AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


Pour nos rêves et la liberté !

Aller à la page : Précédent  1, 2
Invité
Invité


Sam 12 Mai 2012 - 19:38

Rappel du premier message :

Precedently

''Shinoryuu ! Je voudrais aidé tout le monde dans l'absolu possible, nous voudrions tous nous aidé si nous le pouvions, les êtres humains sont ainsi fait. Nous voulons donné le bonheur à notre prochain, pas lui donné malheur. Nous ne voulons pas haïr, ni humilié personne. En ce monde chacun de nous à sa place, et notre terre est bien assez riche, elle peut nourrir tous les êtres humains. Nous pouvons tous avoir une vie, belle et libre, mais nous l'avons oublié. L'envie a empoisonné l'esprit des hommes, a barricadé le monde avec la haine. Nous a fait sombré dans la misère et les effusions de sang. Nous avons développé la vitesse pour nous enfermé en nous même.

Notre savoir, nous a fait devenir scinque. Nous sommes inhumains à force d'intelligence. Nous ne ressentons pas assez et nous pensons beaucoup trop. Nous sommes trop mécanisé, nous sommes trop cultivé. Sans ses qualités humaines, la vie n'est plus que violence et tout est perdu. En ce moment même, ma voix atteint une poignée de gens.

Je dis à tout ceux qui m'entendent, à vous ! ...Ne désespérer pas ! Le malheur qui est sur vous n'est que le produit éphémère de l'amertume de ceux qui ont peur du progrès de l'humanité. Mais la haine finira par disparaître. Et les indignes dirigeants mourront et le pouvoir qu'ils avaient prit au peuple va retourner au peuple. Et tant que les pirates mourront, la liberté ne pourra pas périr. Shinoryuu ! Ne vous tenez pas à ses brutes, à une minorité qui VOUS MÉPRISE ET QUI FAIT DE VOUS DES ESCLAVES !
En régiment tous votre vie, qui vous dit tout ce qu'il faut faire et ce qu'il faut penser ! Qui vous dirigent, vous manœuvrent, se sert de vous comme chair à canons et qui vous traitent comme du bétail. Ne donner pas votre vie à ces êtres si inhumains, ces hommes machines, avec une machine à la place de la tête ! Une machine dans le cœur. Vous n'êtes pas des machines, vous n'êtes pas des esclaves ! Vous êtes des PIRATES ! Vous n'avez pas de haine, sinon pour ce qui est inhumain. Ne vous battez pas pour l'esclavage, mais pour la liberté.''


...Mon corps est une cage qui m'empêche de danser avec l'amour de ma vie. Et moi je valse sur les mers aux cotés de mes amis. Le torse en avant, je souris fièrement et mon ambition empli le regard de chacun. Qui aurait cru que le garnement d'il y'a un an serait devenu un capitaine apprécié par ses nakama's...oui, je suis fier de moi. Shishishi

Nakama's ! Suivez mes directives, dans quelques minutes, nous allons franchir un cap important de notre vie.

Je me dirige vers le gouvernail et le tourne à bâbord, j'entends le son des vagues frapper sur le safran. J'impulse ma volonté à chacun de ses vaillants pirates.

Cassandre, viens vers moi pour tenir la barre. Tokigawa ! Arrête de mater cassandra. Yukisame ? T'as finis d'attacher ce soit disant prince ? ! Takashi, Izya, sortez moi la grande voile ! Bordel, mais où est Lion ! HAKUNA MATATA ! Trouvez moi Simba !
Izya
Izya
Reine Céleste

♦ Localisation : Allods d'Akeem

Feuille de personnage
Dorikis: 10099
Popularité: 849
Intégrité: -628

Ven 29 Juin 2012 - 0:21

A peine j’ouvre la porte de « l’infirmerie » que la morsure du froid m’envahi. C’est vraiment insupportable. Tellement que je referme immédiatement la porte. Mugen, qui est derrière moi me regarde d’un air interrogateur.

- On va mourir gelé si on sort…

- T’exagères pas un peu ?

Je lui fais signe que non. Ne me croyant toujours pas, il m’écarte de la porte et l’ouvre à nouveau. Forcement, il faut que ce soit pile au moment où le bateau amorce la descente, le faisant tomber hors de l’infirmerie, et moi contre le mur. Le vent froid qui s’engouffre dans la pièce et juste horrible. Alors que le bateau prends de plus en plus de vitesse, nous nous retrouvons de nouveau tous les deux dans l’infirmerie mais en chute libre, le mur opposé se rapprochant de plus en plus, jusqu’à ce qu’il nous emporte dans son élan. La porte ouverte nous laisse entrevoir le devant du navire et les bords montagneux du courant marin. Soudain, une vague blanche s’approche de nous : nous allons traverser un nuage, quel sensation désagréable ! Et pourtant j’aime l’eau ! Mais cette sensation n’a rien à voire avec une baignade… Cela ressemble plus à la piqûre d’un millier de très fines aiguilles glacées, de quoi vous paralyser pendant plusieurs secondes.

Une fois ce mauvais moment passé, le vent continu d’empirer cette sensation de froid. Si je n’attrape pas de rhume avant la fin de cette descente, j’aurai de la chance ! Au moins, les rayons du soleil jaunissant le pont m’indiquent que je vais pouvoir me réchauffer une fois en bas. Je me raccroche à cette idée et attends que ce mauvais moment soit passé. Il se trouve qu’il se termine par un violent choc du bateau avec la mer plane, nous projetant sur le sol du navire. Après deux secondes à reprendre mes esprits, je me relève et sorts enfin sur le pont.

- Et bah c’n’est pas trop tôt !

Je file dans ma chambre, ne prenant même pas le temps de savourer cet instant : mes vêtements encore trempés son insupportable et continu de me glacer le sang. Je prends donc le temps de me changer avant de remonter et d’observer la vaste mer qui s’étend à nos pieds : GranLine !
https://www.onepiece-requiem.net/t3683-izya-selinde-termineehttps://www.onepiece-requiem.net/t3825-fiche-d-izya-selinde#43003
Takashi N. Frozenstar
Takashi N. Frozenstar

♦ Localisation : Hungeria, Royaume Long-Bras

Feuille de personnage
Dorikis: 1720
Popularité: -54
Intégrité: -6

Sam 30 Juin 2012 - 14:10

La montée s'était avérée plutôt rapide, mais la descente risque d'être plus rapide. Au dessus des nuages, le bateau va bientôt amorcer la descente. Bien qu'il fasse froid, Takashi marche sur le bateau tout en réfléchissant à la situation, et en admirant la vue qu'il a sur la montagne. Le froid, il connait, les températures de son île natale étant généralement en dessous de 25 degrés Celsius.
Toujours pensif, Takashi s'approche de l'avant du navire, sans porter d'attention au gamin, qui est prêt de la figure de proue. Après tout, ce n'est pas tout les jours qu'on grimpe une montagne en bateau, qui plus est Reverse Moutain.

Le bateau décolle soudain, tout en continuant à avancer. Apparemment, il n'y a eu aucun problème au niveau du changement de direction et d'océan. La température commence à remonter. Les ordres de Cassandra étaient clair: Se stabiliser un maximum pour éviter que le navire ne se prenne des rochers, un récif, ou même le bas de la montagne lors de l'arrivée sur la mer. Traversant un nuage, le vaisseau file à toute vitesse. Tellement vite d'ailleurs, que le nuage a paru exploser, et la mer s'est creusée. Grand Line se rapproche, et Cassandre tombe presque à la renverse, sauvée de justesse par le gamin. Lequel gamin se prend un coup de pied après lui avoir dit quelque chose.

Pendant ce temps, le bateau est revenu à la verticale. Les voiles avaient apparemment été fermées, surement du à un ordre de dernière minute pour ralentir le bateau... La mer est plus calme, et la chaleur est quasiment remontée à ce qu'elle été avant l'ascension. Quelque vagues viennent secouer le navire. la calme APRèS la tempête. Mais vu que les Shinoryus viennent d'arriver sur Grand Line, c'est sûrement le début des problèmes. La traversée de la montagne n'était qu'une mise en bouche. le plus dur reste à faire: faire le tour du monde, et ce avec des aventures toujours plus périlleuses. Cassandra donne l'ordre de remettre les voiles. Le vent en poupe est suffisant. Takashi ne remonte pas, après ce qu'il s'est passé la dernière fois, c'est à dire la pendaison par les pieds. Le bateau accélère, et une brise légère se fait sentir. Mais où aller maintenant ? Takashi se pose cette question. Depuis le départ de Suna, la succession d’évènements lui a occupé l'esprit. Il remarque alors une sphère translucide avec une aiguille digne d'une boussole à l'intérieur.
Remarquant Takashi perplexe à la vue de cet objet, Cassandra lui explique:

"-C'est un Log Pose. Les boussoles ne marchent pas sur Grand Line, et c'est le Log Pose qui permet de se diriger. Les îles de cet océan ont toutes un signature magnétique propre. Un Log Pose enregistre l'une de ses signatures pour indiquer le chemin. Une fois sur l'île en question, il faut attendre un moment avant qu'il ne se recharge avec la signature de l'île, ce qui va conduire à une autre île. Et ainsi de suite. Il existe en tout sept voies sur Grand Line, et, une fois engagée sur l'une d'entre elle, à l'aide d'un Log Pose, il est très dur d'en changer. Je savais déjà à peu près ce que c'était, mais pendant que tu n'étais pas là, j'ai approfondie mes recherches...

-Ok. En tout cas, on a de la chance d'avoir une navigatrice comme toi."

Il embrasse Cassandra avant de se rasseoir en regardant le Log Pose indiquer une direction. Et l'aventure ne fait que commencer...


Dernière édition par Takashi N. Frozenstar le Mar 3 Juil 2012 - 9:57, édité 1 fois
https://www.onepiece-requiem.net/t3506-takashi-frozenstarhttps://www.onepiece-requiem.net/t4138-fiche-de-takashi-n-frozens
Howard Prince
Howard Prince

♦ Localisation : Dans ton Coeur...
♦ Équipage : Pirates de Prince

Feuille de personnage
Dorikis: 6025
Popularité: -372
Intégrité: -212

Lun 2 Juil 2012 - 19:02



    Alors que le navire montait toujours de plus en plus haut sur Reverse Moutain, Howard Prince avait, quant à lui, de plus en plus de mal à se tenir à la rambarde du pont supérieur : la puissance de l'attraction était telle, que le pirate cru à plusieurs reprises, que ses bras allaient lâcher.
    Son long manteau noir qu'il avait remonté au-dessus de ses épaules, contre le froid qui s'était rapidement installé, claquait inexorablement au rythme du vent violent et pendant qu'il luttait pour ne pas être éjecté en arrière, l'écume de l'océan lui frappait le visage, l'obligeant à fermer à moitié les yeux. Lâchant la rambarde avec une de ses mains pour tenir son tricorne avant que ce dernier ne s'envol, il remarqua à sa plus grande stupeur, que l'ascension se terminait brusquement : « Comment va-t-on ?! »

    Avant de pouvoir terminer sa pensée, le bateau décolla dans les airs, projetant le pirate en arrière, avec une force incroyable : ce dernier, pour se rattraper, sortit rapidement un de ses sabres qu'il planta dans le plancher du vaisseau, évitant ainsi, de finir dans l'océan...
    Un bref instant plus tard, le navire retomba sur les flots : l'impact secoua, une nouvelle fois, le Prince, qui du poser un genou à terre pour garder l'équilibre...

    Le pirate se releva difficilement pour constater que le bateau amorçait désormais la descente de la montagne : la vitesse était impressionnante et la visibilité quasi nul, à cause des nuages présents tout autour du navire.
    Il jeta un coup d'oeil rapide vers l'arrière du bateau pour être sûr que la navigatrice était toujours à son poste : les parois de la montagne étaient tellement proches du navire que le moindre faux pas pouvait être fatale...
    Enlevant son sabre du sol après s'être relevé, Prince s'avança, périlleusement, vers l'avant du pont, combattant la pression de la vitesse...
    S'accrochant enfin aux rambardes du pont supérieur, il admirait, à plusieurs centaines de mètres de haut, la splendeur, la majesté qui s'offrait, peu à peu, à ses yeux : les nuages se dissipaient petit à petit pendant que le bateau descendait, laissant place à la vue d'un océan magnifique, un véritable saphir, se prolongeant à perte de vue... Les éclats du soleil donnaient l'impression que des millions de cristaux brillaient à la surface de l'eau rendant une image presque chimérique, irréelle...

    Toujours avec une main posée sur son chapeau, Howard Prince savourait ce spectacle malgré la vitesse toujours ahurissante du bateau, qui faisait danser ses cheveux sombres, en parfaite adéquation avec ses vêtements.
    Un sourire s'était affiché sur son visage alors qu'il fermait les yeux pour savourer ce doux parfum qui envahissait ses narines : le parfum du plus grand océan de cette terre... et surtout, l'odeur de nombreux nouveaux mystères !

    Après les quelques secondes de descente, le bateau toucha enfin l'océan, en bas de la montagne, soulevant les flots, qui vinrent s'écraser sur le pont, éclaboussant, par la même occasion, le Prince : le pirate eu d'ailleurs peur que l'impact fragilise l'avant du bateau, ou pire, que cela le détruise...
    Trempé, mais toujours debout malgré le choc, Howard Prince fut, une nouvelle fois, subjugué par ce bleu éclatant qui s'étendait à perte de vue...

    Il enleva enfin son tricorne qu'il plaqua contre son torse, comme pour saluer cette immensité :

    « C'est donc ça... Grand Line ! »

    La route de tous les périls...



Contenu sponsorisé



Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2