout les évadés n’allaient pas se priver d'occasionner un maximum de pertes a la marine cependant ils n'iraient pas loin!

Alors que la cyborg marchaient sur une racine, un crépitement parcourut la boue sous ses pieds et un flash toucha l’escouade qui s'affairait derriere la px. Un hurlement conjoint de plusieurs marine pris dans une électrisation de masse résonna dans le marécage alors que la px essayait de discerner l'auteur de cette attaque. Par réflexe elle leva la main dans la direction d’où partait le flash et tirais un laser a travers la flore locale. Une explosion survint  peu âpres signifiant que le laser avait atteint un morceau du décor. Tir confirmé ? Impossible de savoir mais la px utilisait une stratégie de tir de couverture voulant attirer l'attention des ennemis et les empêcher de tenter une autre attaque sournoise.

Un autre laser fusa celui ci un peu plus vers la gauche faisant s'effondrer un arbre dans la vase.Cette fois ci des silhouette étaient visibles et tentaient de changer de couverture. Les marines de l'escouade de la px hurlaient des directives et commencèrent a ouvrir le feu de leur fusil tentant de toucher ou blesser les évadés pourtant a cette distance difficile de savoir ce qu'il en était.

Poison essayait de courir dans la direction d’où allait les révolutionnaires fugitifs en faisant bien attention de ne pas mettre un pied dans la vase. utilisant les troncs et les branches des arbres aux alentours elle essayait de trouver un autre angle de tir et au moment ou les révolutionnaires avaient trouvés un endroit pour s'abriter des assauts de la marine un laser vient exploser en face d'eux les stoppant dans leur avancée. sortie de la fumée poison leur barrait la route son marteau démesuré en main.

"Revelia:20.000.000 berrys, Selvia: 40.000.000 berrys repérés."dit la voix enfantine de la séraphine. "Vous avez enfreint le code d'emprisonnement 6.2.6 rendez vous."

Maiselle arquais deja son marteau l'envoyant tournoyer contre ses ennemis qui l'esquivèrent par la voltige imprevue de revelia usant de propulsion au niveau de ses mains.
Poison fronça les sourcils:

"C'est trop pas juste. "


La fillette attendit simplement que son marteau revienne tel un boomerang dans sa main l'air un peu fâchée de ne pas pouvoir voler elle.

Techniques::
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27410-catalogue-technique-de-s
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27283-un-veritable-petit-ange-s-poison-dragon-termine

Baptême du Feu


Les hommes commençaient à se disperser et à entamer leur voyage. En ordre de marche, les soldats de la Marine commencèrent à se disperser dans les différents chemins. Faris ne prêta pas forcément attention à tout le monde. La foule était trop dense pour sa faculté visuelle. Il se concentra sur son propre groupe. Il n'était pas à l'avant du peloton, mais se trouvait quasiment à la fin de celui-ci. La jeune Poison avait pris la tête du groupe. Il s'agissait d'un pacifista très avancé. Azar enviait secrètement cette prouesse technologique. Il avait toujours été attiré par la médecine, mais depuis quelques missions, il commençait à développer un véritable engouement pour la cybernétique.

S'il devait un jour se spécialiser dans ce domaine, il irait forcément dans l'armement. Oui notre bon samaritain ferait son possible pour devenir une grande poiture dans l'armement, afin de doter tous les marines de même chance que les autres au combat. La haine qui sommeillait en lui voulait simplement déverser toute sa colère sur les ennemis du Gouvernement Mondial. Mais notre héros n'était pas encore prêt. Il n'était pas encore en mesure de contrôler son tempérament, mais surtout de montrer son véritable faciès aux yeux du monde. Faris devait rester le bon garçon qu'il avait toujours été, surtout sous le regard de son aîné.

Le groupe avançait rapidement malgré la difficulté du terrain. Fenyang pouvait compter sur son pied sûr et Poison sur sa force de robot. Cette créature était vraiment utile pour notre groupuscule. Elle fut en mesure de détecter plusieurs facteurs à l'avance. Faris n'en était clairement pas capable et il en fut de très peu pour qu'il finisse électrocuté dans la boue. Des tirs provenait d'une position très reculée et ce fut Poison qui lança en première la contre attaque. Notre soldat n'était pas capable d'agir d'aussi loin. Ce n'était qu'un simple épéiste, à peine plus fort que la moyenne. Le pacifista tira plusieurs rayons lasers qui embrasèrent les marécages. Faris profita de cette effet de surprise et de lumière pour avancer sur une position plus proche du robot.

Il ne pouvait guère l'aider dans son affrontement. Il préférait rester proche d'elle, mais assez en retrait pour demeurer le plus camoufler possible. Il se servait de Poison un peu comme d'un leurre. Alors oui certes, ce n'était guère gentleman de sa part. Cependant, c'était une machine et elle disposait d'une meilleure résistance physique de notre héros en cas de retour de bâton. La main sur sa garde, Azar était prêt à dégainer son sabre au moindre mouvement suspect.


KoalaVolant
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27984-fiche-technique-du-cadet
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27958-presentation-du-cadet-des-fenyang

Du côté de Cornélia…

Soudain, des cris s’en suivirent. Trois des cinq hommes qu’elle avait détaché dans une autre direction s’étaient fait avoir par surprise. Il ne restait plus que deux autres, mais des bruits métalliques se firent entendre, preuve qu’ils étaient aux prises avec des adversaires. Aucun de ces deux rescapés n’avaient donc le temps de déclencher une fusée de détresse. Seuls les sens boostés de leur maitresse pourraient éventuellement lui mettre la puce à l’oreille, littéralement. Mais ce n’était pas la seule perte. Malgré la nuit noire, l’un des hommes qui était resté à ses côtés en grimpant dans un arbre reçut une flèche en pleine tête, avant de tomber misérablement au sol, raide mort ! C’était donc la preuve que son propre groupe était visé par un ennemi armé d’un arc. D’ailleurs, plusieurs flèches furent immédiatement décochées et fusèrent vers Cornélia. Cinq pour être plus précis ! Une flèche pour sa tête, une autre pour sa gorge, deux pour ses deux mains et une visant son cœur ! Aurait-elle l’occasion de pouvoir toutes les esquiver, mais surtout, pourrait-elle dénicher les quelques assaillants qui semblaient être dans les alentours ?

Du côté de Léonidas…

Gisèle de son côté n’attendit pas un seul instant ! Légèrement plus forte et plus agile que son vis-à-vis, elle bondit d’un seul coup vers lui, leva son arme et l’abattit vers son vis-à-vis qui n’eut aucun mal à bloquer son offensive. Cependant, le jeune homme dût bien se rendre à l’évidence : son adversaire n’avait pas perdu de sa superbe, puisqu’il sembla s’enfoncer dans la terre rocailleuse. Un sourire narquois barra même le visage de l’ancienne gladiatrice qui profita de son ascendant pour lui décocher un high kick du pied droit dans le ventre de celui qui lui faisait face, l’envoyant donc à plusieurs mètres en arrière ! D’ailleurs, s’il ne faisait pas gaffe, il risquait de heurter une grosse pierre et de s’y enfoncer façon hiéroglyphe, ce qui ne manquerait pas de lui faire cracher du sang et pas qu’un peu ! Entretemps, deux des hommes de Léonidas foncèrent sur la jeune femme, mais cette dernière, d’un revers très fluide, fit voler les têtes de ces braves éléments, mettant ainsi fin à sa vie. Du reste, elle resta cette fois-ci digne en fixant cet adversaire digne d’elle dont elle ne connaissait toujours pas le nom, ce qu’elle trouvait fort dommage.

Du côté de Poison…

Revelia gardait son calme. Elle avait très vite compris que la gamine qui lui faisait face était une invention de la scientifique de la marine. Peut-être même de Vegapunk lui-même ! Néanmoins, elle dut surprendre Poison, puisqu’en esquivant l’arme, elle réussit à rattraper la poignée du marteau en plein vol avant de le chauffer à l’aide d’un de ses lanches flammes et de le relancer brutalement en direction de la pauvre cyborg. Contrairement à sa technique habituelle, ledit marteau ne décrivit non pas une trajectoire courbe, mais plutôt rectiligne, tel un boulet enflammé qui voulait tout ravager sur son passage ! On aurait pu croire là encore que l’histoire s’arrêterait là, mais bien avant d’entamer son atterrissage sur la branche d’un arbre environnant, Revelia décocha d’un seul coup cinq grosses boules de feu qui foncèrent dans tous les sens vers elle. Une qui venait de la droite, une autre de la gauche, une qui suivait le marteau, la quatrième qui entamait une courbe descendante et l’autre ascendante. La pacifista était pratiquement prise au piège par toutes ces attaques l’assaillant de toutes parts… Ou pas ? Seul l’avenir nous le dirait !

Du côté de Faris…

- « Tu m’as l’air d’être bien lâche… Te cacher derrière une enfant… »

D’un seul coup, la voix de la minks résonna du côté gauche de Faris. Malgré les attaques au laser de la pacifista, Selvia avait réussi à se camoufler dans la nature, non sans avoir récupéré son arme au préalable. Et puisque dans les hauteurs des branches, Poison et Revelia s’affrontaient déjà, la minks, elle, s’était déplacée vers le grand brun avant de décocher plusieurs tirs sur lui ! Comme pour Poison, les balles affluaient dans tous sens, menaçant de perforer les membres d’Azar s’il ne contrait pas les balles qui allaient le transformer en véritable gruyère ! D’ailleurs, sitôt sa salve de tir terminée, Selvia disparut de nouveau dans la nature et ses balles suivantes eurent pour effet de neutraliser les hommes qui suivaient les deux protagonistes. Ces derniers tombèrent donc comme des mouches. C’était carrément l’hécatombe. L’héritier des Fenyang n’avait donc pas le choix ! En plus de se défendre, il allait devoir rechercher et débusquer la minks dans les bois environnants pour entamer un combat rapproché. C’était à peu de choses près l’une de ses seules solutions, surtout que s’il ne faisait pas vite, c’était pratiquement leurs vingt hommes de main qui périraient…
  • https://www.onepiece-requiem.net/t13084-ft-de-salem
  • https://www.onepiece-requiem.net/t606-alheiri-salem-fenyang-achevee#6727

RP PRESENT : Le baptême de feu
imageHeader
joueur 1joueur 1




Alors que l’escouade de la Sergent progresse dans le périmètre boisé, sur leurs gardes, des cris parviennent rapidement à l'ouïe de la militaire : 3 de ses hommes se sont fait avoir, damnation, elle avait une idée de leur localisation mais impossible de les rejoindre ! L’ennemi était là, entendant clairement des bruits sonores de lutte, ils ne pourraient pas appeler les renforts, pestant pour elle même, sabre dégainé, les sens en alerte la Sergent transmis ses consignes.

-Lancez la fusée de détresse immédiatement.

Nulle protestation de la part des soldats, juste avant qu’une flèche vint transpercer le crâne de l’un, un cri d’effroi sortit immédiatement de la gorge de ses subalternes tandis que celui visé s’écroula. La duchesse ne dit rien, bien que cela l’attriste. Pas le temps de s’apitoyer, des flèches fonçaient sur elle, des traits mortels, qu’elle esquiva avec l’acrobatie et le boost des sens.

[color=#A3D431-REPRENEZ VOUS NOUS SOMMES AU FRONT SOLDATS ! VOUS LE PLEUREREZ PLUS TARD[/color]

Les soldats décontenancés reprennent contenance, armes dégainés, ayant visualisé la position de leurs opposants la Sergent envoya ses hommes, puis elle gela entièrement le sol avec son ice heart, enduit son sabre d’eau grâce au karaté aquatique, puis avance rapidement sur la glace vers l’endroit où étaient projetées les flèches, tranchant les buissons, tranchant également tout opposant qui osera la défier.

-Montre toi immédiatement manant au lieu de faire tomber mes hommes.



Capacités utilisées:

Dialogue PNJ
Cornélia
Interlocuteur / Interlocutrice

  • https://www.onepiece-requiem.net/t27851-ft-cornelia-campbell#286
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27830-cornelia-campbell-la-chevaliere-immaculee
La bataille faisait rage partout à travers l’île et la marine confrontait à l’heure actuelle ses pires ennemis. Quelques vaillants, dispersés ici et là affrontaient de redoutable adversaires : Les atouts de la révolution.
En ce qui concernait Léonidas, cela n’était pas de tout répit. En effet, le capricieux destin avait fait en sorte de l’opposer face à un profil qu’il lui parlait particulièrement. Son adversaire du jour n’était autre qu’une légende de la fosse, l’arène ou il a appris à se battre. Cela peut paraître anodin, pourtant, ça changeait tout à la situation puisqu’il s’agissait désormais, non seulement d’un combat pour la justice, mais aussi d’une question d’honneur.

Quoiqu’il en soit, la défaite n’était plus envisageable à ce stade. Pourtant, le coup de l’exterminatrice qu’il venait de parer ne présageait rien de bon, et la finalité de l’échec n’était plus aussi impossible que ne le pensait le gladiateur.
La belligérante était invraisemblablement dotée d’une force tout bonnement gargantuesque. Par ailleurs, ce coup qu’il avait si facilement paré ne semblait même pas avoir d’intentions meurtrières. Un simple geste superflu, exécuté dans le but même de donner un aperçu de la puissance destructrice qu’il pourrait déchaîner.

D’ailleurs, la voila de retour à l’assaut, cette fois-ci, avec une réelle conviction. Avec une formidable agilité, elle asséna un coup de pied au torse du gladiateur, qui surpris par la rapidité de ce mouvement n’eut guère le temps de disposer son bouclier en défense.
Emporté par la puissance de ce choc, Léonidas allait bientôt s’aplatir tel un moustique, heureusement, il était doté d’une remarquable puissance aux jambes et n’eut pas de mal à s’arrêter en usant de sa lance comme d’un frein.

La poussière levée par ces frottements créait un épais nuage idéale pour les embuscades et par une chance quasi miraculeuse deux hommes venaient tout juste de rejoindre leur chef visiblement séparé du groupe affrontant le reste de l’armée.
Quelques geste de mains suffirent à établir un plan. Les deux hommes s’élancèrent à équidistance et avancèrent en zigzag vers l’ennemi. Celui-ci, n’ayant probablement pas vu l’arrivée de ces alliés, serait très certainement surpris de leur arrivée.

Bien entendu, la force de frappes de ces derniers bien que ridicule, ils n’étaient pas ici présent pour frapper, mais seulement pour faire diversion.
Alors que le brouillard de terre s’escomptait, les deux soldat attaquèrent à l’unisson. Gisèle était peut être puissante, mais elle ne faisait pas encore partie de ces mystérieux combattants qui pouvaient prédire le futur ou détecter des gens à plusieurs mètres, non. Elle était encore qu’une guerrière ordinaire se reposant principalement sur ses sens. C’est donc avec stupeur qu’elle découvrit les deux assaillants s’attendant plutôt à un offensive de leur lieutenant.

En outre, celui-ci avait pris la peine de progresser vers elle à une vitesse époustouflante. Ayant chargé un coup dévastateur, c’est une violente explosion du chaos qu’il vint désenchaîner alors que ses alliés reculèrent pour éviter l’explosion.
Sur un rayon de plusieurs mètres, la zone autour de Léonidas était totalement embrasée. L’onde de choc avait tout réduit en cendres autour. Gisèle, demeurait là, immobile, une expression de stupeur au visage, à la fois surprise et agacée par son manque de vigilance.
Son corps couvert de brûlures, son accoutrement dans un lamentable état et ses cheveux en pétard absorbaient petit à petit le peu de patience qu’il lui restait.

« J’avoue avoir été surprise par une telle stratégie. Disons simplement que les guerriers de ton genre sont de coutume… Moins détonnant ? Mais soit. Puisque c’est ainsi… JE VAIS DEVOIR Y ALLER A FOND ! »

L’expression de stupeur de la combattante venait de changer drastiquement, pour une expression de pure folie. Se faire ainsi surprendre, humiliée par son orgueil avait réussi à la mettre hors d’elle même.
D’un coup, elle avait tout simplement disparut, sa vitesse venait de décupler. Des bruits de pas fusèrent autour de Léonidas, alors que les deux hommes qu’ils l’accompagnaient se firent éliminer l’un après l’autre incapables de réagir à la célérité de leur adversaire.
Soudain, un offensive se dirigea vers Léonidas. Un coup tranchant vint lui ouvrir le torse de haut en bas, un éclat de sang, une surprise manifeste. Elle était certes rapide, mais comment avait elle put asséner un pareil coup à une aussi grand vitesse  ?

Tombé à genou le gladiateur devait réagir au plus vite avant que ce ne soit sa tête qui vole en éclats. Embrasant sa lance, il vint refermer sa plaie brièvement avant de se relever. Cette fois-ci boosté par une adrénaline débordante. Il l'a verrait arriver quoiqu'il en coute.

[Quête] Baptême de feu Captur12

C'est ainsi que Léonidas fut à jamais marqué de cette cicatrice.

Ayant concentré tout ses sens, le gladiateur réussit, il avait réussi à prédire l’offensive de Gisèle, il n’avait bien entendu par réussi à la parer, mais c’était un bon début. Désormais, il allait simplement devoir se montrer résistant, avant de pouvoir lui asséner le coup de la victoire.

Résumé Compétences:
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27921-fiche-technique-de-leoni
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27893-300-presentation-finie#286892

Baptême du Feu


L'affrontement venait débuter entre les deux factions : l''ordre contre le chaos ! Notre héros faisait partis de l'ordre et était bien décidé à faire régner sa justice. La défaite n'était pas envisageable. Seul la victoire comptait à ses yeux. Faris était confiant et sûr de sa stratégie. Néanmoins, il avait complètement sous-estimer ses adversaires. Il avait voulu profiter de l'effet de surprise en restant dans l'ombre du pacifista. Hélas, son adversaire avait déjà anticipé ce mouvement et il reçut un juste retour des choses. Des balles fonçaient droit dans sa direction. Ils pouvaient entendre leurs sifflements dans l'air et pouvait constater une légère traînée jaunâtre dans l'air ambiant. Il bondit sur le côté, plongeant tête la première dans le marécage. Les balles fusèrent au-dessus de sa tête. Un coup de chance, qui ne risquait pas de se reproduire une seconde fois.

Les soldats de la Marine n'eurent pas cette chance et une poignée fut immédiatement fauchée par les projectiles. Azar avait les nerfs à vif. Il était trop faible pour protéger ses hommes et son corps. Il lui fallait gagner en force. Il lui fallait gagner en vitesse. Il lui fallait gagner en conviction ! Il se releva promptement du sol. Son corps était tâché de boue et il dégaina son sabre. Il n'avait pas le temps de souffler. Une nouvelle salve venait en direction du groupe. Il hurla aux hommes de se mettre à couvert. Fenyang était bien décidé à affronter cet assaut de front. Il réussit à esquiver deux projectiles et deux autres furent contrés par sa lame. Une balle lui entailla la pommette droite et une autre rasa sa cuisse gauche en l'entaillant légèrement. La chance lui souriait une nouvelle fois, ou son ennemi jouait avec lui ?

Il n'était pas en mesure de le savoir, mais une chose était sûr : il devait absolument se rapprocher de sa cible. Il prit appuis sur ses jambes et fonça vers l'avant. Le combat dans les cieux était tonitruent et il avait du mal à s'orienter dans les bois. La révolutionnaire était très doué pour camoufler sa présence dans cet environnement. Faris avait du mal à repérer sa proie. Il ne la voyait qu'au dernier moment, lorsque les balles pleuvaient en sa direction. Notre officier s'abrita derrière un arbre et attendit quelques instants que la tempête cesse. Les balles arrêtèrent de pleuvoir et il sortit de sa cachette. Mauvais timing, ou guet-apens, une balle vint trouer l'un de ses trapèzes. Une vive douleur germa dans son esprit, mais il n'eut guère le temps de réfléchir. Une autre salve venait dans sa direction. À nouveau, il alla se mettre à l'abri derrière la végétation des lieux. Il était dans une impasse. Cet ennemi était en mesure de le tenir à distance. Azar n'était pas capable de combattre à un si longue portée.

Il sera le manche de son épée. D'un coup sec et puissant, il commença à trancher plusieurs morceaux de branches, voir des troncs entiers. La rage commençait à germer dans son esprit. Quitte à tout perdre, autant tout donné ! Il saisit les morceaux de bois et commença à les envoyer dans la direction des projectiles. Il laissait également les troncs dans la direction de son ennemi, à chacune des apparitions. Des balles furent contrées par les morceaux de bois, d'autres volèrent en éclats et certains réussirent à tomber proche de sa cible. Il continua tel quel durant plusieurs minutes. Il ne savait pas ce qu'il faisait, il se contentait d'enchaîner une suite de mouvements. Après plusieurs minutes d'efforts, Faris était exténué et à bout de force. Ce n'était clairement pas le moment de faire une pause, voir une sieste. Il était au tout début de son combat. Il n'avait même pas réussi à approcher du criminel. Faris était la honte des Fenyang ..


KoalaVolant
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27984-fiche-technique-du-cadet
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27958-presentation-du-cadet-des-fenyang

Du côté de Cornélia…

En une seule impulsion, Cornélia avait terrassé tous les hommes qu’elle avait rencontré sur son chemin grâce à son Ice Walk. Sa rapidité, son courage et son habilité à l’escrime lui avait permis de faire gicler du sang à n’en plus finir, vengeant ainsi ses propres éléments ! Cela dit, dans sa course, sa lame en croisa une autre dans entrechoc assourdissant ! Devant l’immaculée se tenait enfin le vertueux. Iskar lui-même ! Ce dernier serra ses dents et repoussa non sans difficulté la jeune femme ! Jeune femme qu’il reconnaissait entre mille, d’ailleurs ! Qui aurait pu croire qu’une femme aussi noble et pure puisse embrasser la cause d’un groupe aussi discutable ?! Autant dire qu’il avait la haine et pas qu’un peu ! « Tu me déçois, héritière des Campbell ! Être une marine ?! C’est une disgrâce ! Ne me force pas à t’occire, ôte-toi de mon chemin ! » Qu’il lui dit alors, avant de couvrir sa lame de glace et d’effectuer un mouvement de coupe dans le vide ! La lame sur sa glace se brisa alors en plusieurs morceaux coupants qui fondirent sur la jeune femme dans l’objectif de la planter un peu partout, tandis qu’Iskar lui-même suivit ses projectiles pour tenter un coup d’estoc par derrière histoire de lui planter sa lame dans le ventre et la neutraliser ! L’attaque était rapide, précise ; mais si elle était esquivée comme il se doit, elle laisserait une grande ouverture à la marine d’élite qui n’aurait plus qu’à assener le coup de grâce !

Du côté de Leonidas…

Gisele était effectivement aussi agacée que surprise par la ressource du jeunot qui lui faisait face. Alors qu’elle zigzaguait autour de lui en réapparaissant et en disparaissant dans la foulée, la femme d’âge mûr se fit la réflexion qu’il aurait pu être son petit frère qu’il avait abandonné ou un ancien gosse qu’elle aurait pu inspirer et même entrainer. Pour la première fois, son cœur vacilla pendant un moment à l’idée de tuer un compatriote… Mais ce vacillement là ne dura qu’un court instant, avant qu’elle ne se reconcentre sur l’instant présent pour ne pas avoir de mauvaises surprises comme tout à l’heure ; tant ses brulures lui faisaient très mal malgré sa résistance, et tant elle sentait qu’elle n’aurait bientôt plus d’énergie pour continuer la lutte. Son expérience parlait pour elle, mais le poids de l’âge n’était pas non plus à négliger dans de telles confrontations ! Alors, plutôt que de vouloir l’avoir de face, c’est plutôt à l’arrière que Gisele décida cette fois-ci de frapper. De ce fait, c’est après plusieurs déplacements extrêmement rapides qu’elle apparut comme par magie derrière le gladiateur de la marine en décrivant un mouvement latéral et ample qui allait consister à lui couper le décapiter sèchement en partant de sa gauche. Dans l’esprit de la blonde, l’affaire était pliée… Il n’aurait surement pas le temps de réagir et d’échapper à cette attaque où elle misait le tout pour le tout dans le but d’en finir d’une traite…

Du côté de Faris…

Azar se défendait comme il le pouvait et la Minks fut surprise à se faire la réflexion que c’était sans aucun doute la bonne méthode de se défendre ! Cette façon de faire était peut-être brouillonne, mais également la plus imprévisible, ce qui força Selvia à elle aussi esquiver tous les projectiles et même tronc qu’il lui balançait à la gueule ! Elle eut même un sourire derrière son espèce de muselière ! Bien la première fois qu’elle s’amusait complètement avec un adversaire de ce calibre ! Cela dit, elle n’avait pas tout le temps du monde, ni le loisir de continuer à « jouer » avec l’épéiste qu’elle tenait habilement à distance, surtout que plus loin, Revelia risquait de s’épuiser très vite si elle continuait de combattre la gamine mate qu’elle avait en face d’elle ! D’ailleurs, ses balles allaient s’épuiser, puisqu’elle n’avait pas trouvé énormément de recharges. Alors, lorsqu’elle rechargea une dernière fois son arme improvisée, elle la chargea d’une bonne dose d’électro et mitrailla la zone où se trouvait le pauvre Fenyang pratiquement acculé ! Sous l’effet des décharges électriques, les balles prirent différentes directions et des courbes plus imprévisibles les unes que les autres dans le seul but de contourner le bouclier naturel derrière lequel Faris était caché ! Et, c’est sur cette dernière attaque que Révelia opta pour une décision surprenante ! Si elle était habituellement sanguinaire, seule la fuite était à privilégier, ce pourquoi elle avait tourné le dos à son adversaire…

.. Et s’était barrée sans demander son reste, en sautant çà et là sur les arbres, agilement, comme une bonne minks le ferait…

Une retraite stratégique qui n’était pas sans la rendre vulnérable…
  • https://www.onepiece-requiem.net/t13084-ft-de-salem
  • https://www.onepiece-requiem.net/t606-alheiri-salem-fenyang-achevee#6727
En ces lieux secs et hostiles, un féroce combat s’était enclenché. Entre deux individus d’une même patrie réputée pour ses talentueux guerriers, l’affrontement était un spectacle que nombreux seraient prêt à payer pour en témoigner. D’un côté, un représentant de la justice, Léonidas, et de l’autre un représentant de la Révolution, Gisèle. Bien que d’un tout autre niveau, celle-ci semblait faire jeu égal avec le lieutenant qui malgré les assauts répétés ne semblait pas vouloir poser le genou à terre.

Pour lui, la victoire était la seule issue possible. En effet, perdre ici et maintenant aurait de graves répercussions sur le reste de la mission. L’ennemi pourrait rejoindre ses alliés, leur prêter main forte et mettre en échec le reste des marins probablement déjà engagés dans une lutte sans merci.  
Il fallait donc vaincre quel qu’en soit le prix. Léonidas séparé de sa troupe bataillait depuis un moment contre l’ex championne de Dressrosa, mais bientôt, celle ci lancera une offensive décisive bien décidée à mettre un point final à cet affrontement qui tournait petit à petit à la torture.

S’étant faufilé au dos du gladiateur, la belligérante comptait asséner un coup dévastateur dans le dos de son adversaire. S’élançant à toute vitesse, sa surprise fut grande lorsqu’un obstacle inattendu l’interrompu.
Une dizaine d’hommes, dans un lamentable état venaient de s’interposer pour protéger les arrières de leur capitan. Ces derniers ayant vaincu contre l’armée de Gisèle s’étaient hâtés de rejoindre leur supérieur afin de l’aider contre l’écrasante menace que représentait l’atout de la révolution. Malgré leur plaies et blessures visibles, pas un soldat ne semblait prêt à fuir.

Sidéré par une telle fidélité, par une telle cohésion, la légende de la fosse s’arrêta net. Lors de ce combat, elle avait déjà outre passé nombre de ses principes. Mais elle ne pouvait faire plus que ça. Lever son arme contre des hommes blessés avec un tel honneur, elle ne pourrait jamais. Gisèle appartenait certes à la faction révolutionnaire, mais elle demeurait au finale une guerrière trop fière pour être optimale sur le terrain. Il s’agissait là de son point faible.
Pour autant, elle n’avait guère dit son dernier mot. Un combat de gladiateurs ne s’interrompt pas. Quoiqu’en dise les hommes du lieutenant, la combattante allait achever le duel qu’elle avait entamé avec le spartiate.

« Soldat. Je te défi, viens donc m’affronter et achevons ce que nous avons commencé. Sois lâche, et je tuerai tes hommes un par un avant de m’occuper de toi. »

Il ne fallut pas en dire plus. Léonidas s’avança en face de son adversaire prêt à en finir. Ses hommes eux, reculèrent. Ils savaient ce que signifiait un duel entre guerriers, et ils avaient pertinemment conscience que dans leur état, ils constitueraient au mieux un bouclier humain.
L’homme couvert d’entailles mit son bouclier en avant, quant à son adversaire, couvert de brûlures, positionnait sa hallebarde bien en avant prêt à enclencher une mortelle attaque.
Sous le regard de ses hommes, Léonidas avait une raison de gagner en plus.

Un silence assourdissant envahit le lieu, un calme annonciateur d’une tempête brève mais intense.
De toute évidence, l’affrontement touchait à sa fin.
Comme si ils s’étaient donnés un signal de départ, les rivaux s’élancèrent l’un sur l’autre. Le spartiate, bouclier en avant, sa lance pourfendant l’air à toute vitesse, il progressait vers Gisèle enflammé telle une boule de feu. Son opposante, tournoyait son hallebarde avec une agilité déconcertante, progressant elle aussi à toute allure vers la météorite qui lui faisait face.

[Quête] Baptême de feu Sans_t16

Le point de rencontre ne tarda pas plus que cela, c’est dans un choc monumental que Léonidas et Gisèle se croisèrent au milieu de leur course. Une explosion de vent chaud vint déférler depuis l’épicentre emportant tout ce qu’il y avait autour avec elle.
Les duellistes, terminèrent leur course symétriquement, tout deux au sol, terrassés.
Ils demeuraient ainsi, inertes, cloués contre la terre ferme. Avant que soudain, le lieutenant prenne appuie sur sa lance. Se relevant tant bien que mal, il était à présent le seul combattant debout, ultime victorieux de cet affrontement mémorable.  Debout tant bien que mal, il vint se saisir de son escagophone afin d’aviser ses collègues. La nouvelle encouragerait le reste des rangs et permettrait peut être aux plus désespérés de regagner du courage.

« Unité Léonidas, nous avons vaincu. Nous rapportant l’atout sous peu. »

Les hommes de Léonidas dès lors se précipitèrent sur Gisèle afin d’entraver ses mouvements. Chaînes et menottes furent mises. Et elle fut immédiatement disposé sur un cheval afin d’être transporté de toute urgence vers la base.
Bien que ce soit une ennemie. Le spartiate ne comptait pas laisser mourir cette valeureuse guerrière. Ordonnant à ses hommes de se mettre en route dès lors, il désirait en savoir plus. Peut être cette championne connaîtrait la rédemption. Elle serait alors un redoutable agent du bien.

Les soldats indiquèrent la position du restant des agents de Gisèle déjà vaincus aux renforts afin que ces derniers viennent les récupérer, quand à leur cheffe, elle devait recevoir des soins de toute urgence. L’escouade fit volte face afin de retourner à la base.
En temps normal, Léonidas prendrait la direction des autres lieux de bataille afin de porter main forte à ses collègues, mais dans son état ainsi que celui de ses hommes, il s’agirait simplement et clairement d’un suicide collectif qui gênerait plus qu’autre chose. La sage décision à prendre était donc en effet de rapporter l’atout de la révolution et faire entièrement confiances aux reste des volontaires.

Compétences Utilisées:
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27921-fiche-technique-de-leoni
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27893-300-presentation-finie#286892
    Page 1 sur 2 1, 2  Suivant
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum