AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  

Le Deal du moment : -41%
-41% sur l’excellent casque nomade filaire Sony ...
Voir le deal
129 €
anipassion.com

[FB] Le marin trépasse et le pirate s'la joue badass

Aller à la page : 1, 2  Suivant
[mort] Phoenix D. Juusei
[mort] Phoenix D. Juusei
Le Phénix

♦ Localisation : Grand Line 4eme Voie- Kikai no Shima
♦ Équipage : Ex-Capitaine 1re flotte des Red Spectre | Futur Corsaire

Feuille de personnage
Dorikis: 6060
Popularité: -307
Intégrité: -312

Lun 24 Déc 2012 - 15:19

Le Marin trépasse et le pirate s'la joue badass


North Blue - Une île parmi tant d'autre
Arriver au port depuis bientôt une demie heure, Juusei vient de se couvrir le crâne à l'aide de sa capuche faisant de sa veste en vieille toile marron, une arme redoutable pour se morfondre parmi la population. Quand on ne connait pas où on met les pieds, il est plus sage de se couvrir pour ne pas se faire remarquer. Mais le pirate sait coute que coute, même si ça ne se voit pas directement que l'île grouille certainement de marines à sa recherche ou tout bonnement affecter ici pour la sécurité de l'île. Car depuis quelques mois, de nouveaux pirates tout frais sortit du moule comme Juusei viennent de faire surface et la même déjà dur au gouvernement. La nouvelle génération qu'on l'appelle. Beaucoup misent sur elle, comme étant une nouvelle fois, une génération fructueuse...

Faisant le tour des boutiques présentent sur le port, le pirate scrute la marchandise en quête du morceau qui remplacera sa faim par un estomac bien remplit. Beaucoup de belle prise, mais beaucoup coutent cher. Et Phoenix n'a pas forcement l'argent nécessaire pour acquérir seulement un morceau de poisson. Du saumon à l'air appétissant. Bien mit en forme sur l'étale en bois, entre deux tranche de citron, le vendeur en coupe un morceau et pointe le bout de son nez près de Juu'.


    - Monsieur ! Un morceau de saumon peu être ? Je vous vois saliver devant ! Allez n'hésitez pas !

    - Désolé, mais je n'ai pas l'argent nécessaire pour une viande d'une telle qualité. Déjà que ma bourse est très peu remplit alors si je dépense tout ...

    - Oh mais ne vous inquiétez pas ! Je vous le fait à moitié prix si vous voulez !

    - Vraiment ? Alors adjugez vendu.


Pour un 500berries, Juusei s'empare du saumon entièrement et pas un centimes de plus. Remerciant le commerçant, il se pose dans une ruelle à deux pas du port et sort une petite dague qu'il vient d'emprunter au vendeur peu de temps avant pour découper son bout de viande. Froide en main et cru en bouche, la qualité du poisson est là. D'après l'extase du pirate, l'affaire qu'il venait de négocier à l'air de passer dans le meilleur des mondes. Profitant de ce moment, il déguste en toute simplicité et ne pense à rien d'autre.

Le festin enfin terminé, il range le couteau dans sa poche et repart en direction du port. Si il s'est arrêter ici, c’est juste pour manger un bout et repartir. Marchant vers un petit port privé, où Juusei est le seul à être amarrer, il remarque que la foule se rassemble près de la route principale. La population crie hourra à celui qui vient d'arrêter une bande de pirate affamer par l'argent d'une des banques. Un homme robot sur son cheval mécanique, les traines à l'arrière comme de pauvres pourritures. Quel enfoiré. Mais soudain, le héro s'arrête et détourne le regard vers l'emplacement du pirate. La foule autour de lui, lui permet de se camoufler, sa capuche sur le bout du nez. Ne bougeant plus, peur que le marine se doute de son identité, il reste le fixer lui aussi. Mais dans un moment d'hésitation, le cavalier change de direction et rentre au port en direction de son navire. Se retirant immédiatement, Juusei sprint vers son bateau souhaitant quitter l'île au plus vite. Si cet homme venait de le fixer de la sorte, ce n'est pas par hasard. Il devait connaitre sa position bien avant ce moment là. C'ets la seule explication possible. Arrivant au petit port, il est trop tard. Trois marins fouillent l'embarcation du Phénix sachant très bien à qui il appartient, tout en mentionnant le nom de Juusei à chaque bout de phrase. Ils savent donc qu'il est ici, et ce n'est pas très bon ...

    - Putain, fait chier ...


https://www.onepiece-requiem.net/t3581-juusei-d-phoenix-la-renaissance-du-volatile-a-validerhttps://www.onepiece-requiem.net/t3798-fiche-de-phoenix-d-juusei
Reyson D. Anstis
Reyson D. Anstis

♦ Localisation : Jaya
♦ Équipage : Armada

Feuille de personnage
Dorikis: 9059
Popularité: -712
Intégrité: -600

Lun 24 Déc 2012 - 16:24

    Tanuki, voilà d'où je viens. J'y avais procédé à une visite en bonne et due forme de la base marine, faisant même passer l'une des soldats pour complice. Si naïve cette Rachel… Cependant, le gouvernement ne semblait pas voir d'un très bon œil que mes méfaits se répandent d'East à North Blue. Remarque, c'était compréhensible, surtout avec la prime qui plane sur ma tête. Mais ils n'étaient pas obligés d'envoyer tant de monde à ma poursuite. Ouais, c'était pas cool. Surtout que sur la mer, j'étais loin d'être dans mon élément. Bien sûr j'aime bien être bercé par les vagues, mais uniquement lorsqu'il y a une planche de bois entre moi et les vagues, car l'eau et moi ça fait deux. Et même trois, depuis que j'ai mangé un fruit du démon. Un démon qui sait pas nagé, on aurait tout entendu. Moi qui croyais qu'il fallait combattre le feu par le feu, et non avec de l'eau. Pathétique… Sauf que c'était moi, qui suis pathétique.

    Avec cet inconvénient de taille, cette malédiction du nom de : je peux tuer un homme à main nu mais quelques gouttes d'eau me battent, j'accostais sur la première île en vue. Histoire de m'y cacher, jusqu'à ce que la situation se calme et que les eaux soient plus sûres pour moi… Un maître nageur pour maudit, voilà qui serait bien. Cela me sortirait de cette galère. En plus, je parie que ça marcherait bien, vu qu'on arrivera jamais à nager, il aura toujours des pige… clients. Des clients.

    Bon, me voilà donc sur une île inconnue, mais habitée. Première chose à faire : une petite injection hormonale pour modifier mon physique afin de ne pas être reconnu. Comme d'habitude, je pris pour modèle la première image qui me vint en tête, un visage que j'avais sans doute vu une fois quelque part, mais qui ne me disait rien. Et c'était fort de cette nouvelle apparence que je posais pied à terre, terrain de prédilection pour les maudits comme moi. Oui, les démons savent marcher au moins. Dans certains cas, ils peuvent même voler, se téléporter, se faire transpercer de partout mais tenir encore debout. Pourtant, nager il peut pas, non. C'est trop demander que de pouvoir bouger ses bras pour pas se noyer. Non, je ne pique pas une crise ! Les fruits sont bons pour la santé qu'ils disaient. Les fruits vous empêcheront de vous baigner, ils omettaient de le dire ! Arnaque ! C'est encore pire que le fumer tue, alors pourquoi ils le gravent pas sur les fruits ? Démon coule. Quelque chose dans le genre quoi.

    Mais là n'était pas la question. Maintenant que j'avais exprimé ce que j'avais sur le cœur, je pouvais enfin me concentrer sur l'instant présent. D'ailleurs, si je devais rester sur cette île durant quelques temps, autant se familiariser avec les gens, visiter les endroits importants, toutes les petites choses qu'il faut faire quand on va pour la première fois dans une ville que l'on ne connait pas. En résumé : trouver un bar et goûter l'alcool local ! Ouais, c'est ce qu'il faut faire en premier. Celui qui dira le contraire est soit une femme, soit un castra. Ou les deux, mais me demandez pas comment il/elle a fait.

    Cependant, il y avait quelque chose qui clochait. Les gens me regardaient bizarrement et gardaient une certaine distance avec moi. Ma tête leur revenait pas ? Je veux dire, certes, il ne s'agissait pas de mon sublime faciès, mais… En fait non, je les comprends. Si y a pas ma tête, forcément ça va pas. C'est comme si l'on avait ôté un peu de la beauté du monde. Vous inquiétez pas les gens, ce n'est que provisoire. Mon visage reviendra illuminer la planète d'ici quelques jours. Héhé, je vois qu'il y a aussi une marine sur cette île. Deux soldats là-bas. Allé, un peu d'humour ne fait de mal à personne, surtout que sous cette forme, ils seront obligés de me saluer avec le sourire également. La tête qu'ils tireront s'ils apprenaient qui j'étais en réalité. Ah, je suis un farceur dans l'âme, je ne peux pas m'en empêcher, je dois leur faire un signe de la main.

    Voilà qu'ils lèvent la tête vers moi, une simple personne lambda qui leur sourit. Non pas que je devais faire un sérieux effort sur moi-même pour sourire à des gens de la marine, mais la farce en valait la peine. Je voulais voir, rien qu'une fois, un soldat me sourire également. Et d'ici quelques jours, juste avant de partir, je reviendrais pour leur annoncer la chute et délecter la vue du rictus qui apparaîtra sur leur visage. Ah, voilà le moment où ils vont me sourire en retour. Juste une seconde et….

    " Juusei ! "

    Juusei ? C'est qui ça ? Et pourquoi vous souriez pas ? Non, cette grimace vous devez l'avoir que plus tard. Hé oh, pourquoi tu approches ta main de ton arme ? Mais bordel, c'est qui ce Juusei ?

    Prenant mes jambes à mon cou, je détalai dans les rues avec l'intention de regagner le port. Les deux soldats à mes trousses, et peut-être d'autres qui se joignent à la partie en cours de route. Mais pourquoi ? Me dit pas que j'avais accidentellement pris l'apparence d'un autre criminel que j'aurais vu par hasard sur un avis de recherche ? Voilà, maintenant c'est moi qui tire la tête que je devais voir à la fin de ma farce. Tout est ruiné maintenant. Maudit sois-tu Juusei !

    M'engouffrant dans d'étroites ruelles, je vérifiais derrière moi qu'ils ne me voyaient plus, juste après un tournant, pour m'aider d'une gouttière afin de monter sur le toit du bâtiment adjacent. Evidemment, ils continuèrent leur course dans la ruelle plus bas. Ouf, un petit moment de répits. Bon, avec la soit disant présence de Juusei ici, la situation n'allait pas en se calmant. Il me faudrait peut-être chercher cachette sur une autre île.

    De toit en toit, je me dirigeais de nouveau vers le port, prenant soin de ne pas me faire repérer. Il fallait partir avant qu'ils ne sécurisent toutes les embarcations. Tiens, c'est pas le même port que je vois. Bah, pas grave, je vois un navire, c'est tout ce qu'il me faut. Je descends donc du toit, m'approchant d'un pas confiant du bateau. Sauf que je n'avais pas vu les hommes qui s'y trouvaient, de la marine en plus. Vite, faut se cacher ! Trop tard, ils m'ont vu ! Et merde. Pourquoi j'avais pas changé de forme ? Stupide moi ! Maintenant je ne le pouvais pas, car ils sauront que c'est moi et non Juusei, ce qui doublerait leur vigilance car ils sauront que leur cible est capable de changer de forme.

    " Il est là-bas ! Juusei ! "

    L'un des hommes sur le navire me pointa du doigt. Enfin, j'étais assez loin, et il y avait aussi un autre homme dans la direction qu'il montrait. Un homme encapuchonné. Mais bon, le Juusei qu'il montrait était sans nul doute moi. Bah quoi ? Quel serait la probabilité que l'homme à capuchon soit lui aussi Juusei ? Ou plutôt, le véritable Juusei ?
https://www.onepiece-requiem.net/t862-reysondanstis-le-pirate-assoiffe-du-sang-de-la-marinehttps://www.onepiece-requiem.net/t946-reysondanstis-le-pirate-met
Yumi Matsu
Yumi Matsu


Feuille de personnage
Dorikis: 2492
Popularité: -106
Intégrité: -92

Lun 24 Déc 2012 - 19:20

Au début, quand j'ai quitté ma vie d'esclave, j'étais avant tout apeuré. Ne vivant que dans un monde de servitude je ne savais rien. Je voyageais dans l'inconnu alors que j'avais 15 ans seulement. En un peu plus d'un an ma vision des choses avait bien changée. Je n'étais plus apeuré, mais plutôt curieux. Je commençais enfin à voir les choses dans leurs ensembles. Je ne volai plus stupidement les gens pour me nourrir, j'avais appris à faire cela rapidement et discrètement. Mais surtout je voyageais beaucoup dans le monde. Je n'étais pas encore un criminel, ni un pirate, mais je n'étais une personne honnête ça je me savais et c'est d'ailleurs pour cela que je voyageais toujours clandestinement... Mais c'était aussi parce que c'était moins cher que de payer un billet. Toujours est-il que j'adorais voyager à travers les eaux, aller d'ile en ile voir le monde et plus le temps passait plus cela m'attirait.

L'aventure est une chose qui me semblait merveilleux. Beaucoup de gens appelaient cela de la piraterie à cause des forbans qui pillent et qui tue. Moi j'appelai ça la liberté. Faire ce qu'on veut quand on veut, pas de compte à rendre... le pied quoi ! Quoi qu'il en soit, aujourd'hui je me retrouvais sur une ile dont je n'avais encore eu l'occasion de demander le nom. Cela n'était pas très important de toute façon. Ce qui était important c'était ce qui allait ce passé en pleine journée sur cette ile pourtant si banale en apparence.

Au début la journée se passait plutôt bien. Un petit marché non-loin du port ou les gens venaient en masse vers midi pour faire leur course. Pour moi c'était le moment idéal pour me mettre au boulot. Avec le monde qu'il y avait, c'était plutôt facile de trouver un moment d'inattention chez un marchand pour lui voler un fruit, un légume ou un poisson. Il suffisait d'être rapide et discret. Ce qui par chance était mon truc. Je n'étais pas un gros mangeur et donc un poisson et deux pommes c'était assez pour mon bonheur. Je ne comprenais pas les gens qui déboursaient des centaines de Berrys pour avoir une chose qu'on pourrait trouver si on cherche un peu plus loin. Moi je préférais ma méthode qui est beaucoup plus économique quand même.

Je me mettais alors à marcher un peu au hasard des chemins. Je passais par certaine ruelle au moment ou un homme me bouscula assez violemment. Celui-ci semblait plutôt presser. Pourquoi ? Je n'en savais rien. Mais durant le choc mon poisson vola pour attirer sur le sol sale et suivi ensuite un groupe de marine qui le piétina sans se préoccuper de moi. Suite à cela une sorte de rage ou plutôt de colère m'envahis. Je venais de perdre mon pauvre poisson que j'avais peiné à avoir. Mais il était pour moi hors de question que je me laisse faire comme ça... A mon tour je me mis à poursuivre le gars qui était poursuivi par la marine.

Mais comment savoir où il était ? Je décidais de tout miser sur l'instinct et la chance... Ce qui finit par porter ses fruits. En effet, car malgré un petit détour, je finis par trouver l'homme qui semblait déjà être repéré par la marine. Mais tout cela m'était bien égal, il avait une affaire à régler avec moi et je voulais avoir la priorité. Dans ma course au règlement de compte, je bousculais plusieurs personnes. La première était une personne encapuchonnée et la seconde était un soldat de la marine. Je n'avais que pour excuse de politesse un charmant mot :

Dégage...

Suivais alors une approche plutôt rapide vers l’homme qui m’avait ruiné mon poisson et lui disant :

Enfin, je te retrouve enfin mon pote, j'ai deux mots à te dire.

Mon regarder était sérieux et même plutôt sévère, mais les mots eux pouvais prêter à confusion... Surtout que je venais de bousculer assez violemment un soldat de la marine. Je ne savais pas qui était le type... Ou plutôt pour qui on le prenait, mais cette ignorance allait me coûter beaucoup plus chère que je ne pouvais l'imaginer.
https://www.onepiece-requiem.net/t6338-yumi-matsuhttps://www.onepiece-requiem.net/t6395-yumi-matsu
[mort] Phoenix D. Juusei
[mort] Phoenix D. Juusei
Le Phénix

♦ Localisation : Grand Line 4eme Voie- Kikai no Shima
♦ Équipage : Ex-Capitaine 1re flotte des Red Spectre | Futur Corsaire

Feuille de personnage
Dorikis: 6060
Popularité: -307
Intégrité: -312

Jeu 27 Déc 2012 - 14:40

Post 2


Bordel de merde ! Mais que font ils à la chaloupe de Juusei ?
Mais ? Ils volent les biens du pirate ! En un instant, la patience du pirate se transforme en"pas touche à mes affaires" et l'un des trois hommes se prend un middle kick dans les couilles. Un autre armé d'un fusil s'en sert comme massue, mais le pirate le contre lui arrachant l'arme à feu des mains et lui tirant dans l'estomac. Le dernier effrayé par l'individu se plie en quatre tout en le suppliant de l'épargner.


    -"Qui t'as envoyer ici ? Répond !"

    "C'est le sergent Gagnon Joseph dit le sergent "Taïaut"."

    "Bah écoute moi bien, dis à ton guignol de sergent que j'l'attend de pied ferme. Si il veut s'battre c'est partit. Mais avant, j'vis te laisser un cadeau"


PAN ! Juusei fait feu sur l'homme lui laissant une balle du fusil, encrer dans sa jambe droite. L'homme saigne abondamment mais il en vaut la peine. Cet enculé fouinait dans le bateau d'un autre. Rangeant sa barque assez vite pour pouvoir s'en aller discrètement, un coup de feu retentit sur le petit port. Entrain de défaire le nœud que forme la corde du bateau sur les quais pour s'attacher, Juusei reçoit de près une balle annonçant la couleur. Un homme sur son cheval à moteur arrive avec toute sa clique.

    "Hey les mecs ! J'vous attendais justement. J'préparais juste mon bateau pour vous invités à monter à bord vous savez ..."

    "Phoenix D. Juusei. Ta tête est mise à prix pour la modique somme de 24 millions de berries."

    " *C'est tout ? C'pas beaucoup ...*"

    "*Mais il va m'écoutez quand j'lui parle !!!!!* Bref, tu as un nouveau criminel sur les mers bleues et notre devoir est de vous arrêtés tous avant que vous ne deveniez de grands criminels. Alors fait des prières Phoenix !"


Comme ils voudront. Les mains en bas du dos, Juusei dégaine soigneusement ses armes et se tient prêt. Le coup d’envoi est donner par un "Arrêtez le !" et les hommes de la marines se ruent vers le pirate. Fonçant à son tour vers deux, seul contre tous, il esquive les premiers pour se retrouver au centre du groupe et attaquer le noyau. Un fois au milieu il enchaine avec une toupie humaine, les armes an avant, éjectant près du quart des ennemis. Se battant à bout de bras, il voit au loin le dit Sergent Moteur, s'en aller laissant ses hommes s'en occuper. Il a intérêt à revenir, Juusei n'en a pas fini avec lui. A vrai dire il ne l'a même pas commencer ... Se battant seule, il vient à bout des ces 20 hommes, très rapidement, et s'empresse de courir vers la direction par laquelle Sergent moteur est partit. Mais une personne l'en empêche. Derrière lui, un homme assez grand, les cheveux en bataillent et les bras tatoués apparait soudainement.

    "Hey, t'es le vrai de Juusei ? Tu as foutu en l'air ma tenue de camouflage en étant... toi. Mais t'inquiète pas, je sais comment tu peux te faire pardonner. "


Se retournant brièvement tout en continuant sa course il lui répond que oui mais un détail l'en empêche.
Il a la même tête que lui !!!!!



https://www.onepiece-requiem.net/t3581-juusei-d-phoenix-la-renaissance-du-volatile-a-validerhttps://www.onepiece-requiem.net/t3798-fiche-de-phoenix-d-juusei
Reyson D. Anstis
Reyson D. Anstis

♦ Localisation : Jaya
♦ Équipage : Armada

Feuille de personnage
Dorikis: 9059
Popularité: -712
Intégrité: -600

Ven 28 Déc 2012 - 11:53

    Alors là, je ne comprenais pas tout, hormis une chose : j'avais mal choisi mon apparence. D'abord ma farce auprès des soldats qui ne fonctionne pas, puis ce type qui vient me voir, m'appelant pote mais avec un ton qui ne laissait rien paraître de bon pour moi. Malgré le fait que l'un des soldats dévisagea longuement le nouvel arrivant à cause de ce mot : pote. Un complice de Juusei ? C'était probablement ce qu'il se disait. Du moins, juste avant que l'homme à la capuche ne s'occupe de lui et ne lui tire une balle dessus. Un autre criminel ? Dans son agitation, sa capuche tomba en arrière, dévoilant son visage. Mon visage ! Enfin, l'actuel, pas l'original. Le copieur ! Enfin, il avait sans doute ce visage depuis plus longtemps que moi. L'enfoiré ! Il a foutu en l'air ma farce par le fait… qu'il soit lui. Il pouvait pas être quelqu'un d'autre ?

    Voilà, la marine voyait deux Juuseis. Alors, à moins qu'il n'ait un frère jumeau, ils sauront que l'un de nous deux est capable de changer de forme. Une liste de possibilité plutôt petite, et avec moi dedans. Oui, mon camouflage semblait tomber à l'eau. Et avec cet inconnu qui dit avoir deux mots à me dire, alors qu'il vient d'en donner quatorze. Je parie que c'est encore à cause du vrai Juusei ça. Cela ne peut être moi, je n'ai rien fait de mal depuis que je suis sous cette forme. Bon, j'ai bousculé quelques personnes, mais c'est ma façon de dire bonjour, donc en soit c'est gentil non ?

    En gros, une petite réflexion contre la montre se lançait dans ma tête. D'abord, le fait que ce n'était plus qu'une question de temps pour que la marine ne découvre mon identité. Ensuite qu'il faille que je trouve quelque chose pour cet étranger qui ne semblait pas vouloir me prendre dans ses bras. De préférence avant qu'il ne dise ses quatorze plus deux mots. Cherche tête, cherche. Tu as toujours trouvé quelque chose, et je te payais toujours en t'autorisant à rester sur mes épaules, alors continue de chercher ! Ah, idée ! Si la liste se raccourcissait, je n'avais qu'à l'augmenter ! D'ailleurs, étranger, tu vas m'aider à cela.

    " Tu dois sans doute me confondre avec quelqu'un d'autre, mais acceptes cette modique somme pour pardonner ce que j'ai pu faire… "

    Bon, c'était bien la première fois que je donnais de l'argent à quelqu'un, donc il fallait pas exagérer non plus. Deux pièces. Je sortis deux berrys de ma poche, les lui tendant. Evidemment, il n'existe nul homme sur terre qui refuserait de l'argent. Ce qui impliquait forcément un contact pour qu'il prenne les sous, contact que j'utilisais pour planter discrètement mes doigts dans sa paume, le tout en le masquant du dos de ma main. Injection hormonale, la même que je m'étais faite à mon arrivée sur l'île. Et hop, l'étranger allait commencer à se transformer en troisième Juusei. Sous les yeux du lieutenant qui allait partir, lieutenant qui connaissait sans doute mon identité à présent. L'étranger allait sans doute remarquer un petit malaise au niveau de sa main, suite à la piqure, où j'intervins directement :

    " Oh, un coup de jus. Ca m'arrive souvent ces derniers temps, désolé. "

    Allait-il gober ça ? Au fond, je m'en fichais un peu. Tout ce que je voulais, c'était gagner un peu de temps avant qu'il ne remarque que son corps ne change et qu'il veuille de nouveau me dire deux mots, quoique cela risquerait de faire quatorze plus deux plus deux à présent. Pendant ce temps, la marine était occupée face au premier Juusei. Ce qui me laissait le temps de développer mon plan.

    Les bruits de lutte avaient approché certains civils curieux. Je courais à leur encontre afin de les piquer également, passant d'un habitant à un autre, je les métamorphosais en Juusei. Héhé, je voyais déjà le gros titre du lendemain : le Juusei, une espèce en perpétuelle prolifération. Vous voyez maintenant mon plan ? Avant, il y avait une petite liste de changeur d'apparence dans laquelle je me trouvais. A présent, ils savent que Reyson est sur cette île. Mais la liste des Reysons probables s'agrandissait, tout comme celle des Juuseis, et de tous les habitants touchés en faite. Un bal masqué, sauf que tout le monde porte le même masque. Bravo tête, je pense que tu as gagné le droit de rester là quelques temps encore. J'imagine déjà la panique. Une bonne partie des civils transformés prirent la fuite, de peur de ce qui se passait. Fallait les comprendre aussi : quand tu vois ton corps changer tout seul, tu vas pas rester calme. En parlant de calme, je ne crois pas que le restant de l'île le restera en voyant un pirate recherché passer devant eux, puis deux, puis trois, … Oui, il y aura bientôt des Juuseis partout, et une panique générale. Chirurgie esthétique, ou comment mettre une île sans dessus dessous.

    Tiens, pendant ce temps le vrai Juusei s'était occupé de bon nombre de soldats. Il était pas mauvais. Mis à part pour gâcher mon déguisement j'entends. Bon, que faire à présent ? Je venais de donner naissance à une multitude de Juusei, dont la seule différence était le style vestimentaire. De mon côté, c'était une belle chemise rougeâtre à manche courte, ainsi qu'un pantalon noir. Et dès qu'ils le découvriront, on passera à la prochaine phase du plan : tous les Juuseis à poil ! Déchirer tous les vêtements de l'île ! Bon, il faudra probablement que je fasse un lifting du corps, étant donné que seul le visage et la taille avaient été faits conformément à l'original, vu que je ne connaissais pas le reste du corps. Faudra que je demande au vrai de me montrer. Evidemment, il y avait quelques détails qui changeaient encore de l'orignal, mais il fallait une très bonne observation, connaître parfaitement le véritable, et être très proche pour le découvrir. Car oui, les hormones peuvent modeler plus de 95% du corps humain.

    Bon, que faire à présent ? Quitter l'île ? Non, sur l'eau je serais en danger, le moindre boulet de canon trouant ma barque et je serais bon pour un aller simple au paradis. Ou en enfer ? Non, le paradis. C'est la marine qui va en enfer. De plus, ils s'attendent probablement à ce que je prenne la poudre d'escampette. Oui, c'était la réaction la plus probable, donc le premier Juusei qui quitte l'île aura de grande chance d'être moi, aux yeux du gouvernement. Oui, il ne fallait pas encore partir, c'était une mauvaise idée. Donc, je devais encore rester. Mais si c'était le cas, autant m'amuser un peu avec les autres Juuseis. D'ailleurs, je veux, non, je dois voir le visage de la marine lorsqu'ils verront le déluge de duplicata arriver. J'imagine la tête du faux Juusei qui est allé leur demander de l'aide… Hilarant ! Mais il est probablement allé voir un soldat lambda. Moi je vise les gros poissons, je veux voir le rictus du lieutenant d'avant, celui qui était sur son cheval. Mais d'abord, il me fallait me mettre à son niveau avant d'aller le rencontrer. Voyant le vrai Juusei courir dans la direction où ma nouvelle cible s'était en allé, je le suivis. Et, m'approchant de lui, mon cerveau trouva la solution à mon problème de niveau.

    "Hey, t'es le vrai de Juusei ? Tu as foutu en l'air ma tenue de camouflage en étant... toi. Mais t'inquiète pas, je sais comment tu peux te faire pardonner. "

    Il ne répond pas. Sans doute le choc ? Son visage est aussi sympa à voir lorsqu'il rencontre l'un de ses clones. Pourquoi je n'avais pas fait ça plus tôt ? Je sens que ce sera l'un de mes prochains passe-temps. Il se passe quoi si je prends l'apparence de l'amiral en chef ? Héhé, on va voir ça tout de suite… Ah non, je sais pas à quoi il ressemble. Mince. Et si je faisais revivre des fantômes du passé ? Barbe blanche, brune, noir, multicolore ? Mais pour le moment, occupons nous des Juuseis. Phoenix, c'est ça ? Le nom d'un oiseau. Cela pourrait faire une bonne monture, notamment vu sa force. Oui, une très bonne monture. Voilà comment tu pourras te faire pardonner ! Ni une ni deux, je saute sur son dos en pleine course, m'agrippant à ses épaules et l'étreignant avec mes jambes. Ce phénix là n'avait pas d'aile, mais on fera avec. La technique du double Juusei. La percée des Pheonix. Non, encore mieux. J'avais entendu le nom, ou plutôt le surnom du lieutenant qu'on cherchait. Je criais haut et fort le nom de cette nouvelle technique :

    " Le Taïaut Juusei ! "
https://www.onepiece-requiem.net/t862-reysondanstis-le-pirate-assoiffe-du-sang-de-la-marinehttps://www.onepiece-requiem.net/t946-reysondanstis-le-pirate-met
Yumi Matsu
Yumi Matsu


Feuille de personnage
Dorikis: 2492
Popularité: -106
Intégrité: -92

Ven 28 Déc 2012 - 22:01

On ne sait jamais de quoi demain sera fait. C’est drôle comme cette petite phrase semble souvent se vérifier dans ce monde. Esclave en cavale, voleur et meurtrier à mes heures, mon destin avait pris une forme des plus surprenantes. Mais aujourd’hui encore il semblait vouloir prendre un tournant des plus incroyables. Dans cette petite ville où je me contentais de voler quelques nourritures et boisson pour survivre. Je me fais bousculer par un type. Je me mettais donc à se poursuite pour régler les comptes et même si je l’avais perdu en chemin, je pensais que la chance était avec moi quand je le retrouvais prêt du port. Je voulais régler mes affaires avec lui, qu’il me rembourse ce que j’avais pris au marchant. Quoi qu’il en soit, je faisais face à ce type ne remarquant pratiquement pas les gens qui m’entouraient. Ce type m’offrait deux berrys en compensation. Ce qui était limite insultant, je lui frappais alors dans la main... Tant en prenant soin de récupéré les deux pièces évident et je lui disais :

Comme si cela allait suf...

Quelques choses d’étrange se passaient en moins, une sensation tellement étrange que je ne pouvais plus continuer ma phrase. Cela commençait par un picotement à la main, mais c’était le reste du corps qui semblait changer... Je baissais les yeux et j’avais l’impression d’avoir gagné au moins 30 centimètres en quelques secondes. Mes vêtements me serraient beaucoup plus que d’habitude. Je ne comprenais pas ce qui m’arrivais, mais une chose était sûr, il m’avait fait quelques choses... Un coup de jus !? C’était plus qu’un simple coup de jus... C’était peut-être moi, mais j’avais l’impression d’avoir eu une pousser de croissance en moins de dix secondes. Pourtant c’était impossible, mais mon corps me semblait presque étranger maintenant. Cette métamorphose me perturba tellement que j’en oubliais presque ce type qui en profitai pour prendre la poudre d’escampette. Une fois pleinement conscient à nouveau, je reprenais le chemin pour retrouver le gars... Mais une surprise des plus incroyables s’offrait à moi... Des types se transformaient en lui. Un, deux, trois, le nombre ne faisait qu’augmenter, j’étais totalement stupéfait par ce tour de force et ne sachant toujours pas que j’étais aussi dans le même état je dis :

C’est totalement délirant ce truc.

Encore une fois, je restais bouche-bée devant un tel spectacle. Mais comprenais qu’il y avait un truc. Je remarquais aussi que la différence entre chaque sosie était les vêtements... Pour retrouver le gars que je cherchais, il fallait juste que je trouve celui qui avait les mêmes habits... Je le voyais partir dans une direction. Je n’avais pas le temps de réfléchir et je fonçais directement vers lui, il courait vers un autre lui pour le rejoindre, je ne savais pas c’était quoi le délire ou le plan qu’avait ce gars... Ou plutôt ses gars, mais il était hors de question que je le laisse partir comme ça... Alors que je tentais de les rattraper, je voyais en face de moi un soldat de la marine pointer son fusil vers les deux clones dont l’un semblait joué au cheval. Ni la marine, ni personne d’autre que moi, n’aurais à faire à ce type. Je sautais alors pour atterrir sur la tête du soldat et pour me pousse et rattraper mes cibles... Mettant sans doute l’homme ko. C’est à ce moment-là que j’entendis le nom de l’attaque étrange de celui qui était sur le dos de l’autre.J’étais arrivé presque à son niveau, je courais comme un malade, mais je les avais presque rattraper, j’étais donc maintenant assez proche lui dire :

Attends-moi, je n’ai pas fini avec toi... Mais surtout maintenant, je veux savoir ce que tu as fais.
https://www.onepiece-requiem.net/t6338-yumi-matsuhttps://www.onepiece-requiem.net/t6395-yumi-matsu
[mort] Phoenix D. Juusei
[mort] Phoenix D. Juusei
Le Phénix

♦ Localisation : Grand Line 4eme Voie- Kikai no Shima
♦ Équipage : Ex-Capitaine 1re flotte des Red Spectre | Futur Corsaire

Feuille de personnage
Dorikis: 6060
Popularité: -307
Intégrité: -312

Ven 28 Déc 2012 - 22:49

    C...C...C...Co...Co...Comment est-ce possible ? Ce mec a la même tronche que Juusei. Enfin le même ... Nan mais il a la même tête que Juusei ! C'est quoi ce bordel ! Le pirate s'arrête alors brusquement, encore sous le choc. Mais l'homme, enfin Juusei, heu ... l'homme lui ressemblant trait pour trait cours vers lui tout en marmonnant des choses au loin. Pas question de rester là, Juusei a d'autres chats à fouetter du moins, d'autres chose à faire que de se parler à lui même. Reprenant alors sa course, il lui faut rattraper le sergent. Secouant sa tête de gauche à droite tout en fermant les yeux, il ne pense plus à rien enfin, il souhaite s'évader quelques secondes, voulant à tout prix mettre le dernier moment vécu dans la case rêve de son cerveau. Mais alors qu'il ré ouvre les yeux, ça n'a pas l'air d'être le cas. Ce mec est bel et bien réel.

    Soudain il sentit un poids sur ses épaules. Nan c'est pas la pression ni le stress. C'est physiquement parlant. Ce type vient se sauter sur l'original, le prenant pour une monture. Résultat des courses ? Deux gusses au même physique entrain de jouer au cheval. C'est ironiquement pas drôle. Mais Juusei continu toujours de courir avec le clown sur son dos. Quitte à aller combattre la marine, ce mec va lui servir d’appât. Mais arriver au centre ville, le choc est d'autant plus terrible. Des centaines, nan des milliers de Juusei !


      Mais merde c'est quoi ce bordel ??! C'est qui l'abruti qui s'amuse à mettre ma tête sur tous les gens ??? Ça va m'attirer encore plus d'ennuis. Mais attend. Ma prime va encore plus augmenter. AH enfaite c'est pas plus mal.


    Analysant bien la situation, le pirate remarque que ça pourrait tourner à son avantage et le faire connaitre de plus en plus sur la mer du nord. Ce qui veut dire .... que ... c'est plutôt bien. Grimpant en haut d'une place où se trouve bon nombre de Juusei's, l’original se place sur un tas de caisse haute de trois mètres. Accompagné de l'un de ses jumeaux qu'il porte depuis cinq minutes , il se met en place prêt à prononcer un discours. Mais avant ça .... il dépose son écuyer à ses côtés et lui donne un coup d'pied au cul.


      Tiens ! ça t'apprendras ! Bref. Hum, Écoutez moi tous ! je m'appelle Phoenix D. Juusei et je suis l'auteur de ce coup foireux ! Je suis un dangereux criminel rechercher par la marine alors battez vous pour moi et je vous rendrais vos apparences !


    Beaucoup des juusei's restent perplexe mais le vrai descend dans la foule et choppe en vitesse les habits d'un autre Juusei,faisant à vue d’œil la même corpulence que lui. (A vrai dire, les métamorphoses étaient toutes pareilles) Arborant un short de plage et une chemise hawaïenne, il peut maintenant se dissimuler dans la foule. Ayant enfilé les habits d'un autre, il est normale de refiler ses anciens habits à la victime. Soyons sympa des fois nan ? M'enfin, ça fait partit du plan tout ça. Ouais, Juusei a penché pour la rébellion. Mais comme les gens restent à le regardés comme le dernier des fous, il faut bien un appât. Et le Juusei habiller comme l'original va servir d'appât comme prévu. Le poussant contre un des nombreux marines, qui eux sont complétement perdu par toutes ces têtes, provoque une arrestation du vrai faux Juusei. (Vous suivez jusque là ?) Ce qui fait que l'original se mêle de cette arrestation en se faisant passer pour une pauvre victime. Poussant les officiers, il se fait jeter par terre comme une merde. Il se relève et demande aux autres de l'aider. Car il arrête la mauvaise personne. Expliquant toute la mise en scène, il dit que le vrai est partit vers le port. Alors la machination est en marche et les pions avance sur l’échiquier. Toute la populace changer en Juusei se ramène sur le port, accompagner par les deux premiers. (Juusei et Reyson). Mais un autre se ramène et parle au Juusei prenant l'original comme un cheval.

      Hey, j'tai demander c'que tu avais fait avec nos corps ???

      Hey les Juusei, vous voulez vous battre ? Allez tabassez ces marines au lieu de jactez. Surtout toi, celui qui vient d'arriver, suis nous. Parce que toi, mon cavalier, tu vas me servir .............. de cheval !!!! Le taïaut Juusei en action !!! héhé et ouais, tout se paye dans la vie !


    Sur le dos de l'homme qu'il appel n°1, il fonce vers le port, dégommant les marines approchant de lui accompagné du n°2 également. Tous crient:Relâchez le, il est innocent !!!

https://www.onepiece-requiem.net/t3581-juusei-d-phoenix-la-renaissance-du-volatile-a-validerhttps://www.onepiece-requiem.net/t3798-fiche-de-phoenix-d-juusei
PNJ Requiem
PNJ Requiem


Feuille de personnage
Dorikis: XxXxX
Popularité: +/-XxX
Intégrité: +/-XxX

Jeu 3 Jan 2013 - 21:49

En bon Steel Gulls, le sergent Gagnon avait très rapidement pris conscience de l'ampleur du problème et qu'en l'état, les troupes de la Justice sur place n'étaient pas de taille à affronter la problématique. Par conséquent, le sergent des Steel Gulls décida d'un retrait temporaire devant le véritable Juusei. Une fois à l'abri, il regroupa les forces de la marine sur le port tout en laissant un détachement en dehors de la ville afin de surveiller les pirates dont il s'était occupé à la base et qui expliquaient sa présence sur l'ile. Ainsi, ces flibustiers ne risquaient pas d'ajouter davantage de chaos à la situation. Une fois au port, il arrangea la défense et dégagea un espace clair tout autour de la position afin d'avoir un horizon dégagé. En se situant au port, la marine interdisait ainsi tout départ de l'ile. La seule échappatoire était le port. Pour l'heure, les troubles-fête semblaient se cantonner au centre-ville. Ce délai fut ainsi mis à profit par le sergent. Entre deux ordres à ces subalternes, celui-ci usa de son escargophone afin de contacter le navire des Steel Gulls qui devaient faire voile dans le secteur. Au bout de quelques secondes, le Commandant Meynard décrocha.

-Sergent Gagnon ?
-Commandant Meynard, j'ai une information d'importance à communiquer au vice-amiral Mont-Victoire.
-Il est présent. Vous pouvez parler.
-Bien Commandant. Vice-Amiral. Le groupe de pirate a été capturé, mais il semble que d'autres individus recherchés soient sur place. J'ai personnellement identifié Pheonix D. Juusei. De plus, quelqu'un semble avoir le pouvoir de transformer les civils en des copies de Juusei.

Bref instant de silence avant que le commandant Meynard fasse une suggestion.

-Reyson D. Anstis. Primé à soixante-cinq millions de berrys. Il est en possession d'un fruit du démon de type Paramécia : le fruit des hormones. Il a été vu récemment dans le secteur.
-Mh.
-Vos ordres ?
-Je pense que faire le déplacement ne nous fera pas de mal.
-Tenez la position, sergent Gagnon. Nous arrivons.
-A vos ordres, Commandant.

Le navire du vice-amiral Mont-Victoire n'était pas loin et il n'était qu'à une poignée de secondes du port quand la foule arriva dans le port. La foule put découvrir une sorte de camp retranché formé par les troupes du sergent Gagnon, séparé de la foule par un No man's land. Le sergent s'avança.

-Pirates ! Je vous somme de cesser cette comédie et de vous rendre sans tarder. Le Vice-amiral Mont-Victoire sera très prochainement là. Vous n'avez aucune possibilité de fuite. Rendez-vous.

Évidemment, le sergent Gagnon n'avait que peu d'espoir sur la lucidité des pirates même si l'annonce de l'arrivée du Vice-amiral pouvait les faire gamberger.

-Je demande à la population de ne faire aucun mouvement. Bientôt, vos agresseurs ne pourront plus se cacher. Votre participation favorisera un dénouement rapide à cette mésaventure.

Au cas où, Joseph Gagnon avait chargé son arme avec des munitions spéciales lui permettant de créer un nuage de gaz irritant afin de contenir tout mouvement de foule soudain. Le genre de gaz qui pouvait donner le temps aux autres Steels Gulls d'arriver au port.
Reyson D. Anstis
Reyson D. Anstis

♦ Localisation : Jaya
♦ Équipage : Armada

Feuille de personnage
Dorikis: 9059
Popularité: -712
Intégrité: -600

Ven 4 Jan 2013 - 0:53

    Héhé, sur ce coup-là, j'étais fier de moi. Ok, on a pas encore retrouvé le lieutenant cheval. Mais ce bal masqué sur la grande place, absolument magnifique. Je devrais me proposer pour organiser ce genre d'événement plus souvent. Peut-être y ferais-je de bons profits ? Et si je faisais une armée de moi ? Et que chaque Reyson me devra cinq ans de bons et loyaux services pour retourner à leur ancienne vie, apparence comprise ? Oh oh, mais mon cerveau bouillonne d'idée. Que dis-je, il s'agit de plusieurs bouillons de projets, tous d'un très bon cru, mon cru. Mais d'abord, amusons-nous un peu avec ces Juseis.

    Bon, l'un d'entre eux n'était pas très coopératif. Ou plutôt, l'idée que l'original soit traité comme un cheval ne semblait pas lui ravir. Rébellion du cheval donc. Mais je le laissais faire, il avait fait une belle trotte en me portant, même s'il n'avait pas débusqué le lieutenant. Mais dans ma grande magnanimité, je lui pardonne. Pourquoi ? Parce que chacun de mes neurones était concentré sur tout autre chose : la curiosité, l'envie de voir le visage qu'arboreront les soldats face à ce spectacle. Héhé, et devinez qui a fait tout ça. Devinez ! C'est… Hey, qu'est-ce que tu fais sur ces caisses ancien cheval ? Tais-toi un peu, tu m'interrompes dans mes pensées. Surtout si c'est pour dire des conneries comme… comme… Comment ça c'est toi l'auteur de ce coup foireux ? Et comment ça ce coup est foireux ?

    D'un mouvement, mes neurones changèrent de direction, tous sur l'original, le menteur, le cheval, le … Vous avez compris l'idée. Inutile de vous dire quels furent mes sentiments à son égard. Ma fierté pour avoir eu cette idée, envolée. Ou plutôt, volée. Il posait des droits d'auteur sur une chose qu'il était probablement incapable de faire ! Voler un pirate, voler l'œuvre d'un pirate. Mon gars, t'aurais mieux fait de rester cheval. Mais comme tu ne voulais pas de cet immense honneur, me reste plus qu'à te trouver un nouveau poste. Dépouille, cadavre, ou mort ? Que préfères-tu ? Je devais avouer avoir un léger penchant pour réduit en poussière ! Comment ça, ça faisait pas parti des options ? Alors ne le prend pas comme une option, mais comme le sujet principal !

    Bon, attends d'abord que j'arrive de nouveau à ta hauteur. Parce qu'avec tous ces Juseis, je ne sais plus où donner de la tête. Enfin, donner de la tête, alors que toutes les têtes ici sont les mêmes… Bref, je t'ai vu te changer, je peux toujours reconnaître l'original. D'ailleurs, focalisé sur toi, je te suis dans ce mouvement de foule qui nous fait débouler au point de départ : le port. T'inquiète, je reste pas loin. D'ailleurs, je t'ai à l'œil, je t'ai vu aller jusqu'à copier ma technique de la chevauché fantastique. Ou plutôt senti. Tu viens d'ajouter un vol à la liste, sauf que je ne peux te tuer plus d'une fois… Problème. Mais je trouverais bien la solution plus tard.

    Tiens, pourquoi tout le monde s'arrête subitement ? Un homme a pris la parole. Et mais, c'est le lieutenant. Mont-Victoire va arriver ? Qui s'est ça ? Une montagne ? Par contre, son rang ne me plait guère. Un lieutenant, je veux bien taper dessus. Un vice-amiral, je risque de rester bloqué à l'essaie. Erf, faut trouver un moyen de partir d'ici. Je disais peut-être que c'était une mauvaise idée, mais attendre qu'un vice-amiral arrive en est une plus mauvaise. Mais comment faire ? Ils surveillent les navires. Bon, tu perds rien pour attendre l'original, mais je dois réfléchir à autre chose là. Il faut trouver un moyen pour faire partir la marine d'ici assez longtemps pour prendre la mer. Une diversion, ou quelque chose comme ça. Oui mais, qu'est-ce qui pourrait bien être mieux qu'un troupeau de Juseis ? Une souris qui effraye le cheval du lieutenant ? Un roi des mers qui surgit de nulle part et qui gobe le lieutenant ? La foudre qui s'abat sur le lieutenant ? L'apparition de Dieu qui me sort de là ? Non, je suis déjà là, je peux pas apparaître et me sortir en claquant des doigts, pas cette fois. Pour le reste, l'idée est bonne, mais j'ai pas les moyens pour que ça arrive…

    Je cherchais loin, alors que la réponse était toute simple : moi. J'étais la solution ! Héhé, original, j'ai trouvé ta punition pour tes vols. M'approchant mes mains de lui, je lui piquais les jambes, injectant les hormones nécessaire à ce qu'il prenne ma vraie forme, celle de Reyson. Il se disait l'auteur de ce coup, voyons voir s'il était à la hauteur du véritable auteur. Bon, je devais avouer que j'avais bien une nouvelle idée de technique : faire qu'un Jusei saute sur son dos, pour emprisonner le Reyson entre deux Juseis, appelant cela le sandwich quelque chose. Mais l'effet de la technique n'aiderait en rien mon plan. Ceci servira mieux :

    " Là ! C'est le pirate que vous cherchez ! Il disait être l'auteur de ce coup foireux ! "

    Inutile de préciser que le mot foireux fut prononcé avec un soupçon d'agressivité envers le nouveau Reyson. Reyson qui, soit dit en passant, fut envoyé à l'avant de la scène, dans le no man's land où se trouvait le lieutenant. Il disait être l'auteur, alors autant le lui laisser. Aura-t-il le courage d'aller jusqu'au bout ? Fais gaffe bonhomme, ne tâche pas la réputation de ton corps, tu risques de le regretter. Montre-toi à la hauteur du poste, de l'honneur d'être moi ! Il me fallait une diversion, ce spectacle pouvait l'être.

    Mais le cheval de mon ancien cheval, c'est à dire moi, n'allait pas avoir la paix pour autant. Un sosie de Jusei, celui qui avait mes deux berrys. Je le reconnus à ses vêtements. D'ailleurs, il ne semblait pas vouloir me laisser tranquille. Sauf qu'il valait mieux ne pas attirer l'attention par ici. Tout en continuant de regarder l'avant de la scène, je chuchotais à l'étranger :

    " Chut ! Si tu veux récupérer ton ancienne apparence, laisse moi d'abord savourer le spectacle en paix. Ensuite, ne fais rien de stupide. Puis, considère que ce que tu penses que je t'ai fait ne vient pas de moi, c'est plutôt le pirate là-bas, devant le lieutenant le coupable. C'est un peu compliqué à comprendre, mais tu dois me croire ! D'ailleurs, si tu veux être comme avant, tu es un peu obligé de me croire. A moins que tu ne comptes me menacer en me présentant un couteau sous la gorge… Quoi que, oublie ce que j'ai dit. Faut rester calme, c'est devant que ça doit bouger. Mais pour commencer, rend moi mes berrys… "

    Ne jamais perdre l'essentiel de vu ! Soit les berrys, même si l'on ne parle que de deux pièces. D'ailleurs, en parlant de vu, le spectacle semblait prometteur. Allait-il regretter d'avoir prétendu être l'auteur de tout ça ? Dans le meilleur des mondes, ils devaient s'entretuer, causant ainsi une panique me permettant de me faufiler dans une chaloupe. Sauf que, nous ne sommes pas dans le meilleur des mondes…


Dernière édition par Reyson.D.Anstis le Mar 8 Jan 2013 - 21:47, édité 1 fois
https://www.onepiece-requiem.net/t862-reysondanstis-le-pirate-assoiffe-du-sang-de-la-marinehttps://www.onepiece-requiem.net/t946-reysondanstis-le-pirate-met
Yumi Matsu
Yumi Matsu


Feuille de personnage
Dorikis: 2492
Popularité: -106
Intégrité: -92

Lun 7 Jan 2013 - 19:04

Je n’étais pas un génie, je le savais mais je n’étais pas totalement stupide. J’arrivais devant les deux autre et je pouvais observer le premier faire un discours, il tentait de crée la zizanie sur l’ile on dirait. Mais pour moi cela m’était bien égale, ce que je voulais c’était redevenir comme avant. Il pouvait y avoir des milliers de morts cela m’était bien égal. Je m’étais donc avancer vers celui que je soupçonnais être le véritable coupable de ce bordel et lui réclamait mon corps dans les délais les plus bref. Mais celui-ci se mit à me raconter un baratin plus gros encore. Je n’étais pas un type spécialement malin, mais je pouvais reconnaître une personne quand je la voyais... Enfin, c’est vrai qu’ici cela devenait difficile, mais même si la tête changeai, les vêtements eux ne n’était pas modifier... Surtout qu’il me parlait de lui rendre ses deux berrys. Chose que seule la personne coupable de ce cauchemar pouvait savoir. Enfin bref, c’est le poing fermé que je réfléchissais à ce que j’allais faire. Je pensais bien à l’embrocher, mais je savais que le tuer ou même le menacer de mort ne risquait pas de le rendre coopératif. C’est peu d’enthousiasme que je dis :

Fait chier ! Te planter mon sabre dans le cœur ne me dérangerait vraiment pas... Mais je présume que tuer ne garantit le retour de mon apparence...

Je m’étais en quelques sortes résigner à suivre ses types dans leurs guerres contre la marine. Car d’après les discours c’était l’intention qu’il cherche. Je dégainais donc mon sabre prêt à en découdre. Mais avant de me mettre en marche, je pris soin de crée un signe distinctif au type qui m’avait volé mon apparence. Une légère entaille au niveau de l’avant-bras. Il avait dut à peine la sentir. Mais grâce à cette marque je savais un moyen de le reconnaître s’il changeait de forme ou de vêtement... Evidemment s’il se blessait plus sur la bataille cela risquait de devenir difficile, mais actuellement je n’avais pas d’autre moyen. L’autre type avec les vêtements qu’il se payait était beaucoup plus reconnaissable au faite... Quoi qu’il en soit, la direction était donc le port. Un vice-amiral était aussi apparemment en route et s’il arrivait vraiment bientôt le combat risquait d’être des plus sanglants. Je partais donc vers le port en disant :

Une fois l’affaire fini tu as intérêt à me rendre mon apparence sinon je transforme en purée moi.

Je m’avançais donc vers le port éliminant chaque ennemi devant moi. Ce n’était pas vraiment facile à combattre car le corps que j’avais était relativement diffèrent du miens et certains style de combat ne convenais plus. J’aimais profiter de ma vitesse et de ma taille assez petite pour glisser sous les pieds de l’ennemi et l’attaquer par derrière ou encore profiter de mon poids plume pour sauter sur les épaules de mon ennemi et lui planter mon sabre dans la tête. Mais avec un corps pareil je devais revoir mes façons de combattre et donc je frappais cette fois avec plus de force que de finesse, j’utilisais donc surtout des coups de sabre directe pour briser la garde ennemi. Enfin bref, avec les autres sosies on avançait vers le port et une fois celui-ci en vue, je me mis à penser à un truc. Que voulait-il faire ? Je ne pouvais pas imaginer qu’il tente de fuir, si un navire de la marine arrive il se ferrait couler en moins de deux minutes... Je voulais bien croire que c’était de barbare, mais pas au point de crée un massacre. Alors observant du coin de l’œil je posais la question :

Alors ? C’est quoi votre plan ? On massacre tout le monde sur son passage ou on tente de fuir ? Au moins que vous ayez envie de vous suicidez tout de suite.

https://www.onepiece-requiem.net/t6338-yumi-matsuhttps://www.onepiece-requiem.net/t6395-yumi-matsu
[mort] Phoenix D. Juusei
[mort] Phoenix D. Juusei
Le Phénix

♦ Localisation : Grand Line 4eme Voie- Kikai no Shima
♦ Équipage : Ex-Capitaine 1re flotte des Red Spectre | Futur Corsaire

Feuille de personnage
Dorikis: 6060
Popularité: -307
Intégrité: -312

Ven 18 Jan 2013 - 22:24



La foule commence à se diriger vers le lieu de regroupement de la marine, c’est bon signe. C'qui serait cool, ce serait d'engager une grosse bataille contre eux. Avec tous ces gens remontés, ça doit pas être bien difficile à obtenir. Mais alors que tout le monde avance, ils se stoppent tout à coup voyant les forces de la marine arrivées. A vrai dire, ils sont pas comme tout les autres. Là, il y a pas des espèces de robots en armure, marchant au pas synchronisé vers les Juusei. C'est alors que le mec qui doit être à l'origine de toutes ces métamorphoses pousse le phénix au devant de la scène et clame haut et fort, que l'homme à l'avant du groupe est à l'origine de ce bordel.

    Là ! C'est le pirate que vous cherchez ! Il disait être l'auteur de ce coup foireux !


Le truc, c'est qu'il vient de changer d'apparence. Cet homme lui a changer de physique. Mais merde ! C'est quoi ce délire à la fin ? Ses cheveux sont plus court et en bataille, sa taille diminue un peu et son corps est un peu moins musclé. Et au loin, j'entends dire que c'est Reyson D. Antsis. Enfin Juusei qui est Reyson. Bref. Il est dans la merde.

Mais il est seul contre tous et la marine à l'air de bien connaitre ce Reyson. Ouais, ce mec est à ce qu'il parait, capable de faire changer l'apparence de n'importe qui juste en le touchant. Parait il que ça provient d'un fruit du démon ... C'est le lieutenant qui lui affirme. Ouais, le cavalier fou est devant lui, arme en main. Et une dizaine de garde à ses côtés, tandis que les autres rassemblent la foule pour les calmés. Enfin, lui qui souhaitait pas se battre aujourd'hui, voilà qu'il doit dégommer un équipage entier de marins à lui tout seul. C'est comique comme situation nan ? C'qui est sûr, c'est que c'est déjà partit. Les massues en mains, il frappe et refrappe plusieurs officier supérieur, leur explosant la boite à outil. D'autres arrivent plus nombreux et ce lieutenant taïaut n'est pas prêt de lâcher l'affaire. Voyant qu'il est la cible de ses balles, Juusei attrape un marines et s'en sert comme bouclier humain. Les balles frappent l'homme et le transperce au bout de quelques secondes. Une première balle vient se loger sans son épaule gauche et une autre dans son bras droit. Comment bien commencer un combat en 3 leçons ...

Jetant le corps sur le cheval, il esquive et frappe une première fois sur l'arme du lieutenant, la brisant en deux. En suite il enchaine par un second coup mais celui ci est vite contrer. Car dans l'action son adversaire a eu le temps de prendre sa lame et de parer l'attaque du pirate. Il recule alors et les deux gusses, enfin les deux juuseis, de départ se ramènent à côtés de Reyson. Enfin, Juusei l'original.

    Alors, vous avez décider de venir m'aider ? C'cool. Mais j'me débrouillait très bien seul.


Quoique, un peu d'aide ne serait pas de refus maintenant Car derrière le lieutenant, un homme cri au mort. L'air se rafraichit et une masses sombre se rapproche d'eux petit à petit. Soudain, les cris de joie de la part des marines se font entendre. Mais que ce passe t-il ? Un homme regarde les juusei et reyson et leur annonce la nouvelle.

    Vous êtes foutu pirate ! Le Vice Amiral Mont-Victoire Eustache "Barbe d'acier" est arriver avec le reste de son équipage. Et il va vous faire la peau.


Mais merde, c'qui c'te guignole ? Monsieur Mont Victoire ! Ahah. Drôle de nom pour un papy. M'enfin, plus l'temps d'rigoler maintenant qu'on est là, faut assumer et s'battre jusqu'au bout. Mais la mort n'est pas au bout de ce chemin, nan, pas aujourd'hui ...

https://www.onepiece-requiem.net/t3581-juusei-d-phoenix-la-renaissance-du-volatile-a-validerhttps://www.onepiece-requiem.net/t3798-fiche-de-phoenix-d-juusei
PNJ Requiem
PNJ Requiem


Feuille de personnage
Dorikis: XxXxX
Popularité: +/-XxX
Intégrité: +/-XxX

Sam 26 Jan 2013 - 18:47

Les jumelles rivées sur ses yeux, la lieutenante Pépin observe le port. Son visage, généralement inexpressif, se fend d'une grimace.

Le sergent Gagnon semble s'être fait avoir.

À ses côtés, Peragosse Ignace souffle bruyamment. Élisabeth semble embêtée et il n'aime pas ça. C'est toujours malheureux de voir sa bien-aimée préoccuper.

Il semble avoir appliqué la procédure. Mais les criminels sont passés outre. Très surprenant.

Un claquement derrière eux. Le Commandant Meynard apparaît. Il vient de donner les derniers ordres. Sur le pont, les Steels Bulls sont prêts. Alignés et armés, ils n'attendent plus que leurs officiers supérieurs. Catherine est déjà prête. D'un geste, Meynard ordonne à Ignace de rejoindre ces hommes. Il arrête la lieutenante Pépin avant qu'elle ne puisse faire de même.

Vos ordres : une fois sur place, vous vous assurerez de la sécurité du sergent Gagnon et de ses hommes. Vous irez ensuite rejoindre le Comisssaire sur le flanc gauche.


À vos ordres.

Elle s'en va tandis que le commandant d'élite observe devant lui. Le bâtiment des Steels Bulls entre dans le port. Devant lui, une foule d'innocents et un chaos indescriptible où plusieurs pirates imposent leur loi tandis que les forces de la marine sont débordées. Le vent va maintenant tourner. D'un geste, il donne l'ordre à un groupe de canonniers.

Première Batterie, feu !


Les boulets sont tirés et explosent au milieu du No Man's Land. Les fins artilleurs des Steels Bulls ne font aucune victime. La peur est le seul but. Une troupe désorganisée ne peut rien contre la discipline des Steels Bulls. Couché au sol, le sergent Gagnon profite de ce bref instant d'indécision pour récupérer son fusil de secours, accroché à la selle de son destrier mécanique couché à ses côtés. Il tire alors ces balles fumigènes ; un épais nuage environne aussitôt les docks, réduisant à néant la visibilité des pirates. Réarmant rapidement son arme, il charge une munition de gaz irritant et tire vers leur dernière position. Les marines blessés ne vont guère apprécier, mais les secours sont tout proches.

Pendant ce temps, le navire atteint le dock. Aussitôt faits, les Steels Bulls débarquent. Équipés de masque à gaz, ils ne sont pas gênés par le gaz. Le Commissaire dirige son escouade sur le flanc gauche tandis que Charbon s'occupe du flanc droit. Au milieu, le peloton de soldat reste sans officier supérieur. Pas pour longtemps. Sautant et atterrissant sans effort, le vice-amiral Mont-Victoire apparaît, dissipant une partie des fumées par son arrivée en force. Engoncé dans son uniforme impeccable et exhibant fièrement ces médailles, le vice-amiral dirige personnellement l'attaque. Le commandant Meynard reste momentanément à bord pour s'occuper de l'organisation tandis que le lieutenant Pépin est prêt à intervenir une fois que la zone des docks aura été sécurisée par le Vice-Amiral.

Reyson. Sors de ta cachette. Voyons voir si tu vaux la peine que je me déplace pour toi.

Avançant le pas tranquille, le vice-amiral semble imprudent, mais ce n'est qu'une apparence. Pendant ce temps, les Steels Bulls forment l'étau. À trop rester ici, les pirates finiront encerclés.
Reyson D. Anstis
Reyson D. Anstis

♦ Localisation : Jaya
♦ Équipage : Armada

Feuille de personnage
Dorikis: 9059
Popularité: -712
Intégrité: -600

Dim 27 Jan 2013 - 13:59

    Un gros bordel est un joyeux bordel. Quoique, certains vous diront que cela dépend du prix. Mais dans le cas présent, ça n'a pas de prix ! Hormis notre vie, peut-être. Je n'avais même pas besoin d'user de mon fruit pour ressentir l'adrénaline envahir mon corps. J'étais tellement focalisé que je n'avais pas remarqué l'entaille que me fit l'autre Juusei, celui aux berrys. D'ailleurs, il me demanda ma stratégie. Rester caché sur l'île n'était plus une solution, car ils finiront par me trouver. Ils étaient bien trop nombreux pour cela. Cependant, il restait encore moult possibilités, bien qu'elles ne soient pas toutes réalisables.

    " Soit on arrive à tous les abattre, soit on trouve un beau gradé comme otage, soit on réquisitionne leur navire en espérant qu'ils ne tireront pas dessus. "

    Oui, chacune des issues comportait son lot de risque. A dire vrai, j'hésitais surtout entre la deuxième et la troisième idée. Un vice-amiral, ce devait être un grade suffisant pour qu'on nous laisse partir de l'île. Malgré tout, ce rang pouvait être synonyme de puissance. Je n'avais encore jamais affronté ce type de marine, je ne pouvais le savoir. Et il n'y avait pas 36 solutions. Mais d'abord, regardons le faux moi se débrouiller. Pas mal, pas mal. Pas assez moi, mais pas mal tout de même. Double berrys et moi-même le rejoignons dans la bataille, car si deux valent mieux qu'un, trois valent mieux que deux. Petite injection sur le faux moi, des hormones de vigueur, que la douleur des balles ne le gêne pas trop. Attention, si son bras se brise, il ne pourra tout de même plus le bouger, cela n'annule que la sensation de douleur qu'il a eut jusque là, rien de plus.

    Durant la lutte, je remarquai que c'était vrai, combattre avec un autre corps que le notre était plutôt handicapant. La notion de taille changeait, celle de vitesse, celle de puissance de frappe, etc… Tout le style de combat était à revoir. Sauf que là, il ne fallait pas y aller à l'expérimentation, mais avec son propre potentiel. J'attendis donc juste le bon moment : celui où ils allaient en éliminer un de marine, pour passer derrière eux et injecter les hormones nécessaires pour leur rendre leur apparence. Ainsi, les soldats voyaient le visage de celui qui avait ôté la vie de l'un d'entre eux, et il restera donc un ennemi, ne pouvant alors se dérober à la bataille. D'ailleurs, comme ils m'avaient vu à l'œuvre, ils remarquèrent lequel j'étais. Je pouvais donc également reprendre ma véritable forme, car cela ne changerait plus rien.

    Subitement, des boulets de canon vinrent frapper le sol entre les deux camps. Le brouhaha et l'impact laissé effrayaient tout le monde. J'avais beau être plutôt fort, un boulet me ferait toujours mal. Enfin, s'il est intéressant et intelligent, peut-être qu'il s'agit d'un boulet supportable. Mais je ne parlais pas de ça, plutôt d'une boule noire. Non, pas celle du billard ! Celle là faut la mettre dans les trous, celle dont je parle en fait, des trous. L'excitation avait chuté subitement, pour ne plus laisser que le frisson, un soupçon de peur, une question. Va-t-on s'en sortir cette fois ? Jusqu'à maintenant, c'était le cas. Mais on pouvait presque voir Dame la Mort planer sur cette île, l'entourer de ses bras. La question subsistait : qui allait-elle prendre ? Mes jambes se mirent à trembler légèrement, mais le haut du corps reprit les devants. Si la marine avait droit à des renforts, pourquoi pas nous ?

    Mes doigts se plantèrent dans mon propre corps. Une technique que je n'avais pas encore utilisée : je l'ai baptisé : je t'attire non ? Pourquoi ? Parce que le charisme m'était nécessaire. Et avec cette émanation massive de phéromones, tous les regards se braquèrent vers moi.

    " Vous êtes des Juseis, vous êtes des ennemis potentiels, et donc des ennemis à leurs yeux. Vous avez vu non ? Ils tirent déjà. Vous voulez survivre ? Il n'y a qu'une seule façon, vous le savez très bien. Voulez-vous attendre la prochaine salve ou agir ? Que de simples innocents soient tués est injuste ? C'est la façon d'agir du gouvernement ! Vous voulez mourir stupidement, ou la tête haute ? "

    Evidemment, la première salve de canon n'avait fait aucune victime. A l'évidence, ils avaient de très bons canonniers, mais de simples habitants, des civils lambda se focaliseront sur le bruit que cela avait produit, sur le fait qu'ils avaient tiré, et rien d'autre. Du moins, la grande majorité. Et puis, le fait qu'ils continuent de tirer, bien que ce soit des fumigènes cette fois, ne faisait que renforcer mes paroles. Certains Juseis se mirent à faire des pas en avant, entraînant d'autres à leur suite. Par contre, d'autres décidèrent d'ignorer mes paroles, me sautant simplement dessus. Ce devait être des femmes auparavant, des nymphomanes, ou des hommes qui ne partageaient pas mes goûts. Tas de Juseis sur moi, j'avais peut-être un peu trop forcé avec les phéromones. C'était le risque des hormones, cela ne fonctionne pas toujours comme on le souhaite. Au moins, être enseveli ainsi me protégeait un peu des gaz irritants. Cependant, je ne voyais rien à ce qui se passait non plus. De toute façon, la fumée m'aurait empêché de voir également.

    Soudain, j'entendis une voix nouvelle appeler mon nom. Qui osait m'appeler ainsi ? Ne pas répondre à cet appel me ferait passer pour un lâche ! Dopant les muscles de mes bras, je soulevais ce tas d'homme pour le poser à côté. Là, je fus attaqué par le gaz irritant, me mettant immédiatement à me gratter la gorge tout en regardant tout droit. Un vieux monsieur. Il portait l'uniforme, avec beaucoup de médailles. Le vice-amiral ? Si petit ? Si vieux ? En plus, il s'avançait un peu à l'écart des autres, comme s'il n'avait peur de rien. A ce propos, moi non plus, j'avais plus peur en voyant une version miniature du soldat de la marine. Comme si un vieux pouvait m'avoir… Peut-être était-il parvenu à ce grade pour sa sagesse, ou son ingéniosité, mais cela m'étonnerait grandement que ce soit la force. Regardez le !

    Quitter cet endroit allait donc être bien plus facile que ce que je pensais ! Il me suffisait de me servir de lui comme otage, et on me laissera partir ! Ne pensant même pas à la possibilité d'un piège, je sautais sur l'occasion ! Remarquant la présence d'un destrier entre ma cible et moi, je fonçais ! Bon, il y avait aussi d'autres personnes autour. Et à cause de ces phéromones, leur regard se posait automatiquement sur ma personne. Le camouflage risquait de ne pas marcher durant quelques temps. Les soldats me fixaient, mais à travers du viseur de leur fusil. Enfin, pour les mieux placés, car il y avait encore un peu de fumée, malgré la dissipation du vice-amiral. Leur amour de mon corps allait-il surpasser leur amour de la justice ? D'un côté : ne pas trouer ma peau, de l'autre bien pénétrer ma chaire. PAN ! Ah, y en a un qu'a tiré ! Fiou, j'étais parvenu à l'esquiver, mais la balle emporta quelques mèches. Tu me dois une visite chez le coiffeur toi !

    Bon, me voilà au niveau du destrier. Et mais, c'est le type allongé à côté qui avait tiré ! Salop, je m'occuperais de toi après. Sans attendre une seconde de plus, je sautais sur l'animal métallique. L'arrivée d'un corps étranger sur son dos le fit se mettre en mouvement. Les chevaux de la marine avaient aussi la phobie des pirates ? Je détachais un côté de la selle, afin que celle-ci se retrouve dessous la bête, avec moi également. Evidemment, l'un de mes bras dopé se tenait vigoureusement à la bête pour ne pas tomber. Le sang commençait à me monter à la tête, mais j'essayais de me plaquer du mieux que je pouvais à l'animal. Enfin, plutôt robot. Animal ou robot ? Aucune idée, mais j'essayais de me faire discret. Celui-ci fonçait droit sur le papy. Etait-ce mes dons équestres, ou pensait-il aller droit sur son sauveur, sur la personne qui le débarrassera de moi ? Non, c'est qu'un vieux…

    Près de ma cible, je restais attaché au destrier, mais ma main libre sortait sur le côté, les doigts en forme de pointe, avec l'intention de le piquer. J'avais l'intention d'utiliser du FNA, une hormone diminuant le rythme cardiaque, et donc le flux sanguin, ce qui diminuera les mouvements de la cible, et l'effort lui donnera un mal au cœur. En contrepartie, il sera plus résistant face aux maladies et aux poisons qui prendront plus de temps à se propager dans le corps. Après, il me fallait encore réussir à le toucher. Mais pourquoi je doute ? Ce nabot ne pouvait rien me faire ! A ce propos, qu'en est-il de mes fans, les sosies de Juseis qui avaient avancé suite à mon discours ? Et les deux autres qui avaient retrouvé leur apparence ? Le voile se levait lentement, mais on ne distinguait pas encore tout, ni qu'un étau se formait et que je fonçais droit dans le panneau.


Dernière édition par Reyson.D.Anstis le Mar 12 Mar 2013 - 17:22, édité 1 fois
https://www.onepiece-requiem.net/t862-reysondanstis-le-pirate-assoiffe-du-sang-de-la-marinehttps://www.onepiece-requiem.net/t946-reysondanstis-le-pirate-met
Yumi Matsu
Yumi Matsu


Feuille de personnage
Dorikis: 2492
Popularité: -106
Intégrité: -92

Lun 28 Jan 2013 - 20:36

C’était la première fois, la première fois que je me retrouvais dans un tel bordel. Pirates, Marines et Civils, aucun moyen d’évité le combat maintenant... Combat qui allait plus ressembler à une mini-guerre... Un peu étrange d’ailleurs vu que pratiquement la moitié des gens avaient la même tête. De toute façon, maintenant j’y réfléchissais, je me disais que pour un peu de nourriture perdue je m’étais aventuré un peu trop loin. Main maintenant que j’y étais, il n’était plus vraiment possible de faire marche arrière. J’allais devoir me battre pour ma liberté et ma survie et en même temps prendre le risque d’avoir une vrai prime sur ma tête.

J’avais beau réfléchir je ne savais pas trop quoi faire. Un Vice-amiral débarquait et je savais que face à un homme de ce rang en plus de ses troupes je n’avais aucune chance... L’homme qui était sans doute la cause de mon problème d’apparence me répondit en m’expliquant qu’il avait l’intention de prendre un otage ou un navire... je ne voulais pas prendre en compte sa première idée qui semblait pour moi purement suicidaire... Mon avis était de voler un navire plutôt que d’affronter tous ses hommes... Car il ne faut pas oublié que la majorité des types qu’il avait transformés était sans doute de pauvres civils sans aucun talent pour le combat... Toujours est-il que pour la première fois je n’étais pas très chaud pour le combat... Sentiment qui c’était amplifier au moment où le navire tira un coup de canon.

C’était sans doute un coup de semonce vu que le coup tirer ne toucha personne... Toujours est-il que cela se poursuivit par un coup de fumigène plutôt gênant pour les yeux... Rapidement avant que la fumée devient trop gênante je courrais vers une pile de caisse en bois pour les escalader et prendre un peu de la hauteur. Cela me permettait de respirer de l’air frais pour le moment... Mais faisais aussi de moi une cible facile. Plusieurs tires me sifflait dans les oreilles et avant que je puisse ma cacher une balle réussi à me toucher à l’épaule gauche. J’étais maintenant cacher derrière les caisses et je vérifiais que ma blessure n’était pas trop graves... Cous de chance c’était superficielle et la balle était ressortit. Un pansement et demain on en parle déjà plus.

Quoi qu’il en soit, je ne pouvais pas rester comme ça bien longtemps. Il était temps pour moi de passer à l’action... Frappant une caisse d’un coup de pied je l’envoi vers mes ennemis qui allais devoir se séparé pour éviter la caisse de bois. Moment idéal pour foncer sur les ennemis légèrement désorganiser et attaquer. Bien que plus grand de deux tête au moins, je continuais à ma battre de la même façon dont je l’aurais fait habituellement, vitesse et élégance. D’un bond j’embrochais ma première cible qui chutait ensuite sur le sol. D’une petite pirouette, je frappais un autre homme directement sur le crane. Je repris mon sabre après avoir fait valdinguer celui que j’avais assommé sur ses amis...

Je ne voulais pas chipoter, je voulais trouver une cible de valeur, relativement haut-grader pour l’éliminer et foncer ensuite sur le navire. Une fois soldat de valeur débarrasser, il serait plus facile de s’occuper de la prise du navire et de foutre le camp de se bordel... Ma cible se trouvait alors être un homme tout de noir vêtu, mais portant un masque comme les autres soldats... Sans un mot, sans aucune mise en garde, je fonçais sur lui à vive allure. Je tenais légèrement à sa gauche mon sabre à l’extérieur. Je voulais lui faire croire que j’allais donner u coup diagonal, mais ne réalité, au dernière moment je fis un pas de côté pour le retrouver à sa droite et pour le frapper horizontalement... Je n’espérais pas forcement le tuer, mais le blesser gravement... Au mieux lui faire perdre quelques tripes, mais même moi je me disais que c’était peut-être trop demander.

https://www.onepiece-requiem.net/t6338-yumi-matsuhttps://www.onepiece-requiem.net/t6395-yumi-matsu
PNJ Requiem
PNJ Requiem


Feuille de personnage
Dorikis: XxXxX
Popularité: +/-XxX
Intégrité: +/-XxX

Lun 11 Mar 2013 - 23:39

Le combat s'engage. Enhardis par un Reyson au sommet de son charisme, des individus pourtant pacifiques et inexpérimentés se lancent au combat. Pas tous, heureusement. Contre des soldats de la marine, ils auraient fait quelque chose, mais contre les soldats d'Élites, l'équipage des Steel Bulls, ils n'ont aucune chance de nuire. Ils sont comme des mouches contre un homme : pas facile à stopper, mais inoffensif. Les plus hardis se font plaquer tandis que des rangs de soldats calment les ardeurs des suivants par des sabres et des fusils pointant vers leur cœur. La Sergent Charbonneau maitrise parfaitement le flanc droit et bientôt, les Steels Bulls ont toute latitude pour se déployer de ce côté. Les faux Juusei sont capturés et entassés non loin. Les autres continuent leur progression.

De l'autre côté, Peragosse Ignace semble avoir un plus gros caillou dans sa botte. Un Juusei tient tête à sa troupe et se débarrasse de plusieurs éléments avec une facilité déconcertante. Le Steel Bulls croit voir là le véritable Juusei. Un signe à l'un de ces subordonnés et ce dernier se dépêchent d'aller prévenir ses supérieurs. Avec Reyson, il est le deuxième pirate à capturer. Le vice amiral s'occupe du métamorphe. Seuls le lieutenant ou le commandant sont de taille à le capturer aisément. Ignace ne se détourne pas de sa cible. Il n'est pas suicidaire, il a confiance en ses capacités. De plus, s'il capture Juusei, Elizabeth pourrait s'intéresser davantage à lui. Son noir cœur bat un peu plus vite à cette pensée.

Juusei le voit et l'attaque, le sabre brandi. Le commissaire dégoupille une de ses grenades et en lance une vers son adversaire. Il sait qu'il l'évitera. Par contre, il en lance une autre derrière lui. Si le pirate est emporté dans son élan, il risque d'avoir une mauvaise surprise. L'instant d'après, Ignace sent que quelque chose ne va pas. Lui qui est si retors, son sixième sens lui crie qu'on cherche à être plus retors que lui. Un coup caché ? D'instinct, Ignace se lance sur son côté gauche tandis que Juusei commence à bouger. Lame verticale ? Il sera trop loin pour être éventré. Lame de retour sur le côté ? Le coup sera trop faible même s'il est redirigé vers le bas. Avant de se relever, L'âme noire des Steel Bulls fait sortir une lame de sa botte et fouette l'air cherchant à couper l'herbe sous les pas du pirate.
Et les grenades vont exploser.

Au centre de l'action, le vice amiral observe d'un air condescendant son adversaire. Ayant enfourché le cheval cyborg du sergent Gagnon, Reyson fonce sur lui, sans peur. Il court à sa perte. Mont Victoire s'avance aussi, mais il sait ce qu'il fait. Et juste avant que Reyson ne le frappe, Mont Victoire s'arrête et fait face.

Tekkai !


Le corps plus solide que le roc, il est impossible à Reyson de lui transpercer la peau. Il ne peut que se briser les doigts dessus. Alors qu'il vient juste de passer, Mont-Victoire enchaine en balayant de la jambe les pattes du cheval mécanique qui s'effondre plusieurs mètres plus loin. Caressant sa moustache, Mont-Victoire semble légèrement peiné.

Pardon pour Polette, Sergent Gagnon.

Le vice-amiral se retourne vers Reyson désormais privé de monture. Ne lui laissant aucun répit, il s'élance vers lui sans que sa corpulence soit une gêne et commencer à faire pleuvoir les poings sur lui. Au milieu des coups, le poing se fait doigt pointé.

Shigan.

Et le doigt fonce vers le cœur.

Derrière le combat du grand chef, le lieutenant Pépin ne manque pas de prendre le contrôle des environs avec ses hommes et de porter secours au sergent Gagnon. Elle l'emmène à bord et elle est arrêtée juste avant de monter sur le bateau, averti par le messager d'Ignace de la présence de Juusei...
Reyson D. Anstis
Reyson D. Anstis

♦ Localisation : Jaya
♦ Équipage : Armada

Feuille de personnage
Dorikis: 9059
Popularité: -712
Intégrité: -600

Mar 12 Mar 2013 - 17:25

    Oh, le vieux continue d’avancer vers moi. Il a vraiment pas peur le bougre. Je devais donc lui montrer la réalité, qu’il devait faire place à la jeunesse ! Mes doigts-seringues orientées vers lui, je continuais de foncer. Et… Impa Aie ! Qu’est-ce qui c’est passé ? Pourquoi mes doigts n’ont pas percé sa chaire ? Il avait une plaque de métal à la zone d’impact ? J’avais l’impression d’avoir frapper de plein fouet contre un mur. Et pour rajouter une couche, voilà que le cheval ne sait plus marcher. M’enfin, c’est ce que je dis, car j’ai pas vu le mouvement du vieux, et puis, vu son âge, il est pas capable de faire une telle chose. Donc c’est le cheval qu’a fait un faux pas, et y avait pas une patte pour rattraper l’autre. La monture se retrouva à terre quelques mètres plus loin, mais moi juste à côté, le changement brutal de vitesse et de rythme m’ôtant mes points d’attaches. Je n’ai juste le temps de me lever que le vieux se retrouve face à moi. Il est rapide, bien plus que ce qu’il montrait dans sa petite marche à mon encontre auparavant.

    Son poing fuse. Remarquant que je n’aurais pas le temps d’éviter, je tente de parer les coups avec la paume de mes mains. Cet échange n’était pas prévu, il n’était pas censé être si rapide que je ne pouvais rien tenter. J’arrivais à peine à bloquer l’attaque au dernier instant, et encore on dirait qu’il ne se donne pas à fond. Des contre-attaques ? Impossible, ma défense occupait toute mon attention. Je ne pouvais même pas m’enfuir, il profiterait du moindre mouvement pour me porter un coup fatal. Mais qui est ce vieux ? C’est ça un vice-amiral ? Au moins, il ne m’atteint pas… Quoique, j’ai parlé trop vite. Encore un assaut impossible à éviter, m’obligeant à parer de ma main, mais au dernier moment il brandit un doigt hors de son poing, passant entre mes doigts à moi, visant le cœur. Par réflexe, instinct de survie sans doute, je fis un bond en arrière, mais le bout de son doigt pénétra tout de même ma chaire. Heureusement, c’était superficiel, pas suffisamment profond pour atteindre mes organes. Il avait décidé de sortir le grand jeu, et je réalisai enfin que j’avais pris la grosse tête en me pensant capable d’affronter un tel monstre. Ce gars, c’était Yoda. Quand tu le vois, tu crois qu’un simple souffle le fera tomber. Quand tu l’affrontes, il est partout où tu regardes, et t’attaque de toutes les directions. Des gouttes de sang perlèrent sur mon torse, signifiant qu’il ne fallait pas le prendre à la légère. D’ailleurs, je me demandais s’il ne jouait pas avec moi, s’il n’avait véritablement pas pu m’avoir jusqu’au bout. J’avais beau être joueur, ce jeu là ne me plaisait guère.

    Récapitulons : il est tellement rapide que je n’arrive pas à placer des attaques, il est trop résistant pour qu’un assaut puisse fonctionner, … Tout compte fait, le plan selon lequel un éclair s’abat sur lui semble plus réalisable qu’une victoire en combat loyal. Avec ce bond, j’ai pu mettre un peu de distance entre nous, me permettant d’un peu réfléchir et de reprendre mon souffle qui se faisait de plus en plus entendre, tandis que le vieux était encore en pleine forme. Je n’aurais jamais dû venir ici, mais comment aurais-je pu savoir que cela se déroulerait ainsi ? A présent, comment pourrais-je faire pour retourner à mon point de départ ? Pour m’enfuir à l’intérieur de l’île alors que je me retrouve au centre des forces de la marine ? Remarque, le navire était plus proche d’ici. Et il semblerait que ce soit ma seule option, car de l’autre côté se trouve le vice-amiral à présent.

    " Tu es sûr de ce que tu fais ? Si tu me tues, tu condamnes ces braves gens à ne plus jamais pouvoir revoir leur véritable visage dans une glace… "

    Marine égal justicier. Dans ce cas, pointer du doigt une injustice devrait au moins le faire hésiter un peu, non ? En tout cas, c’est ce que j’espérais. Je reculais d’un pas lent, tout en parlant. Sauf que je ne pouvais aller bien loin, car il y avait là les rangs des soldats, tout fusil dehors, et j’étais au centre de leur viseur. Pas le choix, je levais les mains, en signe de reddition. Mes paroles étaient là pour les pousser à me capturer plutôt qu’à me tuer. M’enfin, je visais plutôt la liberté que la captivité. Mais comme je ne pouvais rien faire dans cette situation, je les laissais s’approcher. Ce n’était qu’une fois suffisamment proche que je plantais rapidement mes doigts dans mes paumes, m’injectant des hormones de croissance afin d’augmenter considérablement la taille de mon bassin. Le diamètre augmentant subitement, il percuta les soldats les plus proches, les envoyant sur ceux derrières eux, m’offrant enfin une petite opportunité de tenter quelque chose, chose que je ne pouvais pas faire auparavant car j’étais dans leur viseur. Je profitais de cet instant de surprise pour sauter en direction de la monture plus loin, agrippant une des grenades attachées parmi son attirail. Je la dégoupillai rapidement et gardais ma main appuyée dessus. Si je lâchais, ça explosait, et avec les soldats m’avoisinant.

    " Peut-être pourrions-nous parler un peu plus calmement ? Et si nous allions sur ton navire, nous serions mieux autour d’une table dans ta cabine, non ? "

    Spoiler:
     
https://www.onepiece-requiem.net/t862-reysondanstis-le-pirate-assoiffe-du-sang-de-la-marinehttps://www.onepiece-requiem.net/t946-reysondanstis-le-pirate-met
Yumi Matsu
Yumi Matsu


Feuille de personnage
Dorikis: 2492
Popularité: -106
Intégrité: -92

Mer 13 Mar 2013 - 20:43

Je ne pouvais pas deviner le niveau de cet homme, mais je savais que ce n’était pas un simple soldat. Un combat sans merci ? C’était possible, mais face à ma vitesse j’avais un bon espoir de l’emporter... Enfin bref, je ne faisais pas spécialement attention à ce qui se passait aux alentour, mais cela devait être une vrai cacophonie. Mais il était certains que si les soldats ne l’avait pas déjà emporté face au civil, cela n’allait pas tarder. Moi j’étais concentré sur ma cible qui allait être atteint d’une seconde à l’autre. Celui-ci d’un noir vêtu était apparemment armé de grenade ou de bombe. Je l’avais assez vite compris car celui-ci m’envoya deux grenades. Je pouvais éviter le premier sans trop de problème, mais la seconde c’était une autre affaire. Je pouvais éviter les dégâts ou éclat de l’explosion, mais le souffle lui risquait de m’emporter. Autant dire que j’étais toucher d’une manier ou d’un autre. Mais il était pour moi hors de question de me laisser toucher sans rien faire. Si je devais être blessé, autant l’être avec mon ennemi.

Je n’avais pas le temps de renvoyez la balle. Je décidais donc d’encaisse le souffle de l’explosion, mais sans perdre pied... Enfin, c’est une façon de parler. Dans ma course, je ne m’arrêtais pas, par contre je plantais mon sabre dans le sol pour prendre appuis sur lui et sauter... Tout en le gardant dans ma main bien entendu. Je ne pouvais esquiver le souffle. Si je tentais de m’arrêter ou de tourner à droite ou à gauche, je risquais de perdre mon équilibre. Je pouvais toujours foncer, mais il était possible qu’une autre grenade m’attende. La solution bien qu’un peu suicidaire était d’encaisse l’attaque d’une façon surprenante, comme ça une fois dans le ciel, je pouvais lancer mon sabre vers la cible. Surpris, il n’avait aucune chance de s’en sortir indemne. Mais je savais que le combat n’était pas terminé. Que l’attaque le touche ou non, je doutais l’avoir mortellement... Ou simplement assez pour qu’il abandonne. Ce combat débutait seulement.

Je retrouvais les pieds sur la terre ferme. J’avais les vêtements et quelques cheveux roussis. Mais ses dégâts étaient superficiels. J’avais l’impression que cet homme était surtout armée d’explosif, si tel était le cas, c’était peut-être le pire adversaire que je pouvais avoir. Je devais me rapprocher de lui le plus possible pour l’atteindre et pour cela, je devais prendre des risques. Mais une fois à courte portée, j’étais certains d’être le vainqueur... Mais pour cela je savais que j’allais devoir prendre quelques coups explosifs. Il était donc temps pour moi de montrer le tatouage que j’avais au bras gauche. Étrangement c’était l’une des rares choses qui n’avait pas disparu durant ma métamorphose et j’en étais plutôt heureux.

Prépare-toi à affronter le souffle brûlant d’un dragon noir.

Evidemment, je ne pouvais pas crée de flamme. Le dragon noir était juste l’expression de mes sentiments et mes mots étaient plus de l’intimidation qu’autre choses... Quoi que... J’avais pris soin de l’observer et je n’avais pas l’impression qui était véritablement armée pour le combat rapproché... Même s’il avait des lames caches, je doutais qu’elle soit assez grande pour crée des dégâts mortels... Sinon, je verrais ses lames... Je pouvais d’ailleurs bien voir une lame sortir de sa botte. Le temps était compter, plus le combat durait, plus j’allais avoir du mal à l’approcher. Je décidais donc de courir un peu dans tous les sens, jamais je courais en ligne droite, chaque pas voulait dire une nouvelle direction, l’atteindre serait plus long, mais je devenais aussi une cible beaucoup plus difficile à toucher. Mon premier objectif était d’atteindre mon sabre, je voulais savant tout être armée, une fois cela fait, je pouvais essayer d’atteindre ma cible. Mais je ne voulais pas l’abattre comme ça. Je savais que s’il fallait-il placerait un bombe juste devant. Mieux vaut être un peu brûlé que de perdre la tête.

Mon idée était donc de l’effrayer en quelques sortes. Garder une distance et attaquer toujours de la pointe de la lame. Mais surtout le faire reculer. Je voulais qu’il arrive vers le bord de la mer. Une fois cela fait, un petit coup de pouce et plouf... Dans l’eau, une fois dans l’eau, avec un peu de chance la poudre de ses armes serait mouiller et même un imbécile sais que si la poudre est mouiller, l’arme est inefficace. C’est d’ailleurs en partie pour ça que j’ai toujours préféré le sabre aux armes à feu. Maintenant il restait encore à savoir si mon plan avait marcher.


Spoiler:
 
https://www.onepiece-requiem.net/t6338-yumi-matsuhttps://www.onepiece-requiem.net/t6395-yumi-matsu
PNJ Requiem
PNJ Requiem


Feuille de personnage
Dorikis: XxXxX
Popularité: +/-XxX
Intégrité: +/-XxX

Jeu 21 Mar 2013 - 21:43

Un instant après sa tentative de Shigan, la moustache de Mont-Victoire frétille. D'un hochement de tête, il approuve le mouvement parfaitement exécuté. Assurément, Reyson est un combattant aguerri, mais bien loin du niveau du Vice-Amiral. Ce dernier n'a pas fait étalage de toutes ces capacités et déjà, le pirate est dépassé. Il pourrait s'enorgueillir de sa supériorité, mais il est bien loin de ça. Seule sa tâche importe. Et son sens de la Justice lui dit d'en finir ; il n'est pas là pour jouer et donner de faux espoirs à un pirate. Toutefois, ce dernier soulève un point de détail. Le marine se lisse la moustache.

Mmmh. Je ne tue pas. C'est la vieillesse qui te tuera quand tu seras à Impel Down. Tu penseras à moi quand tu y seras. Tu penseras aux années que tu vas passer dans cette prison. Tu pourras peut-être bénéficier d'un traitement de faveur si tu libères ces gens de tes caprices. Ce serait honorable pour quelqu'un prétendant lutter contre le supposé mal que nous représentons.

Une fois capturée, la question des copies de Juusei sera étudiée. Ce qui semble être proche puisque Reyson se rend. Le visage du marine se modifie. Ce n'est pas la satisfaction d'avoir vaincu, non, ni même la déception pour une victoire trop rapide. Oh que non. Il est méfiant. Reyson est fourbe et se rendre aussi rapidement n'est pas commun. Hélas, c'est trop tard que le marine réagit et il est bien obligé de s'immobiliser quand Reyson se dresse, une grenade en main.

Reculez.

Les Steels Bulls obéissent. Ils reculent de peu, car ils craignent l'explosion de la grenade ; ils sont encore trop proches. De plus, deux marines sont restés à terre et sont bien trop proches de Reyson pour sortir indemnes de l'explosion. Eustache s'approche, s'arrêtant à quelques pas du pirate. D'une main, il se gratte le menton, dévisageant le pirate sous ses sourcils broussailleux.

Une proposition honnête. Mais je ne partage pas ma table avec ceux qui transforment des innocents pour leur petit plaisir personnel.

D'un bon, il s'avance et d'une main, il saisit celle du pirate, la serrant si fermement qu'il ne peut la bouger tout comme la grenade nichée au creux de la main du métamorphe. De son autre main, le vice-amiral frappe.

La situation semble bien se passer pour le Vice-Amiral, pas comme pour Ignace qui n'a pas su voir la lame de son adversaire, traversant le nuage de l'explosion pour le transpercer de part en part, au niveau de sa cuisse gauche, la lame se terminant dans le sol. Il a fallu toute sa hargne pour l'enlever et c'est avec colère qu'il a lancé au hasard la lame sans penser une seule seconde qu'il la lui rendait de cette façon.

Le commissaire s'est lancé dans une série de lancées d'explosifs sans parvenir à faire mouche. Sans le savoir, il s'est fait repousser vers les quais et la mer et c'est seulement à une demi-douzaine de mètres de ce bord qu'il en prit conscience. Il prend alors sa décision, il ne bougera plus. De toute façon, sa blessure est importante et l'empêche de se mouvoir facilement. Il continue à lancer ces explosifs, mais avec un rythme moins régulier. Il veut donner l'impression de faiblir. Il veut que Juusei l'attaque. Au corps à corps.

Non loin, le lieutenant Pépin et ses hommes approchent, avertis de la situation. Ignace se frappe les poings entre eux à leur adresse.

Steels Bulls ! Reculez !


Tous savent ce qu'ils préparent. Il veut s'en occuper lui-même. Son regard s'attarde un instant sur le lieutenant Pépin. Il va l'impressionner. Il va la charmer par la capture de Juusei. Il est confiant en ces capacités. Et il continuent de lancer ces explosifs. Quand Juusei attaquera, Ignace activera la plus puissante de ses armes : le gaz mortel qu'il conserve sur lui. Les Steels Bulls ont tous des masques à gaz. Ignace en a toujours un sur son visage. Seul Juusei serait incapable de lutter contre.
Reyson D. Anstis
Reyson D. Anstis

♦ Localisation : Jaya
♦ Équipage : Armada

Feuille de personnage
Dorikis: 9059
Popularité: -712
Intégrité: -600

Ven 22 Mar 2013 - 14:07

    Il semblerait qu'il ne comptait pas me tuer. Héhé, en voilà une information intéressante. Il préférait m'envoyer croupir à Impel Down ? C'est quoi ça déjà ? La plus grande prison du gouvernement, non ? J'étais pas très attentif à l'école. Pourtant, elle ne se trouve pas à North Blue non ? J'aurais droit à une escorte spéciale ? Comme quoi, on me montrait déjà pas mal d'attention. En voilà une bonne nouvelle, car cela signifie que mon existence ne laisse pas le gouvernement indifférent. Et ça ira croissant, comptez sur moi ! De toute façon, ce n'était pas dans mes projets de me faire capturer ici, ni de me retrouver à Impel Down un jour. Comme s'ils pouvaient m'attraper une fois. Des prétendus justiciers qui cachent leur besoin de violence derrière la justice de la loi ne m'auront jamais ! Et puis, comme la marine est nulle, ce serait dire que je suis un moins que rien que de me faire avoir un jour. Aucun problème là-dessus, je ne suis pas suffisamment faible et incompétent pour cela. Impel Down, malgré sa grande réputation donnant envie de la visiter, j'ai le regret de vous annoncer que je ne la verrai jamais. Vous me voyez, moi, derrière les barreaux ? Dans une cellule glacée à graver mes mémoires dans la paroi pour ne pas oublier ? Vous m'imaginez dans un état si pathétique ? Non monsieur, cela n'arrivera certainement pas !

    J'eus bien envie de rétorquer face au terme supposé. Car c'est une certitude qu'ils sont le mal. Sinon, où est passée mon île natale ? Le maire qui m'a élevé ? Pourtant, je ne dis rien. Un excès de colère face à eux n'irait pas dans le sens d'une reddition, et donc avec le rôle de mon personnage. Je me tus donc, jusqu'à l'acte où j'ai de nouveau droit à la parole, avec une grenade pour argument. Héhé, une grenade qui ne peut parler ôte tout de même les mots. Les soldats d'élites reculèrent, mon adversaire s'avança. Je vois qu'on devient raisonnable, le poing n'est plus serré comme avant. Comme quoi, il suffisait du bon argument. Cependant, je ne m'attendais pas vraiment à cette suite là.

    Le vice-amiral fonça, s'empressant d'emprisonner ma main dans la sienne, m'arrachant ainsi un léger cri du fait de la forte pression qu'il appliquait sur ma paume. Limite il pourrait écraser l'explosif à main nue. Je vis son autre membre se fermer, près à porter atteinte sur ma personne. Avec sa poigne, j'avais très peu de chance d'éviter l'attaque. Et vu l'effet qu'avait eu un seul de ses doigts, je n'avais pas vraiment envie de savoir ce que provoquera le poing entier. Par conséquent, je devais agir. Mais comment ? Si je tente de le frapper également, lui parviendra probablement à éviter mon assaut. Mis à part… Mis à part si j'attaque son étreinte. Car s'il évite, c'est qu'il a ôté sa poigne, et que la grenade redevient utilisable. Oh, mais en voilà une donnée intéressante.

    Le poing de l'ennemi s'approchait dangereusement vers moi, et je ne faisais rien pour le parer. Il allait m'avoir de toute façon. Cependant, dans le même temps, les doigts de ma main libre devinrent pointus pour s'attaquer au lien du vice-amiral. Heureusement pour moi, il s'agissait de la main encore intacte. L'autre était probablement bien broyée à présent. A moins qu'il ne serrait trop fort, de peur de déclencher l'explosion. Je sais qu'auparavant, une telle tentative n'avait pas porté ses fruits. Mais, personne n'est invincible, tout le monde possède des faiblesses, tout comme aucune technique n'est parfaite. Là, j'espérais par exemple qu'il ne pouvait être aussi résistant lors d'une attaque. Puis, de toute façon c'était ça ou me prendre son coup sans rien faire. L'espoir fait vivre, le choix était vite fait.

    J'ignorais comment cela allait se passer. Si ma tentative aboutirait à quelque chose, si le coup du vice-amiral m'assommera, … Dans le meilleur des mondes, voici comment cela devrait se passer : j'insuffle de l'insuline au marine, histoire que sa glycémie chute suffisamment pour limiter ses mouvements. Malade comme un chien, il lui faudra du sucre pour recouvrer la forme, et l'effort diminuera davantage ce taux, aggravant son état. Ah, ce que ce serait bien, histoire de rendre son niveau un peu plus acceptable qu'à présent. Cependant, concernant son attaque, j'ignore comment cela se passera. Une telle force que je tombe inconscient ? Que je vole en direction du navire sur lequel j'atterris ? Que ma réaction, le surprenant, lui fasse dévier la trajectoire de son poing, me permettant de quitter sa ligne de mire ? Bref, l'issue n'était qu'hypothèses multiples. Oh, et par la même, je glissais quelques autres hormones en plus de l'insuline. Je suis plutôt du genre rancunier, et après ce qu'il m'a fait, je ne voulais pas qu'il m'oublie. Donc, si ma tentative fonctionne, le vice-amiral aura droit à un vagin à la place de sa virilité. Il m'en dira des nouvelles. Puis comme ça, je serais à peu près certain qu'il ne fera rien qui risque de mettre fin à mes jours.
https://www.onepiece-requiem.net/t862-reysondanstis-le-pirate-assoiffe-du-sang-de-la-marinehttps://www.onepiece-requiem.net/t946-reysondanstis-le-pirate-met
Yumi Matsu
Yumi Matsu


Feuille de personnage
Dorikis: 2492
Popularité: -106
Intégrité: -92

Dim 24 Mar 2013 - 18:14

Tout semblait se passé à merveille. Apres quelques coups de chaud, j’étais sur le point de mettre ce type hors-jeu. Il était blesse à la jambe cela voulait dire que ses mouvements allaient être plus réduit, et je venais de récupéré mon sabre sans problème. Si j’étais un gentil garçon, j’aurais presque pitié de lui. Mais c’est un sentiment que j’avais déjà pris l’habitude de mettre au vestiaire depuis longtemps. Quoi qu’il en soit, je tenais m’en tenir au plan. Le mettre dans la flotte pour le rendre inoffensif. Mais je savais que ses explosifs étaient un danger et que le seul moyen pour le battre était le corps à corps. La méthode était longue, mais grâce à ma vitesse, je pouvais esquiver sans trop de mal encore les grenades ennemies. Il faut dire que ses armes sont efficaces sur un grand porter, mais un peu facile à esquiver pour qui c’est préparé. Une grenade n’explose pas directement, il faut un petit temps qui est des fois bien assez pour éviter la zone de l’explosion.

Quoi qu’il en soit, je devais tout de même me montrer prudent. Mon plan marchait à merveille, le pauvre fou reculait sans se douter qu’il se rapprochait de mon but... Mais, il devait rester seulement 5 mètres quand semblait changer de stratégie... Je voyais aussi d’autres hommes arrivés... Evidemment, ils n’allaient pas rester à rien faire... Mais ils étaient évidents qu’il n’allait pas m’attaquer comme ça... Sauf s’ils voulaient se faire exploser par une des grenades. Enfin bref, mon adversaire fit une chose des plus surprenantes qui était de refuser l’aide qui lui venait. Comme s’il avait un plan... Qu’importe, plan ou pas je ne devais pas changer le mien. Une fois dans l’eau cet homme deviendrait un simple soldat sans talent particulier... Restait plus qu’as espérait qu’il ne tente pas le suicide... Même si ce n’est pas le style de la marine.

Je ne réfléchissais donc pas trop à ce qu’il prévoyait, il était bien assez prêt de l’eau pour que je le pousse... Il ne restait plus que quelques mètres entre lui et moi, je fonçais donc vers lui de façon plus directe. Je ne doutais pas l’atteindre de cette façon, mais je n’aimais pas attaquer de façon trop directe, surtout qu’il y avait encore un peu trop de distance pour que je le pousse simplement... Je décidais donc de faire légèrement diffèrent.

Alors que j’étais juste devant lui, un sourire offert, j’attendais son action d’auto-défense pour sauter en l’air m’appuyant sur sa tête. Pour me retrouver ensuite juste dos à dos. Je voulais d’un mouvement de sabre le transpercer et ma lame et me servir d’elle et de toute ma force pour le soulever et le projeter dans l’eau... Il ne voulait pas reculer cela va de soi, je vais le jeter dans l’eau comme si c’était une simple pierre...

Je voyais déjà mon plan réussir, je me voyais déjà courir ensuite vers le navire pour en prendre possession. L’homme bombe était peut-être un peu trop dangereux pour être capturer, mais il y en avait d’autre sans doute sur le navire aussi important et moins dangereux... Enfin pour cela fallait-il encore que l’autre gars soit bien mis hors-jeu.

https://www.onepiece-requiem.net/t6338-yumi-matsuhttps://www.onepiece-requiem.net/t6395-yumi-matsu
Contenu sponsorisé



Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant