AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


Les fous du gouvernail [Irons Marines]

Jormungard Sovereign
Jormungard Sovereign
•• Lieutenant d'élite ••

♦ Équipage : Aucun (anciennement : les Irons Marines)

Feuille de personnage
Dorikis: 3660
Popularité: 169
Intégrité: 99

Dim 29 Sep 2013 - 15:30

Non loin de Reverse Montain.
An de grâce 1625 – 10h45

Un mois !

Un mois que je passe de QG en QG à la recherche de membre potentiel pour mon équipage !  Ce fut long et surtout très laborieux pour trouver des hommes parfaitement qualifiés pour entamer le grand voyage : mais ça en a valu la peine ! Ainsi Je m’tiens là, sur la partie avant du pont, dresser comme un I et le regard perçant cette ligne de montagne titanesque plus connue sous le nom de Red Line ! Et bah….. Ça envoie d’la gueule ! Le décor se rapproche à mesure que tous mes hommes ‘activent derrière moi dans la manœuvre, que j’observe un instant par une rotation d’mes cervicales. Parmi eux il y a cet homme-poisson qui se distingue de ses camarades par sa taille frôlant la même taille que mon giga den den mushi, bleu avec des rayures noires sur le dos en train d’commander une bonne dizaine de soldats en train d’stabiliser les voiles du rafiot en leurs beuglants des ordres bien précis. Woody Shitan. Tandis que le reste de mon effectif bouge de partout, jonglant entre plusieurs tâches à la fois. Ainsi qu’sous-lieutenant enfermer dans la cuisine, en train d’préparer le prochain soupé que nous savourons tous, si nous franchissons GL saine et sauf. Seul le p’tit Clotho manque à l’appel. Je n’sais pas c’qu’il doit foutre, mais dans tous les cas je n’ai toujours pas reçu sa réponse par mouette postale ! Espérons que je pourrais la recevoir de l’autre côté.

Là où est retenu captif mon fils que je compte bien sauver……..
Tiens bon fiston….. Papa va bientôt arriver……..

La mer s’agite au fur et à mesure que l’on se rapproche, avec une vague que la proue de l’Asgard fend en deux lourdement ! J’peux déjà sentir un avant-gout de ce qui nous attend là-bas et ça, ça m’excite beaucoup, mais d’une FORCE……






********  Flashback (8 heures plus tôt, au port du QG de East Blue. ) ********




C’est sous ce soleil de plomb que je m’arrête devant une cinquantaine de soldats rangée en bloc effectuant un garde-à-vous parfait avec ce doux claquement de botte qui résonne à l’unisson. Tête penchée en bas, je dévisage ces petites fourmilles humaines de mes deux icebergs qui m’sert de mirettes, accentuer par un parfum d’autorité martiale pure et dure qui se dégage de moi par taille gigantesque.

- Si vous êtes tous ici, c’est que vous avez répondu à mon appel, ou bien que ça soit votre supérieur qui vous a transféré à mon équipage ! Comme vous avez dû le voir sur mes affiches de recrutement nous allons tous entamer la grande traversée de Reverse Montain afin de rejoindre la fameuse mer de tous les périples que vous avez du entendre au moins une fois dans votre vie ! Pour aller où me diriez-vous !? Sur Navarone ! La commande Sissy aurait reçu l’ordre d’en haut de m’envoyer là-bas pour recevoir mes prochains ordres auprès de mon nouveau supérieur, le colonel d’élite Oko Tamaka ! Que les choses soient bien claires : je ne tolèrerais aucun tire au flanc à bord de mon rafiot ! Ici, tout l’monde est solidaire de tout l’monde ! Si j’vois l’un d’ vous en train d’tourner les pouces en dehors des pauses, j’lui ferais passer l’envie d’glandouiller pour le restant d’ses jours ! Est-ce bien clair !?
- CHEF OUI CHEF !!!
- MON CUL ! JE N’ENTENDS RIEN !
- CHEF OUI CHEF !!!



********  Fin du Flashback  ********


BLOUUUNGGGGG !!!

WhooOOooh !! Cette vague était violente ! J’ai eu tout juste le réflexe de m’cramponner une paluche sur un mat pour éviter de m’vautrer sur le pont et réduire mes hommes en bouillis ! Alors j’redouble de vigilance en positionnant mes pieds en diagonale, le regard rivé sur les milliers de vagues qui s’entrechoquent entre elles ! C’est qu’elle est turbulente cette grognasse de mer ! On dirait qu’un orage cataclysmique ce prépare, pourtant il n’y a pas un pet d’nuage dans ce ciel ensoleillé et……

Une lignée de navires !? Mais qu'est-ce que......

Spoiler:
 
https://www.onepiece-requiem.net/t7276-jormungard-sovereign-pour-vous-servirhttps://www.onepiece-requiem.net/t7748-au-moins-ca-c-est-la-et-c-
Molokost
Molokost

♦ Localisation : Logue Town

Feuille de personnage
Dorikis: 1250
Popularité: 5
Intégrité: -5

Mar 1 Oct 2013 - 19:38



******** Flashback  ********




Lettre de la marine :


Bonjour Woody. Nous vous écrivons pour vous annoncer que vous allez être transféré, vous et votre petit groupe dans un équipage particulier. Le capitaine est Mr. Jormungard Sovereign et vous suivrez directement ses ordres sans passer par d'autres membres hiérarchique même si son rang est beaucoup plus élevé que le votre. Par ailleurs, vous quitterez les Blues pour effectuer votre fonction sur Grand Line.

Toute objection ou reconsidération est à envoyer au plus vite aujourd'hui pour faire les changements. Vous êtes prié de rassembler votre équipe pour partir au plus tard après demain au port du QG d'East Blue.  

Nous présentons nos sincères salutations.

Cordialement, l'administration de la marine.


_________________



........

( Huit heures après )

On est arrivé au QG un jour à l'avance. On peut dire que ma ponctualité ne me trahira jamais. J'ai
laissé quartier libre à mes hommes tandis qu'Handy et moi sommes allé nous amuser dans l'eau avant de faire bronzette. Puis on a fait un concours de fléchette dans un bar. Il a gagné trente zéros, sa précision n'est pas à prendre à la légère. Et en fin de journée on c'est juré qu'on deviendrait de très haut gradé. On a marqué sa en s'éclatant des œufs sur le crâne. C'était une idée de lui à la base, moi j'ai pas voulu ; mais quand il me la fait je n'ai pas non plus hésité. On est ensuite rentré pour dormir.

... ( Le lendemain, jour du départ )

Aujourd'hui je m'étais réveillé de super bonne humeur. Après avoir fait ma toilette j'enfilais de quoi ne pas effrayer certains hommes juste avant de m'en aller au point de rassemblement : le port. Il faisait très beau et le ciel laissait apercevoir sans difficultés le soleil qui nous tapait gentiment sur la nuque. Enfin c'était surtout pour mon cas car n'ayant pas d'uniforme, je restais torse nu. Le seul indice qui laissait deviner ma fonction était le signe de la marine sur mon bandeau. Je m'avançais donc et ne vit que quelques personnes. Ma montre parlait d'elle même. J'étais venu deux heures en avance. J'attendit donc avec impatience. Je commençais à voir quelques marines par ci par là qui s'approchaient mais toujours pas les miens. Ah si, je les voyais s'approcher doucement pour me rejoindre.

J'étais donc maintenant avec mon équipe au complet. Handy me fit remarquer le grand navire attaché à la côte par de nombreux cordages. Sacré rafiot ça me disais-je. Apparemment je n'étais pas le seul à penser ça. D'autres faisaient de même et regardaient ce beau bateau. Là !!! C'était l'heure, on formait un rang parfait. J'étais étonné qu'il y ait maintenant autant de monde. Il y a peine une heure je pouvais conter sur les doigts d'une main, les ombres qui se trouvaient dans le port.

Boum ...
BOUM ....
BOOOUM ...


Le géant s'arrêtait devant nous. Moi qui croyais que j'étais grand, je me trouve maintenant tout petit. Nous sommes tous obligé de lever la tête pour apercevoir le sommet. On ne mit pas dix ans pour réagir mais juste l'instant d'une seconde pour qu'une énorme rangée de marines mettent leur main droite à la tempe et s'incline.

Il se présentait brièvement et commençait déjà son discours :

- Si vous êtes tous ici, c’est que vous avez répondu à mon appel, ou bien que ça soit votre supérieur qui vous a transféré à mon équipage ! Comme vous avez dû le voir sur mes affiches de recrutement nous allons tous entamer la grande traversée de Reverse Montain afin de rejoindre la fameuse mer de tous les périples que vous avez du entendre au moins une fois dans votre vie ! * D'ailleurs pour aller ou ? * pensais-je. Pour aller où me diriez-vous !? Sur Navarone ! * Ouaaah il a lu dans ma tête ou quoi ? * La commande Sissy aurait reçu l’ordre d’en haut de m’envoyer là-bas pour recevoir mes prochains ordres auprès de mon nouveau supérieur, le colonel d’élite Oko Tamaka ! Que les choses soient bien claires : je ne tolèrerais aucun tire au flanc à bord de mon rafiot ! Ici, tout l’monde est solidaire de tout l’monde ! * Pfff si seulement c'était vrai c'qu'il dit !! * Si j’vois l’un d’ vous en train d’tourner les pouces en dehors des pauses, j’lui ferais passer l’envie d’glandouiller pour le restant d’ses jours ! Est-ce bien clair !?

- CHEF OUI CHEF !!!
- MON CUL ! JE N’ENTENDS RIEN !
- CHEF OUI CHEF !!!




********  Fin du Flashback  ********


Je criais des directives à ma troupe. C'était pas facile de stabiliser les voiles de ce grand navire et une poignée d'homme en plus nous aurait pas fait de mal. Mais on se débrouillait quand même plutôt pas mal. Les autres effectuaient des tâches simultanément tandis que notre grand capitaine se tenait debout sur la partie avant du pont. Je n'avais pas le temps de me permettre d'observer le paysage contrairement à Jormungard. On travaillait d'arrache pied pour ne pas que le voilage parte en vrille.

BLOUUUNGGGGG !!!

aaaaaaargh sale vague. J'ai bien failli lâché ma prise. Quelques hommes se sont vautré par terre, Handy lui en pouffa discrètement de rire. Ah sacré gaillard celui-là. Mais un de mes hommes se fit sans le faire exprès un croche patte à lui-même en voulant ne pas tituber. Il céda le cordage que je rattrapa aussitôt avec du mal. Je me retrouva tirée entre les deux cordages, comme si on m'écartelait les bras. Un marine assez costaud vint m'aider le temps que mon subordonnée revienne prendre le câble. Quand la situation sembla être contrôlé on termina les réglages le plus vite possible pour avoir trois secondes de répit. Ouais rien que trois.
Clotho
Clotho

♦ Localisation : Blues

Feuille de personnage
Dorikis: 9280
Popularité: -1200
Intégrité: - 1079

Sam 5 Oct 2013 - 3:59

** Quelques heures plus tôt, QG d'East Blue **

Un mois ... Pfiou, c'est passé vite ... Trop vite. J'ai eu le temps de faire des choses, bien sur, mais pas autant que j'aurais pu. Mine de rien, je suis devenu plus fort quand même. Et pour la première fois de ma vie, je suis ... en retard. En retard. En retard. En retard, fait une petite voie dans ma tête. Oui, bon bah ça va, je sais. Encore une chance que je me trouvais à Logue Town, il ne m'a pas fallut trop de temps pour arriver jusqu'au bateau. Je remercie l'équipage qui m'a accompagné, ainsi que le lieutenant ... ... ... ... dont le nom m'échappe. C'est pas grave. Ça m'arrive parfois. Je me suis glissé discrètement dans l'équipage, grâce à des subterfuges connu de moi seul. Bon, allez, je vais vous en révéler un. Si vous criez monstre marin à droite, tout le monde regarde à droite, et vous pouvez embarquer à gauche sans problème. Une solution rapide pour monter sur le bateau sans trop se faire remarquer. Surtout que je n'ai pas hurlé trop fort, donc seules les personnes proches m'ont entendu. Mais dès qu'elles se sont précipitées à droite, tout le monde a fait de même pour voir. Et j'en ai profité. Me voilà maintenant sur le pont, vêtu comme n'importe quel mousse, à l'exception de mon sac bleu et blanc de la marine, dans lequel je garde mon blouson, mes armes, des provisions ...

** Désormais, Reverse Mountain **

C'est lorsqu'on est arrivé en plein milieu de la mer que je me décide à me dévoiler aux autres. Les petits signes sur mes épaules attestent mon rang sans que je n'ai besoin de parler. Les trois flèches indiquent à tout le monde que désormais, c'est Lieutenant Clotho. Les soldats se mettent au garde à vous. Il est vrai qu'avec cette méthode, je n'ai pas emmené d'hommes avec moi. Mais bon, pas trop grave, on pourra en récupérer quelque part, j'espère. A vrai dire, j'étais tellement pressé ... Ah, mais si, je suis con. Pendant que je me planquais sur le bateau, une partie des hommes m'ayant accompagné sur le navire sont descendu sur le quai, et se sont approché de l'Asgard. Ils ont présenté une lettre de ma part sur laquelle on pouvait lire 'Je serais en retard, ne m'attendez pas, Clotho'. Et parmi ces hommes, on retrouvait les seize hommes qui ont survécu à Las Camp, et qui ont demandé leur transfert avec moi. Ils sont grimpés à bord du vaisseau, attirant l'attention encore un peu plus pour me faciliter les choses. Et donc là, je suis parmi mes hommes qui me saluent. Je passe, je monte jusqu'à arriver devant le géant. Mes hommes s'approchent rapidement de moi.

Mon lieutenant ! Content de vous revoir. Vous ne pensiez quand même pas que j'allais vous laisser avoir tout le fun sans moi ?

Je lâche les mots, comme ça, comme ils me viennent. Désormais, je vois plus le géant comme un grand, immense frère même, que comme un supérieur. Après tout, on va traverser des mers dangereuses ensemble. C'est pour ça que j'ai fait le plein de bouquin dans ma tête. Je me suis renseigné sur les climats, les mers, les directions ... Et mes hommes trimballent les dits bouquins, au cas où quelqu'un veuille les regarder. Comme Jormungard a dit aller sur Navarone, ça m'a réduit les choix des voies à emprunter. Cool. Étrangement, le simple fait d'être prêt de lui, sur un navire de guerre ... Ça me rend tout drôle, comme si ... comme si j'avais plus confiance en moi d'un seul coup.

T'as vu ? J'ai ramené du monde, ça te gêne pas j'espère.

Je fais un grand sourire et pointe du doigt les galons récemment gagné. Et un peu plus loin, en train de donner des ordres, qu'est-ce que je vois ? Un homme poisson. Oui, maintenant, je n'ai aucun mal à les reconnaître, puisque j'en ai combattu trois sur Las Camp. J'irai le saluer tout à l'heure, après avoir reçu mes ordres. Jormungard doit être surpris que je lui parle ainsi. Mais le mois qui a passé m'a changé, pas entièrement, bien sur, mais sur la forme, oui. Je suis devenu moins naïf, moins brut, et plus ... engagé dirons nous. J'ai aussi acquis une confiance en moi bien mérité. Je suis enfin un putain de lieutenant la marine, bordel de merde ! J'ai enfin le même grade que mon défunt père. Et tout comme lui, je pars à l'aventure, sur Grand Line. Mais non, je n'ai pas peur, je ne suis pas effrayé. Car je sais qu'avec lui, tout est possible.


Dernière édition par Clotho le Dim 17 Nov 2013 - 4:21, édité 1 fois
https://www.onepiece-requiem.net/t8191-clotho-tas-natak-en-attente-du-test-rphttps://www.onepiece-requiem.net/t8326-fiche-de-clotho-tas-natak#
Jormungard Sovereign
Jormungard Sovereign
•• Lieutenant d'élite ••

♦ Équipage : Aucun (anciennement : les Irons Marines)

Feuille de personnage
Dorikis: 3660
Popularité: 169
Intégrité: 99

Sam 12 Oct 2013 - 16:38

Des bateaux ! Toute une rangée de navires se tient là, devant la dernière traversée avant l’arrivée de Grandline ! Une bonne dizaine de lascars en tout. Y a des p’tis, des gros, des moyens, mais pavillon pirate flotte au sommet de leurs mats. Des civils !? Drôle de façon de mourir ! Par Crom, ils auraient pu trouver un autre endroit pour leurs suicides collectifs à la noix ! Ces pignoufs nous barrent la route et m’obligent à stopper l’avancée d’mon rafiot. Hop ! J’me penche pour saisir l’ancre de mon navire que je sur l’un de ces  pics rocheux massifs au hasard qui arborent cette zone turbulente ! Shclang ! Et voilà l’travail ! Maintenant que l’Asgard est retenue j’peux mieux m’concentrer sur les submersibles « étranges » de nos gêneurs. Oui, étrange ! On dirait que chaque rafiot devant nous fut conçu dans un thème qui lui est propre. Y a par exemple ce bateau « fait à l’arrache » dont tous les membres d’équipage sont des bucherons vêtus d’la panoplie du parfait bucheron : chemise à carreaux, jeans troués et bonnet en laine. Ou encore celui-ci, devant nous à gauche ! Le même, mais dans un  thème plus funéraire. De  plus, c’est quoi ces étranges appareils mécanistes à bords !? En tout cas ce n’sont pas des canons. Ugggh, ça aurait était trop demander d’avoir une journée « normal » pour une fois !? Et puis qu’est-ce qu’ils attendent au juste !? Le déluge !? Comme moi ils ont accroché leurs ancres sur chaque pics rocheux aussi long et large que l’un d’mes bras.  

Tous mes p’tits lilliputiens sur le pont partagent le même étonnement qu’moi. Certains demandent même à leurs camarades ce que c’est que ce foutoir. Dommage que Clotho n’soit pas la pour voir ça. Il n’en croy……CLOTHO !!? C’est bien toi sur mon épaule !? Mais depuis quand t’est ici !? Chuis pourtant sur de n’pas t’avoir vu lors du rassemblement à East blue ! Ah parce tu m’as ramené de nouveaux hommes à bords !? Les mêmes qui nous ont accompagnées à Las camp en plus !? Héhé, sacré p’tit gars ! Comme toujours, tu sais comment m’épater !

- Moi aussi chuis ravi qu’tu sois là ! Et t’as bien fait d’envoyer des renforts avec toi, j’pense qu’on va en avoir besoin.

Et ouaip, finis les vouvoiements ! Le gamin est dorénavant un lieutenant ! Simple lieutenant, mais un lieutenant quand même ! Mon attention se détourne du petit humain sur mon épaule pour me focaliser sur tous les équipages. L’un d’eux se retourne, puis un autre et ces tout le contingent qui me dévisagent avec étonnement et frayeur, têtes levées en arrière. Ils remarquent bien aussi que mon navire les surpasse tous en envergure quand leurs mirettes perturbées aperçoivent le bestiau.

J’décroise les bras et j’fais un pas lourd en avant pour être l’attention de tous ces joyeux lurons des mers.

- Désolé de vous déranger dans votre petit rassemblement collectif, mais en tant que marine je vous prierais de bien vouloir nous laisser passer, s’il vous plait !! De plus, si j’étais vous, je n’resterais pas ici plus longtemps !! Ce n’est pas un endroit sûr………..


Spoiler:
 


Dernière édition par Jormungard Sovereign le Dim 13 Oct 2013 - 11:05, édité 1 fois
https://www.onepiece-requiem.net/t7276-jormungard-sovereign-pour-vous-servirhttps://www.onepiece-requiem.net/t7748-au-moins-ca-c-est-la-et-c-
Clotho
Clotho

♦ Localisation : Blues

Feuille de personnage
Dorikis: 9280
Popularité: -1200
Intégrité: - 1079

Dim 13 Oct 2013 - 10:03

Visiblement, le lieutenant d'élite semble content de me voir. On a le même titre à présent, mais pas le même grade, ce qui gâche un peu les choses, mais bon. Je m'en fiche, je suis content. Je suis enfin passé lieutenant. Les choses qui me semblaient si loin il y a encore peu de temps se sont rapprochées de moi. Ou plutôt, je me suis rapproché d'elles. J'ai gravis six grades en peu de temps. On peut dire que c'est une promotion éclair, oui. Mais je suis comme ça, moi. Quand je veux quelque chose, je fais tout pour l'avoir, peu importe le prix. Parfois même, j'avoue et j'en ai honte, je renonce à mes principes. C'est seulement le temps d'atteindre mon but, bien évidemment. Comme à Las Camp. Je ne devais pas tuer, et finalement, j'ai fais couler le sang. Malgré tout, j'ai quand même pas mal aidé la marine en dégageant et traquant les criminels qu'il restait.

Ça m'a pris du temps, je sais que je ne les ai pas tous attrapé, mais la plupart sont hors d'état de nuire. Ça a bien rempli les prisons d'ailleurs. Un peu trop vu le visage des gardes. Je ne sais pas ce qui s'est passé après, car j'étais pressé de partir pour venir ici. Mais visiblement, on ne peut pas tout avoir. Moi qui pensais pouvoir même sauver des vies de criminels, je me suis bien trompé. Le fait est que la plupart préfèrent mourir que d'aller en prison, ce qui peut se comprendre. Mais au moins, si tu es en prison, tu as toujours une chance de t'enfuir.  Alors que si tu es mort, bah … t'es mort quoi. Capoute, finish, end, game over, epic fail. Maintenant, vu que mon grade est plus élevé, les ennemis vont se douter que je suis plus puissant. Peut-être cela suffira-t-il à ce qu'ils se rendent, qu'on évite de faire couler bêtement le sang. Si seulement j'avais un moyen pour les forcer … Grrr … Mais on peut toujours rêver, non ? Avec le géant qui me sert de boss, je pense qu'on a une chance pourtant. Bah oui, un mec de sa taille, déjà, ça se voit de loin, ça ne passe pas inaperçu, ça frappe très fort, c'est un atout de négociation indiscutable.

D'ailleurs, en parlant de lui, il attrape l'ancre et la lance à travers un pic. Ou du moins, il doit essayer je pense, car ça passe à côté, s'accroche aux rocherz et immobilise le bateau. Il semble content. Mais plein de bateaux sont près de nous. Visiblement, ils veulent la même chose, passer Red Line. Je vais prendre un bouquin dans le sac. Il s'intitule «traverser Red Line pour les nuls». Bah quoi, c'est toujours pratique, non ? Je feuillette l'ouvrage rapidement, car je n'ai pas encore eut le temps jusque là. Puis je regarde le lieutenant tout en lui parlant.


Pour passer, va falloir les dégager du chemin. Si on se fait attraper par le courant avant, on va se briser les un contre les autres. Un vrai massacre. Il faut être en plein milieu, surtout pas sur les côtés, sinon on ira s'écraser contre les parois, le bateau coulera et ... bref, t'as compris patron. Après, va falloir prendre assez de vitesse pour monter le contre courant rapidement et ne pas rester bloquer en haut ou aller s'échouer contre d'autres rochers. Arrivé en haut, garder la trajectoire au centre, éviter les pics qui sortent de l'eau par endroit car ils peuvent abîmer la coque. Et après, on met les voiles, au sens propre. Donc 1, dégagez la voie. 2, centrer le bateau. 3, accélérer. 4, descendre. 5, arriver à milieu de la descente, remettre les voiles pour ralentir et ne pas s'écraser sur l'océan. A partir de là, on peut faire gaffe aux monstres marins, ennemis et autres créatures bizarres. On sera enfin sur Grand Line, comme des grands.

Je ne sais pas s'il le sait où pas, mais mieux vaut lui dire, on est jamais assez prudent … Et ça serait franchement con de mourir ici, alors qu'on a encore toute la vie devant  nous. Mais pour ma part, je ne compte pas terminer mes jours ici, donc on va tout faire pour dégager le passage. Je m'approche de l'homme poisson, je le regarde de haut en bas. Il est … grand. J'suis pas un nain pourtant, j'fais bien mon mètre quatre-vingt, mais lui fait dans les cinq mètres, ptet plus. J'sais pas, il est trop grand, j'arrive pas à estimer. Je suis sûr que si on on se met tous les trois côté à côte, on dirait des poupée russes. Bon, ok, celui du milieu fait bizarre puisqu'il est bleu à rayures noires. Mais moi, je m'en fou. Il pourrait être jaune et fushia que ça serait pareil. Il ferait ptet moins peur aux ennemis ceci dit … Salut. Moi c'est Clotho, inutile de m'appeler lieutenant ou de me vouvoyer. Capiche ? Bon, j'monte, on se revoit de l'autre côté. Je lui laisse quelques instants avant d'aller retrouver mes petits marins à moi, et jlui fais un sourire en partant. Certains ont demandé à m'accompagner, les autres n'ont pas eut le choix. Ils ne sont pas vraiment rassuré d'aller sur Grand Line avec des supérieurs aussi  … inhabituels. C'est sur qu'on voit pas beaucoup de géant voguer sur l'océan, mais la marine en a quand même quelques uns en réserve, donc bon. Un homme poisson dans la marine, voilà quelque chose déjà de plus rare. Car à ma connaissance, à part les corsaires, il n'y en a jamais eut. Mais j'suis pas infaillible. Et puis ya moi, le plus petit, plus jeune qu'eux. Je lis sur leur visage qu'ils ont un peu peur d'avancer avec nous dans les mers, alors je prends les devants.

Ok les gars, nous y voilà. Alors préparez-vous, car ce soir, on dîne sur grand Line ! La route de tous les périls, le chemin des adultes, l'océan des grands, la cours de récré de tout ce qu'on a juré de combattre. Finit de s'amuser. Petite pause pour marquer l'angoisse. Désormais, on risque nos vies à chaque instant. Qu'on soit ici parce qu'on l'a choisi ou parce qu'on ait été forcé, ça change rien. On est tous dedans, ensemble. On va traverser ça ensemble, on va affronter le reste ensemble, on va manger ensemble, on va vivre ensemble, et on va combattre ensemble. Parce qu'on est une famille !!!!! Vous allez apprendre à nous faire confiance, à vous laissez guider par nos soins. On va prendre soin de vous. La route qui nous attend va être semée d'embûches, on va suer comme jamais, on va saigner. Mais vous savez quoi ? On s'en fou, parce qu'on est ensemble. Et parce que ce qui ne tue pas nous rend plus fort.

On est sur un bateau de marine, parce qu'on est la marine. On fait respecter les lois et la justice dans ce monde. On va là où on a besoin de nous, car c'est notre travail. Mais plus qu'un travail, on y va car c'est notre devoir, notre passion. On va botter le cul de quelques pirates, apprendre à ces révos que la marine est toujours sur leur traces. On va botter des culs, bordel de merde ! On est tous ensemble dans l'aventure. Si vous avez quelque chose à dire, vous voulez vous plaindre, venez le faire maintenant et on vous dépose dès qu'on peut. Mais si vous restez, sachez qu'on va s'amuser comme jamais. On va faire ce qu'on aime faire, ce pour quoi on est doué. On ne recule pas face à l'adversité, on l'emmerde et on la défonce ! Alors remontez moi ces putain de voiles et faisons trembler nos ennemis au son du métal. Laissons le vent nous porter, affrontons l'adversité, et bravons le destin. Montrons à tous qui nous sommes. On est les Iron Marines !


Je parle fort pour que chacun entende, je hurle presque en fait. A cause des vagues heurtant les rochers, du vent qui siffle dans nos oreilles. Au final, les hommes poussent un cri généralisé. Je souris. Je crois qu'ils sont ok. C'est parti. Grand Line, prend garde, les Iron Marines arrivent ! Désormais, l'ambiance est toute autre. Afin de gagner en efficacité, je réparti les hommes en différentes groupes :  canon, voiles, cordages, nettoyage. Chacun des groupes sait quoi faire, pendant que moi je grimpe à l'aide des cordes. Je monte tout en haut jusqu'à mon poste. Un marin est déjà là, ce qui me surprends. Les voiles sont cargués bien comme il faut.

Bah, qu'est-ce tu fais là toi ?
Mon travail lieutenant.
Ah … bah cool, on est deux alors. Concours de celui qui vois le mieux. 3, 2, 1, go.

C'est désormais dans la bonne humeur que chacun travail, et qu'on entame ce voyage. Je sais que ça va être difficile, qu'on va perdre des hommes, qu'on va sûrement se faire battre en tombant sur plus fort que nous. Mais quoi qu'il arrive, on est ensemble, tous autant qu'on est. Je suis le second de ce navire, et chaque homme, chaque femme est un frère ou une sœur pour moi. Ma mission, les protéger autant que possible. On regarde autour de nous pour essayer de trouver un passage. Mais on ne vois pas grand chose, une fine pluie commence à tomber. De gros nuages noirs pointent le bout de leur nez. Une tempête se prépare. Quand on voit autant de cumulonimbus, c'est mauvais signe. Heureusement, la montagne étant assez haute, la perturbation ne peut pas l'affecter. Serait-ce un signe qu'on ne devrait pas y aller ? Un mauvais augure ? Un présage de désastre ? Oui, sans aucun doute. Pour nos ennemis. Pour les pirates, les révolutionnaires, les personnes corrompues. On va les chasser, les traquer, les mettre à terre. Et au final, on gagnera. Non pas parce qu'on est une famille, mais parce qu'on est fort. Je sais que Jormungard a évolué. Et moi aussi. Énormément de choses se sont passées depuis Las Camp. J'ai grandis, physiquement et mentalement. J'ai confiance en nous, j'ai foi en notre équipage. On va affronter tout ce qui nous attend, ensemble. Je crie pour que le géant m'entende.

Hey, patron ! Ya un passage risqué, mais c'est le seul libre. Sinon, faut dégager la place. Si tu veux passer, barre à 12° bâbord sur 56 mètres, après à 60° tribord toute. T'as dix mètres pour réussir ou on s'empale sur les bateaux.
Heu …
Ouais ?
Excusez moi mon lieutenant, mais …
Vas-y, parles franchement, et si tu m'appelles encore lieutenant, j'te balance par dessus bord, ok ?
Vous êtes fou ? On a aucune chance de réussir une telle manœuvre. C'est quasiment à angle droit …
Toi, t'as pas passé du temps avec le lieutenant je parie. Oublie les mots impossible, trop dangereux, pas envie. On connaît pas. Desserres les fesses mon gars, on va s'amuser. Faut savoir forcer le destin de temps en temps. On va le faire, on peut le faire. Moi, je m'occupe de donner les possibilité, c'est le  capitaine qui décide. Maintenant, si tu veux me filer un coup de main pour éviter qu'on s'écrase comme des merdes, je dis pas non tu sais … Bon, comme j'te le disais patron, c'est presque à angle droit. Impossible pour un humain, mais pour un géant, ça devrait passer. Si en plus tu peux écarter les bateaux du chemin, c'est doublement gagnant. A toi de choisir boss.

Je regarde en avant pour vérifier mes calculs. J'ai bien fait d'étudier un peu la navigation quand je pouvais pas bouger à Las camp. L'air frais, presque froid vient s'engouffrer dans mes cheveux. Je me sens libre, enfin. Ça fait des années que je n'avais pas ressenti ça. Merci Jor'. Je te suivrai jusque dans la mort. Mon nom est Clotho, lieutenant Clotho, et à vous les studios.


Dernière édition par Clotho le Dim 17 Nov 2013 - 4:29, édité 2 fois
https://www.onepiece-requiem.net/t8191-clotho-tas-natak-en-attente-du-test-rphttps://www.onepiece-requiem.net/t8326-fiche-de-clotho-tas-natak#
Molokost
Molokost

♦ Localisation : Logue Town

Feuille de personnage
Dorikis: 1250
Popularité: 5
Intégrité: -5

Dim 13 Oct 2013 - 19:22

rappel de la fin de mon précédent post : Quand la situation sembla être contrôlé on termina les réglages le plus vite possible pour avoir trois secondes de répit. Ouais rien que trois.

Pendant ces trois secondes qui en étaient en réalité une trentaine, j'aperçu le capitaine qui fixait curieusement quelque chose devant lui. Ma curiosité m'appela à m'avancer jusqu'à apercevoir une rangée d'une dizaine de navires devant nous. Wouaaaah c'est quoi ça c'est un guet apens ? Notre énorme embarcation ralentit sous peine de foncer dans le tas. Le capitaine demanda de dégager la voix à ces équipages un peu bizarres et saugrenues. Juste après un homme aux cheveux longs qui semblait assez connaitre le géant pour le tutoyer sortit un livre et lui expliqua comment passer sur GrandLine. Puis ce même homme s'approche de moi s'arrête et m'observe dans toute ma grandeur.

- Salut frangin. Moi c'est Clotho, inutile de m'appeler lieutenant ou de vouvoyer. Capiche ? Bon, j'monte, on se revoit de l'autre côté me dit-il d'un ton amicale.

Je fus étonné qu'il m'appelle frangin. C'est pas parce que j'ai un tatouage d'humain sur le pec que j'en suis un. Et puis une telle familiarité alors que c'était la première fois que je le voyais, ça faisais un peu étrange. Je réalisais que je prenais du temps à répondre.

- Bonjour lieute ... Euh pardon, bonjour Clotho moi je m'apelle Woody Shitann mais vous ... Tu me simplement m'apeller Woody me repris-je aussitôt.

J'avais parlé dans le vide et l'apercevait un peu plus loin en train de me jeter un dernier sourire avant qu'il se retourne à ses occupations. Bon je devais aller de l'autre coté du bateau. Mes hommes me suivaient. Handy me jetait un regard moqueur mais amicale et se tapa le pectoral ou j'y avais tatoué un poisson puis il me fit un clin d'œil. Je me tapa également mon torse ou figurait le bonhomme très mal fait et nous allâmes à l'avant suivis de notre petite troupe. Là le même type d'il y a un instant commença un discours que j'écoutais avec ennuie. Je connaissais déjà 30% du discours sans en avoir entendu la moitié. Je pariais avec Handy qu'il nous foutrait dans le crâne des paroles pour nous redonner courage et énergie.

- Ok les gars, nous y voilà. Alors préparez-vous, car ce soir, on dîne sur grand Line ! La route de tous les périls, le chemin des adultes, l'océan des grands, la cours de récré de tout ce qu'on a juré de combattre. Finit de s'amuser......... Désormais, on risque nos vies à chaque instant. Qu'on soit ici parce qu'on l'a choisi ou parce qu'on ait été forcé, ça change rien. Désormais, on est tous dedans, ensemble. On va traverser ça ensemble, on va affronter le reste ensemble, on va manger ensemble, on va vivre ensemble, et on va combattre ensemble. Parce qu'on est une famille !!!!!

* Mon cul oui ... Encore un hypocrite. Je suis sur qu'il me lâcherait comme une pauvre merde s'il le pouvait. Oui ça explique pourquoi il joue le gentil avec moi. C'est un hypocrite j'en suis sur. *

 Vous allez apprendre à nous faire confiance, à vous laissez guider par nos soins. On va prendre soin de vous. La route qui nous attend va être semée d'embûches, on va suer comme jamais, on va saigner. Mais vous savez quoi ? On s'en fou, parce qu'on est ensemble. Et parce que ce qui ne tue pas nous rend plus fort.

On est sur un bateau de marine, parce qu'on est la marine. On fait respecter les lois et la justice dans ce monde. On va là où on a besoin de nous, car c'est notre travail. Mais plus qu'un travail, on y va car c'est notre devoir, notre passion.


* Je n'y vais ni pour mon devoir ni pour ma passion. J'y vais pour mon objectif. Donner une meilleur image des hommes poissons. J'y vais pour inviter les futurs générations de mon espèce à me prendre pour exemple et à ne pas alimenter le racisme que porte les humains à notre égard. J'y vais pour créer un terrain d'entente, pour être assez important afin de supprimer l'esclavage. Je veux être important pour que même le gouvernement écoute ce que j'ai à dire. *

On va botter le cul de quelques pirates, apprendre à ces révos que la marine est toujours sur leur traces.

* Les révos ... J'espère de tout mon cœur que vos objectifs ne sont pas en vain. Même si j'ai pris un chemin différent du votre, nous parcourons au final les même idéaux et je vous respecte plus que la majorité de la marine. Mais je vous épargnerais pas en combat donc ne vous mettez pas sur mon chemin s'il vous plait. *

On va botter des culs, bordel de merde ! On est tous ensemble dans l'aventure. Si vous avez quelque chose à dire, vous voulez vous plaindre, venez le faire maintenant et on vous dépose dès qu'on peut. Mais si vous restez, sachez qu'on va s'amuser comme jamais. On va faire ce qu'on aime faire, ce pour quoi on est doué. On ne recule pas face à l'adversité, on l'emmerde et on la défonce ! Alors remontez moi ces putain de voiles et faisons trembler nos ennemis au son du métal. Laissons le vent nous porter, affrontons l'adversité, et bravons le destin. Montrons qui nous sommes. On est les Iron Marines !

Je me perdais dans mes rêves et objectifs que ce discours avait fait naitre. Je sursauta quand Handy me signalait que j'avais gagné le pari. Effectivement Clotho avait bel et bien parlé de courage. Il avait remonté le moral de plusieurs marines qui à présent gonflait le torse avec fierté et criaient  pour montrer qu'ils étaient prêt à franchir la traversée. C'est vrai qu'il avait été convaincant ce Clotho. Puis toutes les troupes revenaient à leurs taches respectives. La notre était de gérer selon les directives qu'on nous faisait comprendre, les cordages qui maintenaient la deuxième voile principale.

...... QUOI ? J'entendais un marine qui racontait que Clotho avait demandé au cap'tain de faire une manœuvre irréalisable. Je venais d'en prendre conscience et effectivement fallait vraiment être fou  pour penser à faire ça. Mais en même temps le contexte ne devait pas être terrible pour qu'il propose une décision pareil. On attendait tous la réponse de Jormungard avec impatience. Tous sauf Handy qui comme d'habitude gardait son sang froid. L'envie d'hurler un bon râle d'homme poisson me démangeait mais fallait que je me tienne correctement. Je regardais le ciel qui s'était rempli de gros nuages depuis un moment sans que je m'en aperçoive pour vouloir me calmer. Je sentais un mauvais pressentiment. Un sentiment d'insécurité. C'était une des premières fois depuis bien longtemps que je ressentais ça. J'entendais des bruits à l'arrière du bateau. Des bruits de frottements. Pourtant les parois du navire ne semblaient pas encore toucher les falaises bien que si ça continuait, ça ne tarderait pas.

Les complications s'ajoutaient une à une. Le vent frappait de toutes ses forces sur les voiles qui faisaient avancer légèrement le gros navire malgré que l'ancre soit accroché à un gros récif.

CRRRRRRRRRRRRRAC

Le récif qui maintenait notre position grâce à l'ancre venait de se briser à cause de l'énorme coup de vent. L'embarcation reprenait de plus en plus de vitesse. A ce rythme la, on allait foncer dans les bateaux devant nous. Non à présent c'était même sur. Il aurait fallu qu'on vole pour éviter ces bateaux. Si je n'avais pas été un marine je les aurais bombarder de boulets pour ne pas m'écraser sur eux. Que faire ? Même le visage d'Handy avait pris conscience de la dangerosité de la situation ...[/color]
Jormungard Sovereign
Jormungard Sovereign
•• Lieutenant d'élite ••

♦ Équipage : Aucun (anciennement : les Irons Marines)

Feuille de personnage
Dorikis: 3660
Popularité: 169
Intégrité: 99

Sam 19 Oct 2013 - 23:23

Non mais j’y crois pas, personne ne nous répond ! À part se tourner vers moi et m’balancer leurs tronches plus ou moins surprises, ils se contentent de m’ignorer ! Nous ignorer NOUS, des marines ! Sérieux, je m’suis exprimé avec une voix surpassant en puissance que le tir d’un millier d’ canons et pourtant ils n’ont pas capté mon message ! Ils sont sourds comme des pots ou quoi !? Mhum…… En même temps, difficile de c’faire entendre avec le son écumeux des vagues déferlantes et du roulement grondant d’une tempête de catégorie 3 en approche.

ATTENDEZ !! J’ai comme l’impression d’avoir déjà vus ces rafiots sur une affiche de Logue Town, en passant devant «  Le Valhalla ». Mais sur quoi au juste…….Mhum…….. Ah oui, de course ! Ca parlé d’une compétions de course navale à Reverse Montain ! Ça m’revient ! Mais alors……. Ce n’était pas un canular !? Non mais quelle idée d’avoir choisie un endroit pareil comme circuit ! Z’auraient pu leurs rallyes navals ailleurs !    

Bon ! Ce n’est pas que j’me fais chier, mais j’crois bien qu’il va falloir monter le volume de ma voix caverneuse, si j’veux déboucher leurs écoutilles qui leurs servent d’oreilles !  Pour ça rien d’plus simple : j’aspire une bouffée d’air monstrueuse à travers mes narines dilatées,  torse bombé à l’extrême. Libération du kraken dans……

3….

2….

1…...

- HÉÉÉÉÉÉ, VOUS ÊTES BOUCHES OU QUOI !!!? LAISSER NOUS PASSER SUR-LE-CHAMP OÙ NOUS SERONT OBLIGER À……


CRRRRRRRRRRRRRAC !!!!


WhooOOOoo !!! Mais qu’est-ce…… Par le Saint Prépuce de Crom !! Le récif n’a pas supporté le poids de L’Asgard bien longtemps qu’il le lâche dans sa lancée, droit sur la rangée de navires !! Vu l’envergure du bestiau comparer à lui (le pic rocheux) ça n’a rien d’étonnant. Contrairement à celles que tires les capitaines des deux navires en face en voyant arriver notre énorme croiseur de guerre percutant violemment entre leurs petits submersibles qui font dégager facilement, vu qu’ils font la moitié de l’envergure de mon rafiot. BLOAAAG, BLOAANG !!! Crraack, Crraack !! Oups ! Désolé les gars pour avoir décroché vos rafiots d’vos récifs, j’y suis pour rien ! J’vous souhaite bonne chance pour stabiliser vos vaisseaux qui dérivent droit sur la montagne, vous en aurez besoin.  Et inutile de m’cracher vos jurons, j’vous entends plus avec ce son de cascade qui s’intensifie ! Car oui, moi et mon équipage, on va dans la même direction que vous ! Putain, ça s’rapproche vachement vite ! Deux chemins s’offrent à nous : celui de droite et de gauche. Laquelle prendre ?  Fait chier on prend de la vitesse et j’ai du mal à choisir ! Je n’ai même pas fait attention à ce qu’a dit le p’tit Clotho sur mon épaule ! Rhhaaaa et puis zut !

- TOI là-bas (un soldat manœuvrant le gouvernail) ! À bâbord toute et vite !
- A vos ordres lieutenant !

Le p’tit marine tailler comme une armoire à glace obéit et utilise d’un coup toute sa force brute dans sa manœuvre. Les groupes de soldats chargés des cordes et des voiles font leurs travaux pour faciliter le virage serré de l’Asgard frôlant de près la bordure d’entrée du passage montant….. de TRÈS près même !!!

Cloung !!  

Ouf ! Ça va, Le côté arrière-droit du navire à un peu morflé  et à un peu secouer l’rafiot mais le pire et passé ! Une vingtaine homme vautrés par terre se relève aussitôt, témoignant d’un activisme bien stimulé par le discours d’mon second à mes côtés. Oh putain….. Whooo putain !! V’la que L’Asgard est propulsé à pleine vitesse par le courant surpuissant de cette foutue pente montante ! J’recule d’un pas en arrière puis j’me courbe tout en prenant une posture qui renforce ma stabilisation ! Parce que LA ça envoi du boudin créole, par la barbe de Crom !!! Whouahahahaha !!!  Putain cette vitesse !! J’ai l’cœur qui palpite d’excitation, alimenté à profusion par cette adrénaline circulant à plein régime dans mes veines !! La brise marine fouette mon visage et ondule ma longue chevelure dorée de guerrier nordique avec force et violence !

TOUT L’MONDE SERT LES FESSES !!!
https://www.onepiece-requiem.net/t7276-jormungard-sovereign-pour-vous-servirhttps://www.onepiece-requiem.net/t7748-au-moins-ca-c-est-la-et-c-
Clotho
Clotho

♦ Localisation : Blues

Feuille de personnage
Dorikis: 9280
Popularité: -1200
Intégrité: - 1079

Dim 20 Oct 2013 - 7:30

Woody. Ouais, bah jamais entendu parler pour l'instant. Ravi quand même de partager cette expérience avec lui. On va vivre de grandes expérience tous ensemble. Et visiblement, pas la peine d'attendre qu'on soit sur Grand Line, l'aventure commence ici. Le rocher qui tenait l'ancre explose, nous laissant petit à petit nous faire absorber par le courant. Là, on réagit tous au quart de tour. Si on attend, on va droit à la catastrophe. Le boss était en train de les faire dégager pacifiquement. Moi, je suis plus sceptique. Puis finalement, il tente un truc, et visiblement, ça passe. Chouette. Parce que j'ai sorti mon sabre de son fourreau et j'suis prêt à trancher s'il le faut. D'ailleurs, le pt'i gars à côté de moi n'en mène vraiment pas large.

T'inquiètes, c'est pas pour toi. Ils ont beau être des civils, on reste des marins en plein exercice de nos fonctions. Et vis à vis des nouvelles directives du conseils des cinq étoiles, on a plus de libertés. On peut donc tailler dans le vif du sujet.

Un petit rayon de soleil perce les durs nuages noirs et frappe ma lame. L'arrière du bateau touche un peu la paroi de roche, mais rien de grave. Ça nous fait juste bien nous accrocher pour ne pas tomber. Et d'un seul coup, on prend de la vitesse. Beaucoup de vitesse. Trop de vitesse, le bateau est in-manœuvrable. Par chance, on se tient au milieu de tout. Ce qui est génial, c'est qu'on tient presque à 90° debout, on peut presque marcher sur les murs en fait tellement la pente est raide. Si on ne se cramponne pas, on tombe. Alors vous comprendrez que j'ai vite fait de ranger mon sabre, poser mes deux bras sur la rambarde de la vigie, surveiller que le marin avec moi ne tombe pas. On scrute aux alentours. Des nuages en vue, du brouillard tout en haut, visibilité minimale en descendant sûrement. Faire attention, comme toujours désormais, ne pas se relâcher une seconde. Reverse Mountain ... Enfin, je te traverse, et vais rejoindre Grand Line. On va vivre des aventures sympa là bas, s'amuser, combattre, apporter la marine et son message avec nous. On va rendre ce monde un peu meilleur, ouais. J'suis plus n'importe qui maintenant, j'suis lieutenant dans la marine. J'ai prouvé que ces galons, je les mérite. J'suis pas un pt'i nouveau qui vient juste de débarquer. Bon, ok, pour les anciens, oui, je suis un pt'i jeunot. Mais à eux aussi on va leur prouver qu'être rêveur est une qualité, et qu'aucun rêve n'est trop grand, si on a le cœur et la volonté qui suivre. Les voiles sont cargués, pas de soucis. Les hommes sont désormais tous accrochés. Un rapide coup d’œil en arrière quand même pour vérifier que tout va bien. Des silhouettes au loin semblent se rapprocher. Les bateaux laissé à l'entrée de la montagne ? Il y a de grandes chances, ouais.

Avec le bruit provoqué par le courant, les 'vagues' s'écrasant contre la paroi montagneuse, aucune chance que le géant m'entende. Alors je pointe mon doit vers l'arrière du bateau. Les marins en haut des voiles me regardent, puis fixent ce que je regarde. A leur tour, ils comprennent et pointent leur doigt, et ainsi de suite jusqu'à ce que tout l'équipage fasse de même. Là, Jor' a surement compris mon message. Je me redresse, main sur le sabre, l'autre prête à dégainer mon fusil. Quand il faudra agir, je serai prêt. Pas question de décevoir le lieutenant d'élite, ni Woody, ni les autres. Un lieutenant doit montrer la voie à ses subordonnées, il doit être sans reproche, impeccable. Je ferme les yeux quelques instants, car rien ne se profile à l'horizon. Je ressens l'odeur de l'écume sur mon visage; la sensation de vitesse qui est grisante; l'excitation d'enfin avoir un but proche; de sentir que je suis sur le bon chemin pour réussir. Un sourire se dessine sur mon visage, et quelques mots m'échappe.


T'as vu papa, aujourd'hui, l'aventure commence. Aujourd'hui, ma vie prend tout son sens. Alors merci pour tout, je n'en serais pas là aujourd'hui, sans toi. Vous m'avez bien élevé avec maman. C'est grâce à vous que je peux réaliser mes rêves. J'accomplirai les vôtres aussi, en retour. Alors regardez moi, car je n'ai pas finis de grandir.

Le jeunot avec moi doit me trouver fou de parler ainsi, alors que nous sommes seuls. Mais peu importe. Je ressentais le besoin de le faire, alors pourquoi ne l'aurais-je pas fait ? Je me sens plus léger, serein, calme, malgré toute la situation. Et quand je rouvre les yeux, c'est comme si je les ouvrais pour la première fois. Un nouveau monde se dessine devant moi. Les montagnes sont plus rouges, l'eau est plus bleue, le bouillonnement plus intense, le ciel plus menaçant. La pluie sympathique se transforme bientôt en véritable averse. Face à un orage, nous, simples mortels, ne pouvons pas grand chose. Mais bientôt, on sera en mesure ... Bientôt, le Malvoulant tombera.


Dernière édition par Clotho le Dim 17 Nov 2013 - 4:33, édité 1 fois
https://www.onepiece-requiem.net/t8191-clotho-tas-natak-en-attente-du-test-rphttps://www.onepiece-requiem.net/t8326-fiche-de-clotho-tas-natak#
Molokost
Molokost

♦ Localisation : Logue Town

Feuille de personnage
Dorikis: 1250
Popularité: 5
Intégrité: -5

Lun 21 Oct 2013 - 15:39

rappel de la fin de mon précédent post : ... Le récif qui maintenait notre position grâce à l'ancre venait de se briser à cause de l'énorme coup de vent. L'embarcation reprenait de plus en plus de vitesse.

J'avais porté attention aux moindres détails et expressions du visage qu'affichait le capitaine pour s'il le fallait, faire feu sur ces bateaux. Ouais c'est vrai que j'ai un petit penchant pour les explosions donc ça ne m'aurait pas fait de mal d'envoyer quelques boulets de canons sur ces bateaux. Mais Jormungard choisit de laisser notre navire les écraser tel de simples fourmis. Personnellement j'avais trouvé ça risqué car on ne fait jamais assez preuve de prudence mais il en décidait ainsi. Et faut avouer que je doutais de la solidité des installations de notre grande embarcation. En l'instant de quelques secondes, le son des fracas et des raclements concurrençaient ceux des chocs des vagues de fond qui semblaient se répéter éternellement. On en ressortit victorieux. J'avais eu tort de sous estimer la puissance du vaisseau. Moi qui m'imaginait les pires scénarios possibles nous étions sains et saufs. Enfin fallait pas crier victoire trop vite. On apercevait maintenant deux voies qui s'imposaient avec brutalité sur notre route. Le capitaine avait donné l'ordre de prendre celui de gauche. On frôla la côte de trop près. C'était juste mais on était passé avec succès. Pourtant on sentit un petit secouement mais moins méchant que ce qu'on venait d'endurer. Le vent soufflait de plus en plus avec rage. Un coup de tonnerre retentit. L'éclair vint s'abattre non loin d'ici. Surement à cinq lieues d'ici. ( approximativement une vingtaine de kilomètres ). Soudain un oiseau tomba directement du ciel et s'écrasa sur ma tête. Il semblait blessé et fatigué. Que faisait-il seul dans le ciel. Ne se déplaçaient-ils pas en groupe normalement ? J'ai déjà entendu dire que les plus faibles doivent rester derrière et finissent abandonnées. Etais-ce cela ? ... Arrrgh je n'avais pas le temps pour ça. Pourquoi fallait-il que ça m'arrive maintenant ? Discrètement je l'installais le plus confortablement possible dans une de mes poches. Il attendra bien sagement la fin du voyage pour que je m'occupe de lui. Enfin si on peut appeler ça un voyage ...

- Alors Woody, on prends de l'affection pour un oiseau maintenant ? me murmura t-il en se moquant.
- Boarf, j'allais quand même pas le jeter par dessus bord quand mêMEEEEEEEEEEEEEEEEEE ...

- HAAAAAAAAAAAAA
- YIAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH

Voila que d'un coup, notre vitesse s'était multiplié par trois. Certaines lèvres flottaient. La bave d'un homme vint même se coller sur mon torse.

- GYAAAAAAA QUI EST L'ANDOUILLE QUI A BAVE COMME UN PORC !!

Je m'essuyais. Brrrrr maintenant que j'y pense ... Il caille bordel. Comment se fait-il que je n'ai pas eu froid plus tôt. Et puis j'suis torse nu. Raah mais quel con je fais moi.

- J't'aurais bien prêté un survêtement Woody mais il ne serait pas à ta taille hahahaha !!

Quel enflure cet Handy. Il aime bien me taquiner celui-là. On était pas meilleur ami pour rien. Qui aurais su qu'un jour je passerais d'esclave à marine. Et pas un simple marine. Un marine qui a un amiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii hahaha eh ouais j'ai un ami nananinanaireeeeuh ♫

Merde la vitesse continuait progressivement d'augmenter. On était maintenant obligé de se courber et de prendre des positions un peu gênantes. J'regardais derrière moi et faisait signe à quelques soldats de se rapatrier un peu plus sur le coté. Ouais dans la position qu'on exerçait ça faisait un peu bizarre d'avoir des gens derrière nous. Puis le brouillard devant nous cachait presque toutes visions possibles. Fallait vraiment être barge pour nous envoyer sur GrangLine un jour de temps pareil. Ou alors c'est une mauvaise prévision ou alors c'est tout le temps comme ça. Bref, la pente devenait raide à un point surprenant. On était obligé de se tenir à quelque chose.

* J'ai faux depuis le départ. La marine n'est pas si mauvaise que ça et on si plait bien même quand on a qu'un seul véritable ami. Moi je prouverais au gouvernement qu'un homme poisson n'est pas forcément source de haine et de vengeance. Mais avant cela soyez sure chère pirates que vous soyez de ma race ou non, que je me battrais avec toute ma force pour me faire connaitre. *

...

Que se passait-il ? Un a un les soldats pointaient leur index vers l'arrière. J'me retourna donc et fut surpris de voir l'ombre d'une demie dizaine de bateaux s'approcher. J'étais méfiant et je n'étais pas le seul. Que voulaient encore ces bougres ? En tout cas ça ne présageait rien de bon. Je dégainais mon gros sabre tandis Qu'Handy lui c'était ses deux revolvers de superbes qualités. Ah oui j'avais un pistolet aussi, j'oubliais. J'étais assez fort et puissant pour maitriser mon épée à une main donc l'autre était libre pour mon calibre. On attendait juste un ordre pour faire feu. Rien qu'un ordre. Non même un simple mouvement du capitaine aurait suffit pour nous enduire en erreur.
Jormungard Sovereign
Jormungard Sovereign
•• Lieutenant d'élite ••

♦ Équipage : Aucun (anciennement : les Irons Marines)

Feuille de personnage
Dorikis: 3660
Popularité: 169
Intégrité: 99

Mer 23 Oct 2013 - 14:11