AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  

Le Deal du moment : -33%
Grosse promo sur le Xiaomi Mi Note 10 Lite 64 Go ...
Voir le deal
255 €

Pan Pan Boom!

Timuthé N. Tempiesta
Timuthé N. Tempiesta

♦ Localisation : Dans ses chaussures
♦ Équipage : Gun an Gun's

Feuille de personnage
Dorikis: 3100
Popularité: -411
Intégrité: -369

Jeu 8 Déc 2011 - 11:37

Spoiler:
 

2013 se permit une petite pause avant de rentré dans le bâtiment. Cela faisait une heure qu'il faisait de son mieux pour éviter les patrouilles incessantes de la marine autour du centre de la 58ème division de la brigade scientifique. Mine de rien s'infiltrer dans ce genre de base, c'était encore plus dur que de s'infiltrer dans le lit une place d'une reine amazone frigide à la mauvaise période du mois. Les patrouilles passaient toutes les 5 minutes, les soldats étaient nombreux, et en plus il avait dut esquiver de justesse plusieurs dispositifs de défenses semi-automatiques.

Mais il n'était pas homme à se laisser impressionner par ce genre d'actes. Il avait entendu des rumeurs très interressantes des rumeurs qu'il allait devoir confirmer. C'était son rôle de chasseur d'informations.

Il regarda autour de lui, son fusil de chasse à la main. Un peu plus loin, il y avait une trappe juste au bord du bâtiment, à même le sol. Plusieurs trappes petits monticules indiquaient clairement que des mines avaient été placées. Mais c'était pas celles là qui étaient les plus dangereuses. En effet, pour avoir été travaillé pour la révolution, l'agent de TnT Tempiesta savait que la grande ruse consistait à révéler volontairement la position de certaines mines pour pousser les éventuels attaquants à se détendre et à marcher sur d'autres mines bien mieux dissimulées.

C'était sournois et cruel. Par contre, c'était aussi d'une redoutable efficacité.

Les soldats connaissaient leur affaire.

Il tourna la tête et repéra un moyen bien plus correct pour rentré dans la base.

Il y avait juste à côté une bouche d'aération. A la fameuse bouche d'aération, le point faible de toute les bases à infiltrer. Finalement, il y avait une justice dans ce monde, et même les personnes les plus intelligentes de la marine était trop à cheval sur la sécurité pour passé à côté de ce genre de conventions. Le chasseur d'informations s'agenouilla et s'approcha de la grille.

Il n'eut aucune difficultés pour enlevé le grillage et se glisser dans l'ouverture.

Tout se passait pour le mieux!

Il tomba à genou sur le sol, toujours armé de son fusil. La salle était déserte. Il y avait au centre un lit un trou faisant probablement office de toilettes et une petite table de travail. Tout ces objets étaient entourés, sauf une partie béton qui devait faire office de porte si l'on en jugeait par les gonds. C'était très blanc. Manifestement le combattant était rentré dans les quartiers réservés aux cobayes de la division.

Il entendit un grincement.

Quand il se retourna, l'ouverture par laquelle il venait de passer s'était refermée. Il était tombé dans un piège!

Cher < nom du sujet >, nous tenons à vous remercier pour avoir choisit d'infiltrer Gouverture Science. Grâce à vous nous allons pouvoir mener les tests. Bien sur tout ces tests sont inofensifs et ne menacent pas votre vie. De plus Gouverture Science s'engage à vous donner des indications utiles pour traverser les pièges mortels, exemple : les cyborgs laser de la salle suivante ont reçut pour instruction de vous massacrer. Conseil : restez dans la pièce actuelle.


C'est un jurons très créatif qui s'échappa des lèvres du vétéran. C'était le genre de juron qu'on n'obtenait qu'avec des années d'expériences, très imagé et travaillé. 2013 était furieux de s'être fait avoir d'une manière aussi stupide. D'autant plus que maintenant qu'il regardait, il pouvait clairement voir les escargophones de surveillance qui étaient positionnés aux quatre coins de la salle.

Cela dit, il n'était pas finit. Il était manifestement dans un complexe scientifique prévu pour torturer les éventuels intrus. Cela n'avait pas que des inconvénients : ils voulaient voir combien de temps il pourrait survivre, ils allaient être servit.

Mais avant tout, il fallait se défouler pour retrouver les idées claires!

(...)

Nous vous rappelons que la torture et le meurtre d'escargocaméra ne font pas partie du test, et que la torture d'animaux de la marine est un crime de catégorie 2. Nous vous prions donc de bien vouloir arrêter, et ce pour éviter une détérioration de nos relations qui étaient pourtant si bien partis.

Y a pas de petit plaisir!


Telle fut la seule réponse du mafieux à cette exaspérante voix métalisée et relativement féminine qui l'avait accueillit déjà tout à l'heure. Il se redressa et écrasa du pieds un des cadavres qui ressemblait vaguement à un escargo. Maintenant qu'il avait retrouver son sang froid, le combattant ouvrit la seule porte qui permettait de sortir de la pièce. Il était temps de fracasser du cyborg.

Comme vous pouvez le voir, nous nous sommes permis de vous faire une jolie farce. Il n'y a aucun cyborg dans cette pièce. Par contre, les trois chien de guerres dressés pour vous arracher sanguinairement les parties eux, sont bel et bien réels. Merci de ne pas vous époumoner de rire, l'exposition à l'hilarité ne fait pas partie du cadre de l'entrainement des chiens.


Ha... Ha... Ha...

Quel humour désopilant! Malheureusement, il fallait avouer que, pouvant constater la longueur des crocs des molosses qui s'approchaient de lui en grognant, 2013 n'apprécia pas réellement toute la spiritualité de la 58ème division. Par contre, s'il eut quelques difficultés à rigoler vu la situation, il n'en eut aucune pour lever son fusil de chasse vers les trois rottweiler qui maintenant couraient vers lui en hurlant. Il appuya sur les deux gachettes alors qu'ils n'étaient qu'à deux mètres de lui.

La volée de plombs explusée par le double canon de l'arme faucha les trois bestioles d'un coup. Chacune d'entre elles fut déchiqueté par une dose de mitraille tout à fait respectable. C'était violent et sanglant, mais au moins, c'était efficace.


Il entendit à nouveau l'irritante voix tandis qu'il se dirigeait vers la porte suivante.

Loin de nous l'idée de vouloir paraitre pinailleurs ou prêt de notre argent, mais les chiens de guerres coutaient au moins 4 fois plus cher que la somme des organes et des revenus des habitants de < île du sujet >. Nous vous prions donc de bien vouloir arrêter d'endomager le matériel de test. Si possible, nous aprécirions que vous vous laissiez tuer sans rechigner. Vous serez récompensés par un magnifique peleton d'exécution rien que pour vous.

Plutôt crever!


Et c'est sur ces mots que l'agent de Don Tempiesta ouvrit la porte menant à la deuxième salle de test.
Timuthé N. Tempiesta
Timuthé N. Tempiesta

♦ Localisation : Dans ses chaussures
♦ Équipage : Gun an Gun's

Feuille de personnage
Dorikis: 3100
Popularité: -411
Intégrité: -369

Ven 9 Déc 2011 - 11:34

Cher < nom du sujet > bravo, vous vous en sortez très bien, je suis sur que tout < île du sujet > doit être fière de vous. Maintenant, nous vous serions reconnaissant de mourir sans faire d'histoire les troupes et les machines que vous avez massacré valent déjà beaucoup trop cher. Et nous avons bien d'autres tests à concevoir.

2013 se contenta de cracher un caillot de sang au sol.

Et merci de bien vouloir respecter les femmes de ménage en ne salissant pas les sol immaculés. La sanction pour un telle crime sera : une amende de 50 berrys, et deux jours de travaux d'intérêt général. Merci de votre compréhension.

L'ancien soldat était furieux et épuisé. Il était passé par déjà 12 pièces différentes. Pièces à feu, patrouilles de soldats, tourelles mécanisées, et bien d'autre pièges du même accabit en étaient devenus banals pour lui. Il avait été blessé, plusieur fois. Du sang coulait de son front, il avait du déchiré la manche de sa veste pour se faire un garot, et il boitait très méchemment.

S'il avait survécu, ce n'était que grâce à son expérience dans l'art de la traque. La plupart du temps, il avait réduit à moitié des effectif d'origines ses ennemis quand le combat commençait vraiment. Il lui fallait absolument trouver une sortie, sinon, il ne survivrait pas à la pièce suivante. Manifestement, les marines avaient bien calculé leur coup.

Il rechargea une n-ième fois son fusil, et s'avança par-dessus les cadavres des trois mini-pacifista qu'il avait détruit dans cette pièce. Il ouvrit la porte.

Cher < nom du sujet > pour vous récompenser de vos effort, nous vous offrons un magnifique cadeau : un bain d'acide a ébullition ! Profitez bien de cette détente bien méritée, la prochaine salle de test étant en travaux, elle sera encore plus mortelle.


Par un interressant jeu de poulies, 2013 vit la plateforme où il se tenait descendre à vitesse modéré. Il ne voyait rien, mais pouvait très clairement entendre le son caractéristique d'un liquide bouillonant en dessous de lui. L'odeur de chaire brulée omniprésente dans la pièce ne laissant que peu d'illusion sur la véracité des paroles de l'exaspérante petite voix.

Il regarda partout. Il devait s'en sortir. Il rangea son fusil. Il apperçut le vaste bassin d'acide en contrebas. La plateforme descendait toujours. Il apperçu une solution. Sur le mur en face de lui, il y avait une vitre. Manifestement, les expérimentateurs avaient poussé le sadisme au point de vouloir observé eux même l'expérience.

Il prit le plus d'élan qu'il put et bondit.

Il ferma les yeux.

Lorsqu'il les rouvrit, après avoir sentit le verre lui taillader la peau, et avoir entendu le bruit caractéristique d'une vitre brisée, il put voir qu'il avait réussit. Autour de lui, il y avait 4 soldats de la marine. Plus précisément, 4 scientifiques. L'un d'entre eux était une femme, qui tenait un escargphone. Probablement celui qui lui avait servit à communiquer avec lui et le provoquer pendant tout ce temps.

Il en acquis la certitude quand il la vit se lever pour l'affronter.

EPIC RAP BATTLE OF HISTORY...

Caporal Glados vs 2013 !

Who do you think you are old man. Here i'm the admin, a little / kick, and you gonna to be ban. I'm lord of science, you broke a window. Smell you own frangrance, you'll died from sorrow. Even the best can't arm me, I am Caporal Glados. Take a portal to fly from me and go cry with your boss! Listen carefully, and prepare to die. I'll destroy you spirit, it is true, and cake is a liiiiaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa...

Il en avait eu marre. Il avait attrapé la lieutenant scientifique et l'avait balancé par la fenètre ouverte, droit dans l'acide. Le chasseur d'information se retourna, dégaina son fusil et le braqua vers les trois autres scientifiques médusés. Ils n'en revenaient pas, cette homme avait l'esprit assez puissant pour résister au Rapping spirit du lieutenant Glados. Cette attaque était pourtant surpuissante, capable d'écrasé la volonté de la plupart des être vivants.

Malheureusement, ils n'étaient pas tombés sur un humain normal. Il était 2013, le chasseur d'information de TnT Tempiesta, le vétéran de très nombreuses traques. Et il avait soif de vengeance !

L'un des soldats réagit plus vite que les autre et dégaina un pistolet. pour la première fois depuis très longtemps 2013 sourit.

Yeah... Piece of cake!

Mouvement de fusil sur la gauche, ctrl...

Blam!

Le premier soldat s'effondra, le torse éclaté par la puissance du fusil de chasse.

Mouvement de fusil sur la droite, ctrl...

Blam!

Le deuxième soldat tomba aussi la deuxième balle du fusil avait fait son office.

Mouvement mouvment jsuqu'au dernier soldat. Changement d'arme : corps à corps.

ctrl, ctrl...

2013 se jeta sur le dernier survivant. Un premier coup de crosse et il lui explosa la trachée, un deuxième et il lui brisait la nuque.

L'agent rechargea son fusil et le rangea, puis récupéra le pistolet et les munitions du soldats qu'il venait de vaincre. Une alarme résonna dans la base. Après les pièges qui l'avait presque détruit, il était temps de leur montrer les conséquences que pouvait provoquer la torture de 2013. Il frappa un grand coup dans la porte, l'envoyant voler. Dans le couloir, il pouvait voir 2 marines qui braquaient la porte.

Let's Rock!

Ctrl, ctrl...

Bam Bam!

Oarg

Le premier soldat s'effondra, touché par les balles du pistolet que maniait le tueur.

Bram

Ouoh!

Ctrl Ctrl...

Bam Bam!

Oarg

Le deuxième tomba à son tour. Il avait eut le temps de toucher le chasseur au bras. En temps normal, il aurait estimé la situation comme critique : il n'avait plus que 4% d'armure et 22% de vie. Mais à ce stade, il s'en fichait. Il était furieux, il avait décidé de leur faire payer. Il s'échapperait du complexe. Il avait un titre en jeu. Et Don Tempiesta haïssait l'échec. Il tourna à droite, après avoir récupéré les munitions de ses adversaires.

Toujours armé de son pistolet, il tourna dans la première salle qu'il trouva. Il y avait un petit homme dessiné dessus. Il tomba dans les toilettes. Il y avait un fusil étrange, comme il n'en avait jamais vu posé sur le mur. Il rangea le pistolet et attrapa cette arme.

New Weapon : Pomp Rifle!

Pouchrouschhhhhhhhhhhhhhhhhhh (ceci est une chasse d'eau)

*Ravie d'avoir travaillé avec vous!*

Décidément, ces ingénieurs avaient vraiment un problème. Pousser le vice au point de donner des voix automatisés aux toilettes. Cela dit, il n'eut pas le temps de réfléchir trop longtemps sur le pourquoi du parce que. En effet, un soldat sortit, rattachant son patalon. L'homme n'eut pas le temps de réagir...

Ctrl.

Bram !

Oarg

Le corps sans vie du soldat s'effondra sur place. C'était pour cela que le mafieux était allé dans les toilettes. Aucun soldat, même le plus maître de lui même ne pourrait accélérer certains processus sous prétexte que l'alarme de la base raisonnait. Et il ne connaissait personne qui était parano au point d'emmener son arme pour faire la grosse comission. Puis tous les toilettes avaient des bouches d'aération. Le seul soucis à l'heure actuelle, c'était de trouver comment recharger le fusil. Peut être qu'en attrapant cette forme volumineuse sous le canon.

CrichCrich!

Ah ouais, c'était ça.

Il rangea sa nouvelle arme dans son dos et se déplaça pour rejoindre la bouche d'aération. Il y monta puis commença à ramper.

Level 1 : Tests Rooms Cleared

Secret founds : 0
Enemi killed : 15
Time : 30:24
Score : 2013

(...)

Level 2 : Hight Bases

2013 s'arrêta dans sa progression. Par la grille, il pouvait voir ce qui ressemblait à un laboratoire. L'alamre raisonnait toujours. Il avait entendu plusieurs annonces le décrivant physiquement et faisant la liste des lieux où on supposait qu'il était. Les laboratoires avait une défense renforcée. Il pouvait voir au moindre trois gardes, et il n'avait qu'une vue très limitée de la salle. Cela dit, il y avait sans doute ici des choses que le boss saurait apprécier.

Il fracassa la grille et tomba au milieu des hommes et femmes.

Come Get Some!

Ctrl...

Bram!

CrichCrich!

Oarg

Bram!

CrichCrich!

Oarg

Bram!

CrichCrich!

Oarg

Après avoir abattu ceux qu'il avait put voir, 2013 bondit se cacher derrière un bureau. Le plomb envahit la pièce. de nombreux objets sujets aux études des marines se brisèrent sous les multiples tirs. Des pages de livre volaient autour de lui. Il entendait les Sergent-chef donner des ordres aux troupes.

Un premier homme survit devant lui pour le piéger.

Un tir...

Un mort!

Le suivant connut le même sort. Il profita du troisième qui essaya de contourner son couvert pour s'éloigné de l'entrée.

Quand le soldat arriva, il lui bondit dessus. Après s'être assuré d'un violent coup sur la temps que l'homme ne résisterait plus, il l'attrapa et s'en servit de protection humaine pour se replier vers le fond de la salle. Cette fois, c'est à l'abris d'un placard qu'il se cacha. L'air était emplis d'une affreuse odeur de poudre.

Face à lui, de l'autre côté de la pièce, il pouvait voir une porte. Hélas, entre les deux, il y avait une zone découverte qui servait de véritable champs de tir pour les soldats. Il entendit une explosion, et un bureau massif vint s'écraser presque sous son nez. Les soldats avaient sortis l'atillerie lourde. C'est alors qu'il vit le carnet endomagé tomber à ses pieds.

Il le ramassa et en lut le titre.

La choucroute à la moutarde est un mensonge!

Le carnet avait peu apprécié l'explosion, mais il n'y avait pas de doute, malgré les brulures sur la couverture, le mafieux reconnu ce qui avait dut être un crâne couvert de fils barbelés. Le symbole du Capitaine Sam le sérieux... Ce carnet était sans doute la clé permettant de se diriger vers son trésor, dont on disait qu'il était jalousé par les dieux eux-mêmes. Il rangea le carnet. Le patron serait sans doute très interressé par un tel objet. Il fallait juste espéré qu'il était encore lisible.

Une nouvelle explosion ramena le combattant à la réalité : il allait falloir se battre et s'échapper avant de donner ça au boss. Mais il ne voyait pas comment.

Menu
Difficulté
Peaceful

Braoum!

L'explosion suivante atteint le plafond de la salle, qui s'effondra. Il barra le chemin entre les gardes et le chasseur. 2013 n'avait plus qu'à monter sur les décombre pour sortir de la pièce et explorer un nouvel étage du bâtiment.

Damned I'm Good !
Timuthé N. Tempiesta
Timuthé N. Tempiesta

♦ Localisation : Dans ses chaussures
♦ Équipage : Gun an Gun's

Feuille de personnage
Dorikis: 3100
Popularité: -411
Intégrité: -369

Ven 9 Déc 2011 - 22:15

Player 2013 connected to server base 58ème.

Weapon choice : Pomp Rifle, Hunting Rifle, Marine Gun

Team Mafiosi, ready.

Team Marines ready.

Go go go!

2013 se glissa dans l'ombre d'un autre couloir. L'alarme avait cessée de sonner depuis 15 minutes maintenant. La base était bien sûre toujours en alerte, mais comme le soldats mafiosi avait disparu, on avait supposé qu'il était mort. Il était évident que tant qu'il n'y aurait pas de certitude, personne n'aurait le droit de prendre sa pause, mais l'alerte n'en était plus à son niveau maximal.

Après s'être calmé, le tueur était redevenu ce qu'il était : une ombre dans les ténèbres.

Il était même exceptionnel qu'il se soit énervé comme ça. Et puis le fait d'avoir parlé une autre langue, et ses attitudes en général. C'était pas normal. Il y avait quelque chose d'étrange dans cette base. C'était dans l'air, ça le poussait à adopter des comportements anormaux. Ou bien peut-être était-ce l'attaque du Caporal Glados? Il avait vu trop de choses dans ça vie pour ne pas prendre cette possibilité en compte.

C'est en y réfléchissant qu'il entendit des voix à côté de lui. C'était deux soldats de la marine qui discutaient dans la pièce juste à côté. Les murs était minces, minces au point qu'il pouvait entendre les voix de l'autre côté. Apparement, il tombait au mauvais moment. Il était fait mention de mutations récentes, et plus nombreuses que d'habitude. On ne disait ni où, ni pourquoi. Il n'en fallut pas plus au chasseur d'info pour flairer un truc. Les mutations c'était normal, mais que les soldats parlent de ça au lieu de se plaindre de la qualité de la nourriture, c'était pas normal.

Il devrait faire un détour par le seul endroit où il pourrait avoir des informations précises et fiables : le bureau du colonel de la base. Tous les ordres de mutations et parfois leur raison étaient fournit aux chefs de base. Mais dans l'idéal, il allait devoir aussi faire en sorte que le dit colonel ne soit pas dans le bureau. Même en parfaite santé, le mafieux n'aurait aucune chance contre ce genre d'officier, alors blessé comme il l'était...

C'est alors qu'une voix métalisée se fit entendre, quelques mètres derrière lui.

Enemi spotted!

Fire in the all!


2013 eut juste le temps de se mettre à couvert à l'angle du couloir avant que son ancienne position ne se transforme en passoire. La team ennemie l'avait repéré. Il jouait en solo, il risquait de prendre cher. Et en plus il n'avait pas de bot pour l'aider. A cela s'additionnait que, pour peu que l'admin soit du côté Marine, il tolèrerait les hackers...

Le chasseur fit se retourna quand il vit les balles frapper le mur à côté de lui, à un endroit, où les trois premiers soldats n'avaient pas put l'atteindre.

Il dégaina son couteau et chargea les soldats qui quelques instants plus tôt discutaient des mutations. Ses deux coups de lames firent deux cadavres.

Combo x 2

Kikoolololol24 has been killed by 2013

Kevin114 has been killed by 2013

Kikoolololol24>no rush

Kevin114>komen tabuz, noob! Cheater! Kolonel Haker, ya un noob cheater qui rush

@ColonelHaker58>Ok bougez pas les gars. Campeur74, Darkmdr89 et Unwinrosebonbonpaquerettepetitponey, vous campez et le bloquez à couvert le temps que j'arrive

Campeur74> Klair!

Darkmdr89> il va voir le pgm

Unwinrosebonbonpaquerettepetitponey>♥ Putain owiiiiiiiiiii *_* je veux camper putain! *_* ♥

2013> ...


Tandis que les soldats se mettaient en position, et que 2013 se félicitait de cette diversion involontaire qui allait attirer le colonel de la base. Par contre, il allait devoir très vite trouver un moyen de s'en sortir sans avoir le colonel sur le dos. Il rengaina son couteau et s'élança dans le couloir, entendant les voix des soldats derrière lui.

Teammate down!

La voix était étrange et métalisée. Cette base était de plus en plus étrange. Et le pire, c'était qu'il n'était absolument pas choqué de tout ça.

Il ne fut pas choqué lorsque qu'il tira au fusil au travers d'une porte pour abattre un soldat qui sortait de la salle de repos, et que la porte ne reçut aucune dommage. Il ne fut pas perturbé du tout quand il vie son score apparaitre dans son champ de vision. Enfin, il ne vit rien à redire quand il vit se présenter un homme petit, boutonneux et brun, qui portait les galons de sergent, avec écrit au-dessus de sa tête "Belleblonde95c".

Belleblonde95c> Coucou t'es chaud? Tu veux voir ma foto?

ColonelHaker58> Belleblonde95c c'est la dernière remarque, tu encore encore qui que ce soit, et je te ban du serveur à vie!

Belleblonde95c> Mais je plaisante ! Et toi t'habite où ? C'est quoi ton numéro ?

Belleblonde95c has been banned by ColonelHaker58 (04 15 23 69 84)

2013> ...


Après avoir vu mourir sous ses yeux le sergent (il apprendrait plus tard que ce n'était qu'un cyborg que le Colonel avait désactivé à distance). Le mafieux s'élança, pour tourner un peu plus loin. En s'avançant, il avait vu plusieurs pièce avec un nom écrit dessus. Ces noms étaient ceux des modos/officiers de la base. Il s'approchait du but. Il n'avait eut aucun signe révélant la présence du Colonel.

Il entra dans le bureau de l'homme. Il y avait ça et là de nombreux papiers. Il n'avait pas le temps de regarder lesquels lui donnerait les précisions qu'il cherchait.

2013 eut à peine le temps d'attraper au hasard plusieurs dossiers dont les titres semblait plus ou moins évoquer des choses en lien avec les effectifs de la base et des ordres du haut-commandemant, après rien ne garantissait que c'était bel et bien le cas.

Need Back Up

Le mafieux eut juste le temps de se réfugier derrière le bureau lorsqu'il entendit l'annonce du soldat. Il eut les balles envahir encore une fois l'air à l'endroit où il s'était tenu quelques instants plus tôt. Il était dans de beau drats. Enfermé dans la pièce sans opportunité de sortie, cerné par les soldats de l'autre team qui menaçaient de lui faire la peau.

Darkmdr89> Colonel, j'l'lai bloqué dans votre bureau, par contre, il est à couvert, je peux rien tenter sans qu'il rush!

@ColonelHaker58> Laissez-moi faire, je suis admin, j'ai mes balles spéciales... Il va perdre.

Unwinrosebonbonpaquerettepetitponey>♥ Putain owiiiiiiiiiii *_* Tu vas haker putain! *_* ♥


Sur le coup, 2013 ne se rendit pas forcément compte de ce que voulait dire le dialogue. Enfin, jusqu'à ce qu'une balle propulsée à vitesse extraordinaire ne traverse le bureau et percute le mur qu'il contemplait. L'ennemi était un colonel de la brigade scientifique. Il devait sans doute disposer d'armes monstrueuses et technologiquement supérieures. N'avait-il pas tuer un de ses sergent à distance sans même le voir?

Il fallait fuir, le prochain coup ne serait sans doute pas un coup de semonce.

Le soldat leva les yeux et s'élança par la fenètre.

(...)

Quelques minutes plus tard, dans une auberge qui servait de repaire à un des meilleurs agents du marché noir, on apperçu un vieil homme armé jusqu'aux dent et couvert de sang. Calvino Tartoga reconnut toute de suite le chasseur d'info de son patron, et il fit en sorte que l'homme soit soigné. Plus tard il apprendrait que 2013 manifestait tous les symptomes d'une hallucination grave, provoquée par la redoutable technique de combat d'un homme légendaire sur cette île : le Caporal Glados, de la 58ème division.

A part ses nombreuses blessures, il ne restait à l'agent mafieux que deux choses du passage dans la base : un nombre non négligeables de dossiers de la marine, et un carnet à moitié brulé, un carnet qui s'appelait "la choucroute moutarde est un mensonge!".
Contenu sponsorisé



Page 1 sur 1