Le deal à ne pas rater :
Soldes d’été 2024 : trouvez les meilleures promos !
Voir le deal

Le mystère des Pythons Rocheux

Voilà bien longtemps que nous naviguions sur cette première voie de Grand Line, il était plus que temps pour nous d'élargir nos horizons. À peine sommes nous partis de Jaya après la guerre que nous venions de traverser, qu'il nous fallait déjà nous éclipser. Notre alliance avec la révolution n'avait pas durée bien longtemps et pourtant les journaux parlèrent déjà de nous. Comme, bien évidemment, de tout ceux présents à Jaya ce jour-là. Voilà plus d'une semaine que les évènements sont passés. Il n'y a que Meira et moi-même à bord de Vaillant et nous voguons en direction des Pythons Rocheux.

« Tiens, le journal du jour. Tu crois que le Gouvernement parle encore de Jaya ? »

« On dirait bien ... Yukikurai est en première de couverture. Sa prime est phénoménale, ce type ne paie pas de mine et pourtant ... il en a gros contre le Gouvernement. »

« Cet homme tout mince qui s'est battu comme un taré sur Jaya contre une corsaire ? »

« Celui-là même en effet. »

Jaya nous a bien changé toutes les deux. Mes cheveux ont noirci à vu d'œil et ne sont plus que l'ombre de ce qu'ils étaient auparavant. Des cheveux d'un blanc immaculé, ils ne sont maintenant que noirceur. Quant à Meira, ses cheveux ont poussés également. C'est assise sur mon transat au soleil, que j'ouvre alors le journal avec mon acolyte derrière moi.

« Tant que ça ? Eh bien mademoiselle Gray. »

« Tu as vu la tienne aussi ? »

« Un duo à 850 millions ça doit bien emmerder le Gouvernement ça. »

« C'est notre but à présent, faire grincer les dents de ce Gouvernement et ça ne semble pas être tombé dans l'oreille d'un sourd. Nous faisons désormais parties de cette alliance révolutionnaire. »

« Tu as raison. Oh même Kant a droit à sa propre affiche ! Il est trop mignon ! »

« C'est vrai qu'il a un air très assuré sur cette affiche ahah ! »

Nous continuons notre lecture une bonne dizaine de minutes avant que Meira ne soit surprise du changement de pression atmosphérique.

« L'air change, nous nous rapprochons de l'île. Et même d'ici je crois l'apercevoir. »

« La Grande Stèle ? »

Intéressée par ce que semble voir mon amie, je me lève de mon transat et m'approche du bord du navire pour observer au loin mais j'arrive à peine à distinguer le port vers lequel nous voguons.

« Tu as une vue incroyable ou c'est moi qui ait besoin de lunettes ? »

« Je ... je ne sais pas. J'ai mal au crâne. »

« Repose toi, je vais naviguer jusqu'au port, en faisant attention de ne pas attirer l'oeil de la Marine visiblement bien active ici. »

Il fallut donc que je prenne la barre et joue de mon Climat-Tact pour nous guider jusqu'au port, en faisant attention de replier les voiles lorsque nous approchons pour ne pas que la Marine nous détecte de loin. Les récits et journaux parlant de cette île mettent véritablement en lumière la façon dont le Gouvernement protège l'accès au port de l'île. Est-ce à cause de la Grande Stèle ? Je ne saurais le déterminer. Mais nous parvenons finalement à nous faire une place parmi les grands navires amarrés. Et en quelques minutes, nous posons enfin le pied au sol. Voici maintenant la raison de notre venue ici ! Cette île renferme énormément de secrets, a t-elle un lien avec le matériau des ponéglyphes ? La Grande Stèle est-elle un ponéglyphe ? Quel secret renferme-t-elle ? Nous parcourons alors les ruelles de la ville principale avec Meira pour tenter d'entendre des conversations intéressantes et parvenir à nous glisser dans une expédition qui irait pour la Grande Stèle. C'est finalement Meira qui déniche l'information d'un groupe de Marines qui prendrait d'assaut un nid de grands volatiles, vraisemblablement assez forts pour parvenir jusqu'à la Grande Stèle.

« Pourquoi prendraient-ils d'assaut un nid d'oiseaux ? »

« J'ai entendu parler d'un trésor classé secret défense. Que ces oiseaux auraient dénichés et protègeraient de tout être humain s'en approchant. Si on peut le voler et forcer un oiseau à nous emmener à la stèle avec ton Fluide Royal, se serait jackpot. »

« Ne prenons pas de risques inutiles, tentons de prendre un oiseau et de nous envoler vers cette stèle. Quand cette expédition va-t-elle partir ? »

« Demain matin, ça nous laisse le temps de nous préparer. »

« Parfait. »
  • https://www.onepiece-requiem.net/t22854-lise-ft
  • https://www.onepiece-requiem.net/t22832-le-prologue-terminee
La dernière aventure de la jeune femme aux longs cheveux bleus l’avait éreintée. Elle n’avait pourtant rien fait qu’un pique-nique. Néanmoins, elle ne s’était pas attendue à devoir se battre contre le meilleur bretteur du monde. Elle avait perdu, de façon unilatérale et n’avait pas pu rendre un seul coup. Pourtant, elle n’était pas frustrée, juste morte de fatigue. C’était en partie pourquoi elle s’était enfermée dans ses quartiers le temps de se remettre de toutes ses émotions.

Robina s’étira dans sa cabine derrière son bureau. Sa plume encore dans la main gauche, elle était tachée à force d’écrire. Les affaires de la Sanderr Compagnie étaient florissantes et c’était une excellente chose pour la cuisinière qui était plus que contente de cet état de fait. Toutefois, elle aurait voulu avoir un peu plus de temps pour elle. Heureusement qu’elle avait maintenant une secrétaire pour gérer les menus papiers. Elle se leva en posa son instrument d’écriture sur le bois de la table qui lui faisait face. Il était l’heure de se dégourdir les jambes et les bras.

Elle fit rouler les muscles de ses épaules et attrapa ses armes sur le présentoir qui se trouvait à sa gauche. Quatre lames pour trois meitous. De quoi donner envie à la majorité des gens dans le monde entier, pourtant, la Sanderrienne n’en avait pas assez. Il lui en fallait plus, et trouver sabre à son pied n’était pas chose facile. Après avoir passé les différents fourreaux à sa ceinture, elle sortit de son bureau.

Les cris des mouettes qui volaient haut dans le ciel la saluèrent quand elle mit un pied dehors. L’activité de l’Iceberg était complète et plusieurs hommes et femmes faisaient rouler des barils au milieu du pont supérieur. Des manœuvres attendaient sur le côté pour faire monter un filet grâce à une manivelle et des poulies pour descendre les denrées dans la cale et les niveaux inférieurs. Le départ des Glaciers pour Nebelreich était imminent. La chasseresse de primes se tourna pour voir que Fang se trouvait à son poste, la barre.

Grand samouraï de Wano Kuni, il rêvait de revenir dans son pays natal. La capitaine du navire n’avait pas voulu creuser trop le sujet, c’était après tout quelque chose de délicat. Mais elle avait compris que le regret était surtout le principal carburant de cet homme qu’elle avait appris à respecter avec le temps.

- Fang ! Elle criait pour se faire entendre par-dessus le bruit des activités. Quand serons-nous prêts à partir ?

- Je ne pourrais pas vous répondre exactement. Il fit une pause, pour réfléchir à sa réponse. Mais je pense que deux ou trois jours sont encore obligatoires pour que nous soyons fin prêt.

- Merci ! Elle se tourna vers quelque chose qui accrocha son regard et son oreille. Je viens d’entendre le quartier-maître, il pourra peut-être me donner quelque chose de plus précis !

- J’en suis certain ! L’homme s’inclina en se tournant après la fin de cette conversation pour donner des instructions à un mousse qui se trouvait à ses côtés.

Robina s’avança sur le pont en faisant claquer les talons de ses bottes sur les lames de bois. Les hommes des Glaciers s’écartèrent pour ne pas la gêner sur son chemin. Elle était la patronne et personne ici ne voulait se mettre la capitaine à dos, et encore moins son chien de garde, le quartier-maître. L'ancien sergent de Sanderr, le maître Lanch était devenu un véritable marin depuis son départ de l’archipel.

- Alors tu vas me soulever ça plus vite que ça espèce de barnache ! Il hurlait sur un marin qui s’était attiré ses foudres. Et quand tu auras fini, tu me feras le plaisir d’aller chercher la suite chez le fournisseur en ville !

- Qu’a fait ce pauvre homme pour mériter un tel sort ? La cuisinière était légèrement amusée en arrivant au côté de son bras droit.

- Il a détruit une caisse de nourriture. Il ronchonnait encore. Et pas n’importe laquelle ! Les luminous de l’Archipel aux Eveillés ! Je sais que ce sont nos voisins et que c’est vous qui les faites pousser et arriver ici, mais c’est un total manque de respect.

La Sanderrienne posa son regard bleu sur le garçon qui tremblait de tout son corps. Le voilà devant sa patronne, il venait de faire une bêtise, est-ce qu’il allait perdre son travail ? Allait-elle le faire fouetter ? Ou pire, écarteler ?

- Il n’a pas dû le faire exprès, il est tout nouveau, je n’ai jamais vu son visage sur le navire en tout cas. Elle sourit un instant au mousse avant de se tourner vers Lanch. Décontractez-vous, ça va aller.

D’un signe de la tête, le quartier-maître fit disparaître le mousse qui ne demanda pas son reste pour repartir au pas de course.

- Vous en vous rendez pas compte de la logistique que je suis obligé de mettre en place pour que nous soyons dans les temps ! Il pointa sa capitaine de son doigt osseux. Vous devriez être à ma place en ce moment !

- Et c’est vous qui avez accepté avec plaisir de le faire en me remplaçant ! Elle attrapa le poing avec le doigt tendu et le fit descendre lentement. Ne vous mettez pas en colère.

Il grommela un instant avant de reprendre un air plus aimable. Sa colère n’était que passagère et il n’en voulait pas véritablement à sa supérieure. C’est juste qu’il était comme il était, un vieux militaire qui aurait voulu moins de responsabilités alors qu’il se les était imposés lui-même.

- Bon, d’accord… Il baissa les yeux pour voir les armes qui se trouvaient à la ceinture de la commandante. Vous partez faire un tour ? Il leva un sourcil, il connaissait déjà la réponse.

- En effet ! Elle lui sourit. J’ai entendu une drôle d’histoire avant de m’enfermer dans mon bureau et j’ai bien envie de voir ça de mes propres yeux.

- Je n’aime pas ça… Il la regarda, protecteur. Vous avez bien failli mourir la dernière fois avec ce pirate ! Vous n’allez pas partir toute seule quand même ?

- Non, je serais avec quelques Glaciers et un guide pour avoir le bon chemin. Les yeux de la jeune femme aux longs cheveux bleus brillaient. Une stèle mystérieuse est cachée sur l’île. Je compte bien la retrouver avec l’aide de Jacky la Pétoule.

- Lui, cet ivrogne ? Surpris, l’ancien militaire renifla de dédain.

- Oui, mais la dernière fois, il a très bien fait son travail pour le laboratoire au serpent, donc je vais lui faire confiance une fois de plus. Elle se tourna vers quelques Glaciers. Vous, vous venez avec moi, nous partons en expéditions sur les Pythons Rocheux. Lanch, je vous laisse le navire le temps de mon absence !

Et sans attendre, elle partit sur le quai pour commencer son aventure. Il était temps de refaire bouillir son sang.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t21190-
  • https://www.onepiece-requiem.net/t21186-
Depuis quelques jours, Hayden s'occupait principalement de soigner les petits bobos des porteurs. Il fallait bien avouer que le rythme imposé par Fang était assez soutenu, et l'équipage, brûlant de faire plaisir à sa capitaine, s'activait plus que de raison. Ainsi les blessures devenaient monnaie courante. Et même s'il ne s'agissait que de coupures et problèmes musculaires, le médecin n'économisait pas ses efforts et prenait son travail très au sérieux. Au point qu'il ait averti le quartier maître que sans échauffements préalables, l'équipage risquait une épidémie de lumbagos et autres tours de reins. L'ancien soldat s'avéra d'abord être réticent, mais le docteur Kill expliqua alors qu'un équipage en meilleure condition physique était plus efficace, et surtout que diminuer l'occurrence des blessures permettait d'avoir moins de personnel à l'infirmerie, donc plus de gens au travail. Le souci que notre bon praticien n'avait pas prévu, c'est que tous ces braves gens n'avaient aucune idée des mouvements à faire pour bien s'échauffer ! C'est ainsi que les ventripotent médecin se retrouva volontaire d'office pour une démonstration d'étirements qui provoqua l'hilarité générale : Hayden n'arriva pas à faire un seul des exercices qu'il préconisait !

Mais bon, grâce à lui les brave manutentionnaires se blessaient moins et étaient plus productifs. Il avait donc un peu de répit au dispensaire. Mais pas question de se la couler douce ! En effet, depuis son combat contre Babau, Hayden avait compris qu'il était sur Grand Line et que les aventures allaient être de plus en plus dangereuses pour Robina, mais aussi pour lui. Il lui apparût alors comme une évidence qu'il allait devoir améliorer significativement ses compétences médicales et martiales. Et même s'il travaillait bien plus sur la première que la seconde, l'homme au manteau jaune faisait bien plus de progrès au combat qu'en médecine. Sans doute parce qu'il partait de plus loin. Pas peu fier de lui-même, le vaillant docteur voulait en faire part à sa capitaine. Quand soudain, sans crier gare, c'est cette dernière qui l'interpella.

Partir avec elle, ça promettait d'être intéressant ! La dernière fois ils ont quand même fait une virée dans les catacombes d'Innocent Island et ont rencontré des zombis fort sympathiques. Quelles folies cette aventure lui réservaient-il?
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26710-les-techniques-du-docteu
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26075-hayden-j-kill-est-le-fun-dans-funerailles