AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  

Le Deal du moment : -43%
Smartphone SAMSUNG Galaxy Note20 5G 256 Go Gris ...
Voir le deal
599 €

Attention ! Carte volée [ Pv James et Tetsu ]

Tetsu Jolly
Tetsu Jolly


Feuille de personnage
Dorikis: 980
Popularité: -32
Intégrité: -25

Jeu 23 Aoû 2012 - 23:03

Attention ! Carte volée [ Pv James et Tetsu ] 366318Aki2840
Nous revoici dans les aventures de Tetsu Jolly et de son compagnon Doku. Toujours dans une quête effrénée contre les forces du mal … Heu … on va dire plutôt à la recherche d’un vieillard tout rabougrit. Ce fut donc dans ce but que notre mal voyant et son petit compagnon se rendirent sur l’une des nombreuses îles de North blue en espérant retrouver ce vieil homme. Pourquoi d’ailleurs ? Une demande d’Achille. Alors ne valait-il mieux ne pas poser trop de question. Ils marchaient dès lors dans un cadre qualifions nous de, banal. Un chemin parsemé de pavé, de l’herbe le jonchant à perte de vu, des collines façonnant le paysage et quelques arbres morcelant le tout de quelques taches d’ombres. Un vrai cadre typique des îles présentes sur la plupart des blues. Quelques papillons venant alors butiner sur leur nez, les prenants pour les quelques champs de tournesol avoisinant. Un environnement paradisiaque.

Une chose qui avait du mal à faire plaisir à Doku. Toujours à ronchonner, à râler et avoir du mal à apprécier toutes les petites choses de la vie qui font d’elle, ce qu’elle est. Faisant plusieurs heures que les deux garçons marchaient sur ces routes sillonnées, l’ainé décida de faire une légère pause. Une manière de pouvoir se reposer quelques minutes et de refaire le plein des batteries avec un petit encas. Assis contre l’écorce d’un arbre, l’herbe semblait si douce au touchée. Alors que le plus jeune dévoré son gouter à pleine dents, Tetsu ne put s’empêcher d’engager la conversation.
    Tetsu : Dis-moi Doku. Partir comme ça de ton foyer pour accompagner un vieil aveugle ne te fais pas peur ?
    Doku : On t’a jamais appris à pas interrompre les gens quand il mange le vieux ?
    Tetsu : Oui excuse-moi.

    Doku : En plus pour dire des conneries aussi grosses que toi, tu sais bien que la seule famille qui me reste se trouve à côté de moi. Alors où tu vas, j’y vais aussi. Maintenant laisse-moi finir. Purée ces vieux alors, on va me prendre pour un sentimental à parler comme ça.
Ce n’est qu’après le petit déjeuner engloutit qu’ils reprirent la route. Il faut dire que ce jour-là pas mal de questions trainées dans la tête de notre aveugle, mais ce n’était pas comme si il en avait les réponses. Peut-être qu’il ne les aura jamais d’ailleurs. Complètement perdu dans ses pensées, il avançait tel un zombie suivant le chemin sans même faire attention d’où il allait, ou plutôt où ils allaient. Mais qu’importe tous les chemins mènent à Rome non ? Faut-il qu’il est une Rome dans One Piece. Pas le temps de vérifié tout ça. L’oreille de Tetsu repéra un étrange bruit au loin, il semblait pourtant si proche. C’était un cri. Une voix de femme. Une voix très aigue. Des hurlements qui donnaient ceci.
    Femme : AU SECOURS ! AU SECOURS ON M’ATTAQUE ! AIDEZ-MOI !
Notre héros n’eut le temps d’identifier d’où pouvait provenir cette tendre et mélodieuse voix, qu’il vit sortir d’un buisson une étrange silhouette. Voir est un bien grand mot. Apercevoir en est un autre. Une silhouette qui sans qu’elle ne puisse changer sa trajectoire termina sa course dans le torse de notre mal voyant. Un choc aussi puissant qu’entre un pétrolier et un léger bateau à voile. A l’impact Tetsu se retrouva à terre, son sac ayant atterris à quelques mètres plus loin toutes ses affaires éparpillé un peu partout. Dos contre terre, notre héros se retrouva avec un léger poids sur lui. 50 Kilos environ. Tel des amants en train de copuler, voilà que Tetsu se retrouvait avec la jeune inconnu sur lui, à le chevaucher. On put entendre quelques mots en arrière-plan.
    Doku : WOUAH ! MAIS QUEL CANON !
Sans nuls doutes que ses mots décrivaient le nouveau protagoniste de l’histoire. C’est à ce moment que l’inconnu repris ses esprits. Au moment où ses yeux croisèrent le regard de notre héros et au vu dans la position elle se trouvait, sa simple réaction réussi à mettre dans les vaps notre mal voyant. Un cri strident qui en aurait assommé plus d’un. Bien-sûr accompagné de quelques mots doux.
    Femme : AIDEZ-MOI ! AU VIOL ! UN PERVERS ! UN PEDOPHILE !
Ajouta-t-elle en posant son regard sur Doku. Lui semblait complètement obnubilé par la jeune femme. Laissant alors tomber un peu de bave de sa bouche alors grande ouverte qui allait parfaitement avec son regard vide comme les ténèbres. A savoir qui était vraiment le pervers. Malheureusement pour la jeune femme, avant de tomber dans les pommes notre héros avait le bon esprit de coller la nouvelle venue à lui en guise de jouer les protecteurs. Etant dans une position peu confortable, elle ne réussissait pas à se dégager de l’emprise de son pseudo-agresseur. Tout ça semblait un ironique. Le gentleman se retrouvait accusé de viol, la dite femme en danger, restait elle en danger d’on ne sait pas de quoi et le petit gars lui était aussi dans les vaps que le vieux qui l’accompagnait. Une vraie scène de foire. A savoir si un autre sauveur allait arrivé pour cette pauvre jeune fille ?


Dernière édition par Tetsu Jolly le Sam 23 Fév 2013 - 23:24, édité 1 fois
https://www.onepiece-requiem.net/t5375-tetsu-jolly-la-revolution-d-un-nouveau-genre-lecteur-de-poneglypheshttps://www.onepiece-requiem.net/t5659-tetsu-jolly
James Fermal
James Fermal


Feuille de personnage
Dorikis: 4530
Popularité: +256
Intégrité: 121

Ven 16 Nov 2012 - 15:59

Les humains étaient des créatures intéressantes à observer, mais pas à côtoyer. Ils étaient laids, idiots et agressifs. Et pourtant, la plupart étaient de véritables lopettes. Ils venaient te chercher des crosses, mais si tu faisait mine de répondre, ils s’enfuyaient en courant. Bon, d’accord, je peux comprendre que, n’ayant jamais vu d’anges, la vue d’une créature aussi magnifique que moi puisse déclencher des émotions extraordinaires chez ces êtres inférieurs. Mais ce n’étaitpas une raison pour venir me tripoter les plumes comme les derniers des malpolis !

Ma batte en ayant déjà calmé plus d’un, la plupart des autres se tinrent à une distance de courtoisie minimale. A peu près la longueur de ma batte justement. Et puis comme si cela ne suffisait pas, ils avaient tendance à… Attention, hein, loin de moi l’idée de dire du mal, c’est pas mon genre, mais bon… Ils sentaient franchement mauvais. Pas tous, hein ! Mais déjà, le premier humain que j’avais rencontré, même s’il était très sympathique, il avait une odeur épouvantable ! Et les autres humains ne sentaient pas le nuage non plus !

Bon, ça, mettons, c’est pas de leur faute ! Mais le fait d’être idiots, ils pouvaient essayer de faire un effort, non ? Quand je voyais des mecs qui se prétendaient capitaine de navire et qui s’orientaient avec une simple aiguille bizarre qui tournait, ça faisait peur ! Ils n’étaient même pas foutus de faire des prévisions météorologiques avant de partir ! Du coup, ils se faisaient surprendre et on n’était obligé de débarquer en urgence sur une île paumée au milieu de la flotte. A ce rythme là, j’étais pas prêt d’arriver dans la Iste Bloue pour devenir un chasseur de prime !

J’étais en train d’expliquer au capitaine de mon navire comment prévoir les variations de la météo au capitaine. On dirait pas comme ça, mais chez nous les anges, on en avait dans la caboche !

-Regardez cette pierre, c’est la pierre divinatoire ! On l’accroche au bout d’une ficelle et on la suspend devant la porte. Et ensuite, on la regarde. Si elle est mouillée, c’est qu’il pleut. Si on voit l’ombre de la pierre par terre, il y a du soleil. Si on ne voit pas la pierre, c’est qu’il y a du brouillard. Si le haut de la pierre devient blanc, c’est qu’il neige. Si la pierre bouge au bout de la ficelle, il y a du vent. Si la pierre n’est plus au bout du fil, il y a une tornade. Voilà, c’est simple, non ?

A voir son regard, je savais que je l’avais perdu. Une telle technologie le laissait complètement hagard. C’était compréhensible, il fallait être un minimum calé dans le domaine pour saisir les rouages de ce système. Soudain, un cri retentit pas très loin derrière moi. C’était l’occasion de couper court à cette conversation stérile. Je me retournai et couru en direction des appels. Pour une fois qu’il se passait un truc marrant, je n’allais quand même pas rater ça.

Je fis quelques zigzags entre les passants, en frappai certains qui ne se poussaient pas assez vite. Je finis pas débarquer sur une grande place, juste à coté de la mer. Des gens se promenaient d’échoppe en échoppe sans se soucier des cris. Ces derniers provenaient de la berge, et étaient très aigus, assez désagréables. Je vis alors une humaine sortir d’un buisson en hurlant encore plus fort, juste avant de se cogne dans un grand mec. Celui-ci tomba au sol sous l’impact (lopette !) et se mit à hurler encore plus fort et de façon encore plus stridente ! Mes tympans me firent un mal de chien et plusieurs passants tombèrent à genoux, les mains sur les oreilles, un rictus de douleur les dévisageant. Une vieille grand-mère porta sa main à son cœur et tombe en arrière, les yeux grands ouverts, tandis qu’un homme se mit à dégobiller.

Après quelques secondes, plusieurs personnes tombèrent au sol, inanimés ! C’était beaucoup trop puissant ! Une attaque dévastatrice, voilà ce que c’était. Le garçon au sol essayait tant bien que mal de l’étouffer à l’aide de ses bras, mais il était évident que ce n’était pas facile. Aussi proche, la douleur devait être insupportable. Je tâchai de retrouver mes esprits et fit un pas dans sa direction. Puis un autre, et enfin, je me trouvai à sa portée. D’un coup de batte derrière la tête, je parvins à la faire taire. La fille tomba au sol, inconsciente. Le silence qui régna alors fut extraordinairement jouissif.

Les passants se relevèrent petit à petit, choqué tout d’abord, puis soulagés. Très vites, des applaudissements fusèrent, puis des sifflements et se fut rapidement une véritable ovation que me firent les survivants de cette attaque auditive ! Je fis un rapide tour de la place en saluant mes fans avant de me diriger vers celui qui l’avait maintenue au sol. Sans lui, je n’aurais peut-être pas réussi. Enfin si évidemment, je réussis toujours tout, mais sûrement moins rapidement. Il était totalement dans les vaps. Je lui mis une gifle pour le réveiller.

-Hé mec, réveilles-toi ! On l’a eu ! Elle est hors d’état de nuire !
Page 1 sur 1