AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  

Le deal à ne pas rater :
Xiaomi Mi Days sur eBay : 15% de réduction
Voir le deal

Padre mio...[solo]

Yohoshi Kentarô
Yohoshi Kentarô

♦ Localisation : North Blue

Feuille de personnage
Dorikis: 1115
Popularité: -7
Intégrité: -2

Lun 1 Juil 2013 - 22:10

19 Novembre 1621


Cette journée avait décidément bien mal débutée. J'étais tombé lamentablement de mon lit en me levant, et j'avais ripé contre le parquet dans le couloir juste après. Mon thé s'était renversé sur moi, et je n'avais pas réussi, malgré mes efforts, à allumer une clope. Trop de mauvais signes s'accumulaient en ce jour. Cela faisait maintenant trois heures que je travaillais dans la chaleur du grand four, la peau éclairée par le feu, les muscles bandés à force de soulever ce marteau. La lame que je créais en ce moment devait rentrer dans ma collection d'armes, et je ne la vendrais sûrement pas. Seulement, à tout œuvre d'art il faut le temps de création! Et aujourd'hui mon bras se faisait plus faible, je trouvais mon travail insignifiant, désespérant même. Pour la première fois de ma vie, je me voyais juste en train de taper sur un bout de ferraille. Je lâchais mes outils, n'arrivant à rien de concluant pour le moment. C'en était rageant. Mais ça, pour un mauvais présage c'en était un beau. Les clients étaient rares aujourd'hui, et j'avais à peine vu deux personnes venant faire affuter leurs couteaux. Rien de bien constructif en somme. Je sortis sur le parvis, essayant pour la énième fois d'allumer cette clope. Mon allumette se craqua, et je réussis enfin à tirer une latte. Quel bien ça faisait. Et en même temps, quelque chose me préoccupait. Je n'étais pas tranquille. À la vérité, je savais pertinemment la raison de mon inquiétude. Mon père. Depuis trois jours il était cloué au lit, souffrant le martyr, et ce matin il s'était levé comme une fleur, et était parti vers la forge. Son teint blafard ne me trompait pas. Chez moi, une peau blanche est normale, chez lui, c'est très inquiétant. Mais bon, depuis qu'il était arrivé, je n'entendais que le bruit du marteau sur l'enclume, et jamais un bruit ne m'a autant rassuré. Il a encore de belles années devant lui le paternel. C'est sur ses pensées que mes paupières se fermèrent, me permettant de finir ma nuit. Je ne sais pas combien de temps je dormis, mais le réveil fut brutal..

Un homme, que je connaissais bien, vint me réveiller, alors que le soleil s'était déjà caché de nous. Je savais qui il était, et sa simple présence me fit paniquer. C'était le médecin du village, et il était en tenue de travail... Mon esprit s'emplit de doute, et mes sens se ravivèrent. Je tendis l'oreille, tentant d'ouïr le tintement du marteau sur l'enclume. Rien. Était il déjà si tard qu'il était rentré? Impossible, il m'aurait réveillé. Faisait il comme moi? Une petite sieste réparatrice. À voir la foule qui s'attroupaient autour de l'atelier, ce n'était pas le cas.. Pas du tout. Mon sang ne fit qu'un tour , et je partis au galop. Je poussais la porte du magasin, défonçais la porte de la réserve et ouvrais enfin la porte du grand four. Et mon cœur s'arrêta de battre. Le temps arrêta sa route, et mes yeux s'immobilisèrent. Si à ce moment le sol s'était dérobé sous mes pieds, cela ne m'aurait pas étonné. La vision que j'avais étais la plus horrible que j'ai jamais pu imaginer. Mon père était étendu sur son enclume, sa tenaille dans une main, le marteau dans l'autre. Ses yeux cherchaient le vide, et sa bouche s'étirait en un sourire. Devant lui, juste derrière l'enclume, il y avait une épée. Une épée parfaite, comme toujours. Il venait de mourir, sur son lieu de travail, en travaillant, et avait même pris la peine de finir son œuvre avant de mourir. Il n'était pas mort debout, mais c'était tout comme. On n'a jamais vu mort plus glorieuse parmi tous les forgerons de ce monde.

Moi qui me croyais si fort, si résistant, mes yeux eurent raison de moi. Les gouttes d'eau perlèrent à leurs coins, tombant en rigole dans le creux de mes joues. Le plus grand des hommes, le forgeron le plus doué de sa génération, le père idéal, mon père, était mort. Je ne parvenais pas à me faire à l'idée.. Plus jamais une arme ne porterait l'inscription Kiishi Kentarô, plus jamais un sabre n'aura autant de puissance que ceux là... Jamais la vie ne reviendrait en ce corps. C'en était fini de lui, il avait été terrassé par ses chois, tué par la vie, par sa vie. Mes genoux choisirent de m'abandonner à ce moment là, me laissant chuter au sol, à deux pas de ce corps inerte. Voila donc pourquoi les mauvais présages s'accumulaient ce matin... À genoux, presque en rampant, je vins me tirer jusqu'à cette illustre dépouille, ultime souvenir de mon père.. Ma main se posa sur son corps encore chauffé par le grand four. Même après la mort, il semblait garder en lui une si grande vitalité!! Quelque chose d'exceptionnel. Et j'eus une surprise. Le dernier mot du mort. Je sentis un papier dans cette poche, vieillie et trouée. Je tirais la feuille, ouvrant les yeux sur une lettre rédigée en ces termes.

Citation :

Fiston,
Si tu lis cette lettre, je suppose que je dois être mort. Quel mauvais coup du sort... J'aurais bien aimé vivre plus longtemps, voir tes œuvres, connaître tes succès et les partager avec toi. Mais je n'aurais pas cette chance. Je t'écris ça depuis mon lit bien chaud, que je quitterais demain matin pour travailler. Je ne sais pas si c'est une bonne idée, mais je refuse de mourir dans mon lit. Ma vraie maison c'est la même que la tienne, c'est notre forge. C'est mon trésor, et je te le confie! Tu es le plus talentueux forgeron que j'ai jamais connu, ne gâche pas ton talent. Ah oui, je suppose que tu es en train de pleurer en lisan cela. Arrête ça tout de suite. Je vais pas pouvoir vérifier, mais je te fais confiance. Tu respecteras bien la devise de la forge. Dis là haut et fort, clame la par dessus ma mort, fais la survoler les monts et les vallées, porte la aux quartes coins du monde, mais ne l'oublie. Dis la maintenant. Dis là, maintenant que je suis mort..


Les larmes s'arrêtèrent, comme stoppées par ces mots. Ils n'étaient pas d'une qualité exemplaire, mais ils signifiaient tant de chose. La devise de la famille... Quel intérêt avait elle, maintenant que la maille se limitait à moi et à moi seul... Mais on respecte la dernière volonté des morts. Je pris une inspirations, rejetait la tête en arrière, avant de hurler au ciel:

Forgeurs d'avenir, forgeurs du passé, revenez moi, et forgeons notre destinée!

Une phrase certes ridicule, mais qui avait une importance capitale dans ma vie. Le premier homme à bafouer cette phrase mourrait immédiatement. Et apparemment, on m'entendit jusque dehors. Toute la foule accumulée là s'était tue. Mon bras passa sous les hanches de mon paternel, je le soulevait sur mon épaule, comme j'avais l'habitude de le faire. Je sortis avec lui sur mes épaules, comme une époque que je n'aurais jamais du perdre... Les regards se tournèrent lentement vers moi, emplis de tristesse et de compassion. Quels braves gens.. Une personne se démarqua de la foule, soudainement. Il tenait dans sa main plusieurs parchemins. Cet homme n'était personne d'autre que Wosh, le cordonnier du village, et le meilleur ami de feu mon père. Il posa dans ma main ces trois feuilles, me murmurant que mon père me les avaient laissés. Qu'est ce que cela pouvait bien être?
Yohoshi Kentarô
Yohoshi Kentarô

♦ Localisation : North Blue

Feuille de personnage
Dorikis: 1115
Popularité: -7
Intégrité: -2

Jeu 4 Juil 2013 - 23:46

Ces papiers n'étaient pas de simples feuilles volantes. Ce n'étaient pas de vieilles recettes de grand-mère et encore moins des pages d'un quelconque journal intime. Il s'agissait de plans. Des plans d'un bateau exceptionnel, un bateau unique dans l'histoire de la création humaine. Un radeau relativement petit, mais cela ne s'arrêterait pas là. Au centre, il y avait une petite cabine, avec une cheminée sur le toit. Une cheminée qui devrait bientôt cracher des tonnes de fumée dans l'air. Une cheminée sous laquelle il allait y avoir un grand four. Non, pas un four, mieux. Une forge! Avec un atelier complet de forgeron. Une création unique! Une forge navigable! Mais il y avait un problème. Pour un radeau, il fallait adapter le poids de la forge afin que celui ci ne s'écroule pas au centre. Et pour des forgerons cela promettait d'être complexe, et cher! Mais ce n'était pas qu'une vulgaire forge. Tout en haut de la première page, il y avait un nom: L'Espoir.  Et ces pages étaient signées par le plus grand forgeron que cette Terre ai porté, Kiishi Kentarô. C'était son rêve, son idéal. Pouvoir fournir des armes à qui le veut, quand il le veut, pour que chacun puisse se défendre. Mais le temps, son âge, son travail et un ensemble de choses avaient fait qu'il n'avait jamais pût accomplir son idylle.
 Une fois de plus, les larmes échappèrent à mon contrôle et coulèrent à flots le long de mes joues. Ce bateau, ce chef-d'œuvre était sûrement le seul regret de mon père, depuis là où il était. Mais pas question que cela reste inachevé pour l'éternité! Je frappais mon poing au sol, avant de sécher mes larmes, me relevant, face à tout le monde. Ils étaient tous des amis de mon père, ou des gens qui avaient profité de sa générosité. Et pour eux, comme pour lui, il allait reposer en paix. C'était une œuvre de sauvetage qui allait se passer. Je remerciais rapidement tout le monde, et fermait le magasin. Je m'enfermais chez moi, dans le hangar de la maison, pour construire L'Espoir. Un accomplissement et une tâche, qui prendrait du temps...

                                                   
16 juin 1623

Deux ans à peine avaient passés. Deux ans qui rimaient avec sueur et acharnement. Deux ans d'un travail exceptionnel, énorme, pour un homme seul. Bien sur que ce chantier aurait pu s'achever en moins de 6 mois, avec de l'aide. Mais c'était mon devoir de le faire seul, et même si les propositions n'étaient pas rares, j'avais toujours refuser toutes les aides. Mais j'avais tenu bon. J'avais sacrifié deux ans de ma vie, pour permettre à mon père de reposer en paix. Il ne restait plus qu'une seule chose à accomplir. Dire au revoir au village et partir sur les mers pour accomplir pleinement ce rêve. Et il faut dire que ça m'arrangeait. J'en avais plus que marre de rester dans cette médiocrité ambiante. Je n'avais rien contre les villageois, mais si je voulais fabriquer des lames de la qualité des lames supérieures et être proclamé Maître Forgeron, je me devais de m'élever. Et je ne comptais pas attendre. Les choses se passèrent des lors très vite.  Je ramassais mes affaire dans un grand sac rempli de fourbi depuis déjà deux mois. Je le balançais sur mon épaule, sans aucune hésitation. Une lettre d'au revoir gicla sur la table de la cuisine, et je sortis. L'Espoir, puisque c'était son nom, était bien là, fier et droit, sur sa rampe de lancement. Pas énorme, mais tout de même impressionnant. Un dernier coup d'œil pour vérifier que mes outils étaient bien dedans, et je montais à bord. Je desserrais le levier qui bloquait ma forge, et le bateau glissa vers l'eau, comme par magie. Le contact avec l'océan fut magique. L'eau m'éclaboussa de partout et je ne pus m'empêcher de sourire, et même de rire. J'étais enfin libre. Et j'avais réussi ce que je voulais obtenir... Je naviguerais maintenant sur le flots, vendant des armes de haute qualité à qui le voudrait bien. Et ma vie serait parfaite... À ce moment précis, une grosse tâche de guano vint s'écraser sur ma main... Ouais, c'était la belle vie qui commençait...  
Page 1 sur 1