AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  

Le deal à ne pas rater :
Xiaomi Mi Days sur eBay : 15% de réduction
Voir le deal

Un apprentissage, un nouveau départ.

Invité
Invité


Sam 29 Jan 2011 - 20:26

Ajito posa le pied sur terre. Son bateau venait de faire escale pour s'approvisionner en vivres et le jeune homme avait décidé de descendre prendre l'air. Le capitaine lui avait indiqué qu'ils ne resteraient seulement que jusqu'au soir, et qu'il faudrait qu'il soit à l'heure pour le départ sans quoi ils s'en iraient sans lui. Pressé de fouler de nouveau la terre ferme, il n'avait écouté que d'une oreille discrète les dires du marin et s'en était allé, le ventre vide et le cœur léger, vider les tavernes de l'île de leur stock de bières et de Rhum. Sans le savoir, son destin allait bientôt se mettre en marche.

Quelques heures plus tard.


Une sensation désagréable envahit Ajito. Il devait avoir trop bu, malgré le fait qu'il tenait bien l'alcool. Il était à sa limite et il le savait. C'est donc tel un homme raisonnable qu'il sortit du bistrot, bouteille en main, et qu'il croisa à sa sortie un vieil homme complètement ivre. Il semblait dormir en ronflant bruyamment, l’esprit sans doute plongé dans les brumes de la douce boisson alcoolisée. Il le dépassa lentement, une étrange impression au fond du ventre, lorsqu'une voix s'éleva.
Hey gamin, puisque tu ne sembles pas saoul, tu pourrais me filer cette bouteille qu't'as là ? Je ne pense pas qu'tu la termineras, j'me trompe?
C'était une voix vieillie par le temps, usée mais en aucun cas hésitante ni bredouillante qui s'était élevée de derrière lui. Étonné d'être ainsi appelé, Ajito se retourna et découvrit l'homme qui, il n'y avait pas plus de 2 minutes, était profondément endormi. Une petite lumière brillait au fond de ses yeux, et un grand sourire s'étalait sur son visage. Un pauvre vieux, à n'en pas douter, qui s'était enfoncé dans l'alcool pour oublier tout ses problèmes. Méprisable, un comportement digne d'un enfant, d'un gamin comme il l'appelait lui même, un comportement qui n'aurait d'ailleurs pas valu la moindre réponse de la part du jeune pirate en temps normal... Il lui jeta la bouteille et lui répondit d'un ton glacial.


- … Tenez, de toute manière je n'en ai plus envie, et je doute que je puisse la finir comme vous semblez le penser... De plus, je vais sans doute bientôt reprendre mer, je n'en vois donc plus l'utilité...

- Fufufu, t'as pas l'air être un marrant mon gars... t'es un marine ou un truc comme ça
?

- … En quelque sorte papy, bien que ce ne soit pas réellement ça...


- Fufu, j'aime bien les gars comme toi... J'vais te montrer un p'tit truc pour te remercier de c'que t'as fait...

L'homme se leva difficilement et le regarda droit dans les yeux. Puis, d'un coup, sans qu'Ajito ne puisse rien remarquer, il ouvrit ses mains d’où s'échappèrent une dizaine d'hirondelles. En un Instant, la pluie se mit à tomber, tandis que les rayons du soleil continuaient à transpercer les nuages dans une vision irréelle et magnifique. Le vieil homme n'avait pas bougé mais un grand sourire illuminait son visage.
-Tout ceci, n'est qu'une petite partie de ce que je peux faire, grâce à mon art, petit. J’t’apprécie mon garçon, je vais te faire une proposition, une chance qui ne se produira qu'une seule fois dans ta vie... Veux-tu apprendre l'art de l'illusion ? Ce sera sans doute dur, je te préviens mais une fois cet entraînement fait, tu peux être sur que tu ne le regretteras pas...
L'homme ridé s’arrêta, et regarda dans les yeux le jeune, époustouflé par cette vision. Il mit fin d'un coup à son illusion, laissant reparaître en entier le soleil et sa douce chaleur dans l'esprit de son cadet. Ajito s'assit d'un coup. Les vêtements qu'il avait crut trempés n'était même pas ne serait ce que mouillés, les nuages s'étaient retirés en un coup et les hirondelles avaient disparues, laissant à leurs places une légère brise. Le jeune homme était bouleversé, pour une des premières fois de sa vie, il ne comprenait rien à rien. Avait-il bu trop d'alcool ? N'avait-il pas assez dormis ? Non, c'était autre chose... Une chose au delà de la compréhension d'Ajito.
Il se tourna en direction de l'océan. Le bateau dans lequel il devait monter apparaissait bien distinctement, sa seule chance de partir de cette île Et de l'autre coté se tenait le vieil homme et une promesse.


- Serais-je capable de faire des choses comme vous ?



- Fufufu, bien sur que non, en tout cas pas avant longtemps… Les illusions se basent sur la détraction des sens de l’adversaire, c’est une capacité très dure à apprendre et m’est avis que tu ne resteras pas longtemps… Ca ne s’apprend pas du jour au lendemain…


Le jeune pirate réfléchit une dernière fois puis, se tourna vers le vieil homme.


- Soit…. Apprenez-moi ce que vous savez, je vous en prie vieil homme ! Je ferai… tout pour être le meilleur de vos élèves !

- Fufufu…. Bien, nous commencerons demain, soit prêt, nous commencerons à 9h pile. Bouah… C’que j’suis fatigué moi…. J’vais aller faire un p’tit somme…

Ajito se releva et regarda l’homme s’en aller vers l’extrémité sa maison. Jamais il n’avait encore vu homme aussi étrange et aussi banale à la fois…
Il se leva finalement pour rentrer à nouveau dans la taverne afin de réserver une chambre tandis qu’à l’horizon se profilait son destin. Il n’allait finalement pas rentrer à l’heure pour le départ…



Spoiler:
 
Invité
Invité


Sam 29 Jan 2011 - 22:57

Trois mois plus tard.

Cela faisait à présent trois mois qu’Ajito étudiait sous la tutelle de Sora, le vieil homme qui lui avait permis de découvrir le monde des illusions et pourtant…. Et pourtant, il n’y arrivait toujours pas. Il avait beau essayer et essayer toujours, il n’avait jamais réussi à créer une illusion qui puisse tromper même une souris.

- Concentre-toi ! Ecoute le vent et sers-t’en pour façonner ce que tu souhaites ! Ne t’ais je pas dis que tout se base sur la façon dont l’œil de l’homme en face de toi percevra ce qui se situe dans l’air environnant, il faut donc que tu utilises la température ambiante et l’environnement qui t’entoure pour créer ce dont tu désires. Visualise l’objet en question dans ta tête et projette-la devant toi !

- Tsss…. Je sais tout çà bon sang, je n’y arrive pas, c’est pas compliqué ! J’ai beau faire tout ce que tu me dis, j’ai jamais le résultat escompté ! Une fleur fanée ou on voit à travers, de la glace qui fond en moins de 2 minutes, un obèse à ma place… je n’y arrive pas !

- Tu ne te concentres pas assez, visualise ton objectif dans ta tête, et rien d’autre. C’est normal si tu ne réussis pas maintenant, nous n’avons commencé cet exercice il n’y a qu’une semaine !

- Tchh, facile pour toi de dire ça puisque tu sais déjà le faire…

Il referma les yeux et se concentra. Cela allait faire bientôt près de 4 heures qu’il était assis sur le sol, à réfléchir, essayer de créer, à rater et désespérer, puis à retenter pour à nouveau planter. Il avait, à deux reprises réussi à façonner une fleur potable, mais elles avaient disparues de suite, à cause de son relâchement. Il suait à grosses gouttes sous le soleil d’été ardent et commençait à s’énerver. Jamais il n’aurait cru que cela s’avérerait aussi dur de maitriser cet art. Epuisé, il tourna sa tête vers le soleil et, aveuglé, il ferma et baissa précipitamment les yeux, ébloui par ses rayons lumineux. D’un geste rageur, il se remit sur pied et regarda férocement son maitre, l’image des rayons lumineux toujours en tête. Il aurait tellement voulu qu’il ressente la même chose, cette brulure, cette douleur….
Il referma les yeux, brulés à nouveaux par une forte lumière. Lorsqu’il les ouvrit, son professeur arborait un de ses grands sourires qui lui allaient si bien.

- Fufufu…. Passons à la suite maintenant que tu as compris le principe et que tu peux l’appliquer… Comment ne pas se faire prendre par ses propres illusions…

- Comment est ce que…qu’est ce qui c’est passé ?

- FUfufu… pas grand-chose…. Continuons...


Et la journée se termina ainsi, une radieuse lumière s’était allumée, créant ainsi une silencieuse et dangereuse ombre derrière elle.
Deux mois passèrent ensuite, laissant à Ajito le temps de parfaire son art. A la fin de cette période, il parvint à créer plusieurs types d’illusions, pouvant les maintenir jusque sur une distance de plus de 20 mètres², les laissant « vivre » pendant plus de 10 minutes. Les plus réussies pouvaient même durer plus de 15 minutes et semblaient plus que réels.
Enfin vint le jour des adieux, pour son professeur, mais aussi pour sa vie passée, lui permettant de croquer à pleines dents dans sa nouvelle vie.

Ce jour resta à jamais dans sa mémoire.

Page 1 sur 1