AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  

Le Deal du moment : -41%
-41% sur l’excellent casque nomade filaire Sony ...
Voir le deal
129 €

Fb Une amie d'enfance

Invité
Invité


Mar 1 Jan 2013 - 14:20

Cela fait quelques jours que Devil Yatsu c’est séparer de son compagnon. Sa dette est largement payée. Après deux ans de service il peut désormais se retirer et retourner dans son commerce. Avant son départ il a apporté des modifications à la chaise de l’ange. Les deux rectangles dans le dos qui possédaient un sabre et un flingue sont changés. L’un comporte un sniper et l’autre est vide pour le moment. Le sabre est récupéré par le mécanicien. Le pistolet est caché dans une poche intérieure de son costume. L’équipement offensif vient d’être cité. Maintenant pour la défense nous avons une sorte de pot d’échappement à l’arrière. Elle sert à envoyer de la fumée. C’est parfait pour les fuites. Avoir un mécanicien c’est bien mais sans moyens financiers il est impossible de créer de chose grandiose.
Ivan De Cimitiero se retrouve seul dans une simple ile de North Blue. Ici il y a quelque village, une forêt qui possède une petite clairière. Non loin de la clairière se trouve le cimetière. Voici le décor de cette petite ile tranquille.

Dans la forêt, l’handicapée se promène. Il se remémore tout ce qu’il a vécu. Son regard vide d’émotion. Il est vrai qu’il se comporte comme une machine depuis la mort de son père. Une machine qui ne raisonne que par la justice. Cela lui permet d’avoir un jugement juste. Certains diront qu’ils l’ont déjà vue sourire, rire. Mais les émotions étaient réellement là ou ce n’était qu’une simulation d’émotion? Heureusement que la bonne réponse est la première hypothèse. Malgré tout, tout est une question de performance. Avoir une personne sans émotion face à soie créée une atmosphère d’insécurité. Avoir son interlocuteur qui sourit, qui a une joie de vivre met plus à l’aise. Ce comportement vient de son vécu. Les émotions fausses le jugement. Son père aurait pu s’en sortir s’il avait directement combattu et non attendu une quelconque bonté de la part des agresseur.s Au final Ivan a des émotions qu'il sait maîtriser pour le bien de la justice.
Spoiler:
 
-Quel est ce bruit. Non ce n'est pas un bruit. Cette ère …

L'ange cherche qui peut bien jouer de la harpe ici. Il regarde dans tous les sens et ne voie personne. Il avance alors en direction de la source. Son cœur se met à vibrer sous la musique.

-Oui. Cette ère c'est celui de mère. Comment c'est possible? Je rêve? Ce n'est pas le genre de musique que l'on trouve sur les blues. Il n'y a que mère qui jouait cela.

Il continue d'avancer et continue à se poser des questions. Le son augmente petit à petit. Il est tout proche de la source. Puis là il voie une ravissante créature. C'est une jeune femme aux longs cheveux brun. C'est elle qui joue cette mélodie. Ces longs cheveux brun titille l'esprit de l'ange.
Spoiler:
 

-Se pourrait il que? Non impossible. Dans un tel endroit...

Là elle se met à chanter. Une belle voix angélique. C'est magnifique. Les larmes apparaissent sur le visage de l'handicapé. Quelques une coulent. Il veut absolument savoir qui est cette femme mais il ne peut l'interrompre. Des oiseaux blancs volent proche d'elle. Elle tend son bras et l'un se pose sur sa main. C'est un moment magique qu'il semble hors de cet espace temps. Une fois que le chant s'arrête, Ivan avance et prend la parole plein d'émotion.

-TU , tu … Qui est tu? Comment t'as, comment tu connais ça ? Qui t'a appris cette musique ?

C'est l'une des rares fois ou l'ange perd ces moyens. La femme se retourne, dévisage l'individu.

-*Il ressemble à la description que m'a donné Pédoras*. Ivan ? C'est bien toi ?

Surpris par cette réponse il tire sur son tissu pour le rabaisser d'avantage.

-Cali?

Elle sourit comme pour dire oui.

-ça fait longtemps. Nous te cherchons avec Pédoras. T'as été informer de notre venue et pourtant tu n'es pas venu sur Ohara. Enfin. Je suis soulagé de te savoir en vie.

Elle s'approche, met ses deux mains sur le tissu pour le retirer mais Ivan lui saisit les poignets.

-Tu as tellement grandi depuis notre enfance. Mais je pense qu'il est préférable que tu ne me voies pas dans cet état.

-Allons c'est moi. Peu importe ce qu'il y a sous le drap tu serras toujours mon Ivan De Cimitiero.

Il la relâche et elle enlève le tissu avec un sourire, puis son sourire s'estompe en voyant la partie du visage ravagée par le feu.

-Tu es toujours le même, le sourire la regagne, ce n'est pas cette minuscule blessure qui changera quelque chose. Ah, j'oubliais tiens, elle lui donne un audio dial, j'avais enregistré ta mère pour apprendre à jouer comme elle. Maintenant je pense que tu en as plus besoin que moi.

L'ange est touché par ce geste et met directement en marche le dial. La même chanson mais avec sa mère qui chante. Il regarde le ciel et remercie Dieu de cet instant.

-Nous avons de nombreuses choses à nous dire mais rejoignions d’abord Pédoras. Il est au cimetière. Nous somme venu sur cette île dans le navire d'une vieille personne. Le pauvre a rendu l’âme une fois qu'on a mis pied à terre.

Les amis d'enfance partent en direction du cimetière et arrivent à la fin de la cérémonie. L'ange du requiem (Pedoras) vient de finir son discours alors qu'il connaissait à peine l'homme. Il se rapproche des proches du mort.
Spoiler:
 
-N'oubliez pas qu'une personne meurt réellement que lorsqu’elle tombe dans l'oubli. Vous allez le revoir mais pas encore, pas encore.

Il se rapproche des jeunes d'un pas lent. Une fois a l'heure niveau, il prend la parole.

-Ivan, il s'approche et le sert dans ses bras. Il remarque que les muscle du petit se sont développé et qui semble en parfaite santé. Je regrette de t'avoir laissé seul. A parti d'aujourd'hui nous resterons ensemble, tous ensemble comme une famille. Puis il recule.

-Une famille?

L'ange se perd dans ses souvenirs. Se rappelant de ses parents et leur fin. Sur la tombe de son père il s'est juré de ne plus aimer des gens pour éviter de souffrir de nouveau une fois qu'ils seront entre quatre planches. Puis une main vient se poser sur son épaule gauche. Il regarde la main puis lève ses yeux pour voir elle appartient à qui. C'est Cali qui le regarde avec un tendre sourire, comme si elle était amoureuse.

-Tu nous as manqué. Tu m'as manqué.

-Je suis désoler de ne pas être venu au rendez vous. Je préfère ne pas vous avoir avec moi. Ma vie n'est pas celle que peut avoir une famille. Mon nom sera bientôt célèbre et le nombre d'ennemies ne fera qu'augmenter avec le temps. Mon oncle ( ce n'est pas réellement son oncle mais c'est comme si ça l'était) je ne peux pas risquer de vous perdre. Cali tu n'aurais jamais dû descendre de Skypea. Ici le danger est partout. Cette vie n'est pas faite pour toi.

Son regard vide se baisse. Le visage sans émotions.

-Je ne laisserai pas un pauvre petit luter seul pour les idéaux de son père, de mon ami. Tu penses pouvoir changer se monde à toi tout seul? Pour atteindre le sommet il faut des lieutenants solides pour te porter. Je serrais l'un d'eux que tu le veuilles ou non.

Le faire changer d'avis et probablement impossible. Il faudra donc compter avec lui désormais.

-On t'a cherché pendant plus d'un an et toi tout ce que tu trouves à me dire c'est que j'aurais dû rester chez moi. C'est pas à toi de décider! Je suis venu de mon plein gré en parfaite connaissance des risques. Où est le petit garçon qui se soucie des sentiments des autres. J'ai connu un garçon il y a longtemps. J'ai parcouru les mers pour le retrouver et finalement je tombe sur un homme qui vit dans le passer.

Un silence apparaît. Il ne souhaite pas répondre immédiatement. Il réfléchit quelques instants. Grâce aux livres qu'il a lus sur la psychologie, il penche sur une idée.

-Tu as pris tous ces risques pour moi. Pourquoi ? Parce que tu es tombé amoureuse ?

Un certain mal à l'aise s'empare d'elle. Elle rougit légèrement et recul d'un pas.

-Tu.. Tu dis n'importe quoi!

*Elle ment. Elle est vraiment amoureuse. Avec mon pouvoir je peux récolter de nombreuses informations facilement. Je ne peux pas la renvoyer comme ça. Les sentiments ne sont pas un jeu. Si je me montre cruel avec elle je ne serais pas digne de mes parents.*

-J'accepte de vous avoir à mes côtés. Mais d'ici quelque temps j'aurais une chose à accomplir et vous ne pourrez m'accompagner. Cali, peut tu accepter les excuses d'un pauvre homme qui ne semble pas savoir ce qui lui est bien ou non.


Elle hoche simplement la tête.
De nouvelle aventure avec de nouveaux compagnons attend l'ange du jugement.
Page 1 sur 1