AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  

Le Deal du moment : -62%
DODO Oreiller Grand luxe Quallofil Allerban ...
Voir le deal
14.99 €

[FB]A bord du Susanoo

Drogo
Drogo

♦ Localisation : North Blue
♦ Équipage : Les Bloody Sorrow, j'en suis même le Capitaine s'tu veux tant savoir !

Feuille de personnage
Dorikis: 2649
Popularité: -146
Intégrité: -134

Mar 4 Oct 2011 - 19:26

La mer était calme, le soleil resplendissant et le ciel dénué du moindre nuage…quelques oiseaux, qui devaient surement être mouette, parcourait le ciel à la recherche d’un met qu’elles pourraient se mettre sous le bec..rien ne venait perturbé la sérénité des remous incessant de cette grande Mer au proportion infini. Rien, à l’exception d’une petite chaloupe qui venait scinder en deux les mouvements hypnotiques des flots marins. L’embarcation avançait à faible allure. Trois longs mats de tailles différente noir assortie à des voiles orientales d’un rouge usée, fade se répartissait à l’avant du navire, en son plein milieu et une plus petite à l’arrière. A eux seuls les mats dominaient l’ensemble de l’embarcation. Le pont, de long en large devait effleurer la centaine de mètres pour une trentaine de mètre en largeur. De long cordage prenant source aux points culminants des mats, ce qui avait tendance à entraver toute progression sur le pont, de nombreux bras semblaient être nécessaires à l'entretient du navire. Les remparts en bois, empêchant quiconque de tomber à la mer, se rejoignait à l’avant du bateau pour aboutir sur une splendide figure de proue à l’effigie d’une gueule de Dragon rugissant à plein poumons…effrayant ! La poupe du navire faisait office de dunette, un petit bâtiment surélèvé par apport au pont dominait l’ensemble du navire. On y trouvait les appartements du capitaine ainsi que l’armurerie. Face à eux se trouvait la zone prévus au navigateur ou au capitaine du navire beuglant ordres sur ordres à ses hommes.

Près du mat principal se trouvait un accès à la cale qui avait été auparavant aménagé pour y contenir les chambres de l’équipage, une longue cuisine disposé près d’un large salon joliment décoré. L’ensemble était éclairé à la lumière de vielles lampes à huile qui avaient pour défaut de laisser se diffuser derrière elle une odeur cuivré pas si désagréable. En plein dans les appartement de l’équipage se trouvait disposé six canons, trois à bâbord et trois à tribord qui une fois déployé faisait office d’artillerie au navire.

La muraille, partie surplombant la coque était là justement pour disposer les canons.
A l’exception de ces petits détails, le navire était d’un commun effrayant et ne semblait en rien à un bateau pirate, surement que l’emblème faisait défaut.


Les mouettes, attiser par leurs désirs de manger ne serais ce que des déchets ne t’ardèrent pas à repérer le dit bateau. Très vite, une, puis deux enfin trois mouettes entreprirent des tours circulaires au dessus de celui-ci. Il fallut attendre l’espace de quelques secondes avant que l’une d’elle défèque au dessus du bateau.


« Splash » Le paquet plongea droit dans la mer. A quelques centimètres du pont. « Pfiou, c’était moins une ! Casse toi salope de mouette !! »

Un bocal en verre remplit de biscuit vint chasser les bêtes, préférant fuir que de se prendre les projectiles. Cependant elles ne tardèrent pas à revenir, mais ça Drogo ne l’avait pas aperçu, il était retourné à ses occupations après avoir regretté son dernier bocal de biscuit. Le jeune pirate, vêtu de son kimono habituel était assis contre le rebord du bateau, une canne à pêche à la main, les jambes pendant dangereusement aussi de l’eau salée. On pouvait lire sur son visage un sentiment d'insouciance mêlé à un ennuie certain. Il était évident que la pêche n’était pas un loisir qui lui était destiné, mais sur mer c’était l’unique moyen pour les marins d’eaux douces de s’approvisionner en poisson. Même si il n’en était pas frillant la faim l’obliger à se soumettre à cette coutume…du moins tant qu’il n’aura pas amarré sur un quelconque port ou qu’il fasse la moindre prise. Les régîmes biscuitaire, c’était pas son truc non plus..Sans compter que les derniers qui étaient en sa possession devaient dorénavant orner les fonts marins.

Le navire sur lequel il voguait était bien trop grand pour contenir à son bord une seule personne, rien que la navigation requérait des compétences qu’il était à des lieux d’avoir, à mieux y regarder on comprenait vite que la chaloupe sillonnait la mer sans destination ni but précis. Comment Drogo en était arrivé la ? Cela ne résultait que d’une rencontre pour le moins étrange et l’alliance qui s’en suivit.


Il s’agissait de son camarade « Bruce » qui lui avait laissé le bateau sans explications de sa part. Il avait rédigé à son intention une courte missive dont le contenu se résumait à deux courtes phrases : « Vu que je suis sympathique je te laisse mon bateau ! Tache de me le ramener en état quand nous auront terminé nos aventures. »
Le message l’avait laissé perplexe, voilà deux semaines qu’il était entré en sa possession et qu’il ne savait toujours pas quoi en penser…en temps normal il se serait contentait de rire à la vue des exigences du pirate, toutefois ils avaient passé une alliance, même brève, mais les deux hommes étaient dorénavant associés. Mais est ce que cela avait vraiment de sens pour le Pan Dragon ? Pas tellement. Après tout c’était lui qui possédait le navire, rien ne l’obligeait à respecter sa parole, lui permettant ainsi de continuer ses aventures dans l’espoir de fondé lui-même un équipage, ou en rejoindre un déjà réputé. Ses plans pour son futur proche n’étaient pas totalement réfléchit, le doute persistait toujours. Mais l’idée d’alliance lui avait plut et pouvais parfaitement convenir à la résolution de son dilemme.

Bruce c’était éclipsé sans lui en dire plus, il le laissa seul avec ce bateau qu’ils volèrent assez facilement et un Log Pose qui sortait dont ne sait où. Grandline, l’objectif qui l’avait tant séduit, mais il n’était pas près à faire deux fois la même erreur, il devait devenir plus puissant et acquérir plus de renommé avant de se lancer sur la route périlleuse. L’alliance qu’ils formaient dorénavant allait surement lui permettre d’accélérer ce processus. Sans compter le fait que Bruce ressemblait étrangement au jeune assassin, c’en était à la limite du perturbant. Toutes ces raisons firent que Drogo décida –sans grande conviction- de respecter sa parole et de faire en sorte le jour opportun de le retrouver avec le bateau.


« ENFIN !! »

On avait mordu à l'hameçon, Drogo ne savait pas quel type de poisson avait pu tomber dans le piège mais il ne comptait décidément pas se laisser faire. Le jeune Pirate avait faillit se retrouver à l’eau, emporté par l’immense poisson qu’il devait avoir accroché, mais il avait réagit vite et c’était immédiatement redressé sur le bord du bateau avant de redescendre sur le pont, tout en tournant le plus vite possible le moulinet de la canne. Il se débâtait avec force et courage mais la force du poisson était plus forte que la sienne, quoi qu’il essayait il n’arrivait pas à le remonter, ou du moins très doucement.

Mais il se rendit vite compte que plus il reculait, moins la pression était forte…ou pas. Le bateau c’était mit à bouger tout seul, changeant de cape pour cette fois ci pointé dans la même direction que pointait la ficelle. C’était sur maintenant, ils avançaient, et de plus en plus rapidement ! Quand soudain, alors que Drogo se laissait aller à la panique en c’était mis à courir en rond sur le pont sans pour autant lâcher la canne à pèche prétextant que ça l’aidait à réfléchir –hum- un monstre marin d’une taille gigantesque émergea de l’eau créant par la même occasion d’immenses remous qui firent dangereusement tangué la chaloupe.
Une baleine aux tailles disproportionnés avait prit pour cible le bateau, le pêcheur allait être gobé, car oui la baleine venait d’ouvrir en grand sa gueule provocant ainsi d’intense courant marin. La bête aspirait toute l’eau qui l’entourait, Drogo et son navire avec.

Le pirate n’en croyait pas ses yeux, le bateau avançait à forte allure en plein vers le gosier de la baleine géante, celui-ci –le gosier- qui de loin ne ressemblait qu’à une tache noir se faisait de plus en plus grand et de plus en plus large.


« BWAAAAAAAAAAAAAAAHHHH !!! »

Drogo continuait ses tours incessant du pont tout en criant le plus fort possible, s’en était finit à coup sur, la baleine allait le digérer et il finirait mélanger avec ses défections au plus profond de la mer.
Sa canne avait été aspirer, le bateau n’allait pas tarder à suivre son chemin. Ils arrivèrent très vite à l’intérieur de la gueule de l’animal qui commença tout doucement à se fermer derrière lui. Le courant diminua rapidement, mais pas suffisamment pour qu’il puisse reprendre le contrôle. Au moins il avait réussit retrouver son calme, il se trouvait désormais à la barre et essayer tant bien que mal de diriger le navire, sans grand succès. Il franchissait désormais la trachée de l’animal, par chance sa connaissance en anatomie étaient relativement poussées. Et puis il ne fallait pas être un génie pour savoir que la trachée se séparait en deux voix, une pour l’estomac, l’autre pour les poumons. Si par malheur il y finissait il lui serait impossible de naviguer dans une zone sans eau. Heureusement l’accès était bouché, seulement si le navire rentrait en collision avec la zone de passage d’air celle-ci s’ouvrirait et le ferait chuter dans un espace sans sortie. Ainsi le pirate faisait de son mieux pour éviter les parois de la bête.

Puis tout se calma, il avait franchit l'oseophage sans dommage, il se trouvait désormais dans l’estomac de l’animal. Tout n’était pas perdu finalement. Seulement il n’y voyait rien, le pirate était plongé dans l’obscurité la plus totale sans compter l’odeur nauséabonde qui régnait dans l'organe. Toutefois il n’avait pas le temps de se plaindre. Il ne savait pas sur quoi il pouvait tomber et endommager le Susanoo, il n’en était pas question.

Il lâcha la barre du navire pour se précipiter aux cuisines pour en débouler quelques secondes plus tard avec une boite d’allumette. Très vite une puis deux puis une dizaine de lampe à huile accroché un peu partout sur le pont se retrouvèrent à éclairer sur un large périmètre l’estomac de la bête.


« A l’aide, s’il vous plait !! Par ici » « A l’aide, aidez nous ! »

Des voix avaient surgit de l’obscurité, de retour à la barre il fit en sorte que le navire se dirige en direction des voix. Il n’était pas du genre à venir en aide aux opprimés ou les personnes en danger, mais un peu de compagnie n’était pas de refus, et un ou deux cerveaux en plus pour trouver un moyen de sortir de ce bourbier étaient les bienvenues.

Au loin il aperçut une cage fait de morceau de bois relié entre eux par ce qui semblait être des fragments d’os flottant à faible allure dans sa direction. La cage créait des remous qui était forcément provoquer par quelque chose, les cages ça ne bougent pas toutes seules, surtout à cette vitesse.
Bingo, il avait vu juste. Deux hommes et une femme étaient les prisonniers de cette cage et tentaient tant bien que mal de ramer jusqu’au navire à l'aide de leurs bras.


« J’arrive…j’arrive. »

Il c’était de nouveau faufiler dans la cale pour en ressortir quelques secondes plus tard, une longue perche à la main. Il se positionna sur la proue et tendit en direction des prisonniers la perche qu’ils saisirent dès la première occasion. Il lui fallut attendre quelques instants avant de les voir débarqués accompagnés de la cage sur le pont. Ils avaient les mains et les jambes positionner entre les barreaux en bois.

L’un des trois visiteurs semblait plus vieux que ceux qui l’accompagnaient. Son visage était ferme, les cheveux coupé au ras du crane, une ou deux cicatrices ornaient son visage. Il avait tout l’air sauf amical, pourtant ceux qui l’accompagnait empester la banalité, des cheveux roses pour les deux, la fille semblait discrète tant dis que le garçon lui s’agitait de partout. Le plus vieux prit la parole.


« Humpf …merci…aide moi maintenant, tu veux ? »

« Euh..ouais ! Après ça faut que vous me racontiez ce qui vous est arrivez pour finir comme ça. Quelque chose me dit que ça vaut l’coup d’être raconter » Finit-il en rigolant. Après ça il se débrouilla à l’aide d'un long couteau provenant de la cuisine pour libérer les prisonniers. La tâche n’était pas aisée mais après plusieurs cri de rage et quelques plaies il réussit à les délivrer. Le plus jeune des deux garçons le couvra de remerciement. Les deux autres avaient gardés leurs distances…

Malgré le froid qui c’était installé entre eux, une heure plus tard ils se trouvaient à la pièce qui servait de salon à partager le vin ensemble.


« Alors comme ça c’est vous qui avez mordu à l’hameçon ? J’ai carrément cru que j’avais hameçonné une baleine à moi tout seul. Donc tout ça n’est que le fruit du hasard… »

« En quelques sortes oui, cela faisait une semaine qu’on était coincé des les poumons de la bête, on a essayé tant bien que mal de lui causer le plus de dégât dans l’espoir qu’elle nous recrache. Quand j’ai vu le cookie qui te servait d’hameçon, je n’ai pas pu m’empêcher de le gober d’une traite, c’est à ce moment là que tu nous as remonté. On y était presque, on avait atteint sa mâchoire quand elle a commencé à devenir folle et à agir n’importe comment. C’est là j’imagine qu’elle a du engloutir ton bateau. Et nous avec…Mais merci ! Merci beaucoup tu nous as été d’une grande aide. Laisse-moi me présenter, moi c’est Aïo et ça c’est ma sœur, Maka…et lui c’est Kintaro mon grand frère. »

Drogo en entendant l’histoire avait de nouveau éclater de rire, comme à sa coutume. Il porta sa coupe de vin aux lèvres quand Kintaro intervint brusquement.

« Ca suffit, à cause de toi Aïo on va se faire digérer en moins de deux heures par la baleine !! »

« Moi c’est Drogo, pirate à ses heures perdues…attend voir… pirate à plein temps en fait, j’ai arréter d’être un Assassin il semblerait. » Il marqua une pause puit se pencha vers Aïo. « Il a un problème ton frère ? »

Il répondit en murmurant tandis que l’autre semblait passer un savon à sa sœur qui n’avait toujours pas dit un mot.

« Mais parle bordel ! En plus d’être un boulet il faut qu’tu sois muette ? »
«Oui, enfin non…comment dire ? Il n’est pas facile, il est même vachement dur avec nous. Mais c’est pour notre bien tu sais, il a beau comme ça ressembler à un monstre sans lui on serait mort. Il nous a sauvé maintes et maintes fois, il nous a protégez depuis que nos parents sont partie…toujours. Même si il en demande beaucoup en retour… »

Drogo ne trouva rien à en redire. Il trouvait juste le garçon plutôt sympathique et malgré le danger qu’il risquait en restant plus longtemps à rester dans l’estomac de la baleine le Pän Dragon semblait passer du bon temps. Sans compter qu’il appréciait énormément perdre son temps dans cette pièce.

Les murs étaient tapissé de centaine de bibelot provenant de chaque lieu où le navire avait prit attache, des objets aux formes louches semblait même provenir de la route de tous les périls. Tout comme les voiles, tout était d’un rouge terne, les fauteuils qui étaient parssemé un peu partout, les énormes pouffes disposés dans le peu d’espace vide, le tapi difficilement repérable sous cet amas de meuble. Les rideaux aussi étaient assortie de la même manière, derrière eux se cachait de petites fenêtre colorés de vitraux orientaux qui laissait passé des lumières de couleur toutes différentes. Contre le mur du fond se tenait une énorme penderie contenant une centaine de livre poussiéreux que jamais Drogo n’eu l'occasion de touché jusqu’à présent. A ses côtés, accroché à deux poutres en bois pendait un hamac fait lui aussi d’un tissus rouge. Et enfin une cheminé se trouvait entre deux fauteuils et une dizaine de pouffe disposé en demi-cercle, sous une immense horloge qui touchait le plafond, qui dit en passant était relativement bas. C’était là que les quatre prisonniers de la baleine se trouvaient, entouré de trois bouteilles de vin vide.

Le temps c’était écoulé rapidement, le vin avait coulé et les têtes se mettaient à tourner. Etrangement les seuls qui semblaient un semblant bourré étaient Aïo et Drogo, les deux autres avait beau eu boire ils gardaient toute leur tête. Drogo ne l’avait sans doute pas remarqué mais cela faisait bien une heure que Maka et Kintaro semblait manigancer un coup foireux.


« Bon c’est pas tout, mais il est grand temps de s’barrer d’ici. Hm…on va faire simple, sortez tout ce que vous avez en votre possession, on va voire ce qui pourra nous être utile. »

Ils s’appliquèrent sans broncher, mais pas pour grand-chose. Le premier avait sur lui une poignet de Berry, un bout d’ficelle et des boutons d’chemise. Le deuxième lui avait avec lui un grappin et deux matraques de combat, celles qui forment un angle à quatre-vingt dix degré permettant ainsi à la matraque d’être disposé tout le long du bras. La dernière avait divers flacons de parfum, des aiguilles et une carte au trésor. Rien d’autre…A coup sur, ils devaient se sentir gêné en s’avérant être si peu utile, mais Drogo relativisa le grappin d’Aïo pouvait être utile.

« Bon…mes idées sont pas très clair, donc j’compte sur vous pour m’arrêter si j’divague."

A son tour il sortit ce qu’il avait dans ses poches. Trois fumigènes, un reste de cookie, le mot de Bruce soigneusement plié ainsi qu’un morceau d’avis de recherche.

« V’là mon idée, tout repose sur toi Aïo. »
« Ouais…il va tout faire foirer, comme d’hab »
« Non ! Pas vrai ! J’t’écoute Drogo, dis moi ce que je dois faire. »

Drogo avait rit à l’écoute de leur interaction avant de reprendre son calme.

« En gros j’ai l’intention de t’faire passer par le gros œsophage de la bête, pour ça tu grimperas en haut du mat, de la haut je te balancerais en direction du passage. Si c’est trop loin ton grappin pourrait être utile. Après ça tu va grimper, tout le long, jusqu’à ce que tu trouve une intersection, un truc tout visqueux qui ne s’ouvre que quand la baleine respire. Bah t’aura qu’à foncer dedans, comme vous l’avez fait pour rentrer. D’ici t’y balancera deux fumigènes. Après le reste ira de soit ahah tu nous attendras, elle va vouloir remonter à la surface, on va en profiter pendant qu’elle nous crachera pour nous enfuir. Je n’ai pas mieux. »

Aïo parut l’espace d’un instant hésitant mais il accepta, comme si il avait quelque chose à prouver. Certainement pas à lui, surement son frère mystérieux. La décision était prise, il n’avait plus qu’à mettre en place leur stratagème.

« Tu es prêt ? »

Drogo se trouvait tout en haut du mat principal, là où la vigie scrutait les horizons. Ils avaient réussit à approcher le bateau le plus près possible de la paroi, juste en dessous du chemin qu’ils avaient emprunté pour arriver ici.

« Ou..oui ! »

Il enclencha le mécanisme du grapin, le premier coup ne fut pas la bonne. Il se chargea de le rembobiner afin de renouveler l’opération. Bingo, il c’était accroché à la paroi.

« Tiens, voila les Fumigènes. Tu sais ce que t’a à faire hein ! Pas b’soin que je te le répète ? »

« Non c’est bon. » Aussitôt il se saisit d’une corde et glissa tout le long jusqu’à atterrir lourdement sur le pont. Il s’empressa de jeter un coup d’œil à Aïo mais celui là était déjà hors de portées.
Soudain une main vint se plaquer par l’arrière contre sa bouche, immédiatement Drogo poussa un cri étouffé, l’instant d’après une corde vint faire le tour de son cou dans l’espoir de l’étrangler. Heureusement pour lui Drogo avait réussit à faufiler quelques doigts entre la corde et son cou, lui laissant ainsi un répit avant que la mort ne s’en prenne à lui. La jeune fille aux cheveux roses qui n’avait pour le moment dit aucun mot s’approchait de lui, d’un pas hésitant, avec un long couteau de cuisine dans les mains.


« Vas-y ! Tue-le ! Je veux sont navire ! Bordel Maka bouge !! »

Drogo lui la fixait droit dans les yeux. Il pouvait y lire du dégout pour le geste qu’elle s’apprétait à faire, cette peur qui lui parcourait les entrailles, ce désespoir qui lui paralysait les mains. Non elle ne voulait rien de tout ça, par contre l’autre et son avidité mal placé, il allait payer cher pour ça.
Il avait réussit à passer une main entière entre la corde et sa peau, puis deux. Cela faisant, le pirate prit le dessus sur son adversaire.

Cette fois ci c’était bon, il avait éloigné tout risque de ce faire étrangler, il s’était juste contenté de faire croire à Kintaro qu’il avait toujours le dessus. Drogo se laissa tomber à genou et en profita pour tirer d’un coup sec en avant sur la corde, entrennant par la même occasion celui qui essayait de le tuer . Son dos lui permit de renverser le balafré sur le dos, en face de lui. *Une morte courte et expéditive.* L’une de ses Lasts Words se retrouvait enfoncer au milieu du cou de Kintaro. Le sang coulait doucement. Il avait évité les éclaboussures ce coup ci.


S’en était finit de lui, le trio n’était plus que duo, mais à la vue de la scène, Maka sembla s’en extasier. Etrange, il venait de tuer son frère. Pourtant le soulagement que lisait Drogo sur le visage de la jeune fille était perturbant. Il s’était attendu à des cris, des pleurs, des tentatives de vengeance, ce qui l’aurait poussé d’ailleurs à lui attribuer le même sort que son frère. Mais non…Il semblait qu’elle avait remarqué son air confus.

« Merci…merci, je ne saurai comment vous remerciez. Mon..mon frère était un monstre..il n’y avait aucune part d’humanité en lui. Je..Certes je lui dois beaucoup, il nous a sauvez de bien des dangers mais il profite de sa position de force pour abuser de nous, il nous traitait comme des esclaves, il nous forçait à tuer, voler. »

« Pourtant ton frère semble bien l’apprécier, enfin de c’qu’il m’a dit. » répondit-il d’un ton las, il n’était pas très intéressé par son histoire, surtout que le gars était déjà mort. Et puis si elle n’avait pas l’intention de crier vengeance c’était tant mieux pour elle, lui il n’en avait que faire.

« Oui…malgré ça il ne peut s’empêcher de l’idolâtré, il lui cherche constamment des excuses…c’est étrange, mais j’imagine que mon frère, malgré qu’on soit jumeau est plus naïf que moi. »

« Je vois, j’imagine que s’il voit ça il va essayer de le venger. Ca m’embêterai de devoir le tuer lui aussi, je l’aime bien et j’imagine que ça ne t’arrange pas trop. » Il marqua une pause et l’observa de plus près avant de rire. « C’est vrai que vous avez tout les deux les cheveux roses ahahah pourtant je ne vois pas d’autre ressemblance »

« Oui..on nous le disais souvent. »

Puis elle s’arrêta là et observa le corps de son défunt frère nostalgiquement.

« Peux tu balancer le corps à l’eau pour moi ? »

« Non mais ? Puis quoi encore ? Fais le toute seule, t’es une grande fille. T’assumera toi-même ton frère, pendant ce temps là je vais à la barre, il devrait bientôt avoir finit. »

Drogo s’éloigna.

« Je n’oublie pas que tu as essayé de me tuer, donc en échange de ma clémence tu devras toi et ton frère bosser gratuitement sur ce bateau… »

C’était ça ou lui demander gentiment.

« Oui…merci.. »

D’un côté il venait de lui offrir la liberté sur un plateau d’argent, elle ne pouvait que le remercier.

La Baleine commença à s’agiter. Les fumigènes devaient étre enclenché. Il esperait que ça serait suffisant, il eut même un sérieux doute en la capacité de la baleine de tousser, ou vomir, mais peu importe tant qu’il sortait d’ici.
Toutes les paroies de l’estomac c’étaient mise à bouger, d’avant en arrière, de plus en plus fort. L’eau par conséquence c’était elle aussi mis à s’agiter, de plus en plus. Des vagues, d’énormes vagues se formaient alors que le bateau s’écrasait contre la paroi au rythme des remous, montant de plus en plus vers le chemin emprunté par Aïo au rythme des vagues. Drogo saisit l’occasion pour faire exploser dans les airs le dernier fumigène qui allait probablement accélérer le tout.

Puis soudainement ils se retrouvèrent propulsé le long de l’œsophage, en dessous d’eux une quantité énorme d’eaux qui cherchait à remonter à la surface. De la lumière en face d’eux se faisait de plus en plus visible, Drogo qui était à la barre s’en trouva même aveuglé, ce qui le força à se couvrir les yeux du revers de la main.

Quelques secondes plus tard ils jaillissaient de la gueule grande ouverte de la baleine crachant de la fumée noire. Ils planèrent quelques secondes avant d’entrer brusquement en contact avec la mer agité. Le Navire était entièrement trempé, les lampes avaient toutes prit l’eau. Il en était de même pour le pirate et Maka qui c’était agrippé tout le long au mat.

Au loin on apercevait la silhouette d’Aïo nageant dans leur direction. Drogo adressa un bref regard à Maka qui lui fit comprendre immédiatement qu’elle avait saisit son message, c’était à elle d’inventer une histoire pour expliquer la disparation de son grand frère et de lui faire comprendre que Drogo n’avait pas l’intention d’y retourner pour le chercher.




[FB]A bord du Susanoo 11102612203133788
Page 1 sur 1