Les Infiltrés


Quel putain d'bled, c't'île !

J'te jure, i'a qued ici. Des arbres comme j'en jamais vu et c'est tout. Même à Troop Erdu, i'avait pas masses d'arbres, ou alors des moches, comme tout c'qui vivait là-bas. Ici, c'est plus beau, ouais, mais j'crois bien qu'c'est encore plus paumé. Ca fait bien une d'mi-heure qu'on tourne en rond avec Chan. L'abus. On s'fait de plus en plus ier-ch. Heureusement qu'on a pris la radio. Gros son et tout, tu vois. Mais c'est limite si i'a assez d'place pour s'arrêter deux minutes et kiffer un son en dansant.

Alors on continue de palabrer, se balader
Et à la recherche du blé, on s'tient parées


Et enfin on trouve un grand espace. Mais bordel, cette pluie transforme tel'ment l'sol en boue. Encore une fois, ça m'fait trop trop penser à Troop. Exception qu'i'y a pas les bouseux qui s'traînent dans la fange. Alors on s'dit qu'on peut bien faire une pause et tâter si l'terrain permet quand même d'poser quelques freezes et quelques power moves, mais dès qu'on entame le top rock, on s'rend bien compte que ça va pas être gérable. Sol de merde. T'as beau être au top de l'art, quand les conditions sont pas réunies, tu peux rien. C'est la lose. Alors j'reprends la radio, et on reprend la route, à la recherche de la boule de feu qui est tombée du ciel.

Ca m'rassure qu'ça ait pas foutu l'feu à la forêt. Pas que j'aie peur du feu, hein. Mais voilà quoi. Nan, j'ai pas peur du feu. Et puis bon, on continue d'avancer, au pif. Parce qu'on est trop balèze, et qu'on va forcément y arriver au truc. C'est l'destin des grands d'tomber sur les sources d'richesse. Et vue que j'suis une grande de c'monde… C'est quoi c'regard qu'tu m'jettes, mec. Mmmmh… Wesh, si t'arrêtes pas d'penser ça cash, t'vas r'cevoir mon maillet dans les roustons, mec. J'suis une grande de c'monde, zyva quoi.

D'ailleurs, quand j'te disais qu'on finirait bien par tomber d'sus. C'est juste là, mec ! Trop forte la Jackie, hein ?! Susu ! Et au final…

Bah ça ressemble à rien. Un gros rocher fumant, explosé en plusieurs gros morceaux, au centre d'un cratère. Et l'truc est creux, comme un coffre au trésor. Ha ! Les pépètes, c'pour qui les pépètes ? Hein ?

Er…

Heyyy maaaan… C'quoi c'te daube. Ca r'semble à… des légumes ? T'es sérieux ? Attends… Nan, en fait. C'est clair qu'c'est pas une arme, mais… Si ce sont des légumes v'nus d'l'espace… CA VA VALOIR UN PAQUET D'POGNON ! Ow yeah. Chan est d'accord avec mon analyse. Toi aussi. Tout l'monde est forcément d'accord. Alors on embarque tous les légumes. Une dizaine, qu'il y en a. A nous la fortune, à nous l'pouvoir !

Maint'nant, reste qu'à retrouver les autres trucs tombés du ciel. Mais d'abord, faut qu'on pose ça au navire. On pourra pas porté indéfiniment plein d'légumes. Et faudrait pas qu'i'pourissent, ces trucs. J'sais pas comment on conserv' ça, mais c'est sûr'ment pas en les laissant sous la flotte.


- Ouais, c'par où l'teau-ba ? Hein grosse ?


Mais Chan a pas d'idée non plus. Alors on continue à faire confiance en l'destin, l'truc qui va m'mener au sommet. Ca va pas soudain'ment m'lâcher.

Alors, on y va…

Puis, j'sais pas trop par quel instinct, j'me r'tourne, tu vois, genre pour voir où est Chan.

Et elle est plus là.

Merde quoi ! Qu'est-c'qu'elle a foutu ? Avec le son à fond, j'l'ai pas entendue s'casser. Alors j'gueule, j'l'appelle. Shit, maaan… J'sens mal c'coup-là. Et toi, tu l'sens comment ?

Si les keums foutent l'seum, tentent d'nous séparer,
On les défonc'ra, on s'laiss'ra pas suriner.

    Ils étaient pas bavards pour un rond, mes clones, ils suivaient tranquillement, sans réagir. Nous avancions en formation de V, moi devant pour changer, au milieu de cette saloperie de forêt pleine de truc inhabituel. Même pas dix minutes qu'on était rentré là dedans qu'on c'était fait agresser par un mec tout chelou. L'homme ressemblait à s'y méprendre avec un mort vivant. Mais les morts vivants ça existent pas. Enfin celui là n'existait plus. L'pauvre zombie c'était pris quatre Zegaï dans la tête. J'ai pas tout suivi mais mes gars on l'air d'attaquer tout ce que j'attaque, pas moyen de pisser tout seul non plus, et pour le coup le cadavre qu'a voulu se relever de sa tombe s'est fait taillé en rondelle. J'suis sûr qu'il maudit le jour où il est devenu vivant en plus d'être mort. En tout cas, j'étais bien content de pas à avoir à expliquer à James ce qu'était un mort-vivant. Un truc à choper une syncope.

    " Hey les gars, vous pourriez faire un effort. Si en plus de défoncer les gens à ma place vous m'parlez pas, j'sens que notre relation va battre de l'aile rapidement. "

    Bah évidement, j'parle dans l'vide. Alors j'hausse les épaules et j'continue mon bonhomme de chemin. J'ai l'impression d'marcher au même endroit depuis des heures, comme sur un sol qui roulerait dans l'sens opposé d'ma marche... En plus d'être sport, c'est chiant. Le principal c'est que j'ai pu éviter de m'cogner contre quoi que ce soit et du coup, rester en quatre exemplaires. J'veux pas savoir ce qu'il m'arriverait divisé en dix moi... La taille d'un schtroumpf, un truc à se faire piétiner ! Ah bah putain ! En parlant de schtroumpf.

    " Mais qu'est-ce que tu fous là toi ? "

    * Moi ? Bah rien, c'est toi qu'a rien à foutre là. *

    " Toujours aussi sympa. "

    * Toujours aussi con. *


    Et c'est à ce moment que j'ai eu un pressentiment, enfin c'est surtout en remarquant que Mélody se foutait carrément d'ma gueule que j'me suis dit que quelque chose buguait. Quand j'suis parti elle était en train de pioncer dans notre cabine et j'la retrouve là tranquille, à arriver avant moi alors que ça fait une heure que j'me casse les burnes à trouver mon chemin. Décidément y'a qu'en terrain ouvert que j'arrive à me retrouver.

    " Tu sais où on est ? "

    * Y'a que toi qui sait pas Zeg...*

    " Ah mais arrête de me les briser et dis moi une bonne fois pour toute ce qui s'passe ! "

    * PUTAIN TU FAIS EXPRÈS ON EST AU CAMPEMENT !! *


    J'entend un grillon combler le silence qui vient de s'installer. Ou est-ce qu'il s'foutait d'moi lui aussi ? Pas possible... J'fais quelque pas, j'écarte deux trois fourrés et... merde.

    " Je tourne en rond depuis une heure !! "

    J'tourne le regard, j'vois ma maman poule s'rouler par terre, morte de rire. J'le tourne un peu plus et j'vois mes clones toujours impassibles. C'est bien. On se serait retrouvé à cinq si j'devais en coller une à un d'eux. Mais j'ai pas le temps pour ça, j'entend du bruit, j'détecte du mouvement. C'est définitif, on est pas seul ! 

    Grosse ? Qui est grosse ? 

    " Ca vient d'là bas ! Go ! "

    * Mais on sait pas ce que c'est ! *

    " On s'en bat les couilles j'suis quatre ! "

    Sans attendre l'aval de Mélo, j'pars comme une flèche en direction de la voix, sans m'inquiéter de ce que je trouverai au bout et du chemin à prendre pour le retour. P'tain de boue, j'aurai du mettre mes bottes et pas mes tongues, j'en ai plein les chaussettes. Idée ! 
    Quelques secondes plus tard me voilà chevauchant un des minis Zeg' qui m'collait au bask. Ils étaient pratiques en fait ces cons. C'était mieux qu'un poney ! Mieux qu'un cheval ! Mieux qu'un canard à six pattes des marais tropicaux ! Là ! Des silhouettes ! Ma monture saute par dessus un tronc d'arbre me faisant me retrouver entre un groupe d'une dizaine de gosse, armés d'arc et de flèches, et une gonzesse. Mon clone se cabra et je lâchai un "YIIHAAA" devant la foule sous le choc. 

    " Des gosses ? Putain ! Me suis encore déplacé pour rien. 

    - Hey les copains ! Des nouveaux !

    - Woah, c'est des quadruplés ! 

    - Hein ?! "

    Ah ouai, juste... Avec ces conneries de légume spatial et de division, j'ai perdu en taille. En fait j'étais carrément pas plus grand que le plus grand des enfants présents. Fichtre ! 

    " C'est bien ça les amis ! Nous sommes les frères Z ! Les célèbres chasseurs de primes ! 

    - Woaaahh trop classe les types ! 

    - T'es venu nous aider hein dit ?!

    - Aider à quoi ?

    - La madame là, c'est une adulte, il faut la mener à la Reine.

    - Euh... Ouai... Ouai... Ouai... "

    J'descend d'mon cheval et m'approche de la dite adulte. Une p'tite rouquine portant un haut vert, dont la capuche recouvrait sa tête, et ayant l'air d'une perdue finie. En temps normal je la dépasserai d'un bon mètre mais là, j'y arrivai en face d'la poitrine... Je sens que ma nouvelle taille allait me plaire. 

    " Je dois m'entretenir avec mes frères, si elle se trouve être primé elle est pour nous ok ? 

    - Qwah ? 

    - Si c'est une criminelle, je m'en occupe.

    - Si c'est une criminelle, on l'emmène à la reine, mort au adulte ! 

    - S'toi le chef de la bande ?

    - Ouai ! 

    SBAAAFFF

    - C'est moi maintenant. Et on réquisitionne la meuf ! Hein les frangins ?! Bwahahahah ! "

    S'ensuivit un énorme blanc... Leur demander de lâcher un "ouai" devait être de trop. Quel bande de con ces clones. Mais comme rien ne doit jamais aller comme on le prévoit, un "dropkick" se fit entendre de derrière les buissons et deux minis pieds vinrent s'écraser sur ma joue, m'envoyant bouler dans l'décor. C'est moins violent une fée quand on fait 2m07... 

    * Bordel c'est des gosses ! Tu vas pas leur mettre des mandales ! *

    " Et moi j'suis un vieux d'soixante pige ?! "

    Dis-je en sortant des fourrés tout en époussetant mes vêtements, un nouveau Zegaï à mes côtés et quelques centimètre en moins. Tout le monde en fût choqué.

    " AAAHH  IL SE MULTIPLIE !! FUYONS !!! 

    - Ouai cassez vous ! " rajoutai-je en leur lançant d'la caillasse.

    Mélo me matait désespérée mais moi, j'étais pas du genre à me laisser emmerder par des niards et leurs fléchettes en caoutchouc. Enfin on était entre adulte. J'dévisage la bonne femme, avec mes cinq paires d'yeux, et lui balance:

    " T'es paumée ? Rien de cassée ? T'sais les gosses, des fois, faut leur mettre une branler pour qu'ils comprennent la vie. "
    • https://www.onepiece-requiem.net/t5589-scan-sur-zegai-makiavel#95
    • https://www.onepiece-requiem.net/t5523-zegai-makiavel-le-ronin-a-la-fleur-de-cerisier

    Fait ier-ch. Qu'est-c'qu'elle a foutu, la frangine ? J'ai bien cherché dans l'coin, mais elle est pas en train d'pisser derrière une gère-fou. Elle est pas dans l'coin tout court, d'ailleurs. Et puis, j'sais toujours pas où j'suis. Tant qu'on était deux, c'était cool. Mais là, j'sens que ça va pas être trop gue-din la r'cherche de trésors ultra-spatiaux, tu vois. Et puis, c'est la frangine quoi, on s'laisse pas tomber. C'est comme ça qu'on fonctionne, ouais.

    Bref, faut qu'j'la r'trouve.

    Alors j'me mets en quête, j'avance tout droit. Mais i'a que des arbres en fait. J'peux bien y aller, i'a qued ici. D'temps en temps, j'ai l'impression qu'j'entends des trucs. Mais quand j'me r'tourne, c'est toujours juste une bestiole comme on en voit pas dans l'tier-quar. Des chats pas nets et trop gros, des machins gros et moches avec des gros nez et des grosses dents, des piafs qui r'semblent pas à des pigeons et qui sont plus gros… Ouais, ça fait que des trucs gros. I'a aussi des trucs petits. Mais c'est moins classe. Et ça fait moins d'bruit, donc j'suppose que j'en repère moins, tu vois. Spirit of the déduction, haha. Trop forte la Jackie.

    Puis ça vient d'un coup. J'marche tranquille, toujours tout droit vers l'destin, la tête haute, quand i'a une corde qui vient m'chopper l'maillet d'la jambe de bois. Zyva quoi. J'suis la tête en bas, c'est relou. Ma casquette est tombée en plus.


    - Wesh ! C'quoi c'te merde ! Tu m'cherches, hein, hein ?! Montre-oit, mec, que j't'envoie mon maillet dans tes boules précieuses !


    J'aurais bien maqué dans la corde avec ma radio. Elle est solide. Mais j'l'ai lâchée. Et j'ai laissé mes armes sur l'bateau. J'pensais juste récupérer l'pactole, pas m'retrouver à c'qu'on m'cherche l'embrouille. Et c'est Chan qui a la lame qu'on avait pris au cas où… Du coup, rien à faire d'spécial. Rien à faire, ouais. Alors j'écoute le son craché par ma radio.


    Oh ouais, mais c'est pas qu'un p'tit bordel qu'vais foutr' ! L'son m'entraîne, j'commence à enchaîner les moves. Parce que même la tête en bas, 'faut garder le staïle. Ca, j'l'ai bien compris depuis que les autres voyagent avec moi. Dans le hip-hop est la solution.

    J'me décroche.

    Un truc tombe sur ma tête.

    Ouais, la masse au bout d'ma jambe de bois s'est détachée, plus rien ne retenait la corde de glisser sur le bois. Facile pour Jackie. Ouais, aussi. Et dans ma chute, j'ai vu brièv'ment un truc bouger dans un arbre pas loin. Un truc qui r'ssemblait pas à un animal. J'ai pas bien vu, mais là, tu vois, c'est l'flair d'la rue. Dans mon monde, tu sais qu'les gens t'guettent. Au moindre faux pas, i't'plante. C'est comme ça qu'ça s'passe. Et ça, peu d'gens l'savent.

    Personne peut nous arrêter, c'est comme ça
    Portées par not' staïle, on avance fissa


    Du coup, j'mate en haut, dans l'arbre que j'ai r'péré. Œil de lynx, c'comme ça qu'on m'app'lait parfois dans l'tier-quar. C'tait avant qu'je perde un œil, mais ça a rien changé. Ouais, mec, j'mitonne qued. C'est la pure vérité ! Mais là, j'avoue j'vois rien. Nada. Alors j'tente de monter. I'a branche basse, heureus'ment. Mais là, j'ai pas l'temps d'vraiment monter qu'ça bouge très vite au-d'sus. J'lâche la branche, j'remate, j'écoute. Ca bouge d'arbre en arbre ! Susuuu. J'vais les péter, j'vais tous les péter !


    - Ouaiiis, vas-y détalle, et vite parc'que j'suis d'jà derrière toi !


    Alors pour pas trahir ma parole, parc'que j'suis comme ça, j'dis pas des trucs en l'air, j'choppe la radio, j'enfonce à donf ma jambe de bois dans la masse-amillet, puis j'commence à courir sur un nouveau gros son. Avec classe, ouais, comme d'hab. Mais c'con d'truc va vite. Au sol, c'est chaud d'aller vite, c'est la jungle. Alors que l'autre… J'sais pas, on dirait qu'les arbres sont comme des toits d'immeubles, pour lui. J'me fais lâcher. Bordel.

    Mais j'lâche pas l'affaire. J'continue d'courir vers où i's'dirigeait. J'continue pendant bien… Oufti… Trois minutes au moins, i'a un morceau qui passe. J'ai dû faire au moins cinq kilomètres, un truc de ouf. Quand…

    SBAF !

    Putain d'jambe de bois. Sans doute qu'une racine passait par là…

    Mais quand j'me r'lève… I'a plein d'gosses autour d'moi. Et i'pointent sur moi… Des épées en plastoc, des bouts de bois, des pistolets à eau…


    - HAHAHAHAHA ! Wesh les cousins ! Pas mal vos armes, mais si vous voulez, j'en ai des mieux à vous filer. Si vous m'dites où i'a des trésors dans l'coin, wesh. Z'aimez faire du biiz ?


    Et quand viendra la négoc, celle qui f'ra d'nous des Reines
    On s'en foutra si c'est des gosses, on l'f'ra sans peine

      Elle m'a expliquée, la donzelle, qu'elle était accompagnée de sa "reus" et qu'elles c'était paumé d'vue. Mon instinct me dictait ce qu'il me dictait toujours sous l'effet de l'alcool, mets y des claques pour la faire parler Zeg ! Mais j'ai appris que y'avait une chose plus forte que mon instinct dans s'monde... Y'a Melody. La fée ne pouvait s'empêcher de prendre le partie d'une femme, solidarité féminine j'pense, alors que moi j'm'en tape du sexe... C'est pas parce que t'es un mec que j'vais te soutenir.
      M'enfin bon, j'marchais en compagnie de mes quatre clones, de Mel et d'la perdue Chan. J'sais pas comment j'arrive à me retrouver dans des histoires pareil.


      " T'sais là, les légumes spatiaux que vous avez récup' toi et ta... reus... J'pense pas que ça soit une bonne idée d'les vendre. Genre c'est à cause d'une de ces merdes que j'me divise quand on m'tape ! J'ai même un membre d'équipage qui s'est retrouvé aussi mou que le cerveau de James ! Enfin, tu connais pas. Tu peux pas comprendre. "

      La pirate, qui bien sur ne me l'avait pas dit, sûrement la peur que j'la fume en m'sachant chasseur de tête, écoutait, répondait de temps à autre. Grace à Melo j'ai réussi à apprendre qu'elle était venue avec un équipage aussi. Les étrangers... avec un mec blond et une cicatrice ? Serait-ce ? Alors il a réussit ! Hé'hé je savais qu'on aurait pas la peau de Rydd Steiner si facilement ! Hein ?! D'la musique ?

      " C'est la radio d'Jackie wesh !

      - D'qui ?

      - Ma reuss !

      - Aaah ! Bah qu'est-ce qu'on attend ?

      - Wesh tu veux m'suivre ?

      - Bah, j'vais pas te laisser partir toute seule à nouveau alors que t'étais dans la merde y'a deux minutes. Ces connards de mômes sont encore dans l'coin j'le sens ! Si on se sépare, on s'fait triquer !

      - Pas cool ! J'avais pas pensée à ça ziva ! "


      Mis à part son langage de bourrin, elle était mignonne la Chan. On a pas souvent l'occasion d'parler avec le beau sexe, autant faire bonne impression le peu de fois que ça arrive. Alors du coup, on repart tous ensemble. Enfin, on est sept mais la majorité d'entre nous ne parles pas, une est trop occupée à surveiller les alentours et moi même. J'suppose même qu'elle est jalouse la Melody, elle agissait pareil quand j'étais avec Ayame ou maman. Genre elle fait mine d'être occupée, d'pas parler mais la fée épie toute la conversation.
      La musique se fait plus forte. On s'rapproche y'a pas de doute mais... la fameuse Jackie a d'la compagnie. On remarque que c'est encore des gosses, du coup moi j'y vais.


      " Yosh les glands ! "

      Melody se tenait déjà la tête entre ses mains, la secouant de gauche à droite pour exprimer son désespoir.
      • https://www.onepiece-requiem.net/t5589-scan-sur-zegai-makiavel#95
      • https://www.onepiece-requiem.net/t5523-zegai-makiavel-le-ronin-a-la-fleur-de-cerisier

      I'se s'ra pas passé longtemps avant qu'j'la r'trouve, la frangine. C'est ça d'être surbalèze. Ha ! Toi-même tu sais. Mais ça a foutu un malaise. J'le sens bien. Le flair, j'vous dit.

      J'étais peinard en train d'négocier avec les mioches. 'fin, avec une gonz qu'avait un peu des balls. Comme moi quand j'tais plus jeune. Mais elle reste moins cool que moi à l'époque.


      - Des armes ? On a déjà c'qui nous faut… Mais c'est quoi du biiz ?

      - Wesh ziva. Z'avez pas d'armes. Z'avez des jouets, les p'tits gars !

      - Les zouets, z'est bien.

      - Ouais !

      - Vrai les gars. Mais si vous vous faîtes matraquer la gueule, vous allez jamais vous défendre avec ça.



      Ils avaient pas l'air de trop catcher. Les d'meurés quoi.


      - Bon, les p'tits loups, vous m'dites où sont les trésors, et j'vous aide à vous défendre. Doit y avoir plein de gens pas beau et tout, ici. C'doit être trop la zone…

      - Parfois, y'a des adultes qui viennent. Mais on les chasse. On est fort. D'ailleurs, tu parles un peu comme une adulte, non ?

      - Wesh ziva… Sûr que chuis u...



      Instant d'réflexion, t'as vu. Si ils chassent les adultes, c'est peut-être eux qui ont Chan. Et si ils chassent les adultes et qu'ils ont Chan, vaut p't-être mieux pas qu'j'leur dise que j'ai vingt-cinq piges. Wesh. C'te tête que chuis.


      - Sûr que chuis une gosse. T'as vu.


      Et c'est là que… Chan débarque avec un quintuplet d'gosses. Entrée fracassante, le leader des gars a l'air cool. Mais i's'la pète un peu trop. Et puis bon, il a enlevé Chan. Bon, là, elle a l'air de l'suivre.

      J'm'avance vers elle, la check.


      - Susu frangine. Qu'es'-tu foutais ? C'qui ces gosses qui t'ont cherché.


      J'ai pas trop fait gaffe, mais derrière, tous les gosses ont crié. Quand j'me retourne, ils sont tous dix pas en arrière, leurs jouets levé. Genre, i'nous menacent. Ha ! J'crois que j'suis r'pérée.


      - Eh ! T'es avec eux, toi ! T'auras pas d'trésors si tu vas avec eux. Et puis, si t'es une adulte, on t'amènera d'vant la reine.

      - LES ADULTES, C'EST QUE DES PAS BÔ !

      - Ouais Billy, des pas bô.

      - Eh, nan les gars. Z'êtes teubés ou quoi. J'lui fais des prises pour la maîtriser, wesh. Matez ça. Trop violent.



      J'joins la parole à l'acte, tu vois. 'faut montrer que j'déconne pas. I'sont la voie vers les trésors. Alors j'enchaîne des passes, une coupole, direct dans ses genoux à Chan. Elle a rien vu v'nir. Ha !


      - Wesh, z'avez vu. J'l'aime pas la gonz. A bas les adultes, toussa. Z'avez trop raison ! Par contre, c'est moi la Reine, hein.


      Silence. J'aime pas ça.


      - Eh mais…


      Bordel. La p'tite… Elle a ramassé mon gun qu'est tombé quand j'ai bougé. La conne. Me suis fait avoir. Elle le pointe sur moi, elle a pas l'air contente.


      Wesh wesh, la vie est parfois dure, mais j'en suis
      parc'qu'avec la pèche, j'f'rai face à tout' c'te mouise



      - Woh cousine, fais pas d'connerie, hein.

      - T'ES PAS LA REINE !
        Je pigeai pas tout mais au moins, je pigeai ce qu'elle voulait faire là pote de la Chan. On pensait la même chose, profiter d'notre taille pour entuber les gosses. Ouai, ouai, c'est the technique à adopter pour qu'ils nous lâchent la grappe. J'vous vois déjà venir là, genre le mec il flippe devant deux, trois gosses. J'veux bien leur coller des beignes moi mais si Soren vient à l'apprendre, pour sûr qu'il me pardonnerait pas. Bon, jouons là le plus diplomatiquement possible.

        " On pointe pas la Reine avec une arme. Nous on est de l'est de l'île. On a pas les même lois, on tue pour notre Reine, on est sa garde royale ! "


        J'pense que de se retrouver, comme ça, avec cinq katanas posé sur sa nuque, ça lui disait trop rien d'bon à la gamine. Du coup, effrayés et effarés par cette "garde royale" qui osait soutenir une autre reine que la leur, les gosses reculèrent et jouaient beaucoup moins les caïds. La p'tite reposa sans geste brusque le flingue de la reuss de Chan, elle avait les larmes au yeux, ça aurait fait craquer n'importe qui de la Team Rocket mais manque de bol, ils étaient tombé sur le seul qui s'en battait royalement les couilles.

        " Bon, bon, bon. J'savais qu'on trouverai un moyen d'entente.

        - Snif, siou plait, j'veux pas, snif, mourir, je snif, siou plait, snif. "


        On décolle, moi et mes clones, nos armes de sa gorge et on les range au fourreau. On s'place de chaque côté d'la pirate.

        " On joue pas au grand quand on chie dans son froc et qu'on a peur de mettre sa vie en jeu. Vous viendriez de l'Est, vous comprendriez bande de lopettes. J'ai déjà tué plein d'méchant adulte avec ces sabres, mes frères en font autant. Alors maintenant, vous laissez parler notre Reine et vous la menacez plus, capitch ? "

        A l'unanimité, oui, tous hochèrent la tête.

        " On a les mêmes ennemis, les grandes personnes, alors on va pas se tirer dans les pattes entre gosses.

        - Oui mais elle, c'est une adulte.

        - Elle c'est.. C'est... une prisonnière. Mais elle est primé, alors on la garde en vie.

        - Wesh quoi !

        - Bah oui ma Reine, si on la livre à la marine, on gagne du blé, on s'achète des armes et on fortifie l'île pour plus qu'un adulte se pointe !

        - Malin l'singe !

        - Hé'hé. "


        Melody était surprise, surprise de me voir réussir quelque chose d'aussi... Délicat ? Elle s'attendait p'tetre à ce que j'foire tout et que sa finisse en baston général. Voir même que j'me mette à tous les frapper une fois ma patience usée. Et bah non Mel' héhé. Je suis une légende ! Imprévisible comme un ours ! Pis franchement, avec la peur que j'viens de leur mettre, pas sur qu'ils nous remmerdent les niards. Ah bah, j'savais qu'elle trouverait quand même quelque chose à redire...
        La fée tournait autour de la gamine que j'avais fait pleurée, regardant si je l'avais pas éraflée tout en agissant tendrement avec elle pour la conforter. J'te jure, la Melo et son instinct maternel.

        " Oh ? Alors il est pas vraiment méchant ? C'est juste parce que sa tite coupine la plaquée ? Hi'hi'hi, j'ai quand même eu peur. "

        * Ouai ! J'suis même sûr que tu lui as tapée dans l'oeil, il aime les filles courageuses et jolie comme toi ! *

        " Oh ! Vous parlez d'quoi les deux !

        - Hi'hi, arrête j'vais rougir, hi'hi. "

        * Je serai toi, j'foncerai avant que quelqu'un te le pique ! *

        " Bordel Melody ! Reviens ici ! Arrêtes d'foutre ta merde !

        - Hi'hi'hi il est mignon c'est vrai.

        - Oh ! Vous m'écoutez ! Oh pis merde, allez vous faire foutre, toi, toi, toi et toi aussi ! "


        Voilà, j'suis en rogne, c'est quoi ça là oh ! Elle veut que j'me retrouve en taule pour pédophilie cette cruche ? Elle est sensé m'sortir du pétrin, pas m'y mettre.
        Un des gosses, surement le leader du groupe, explique qu'il faut pas rester là, qu'on pourrait tomber sur des... Zombies... MORT DE RIRE QUOI ! Pourquoi pas des loutres extraterrestres... M'enfin, tout le monde était d'accord avec lui. Il proposait d'aller voir leur reine à eux et de parler des trésors directement avec elle. Un tête à tête royal en somme. Franchement, qu'est-ce qu'une bande de gamin pourrait bien avoir comme trésors qui valent vraiment l'coup ? Des peluches ? La nouvelle panoplie d'Barbie princesse tragique ? Le set de dinette de Tora l'exportatrice ? Laissez moi m'fendre la gueule quoi... Attendez que j'récupère ma vraie taille, ça sera plus là même. D'ailleurs, y'a Chan et sa pote qui s'rapproche de moi, elles veulent me remercier pour le coup d'main mais j'les mets direct au topo.

        " Je sais qui vous êtes et ça joue pas en votre faveur. Alors on s'tient à carreau les Etrangers. "

        Elles furent surprises, déboussolées peut être ? Enfin, les deux pirates n'eurent pas le temps d'me répondre que v'la déjà l'autre folle qui s'pointe et qu'attrape mon bras. Bordel de merde, Melo, j'te retiens !

        " On peut faire le chemin ensemble grand guerrier ? Hi'hi, on pourra mieux ce connaitre comme ça.

        - Vas crever.

        - Hi'hi, t'es tout comme l'a dit la tite fée, hi'hi, c'est mignon. "


        Je savais pas pourquoi mais je sentais que ça allait être une bonne, longue journée de merde.
        • https://www.onepiece-requiem.net/t5589-scan-sur-zegai-makiavel#95
        • https://www.onepiece-requiem.net/t5523-zegai-makiavel-le-ronin-a-la-fleur-de-cerisier

        Et voilà qu’on r’prend la route. Plan du mec qui a quatre jumeaux. On s’fait passer pour des gosses, on trouve celle qui s’prétend reine, on lui pète la gueule, et on récolte les pépettes. Susu ! C’est comme ça qu’ça s’passe avec nous. Et en attendant, Chan fait genre qu’elle est not’ prisonnière. Sacré plan, ça l’fait trop. Et puis, elle gère Chan, quand il s’agit d’jouer la comédie. C’comme la fois où elle faisait genre qu’elle attaquait des vieux, j’la matais un bon coup, et paf, j’revendais des armes aux vieux en leur disant qu’j’allais pas toujours être là pour la protéger. Berrys berrys, yo !

        Bon ici, j’sais pas trop c’qu’on va récupérer comme flouze, mais une qui s’prétend Reine, elle peut pas l’faire sans tune. Et puis, i’a toujours ces trucs tombés d’l’espace que j’vais revendre à prix d’or. Bref, la vie est belle, mec !

        Et alors qu’on avance, histoire d’pimenter l’sucre de la situation et d’faire plus crédible, j’souffle à la frangine.


        - Hey sista’, fais genre que tu t’barres. Et j’te chope. Comme ça, ils croiront trop qu’j’suis avec eux, tu vois !


        I’a un des jumeaux qu’a entendu, j’le sais. Pas celui collé par la gamine.  Enfin, un des deux, i’a une deuxième gamine qu’essaie de coller un des autres. Nan, deux des autres. Ha ! Ce mec quoi. C’pas une gonzesse comme oim qu’il arrivera à pécho un jour. Mais, l’gars, là, il a entendu. Et il sait maintenant qu’lui et ses frangins, notamment l’gars qui l’ouvre trop, i’sont pas les seuls génies ici. Wesh, Jackie in da place.  Et alors que j’jette un coup d’œil aux gars et à la chiée de gosses qui nous suit, c’est l’moment qu’choisit Chan pour s’tailler. Merde. J’étais pas prête. ‘tin, la conne…

        Du coup, j’dois m’mettre à courir. Elle a compris, elle court pas trop vite, comme ça j’me fatigue pas, et j’m’épuise pas avant mon combat contre l’usurpatrice. J’la rattrape sous les huées des gosses qu’envoient d’jà des flèches-ventouses. Mais courir avec une radio qui crache un gros son sur l’épaule, c’pas facile. Pas fac…

        SBAF !

        Putain d’jambe-maillet… Ca m’déséquilibre trop c’te merde. Mais bon, j’me suis viandé dans la frangine. L’choc était amorti, la radio a qued. C’bon. Les gosses arrivent, j’donne un coup d’pied dans l’bide de la frangine. ‘faut que ça ait l’air vrai.


        - Susuuuu ! T’pensais pouvoir m’échapper, c’est ça, hein ?! T’sais pas qui j’suis ! Moi, j’m’appelle Jackie, j’viens du Quartier ! Là bas, un jeune sur dix… Nan, j’dirais, i’a un sur six qu’a un fusil à pompe. Et quand i’a une embrouille, c’est pas la marine qu’on va chercher. On va chercher les potes, et on s’tire les uns sur les autres ! Ouais, grosse. Alors fais pas l’con, ou tu tomb’ras du balcon !


        BAM ! ‘sont impressionnés, les gosses, j’le sens. Ca crie dans tous les sens, ça m’acclame et tout. Et la frangine, elle m’fait un p’tit sourire discret. Elle en chie un peu d’mal, j’crois mais c’est pour la bonne cause, elle le sait. Alors on r’prend la marche, et j’la laisse pas récupérer. Puis i’a un gosse qui s’approche.


        - Dis, coupine, c’est quoiiii un fusil à pompe ? Hein ? Dis, dis !

        - Hahaha ! Ta reum, elle t’as rien appris, grand?



        Il baisse la tête. Il fait bien, c’est sûr.


        - C’est quoi une reum ?

        - Ha, mais ‘tin… J’vais r’faire toute vot’ education les gars. Puis vous allez m’dire qu’vous aviez jamais entendu de hip-hop avant qu’j’débarque… Ta reum, c’est ta daronne… Ta mère quoi ! Et un fusil à pompe, tu vois, tu fais clac clac, tu vises, puis BOUUUUUM. Le mec explose ! Ha !

        - Maiiiis euuuh… Ça doit faire mal.

        - Même pas, mec. Même pas, il explose, il sent qued ! Et puis, si tu lui tires dessus, c’est qu’il l’a mérité, wesh !



        J’crois qu’il a compris. Il a l’air un peu d’tirer une tête zarbi quand il rejoint ses potos. Puis après deux minutes, j’le vois qui r’fait le geste puis qui crie BOUM. Ça, y’a, j’leur inculque la vraie culture, celle de la rue. C’est comme ça qu’ils finiront par m’aduler. BRRRAA BRRRAAAA !


        Mes armes, j’te les vendrai  qu’t’en veuille ou non
        Et j’les f’rai passer à grands coups d’fusil à pompe !



        Puis j’remate un coup les jumeaux… Ils ont tous une gonzesse de dix piges à leurs basques. Bahahaha. J’sais pas c’qu’elles lui trouvent. Et puis, i’sait tel’ment pas les remballer, ces mioches. ‘sont toutes moches. R’garde-moi, le mioche, j’ai r’fait son éducation, et j’l’ai rembarré alors qui m’draguait. C’est clair.


        - Hey Don Juan ! Comment t’sais qu’j’suis des Etr… ‘fin, que j’suis qui tu sais ? Ta tête m’rappelle qued.


        Eh ouais, trop forte. J’ai pas oublié, j’suis la Reine, j’viens d’l’est de l’île, wesh. On va éviter d’se remettre les gosses à dos. Sinon, ils vont pas nous mener au flouze. T’as vu. Jackie, la génie ! C’comme ça qu’on m’appelait quand j’régnais à Troop Erdu ! Ouaiiiis gros.


        Dernière édition par Jackie Un' Becky le Dim 20 Oct 2013 - 9:13, édité 1 fois
          Plus l'temps passe et plus j'me demande ce que j'fous là. J'aurai mieux fait d'rester sur le navire, à boire du rhum, glander, sans James sur le dos. D'ailleurs... Qu'est-ce que ce gland de capitaine est entrain de faire ?! Je prie pour qu'il ne soit pas tout seul... Il serait bien capable de trouver l'ouverture d'eau de l'île, de l'ouvrir et de tous nous submerger dans les flots... Genre... Atlantif, la célèbre île de coiffeur, disparue en deux heures dans la cuvette océanique. Il fallait vite qu'on le retrouve !
          Don qui ? Qu'est-ce qu'elle veut la timbré ?

          " Comment j'sais ? Parce que j'suis de ceux qui savent. dis-je en dévoilant discrètement mon insigne de chasseur. En plus... On vous a vu prendre la tangente, quand on éclatait les ombres... "

          C'est dit, maintenant, elle savait à qui elle avait à faire.

          " Qu'est-ce que c'est les ombres Jumeau 1 ?

          - Jumeau 1 ? C'est quoi s'nom à la con ? J'm'appelle Zegaï gamin ! Et des ombres, c'est ce qui te colles au cul là en ce moment... "


          Les mômes stressèrent tous d'un coup... Ouai bon combattre des ombres à proprement parler, j'avoue, c'est... Louche. Mais c'est des gosses, ils sont naïfs, enfin... Très con moi j'dirais.

          " ZEGAI ATTENTION !

          - Hm ? "


          J'tourne la tête et j'vois un de ces trucs, genre comme j'ai fumé tout à l'heure, un zombie, j'tourne la tête trop tard d'ailleurs. J'vais pour mettre mon katana en travers pour bloquer le coup, en forêt, bloquer, c'est nase. L'impact me fais reculer de quelques millimètres, suffisamment pour que mon pied d'appuis s'tape une racine et que j'aille m'éclater dans l'tronc d'arbre juste derrière. Merde.

          * Ah'ah'ah'ah'ah'ah comment t'es trop mignoooon ! J'ai l'impression de t'voir quand t'avais 3 ans ! Ah'ah'ah'ah'ah'ah'ah'ah'ah'ah !! AHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAH ! *

          J'attrape Melody et lui colle ma main sur sa bouche... Inutile puisqu'elle parle télépathiquement... Evidemment, un sixième blaireau avait fait son apparition, me voilà de nouveau plus nombreux... Et plus petit... Et qu'est-ce qu'on fait face à cette horde de zombies qui se dirigeaient droit sur nous ?! ON LES PETA !
          • https://www.onepiece-requiem.net/t5589-scan-sur-zegai-makiavel#95
          • https://www.onepiece-requiem.net/t5523-zegai-makiavel-le-ronin-a-la-fleur-de-cerisier
          Le mec, il sait. 'fin, il croit qu'il sait. Parce qu'en fait, j'bluffe doublement. Maxi-bluff, heyhey, susuuuu! C'est moi, Jackie Un' Becky! R'garde, j'ai toujours dit que j'faisais pas partie d'ces gars-là, que j'étais au-d'sus d'eux. Normal, j'suis la Reine. Mais en fait, pour en être la Reine, j'dois en être, des Étrangers. ZBLA ZBLAAA ! Double bluff, il a rien compris, et il le sait même pas! Susuuuu!

          Mais on a pas trop le temps d'faire gaffe que y'a un truc infâme qui sort de nulle part. Nan, mais... J'veux pas faire ma gonzesse gnan-gnan et tout, hein, mais c'est trop deg'.


          Les Infiltrés Bumm31-560x700_imagesia-com_60c0_large


          Quand j'te disais qu'cétait puant... On a rien vu v'nir, faut bien lui laisser ça, au truc. Et pourtant, il est lent. J'suis sûr que c'est l'autre guignol avec ses doubles, il nous déconcentre à donf à geindre et à faire miauler les minettes. Mais vu qu'c'est lui qui ramasse, c'est que justice. Eh ouais, mec, moi aussi, j'crois en la justice. C'est ma justice, ça!


          - Eh les mecs, vous d'venez envahissants. J'avais pas vu, t'as vu.


          Mais pendant que j'le clashe, i'a tous les mômes qui commencent à hurler dans tous les sens et à courir. J'en attrape un, l'plus p'tit, comme ça j'me fais pas chier pour le porter par le col.


          - Eh petit ! C'pas comme ça qu'tu d'viendras un mec, un vrai. Jamais t'emball'ras d'la biche comme oim si tu fuis d'vant l'premier truc un peu moche!


          Mais ce p'tit con m'écoute pas, j'crois. Il chiale comme une loque. J'lui gueule dessus, ça change rien. 'fin si, il chiale encore plus fort. Zyva quoi. Quand j'règnerai sur le monde, j'virerai tous les gosses de mes concerts. Et puis ils seront pauvres. Merde quoi. Qu'ils apprennent la vie comme j'l'ai apprise, au quartier, avec qued, à part un gun. Et ce sera tout c'qu'ils auront, et ils devront aller braquer des bourges! T'sais qu'dans l'quartier, tous les jeunes ils ont un gun? Et un sur d... Nan, j'dirais un sur six a fusil à pompe. C'est comme ça qu'ça s'passe mec. Et tout l'monde l'sait, mec. Tout l'monde l'sait...

          Et puis ça fait des énormes...

          BOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOM !

          Ouais, c'est comme ça qu'ça s'passe dans l'qu... Attends, vient pas d'y avoir une énorme explosion pas très loin d'ici?

          Haha. C'est bon ça! Y'a déjà quelqu'un qui doit essayer d'leur montrer, à tous ces mioches. Très vite, on voit toute la bande revenir dans un nuage de poussière et pleurant encore plus fort, et en criant à propos d'leur Reine. Puis, ils s'arrêtent face à moi, crient encore plus fort, et repartent dans l'autre sens dans un nuage de poussière. Eh, pourquoi ils ont crié comme as, ces cons? Hein?! Ah tiens, j'oublie pas un truc moi?

          Boarf. Me ramasse la gueule à terre, grand coup dans ma gueule par derrière. L'zombie tout moche. Il ricane d'un rire tout lent et aussi dégueu que lui, genre "Ha... Ha... Ha...".


          - T'es laiiiiiid, mec. T'es vraiment trop laiiid! ZBLAAA! Eh mais, un sec...


          Il se jette sur moi ce gros con, alors que j'suis couchée sur le dos. C'est du putain d'pas juste, gros! Surtout que quand j'lui jette ma jambe-maillet dans les couilles, j'arrive tout juste à le retenir. Il a même pas mal. C'est quand même pas une gonz', hein?! Allez, il a vraiment trop d'moustache pour... Quoique... Vrai qu'à Troop Erdu, i'avait des meufs trop moches avec des moustaches dignes d'adeptes du cuir. Pendant que j'me débats, j'entends le Don Juan en train de oil-per à côté. Gros con va! Et faut que la frangine intervienne avec une joli coupole qui envoie un pied dans la gueule d'la moustachue et la fait r'culer et tomber à la renverse.

          Je check la frangine, et à nouveau, on entend les gosses se ramener en criant qu'leur Reine est en danger et plein d'conn'rie ainsi. Mais bien sûr qu'elle est en danger, votre petite garce! Bientôt, ce s'ra oim la Reine! J'recogne Chan, juste pour être bien sûr qu'ils s'emballent pas les mioches. Et quand ils voient le truc à terre qui gigote, semblant vaguement mal. Il s'arrêtent enfin. Les quatre-tiers continuent d'chialer. Ca d'vient re-lou. J'me tourne vers la rimbambelle d'jumeaux.


          - Eh guedin, ça a l'air d'chauffer là-bas. On va la ter-pé, la grogn... Euh... WESH! ON VA LA SAUVER C'TE REINE?!


          J'crois qu'ils on pas fait gaffe, les gosses.
            J'hoche la tête en guise de réponse et ils partent tous devant. Alors moi, rien à faire de mieux, je les suis. Pis plus j'avance, plus j'ai l'impression de prendre de la hauteur. Même, y'a pas que ça, j'ai l'impression d'aller carrément plus vite que ces minus. Minus ? J'me retourne sous le doute. Ok ! C'est génial ! On est plus que deux mo... non je suis tout seul en fait. Melody me sourit. Perso, je sais pas si je dois trouver ça bien ou au contraire, insulter une fois le destin pour m'avoir fait récupérer ma taille normal à un moment pareil.
            Le temps que j'remarque tout ça, j'avais déjà rattrapé toute la marmaille et les deux femelles pirates. J'étais même genre en tête de peloton et aucun bruit de pas derrière moi. J'pense comprendre... J'me retourne une nouvelle fois et sort d'un air totalement détendu.

            " Bon, on va sauver votre Reine ?

            Euuh...

            T'es un des jumeaux !

            Ouai, ouai c'est moi. Plus hargneux qu'avant. Maintenant vous fermez votre boite à merde et hop ! Vous nous emmenez vers la Reine.

            On fera pas venir d'adulte dans son palais !

            C'est pas grave, je m'invite moi même. "


            J'perd patience et c'est bon pour personne. L'un deux se sent pousser des ailes et s'approche pour venir s'opposer verbalement à moi. J'lui en colle deux avant qu'il l'ouvre. C'est pas un môme qui décide ce que je fais ou pas. Le gamin fait les frais de la récupération de mon vrai corps, il sent que c'est pas une claque de quelqu'un de cinq ans.
            J'décroche ma gourde de rhum et j'm'en enfile une rasade. Chier, c'est tout ce qui me restait. Va vite falloir retourner au navire. Sans parler du bordel ambiant, y'a des trucs qu'explosent partout sur l'île, sûrement James... J'vois que ça.
            On approche d'un endroit louche... Un palais ça ? C'est couvert de fissure, on va tous s'prendre sur la gueule.

            " Si tu te fous d'notre gueule gamin... "

            *Tu ne le frapperas pas !*

            " Hmm. Je peux le jeter du haut de cette montagne.

            J'vous jure c'est par là mssieur !

            Bien. Bien. On y va. Avant que mon débile de capitaine rase l'île. "


            J'fais signe aux gamins, terrorisés par l'idée, que j'déconne. En cachette, j'fais signe aux deux pirates que non, j'déconne pas... Et vous savez quoi ? Comme pour illustrer mes paroles... Croyez moi ou pas... J'vois ce gland d'ange passer à plusieurs kilomètre au dessus de nos têtes, direction le navire... Il me le casse, j'le noie !
            • https://www.onepiece-requiem.net/t5589-scan-sur-zegai-makiavel#95
            • https://www.onepiece-requiem.net/t5523-zegai-makiavel-le-ronin-a-la-fleur-de-cerisier
            Même dans l'flou, j'continue de naviguer,
            Et c't'avec un tar-pé que je te gérerai
            Toi, et tous les tiens, la mi-fa, la cliqua,
            Tous au bout d'mon canon, BOUM, Sista' killa'!



            J'comprends qued. Les jumeaux ont disparu, et l'mec, il a grandi trop vite. Et j'aime pas ça. Maintenant, i'm'regarde de haut, et j'peux pas blairer ça. Putain, j'comprends rien. Ça m'fout les glandes. Surtout qu'il a fait genre qu'il est chasseur, que j'suis sa proie... J'suis sur les nerfs, et s'il m'emmerde, il va la sentir passé... Ma jambe de bois dans ses couilles ! Paf, dans son honneur de mâle arrogant. Wesh tavu ?! Bon, j'le fais pas. I'peut encore m'être utile. Surtout qu'les gosses ont l'air d'le prendre en grippe. Et comme j'suis trop intelligente, j'vais l'avoir au mental. J'sais pas encore comment, mais j'vais l'avoir, j'te dis. J'suis Jackie, quand même.

            Et pendant c'temps, on avance toujours. Il nous faut bien cinq minutes en plus pour atteindre l'orée du bois près d'la tour. Cinq minutes pendant lesquelles j'la joue fine. D'abord en retapant un coup sur la gueule de Chan. Pas trop fort, mais juste de quoi maintenir la confiance des gosses. Puis j'leur raconte d'pas avoir peur de l'autre, que j'le connais, qu'il vaut rien face à oim. C'est pas vrai, j'le connais pas. C'est ça d'avoir une réput' d'enfer : les gens t'connaissent, t'adulent, veulent te capturer parfois quand ils sont un peu cons, et toi, t'as jamais entendu parler d'eux. Dure la vie d'Reine des artistes. Ha !

            Et quand on arrive, ils sont complètement acquis à ma cause. Parc'que j'représente le quartier. Ils le sentent, ce genre de choses, à c't'âge-là. C'est parfois fin un gosse. Tu m'diras, faut pas être bien fin pour comprendre que j'suis trop balèze. Mais bon...

            Du coup, nous y voilà. La tour... En ruine, c'te putain d'tour. Tu parles d'un palais pour une Reine de pacotille. Quand j'débarque, i'a plein d'gosses devant l'entrée, ils ont l'air sur les nerfs. J'suis leader d'leur troupe, j'amène du gros son avec la radio qui balance toujours les watts. Ca leur en bouche un coin, tu vois.


            - Susuuu ! Jackie is in da place ! J'viens du bout d'lîle pour vous r'mettre à vot' place. Vos potos ont déjà compris... C'EST MOI LA REINE ! Wesh. Elle est où l'autre tass-pé ? Hein?


            J'balance ma chaîne en or en matant l'décor. La tour a l'air d'avoir pris cher. Il s'est passé des trucs au-ch, ici. Et i'a pas longtemps on dirait. D'ailleurs, i'a encore deux-trois gosses qui chialent. Mais en fait, la plupart...

            Wooooh, ils se braquent les mioches. Et ceux-là, ils ont des vraies armes. Trop grandes pour eux, pas du tout adaptées. En mode casques qui couvrent les yeux et qui gigotent sur les têtes, dagues de la taille de leurs bras, lances qu'ils arrivent pas trop à porter. J'sais pas qui c'est leur dealer, mais bordel, ils les a bien eu ! Ha !

            Et puis, v'là qu'se ramènent d'autres gars par l'entrée d'la tour. Z'ont l'air un chouilla plus âgés. Toujours des gosses, mais eux savent porter leurs lances. M'enfin, bon... J'rigole quoi. Et i'en a un qui sort un arc et l'pointe sur moi.


            - Eh bonne blague, mec !


            Et là, j'sors mon gun... Mon... Merde. Il est où c'putain d'truc. J'ai perdu mon fucking gun ?! Sérieux ? Pouah ! Merde.


            - Des vilains-pas-bô comme vous n'ont rien à faire ici. La Reine a assez souffert comme ça aujourd'hui.

            - Pourquoi vous lez avez amenés ici, les amis ?



            Ça, c'était les plus âgés... Ils ont pas compris. C'est pas les mioches qui m'ont amené, c'est moi qui suis venue. Et j'repartirai pas sans le trésor et sans avoir éclaté c'te fausse Reine.



            - Mais euuuh... Y'avait les monstres, et puis, on croyait pas qu'c'était un adulte, lui. Et puis, ils étaient méchants, et on avait peur.

            - Ouaiiiis groooos ! Susu ! On fait peur mais c'pas parc'qu'on est trop laids, nan ! On surf sur la vibe, violence, agression, et c'est imposer ma loi qui m'plaît ! BAAH ! Z'êtes dingue ?!



            Ça, c'était une lance qui vient de s'ficher dans l'maillet d'ma jambe de bois. P'tit coup d'stress, c'est comme ça dans la banlieue. Reine ou pas, tu peux tomber à tout moment. Wesh gros. Mais mon heure n'est pas encore arrivée. Susu ! Bon par contre, ils commencent à être un peu agressifs, ces p'tits gars.


            - Eh frangine, on va commencer à s'mettre en marche, j'crois.

            - Quoi ? C'est ta sœur ? Mais tu nous avais dit que... Que t'étais comme nous ! T'es comme elle, en fait !



            J'l'ignore. La vie est dure aussi pour les mioches, faut qu'ils apprennent. Et puis, j'en ai pas mal rien à foutre dans l'fond.


            - Et toi, mec, qui qu'tu sois... T'as pas envie d'bouger, là. D'faire queq'chose, genre apprendre les bonnes manières à ces gosses ? D'ailleurs, t'es là pour quoi, en fait ?


            J'me pose quand même des sacrées questions, des fois. J'l'avais dit, j'l'ai par la ruse. L'intelligence, mec. J'l'ai percé à jour. Ce mec a une mission secrète ! Bon en attendant, j'hésite à collaborer avec lui. J'sais qu'j'en ai pas vraiment b'soin, mais bon... J'pourrai montrer tout mon staïle à l'aise s'il sait se battre.

            D'ailleurs... Nouveau gros son. ZBLAH, ZBLAH ! J'peux plus m'retenir, explosion dans mon corps, tu vois. J'deviens incontrôlable, j'dois laisser exploser mon talent, leur en mettre plein la vue. Et ça va chauffer.



            - Et vot' Reine, elle le fait, ça ?! Hein ?! Hein ?! In your mothafuckin' face, niggas !


            C'est parti !