Le Deal du moment : -50%
BODUM Bistro Set : Théière filtre 1 L + ...
Voir le deal
19.99 €

Une dette, un sauvetage.





❝L'ange Noir et la révolution.❞

❝Une dette, un sauvetage.❞- Kalgoro.




Pour être au courant des événements précédent, c'est ICI.

Kalgoro, épuisé et gravement blessé, s'extirpa de sa rencontre avec le Clown de Jade avec une détermination à toute épreuve mais aussi une méfiance persistante. Ses ailes d’ébène, autrefois symbole de sa force, se replièrent lourdement derrière lui alors qu'il se faufilait dans les ruelles sombres d’Inu Town. La douleur lancinante de son bras brisé pulsait à chaque pas, le faisant grincer des dents. Il savait que la Marine était à ses trousses, les cris et le cliquetis des bottes militaires se rapprochant de plus en plus.

Les rues étroites et sinueuses de la ville étaient un labyrinthe dans lequel Kalgoro tentait de se fondre. Les bâtiments, hauts, projetaient des ombres menaçantes, offrant à peine assez de couverture pour son imposante stature. Il passa devant des tavernes bruyantes et des marchés déserts, cherchant désespérément un endroit où se cacher. Chaque coin de rue semblait abriter un nouveau danger, chaque silhouette dans l'obscurité un potentiel ennemi.

Soudain, il entendit le cri strident d’un enfant et se figea. Son cœur battait à tout rompre, chaque son amplifié par son état de fatigue extrême. Il continua à avancer, ignorant la douleur qui irradiait de son bras et les vertiges qui brouillaient sa vision. Sa respiration se faisait de plus en plus haletante, chaque inhalation une lutte contre la perte de conscience qui menaçait de l’engloutir.

Il finit par trébucher dans une petite allée obscure, ses forces l’abandonnant. Sa vision se brouilla, les sons autour de lui devenant de plus en plus lointains. Il tenta de se relever, mais ses jambes cédèrent sous le poids de sa carcasse. La dernière chose qu’il vit avant de sombrer dans l’inconscience fut le pâle éclat de la lune filtrant à travers une fenêtre brisée.

Des jours s'écoulèrent. Quand Kalgoro émergea enfin des ténèbres, il se trouvait dans un lit rustique, la pièce autour de lui plongée dans une douce pénombre. Il sentit la douleur sourde de son bras brisé, mais celle-ci était atténuée, comme si quelqu'un avait pris soin de lui. Ses yeux s'ajustèrent lentement à la lumière tamisée de la pièce, et il aperçut un homme assis près de lui, le regard fixé sur lui avec une intense concentration.

« Bon réveil, guerrier, » dit l’homme d’une voix calme et profonde.

Kalgoro essaya de se redresser, mais son corps protesta violemment. « Où suis-je ? » demanda-t-il, sa voix rauque et faible.

« Tu es en sécurité, je m'appelle Warren Vandersky, digne patron de l’auberge du ciel où tu te reposes haha » répondit Warren. « Nous t’avons trouvé évanoui dans une ruelle. Apparemment la Marine recherche activement un colosse à la chevelure blanche arborant une paire d’ailes noires sur le dos. »  lâcha subtilement Warren avant de sourire. «Tu as fait pas mal de dégâts, semble-t-il. »

Les souvenirs affluèrent dans l’esprit de Kalgoro, les divers affrontements contre les soldats de la Marine, la douleur de son bras brisé, le Clown de Jade et ses promesses. « Joey Wilson… » murmura-t-il.

Warren hocha la tête. « Oui, nous savons. j'ai des yeux et des oreilles partout en ville hahah. Malgré que ce soit un représentant du gouvernement, il semble sincère dans sa volonté de t’aider. Mais avant de faire quoi que ce soit, tu dois te reposer et guérir. »

Kalgoro serra les dents, luttant contre l’impulsion de se lever et de reprendre son combat. « Je ne peux pas rester ici. Je dois… »

« Tu dois survivre, » coupa Warren. « Et pour cela, tu as besoin de temps. Nous veillons sur toi. La Marine n’ose pas s’aventurer dans cette partie de la ville. »

Les jours suivants, Kalgoro resta alité, son corps lentement mais sûrement récupérant de ses blessures. Warren, toujours présent, veillait sur lui, s'assurant qu'il mangeait et buvait suffisamment. Peu à peu, Kalgoro commença à baisser sa garde, reconnaissant malgré lui la sincérité et le soutien de l'aubergiste.

Un soir, alors que le crépuscule teignait la pièce de nuances de pourpre et d’or, Warren prit la parole. « Kalgoro, je ne t'ai pas tout dit.» Lâcha le vieillard à la barbe grisonnante. « Je ne suis pas qu'un simple patron d'auberge, je suis un valet de l'armée révolutionnaire. Je suis à la tête du réseau pour la cause d’Inu Town et nous avons tous souffert sous le joug du gouvernement mondial. Chacun d’entre nous a une raison de se battre. Mais nous avons aussi appris que parfois, il faut savoir faire confiance. Malgré qu’il représente tout ce que tu détestes, cet agent du gouvernement veut t’aider, pourquoi ? Ça reste assez floue, mais si tu veux vraiment retrouver ta famille. Tu auras besoin d’alliés comme lui, mais comme nous aussi.»

Kalgoro resta silencieux, ses yeux fixés sur le plafond. La douleur de ses défaites, la rage qui bouillait en lui, tout cela ne pouvait pas être éteint par de simples paroles. Mais au fond de lui, il savait qu’il avait besoin d’aide, de cette alliance fragile. Pour sa famille, pour son peuple, il devait essayer.

« Possible. » dit-il finalement, sa voix basse mais déterminée. « Je vais peut-être essayer. Mais si vous me trahissez, je vous ferai regretter de m’avoir sauvé. »

Warren acquiesça, un léger sourire sur les lèvres. « Nous ne te trahiront pas, Kalgoro. Grâce à l’armée révolutionnaire, nous allons renverser ce monde corrompu. »


Code by Laxy Dunbar


Dernière édition par Kalgoro le Jeu 11 Juil 2024 - 12:29, édité 3 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27969-ft-de-kalgoro




❝L'ange Noir face au Clown de Jade.❞

❝Les ennuies continus.❞- Kalgoro.


Les jours passèrent et Kalgoro récupéra lentement sous les soins d’une infirmière aux odres de Warren Vandersky. Le guerrier Shandia, bien que toujours empli de rage, commença à accepter l’idée de coopérer avec ces révolutionnaires du moins pour rembourser sa dette concernant les soins reçus. Warren, observant attentivement les progrès de Kalgoro, décida qu’il était temps de mettre le colosse à l’épreuve d'une manière qui servirait également la cause révolutionnaire.

Un soir, alors que le vent soufflait doucement à travers les ruelles d’Inu Town, Warren entra dans la pièce où Kalgoro se reposait. Le Shandia, assis sur le bord de son lit, examinait son bras brisé qui se remettait lentement. Les bandages propres et les herbes médicinales appliquées par Warren avaient fait leur effet.

« Kalgoro, » commença Warren, son ton sérieux attirant immédiatement l’attention du guerrier. « J’ai une mission pour toi. Quelque chose d’important pour moi, et je pense que tu es le mieux placé pour la mener à bien. » Kalgoro releva la tête, son regard perçant rencontrant celui de Warren. « Quelle mission ? » demanda-t-il, sa voix empreinte de curiosité mais aussi de défiance.

Warren s’assit en face de lui, prenant une inspiration avant de continuer. « Nous avons perdu le contact avec un petit groupe de nos camarades ici, à Inu Town. Ils ne répondent plus à nos communications escargophonique, et nous craignons qu’ils aient été capturés par la Marine ou pire. Nous devons savoir ce qui leur est arrivé et les récupérer si possible. » Kalgoro fronça les sourcils, son esprit tournant rapidement alors qu’il évaluait les implications de cette mission. « Pourquoi moi ? Vous avez sûrement d’autres membres qui peuvent faire cela. »

« En temps normal je te demanderai de rester calme et de ne plus t'agiter en ville, mais la..Nous avons besoin de quelqu’un comme toi ; une brute. Tes exploits contre la marine il y’a quelque jours ont ravivé la flamme chez certains de nos partisans, mais surtout...» répondit Warren. « Nous avons besoin de quelqu’un qui puisse agir rapidement et efficacement si les choses tournent mal. Ta force et ta détermination sont exactement ce qu’il nous faut. De plus, la Marine te cherche toujours activement. Utiliser cette situation à notre avantage pourrait nous permettre de retrouver nos camarades sans attirer trop d’attention sur nos opérations principales. »

Kalgoro serra les poings, ressentant à nouveau la douleur sourde de son bras contenue dans une attelle de fortune, mais aussi une montée d’adrénaline à l’idée de rembourser sa dette. [color=#998997]« Très bien, j’accepte pour te rembourser la dette que j’ai envers toi. Où dois-je commencer ? »[/color]

Warren lui tendit une carte de la ville avec plusieurs points marqués en rouge. « Voici les derniers endroits où nos camarades ont été vus. Commence par là. Sois prudent, la Marine patrouille intensément dans ces zones. »

Kalgoro hocha la tête, prenant la carte. « Je les retrouverai, » déclara-t-il d’une voix rauque accompagné d’un regard glaciale.

Le lendemain matin, Kalgoro se mit en route, enroulant soigneusement ses ailes autour de lui pour éviter d’attirer l’attention. Capuche baissé, il se déplaçait dans les ruelles sombres, évitant les patrouilles de la Marine avec une habileté surprenante pour un homme de sa taille. Son esprit était focalisé sur la mission, mais les souvenirs de sa famille et de son peuple massacré ne cessaient de hanter ses pensées, alimentant sa détermination.

En approchant du premier point marqué sur la carte, un petit entrepôt abandonné, il sentit une présence. Se glissant silencieusement à l’intérieur, il trouva des traces de lutte : des meubles renversés, des papiers éparpillés, et des taches de sang séché sur le sol. Kalgoro serra les dents. Ses camarades révolutionnaires avaient manifestement été attaqués. Il continua à chercher des indices, suivant une piste qui le mena à travers plusieurs bâtiments et ruelles. À chaque étape, il trouvait de nouvelles traces et des messages griffonnés à la hâte, des symboles de la révolution cachés sous des pierres ou des bancs. Finalement, il arriva à un vieil immeuble en ruines, à l’écart des zones de patrouille de la Marine.

Kalgoro entra prudemment, ses sens en alerte. Il descendit un escalier en colimaçon, débouchant sur une grande pièce souterraine où plusieurs silhouettes se tenaient, visiblement sur leurs gardes. Avant qu’il ne puisse dire quoi que ce soit, l’une des silhouettes s’avança, révélant un visage crispé par la peur.

« Qui es-tu ? » demanda l’homme, ses yeux s’écarquillant de surprise sous l'emprise de la peur. « n’avance plus sinon je te bute !  »
Kalgoro, s’adressant à un des révolutionnaires disparus et blessé, il répondit avec gravité. « Warren m’a envoyé vous retrouver. Vous êtes tous en danger. »

L’homme surpris répondit. « Si Warren t’envois nous pouvons te faire confiance.» avant de reprendre en haletant « Nous savons. La Marine nous traque comme des gibiers. Nous avons dû nous cacher ici pour survivre. »

Kalgoro regarda autour de lui, notant les visages fatigués et blessés des révolutionnaires composés d’une équipe de dix personnes. « Il est temps de sortir d’ici, » déclara-t-il. « D’après Warren, la révolution a encore besoin de vous. »

Avec l’aide de Kalgoro, les révolutionnaires commencèrent à organiser leur fuite de l’abri souterrain. Chaque mouvement était calculé, chaque pas silencieux. Kalgoro, guidé par sa rage mais aussi par une nouvelle détermination à protéger ceux qui luttaient contre le même ennemi, se jura de ramener ces hommes et ces femmes en sécurité, prouvant ainsi à lui-même et aux autres qu’il pouvait être plus qu’un simple instrument de vengeance.


Code by Laxy Dunbar


Dernière édition par Kalgoro le Jeu 11 Juil 2024 - 14:17, édité 2 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27969-ft-de-kalgoro




❝L'ange Noir et la révolution.❞

❝Une dette, un sauvetage.❞- Kalgoro.


Kalgoro aidait les révolutionnaires blessés et épuisés à se préparer à quitter leur refuge souterrain. Les tensions étaient palpables, et chaque son venant de l’extérieur faisait sursauter les combattants. Ils savaient que le moindre faux pas pouvait leur coûter la vie. Les premiers rayons du jour commençaient à filtrer à travers les fissures des murs en ruine lorsque Kalgoro, en tête du groupe, fit signe aux autres de le suivre. Ils s’engagèrent dans un réseau de ruelles étroites, longeant les bâtiments abandonnés pour éviter les patrouilles de la Marine. Mais leur prudence ne tarda pas à être mise à l’épreuve quand le groupe du emprunter une rue parallèle à une artère extrêmement populaire de la ville.

Un sifflement strident fendit l’air, suivi d’un cri de douleur. L’un des révolutionnaires s’effondra, une flèche plantée dans son épaule. Kalgoro, les sens en alerte, se retourna brusquement, cherchant la source de l’attaque. Des silhouettes apparurent sur les toits, une vingtaines de chasseurs de primes armés d’arc et de flèches, mais aussi d’épées en tout genre. Ils avaient tendu une embuscade, profitant de la fatigue des révolutionnaires. Leurs regards étaient froids et calculateurs, et leurs sourires malsains promettaient une violence imminente.

« On vous tient enfin, vermines de la révolution ! » s’écria plusieurs membres du groupe des chasseurs de primes. « Allez les gars, on y va ! » Lâcha leurs chef, un homme massif à la barbe hirsute et aux cicatrices multiples.

Kalgoro sentit la rage monter en lui, brûlant comme une flamme incontrôlable. Son bras brisé était encore douloureux, mais il savait qu’il devait protéger ses camarades à tout prix. Il déploya ses ailes d’ébène avec une force renouvelée, prêt à affronter les chasseurs de primes.

« La marine nous a donné la possibilité de les tuer, nous avons juste besoin de leurs têtes! Alors tuez-les tous ! » ordonna le chef des chasseurs de primes.

Les révolutionnaires, bien que blessés et affaiblis, se mirent en formation, prêts à défendre leur vie. Kalgoro se précipita en avant, son corps étant une machine de guerre alimentée par la haine, la rage et la détermination.

Le premier chasseur de primes s’approcha de lui, il brandissait une épée courte, mais Kalgoro l’esquiva avec agilité, utilisant ses ailes pour se propulser rapidement sur le côté. D’un mouvement fluide, il attrapa le bras de son adversaire et le tordit avec une force brute, faisant craquer les os dans un bruit sinistre, puis il lui attrapa la gorge avec une puissante poignée de fer pour lui arracher violemment l'oesophage, faisant gicler une gerbe de sang du défunt chasseur de prime sur le torse du guerrier shandia.

Un autre chasseur, armé d’un fusil, tenta de tirer sur Kalgoro, mais le Shandia balança le corps sans vie de son opposant pour servir de bouclier humain et se jeta en avant, esquivant une balle de justesse. Il attrapa l’homme par la gorge et le souleva du sol, le regard empli de rage. Avec une force inouïe, il écrasa le chasseur de primes contre un mur, l’incrustant dans celui-ci, l’assommant sur le coup.

Les révolutionnaires, inspirés par la furie de Kalgoro, se battaient avec tout ce qu’ils avaient. Les coups pleuvaient, le sang coulait, et les cris de douleur et de rage remplissaient les ruelles étroites.

Kalgoro fit face à plusieurs adversaires à la fois, utilisant ses ailes comme bouclier et arme. Ses poings frappaient avec une force presque surnaturelle, brisant les os de ses adversaires et envoyant ses ennemis voler. Le chef des chasseurs de primes se jeta dans la mêlée, brandissant une énorme hache. Il chargea l'ange, hurlant de rage. Le Shandia esquiva le coup de justesse, mais la hache effleura son aile droite, laissant une coupure profonde laissant s'échapper une grosse trainée de sang. Blessé, mais ignorant la douleur grâce à l’adrénaline que lui procurait le combat, Kalgoro contre-attaqua, frappant le chef au ventre avec un coup de pied puissant.

Le chef recula, grognant de douleur, mais il n’était pas encore vaincu. Il se redressa, ses yeux remplis de haine, et se jeta à nouveau sur Kalgoro. Les deux hommes se battirent avec une violence brute, leurs coups résonnant comme des coups de tonnerre.

« T’as tête ne me dit rien ! Tu ne vaux rien du tout ! C’est tes camarades, leurs primes sont alléchantes ! » dit-il avant de reprendre en beuglant. « ALORS CREVE ! »

Le chef du groupe de chasseur de prime se jeta sur le shandia assenant des violents coup de haches que l’ange noir esquiva tant bien que mal. Kalgoro, poussé par sa rage et sa détermination, finit par prendre le dessus. Grâce à un uppercut à la mâchoire, son adversaire fit tomber son arme et le colosse à la peau ébène en profita pour l’attraper par le manche, avec un cri de guerre, il la planta violemment dans le torse de son adversaire, tranchant la chaire de celui-ci sans grande difficulté. Il saisit ensuite le chef par la gorge, ses yeux brûlant de fureur.

« J'ai l'impression, que c'est toi qui va crevé ! »grogna-t-il avant de fracasser la tête du chef contre le sol avec une force dévastatrice, prit par l’excitation du combat et aveuglé par sa rage, le shandia décida d’en terminer avec lui en sautant à pied joint sur le crâne de son opposant lui brisant la nuque.

Les autres chasseurs de primes, voyant leur chef perdre la vie, commencèrent à battre en retraite, leurs visages pâles de peur. Le shandia, respirant lourdement, se tourna vers les révolutionnaires restants.

« On doit partir maintenant, » dit-il, sa voix ferme mais teintée de fatigue.

Les révolutionnaires, bien que blessés, se regroupèrent rapidement, suivant Kalgoro à travers les ruelles sombres. Ils se frayèrent un chemin jusqu’au repère de Warren, un endroit sûr, loin des patrouilles de la Marine et des chasseurs de primes.

Une fois en sécurité, l’ange aux ailes noires se laissa tomber contre un mur, épuisé. Ses ailes tremblaient de fatigue et de douleur laissant une traînée de sang contre le mur, et son bras brisé pulsait de douleur. Warren s'approcha de lui, posant une main rassurante sur son épaule.

« Merci, Kalgoro, » dit Warren, sa voix pleine de gratitude. « Grâce à toi, nous avons pu sauver nos camarades. »
Kalgoro hocha la tête, son regard toujours sombre. « Maintenant que ma dette est remboursée, » murmura-t-il. « Je continuerai à me battre, pour venger mon peuple et retrouver ma famille, mais seul. Je n’ai pas ma place dans l’armée révolutionnaire. » Le guerrier Shandia se racla la gorge avant de cracher une petite giclée de sang. « Le vieux Warren as tu quelques informations à me donner concernant ma famille avant que je quitte ton repère pour reprendre ma route. » Dit-il en fronçant les sourcilles.

Avec ces mots, Kalgoro savait qu’il avait potentiellement trouvé une nouvelle cause à laquelle se dévouer, mais sa haine qui brûlait en lui était tellement importante qu’elle l’avait consumée entièrement. Il n’avait pas de temps à perdre, il était prêt à tout sacrifier pour voir justice rendue et retrouver sa famille.

Warren le regarda avec un mélange de tristesse et de respect. Il connaissait la douleur de Kalgoro, une douleur qui ne disparaîtrait jamais tant que sa quête de vengeance n'était pas achevée. Il hocha la tête, signalant à un de ses hommes de venir avec une carte et quelques documents.

« Kalgoro, » commença-t-il doucement, « j'ai des informations. Ce ne sont peut-être pas les réponses que tu cherches, mais c'est un début de piste. »

Le révolutionnaire s'approcha avec une carte de la région et des papiers, qu'il déposa devant Kalgoro. Warren désigna plusieurs points sur la carte, ses doigts marquant les lieux clés.

« D'après nos informateurs, des anges à la peau ébène auraient été aperçus pour la dernière fois ici, » dit-il en pointant l'île de Zaun à la périphérie du territoire contrôlé par la Marine le port sud de l'île. « On parle d'un camp de prisonniers. La Marine à décidé de reprendre le contrôle de Zaun et ils ont tendance à utiliser des prisonniers voir des civils comme main-d'œuvre. C'est un endroit moyennement bien gardé, mais avec les bonnes informations et une stratégie, tu pourrais avoir une chance. »

Kalgoro examina la carte attentivement, mémorisant chaque détail. Sa respiration se fit plus lourde à mesure que l'adrénaline le quittait, laissant place à une douleur lancinante. Mais il serra les dents, refusant de montrer la moindre faiblesse.

« Merci, Warren, » dit-il enfin, levant les yeux pour rencontrer le regard de l'homme plus âgé. « Je vais y aller. »

Warren posa une main ferme sur l'épaule de Kalgoro. « Sois prudent. Tu es un guerrier formidable, mais seul contre la Marine, même toi, tu auras besoin de toutes les aides possibles. Prends soin de toi et... n'oublie pas que tu as des alliés. Si tu as besoin de nous, on sera là. »

Kalgoro hocha la tête, puis, sans un mot de plus, il se leva. Il rangea la carte et les documents dans sa poche, puis se dirigea vers la sortie. Les révolutionnaires restants lui adressèrent des signes de respect et de gratitude, mais il ne les voyait plus. Sa vision était focalisée sur une seule chose : retrouver sa famille et faire payer ceux qui leur avaient fait du mal et grâce à cette piste infime soit elle, il eut une once microscopique d'espoir qui s'immisça dans son esprit.

Lorsqu'il sortit du repère de Warren, les premières lueurs de l'aube baignaient la ville d'une lumière douce et apaisante, en contraste frappant avec la violence et la rage qui tourbillonnaient encore en lui. Kalgoro se fraya un chemin à travers les ruelles, ses ailes repliées serrées contre son dos pour minimiser son encombrement.

Il marchait d’un pas déterminé en direction du port, ignorant la douleur qui pulsait dans son bras et la fatigue qui alourdissait chacun de ses mouvements. Chaque pas qu'il faisait était un pas de plus vers la justice et la réunion avec ceux qu'il aimait. Kalgoro savait que son chemin serait semé d'embûches, mais rien ne pourrait l'arrêter.

En atteignant la périphérie de la ville, il s'arrêta un moment, levant les yeux vers le ciel. Une prière silencieuse connue de son peuple pour la force et la protection de sa femme et ses deux enfants passa sur ses lèvres. Puis, il s'élança entre les passants en direction du quai où il espérait trouver un équipage de marins voulant l'accepter à bord pour un trajet vers l'île de Zaun en échange de ses services de manutentionnaire.



Code by Laxy Dunbar

  • https://www.onepiece-requiem.net/t27969-ft-de-kalgoro




❝L'ange Noir et la révolution.❞

❝Une dette, un sauvetage.❞- Kalgoro.


La chaleur de la journée commençait à diminuer alors que le soleil déclinait lentement à l'horizon, projetant des teintes orangées et pourpres sur les eaux calmes du port. Kalgoro, marchant d'un pas décidé, le shandia atteignit le quai, ses pensées focalisées sur son objectif avec les documents contenant des informations sur des membres du gouvernement et la carte que Warren lui avait donné soigneusement rangé dans son baluchon posé sur son épaule. Alors qu'il s'approchait des quais, une voix féminine familière l'interpella, interrompant le flot de ses pensées.

"Kalgoro! C'est vraiment toi?"

Il se retourna brusquement et aperçut Elara, la jeune femme membre de l'équipage de La Sereine, dirigé par le capitaine Drexel. Elara, avec ses longs cheveux auburn et ses yeux pétillants, courait vers lui, un sourire radieux illuminant son visage. La joie et l'euphorie qu'elle éprouvait à retrouver Kalgoro étaient palpables.

"Kalgoro, je n'arrive pas à croire que c'est toi!" s'exclama-t-elle en arrivant à sa hauteur. "Tu m'as tellement manqué. L'équipage t'a cherché partout après que tu sois parti, je me suis inquiétée pour toi !"

Kalgoro, surpris mais heureux de voir une alliée en ces temps troublés, lui offrit plus qu'un légé rictus, un sourire rare mais sincère. "Elara, c'est bon de te revoir. J'espérais justement retrouver le capitaine Drexel et le reste de l'équipage. J'ai besoin de votre aide."

Elara, complètement euphorique, lui prit la main avec une familiarité réconfortante. "Viens, nous devons absolument retourner à bord de La Sereine. Le capitaine Drexel sera ravi de te revoir, et nous pourrons reprendre la mer ensemble. Nous pouvons t'aider Kalgoro. Tu n'es pas seul."

Sans plus attendre, elle le guida vers le navire. La Sereine, avec ses voiles majestueuses et sa coque robuste, semblait prête à reprendre la mer à tout moment. À bord, les membres de l'équipage vaquaient à leurs occupations, mais l'arrivée de Kalgoro ne passa pas inaperçue. Des sourires et des salutations chaleureuses l'accueillirent alors qu'il montait sur le pont.

Le capitaine Drexel, un fier marin avec une barbe grisonnante et des yeux perçants, s'avança vers eux, ses traits s'adoucissant en voyant Kalgoro. "Kalgoro! C'est une bonne surprise. Que nous vaut cet honneur, je ne pensais vraiment pas te revoir ?"

Kalgoro, avec une gravité dans la voix, répondit, "Drexel, j'ai découvert un début de piste sur l'île de Zaun. Des anges de ma couleur de peau s'y trouve. J'ai besoin de votre aide pour m'y rendre et me rendre compte de mes propres yeux si ce sont ma famille !"

Drexel hocha la tête, sa détermination égale à celle de Kalgoro. "Nous sommes avec toi, Kalgoro. Prépare-toi à reprendre la mer. Nous mettrons le cap sur l'île de Zaun dès que possible."

Elara, toujours à ses côtés, serra sa main avec force. "Nous allons les retrouver, Kalgoro. Ensemble, nous y parviendrons."

Le shandia à la peau ébène ressentit une vague de gratitude et de détermination renouvelée. Avec des alliés comme ceux de La Sereine, il savait qu'il avait une chance de réussir. Tandis que le navire commençait à se préparer pour le départ, Kalgoro sentit une lueur d'espoir se raviver en lui. La route serait longue et semée d'embûches, mais il était prêt à affronter n'importe quel défi pour retrouver sa famille.



Code by Laxy Dunbar
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27969-ft-de-kalgoro