Le Deal du moment :
Carte graphique MSI – AMD Radeon RX 6800XT ...
Voir le deal
699 €

Escale découverte !

Eh bien, il semblerait que sur le coup, Uriko soit laissé tout seul… Il se sent un peu seul, à rouler seul avec ses nouvelles roues qui font ptetre un peu trop de bruit, c’pas discret du tout… Quoi si un gros monstre ou une bête sauvage venait lui sauter dessus… La fôret est un peu dense quand même, et un peu sombre aussi. Ca commence à lui faire un peu peur, voilà pourquoi il préférait ne pas partir à l’aventure comme ça tout seul… Mais bon, avec ses nouvelles roues, il pouvait désormais s’enfuir en toute vitesse ! Mais, il espère quand même qu’un jour il récupèrera ses pieds, faut dire que les roues étaient pas forcément très pratique et pis…

« Ow ! »

Ouille, l’est tombé… Ah ? Bah voilà, plus de roues, ca a pas duré aussi longtemps qu’il le pensait, peut-être que les effets de ces légumes magiques avaient cessés également pour ses compagnons. Bien, peu importe, après tout, s’il arrivait en ville avec deux roues à la place des pieds, les gens auraient surement pris peur. Et en parlant de ville… Plus l’enfant avançait dans la forêt, plus il se demandait si peut-être il n y avait pas de ville, pourtant ces grosses constructions métalliques lui laissait penser le contraire… Jusqu’à ce qu’il les voient de près. Ah, nan, y a pas cité visiblement, la seule chose qu’il y avait c’était…

« UN PARC D’ATTRACTIOOOOOOOOOOOOOOOON ! »

Uriko n’a pas besoin de manger le même légume que Jajam pour pouvoir crier comme cela. Il fallait le comprendre, depuis le temps que l’enfant avait entendu parler d’histoire de parc d’attraction, celui-ci se faisait une joie de pouvoir un jour en voir un en vrai. Un de ses rêves venait de se réaliser. Et pourtant…

« Gnion… Il a l’air abandonné… J’me demande si y en encore qui marche… »

Uriko s’avançait auprès des débris, les lieux n’étaient pas entretenus, y a ptet moyen de le réparer… Faudrait qu’il demande a Fonfonse et Papiwan, ptet qu’ils pourraient faire quelque chose. Le jeune garçon ne voulait absolument pas raté cette occasion de faire un tour de manège. Et puis d’ailleurs… Pourquoi est-ce qu’il a été abandonné ? Où ils sont tous les gens ? Hmm ? Ah… Ce stand là semblait plus propre que le reste, le chasseur de primes s’approcha et tenta d’appuyer sur le joli interrupteur qui lui faisait de l’œil depuis tout à l’heure.

VOUUUUM !!!

« Aaaaaaaah ! »

Par réflexe et effrayé par ce soudain bruit, le petiot bondit en arrière, se cachant derrière un débris de stand, celui-ci zieuta la machine, ça faisait beaucoup de bruits, mais ca ne semblait pas exploser ou envoyer des rayons lasers… L’enfant, plus rassuré s’approcha de nouveau de la machine avant de l’éteindre. En son intérieur, une drôle de substance cotonneuse mais d’une jolie couleur rose… Impossible, se pourrait-il que… ?!

« De la Barbe à Papa ?! Ouaaah j’en ai déjà entendu parler avant, mais j’en avais jamais vuuu ! La machine marche encore ? J’veux goûteeer ! »

Ni une ni deux, l’enfant arracha un bout du nuage rose avant de la mettre dans la bouche. Surprise, la sucrerie fondait dans la bouche, dégageant par la même occasion une douce saveur de fraise. Le goût restait en bouche et pourtant c’était comme s’il n’avait rien mangé, une sucrerie dont il pourrait abusé sans faim ! Il fallait absolument en ramener à sa boutique pour que Mamie Gato puisse en refaire de son côté ! Ca marcherait trooow bian a Shimotsuki.

Mais dans son petit monde, l’enfant n’avait pas fait attention à ce qui se passait au tour, et les bruits de pas se rapprochaient de lui. L’adolescent se retourna, et put voir ce à quoi il avait à faire…
  • https://www.onepiece-requiem.net/t3484-uriko-lhant
  • https://www.onepiece-requiem.net/t3394-uriko-lhant-encore-un-boulet-en-plus
« Il n'y a pas pire que le mal se cachant derrière le masque de la vertu, mais il n'y a rien de plus beau que la vertu qui se cache derrière la vilenie. »


Hang Ille Souroche.



La nuit, c'est chouette, c'est chouette et c'est beau. Parce que la nuit, les gens vous voient moins, et parce qu'ils vous trouvent moins différents.

Shishou, il voulait se promener, alors on a laissé les autres et on à marché sur la plage. Shishou a dit qu'avec de la chance, on trouverai des papillons de nuit. Les papillons de nuit, ils sont tous gris, y'a pas de jolies couleurs. On s'en fiche parce que même si y'en avait, on les verrai pas, parce que c'est la nuit.

Mais Shishou, il ne me parlait plus depuis un bon moment, je crois bien qu'il dormait. Comme il m'a pas dit d’arrêter, j'ai continué à marcher, j'ai marché longtemps avec les lumières qui brillent dans le ciel; Ca s'appelle des étoiles, et c'est très joli, c'est comme des petits soleils très loin, elles disent à Shishou quelle route il faut prendre avec le bateau, moi, je les ai jamais entendu parler les étoiles. Puis, comme je continuais d'avancer, j'ai vu comme des grandes maisons dans la nuit toute noir de nuit.

-Shishou ?

-Zzzz...


J'crois bien qu'il dormait. Je savais pas qu'est ce qu'il fallait que je fasse alors je suis allé vers les formes. Y'avait pas de bruit, on était tout seul, j'avais vachement peur. J'aime pas quand j'suis tout seul, et que Shishou il dort, parce que j'ai personne pour parler. En plus y'avait pas de lumière, et peut être que y'avait des monstres qui se cachaient ? Shishou, il aurait pu me dire, mais je voulais pas le réveiller...

Alors je suis allé un peu plus vite vers les maisons, y avait comme des machines bizarres tout autour  de nous, y'en avait avec de la décoration, des chevaux en bois et tout, comme au parc d'enfant où maman n’emmenait quand j'étais petit ; y avait ces grands trucs qui tournaient en rond, de toutes les couleurs, et quand elles tournaient, ça faisait aussi des couleurs dans la tête, et je pouvais pas m’empêcher de rigoler.
Bin, là, c'était pareil, sauf qu'il y avait pas de couleurs, parce que c'est la nuit.

Alors j'ai entendu un drôle de bruit qui faisait « Buzzzzzz »  « Buzzzzzz ».
J'ai eu un peu peur, mais j'ai été courageux, et j'ai approché du bruit, sans que Shishou me dise quoi faire.

*Oh ! C'est un bébé humain !*

Il était tout « jolimignon » il était en train de manger quelque chose, et ça sentait bon, presque autant que les betterave que prépare Rydd...
J'ai approché doucement, pour pas qu'il ai trop peur. Il était vraiment tout petit, il m'arrivait même pas au genoux ! J'avais envie de lui parler, mais peut être que Shishou serait pas content, mais il avait l'aire très gentil. Je crois qu'on a le droit de parler aux gens gentils...

-Bonjour, je m'appelle Iwa et j'ai trente et un ans ! Tu veux être mon copain ?
    Uriko n’avait pas prêté assez attention à son entourage suite a cette nouvelle trouvaille sucrée... Et ce fut sans doute une grossière erreur de sa part. En se retournant, Uriko avait à faire à un Homme poisson Grand, gros, monstrueux. Inutile de vous dire que l’enfant avait subitement prit peur. L’enfant ne savait pas différencier les hommes poissons des monstres. Fallait dire que les hommes poissons étaient tous différents les uns des autres...

    « Aaaaaaah un oooooogre ! »

    Uriko prit ses jambes à son cou rapidement avant de courir en direction de la foret, mais hélas, celui-ci trébucha dès lors sur une pierre qui trainait la. Comme dans tout bon film d’horreur, la victime tombait toujours au moment de s’enfuir pour être suffisamment ralentie avant de se faire manger par le méchant. Il fallait bien respecter ce code la. Mais alors que tout semblait perdu pour notre jeune enfant apeuré. Un groupe d’enfants sauvage se mirent à sortir des buissons, alertés par les cris du petiot. Uriko ne comprenait plus rien à la situation. Ces enfants armés de bâtons en bois et de petites pierres se mirent alors à fixer le chasseur de primes, dont un en particulier, le plus grand du groupe.

    *Ce qu’elle est mignooonne...*

    Le plus grand de la troupe qui semblait être a la tête de ce petit groupe rougit légèrement avant de regarder la seule personne adulte ici présente. Un monstre ici, c’vrai qu’il faisait peur maiis... C’était l’occasion pour eux de recevoir peut être un bisou d’une jolie fille. Et elle, il ne l’avait jamais vu...
    Vous l’aurez compris, Uriko, avec son apparence parfois androgyne avait juste conduit ce jeune homme en erreur.

    « Tous a l’attaque, il faut terrasser le monstre. »

    Et oui, jouant leur rôle de chevalier à la perfection, ceux ci s’étaient avérés assez courageux pour tenter d’affronter l’affreux monstre qui faisait peur. Uriko était rassuré, se relevant en se dépoussiérant, celui ci leva les bras avant de se mettre à encourager ses nouveaux copains d’âge.

    « Ouah ouaiiis allez y ! »

    Lancer de pierres, coup de bâton, ils ne faisaient peut être pas si mal mais cela suffirait peut être à chasser le monstre. Mais c’est alors qu’Uriko remarqua quelque chose d’important... Sur la tête du monstre se trouvait encore autre chose. Uriko n’en croyait pas ses yeux. Il fallait immédiatement avertir ses sauveurs de faire attention.

    « Ah attendez ! Sur la tete de l’ogre y a... C’est... J’ai retrouve la famille de Poulpyyy ! Faites attention, le monstre chuis sur il l’a pris en otage, faut le sauver ! C’est un gentil poulpe, c’est le frère perdu de mon ami animal ! »

    Phrases qui prêtaient un peu à confusion... Les enfants n’étaient pas sûr d’avoir bien compris. Mais la chance était de son coté, le chef de cette petite bande était sous le charme d’Uriko... Du moins, en pensant que celui-ci était une fille. Et il ne fallait absolument pas décevoir une demoiselle, surtout que ce sont elles qui ont le pouvoir sur l’île.

    "Il faut juste pas faire mal a la ptite pieuvre c’est ca ? Les gars ! On le récupère, en avant !"

    Cris d’enfants, ceux ci chargèrent comme des taureaux endiablés, ils n’avait pas peur, il fallait dire que l’opposant ne ripostait pas beaucoup. Une bataille acharné prenait place. Et il était temps pour le chasseur de primes d y participer. Celui ci s’arma de son redoutable Toy Hammer, prêt à en découdre. Mais pas maintenant, il fallait attendre que le frère de Poulpy soit sécurisé avant tout.
    • https://www.onepiece-requiem.net/t3484-uriko-lhant
    • https://www.onepiece-requiem.net/t3394-uriko-lhant-encore-un-boulet-en-plus
    Monster aimait la nuit. Parce que la nuit, les gens le voit moins et le trouve moins laid. Il se sentait donc moins différent.

    Il arrivait rarement à l'Homme-Poisson de regarder vers ses propres pensées, de discuter avec lui-même. Il n'en avait plus vraiment l'occasion depuis qu'il avait rencontré les Étrangers, et qu'il n'était plus seul. Il passait son temps à vouer une haine sans limite à Ishii, Shishou et Iwa. Il n'avait plus vraiment l'occasion de s'ennuyer.

    Alors qu'il marchait en direction de l'endroit où était tombé l'objet volant, il prit le temps de regarder ce qu'il se passait à l'intérieur, et il constata avec stupéfaction que ces trois derniers mois avaient été les plus palpitants de sa vie. Pourtant, ils n'avaient rien fait que voguer sur une mer d'huile, sans aucune autre occupation excepté cette rencontre avec le navire d'esclave.

    Certes ils n'avaient rien fait, mais ils n'avaient rien fait à plusieurs.

    Pendant un instant, Monster songea à ce qu'il ressentirait s'il décidait là, maintenant, de retourner au fond de la mer pour ne plus voir personne, comme pendant l'essentiel de sa vie. Un frisson lui parcourut l'échine. Il n'en était tout simplement plus question. Sa place était ici, avec les Étrangers. Pourtant, il détestait les Hommes-Poissons, cela ne changeait rien.


    *Mais si tu tues Ishii, plus d’Étrangers...*

    Il était forcé de l'avouer, Ishii ne se trouvait pas être l'Homme-Poisson comme il se les étaient représentés durant toutes ses années de solitude et de démence. Ishii respectait tous les êtres vivants et répugnait à ôter la vie de quiconque. Monster se prit soudain à se remémorer cette scène où il avait froidement tué un humain pour faire accuser le cachalot, alors qu'il ne le connaissait pas.

    Il se pencha en avant et vomit. De l'huile et de l'encre.


    *Tu n'es qu'un monstre. Pire que le pire des Hommes-Poissons.*

    Alors quoi ? Devait-il abandonner sa quête visant à annihiler sa propre race ? Inconcevable. Il avait trop souffert à cause d'elle. Mais Ishii... Peut-être pourrait il lui accorder un délais. Peut-être. A voir.

    *Tu as un autre objectif. Devenir humain. Pourquoi ne pas laisser pour un temps ta mission de destruction ?*

    Exactement... Pourquoi pas ? Monster regarda un instant ses habits déchirés, salis par le sel et son propre vomi. Des loques qu'il avait trouvé au fin fond de la mer. Avait-il l'intention de ressembler aux humains lorsqu'il les avaient enfilé ? Oui. Clairement, oui. Y était-il parvenu ? Non. Clairement, non. Personne ne portait ces tuniques qui devaient dater de plusieurs siècles en arrière.

    Il regarda devant lui et les aperçut, au delà des arbres. Des grandes constructions de fer. Des manèges, comme au parc Shabondy. Il n'y était jamais allé, et il ne se rappelait même pas de son enfance sur l'île des Hommes-Poissons, mais se souvenir persistait malgré tout. Il se remit sur ses tentacules. Là-bas, il trouverait sans doute de quoi se donner une nouvelle apparence.

    L'endroit était malheureusement désert, et le silence était oppressant. Seul le vent qui sifflait provoquait le bruit et le mouvement aux alentours. La grande roue tournait toute seule sous les bourrasques, au ralentit, les nacelles rouillées grinçant à chaque balancement. Les chevaux dans le carrousel semblaient hennir quand les rafales survenaient. Tout semblait mort.

    Mais Monster avait l'habitude des endroits sombres et celui-ci n'était pas plus effrayant que les froides abysses. D'autant qu'il était parfaitement nyctalope et très peu sensibles aux angoisses communes à la plupart des mortels. Il se mit donc en quête d'un bâtiment, d'une loge ou de n'importe quoi qui pourrait y ressembler. Il ne chercha pas longtemps car, quasiment pour chaque attraction abandonnée, il existait une petite annexe pour que le personnel puisse se changer. Il s'arrêta donc sur le stand du tir à la carabine et pénétra dans la loge, heureusement non verrouillée.

    Il y trouva son bonheur.

    Les animateurs avaient laissé là leur tenue en partant, et Monster constata avec stupéfaction -et ravissement- que les habits lui allaient. L'employé les portant devait être particulièrement grand pour que l'Homme-Poulpe n'ait aucun mal à les enfiler. Il dut ravager un peu le bas du pantalon afin de faire un trou assez grand pour laisser passer ses tentacules, mais pour le reste il était pleinement satisfait. Il venait de troquer sa tunique bleue marine contre un pantalon et un veston rouge. Il avait placé devant ses yeux des petites lunettes rondes, et il avait placé dans sa bouche une grande pipe en bois. Il chercha un instant s'il y avait du tabac et des allumettes dans la loge. Il y en avait.

    Allumant sa pipe, il tira quelques bouffées avant de les recracher en toussant. Puis il se força à réessayer. Se fut beaucoup plus facile et même assez agréable. Il souffla un nuage de fumée avec une grande satisfaction. C'était très humain, de fumer. Les Hommes-Poissons ne pouvaient pas, sous l'eau.


    *Ishii fume, lui.*

    Mais Monster commençait à s'accorder sur le fait qu'Ishii était une exception. Il se regarda dans la glace et se trouva presque humain.

    -Et voilà ! Habillé comme ça, te voilà parvenu au sommet de la pyramide sociale, plus rien ne peut t'impressionner.

    Son regard fut attiré vers le porte-manteau auquel était suspendu un objet qu'il n'avait jamais utilisé non plus.

    -A part peut-être un beau chapeau...

    Il se saisit du haut de forme cramoisi et le plaça sur sa tête. S'observant dans le miroir, il décida que cela lui allait bien.

    -Ouiiiiiiii.

    Mais alors qu'il s'observait longuement, il vit passer par la fenêtre un être qui lui firent se dresser les ventouses sur la peau. Iwa, et Shishou, bien planté sur sa tête, semblaient suivre un enfant. Sans vraiment réfléchir, il se saisit d'une carabine, vérifia qu'elle était chargée et se précipita dehors.

    *Tu n'as pas dit que tu arrêtait la chasse aux Hommes-Poissons pour un temps ?*

    -L'occasion est trop belle... Il est seul !

    *Tu ne tueras jamais Iwa avec ce jouet pour enfant*

    -Iwa peut-être pas, mais Shishou certainement. Et Iwa sans Shishou, ça sera facile.


    Et il se lança dans la nuit, toute bonne résolution disparue. Il eut quand même le temps de penser que le chapeau tenait bien sur sa tête quand il se déplaçait, et que la fumée de sa pipe ne l'empêchait pas de courir.

    Il pris bien garde à ne pas les rattraper, mais il ne se faisait guère d'illusion. Tous n'étaient pas dotés comme lui d'une vision nocturne. Personne n'allait le remarquer. Il redoubla tout de même de prudence quand plusieurs voix s'élevèrent. Apparemment, l'enfant n'était pas seul. Une dizaine dz gamins entouraient maintenant le géant Iwa qui s'était immobilisé. L'occasion parfaite. Monster savait que ce simplet n'oserait jamais lever la main sur des enfants.

    L'Homme-Poulpe se rapprocha discrètement, épaula son fusil et visa. Il ne s'était que très rarement servi d'une arme, mais ce genre d'ustensile de foire était conçu pour des débutants. Il n'y avait que très peu de chances qu'il rate son coup. La balle allait perforer de part en part le céphalopode, aucun doute là dessus. Il ne restait plus qu'à presser la gâchette.

    Il suspendit sa respiration, rapprocha son doigt et commença à presser, refoulant l'excitation d'enfin venir à bout d'un des Hommes Poissons qui le narguaient continuellement.


    « Ah attendez ! Sur la tete de l’ogre y a... C’est... J’ai retrouvé la famille de Poulpyyy ! Faites attention, le monstre chuis sûr il l’a pris en otage, faut le sauver ! C’est un gentil poulpe, c’est le frère perdu de mon ami animal ! »

    "Il faut juste pas faire mal à la ptite pieuvre c’est ça ? Les gars ! On le récupère, en avant !"

    Monster poussa un petit rire. Ces jeunes enfants pensaient pouvoir venir à bout d'Iwa pour récupérer Shishou ? Des batons et des cailloux ne suffiraient pas pour cela. Mais qu'importe, car Shishou vivait ses derniers instants. Il essaya de presser la gâchette.

    Mais son doigt parut soudain faible. Tout d'un coup, il visionna la scène. Shishou à terre, couvert de sang devant des enfants traumatisés, certains pleurants.


    *Tire !*

    Il allait être détesté par dix enfants. Le monstre qui tuait le gentil poulpe.

    *Tire !*

    Il jeta l'arme au loin et se rapprocha. Tant qu'à faire preuve de clémence, autant le faire jusqu'au bout. Il tira quelques bouffées de sa pipe -qu'il commençait vraiment à apprécier- pour se donner une contenance. Il entreprit d'entonner sa voix la moins caverneuse et effrayante possible.

    -Bonjour jeunes gens ! Je me présente, je m'appelle Monste... Appelez-moi Mons. Et voici Iwa, et Shishou. Si vous leur demandez gentiment, je suis certains qu'ils accepteront de jouer avec vous. Je suis même convaincu que Shishou acceptera de descendre de la tête d'Iwa. Alors que diriez-vous d'arrêter de frapper ce grand énergumène, hum ?


    Dernière édition par Monster le Dim 22 Sep 2013 - 14:47, édité 2 fois
    • https://www.onepiece-requiem.net/t4261-doc-monster
    Stop. Silence. Accordez donc une petite minute à ces enfants. Ils leurs fallait bien un petit moment de réaction. Un ogre grassouillet qui avait une tête d’ahuri, c’était affrontable… Mais le nouvel arrivant n’avait même pas une silhouette comparable à celle d’un humain ! L’ogre encore avait une bouche, des dents, deux bras, des pieds et des poils qu’on pourrait apparenter à des cheveux et une barbe… Mais l’autre là… C’était complètement un Monstre ! « Mons » qu’il s’appelait d’ailleurs de ce qu’il disait.
    Et sa façon de s’habiller… De se déguiser ? C’était évident, ce monstre essayait de se faire passer pour un humain pour berner de pauvres enfants innocents et les emmener pour les croquer tout cruuu ! Quelle horreur !

    « Ah… AAAAAAAAAAAAAAAAAAAHHHHHH ! »

    Panique général, d’accord, un ogre ça va, mais un alien, c’était un peu trop pour le cœur des enfants. C’était de looiiin trop effrayant. En plus, de ce qu’il sous entendait, il était complice avec l’ogre. Cette île était infesté de monstres ! C’était pas bon tout ça ! Et Jajam ? Sosow ? Zegou ? Tout le monde ? Est-ce qu’ils allaient bien ? Papiwan l’est un peu fragile faut dire ! Et Tatal ? Est-ce qu’il est accompagné ? Haan c’était pas bon du tout ça !
    Pire encore, les troupes enfantines s’étaient repliés, abandonnant Uriko seul face à ses deux grosses bêtes affamés prêt à miamer l’enfant sans en laisser une miette. Bouh bouh ! Où s’était envolé toute ces combativité de tout à l’heure ? Ah ? Nan ! Il restait quelqu’un ! Armé d’un gros bâton, celui-ci faisait barrière entre Uriko et les deux hommes poissons.

    « Ne… Ne bougez pas ! Ne t’inquiète pas ! Je… Je vais te protéger ! »

    Ouaah, le leader de tout à l’heure, une personne bien courageuse ! Il lui rappellerait presque lui à l’époque sur Shimotsuki. Ah nan, pas le temps de se souvenir, fallait faire quelque chose… Hélas, il ne pourrait pas récupérer le membre de la famille de Poulpy. Il était trop bien gardé, mais il reviendrait, il n’aurait qu’à prévenir la Team Rocket. A tout les coups ils accepteront de venir le récupérer… Mais pour l’instant, ils devaient s’enfuir ! Uriko était un chasseur de primes après tout ! Son rôle était de capturer tous les méchants et faire appliquer la justice ! Faudrait que quelqu’un lui explique réellement ce que signifie être chasseur de primes tout de même…

    « Yaaah ! TS n°3 : Bouboules puantes ! »

    A ces mots, l’enfant sortit et envoya deux boules puantes vers le poulpe humain. Fabriqués maison par la collaboration des enfants du village de Shimotsuki, autant vous dire que leurs effets nauséabond étaient assez puissant pour faire pleurer Rachel ! C’est dire leur potentiel dévastateur !
    Elles n’avaient pas nécessairement à libérer leurs contenu sur la tête de l’homme poisson, si elles tombaient au sol, cela libérerait également la mauvaise odeur. Maintenant était l’occasion de s’enfuir. Uriko attrapa la main de son nouvel ami avant de s’enfuir se cacher derrière les ruines du parc.

    « Ouf… Chais pas si ça a marché ! Haan, qu’est-ce qu’on peut faireuuh… »
    « On cours ! Viens on va trouver des renforts ! »
    « Maiis… Ils vont nous rattraper ! Les grands, ça court vite. »
    « Oui c’est vrai… C’est pas juste, ils ont de grandes jambes… Et l’autre là… Chuis sûr qu’il peut voler ! »
    « Tu… Tu crois ? Haan… Ca fait peuuur… Hmm… Je sais ! »
    « Quoi ? »
    « Va retrouver les autres ! On va préparer un plan de contre attaque ! Pendant ce temps je les divertis ! »
    « Hein ? Mais… Je peux pas laisser une fille faire ça ! C’est trop dangereux ! »
    « Une fille ? Mais… Chuis un garçon moi ! Et pis chuis fort ! J’ai capturé un pirate qui valait 50 millions une fois ! Vas y laisse moi faire tu vas voir ! Mais reviens vite hein ? Parce que j’ai pas envie de me faire miamer… »

    Choc… Un garçon ? Déboussolé quelque peu, l’adolescent préféra éviter de réfléchir et partit malgré tout seul de son côté pour revenir avec un plan de contre attaque. Uriko sortit de sa cachette. Sortant son Pow hammer. Mais il ne ferait que courir et se cacher en faisant quelques grimaces pour attirer leurs attention. Un plan parfait ! Enfin… Presque… Car, en sortant de sa cachette, ce n’était ni l’alien de tout à l’heure, ni l’ogre qui étaient là… Mais des hommes genre barbare, bien dégoulinant qui plus est avec d’énormes poulpes accrochés à leurs corps… De la famille à Poulpy aussi ? Ah… Nan ! Ca y est ! Il avait compris ! C’était sans doute des ennemis de la famille Poulpy… Ils étaient là pour la petite pieuvre ?

    « Ah, ça je m y attendais pas… AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAHHHHH ! »

    Autre cri de détresse, un ça allait, deux ça pouvait passer… Mais une dizaine de monstres, non ! Et le voilà de nouveaux en situation de faiblesse…
    • https://www.onepiece-requiem.net/t3484-uriko-lhant
    • https://www.onepiece-requiem.net/t3394-uriko-lhant-encore-un-boulet-en-plus
    Quelques secondes seulement après son apparition, voilà que la plupart des enfants prenaient la fuite devant les trois Hommes-Poissons, comme si ceux-ci étaient leurs ennemis. Il y avait une méprise, assurément, et elle ne pouvait provenir que d'Iwa. C'est lui qui avait l'air menaçant. Monster ayant des lunettes, une pipe et un chapeau, il était convaincu qu'il ne pouvait désormais qu'attirer la sympathie des humains, vu qu'il tâchait de leur ressembler. Bien sûr les tentacules qui sortaient de sa bouche et ceux remplaçant ses jambes, ainsi que sa taille de plus de deux mètres, ne jouaient pas en sa faveur. Mais c'étaient des détails, comparés à son beau costume.

    Non ?

    Quoi qu'il en soit, pendant qu'il réfléchissait au pourquoi de cette frayeur enfantine, les deux derniers gamins avaient eux aussi commencés à bouger. L'un deux (celui que suivait Iwa tout à l'heure) leur jeta même au visage de petites et étranges boulettes qui éclatèrent au contact de la peau de Monster. Celui-ci tenta de hausser les sourcils, se rappelant immédiatement qu'il n'en avait pas, pour exprimer son étonnement. A part une très légère gène, il n'avait rien senti. Était-ce une attaque contre lui ? Et si oui, que cherchait à faire l'enfant ? Il se tourna vers Shishou et Iwa et put observer qu'eux, par contre, semblaient avoir été touchés par une quelconque offensive. Iwa semblait respirer difficilement tandis qu'il palissait, et Shishou était agenouillé et se tenez le nez avec ses deux mains. L'attitude de faiblesse évidente des deux Hommes-Poissons permit à Monster de

    (les achever pendant qu'ils étaient sans défense)
    comprendre en quoi consistait l'attaque du petit. Des boules puantes, rien que ça. Et vu dans quel état elles avaient mis le gros Shishou, elle devaient être sacrément puissantes, et ça expliquait aussi pourquoi tout le monde avait pris la fuite.

    Quelle chance que Monster n'ait pas de nez.

    Au final, ça n'était pas plus mal. Shishou hors course, il n'aurait aucun problème à se faire apprécier des enfants vu que plus aucune horrible créature ne leur ferait peur. Il s'agissait maintenant de les retrouver, vu qu'ils avaient pris la fuite. Monster se mit en avant, d'une foulée tranquille vu qu'il savait que sa venue serait accueillie avec enthousiasme. Il en profita d'ailleurs pour rallumer sa pipe et aspirer à nouveau de longues bouffées. Il était en train de devenir complètement addict à cet instrument, pour son plus grand plaisir.

    Après plusieurs minutes de marche (ils s'étaient cachés, les petits coquins), Monster entendit enfin de l'activité devant lui. Des bruits de pas de plusieurs personnes, la bande d'enfant, à tous les coups. Mais il déchanta très vite et sa bonne humeur retomba : le petit homme qui avait réussi à mettre hors-course les deux parasites Hommes-Poissons était maintenant encerclé par une poignée d'individus pour le moins atypiques. Des humains portant sur leur corps des créatures assez similaires à ce qu'il pouvait parfois trouver dans les abysses, quand il y vivait. Des sortes de calamars,animaux qu'il n'aimait pas du fait des quelques ressemblances entre son propre corps et les leurs. Cette espèce semblait en outre plutôt dangereuse, de ce que pouvait voir Monster. Elles semblaient agir comme une sorte de parasite, semblant sucer le sang de leur hôte, et quelques secondes d'observation permirent à l'Homme-Poulpe de comprendre que cela leur permettait de contrôler les mouvements des humains. Ceux-ci semblaient avoir leurs mouvements ralentis, peu coordonnés, et ne semblaient pas essayer de retirer les pieuvres de leur corps.

    Mais plus important, leur attitude semblait peu amicale à l'encontre du gamin. Ils s'approchaient de lui les bras tendu, et prononçaient en insistant plusieurs secondes sur chaque syllabe :


    « Ceeeeeeeeeeeerveauuuuuuuuuuuuuuu..... »

    Alors peut-être qu'ils voulaient juste jouer au cerf-volant avec l'enfant, mais dans le doute, Monster décida de s'interposer pour le protéger. Se plaçant entre lui et eux, il défia le premier du regard, lança deux tentacules en avant et entreprit de séparer la créature fixée à l'hôte le plus proche. Il rencontra une étonnante résistance, et entreprit de tirer de toutes ses forces pendant que l'humain frappait les tentacules de ses gros poings, ne provoquant que peu de dégâts vu la texture gélatineuse de ces appendices.  Après quelques secondes, il compris que cela était inutile et qu'il ne parviendrait à rien avec la force. Pourtant il fallait qu'il agisse, car les autres s'approchaient de plus en plus. A regret, il décida de ne pas prendre de risque. Attrapant autour de la taille les deux plus proches avec ses tentacules, il serra du plus fort qu'il put jusqu'à entendre un craquement sinistre et que les corps tombent au sol. Il répéta la même opération avec les deux autres assaillants, et obtint le même effet. Cela l'attrista un peu car il aurait préféré sauver ces humains, mais il n'était même pas sûr qu'ils étaient encore en vie. Il se promit néanmoins d'étudier la chose quand il aurait un peu plus de temps, au cas où il en rencontrerait d'autres.

    Il se retourna alors vers l'enfant tremblant et tira à nouveau sur sa pipe pour se donner le plus possible un genre humain. D'un ton qu'il voulait amical et noble, il s'inquiéta de son état :


    « Ça va mon garçon ? »

    Mais il n'eut pas le temps d'attendre la réponse car, derrière lui, le bruissement d'un corps qui bouge se fit entendre. Le temps qu'il se retourne, il put constater que quatre nouveaux adversaires identiques se trouvaient face à lui, tandis qu'il n'y avait plus de corps au sol. Il ne put s'empêcher d'être captivé par ce qu'il se passait sous ses yeux.

    « Quel impressionnant phénomène de régénération... Il va falloir que j'étudie tout ça. Quoi qu'il en soit, garçon, il va falloir courir et se cacher. Tu peux courir, j'espère. Si oui, en avant ! Je te suis ! »
    • https://www.onepiece-requiem.net/t4261-doc-monster
    Bon, alors tout ne se passait pas comme prévu, d’une part, le petiot était encerclé et ensuite car soudainement il y avait l’autre monstre de tout à l’heure qui était de nouveau réapparu. Comment cela se faisait-il ? L’alien n’avait même pas l’air d’être affecté par les boules puantes, pourtant, il était à peu près sûr que c’était de puissantes boules mal odorantes… Aucun doute possible, seul un monstre de cette envergure pouvait résister à cette attaque nauséabonde. Ce monstre était décidément assez redoutable pour être un boss final.
    Et nul doute que vu son arrivée précipitée, il était possible qu’il soit à la tête de cette nouvelle troupe de zombie-poulpe. Attendez une minute… Cela voulait-il dire que Monsieur monstre était le leader du gang anti Poulpy ? Ouh là, attendez, l’intrigue devient vachement compliquée là sur le coup… Faut pas tout lui donner d’un coup au ptit. Même son imagination débordante avait ses limites.
    Mais nan, même pas qu’on lui laisse le temps car soudainement, le leader anti-poulpy (Monster si vous avez suivi), avait commencé à entamer une attaque sur ses propres confrères ! Pourquoi donc ? L’espace d’un instant, Uriko avait pensé que c’était dans le but de le sauver, mais là encore son imagination ne pouvait s’empêcher de s’en mêler. Après tout, il devait envisager la possibilité que ce ne soit juste une question de « c’est ma proie ! Pas touche ».
    Oh nan ! Ne fais pas semblant d’être compatissant et tout gentil ! Monsieur monstre était encore loin d’avoir le charisme d’un vrai super héros, comme Rawf quoi. Ouaip d’abord. La preuve qu’il était pas un vrai gentil était pourtant évidente, attaquer ses alliés sans la moindre once de culpabilité et de remords, voilà la vrai nature de ce soi disant nommé « Mons ». Mais hors de question pour l’enfant de lui faire confiance, ses parents lui avaient toujours dit de ne jamais aller dans la forêt seul avec un inconnu. Non merci, l’enfant savait très bien se débrouiller seul ! Sans crier garde, celui-ci s’éloigna de Monsieur Monstre pour bondir d’un coup sur un des sous fifres, sortant son arme.

    « Yaaah Pow Hammer ! »

    Bam ! En plein sur la tête ! L’humain parasité était tombé par terre ! Ha ha, il savait bien qu’il en était capable. Bon, il ne fallait pas lui dire que ces humains n’étaient que sous l’emprise de ces poulpes maiiis… L’important c’était qu’il pouvait aussi s’en sortir. Faisant preuve d’agilité et de réactivité, l’enfant continua son assaut sur deux autres crapules ! Ce qu’il était fort quand même ! Zegou serait fier de lui !
    Dans un élan de fierté, celui-ci pointa son marteau vers Monsieur Monstre.

    « T’as vu ! J’peux me défendre tout seul ! D’abord ! Alors n’essaye pas de… »

    Oh oh… Ptit problème… Uriko avait certes mis dans les vapes le réceptacle des ces créatures des fonds marins maiiis… Soudainement, le voilà qu’une des bestioles avait abandonné son hôte pour sauter sur le pauvre enfant. Inutile de préciser l’expression apeurée de l’enfant en voyant quelque chose d’aussi moche lui sauter à la figure et de s’agripper à lui, derrière son cou…

    « Aaah ! C’est dégoûtaaant ! Lâche moiii ! Lache moiii ! »

    Il pouvait au moins essayer de se débattre maiiis… Cela était vain, la texture du parasite empêcher les coups de faire leur travail… Et quelques secondes plus tard, l’enfant était désormais sous l’emprise de la créature. Et se préparer à vouloir se venger du Mons’. Identifié comme ennemi. Uripoulbie était né. Et il n’était pas seul. Car bientôt, une troupe d’enfants arriveraient, et dieu sait que la tentation de les parasiter sera forte. Ils pourraient les conduire au village principal qui plus est. Un corps jeune et en pleine forme, l’idéal pour ces créatures des profondeurs. Et puiiis il y en aurait suffisamment pour avoir un stock de nourriture en plus nan ?
    • https://www.onepiece-requiem.net/t3484-uriko-lhant
    • https://www.onepiece-requiem.net/t3394-uriko-lhant-encore-un-boulet-en-plus
    Bon... Les choses commençaient à vraiment sentir mauvaises. Encore une fois, rappelons que c'est une expression, étant donné que Monster ne dispose pas du sens de l'odorat à proprement parler. Mais là, le gamin qu'il voulait sauver venait juste de se faire attraper par un des monstres tentaculaires. Les autres monstres tentaculaires... Pas lui... Trop de tentacules et d'enfants dans cette histoire pour que ça soit sain... Mais pour l'instant, on s'en sort pas mal.

    Quoi qu'il en soit, Monster ne savait plus vraiment ce qu'il devait faire. Voilà que le garçon et son parasite se tournaient vers lui et semblait le menacer. Il ne pouvait décemment pas l'exécuter comme il avait tenté de le faire sur les adultes possédés. Ce n'était qu'un gosse d'une dizaine d'année après tout. Il devait bien y avoir une solution.

    Mais il devait se rendre à l'évidence, à l'heure actuelle, il n'en avait aucune. Il décida donc de battre en retraite pour l'instant dans le but d'établir une stratégie. Mais avant qu'il ait pu prendre ses tentacules à son cou, un gémissement fatigué se fit entendre.


    -Hum... Ma tête...

    L'Homme-Poulpe tourna la tête vers l'origine de la voix pour constater qu'il s'agissait de l'ancien hôte du monstre qui possédait maintenant le gamin. Apparemment il avait recouvré tout son libre arbitre après avoir été libéré, même s'il semblait un peu confus. Il n'en restait pas moins un  potentiel allié pouvant l'aider à comprendre ce qu'il se passait ici. Monster enroula donc une tentacule autour de sa taille malgré ses cris paniqués, et s'enfuit en courant.

    Il était loin d'être rapide à la course, mais il l'était toujours plus que les monstres lourdauds qui tentèrent de le suivre un moment mais qui se résignèrent vite. Bientôt, il se retrouva seul avec son témoin prisonnier qui continuait de crier des
    « Pose moi ! Laisse moi partir ! ».

    -Silence, imbécile. Je viens de te tirer des ventouses de ces monstres et toi tu veux les rameuter par ici ? Ce manque de reconnaissance me peine...

    Pour lui montrer qu'il était un allié et non un ennemi, il le reposa au sol et en profita pour enfoncer à nouveau une dose de tabac dans sa pipe, avant de l'allumer. L'humain le regardait d'un œil curieux.

    -Qui es-tu ?

    -Oh pardon, c'est très impoli de ma part de ne pas m'être présenté. Je suis Mons. Futur humain et ami des enfants. Disait-il alors que ses tentacules buccaux s'animaient toujours anarchiquement. Et j'ai justement un petit problème, étant donné qu'il semblerait que ta libération ait entraîné le parasitage de mon jeune ami dont tu dois te rappeler.

    L'homme le dévisagea un instant, surpris du ton un peu snob du monstre qui lui faisait face. Puis il rangea toutes ses questions au fond de sa tête et devint sérieux.

    -Abandonne le gamin. Je t'assure que tu ne peux plus rien faire. C'est triste, mais c'est comme ça. Quand les parasites sont attachés aux gens, même la force ne peut les enlever.

    -Hum... J'attendais une autre réponse... C'est ennuyeux...

    Monster réfléchit quelques instants à ce qu'il devait faire maintenant, puis se détourna et laissa l'humain en arrière.

    -Je vais trouver une solution par moi-même. Tu devrais partir maintenant. Profite bien de ta liberté.

    Il n'eut le temps que de faire quelques ententaculées avant que la voix de l'homme ne l'arrête à nouveau.

    -En fait... Il y a une chose qui permet de détacher les parasites... Mais pour être honnête, si j'avais eu à choisir, je pense que j'aurais préféré la mort...

    Monster se retourna, tout ouïe.

    -Il m'est arrivé une fois de voir un de ces monstres se décrocher. Un jour où l'un de mes anciens camarade s'est retrouvé piégé dans un bâtiment en flamme, sur laquelle la foudre était tombée. On a retrouvé son corps et celui de son parasite, un peu plus loin, complètement carbonisés.

    -Hum... C'est à creuser... Ils craignent la chaleur, alors. Mais comment savoir s'ils ne se décrochent pas qu'après la mort de leur hôte ?

    -Je ne crois pas. Comme je te le dis, on a retrouvé les deux cadavres à plusieurs mètres l'un de l'autre. Je crois que mon ami a joui de quelques instants de liberté avant d'y passer, et qu'il a tenté de s'enfuir.

    -Intéressant. Je suis médecin, je pense pouvoir soigner les blessures d'un grand brûlé sans qu'il succombe. Je dois pouvoir être capable de sauver l'enfant, dans ces conditions, même si cela ne m'enchante pas de devoir lui faire subir une telle torture. Merci de ton aide, en tous les cas. Il ne me reste maintenant qu'à trouver un moyen de faire du feu dans les environs.

    -Je peux peut-être t'aider pour ça aussi. En fait, je travaillais ici, dans ce parc, il y a bien longtemps. Avant que Krasspoutine, le chef des parasites, ne débarque sur cette île et ne nous transforme en zombies, moi et mes amis. L'un des manèges dans le coin, la montagne russe, pourrait t'intéresser. Pour rendre l'attraction encore plus impressionnante, les wagons passaient en dessous d'une barrière de feu produite par un gaz inflammable.  Bien que ça n'ait probablement plus servi depuis longtemps, je suis convaincu qu'il en reste suffisamment pour ce que tu comptes faire. Il suffit de tirer une manivelle dans la cabane de contrôle pour activer le mécanisme.

    Enregistrant mentalement ces informations, Monster nota qu'il avait bien fait de sauver l'individu. Il lui était effectivement d'une grande aide.

    -Très bien. Va, maintenant. Et essaye de ne pas te faire rattraper. Je pense que tu as bien assez souffert ces dernières années. Moi, il faut que je mette le tentacule sur cet enfant, maintenant.

    Sans plus attendre, il reparti à la conquête de la nuit.
    • https://www.onepiece-requiem.net/t4261-doc-monster
    Groaaa ! Groaaa ! Miameeeer ! Groaaa ! Urikozombie veut vous miamer le cerveauuu ! Groaaa ! Effrayant hein ? Le petit possédé était désormais sous le contrôle du gang des parasites de la famille rivales du clan de Poulpy (Si si souvenez vous). Ce corps si jeune, si frais, c’était tellement plus facile de se mouvoir et de prendre possession de ce physique qu’il fallait absolument faire passer le message aux camarades, adieu corps repoussant, rebelles et brutes. La nouvelle génération était tellement plus docile. Pourquoi n y avaient-ils pas pensés plus tôt ? Y a tout un village d’enfants prêt à se laisser parasiter gentiment. Hmm, en plus ils devaient débordés de sucres… Ah ? Mince, visiblement la prise de contrôle n’était pas sans effet secondaires. Si bien que la créature tremblait légèrement… Un débordement d’énergie trop importante qui donnait des spasmes de sautillement arrivait de temps à autres. Il était évident qu’avec un nouveau genre de réceptacle il y aurait sûrement des réactions différentes…

    Tout cela ne serait bien entendu que temporaire, le temps de s’adapter. Avançant lentement tel un zombie, la troupe se dirigeait dès à présent au cœur de l’île, là-bas, ils trouveraient sûrement de nouveaux hôtes.

    « Chair fraiiiiiiiiiiche. »
    « Cerveeeeeauuuux ! »
    « Miameeeeer, d’abooord. »

    Quand on emprunte l’apparence d’une personne, y a une partie du mental qui reste, Uriko en avait déjà fait l’expérience. Même que c’était avec un grand homme de la marine qui fait très peur, qu’à plein de cicatrices partout et qu’est un homme poisson.
    D’ailleurs en parlant du loup… Enfin d’homme poisson, voilà que l’autre poulpe, le Mons’, se pointait. Décidément, y avait trop de ces bestioles là, on tombe à court de synonymes. Bref, il semblait bien sûr de lui, mais que pourrait-il faire contre une armée de gros méchants ?

    « Miaaameeeer ! Pow cerveeellle ! »

    Soudainement, le garçon infesté bondit sur la créature qu’était tout aussi terrifiante que lui et les autres, criant par réflexe un nom d’attaque au passage mais avec le marteau en moins. Cet homme était dangereux, ils le sentaient, il fallait rapidement s’en débarrasser et l’empêcher qu’il ne s’enfuit…
    Suite à l’initiative d’Evil-Uriko (Non, on parle pas d’Eriko, même si ça expliquerait pourquoi il s’appelle Eriko…), toute la meute s’empressait également de sauter sur lui, quitte à l’écraser sous le poids d’une dizaine de personnes et endommager leurs réceptacle, ils s’en fichaient puisque de toute manière, eux ne recevraient pas de dégâts ni de douleur directs.
    • https://www.onepiece-requiem.net/t3484-uriko-lhant
    • https://www.onepiece-requiem.net/t3394-uriko-lhant-encore-un-boulet-en-plus