Le reflet de l’âme

Le reflet de l’âme
Un outil des plus pratique du quotidien et pourtant le miroir peut parfois s'avérer le pire ennemi de la personne qui contemple l'image qui lui renvoi. Un reflet que la Déesse blanche avait toujours fortement apprécié voir. Celui d'une femme à la beauté époustouflante qui rivalisait sans mal avec la défunte Shichibukai Boa Hancock durant sa tendre jeunesse. Une véritable fierté pour cette demoiselle si superficielle.

Seulement, aujourd'hui ce symbole de la vérité lui était tout bonnement insupportable. Une chose que la Parissienne n'aurait jamais cru possible de son vivant. Et pourtant, Chang'e détestait ce qu'elle y voyait. Nue face à la glace sur pieds situé dans sa chambre, cette dernière observait avec dégoût les dernières blessures reçues lors de sa récente mission sur Whipéria.

Des séquelles causées par une explosion qui faillit les emporter elle et sa fille fraîchement retrouvée. Grâce à ses réflexes, son petit rayon de lune n'avait eu à souffrir d'aucune égratignure. La protégeant de son propre corps, la Faucheuse de Parisse lui évita d'être blessée. Un lourd sacrifice pour cette mère de famille qui ne regrettait à aucun moment son geste. Pour cette enfant que la jeune femme s'était juré de protéger toute sa vie après l'avoir adopté, ceci ne fut pas cher payer pour profiter de sa présence aussi longtemps que possible.

Toutefois une infime partie de son être en voulait à sa petite lune. Un sentiment honteux que l'albinos ne parvenait pas à refouler et qui se haïssait de ressentir cela ne serait-ce un instant. Lulutsu restait la personne que la Cipher Pol aimait plus que tout au monde. Celle-ci serait même capable de mettre sa vie en jeu comme elle l'avait prouvé ce jour-là. Alors lui reprocher ce qui lui était arrivé affecté grandement la mère de famille qui ne laissait rien paraître devant elle.

- " Quelle mère indigne tu fais... " Soupira-t-elle d'indignation tout en poursuivant de regarder les cicatrices à la couleur rougeoyante qui resteraient à jamais ainsi et qui zébraient une partie de son visage ainsi que son corps. " Tu devrais avoir honte de penser une chose pareille. Même si elle n'avait rien à faire là-bas, elle n'est pas responsable de cette explosion. " Continua à s'autocritiquer la Danse-lame avec une colère grandissante palpable au son de sa voix à la base si mélodieuse. " Même si elle n'avait pas été là, tu serais sûrement tombé dans ce piège pathétique... Et puis... "

Le cœur lourd de désapprobation à son propre égard, Chang'e planta ses yeux écarlates dans les deux rubis qui se reflétaient dans la glace. Ce qu'elle vit dans ce regard qui était le sien la fit bouillir de rage. Cette fenêtre sur son âme lui renvoyait sa propre culpabilité qui la fit serrer les poings tandis que sa respiration s'accélérer au rythme des battements de son palpitant.

- " Tout ça c'est ta faute !!! " S'emporta la nymphe avec une telle haine que les muscles de son corps se tendirent au moment où des petites gouttelettes de sang commencèrent à perle de la paume de ses mains en raison de ses ongles qui s'y étaient légèrement enfoncés. " Si tu n'avais pas perdu ton temps à lui faire la leçon, tout aurait pu être évité ! La seule coupable c'est toi ! "

Soudain, un bruit de verre se fit entendre au moment où la Sœur de Lune frappa avec force dans le miroir qui se brisa. Rapidement, la porte de la chambre où se trouvait la jeune femme s'ouvrit à la volée. Sur le pas de cette dernière apparu la délicieuse enfant de Chang'e qui affichait un air inquiet en voyant sa mère dans le plus simple appareil au milieu de débris de verre qui jonchaient le tapis.

- " Maman... " S'exprima l'adolescente d'une voix hésitante après avoir découvert la scène quelque peu troublante tout en avançant vers elle à peu feutré. " Est.. Est-ce que tout va bien ? "

Pas un mot ne franchit les lèvres de la Déesse blanche en réponse à la question de sa fille qui arriva à sa hauteur pour constater que la main de sa tutrice saignait. Sans briser ce silence, la jeune fille passa un bras autour de la taille de sa mère qui se laissa faire quand celle-ci fut guidée vers la salle de bain.

Avec une immense douceur, son rayon de lune s'occupa d'elle comme cette dernière l'avait tant fait tout au long de sa vie. Saisissant délicatement sa main ensanglantée, elle la passa sous un filet d'eau qui coulait du robinet sur la plaie superficielle. Ensuite, à l'aide d'une pince à épiler, Lulutsu retira les petits éclats qui s'y trouvaient sous le regard attendrit de la tueuse à la lune rousse qui avait retrouvé son calme.

- " Je suis désolée ma chérie... " Souffla tristement la Danse-lame en plongeant son regard dans celui de sa fille qui en retour déposa un doux baiser sur sa joue avant de reprendre son office.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27500-les-preceptes-de-la-lune
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27478-danse-sous-la-nouvelle-lune#283069
Le reflet de l’âme
Il n fallut pas plus de quelques minutes à l'adolescente pour finir de soigner la main de sa mère qui se voyait maintenant enveloppé dans un bandage. Dans un calme où seuls des bruits de pas se résonnèrent dans la salle d'eau, la jeune fille s'affaira pour préparer un bain revigorant à sa mère. Sous le regard attentif de l'albinos, Lulutsu y fit couler le contenu d'une huile essentielle qui se mélangea à l'eau à température ambiante.

Ni trop froide, ni trop chaude, cette dernière remplit rapidement la baignoire d'où des effluves relaxants se dégageaient. Enfin prêt, la petite lune pris tendrement la main de l'agente qui s'y plongea avec délectation. Un moment fort agréable qui ne faisait que commencer après cet ascenseur émotionnel dont elle fut victime. Car à peine installée, ce fut au tour de sa fille d'ôter ses vêtements pour l'y rejoindre.

Alors que son rayon de lune en enjambait le rebord céramique, Chang'e l'observa sans rien dire tout en se rendant compte de la magnifique jeune fille qu'elle était devenue avec les années. Cette dernière n'avait plus rien a voir avec la fillette de huit ans qu'elle avait recueillit au son de son Ordre il y a maintenant neuf ans. Non, son petit bébé était dorénavant une femme d'une grande beauté.

- " Tu as tellement changé en trois ans. " Souffla la mère de famille au moment où son enfant affichant un sourire complice s'attachait les cheveux pour les empêcher de toucher l'eau. " Je ne m'en étais pas rendu compte jusque-là, mais tu n'es plus une petite fille. Tu es devenue grande. Assez pour t'occuper de ta vieille mère. "

- " Merci. " S'exprima l'adolescente en rougissant face à ces compliments qui lui allait droit au cœur. " Mais... " Reprit-elle tout en saisissant un gant dont elle usa pour faire la toilette de sa mère en commençant par son avant-bras. " Je ne t'arrive toujours pas à la cheville de ce côté-là. " Déclara la jeune Geim qui éclaboussa légèrement sa mère qui alors faisait grise mine en entendant ces mots afficha un sourire amusé. " Tu restes toujours mon modèle quoi qu'il arrive tu sais. Peu importe ces marques qui recouvrent ton corps, tu es toujours la même à mes yeux. "

Des paroles justes qui firent mouche aux oreilles de la Danse-lame qui l'en remercia chaudement. Oui, la Parissienne ne se trompait pas. Son petit rayon de lune avait vraiment bien grandi. Alors que ce fut elle qui du la réconforter lorsqu'elle lui annonça son départ pour le Cipher Pol, c'était maintenant son tour de lui remonter le moral. Une immense fierté emplit le cœur de la Déesse blanche en voyant un tel changement. Un point qui n'échappa pas à la jeune fille qui en voyant le visage de sa mère s'illuminer lui offrit son plus beau sourire.

Profitant de cet instant magique entre mère et fille, les deux demoiselles continuèrent de papoter tranquillement. Le temps sembla se figer durant leur échange riche en sentiments alors que toutes deux semblaient vivre un rêve éveillé dont leurs cœurs avaient tant espéré. Malheureusement, la température de l'eau devenue froide avec les minutes qui s'écoulèrent les rappela à la réalité.

Ensemble, tandis que la baignoire se vidait de son contenu, les deux femmes s'enveloppèrent d'une serviette avant de commencer à se préparer pour le rendez-vous qui les attendait. Car oui, cette gentille famille ne se trouvait pas sur Mariejoa par hasard. Leur présence sur cette île avait pour but d'introniser officiellement la petite lune au sein de l'organisation du Gouvernement Mondial. Un acte qui avait tout son sens au vu des dernières paroles que Chang'e avait eu avec l'agente Tarentule en lui disant que son enfant en faisait déjà partie. Mais surtout, cela leur permettrait de pouvoir rester toujours ensemble.  

Pour ce faire, cet entrevu avec la directrice de la branche numéro trois, Elcat Félicia, était crucial. C'est donc en vitesse que l'albinos et sa fille s'apprêtèrent afin de ne pas la faire attendre plus que de raison. Seulement, alors qu'elle s'apprêtait à mettre la touche finale à son maquillage, la main de Chang'e fut prise de léger tremblement incontrôlé.

- " Pas maintenant... " Se plaignit la demoiselle en regardant la main qui tenait son rouge à lèvre frissonnée plus fortement au fur et à mesure que le temps passé.

Alerté par les mots de sa mère, Lulutsu qui finissait de nouer son nœud rouge dans sa longue chevelure violette la regarda interloquer. Rapidement ses deux améthystes se posèrent sur les spasmes dont l'albinos souffrait. Devant la détresse de sa tutrice, la petite lune s'éclipsa rapidement en dehors de la salle d'eau. Sans attendre, cette dernière se précipita vers la table de chevet dont elle ouvrit le tiroir pour se saisir d'un petit flacon avant de retourner auprès de la Sœur de Lune.

- " Tiens, tes médicaments. " S'exclama l'adolescente dont la voix trahissait l'empressement de voir sa mère allait mieux en prenant son traitement qui devait l'aider contre son intoxication au Guano.

Sous l'effet du manque provoqué par cette drogue immonde, la Déesse blanche se saisit rapidement du petit cachet rose que lui tendait son rayon de lune. Seulement, les tremblements devenant de plus en plus violents la firent lâcher le médicament qui tomba sur le lavabo devant une Chang'e qui sentait les battements de son cœur s'affoler. En réalisant l'urgence de la situation, sa fille attrapa le remède entre ses doigts fins et le guida aux lèvres pulpeuses de sa mère qui l'avala aussitôt.

Légèrement haletante, il fallut un bref instant à la Danse-lame qui du s'asseoir à même le sol en raison de sa tête qui lui tournait. À genoux à côté d'elle, Lulutsu lui épongea le front tout en la rassurant de son mieux.

- " Qu'est-ce que je ferai sans toi. " Susurra la mère de famille d'une voix emplie d'amour à son rayon de lune qui la serra dans ses bras en poussant un soupir de soulagement. " Heureusement que j'ai une petite infirmière à domicile. Bientôt il va falloir que tu changes mes couches tu vas voir. "

Des éclats de rire se propagèrent dans les pièces de l'appartement. La situation enfin sous contrôle, mère et fille se laissèrent aller à quelques plaisanteries pour détendre l'atmosphère avant d'enfin partir pour accomplir le destin de cette future recrue du Cipher Pol dont était si fière sa maman.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27500-les-preceptes-de-la-lune
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27478-danse-sous-la-nouvelle-lune#283069