AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


[RP Équipage] Il y a du courant, des récifs et du sang

Aller à la page : Précédent  1, 2
Nakajima D. Aoi
Nakajima D. Aoi
La Reine Rouge

♦ Localisation : Les Précieuses, Grand Line.
♦ Équipage : Les Ombres du Chaos.

Feuille de personnage
Dorikis: 8115
Popularité: -1070
Intégrité: -828

Mar 22 Jan 2013 - 0:09

Rappel du premier message :



Il y a du courant, des récifs et du sang



Combat acharné sur Reverse Mountain en 1624


Sur l'Inferno




Voilà que les deux navires montaient férocement sur Reverse Moutaine. La brume se formait toujours, mais on pouvait encore voir lisiblement les environs, voir que cette cascade inversée portait loin vers le ciel les équipages, telle une ascension divine. Une partie des Ombres avait abordés le Bel Espoir. Natacha, toujours à la barre, regardait du haut de son pont la bataille qui commençait à faire rage.


    ▬ Diantre, je ne peux plus rien faire pour Noun. Va falloir qu'il accepte son destin et qu'il tienne surtout le coup. L'autre équipage se pointe déjà et je n'ai même pas encore fait quelque chose de glorieux...


De l'autre côté du bâtiment des Ombres du Chaos, Muchacho trouva au bout d'un moment, un type pour le moins étrange, il semblait complètement perdu. Ne voulait pas chercher à savoir, elle défoulait alors sur cet homme. Le pauvre n'avait rien demandé à personne que la fille engagea le combat sans avertissement. Heureusement que cet individu fuyait comme un peureux. Seulement, cela était insuffisant, car la miss le ratrappa. Peu à peu, ils se conffrontaient désormais dans un environnement très dangereux, exactement où la proue était sur le point partir. Ils étaient tout près de l'arme spéciale des Ombres du Chaos, à vrai dire. Après quelques échanges, Taroa Crowley et Muchacho D. Méria se battaient sur le mât de beaupré qui suspendaient encore entre les deux vaisseaux. Quant aux canonniers, ils n'étaient plus en mesure de faire feu sur leur cible et prêtaient part au combat! Ainsi, un long et dur moment venait de se commencer pour tout le monde. Seul, Reverses Moutain mettrait un terme à ceci!


~~ Page 1 ~~

D'après les testaments de la Reine des Masques, dit Hathor.
©odage by Hathor



_________________


Dernière édition par Aoi D. Nakajima le Dim 19 Oct 2014 - 1:01, édité 6 fois
https://www.onepiece-requiem.net/t4364-la-reine-des-masques-en-attente-de-validationhttps://www.onepiece-requiem.net/t4495-les-loges-de-la-reine-des-
Jackie Un' Becky
Jackie Un' Becky

♦ Localisation : Reverse Mountain
♦ Équipage : Etrangers

Feuille de personnage
Dorikis: 2321
Popularité: 140
Intégrité: -76

Ven 5 Avr 2013 - 15:19

Les ramener à bord ? Elle perd la boule, l’autre folle, wesh. C’est pas des gars et des gates de chez nous, ces deux-là. Moi j’touche pas à ça. Et puis en fait, Boobies est trop occupée, elle fait pas gaffe. Si elle avait fait gaffe, j’aurais fait semblant de m’occuper des deux, là. Pas envie d’me ramasser un poing dans la face, moi. Mais du coup, ben rien à foutre hein. Ha !

Du coup, j’mate brièvement l’paysage. Ouais, on commence à s’approcher du bout d’ce truc décoiffant. Elle a pas tort. ‘fin, no stress frangine. J’me rapproche de Chan, parce qu’apparemment, elle a plus les deux gonzesses sur la gueule. Alors bon, on a plutôt pas mal tapé les locaux, j’me suis calmée. On peut rentrer. Ouais. J’ramasse les deux fusils qu’on avait embarqués, et j’les fous dans ses mains. Puis la radio. Ouais, j’ai la flemme de porter tous les brols. Alors bon…

Et bon, j’lui dis d’se ramener sur le Bel Espoir, qu’on s’tape un p’tit break dance sur le pont ensemble. Paraît qu’on arrive sur Grand Line. J’connais pas, mais on m’a dit qu’il y avait du blé à s’faire là-bas. Faut fêter ça. On va faire péter la teille-bou, on va s’mettre bien. Sur un bon son, pénard, à l’ancienne… J’lance d’jà la cassette.


Ouh yeah ! C’est bon, le son d’Las Camp. Ça rappelle les étés, au pied du mur, à siroter des bières en rappant avec les potos. L’temps d’l’insouciance…

Chan passe sur not’ navire en sautant les deux rambardes, et moi, j’monte sur celle du navire des enfoirés qui nous sont rentrés dedans… L’est amoché c’rade, haha. On a été bons. ‘fin, j’m’apprêtais tout juste à faire une déclaration fracassante à tous ces gus réunis, à la gonzesse au chapeau ridicule aussi, quand… Bordel. Mon casquette. C’est qu’ça souffle pas qu’un peu ! Merde quoi.

Mais j’suis vive, comme un lynx, ouais. Et mieux encore. J’suis pas n’importe qui, j’suis Jackie. Alors je saute pour chopper ma casquette, avant qu’elle soit trop loin, tu vois. Et j’l’ai… Sur le bout des doigts, j’te jure. Putain. I’aurait pas eu ce truc au bout d’ma jambe de bois, ça aurait été nickel. Zyva mec… J’étais trop fly ! Et puis nan, j’l’ai pas. Du coup, j’me ramasse la gueule. Mais forcément, ça pouvait pas aller simplement. C’bateau, il est carrément défoncé d’partout en fait. I’a toujours cette fissure dans tout l’pont principal. Et forcé mec, elle est juste sous moi quand j’me tare la gueule à terre. Ouais, du coup, j’tombe plus bas. Qu’est-c’que ça m’emmerde va… En plus, ça fait quand même mal. Nan, mais… J’ai pas mal, j’dis ça comme ça tu vois. Juste histoire que tu t’sentes pas dévalorisé. C’parc’que j’suis cool.

Quand j’me relève, j’sais pas où j’suis. Un couloir ? Ouais, ça y r’ssemble. On dirait qu’i’y a d’l’animation ici aussi, j’entends des voix ? Pas inconnues d’ailleurs. Ce s’rait pas l’deuxième gars déguisé ? Celui qu’est dégueu et tout flasque. Ouais, j’pense bien qu’c’est lui qu’j’entends. Bon, bah au moins, lui, j’sais qu’il est avec nous et qu’il doit rev’nir avec. Tant qu’à faire, c’pas con d’le r’joindre. Alors j’me dirige vers le son d’sa voix. Heureusement qu’il fait pas du rap, lui, d’ailleurs… T’imagines un rappeur déguisé en poulpe. Ha ! Trop con.

Puis bon, c’pas qu’le navire est pas géant, mais en fait, si. Donc j’le trouve bien vite, le mec. Mais par contre, quand j’ouvre la porte… C’est encore le bordel…

- Wesh man ! C’quoi qu’s’passe ici, eh ? POURQUOI J’AI D’LA FLOTTE JUSQU’A LA TAILLE, MEC ?!
Nakajima D. Aoi
Nakajima D. Aoi
La Reine Rouge

♦ Localisation : Les Précieuses, Grand Line.
♦ Équipage : Les Ombres du Chaos.

Feuille de personnage
Dorikis: 8115
Popularité: -1070
Intégrité: -828

Ven 5 Avr 2013 - 16:10



Il y a du courant, des récifs et du sang



Combat acharné sur Reverse Mountain en 1624


Sur l'Inferno


De retour sur l'Inferno. C'était l'anarchie. Limite, je ne reconnaissais plus mon cher Noun. Il n'y avait plus l'équipage et le pont était complètement dévasté. Le mât n'était plus opération là. On allait être dans la merde à peine à l'entrée de Grande Line. Je vis qu'il y avait encore du monde qui n'était des nôtres, alors je m'écriais de toutes mes forces.


    C'est quoi ce bordel??! Dégagez tous!!!


C'était invraisemblable, le chaos. J'étais paralysée par cette vision. Je traînais des bras-cassés dans cet équipage, bon sang. Encore heureux que j'avais encore Valentina, Natacha, Kusanagi, Nakano, Ukcy, etc... En parlant de ma seconde, où était-elle passée? Alors que je la cherchais du regard, une femme, ou plutôt une monstruosité tomba nez-à-nez et eut l'arrogance de m'adresser la parole avec une certaine méprise. Moi blessée? Rien à foutre!

    C'est quoi pour vous? Blessure par balle? Coupure? Rhume? On se dépêche, j'ai pas que ça faire!


Sans réfléchir, je la chopais par la taille, je me retournais pour l'éjecter sur son navire.

    Reste sur ton navire, misérable!


Il y avait la naine qui était tombée dans un trou. Je m'occuperais d'elle plus tard. Il fallait que je jarrette le sabreur torse-poile. Je soulevais alors mon haut, dévoilant alors mes seins. Aussitôt, tel une bête enragé, il abandonna son occupation et se dirigea sur moi. Je lui assénais un coup, puis, je l'envoyais dire bonjour à ses camarades en l'expulsant hors de mon bâtiment. J'appelais ensuite Natacha pour qu'elle décolle l'Inferno de l'autre épave.

Je partis ensuite dans ma cabine. Au passage, j'ordonnais à Kusa de voir s'il y avait encore des adversaires dans les cales. Je devais revoir si mes enfants allaient bien. Tout en y allant, je gueulais le nom de ma seconde. Ca n'avais pas l'air d'être abimé ici. Je criais alors que j'arrivais. Comme ça, mes gosses pouvaient m'ouvrir la porte. Une fois dans ma cabine, je les attrapais dans mes bras. Yumi était en sanglot. Visiblement, Rose était tombée à l'eau. Ma chambre avait beaucoup souffert. Je n'imaginais pas toutes les réparations à faire. Heureusement qu'on avait Porco et Ulcky pour ca. Je leur indiquais alors que c'était presque terminé et qu'on allait enfin repartir pour de bon. J'espérais enfin qu'il n'y avait plus d'ennemis à mort. Sinon, tant pis pour eux.

~~ Page 1 ~~


D'après les testaments de la Reine des Masques, dit Hathor.
©odage by Hathor



_________________
https://www.onepiece-requiem.net/t4364-la-reine-des-masques-en-attente-de-validationhttps://www.onepiece-requiem.net/t4495-les-loges-de-la-reine-des-
Ulcky Yuan
Ulcky Yuan

♦ Équipage : Les Ombres du Chaos

Feuille de personnage
Dorikis: 3372
Popularité: -225
Intégrité: -170

Ven 12 Avr 2013 - 12:06

****

Outch…

Ulcky : C’est quoi ce bordel !

Yuan : La petite n’as rien ?

Ulcky : J’en sais quoi moi ? T’as vu le poids qu’on a sur la trogne ?

Yuan : Elle ne parait pas la gamine, mais elle fait son pesant de graisse !

Ulcky : Euh… Non en fait ils sont deux…

****


Nous avions subi le contre coup de pas mal de choses. Déjà le coup de notre inconnu blond, plus notre coup de pied dans ce boulet tout chaud et tout lourd… Faut dire que j’avais eu quand même pas mal de chance de ne pas m’être cassé le cheville ou même foulé. Une légère douleur désagréable, mais rien de grave… Enfin j’espérais. Et puis n’oublions pas le stress sur l’inconnu envers mes amis. Si ça se trouve ils étaient tous mort ! Ou tous en train de se barrer sans moi ! Ou …?

****

Ulcky : Yuan ! Ta gueule !

****

Bon, là je devais me sortir de ce merdier. La première demi-portion se leva pour que je puisse enfin me dégager. Quand j’ai eu enfin la possibilité de poursuivre ma course, v’la que notre médecin inconnu testostéronisé me planta un thermo dans la bouche, mais avec la moitié de sa main ! Genre, impossible de gueuler, de l’engueuler ou de dégueuler. Et puis cette tige là, elle était passée par où ? Par quoi ? C’est clair que reverse ou non, combat épique à mort ou non, le plus important c’était d’être sûr que ce thermomètre n’avait pas un goût de cul… Ça tue une réputation ce genre de truc. Quand enfin la torture fût finie j’ai laissé éclater une toux de soulagement. Oui ! Je n’avais pas succombé à la pression ! Aucun mot n’était sorti ! En même temps… Mais la bougre d’infirmière n’oubliait pas d’où elle venait et elle ordonna à son acolyte de nous emmener dans leur navire… Nan mais genre, elle décide pour les autres…

****

Ulcky : Nous allons lui faire « la chose ».

Yuan : Quoi ??? Tu veux en arriver là ?

Ulcky : Nous n’avons plus le choix je crois…

Yuan : Même pour moi tu sais c’est…

Ulcky : Je gère…

****

Et là ni une ni deux j’ai mis mes doigts en Shifumi ciseau pour me les planter dans les yeux et laisser couler un flot de larme aussi douloureux que désespéré. Visage d’ange, tel un enfant qui ne veux pas se faire engueuler et comble de l’histoire, la jeune personne a l’allure étrange s’en vas sans demander son reste… Bref, c’est moi qui est gagné !

Les fracas du bateau m’inquiétais de plus en plus, il semblait que notre arrivé sur la route de tous les périls allait arriver et que nous nous détachions du bateau adverse. Ceci était plus une mauvaise nouvelle qu’autre chose… Bah oui, cela voulait surtout dire que les dégâts étaient tellement importants que nos accroches n’accrochaient plus justement… J’ai avancé aussi vite que possible vers la cale et pour cela rien de plus rapide que les trous ! Il y en avait partout donc bon… Arrivé plus bas, c’était pire que ce que j’imaginais. L’eau rentrait plus vite qu’elle ne sortait, car oui, avec un courant aussi fort, l’eau s’écoulait comme une rivière dans notre navire. Mais le bateau prenait petit à petit la direction des abîmes rocheux… Pour ne pas arranger les choses, Naka était aux prises avec un mollusque !!! Il semblait y avoir d’autres inconnu, mais vu l’état du bateau… Ils allaient partir c’est sûr ! Et dans un coin, mon petit Porco allongé comme si de rien n’était en train de faire grossir et rétrécir sa bulle qui avait la capacité de ne pas éclater.

BIM !

Et là ça éclate c’est sûr ! Il se réveille en beuglant comme à son habitude et on commence à s’insulter copieux. Et puis après cette interlude, on commençait à se rappeler de la situation et comme nous nous savions vivant… On s’est atteler à la tâche.

Ulcky : Aller le vieux, on se met en position de réparation extrême ?

Porco : GRrr… Moui, mais le bois à pris l’eau… Ça ne va pas tenir des siècles… Et les clous ?

Ulcky : Bah on utilise ceux déjà planté dans les planches qui flottent.

Porco : Bon on commence par le nez pour que l’eau s’échappe avec le courant.

Ulcky : On doit faire vite le vieux… Je crois que la survie de l’équipage repose sur nous…

Porco : Position !!!!!!!!


Nous nous sommes mis avec des gestes étranges comme si on était des guerriers de l’espace aux cheveux jaunes qui augmentait leurs forces en fusionnant en se touchant le bout des doigts… Mais après ça, Porco sauta sur mes épaules et la fusion n’avait que pour but de travailler à deux à la verticale… On a tenu dix secondes de mémoire… En même temps un gros cochon sur un gringalet comme moi qui avait les cotes en vrac… Et pour lui un saut sec et rapide après avec été fouetté par un poulpe… On s’est donc écroulé au sol… Limite la noyade !

Porco : Plan B gamin !

Le plan B c’est comme d’habitude, on court partout et on répare à la va vite du mieux que l’on peut afin de limiter les fuites. Une vraie menuiserie la cale ! La poussière arrivait à voler dans l’atmosphère et cela nous avait donné des idées de colmatages extrêmes. L’atelier ne Naka était en vrac mais ses bidons d’huiles étaient encore fermé. On a donc utilisé sa réserve en la mélangeant à cette poussière que nous fabriquions par découpe des morceaux inutilisables. Ca faisait une pate étrangement collante… On la lançait comme des gamins contre les parois afin de fignoler notre travail… Mais combien de temps cela allait-il tenir ? Même si l’eau n’était presque plus présente, le bateau gardait sa fragilité et on ne pouvait pas souffler… De temps à autre les fuites réapparaissaient nous devions recommencer jusqu'à la fin de reverse…


Dernière édition par Ulcky Yuan le Ven 3 Mai 2013 - 19:57, édité 1 fois
https://www.onepiece-requiem.net/t5567-ulcky-yuanhttps://www.onepiece-requiem.net/t5632-ulcky-yuan#67959
Jackie Un' Becky
Jackie Un' Becky

♦ Localisation : Reverse Mountain
♦ Équipage : Etrangers

Feuille de personnage
Dorikis: 2321
Popularité: 140
Intégrité: -76

Mar 23 Avr 2013 - 21:40

Stop.

Nan mais sérieux, les gars. A peine j’arrive, y’a l’mec déguisé en poulpe qui s’apprêtait à m’répondre, à m’expliquer c’quoi c’bins. Puis nan, y’a l’gars que j’ai assommé sur le pont qui débarque par le plafond. Puis qui fait sa loi. ‘fin, il fait genre qu’avec son pote que j’avais même pas remarqué et qu’a une sale gueule… Mais vraiment… Ben à eux deux, i’croient pouvoir r’boucher les trous. Pour le coup, i’m’font penser à un gars du quartier. Un vieux pochtron. Il bossait pour la ville, et c’était l’seul qu’osait s’ramener chez nous. I’r’bouchait les trous dans les routes. P’is il disait à tout l’monde, ‘vec son air de bourré : « Eh… Là où y’avait des trouus… C’est r’bouchééé. ». Avec un vieux sourire niais. Ouais, ces deux gars m’font penser à Michel.

Et puis, j’me rends compte que i’a l’autre nain qui m’avait vomi dessus… Lui aussi est là. Sceptique. Comme la fosse. Ha ! Elle est bien bonne celle-là, nan ? Si hein ! T’es juste trop pas in pour comprendre.

Bref, il a essayé, l’con, d’réparer. Dans une position improbable avec son pote. Eux aussi i’sont pas vraiment in avec leurs moves. Et à peine i’pensaient avoir réparé que leur truc a lâché. Après trois fois, j’commençais à en avoir ras-la-casquette que l’eau réhenvahisse tout. I’a un moment où faut qu’i’s’rendent compte qu’i’sont pas à la hauteur les gars. Alors i’a un moment où on l’regarde terminer sa réparation. Encore une fois. Alors j’m’approche.

- Eh mec… T’as pas compris que ça allait pas t’nir ? C’est moi qui t’ai grillé les noreunes tout à l’heure ? Hein ?! Neurones, ouais. C’est c’que j’ai dit… Eh, r’garde, tu vas voir que ça va pas encore tenir.

J’m’approche un peu plus prêt. Il va voir comme ça tient pas. Woooooh, j’pars en départ trax et j’me lance en tournant les jambes écartées en tournant sur mes mains. Ca fait des chocs. Pas beaucoup avant que ça craque. Par contre, j’ai pas trop vu où j’frappais, mais j’me demande si c’était bien dans l’boulot d’l’autre naze. Pas sûr. Par contre, j’pense que ça a lâché. Parce que là… J’me dis que c’était pas spécialement la meilleure idée. Woh mec, j’sais nager, j’te jure… Un peu. Mais là, c’est pas un petit flot d’eau qui m’balaie comme une brindille. J’crois bien qu’i’y’a un gros bout d’la coque qu’a té-écla.

L’truc, c’est qu’j’aime bien les sensations, et là, y’a tout qui tourbillonne dans tous les sens dans la cabine sous la force des courants… Ouais, maintenant qu’j’vois ça, j’me dis que j’y suis allée un peu fort. Ha ! Y’a tout l’monde qui tourbillonne. L’gars déguisé en poulpe un peu moins, on dirait. Il a l’air de gérer. Par contre, Jev, moustache-man, le porc et le con… I’a plus personne pour gérer quoi qu’ce soit. ‘fin, j’suis en freestyle contrôlé tu vois, mais c’est du freestyle quand même. J’prends des poses dans la flotte avant de…

Avant d’être dans plus de flotte. C’est trouble. On voit pas très loin dans cette eau. J’me retourne. Ou plutôt, l’courant m’retourne, et j’aperçois vaguement une coque avec un trou… Et un gars qui en est éjecté. Jev’ ? J’sais pas bien. Mais mec… D’OÙ ILS ONT UNE CALE SI GRANDE LES ENNEMIS ? Et d’où on s’retrouve dedans, j’me disais qu’si on d’vait s’barrer avec le courant, ce s’rait dehors, mais on dirait qu’on a percé un gros trou dans les murs à l’intérieur du bateau. Aw maaan ! C’est dément !

L’courant continue d’me balayer, j’ai l’impression d’aller vraiment super vite. C’est dingue. Mais j’commence à manquer d’air, là. ‘faudrait r’monter vers le haut, l’air est toujours en haut… C’est où le haut ? J’sais pas… Et pourquoi, accrochée à ma jambe de bois, i’a une foutue étoile de mer ? C'est la de-mer !
Monster
Monster
Dr.Octopus

♦ Équipage : Etrangers

Feuille de personnage
Dorikis: 2572
Popularité: -168
Intégrité: -84

Sam 27 Avr 2013 - 22:26

-Après tout vous êtes une race bien supérieur à la notre et pourtant vous êtes obligés de vivre dans des conditions déplorables et êtes réduits à l'état de bête de foires par des hommes peureux.

Monster vira instantanément du bleu au violet foncé. Qu'un humain défende ainsi les Hommes-Poissons le révulsait plus que jamais. A tel point qu'il eu même un instant un doute sur la race à laquelle il appartenait. Mais l'absence de branchie et la présence de cette si belle moustache ne laissait aucun doute. IL ne s'agissait que d'un idiot d'humain qui trahissait sa race... Quel gâchis.

Il détestait tuer les humains. Vraiment. Tant qu'il pouvait éviter, il le faisait. Les rares exceptions n'intervenaient que quand la mort était obligatoire pour faire avancer ses ambitions. Or, un humain défendant les Hommes-Poissons était une interférence dans sa quête, puisqu'il avait l'intention de rendre la race tellement détestable qu'elle serait anéantie par les humains.

L'homme-moustache, apparemment déjà assez amoché, allait donc mourir. Et il n'y aurait aucun regret à avoir. Il serait facile de faire jouer sa force naturelle d'Homme-Pieuvre pour enrouler un tentacule autour de sa gorge pour le laisser agoniser lentement. Il allait comprendre l'erreur qu'il avait fait en regardant dans les yeux cette race qu'il trouvait si supérieur à la sienne au moment de fermer les yeux pour la dernière fois.


- Wesh man ! C’quoi qu’s’passe ici, eh ? POURQUOI J’AI D’LA FLOTTE JUSQU’A LA TAILLE, MEC ?!

La voix de Jackie atteignit ses oreilles mais pas son esprit. Tout son être était dirigé vers le mécanicien poilu, si bien qu'il nota à peine la présence à ses côtés de sa camarade de petite taille. De la même façon il ne nota pas l'arrivée d'un autre mec -Celui qui avait faillit lui tomber dessus du haut de son mat, au début de la bataille- et du réveil de Porco. Il était tout simplement en train d'essayer de se contenir pour ne pas faire un carnage. Seulement le tuer... Pas le dépecer... Pas le temps...

Du coup, il ne fit pas non plus attention à Jackie quand elle en eut marre d'attendre une réponse et qu'elle fracassa le bois de la coque à l'endroit qu'il avait lui-même abîmé pour pénétrer dans le navire. L'eau s'engouffra alors en trombe dans la cale, balayant tous les humains présents. Porco et son ami furent repoussés dans les escaliers, apparemment sans dommage, et s'apprêtait à repartir à l'assaut des réparations. L'homme-moustache, lui, fut aussi emporté plus loin, hors de portée de ses tentacules. Qu'à cela ne tienne, en tant qu'Homme-Poulpe il avait à peine vacillé quand le courant d'eau l'avait frappé à la taille. Ses ventouses bien accrochées au sol l'empêchait de perdre véritablement l'équilibre. Il n'avait qu'à se déplacer pour atteindre sa cible et s'en emparer. Un jeu d'enfant.

C'est à cet instant qu'il vit Jackie disparaître. C'est quand il la vit être complètement engloutie qu'il reprit le contrôle de sa personne. C'est à ce moment qu'il se rappela qu'avant de penser à tuer des gens, il fallait protéger les membres humains de son équipage. C'est à ce moment que sa haine fut complètement remplacée par son inquiétude pour Jackie.

Elle venait de passer par le trou qu'elle avait elle même ouvert. A cette heure, elle était donc ballottée par les flots meurtriers de Reverse ! Et sans branchies !

Où était Jevta ? Il était là la minute précédente, et il ne le voyait plus. Vu son état, lui aussi avait de grandes chances de s'être fait emporter. Jetant un dernier œil à son adversaire, il tâcha d'enregistrer à jamais son visage. Les circonstances actuelles l'obligeaient à fuir, mais il ne manquerait pas de l'écorcher vif la prochaine fois qu'il le verrait sur les mers. Puis il se retourna et plongea à la poursuite de ses deux coéquipiers.

Fort heureusement, le courant était moins fort que précédemment. Il n'en avait pas conscience à cet instant, mais ils arrivaient en bas de la montagne et l'influence de la mer calme à quelques mètres stabilisait la violence de l'eau. Si bien que dans les remous toujours trop puissants pour des humains, il repéra vite Jevta et Jackie, malmenés comme des poupées de chiffons. Il attrapa la cheville de l'un, enserra son tentacule autour de la taille de l'autre, et entreprit de les raccompagner jusqu'à la surface.

Après avoir contrôlé qu'ils avaient tous les deux pris un bon bol d'air, il essaya de se stabiliser dans les remous. Là bas, au loin, il voyait le Cap des Jumeaux. Et encore un peu avant, les deux navires, amochés, mais encore bien à flot, qui se stabilisaient alors que la pente se faisait moins forte. Bientôt leur allure ralentirait et il serait capable de les rattraper à la nage. Il fallait qu'il rejoigne le Bel espoir. Il y avait certainement des blessés à soigner, et il ne savait pas si Adrienne pourrait se charger de tous. En outre, il avait lui-même besoin de soin, et Jevta et Jackie probablement aussi. Alors doucement, il se mit en route, sans prendre attention au bébé Soleil de Mer accroché à la jambe de bois de la naine. Sans doute la poche d’œufs que devait transporter la femelle du couple qu'il avait affronté avait été percée lorsque il avait planté un pieu de bois dans son corps...

Ça ferait toujours ça à grignoter après cette éprouvante épreuve de Reverse Mountain...
https://www.onepiece-requiem.net/t4261-doc-monster
Nakano
Nakano

♦ Localisation : Whiskey Peaks

Feuille de personnage
Dorikis: 2680
Popularité: -162
Intégrité: -145

Sam 27 Avr 2013 - 23:53

L'homme poulpe ne pipa mot, pourtant Nakano pu sentir que sa petite déclaration n'avait point eu l'effet escompté.

Au contraire même, une frayeur parcourut l'échine du petit homme, un frisson dansa sur chaque parcelle de sa peau, jamais au cours de son existence il n'avait autant ressenti le fait d'être d'une taille minuscule !

Autour de lui, plus rien n'avait d'importance, les murs, les objets ainsi que les autres êtres vivants semblaient fuir le petit mécano, comme un corps agonisant et néfaste pour n'importe quel entités encore pleine de vie. Ce sentiment ne dura que quelques secondes avant que Nakano ne parvint à se ressaisir. La colère de l'homme poisson bien que palpable n'allait pas paralyser définitivement ce brave petit combattant moustachu, il avait perdu l'illusion d'être éternel depuis fort longtemps maintenant.


L'affreuse naine de tout à l'heure s'était pointée à son tour, mais pour l'coup, son manque de discernement s'avère être une véritable aubaine pour le mécano des ombres. En effet, dire comme ça que détruire les parois d'une cale est une bénédiction, ça peut paraître loufoque. Mais à court terme, quand ça met un homme poisson en déroute, franchement, vous le vivez bien. Bon, à moins court terme,l'autre soucis c'est la noyade. Une situation qui peut paraitre quelque peu catastrophique n'est ce pas ? Seulement voilà, la cale des ombres est désormais vidé de ses adversaires, et il ne reste guère plus que de charmants et virils hommes dont les talents manuels ne sont plus à décrire mesdames. Par contre s'agirait d'agir fissa messieurs! Le navire perd de la vitesse, on peut le sentir, mais si l'eau continue de remplir la cale, les ombres nourriront gaiement les poissons, à l'entré même de Grand Line.

"Ouhhh ouhhhh, c'est une situation plutôt complexe mes braves, on va devoir mettre la main à la pâte. Je m'occupe de mettre Emoote en sécurité puis j'suis vos instructions mes bons charpentiers."

Effectivement, le petit Tanuki de compagnie du mécano se trouvait bien mal d'être inconscient, aussi rapidement qu'il le pu, Nakano le tira d'affaire, avant de le jeter de toutes ses forces vers un des nombreux trous faisant la jonction entre la cale et le pont. Surement les combattants encore présents sur le pont pourront s'amuser à la vision de cet espèce de raton laveur volant et inconscient. Visiblement revigorer par cette confrontation évité, le moustachu déchira son haut avant de rejoindre les deux gusses qui avaient commencés à braver ces flots dangereux pour colmater les brèches
https://www.onepiece-requiem.net/t5464-nakano#66223https://www.onepiece-requiem.net/t5535-nakano#67027
Contenu sponsorisé



Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2