AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  

Le Deal du moment :
ASOS : -20% en plus sur les articles ...
Voir le deal

Patland, voie de garage pour marine

Yukikurai
Yukikurai
No-Body
♠ Cavalier de la révolution ♠

♦ Localisation : Clock Work

Feuille de personnage
Dorikis: 6566
Popularité: 657
Intégrité: -415

Mar 3 Jan 2012 - 14:12

Hé double zéro, il est où ton set? Suite.

L'intrépide partit à l'aurore en direction de Patland, une petite île de North Blue sans aucun attrait particulier. Sur cette île on ne trouve qu'une seule ville dénommée Patlin. Patlin est plus un gros village qu'une véritable ville, cependant il dispose d'une petite caserne de la marine avec un chef et une dizaine de subordonné. Je ne vous cacherez pas que c'est bien entendu pas l'élite de la marine qui se retrouve en faction là-bas. Y être envoyé est une sorte de punition pour les soldats, car il ne se passe rien et en plus le chef de caserne est bien souvent en fils à papa qu'on a mis là pour pas qu'il gène. Pour le reste, ben il y a un port, une auberge, un bar et un magasin qui vend un peu de tout. Ce qui n'est déjà pas si mal.

Lorsque les manœuvres de départ furent finie, le capitaine Walace Quarter fit appelé Bakasaru dans sa cabine pour lui expliquer sa mission.

«  Bonjour mon capitaine, ça fait longtemps. »

« Bonjour Yuki, vient t'asseoir je vais t'expliquer ta mission. »

« Ok, mais d'abord je tiens vraiment à vous remercier, car depuis que je suis parti avec vous il ne m'arrive que de bonne chose. Je n'aurais pas pu rêver meilleure condition pour mon voyage à travers le monde. »

« Ta reconnaissance me fais chaud au cœur. Merci beaucoup. »
« Passons aux choses sérieuses. Ta mission si tu l'acceptes, sera de.... Mais pourquoi je dis ça moi. Tu n'as pas à l'accepter ou pas vu que c'est méga difficile comme job. On nous a rapporté que sur l'île de Patland, un groupe de pirate à commencer à monter un marché noir avec la bénédiction de la marine locale. Les acheteurs et vendeurs de passage n'hésitent pas à piller et violer pour passer le temps. Ce sont ses plaintes qui sont parvenues jusqu'à nous. »


« Piller et violer c'est pas cool. Mais c'est quoi le problème avec le marché noir, c'est pas joli? »

« J'avais presque oublié que tu ne connais rien. Un marché noir, c'est un marché où l'on revend des choses illégales comme de la drogue, des armes, des esclaves et encore beaucoup d'autres choses. »
« Celui qui nous a envoyé ces informations s'appelle Kouky 'ChaiPlusComment, c'est le fils du propriétaire de l'auberge. On te dépose sur l'île puis nous on repart pour faire autre chose. On en a pour deux semaines pour faire l'aller retour et te récupérer. Entre temps, toi tu vérifies les informations et du prévois en plan d'action. A notre retour, on en discute et avisera à ce moment. »


« Ok, ça m'a pas l'air trop dangereux. Par compte niveau collecte d'information, je n'ai encore jamais fait ça moi. Et puis c'est quoi encore son nom, Kouky Chezplush quoi? »

« Ben non crétin, je me souviens que de son prénom c'est Kouky et son nom de famille je ne sais pas ce que c'est. C'est le fils de l'aubergiste tu devrais le trouver sans mal. »
« Justement, ça te fera une expérience facile pour plus tard. C'est ta première mission solo, fais bien ça. »

.
.
.
Au bout d'une grosse journée et demi de bateau, on déchargea le jeune forgeron en plein milieu de la nuit. Ce dernier argumentant qu'il savait désormais nager demanda à être débarqué à proximité de la plage. Il sauta à la mer avec son manteau et son sac. Il commença à nager en direction de la plage, mais après à peine une dizaine de mètre le poids de ses vêtements le firent couler. Heureusement pour lui le fond marin remontait brusquement juste un peu après l'endroit où il avait sauté pour venir faire une longue pente descendante très faible. Il coula alors et coula toujours moins. Ses pieds venaient de toucher le sable et sa tête dépassait encore de l'eau. Il rejoignit la plage en nageant et en marchant. Il jura qu'il attendrait de savoir mieux nager avant de refaire le malin.

Il arriva sur la terre ferme après vingt minutes à une demi-heure. Se déplacer dans l'eau tout habiller l'avait vidé et comme il faisait encore nuit il décida de dormir un peu. Il se trouva un arbre auquel il mit à sécher ses affaires mouillées. Heureusement pour notre jeune aventurier, la nuit n'était pas trop froide ce qui lui permit de dormir sans mourir de froid. Au lever du soleil après trois heures de sieste, il se réveilla en aillant un peu froid. C'était normal dormir dehors avec des vêtements tremper ne vous donne que rarement chaud. Il rassembla ses affaires qui était presque sèche à présent et partit en direction de la ville de Patlin.

Il était arrivé du côté de la plage de sables fins, pour revenir vers les premières habitations du Patlin il dut d'abord traverser des champs et des petites fermes avant d'arriver finalement dans la ville à proprement parler. Sa balade jusqu'à la ville lui prit une vingtaine de minutes après avoir trouvé le chemin de campagne qui quittait la plage. Ce chemin de campagne semblait déboucher dans la rue principale une centaine de mètres avant les premières maisons. Le jeune forgeron emprunta cette voie principale pour parcourir le village. Il passa ainsi devant l'auberge qui faisait un coin de rue. Il passa ensuite devant le magasin qui semblait en effet avoir fait les frais d'attaque récemment. Arrivé au bout de cette rue, elle se divisait en deux. A gauche était indiqué le symbole de la mouette qui caractérise la marine. A droite partait un chemin qui descendait vers le port et deux trois entrepôt.

* Bon je crois que j'ai fait le tour de l'île. En effet, rien de bien folichon. Je vais quand même faire un tour dans les rues adjacentes pour repérer un peu le terrain. En tout cas, à cette heure-ci, il fait plutôt calme.*

Il fit donc le tour de la dizaine ruelles qui étaient toutes essentiellement des rues d'habitation. Il eut vite sa deuxième petite visite d'el Patlin. Il s'en retourna donc vers l'auberge et seul bar de l'île. C'est la qu'il passerait ses nuits et que son contacte le jeune Kouky devait le rencontrer.


Dernière édition par Yukikurai le Mer 8 Fév 2012 - 15:51, édité 2 fois
https://www.onepiece-requiem.net/t2519-bakasaru-yukikurai-presentation-termineehttps://www.onepiece-requiem.net/t2613-fiche-de-yukikurai
Yukikurai
Yukikurai
No-Body
♠ Cavalier de la révolution ♠

♦ Localisation : Clock Work

Feuille de personnage
Dorikis: 6566
Popularité: 657
Intégrité: -415

Jeu 5 Jan 2012 - 14:06

Bakasaru Yukikurai rentra dans l'auberge bien déterminer à tomber sur le dénommé Kouky. L'accueille de l'auberge était en fait le bar. Le bar sentait encore l'alcool même s'il avait été nettoyé et que les chaises avaient été rangées sur les tables. Un homme plutôt bourru se tenait derrière le comptoir et héla le nouveau venu en attendant le bruit la sonnette.

« Le bar n'est pas encore ouvert revenez plus tard. »

« Ha, heu pardon, mais je souhaiterais m'installer dans votre auberge, pas boire. Je peux repasser plus tard si vous voulez. »

Le barman, se rendit alors compte que l'homme qui venait de rentrer dans le bar n'était pas un des poivrots du village, mais un étranger au vêtement visiblement encore mouillé. Il changea alors totalement d'attitude et son côté commerçant repris le dessus malgré la fatigue.

« Ho, excusez-moi mon bon monsieur, mais je pensais que c'était encore en soulard qui voulait s'imbiber. Dites-moi que puis-je faire pour vous? Une chambre bien sûr, pour combien de temps? »

« Heu, oui, oui une chambre la plus simple que vous avez. Et je pense que je vais rester ici au moins quinze jours. »

« Ok très bien. Nos chambres les moins chères sont à 2500B la nuit. »
« Puis-je me permettre une question indiscrète? Aucun nouveau bateau n'était censé arriver cette nuit, comment êtes-vous arrivez sur cette ile? »


Comme toujours, la question d'indiscrétion n'était là que pour faire jolie vu qu'il n'attendit nullement la réponse pour poser ses questions suivantes. Un peu surpris Yukikurai répondit néanmoins. Il fallait qu'il mette en place sa couverture. Walace lui avait bien expliqué qu'il ne fallait pas qu'il crie sur tous les toits qu'il était en mission pour la révolution.

« Je vais prendre une chambre à 5000B la nuit plutôt. »
« En effet, je ne suis pas arrivé par bateau, mais à la nage. D'où, vous pouvez voir que mes vêtements sont encore mouillés. Mon bateau a été attaqué par un monstre marin au large de vos côtes. Le navire a été littéralement coupé en deux. J'ai eu de la chance et j'ai pu m'en sortir vivant et avec une partie de mes affaires. J'ai réussi à m'accrocher à une planche et à nager jusqu'à l'ile une fois le monstre parti. »


Vous avez en effet eu beaucoup de chance. Vous devez être fatigué je vous conduis à votre chambre. »

« En effet, je vous remercie. »

Bakasaru suivit le barman qui l'accompagna à sa chambre. Lorsqu'il rentra dans celle-ci, il fut content d'avoir pris une chambre à 5000B plutôt que celle à 2500B. Vu la faible qualité du mobilier et la propreté plus qu'approximative de cette dernière, il avait peur d'imager la chambre la moins chère. Il se coucha cependant sans l'intention de s'endormir, mais il sombra après cet nuit agitée par sa faute. Il s'endormit en songeant qu'il avait pondu un bien beau mensonge.

Il se réveilla en début d'après-midi surpris de s'être endormi habillé au-dessus de la couverture. Il descendit bien décidé à commencer son enquête et à trouver la personne qu'on lui avait désigné comme contact. Il dut réfléchir à ce qu'on lui avait appris quant à la collecte d'informations, mais il finit par se souvenir ce que Arturo lui avait appris : « Toujours commencer au bar, la source la plus simple pour avoir des informations ». Cela tombait plutôt bien car c'est là que les marches qu'il descendait le menait.

Lorsqu'il arriva dans le bar, il y avait quelques clients qui consommaient tranquillement, ainsi qu'un nouveau barman plus jeune que celui du matin. Yukikurai décida de s'asseoir au bar et d'écouter un peu ce qu'il s'y racontait.

« Bonjour, je voudrais un verre d'eau, je viens de me lever. »

Le barman lui servit son verre et reprit ses activités derrière le bar. Les conversations étaient tout sauf intéressantes. Heureusement, quand la tablée la plus bruyante eut fini son pichet de vin, ils crièrent quelque chose d'intéressant.

« HE KOUKY ! Tu nous remets la même chose. »

* Ha ben je l'ai trouvé mon contact. Je me disais bien depuis tantôt qu'il avait une tête de Kouky, le barman. *

Il attendit que le barman revienne d'avoir apporté le pichet de vin pour entamer la discussion et avancé un peu dans sa mission. Il vida son verre d'eau pour avoir une raison d'appeler le serveur.

« Hum, je pourrais avoir une bière maintenant. »

Lorsque le barman lui tendit sa bière, il lui glissa à l'oreille : « Alors, c'est vous Kouky? Il parait que vous avez sollicité notre aide? »

C'est les yeux écarquillé de stupéfaction qu'il répondit.

« Heu oui, c'est bien moi Kouky. Comment est-ce que vous me connaissez? »
« Ne me dites pas que vous êtes un? Dieu merci, vous êtes venu nous aider. »


« Oui, c'est le QG qui m'a envoyé pour faire un état de la situation. En fonction de mon rapport on avisera. J'ai deux semaines pour voir de mes propres yeux ce qu'il se passe réellement ici. »

« Ça me fait vraiment plaisir de voir.......Monsieur?

« Heu Bakasaru Yukikurai. »

« Et Monsieur Bakasaru, je n'ai pas besoin de vous expliquer vous verrez bien ce soir. Il commence toujours leur soirée ici. »

Yukikurai passa donc sa fin d'après midi au bar à s'ennuyer et à recueillir des informations en écoutant les clients du bistro. Puis en effet, ce qu'il était censé attendre arriva enfin. Une bande d'une dizaine de pirates, si on en juge à leur dégaine, rentrèrent dans le bistro en fracassant la porte du pied et en menaçant le jeune Kouky. L'un d'entre eux avait sorti son pistolet et le pointait sur le jeune homme l'obligeant à leur servir à boire gratuitement. Kouky supplia Yukikurai du regard, mais ce dernier ne bougea pas. Non pas qu'il ne voulait pas. Il mourait d'envie d'exploser ses apprentis pirates qui profitent de la peur qu'impose leurs armes pour faire leur loi. Cependant, ce n'était pas sa mission. On lui avait demandé d'obtenir des informations en aucun cas d'agir. Sa loyauté envers les ordres était plus forte que l'envie de fermer le caquet à ses arrogants. De plus, il ne pouvait pas agir sans savoir combien étaient ses pirates et si des personnes plus dangereuses n'en faisaient pas partie.

La soirée fut un vrai supplice pour Yukikurai qui fut lui aussi pris à partie par les pirates. Il vu même une dizaine d'autres forbans passer au café avec cinq donzelles très probablement kidnappée. Quand ils eurent assez bu, ils repartirent sans payer vers leur bateau. C'est là que la première vraie filature de notre jeune héros commença. Il n'eut aucun mal à les suivre. En même temps vingts personnes bourrées qui se déplacent en criant, y a plus dur à filer je pense. Bakasaru enfila malgré tout son nouveau manteau du côté brun. Il mit la capuche et une vague d'excitation lui parcouru l'échine. Il n'y avait rien à faire, il était tout excité chaque fois qu'il enfilait son nouveau manteau qu'il venait d'acquérir. Il avait vraiment des réactions d'enfant parfois.

Cette première nuit de filature fut riche d'enseignement. La bande de pirates devaient être plus de vingt vu qu'il y avait du bruit au port alors que le groupe de vingt était encore sur le chemin. Ça doit être là-bas qu'ils ont installé leur campement, mais il était impossible de se rendre au port ce soir car le chemin qui mène au port est long, dégagé, en légère descente et éclairée par la pleine lune. Cela aurait été de la folie de pousser plus loin la filature. L'autre chose qu'il fallait noter c'est que malgré le tapage et les dégâts commis par la troupe aucun marine n'avait pointé son nez.
https://www.onepiece-requiem.net/t2519-bakasaru-yukikurai-presentation-termineehttps://www.onepiece-requiem.net/t2613-fiche-de-yukikurai
Yukikurai
Yukikurai
No-Body
♠ Cavalier de la révolution ♠

♦ Localisation : Clock Work

Feuille de personnage
Dorikis: 6566
Popularité: 657
Intégrité: -415

Ven 6 Jan 2012 - 18:04

Pour le reste des deux semaines dont Yukikurai disposait pour rassembler le plus d'information possible, il s'installa une certaine routine. Tous les matins, il commençait par une balade qui l'amenait jusqu'aux entrepôts du port. Là, il put repérer quel hangar était plus gardé que les autres. Tous était identique dans leur conception externe, une grande porte à l'entrée pour faire rentrer les marchandises et une petite porte à l'opposer qui donne dans les coins sombres des docks. Il constata aussi sur la durée de son séjour qu'environ tous les deux à trois jours un bateau s'amarrait, puis repartait dans la journée sans doute les clients du marché noir. Lorsqu'un pirate lui demandait pourquoi il venait tous les jours au port, il répondait qu'il venait voir si un bateau était susceptible de le ramener chez lui.

Après sa balade au port, il allait profiter de la plage en légère pente pour s'exercer à la natation. En slip, il arrivait maintenant à se mouvoir dans l'eau de manière un peu plus respectueuse. Deux semaines d'entrainement répétitif, il n'y a que ça de vrai pour que Bakasaru apprenne et que son corps grave les mouvements. Quand il avait fini de nager, il enchainait avec une séance d'entrainement durant laquelle il répétait les mouvements qu'il avait appris avec Zoé sur Haruame. L'exercice qu'il pratiqua le plus, car il le trouvait le plus drôle, était celui où il faisait danser les palmiers. Cet exercice avait pour but d'améliorer son Kyomei. Il frappait en rythme le tronc du palmier de sorte à amplifier à chaque coup de paume la vibration de ce dernier. Lorsqu'il frappa à la bonne fréquence, à la fin de la deuxième semaine, on aurait dit que le tronc se ramollissait et que l'arbre commençait à danser.

Il arrêtait de s'entrainer quand son ventre réclamait pitance. Pitance qu'il allait chercher à l'auberge où il dormait. Les plats n'était ni varié, ni un délice, mais au moins il tenait au corps. Ensuite, il faisait la sieste dans la rue pour voir si la marine patrouillait parfois. Il y avait de temps en temps de manière plutôt aléatoire un petit groupe de soldat qui trainait les pieds dans les rues de Patlin. Il méditait également sur un toit de maison qui lui permettait de voir le port et l'entrée du QG de la marine. Il effectua quelque filature, chose qu'il trouvait amusante, car ça lui rappelait la chasse où il devait pister les animaux et s'en approcher discrètement. C'est grâce aux filatures et en observant depuis son promontoire qu'il put remarquer que tous les trois jours un marine visiblement plus haut grader, à l'air franchement hautain, se rendait au port avec une dizaine d'autre soldat et un petit coffre. Visiblement, la marine était au courant des exactions du groupe pirate et ne s'y opposait pas. Ils étaient même de mèche. Ils devaient se croire à l'abri de tous problèmes, mais ils se trompaient. Leurs problèmes ont commencé dés le moment où ils ont laissé le jeune forgeron rassembler des informations sur leurs agissements, sans difficulté.

Le timing de l'arrivée du bateau révolutionnaire fut parfaite. Il arriva certes avec un jour de retard, mais cela correspondait avec le jour de la visite du chef de la faction marine de Patland aux pirates. Lorsque l'Intrépide arriva, Yuki s'empressa d'aller faire son rapport. Dans la cabane du capitaine, il y avait en plus de l'apprenti révolutionnaire, Walace et les deux frères Gromythes pour le débriefing.

« Alors, la situation est simple, un groupe de plus d'une vingtaine de pirates tiennent des actions illicites et s'en prennent aux villageois pour passer le temps. Je n'ai pas vu de primé dans leur rang. Rien que de la bleusaille qui se sert de la peur inspirée par leurs armes. La marine, elle n'agit pas à l'encontre des forbans. Il semblerait même qu'ils soient soudoyés régulièrement pour fermer les yeux. De cette manière, les deux parties ont l'impression d'être à l'abri. »

« Ok, le rapport est assez clair. Tu as l'air de ne pas avoir eu de mal à regrouper tes informations. Bon, vu que les forces en présence n'ont pas l'air bien puissantes, aurais-tu un plan à nous soumettre? »

*Un plan d'attaque? Ho oui, je dois pouvoir monter ça et leur faire payer moi-même.*
« Hum, oui j'en ai un. Justement aujourd'hui, normalement les marines vont venir avec leur chef comme ils le font régulièrement pour avoir leur pot de vin. C'est à ce moment-là qu'on va intervenir. Les pirates ont un entrepôt, c'est la qu'à lieux la rencontre. Ces entrepôts n'ont que deux sorties une à l'avant et une à l'arrière. Un groupe attaque par devant, forçant les chefs à fuir par l'autre côté et un deuxième groupe leur règle leur compte. »


« Ok, ça m'a l'air pas mal. John et Robert se chargeront de la porte sortie et toi tu te chargeras de la diversion tu devrais pouvoir le faire. Si c'est un succès ce sera la première mission où tu as pris des initiatives et ça sera récompensé en conséquence. »

« Ok, je vais me préparer, ils ne devraient plus tarder. Ils sont assez ponctuels pour ça.
https://www.onepiece-requiem.net/t2519-bakasaru-yukikurai-presentation-termineehttps://www.onepiece-requiem.net/t2613-fiche-de-yukikurai
Yukikurai
Yukikurai
No-Body
♠ Cavalier de la révolution ♠

♦ Localisation : Clock Work

Feuille de personnage
Dorikis: 6566
Popularité: 657
Intégrité: -415

Ven 13 Jan 2012 - 14:20

Une demi-heure plus, le convoi arriva comme prévu. Un cortège de dix personnes, les cinq premières ouvraient le chemin comme s'ils protégeaient la personne un peu en retrait avec sa cape blanche et son air supérieur. Il y avait ensuite deux hommes portant une malle, non plutôt un coffre et les deux derniers qui fermaient la marche. Leur petite parade passa devant l'Intrépide avant de disparaître au coin d'un hangar. Yukikurai enfila sa belle veste du côté blanc aujourd'hui. C'était une diversion qu'il devait opérer, la discrétion n'était pas de mise. Il se retourna pour faire signe à John et à Robert qu'il était temps. Ils progressèrent en silence jusqu'au coin de l'entrepôt qui leur bouchait la vue. En se penchant Yuki put voir que cinq marines faisaient le guet. D'un signe de tête il ordonna la dispersion et les deux autres partirent pour prendre la base des pirates à revers. Il attendit environ une minute que les deux autres aient eu le temps de faire le tour. Pendant ce temps, il se concentra et activa su Karyudo qui lui permettait d'améliorer un de ses cinq sens. Comme ça allait être un combat de masse, il opta pour l'ouïe. Une fois sa concentration finie, il se lança à l'action.

Il passa le coin et eut ses adversaires en visuel. Il s'avança d'un pas souple dans leur direction, accélérant à chaque pas de manière progressive et presque imperceptible. Le groupe de garde l'avait remarqué, mais n'ayant jamais subi d'attaque, ils ne se méfièrent pas davantage le manteau boutonné ne laissant voir aucune arme. A chaque impact, Yukikurai se servait du choc pour augmenter sa vitesse, c'était son voyage de l'ombre, sa technique de déplacement silencieux et rapide. Quand il arriva à distance raisonnable, il passa sa main dans son dos et par la fente prévue à cet effet, il attrapa le manche de son Wakizashi, Mizuseisaku. Il bondit sur ses adversaires en un clin d'œil.

Tenshi Kage

Bakasaru venait de dégainer son arme et de trancher son premier ennemi qui sous la violence due à la vitesse se fit projeter au sol. Visiblement l'attaque avait été efficace vu que l'adversaire ne semblait pas en état de se relever. Avant que l'adversaire qui se situait à sa droite n'ait le temps de dégainer, le forgeron fit un pas vers lui et lui planta Mizuseisaku dans le ventre. Lorsqu'il retira son arme du corps du pauvre marine qui s'effondra sur le coup. Plus que trois et il aurait fini la garde extérieure. Il comptait profiter de son effet de surprise pour battre rapidement ses cinq là. Maintenant, les trois restant avait eu le temps de s'emparer de leur arme. Il y avait deux sabreurs et un fusiller. Ce dernier commençait à mettre en joue le révolutionnaire. Cependant, il était bien trop près. Yuki ayant jugé que c'était la menace la plus sérieuse pour le moment, il fit un pas dans sa direction avant de pivoter sur son pied gauche. Par cette manœuvre il sortit de l'axe du canon et mit le fusiller entre lui et les deux autres marines.

Kitai Punch

Il profita de la vitesse de rotation pour venir coller une bonne gauche dans la mâchoire du malheureux. La puissance du coup additionné à celle de la rotation mirent K.O. Le troisième opposant. Les deux rescapés attaquèrent de front en abattant leurs armes de haut en bas. Cheveux bleus bloqua leur attaque avec son sabre qu'il avait plaqué le long de son bras. Il recula d'un pas sous l'impact et puis d'encore un pour se donner de l'espace. Les deux marins portèrent un coup d'estoc au niveau du ventre de leur adversaire, ce dernier ayant toujours son bras armé au niveau de la tête. Bakasaru fit un pas d'appel dans la direction des lames puis bondit par-dessus ses opposants.

Ryoko Kage

Il atterrit dans le dos de ses adversaires et se retourna vers la droite de manière à pouvoir frapper de son arme ses ennemis. Ceux-ci se retournèrent, mais il était déjà trop tard. Yukikurai frappa en redressant, il trancha le torse du premier et continua son mouvement pour venir mettre un coup de pommeau dans la mâchoire du deuxième. Les deux s'effondrèrent sur le coup. Il venait de finir les cinq premiers ennemis, assez rapidement et sans coup de feu. Malgré tout le combat n'avait pas été silencieux, les renfort n'allaient pas tarder à venir jeter un œil. Le jeune révolutionnaire alla se coller contre la grande porte en fer juste à côté de la petite qui sert quand on ne veut pas ouvrir les grandes portes. Grâce à son Karyudo, il entendit qu'un homme arrivait pour la porte. Il se plaqua le plus possible pour ne pas être dans le champ de vision. Lorsque le premier pirate ouvrit la porte et passa la tête, il fut accueilli par une gauche dans la tempe et l'oreille. Se prendre un coup à cet endroit par surprise ça vous assomme même un tank, non pas celui avec un gros canon, mais bien celui qui a plein d'armure. Le pirate qui n'avait rien d'un tank s'effondra comme un château de carte. Des voix retentir de l'intérieur de l'entrepôt.

« Bordel, on nous attaque les gars! Pas de quartier! »

Il s'en suivit le bruit d'armes qui sont distribuées et de fusil que l'on arme. A peine eut-il entendu le « Scritcchhh » que notre bon forgeron se décolla du mur d'acier et se saisit la floche de Wakizashi. Il commença à le faire tourner de plus en plus de manière à créer un grand bouclier.

Yuki Onna

Des coups de feu retentirent. Ils venaient de tirer à travers la grande porte en métal pour essayer d'avoir leur ennemi par surprise. Les balles en traversant la porte avaient perdu une partie de leur vitesse. Du coup, toutes celles qui auraient pu toucher Yuki s'heurtèrent à sa défense et retombèrent inerte au sol. Quand la rafale de tir s'arrêta, les portes s'ouvrirent en grand. Les pirates purent comme cela voir Yukikurai se tenant debout devant l'ouverture son arme tournoyant. Cette dernière émettait sa lueur bleutée caractéristique quand le métal s'échauffait. C'était la caractéristique qui rendait Mizeisaku si particulier aux yeux de son possesseur, il évacuait la chaleur dû à la friction de l'air et aux impacts en se mettant à briller d'une faible lueur bleue. Ils virent donc une silhouette blanche avec un halo bleu et un peu de poussière qui vole, une belle effet d'entrée qui marque les esprits les plus faibles.

Yukikurai continua à faire tourner son arme pendant ces deux premiers pas vers l'intérieur de l'entrepôt avant de le reprendre en main une fois qu'il fut à peu près sûr qu'il ne risquait plus de se faire tirer dessus. Déjà un petit groupe de forban armé de sabres et autres couteaux se ruaient sur notre jeune ami. Ce dernier s'arrêta au moment même où son wakizashi s'immobilisait, toujours dans le sens opposé au sens conventionnel. Il se préparait à contrer le premier opposant, celui qui arriverait le plus rapidement. En mode suicide le premier se jeta à tout vitesse pour embrocher son torse. D'un petit pas sur la gauche, il esquiva l'attaque et lui présenta son coude. Le pirate suicidaire retomba sur le dos avec surement quelques dents de pétées. Un second attaquant tout aussi fou que le premier voulu faire une attaque surprise en bondissant de derrière son collègue pour une attaque à aérienne. Yuki accéléra la chute du premier en le poussant de la main gauche. Il avait désormais la place pour lancer son pied droit dans un contre encore plus puissant.

Kitsune no Chaban

Le fou volant n'eut même pas le temps d'entreprendre son coup de sabre qu'il s'était déjà empaler sur le pied de Yukikurai. La quasi totalité des contrebandiers arrivaient maintenant sur l'instigateur de l'attaque. Ce dernier allait devoir déployer tout son talent pour se défaire des douze ennemis restant. Il fallait qu'il se débarrasse encore de quelques uns des assaillants avant qu'il ne soit encerclé. Ceux qui restaient étaient moins téméraires et ne tentèrent rien avant d'avoir cerner le jeune impudent qui osait les attaquer. Bakasaru se mit dans une position de défense, la main gauche légèrement devant lui, son bras droit replier avec son sabre toujours coller le long de son avant bras, ses pieds écarter pour avoir un maximum de stabilité et d'appui pour bouger.

Ude Surudoi

Il était calme et parfaitement concentré sur les informations données par ses oreilles. Un bruit de pas dans son dos, il lança directement son pied droit dans un coup de pied circulaire qui toucha la cible. Un autre arriva de sa droite, il poussa sur pied gauche pour arriver le premier au contact et écrasa sur poing droit sur le nez adverse, plus que dix si personne ne se relevait. Il eut un petit temps d'hésitation, puis les assauts reprirent. Quatre braves pirates se lancèrent chacun arrivant d'un point cardinal, le nord étant en face du révolutionnaire. D'un rapide coup d'œil il fit l'inventaire des armes des assaillants, au nord un sabre, à l'est un bâton, au sud un poing américain sans doute et à l'ouest un poignard. Il avait beau être douer pour dissocier les actions de ses mains et de ses pieds, il allait lui manquer un membre. Il para donc avec son wakizashi le coup descendant provenant du nord. Avec son genou il vint arrêter le bâton qui visait son ventre. Il prit le coup de poing dans le dos, ce qui ne lui fit pas du bien et lui arrachèrent même un toussotement. Du dos de la main gauche il dévia la dernière lame, avant de se saisir du poignet du malotru. D'une rotation horaire, il se débarrassa des quatre, la lame plaquée contre le bras venant trancher le torse de celui à l'est, son pied venant shooter violemment dans les côtes de celui du sud et en projetant tête contre les deux restant. Il acheva ces deux là en mettant à celui qui tombait vers lui un coup de genou et à l'autre un crochet du gauche. Il continua sa charge vers les ennemis qui restaient. Il sauta sur le côté pour éviter un coup de lance et porta un coup de pommeau dans la tempe. Un pirate attaquant dans son dos prit un coup de coude tranchant en plein torse et s'effondra. Plus que quatre.

Deux hommes armés de sabres foncèrent sur Yukikurai la pointe en avant. D'un flick arrière il se dégagea et ils s'auto-embrochèrent. Les deux derniers s'enfuirent vers les armes à feux qu'ils avaient délaissé. Il rattrapa le premier et l'assomma avec son pied à la suit d'un magnifique salto avant. Le dernier rescapé se saisit d'un pistolet sur la table et commença à visait sa cible aux cheveux bleus. Cependant, cette dernière ne tenait pas en place et arriva en deux bond sur lui. Yuki lui plaça un magnifique spear avec son bras tranchant dans les côtes. Ça y est c'était fini. Pourtant, il entendit deux coups de feux provenant de la porte menant à l'arrière salle. Lorsqu'il se retourna, il constata que c'était Robert qui venait de tirer. Et heureusement, car il n'aurait jamais su les éviter. En regardant dans la direction que le canon du fusil pointait, il vu deux hommes tombant au sol.

« Heu... merci. Comment ça s'est passé de votre côté? »

« On les a tous chopé. Viens nous aider il y a un beau butin de ce côté. On va le prendre en compensation. »

Ils retournèrent tous les deux dans la pièce du fond. Ce qui s'offrit aux yeux de Yuki était un vrai carnage. Il gisait au sol pas moins de huit personnes, dont le chef des pirates avec un trou dans la tête le chef des marines coucher sur le ventre avec une tache sombre du côté du cœur. Tout deux était visiblement mort. Cela choqua profondément notre jeune ami, qui n'avait jamais tué intentionnellement, ni même imaginé que des gens qu'il fréquente puissent être des meurtrier.

« Mais...Mais vous les avez tous tué ou quoi? »

« Ben, oui il ne faut pas qu'on sache qui a fait ça. Et puis tu comptais faire quoi, livrer les marines à la marine. Aux grands maux les grands remèdes. Quand la justice est corrompue, c'est à nous de la rendre de la manière que l'on veut. »

«  Peut-être, mais on est les gentils, nous. Non ?!? »

« Oui et on vient de s'occuper des méchants, donc il n'y a pas de mal. »

Voyant bien que leur jeune ami était perturbé par la scène à laquelle il assistait. John prit une bourse d'or qu'il lança à Yuki en lui disant.

« Tiens, va payer tes frais d'hébergements. Puis retourne au bateau, on s'occupe de tout ici. On partira dès que tu seras revenu. Tant que tu y es, tu peux dire à ton contact que leur problème son résolu normalement. »

Le jeune homme s'exécuta. Il quitta les lieux comme un zombie. L'activité de son cerveau était comme bloqué, il tournait en rond sur les mêmes idées. C'est un peu de sa naïveté qui venait de s'envoler. La vision idéaliste de l'organisation qu'il avait rejoint depuis près d'un an, s'effritait. Tout n'était donc pas rose.

*On est les gentils..... Oui mais ils ont tué des gens c'est mal.... Il était méchant et la justice est pourrie, il devait le faire.... mais quand même. On est censé être les gentils.*

Voilà ce qui tournait en boucle dans son cerveau. Il arriva sans rendre compte à l'auberge. Il reprit ses esprits quand Kouky l'interpella.

« Et bien monsieur Bakasaru vous faites une tête. »

« Ha, ho, ben j'étais pensif. Ce n'est rien. Mes amis sont arrivés, je reprends la mer aujourd'hui. Je viens payer la note pour ma chambre. Tenez » Il tendit la bourse que John lui avait donnée et poursuivit. « On a réglé le problème, vous ne devriez plus en entendre parler. » *Oui les morts ne parlent pas*

Kouky le remercia vivement pour l'aide qu'il venait d'apporter à son île et ce sans même avoir de preuve que le problème était résolu. Cela mit du baume au cœur du forgeron. Il repartit en direction de l'intrépide un peu plus serein. Rien que pour les remerciements de Kouky, il ne regrettait déjà un peu moins la mort des scélérats.
https://www.onepiece-requiem.net/t2519-bakasaru-yukikurai-presentation-termineehttps://www.onepiece-requiem.net/t2613-fiche-de-yukikurai
Yukikurai
Yukikurai
No-Body
♠ Cavalier de la révolution ♠

♦ Localisation : Clock Work

Feuille de personnage
Dorikis: 6566
Popularité: 657
Intégrité: -415

Sam 28 Jan 2012 - 15:53

Sauvetage de Nina Reison [1620]

Si Yuki avait été choqué par la mission sur Patland c'est que dans le carnage qu'il avait fait lui, tous s'en sortiraient vivant sauf s'ils ne soignaient pas leurs blessures. Et là ces comparses avaient fait eux une véritable boucherie avec du sang et tout et tout. La fatigue de son combat, la tension et la surprise furent responsable de la réaction du jeune homme. Il les remercia quand même après coup quand en y repensant, il se rendit compte à quel point il était au bout du rouleau lorsqu'il avait fini le vingtième pirates. Tout seul il n'aurait pas été capable de le faire. Le morale du jeune homme fut fort perturbé par cette mission. Il émit même quelques doutes quant à la poursuite de sa carrière dans la révolution, ne voulant pas avoir de sang sur les mains. A chaque fois qu'il exprimait cette idée Walter revenait avec ses beaux discours et à chaque fois cela rassurait le cœur en peine de Yukikurai. Au final, cette épreuve finit par renforcer son engagement dans la cause de la révolution. Il en ressortait plus fort. Un jour, il serait près pour combattre sur les champs de bataille sans pitié des opérations de grande envergure de la révolution. En attendant, on n'en était pas encore là.

La section révolutionnaire de North Blue basée sur Inu Town ne tarda pas à apprendre que le gouvernement avait renoncé à remettre des gens dans leur base de Patland vu la rouste et les pertes qu'il avait subi suite à l'attaque de pirates, pensait-il. L'opération de nettoyage orchestrée par Yuki avait laissé une île vide de toute Marine. C'est tout naturellement que le trafic des pirates fut remplacé par une plaque tournante de la révolution, se servant des entrepôts pour cacher de la marchandise et faire des échanges en toute discrétion entre navire. C'est donc tout naturellement aussi que Kouky devint un révolutionnaire. Bakasaru et lui se lièrent d'amitié ce qui fait que Yuki se rendait de temps en temps, pour une journée sur Patland avec les navires qui devaient y faire escale. Ce qui fut le cas en ce jour de 1620.

Les deux hommes faisaient comme bien souvent une promenade qui leur faisaient faire le tour de l'île quand arrivé sur la plage par où Yuki avait débarqué deux ans plus tôt, ils virent une barque échouée sur la plage. La curiosité de la jeunesse n'a d'égale que sa bêtise, ils se précipitèrent donc pour voir ce que cela pouvait bien être. Pour une fois, la curiosité fut plutôt bénéfique, vu qu'ils trouvèrent une femme entre deux âges. La seule chose qu'on pouvait dire avec certitude c'est qu'elle était blessée au flanc et qu'elle s'était évanouie.

« Purée, elle a pas l'air bien faut l'aider. »

« Oui et qu'est-ce qui te fais dire ça? Le sang peut-être. Bien sûr qu'on va l'aider, on est les sauveurs de la populace. »

« Houla, doucement quand même. Je me demande d'où elle peut bien venir avec sa petite chaloupe et ses blessures. »

« On lui demandera si elle se réveille. »

Ils se mirent à deux pour tirer la barque plus loin sur le sable et ne pas mouiller la pauvre évanouie. N'ayant jamais vraiment eu l'occasion de manipuler des corps inerte, ils s'y prirent comme des manches. Il leur fallut cinq minutes pour arriver à la sortir de son embarcation. Essoufflé, ils la déposèrent contre un palmier. Là, ils examinèrent la blessure. Cela devait être un coup de couteau reçu dans le dos, la pauvre. La plaie n'avait pas l'air trop vilaine. Kouky, comme dans les films, retira son t-shirt blanc, bien-sûr, sinon ce n'est pas drôle et fit un pansement grossier pour éviter qu'elle ne se vide de son sang. La douleur de la plaie dut réveiller la dame, car Kouky qui était penché sur elle se ramassa un bon pain dans la tronche qui le fit tomber sur ses fesses.

« Je sais me défendre méfiez-vous. Qui êtes-vous? Où suis-je? »

La paire d'ami était trop abasourdit par l'action qui venait de se dérouler pour répondre tout de suite. Pour être plus exacte Yuki se retenait de rire en se disant : « qu'est-ce qu'elle vient de te mettre vieux ». Kouky quant à lui se disait que ça faisait mal.

« Je ne vous connais pas, mais vous n'avez pas l'air de faire partie de ceux qui sont à ma poursuite. Hého, bordel, je suis où? A simplet land?»

Yukikurai répondit tout penaud : « Ici vous-êtes sur Patland dans North Blue. Je m'appelle Yukikurai, lui c'est Kouky et vous? »

« Hum... Je suis toujours sur North Blue. Comme je le craignais je n'ai pas pu aller bien loin. Faut pas que je traine ici, ils vont pas tarder à me retrouver...
Je ne sais pas si c'est judicieux que vous sachiez mon nom, mais enfin bon appelez-moi Nina. »


« Heu, madame Nina est-ce bien raisonnable de vouloir quitter l'île dans votre état. Expliquez-nous s'il vous plait, on peut peut-être vous aidez. Qui est-ce qui est à votre poursuite? Qu'est-ce que vous fuyez? »

« Si vous pouvez me faire quitter l'île avant ce soir, je vous expliquerai. Il ne faut pas que je reste trop longtemps surplace, car on est sur mes traces. »

La vieille femme était vraiment tendue. Elle n'arrêtait pas de regarder dans tous les sens comme une bête aux aboies. Elle semblait vraiment plus résistante que l'on aurait pu le croire. La blessure qu'ils venaient de panser grossièrement, ne semblait pas la tracasser plus que cela. Yukikurai regarda dans le ciel et à la position du soleil, il pouvait dire sans trop se tromper que son navire, enfin celui qui le fait voyager, allait partir dans un peu plus d'une heure. Du coup, il prit la parole, tout en gardant secret que le bateau était celui de la révolution.

« Le navire marchand avec lequel je voyage, part dans environ une heure. Si cela vous convient, nous ferons route vers Inu Town. Il faudrait quand même songer à voir un médecin. »

« Une heure, hein? Vers Inu Town, ça me va. Je préférerais manger avant d'embarquer plutôt que de voir un médecin. Ma vie n'est pas en danger par cette blessure, mais bien par la présence de mes poursuivant. Avant que l'on quitte cette plage sans oreille indiscrète, je vais vous expliquer brièvement ma situation. »

« Voyez-vous, je voyage avec sur un navire depuis longtemps. Je suis comme qui dirait quelqu'un de reconnu dans ce que je fais. Cela attire bien sur des ennemis et l'un d'eux a réussi à corrompre un membre de mon bateaux. Il a divulgué des informations quant à ma localisation, des ennemis m'attendait à l'une de mes escales. Mon équipage les a repoussé et avec quelques hommes j'ai fui à bord d'un navire de croisière. Là en pleine mer, la taupe s'est révélée d'elle-même, elle s'était arrangée pour m'accompagner et à tenter de me poignarder. J'ai heureusement réussi à l'assommer et je me suis enfuie ne sachant pas si c'était le seul traitre qui m'avait suivi. Et me voilà, m'échouant ici. »

« Je pense vous en avoir assez dit. Vous m'offrez à manger en échange. »


Étrangement cela ne sonna pas du tout comme une question, mais plutôt un ordre. En mode sauveur de la gent féminine, ils partirent donc d'un pas tranquille vers l'auberge pour prendre de quoi se sustenter. Si son vêtement n'était pas tacher de sang, on aurait eu de la peine de savoir qu'elle était blessée, tant elle avait de l'énergie pour dicter ses ordres aux deux jeunes hommes. Ils mirent un certain temps à atteindre l'auberge vu que Nina ne voulait pas prendre les rues principales et redoublait de vigilance à chaque bruit. Elle demanda même qu'on lui apporte sa nourriture dans la ruelle adjacente à l'auberge. Dans un aparté Yuki et Kouky se dirent qu'ils trouvaient qu'elle était vraiment chiante à être paranoïaque à ce point. Tout en mangeant, elle s'enquit des formalités de son voyage. Elle insista pour que personne ne la voie et finit par décréter qu'elle serait très bien dans la cale.

« Alors, il est où ton rafiot? Et puis c'est quoi cette route pour aller au port, y a pas moyen d'être discret. »

« D'abord c'est pas mon bateau et c'est pas moi non plus qui ait conçu cette île. Il n'y a que ce chemin qui mène au port on a pas le choix. Puis c'est votre attitude qui est pas discrète. Essayez de vous comporter comme quelqu'un qui n'est traqué s'il vous plait. »

« Et puis quoi encore, c'est moi qui décide gamin. J'ai toujours fait comme ça. Ça va pas changer parce que tu me le demandes petit. Bon et comment tu comptes me faire monter dans le bateau sans qu'on me voie. Je suis impatiente de voir ça. »

 « Je vous dis que je connais les rituels de l'équipage comme ma poche. Lorsqu'ils ont fini de charger le bateau, ils remontent boire un dernier verre à l'auberge et laisse le bateau presque vide. »

« Oui, je suis sûr que tu ne retrouves jamais ton mouchoir quand tu pleures mon petiot. »

* Raaah. Elle est pas possible celle-là. Elle fait tout pour me gonfler où quoi. Je ne sais pas pourquoi je l'aide d'ailleurs. Si je suis un bon révolutionnaire et mon devoir est d'aider tous ceux qui sont dans le besoin, même s'ils sont chiant. Au sinon, je voudrais pas mieux que le gouvernement qui ne pense qu'à lui. Allez calme toi et prend ça comme un jeu, elle veut jouer à la chiante, on va jouer. *

Comme prévu une fois les dernières caisses échangées entre les deux bateaux, la majorité de l'équipage quitta le port. Le duo improbable qui observait les navires, caché entre les entrepôt, sortit de leur cachette. Pour faire monter la passagère clandestine à bord, Yukikurai profita du calme et du bateau qui est presque vide. Ils se faufilèrent à la vitesse de l'éclaire et arrivèrent sans encombre à la cale. Il l'aida à se faire une place cachée derrière les caisses, sans manquer de la narguer quelque peu, cela faisait du bien.

« Alors, mamie, qu'est-ce que tu dis de ça? Il gère le jeunot. Tu veux mon mouchoir pour pleurer »

Il joint le geste à la parole en sortant son mouchoir de sa poche de pantalon droite. Il la quitta pour aller prendre son poste sur le bateau pour le départ. Il était fier de sa dernière répartie, mais se disait qu'elle était vraiment paranoïaque la vieille. Bon c'était compréhensible quand on se fait trahir.

La traversée se passa sans souci, c'était le propre des Blue de pouvoir naviguer sans rencontrer de problème majeur. Un peu avant l'arrivée au port, Yukikurai se rendit dans la cale pour prendre des nouvelles de son invitée. Quel ne fut pas sa surprise lorsqu'il découvrit le corps d'un membre de l'équipage assommé et caché derrière des caisses. Il s'empressa d'aller voir Nina.

« Mais qu'est-ce qu'il s'est passé? C'est toi qui l'a assommé et caché? T'es pas folle ou quoi? »

« Ha ça. C'est pas grave, il est venu rôder trop près alors je l'ai assommé par derrière. Tu n'as qu'à le remonter à l'infirmerie et dire qu'il s'est pris une caisse sur la tête. Regard j'ai déjà déplacé une caisse pour que cela colle. Allez, au boulot. »

Il soupira une bonne fois, mais dut admettre que le plan était pas mal. Il porta donc le malheureux en direction de l'infirmerie. Dès qu'il croisa quelqu'un il lui donna la version de Nina et lui remit le corps pour retourner dans la cale. Soulager de ce poids, il retourna auprès de la vieille.

« Bon ça a marché je parie. Tu as un plan pour que je quitte le bateau avant qu'ils ne vident la cale, j'espère. »

Vraiment, elle était exaspérante à poser toujours des questions pertinentes. Son air autoritaire commençait vraiment à agacer notre jeune révolutionnaire.

« Je n'y ai pas encore vraiment penser, mais juste après l'amarrage, il y a un temps de flottement où il n'y a pas trop de gens. Ce sera notre fenêtre. »

Nina n'objecta pas, mais sa tête disait clairement qu'elle avait déjà vu mieux comme plan. Quand le bateau fut amarré, Yuki vint la chercher. Ils arrivèrent sur le pont sans encombre, mais la le bruit d'une porte qui s'ouvre se fit entendre. Quelqu'un allait arriver. Ni une, ni deux, Nina s'élança vers le bord du bateau attrapa Bakasaru par le col et sauta à la mer. Tout deux disparurent dans un plouf.
https://www.onepiece-requiem.net/t2519-bakasaru-yukikurai-presentation-termineehttps://www.onepiece-requiem.net/t2613-fiche-de-yukikurai
Contenu sponsorisé



Page 1 sur 1