AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  

-22%
Le deal à ne pas rater :
Promo sur APPLE Airpods 2 avec boitier de charge
140 € 179 €
Voir le deal

Welcome in Hell 2

Clotho
Clotho

♦ Localisation : Blues

Feuille de personnage
Dorikis: 9280
Popularité: -1200
Intégrité: - 1079

Mar 8 Oct 2013 - 9:30

[Pour tout suivre, il est préférable d'avoir lu ce topic ]

Année 1624
QG de West Blue

[justify]Quand je me suis engagé dans la marine, je pensais vraiment tout ce que j'ai dit. A savoir que je deviendrai amiral rapidement, que je serais amiral en chef avant la fin du mois. Après avoir passé un mois dans cet endroit si gentiment appelé enfer, j'ai vite compris mes erreurs. On m'a montré, via des escargophones, certaines batailles qui ont été filmées. On m'a fait visionné la bataille de Barbe Blanche et Marineford par exemple. J'ai compris. Barbe Blanche était appelé l'homme le plus fort au monde, et ce titre n'était sûrement pas usurpé. Il a créé des tsunamis gigantesques. L'amiral Aokiji l'a entièrement gelé. Des milliards de mètres cube d'eau, gelés, sur plusieurs dizaines de kilomètres de longueur, de largeur, et de profondeur. Akainu, alors amiral à cette époque, a fait fondre un cube de glace gigantesque, presque sans le moindre effort. C'est donc ça la puissance d'un amiral … Je comprends mieux les 'paliers' de puissance qu'il faut avoir avant d'accéder à certains rangs élevé, tels colonel, commodores, vice amiral et bien d'autres.

Dès lors, j'ai compris que mes rêves partaient en fumée. Jamais je ne pourrais devenir amiral en chef avant la fin du mois. Jamais je n'aurais la puissance requise dans l'intervalle de temps impartis. Jamais. Je dois viser moins haut. Bien moins haut. Pour commencer en tout cas. Car si j'ai bien compris la puissance qui devra être mienne, je n'en ai en aucun cas saisit la notion. Juste une vague approche. Je sais qu'ils sont capable de détruire une flotte entière de pirate en un rien de temps et sans s'essouffler, mais en terme de puissance brute, quelle est leur force ? Durant toutes mes heures de permission, de liberté, ou presque en tout cas, je me suis rendu à la bibliothèque. J'ai recherché tous les faits d'arme accomplis par les gradés de la marine, dans le passé. Évidemment, je pourrais y être encore vu la quantité de documents. Sauf que j'ai quand même réduit mes recherches à partir de l'année 1450. Dans un premier temps, je ne me suis intéressé qu'aux faits d'arme épique, telle la bataille des vices amiraux Garp et Sengoku contre Shiki le lion doré, ou le vice amiral Garp contre Don Chinjao, Smoker versus Ace, Magellan contre Luffy, Smoker VS Vergo, et bien d'autres encore.

Puis j'ai regardé les faites d'armes de marines de moindre importance, on va dire. Partant de commodore à lieutenant. Il y en a beaucoup plus. Bien sur, puisqu'il n'y a que 12 vice amiraux et 3 amiraux alors que les autres postes peuvent avoir un nombre illimité de personnes. Les exploits sont légèrement moins importants, c'est sur, mais ça reste quand même largement au dessus de la moyenne des humains ordinaires. C'est de l'ordre de faire exploser un bateau, arrêter un type primé ... Quelque chose dans leur corde en fait.


Dernière édition par Clotho le Ven 29 Nov 2013 - 6:44, édité 1 fois
https://www.onepiece-requiem.net/t8191-clotho-tas-natak-en-attente-du-test-rphttps://www.onepiece-requiem.net/t8326-fiche-de-clotho-tas-natak#
Clotho
Clotho

♦ Localisation : Blues

Feuille de personnage
Dorikis: 9280
Popularité: -1200
Intégrité: - 1079

Mar 8 Oct 2013 - 12:11

Bien évidemment, plus on descend dans la hiérarchie, moins les gens sont puissants, et donc moins ils sont capables d'exploits hors norme. Regardez moi, par exemple. Je ne suis qu'un simple humain, sans pouvoir hors du commun. Je ne suis pas capable d'arrêter des bateaux, de détruire des villes, d'envoyer en prison des types hors du commun. Je suis pourtant bien plus puissant qu'un simple paysan, un simple marine. Mais loin de moi la capacité de faire de telles actions. Pour l'instant. Car oui … Un jour, je pourrais faire toutes ces actions. Mais je dois gagner en puissance pour grimper en grade. C'est donc pour avoir une promotion que je fais toutes ces recherches. Pour savoir quels faits d'arme rapporte le plus de prestige, de puissance le plus rapidement possible.

Je ne peux pas m'éterniser à ne pas avoir de grade. Je dois rapidement, très rapidement même, trouver quoi faire afin de ne pas perdre de temps une fois que je serai sorti de l'école. Je dois avoir une promotion rapidement. Mais pour ça, il me faut des actions qui attirent l’œil de la hiérarchie. Je me doute que sauver des gens, ça va aller au départ, mais en progressant, il me faudra faire bien plus que ça. Mais bon, vu le nombre de pirates qui viennent sur l'île du QG de West Blue, je risque d'attendre longtemps. Très longtemps même. Je peux donc, peut-être, essayer de provoquer le destin plutôt que de l'attendre sans rien faire. Si les pirates ne viennent pas, je dois les faire venir à moi. Mais personne ne serait assez fou pour attaquer un QG, même des Blues. Comment puis-je faire ? Est-ce même faisable ? Je continue de me poser la question en dehors de la bibliothèque, car elle ferme.
https://www.onepiece-requiem.net/t8191-clotho-tas-natak-en-attente-du-test-rphttps://www.onepiece-requiem.net/t8326-fiche-de-clotho-tas-natak#
Clotho
Clotho

♦ Localisation : Blues

Feuille de personnage
Dorikis: 9280
Popularité: -1200
Intégrité: - 1079

Mer 9 Oct 2013 - 5:16

Je cherche, je cherche, mais sans trouver. Je me rends au dortoir, comme d'habitude pour continuer de réfléchir. Je pousse les portes. Tout le monde s'est rassemblé devant un lit. Je percute que c'est le mien en fait, j'avance donc. Les autres se séparent pour me laisser passer. Mon matelas, mes draps, tout a disparu. Toutes mes affaires, il ne reste plus que la grande caisse militaire, vide. Un mot a été laissé. Je le lis à haute voix, même si tout le monde connaît déjà son contenu.

Citation :
Un chasseur doit savoir chasser des proies, retrouver des objets. Un marin doit savoir traquer des cibles autres que celle dont il a l'habitude. Il doit s'attendre à tout. Tu as une semaine pour retrouver ce qu'il te manque. Pendant ce laps de temps, tu es dispensé des entraînements habituels.
Je reconnais l'écriture du sergent Brad. La dernière fois que je vous ai parlé de lui, nous venions de finir son 'entraînement'. Là, il veut examiner mes aptitudes de chasseurs. Génial. Sauf que … bon, comment je fais ? Par quoi je peux rien commencer ? Peut-être mon matelas, justement, si je veux pouvoir dormir. Mais avant tout, je dois faire la liste de ce qu'il me manque.

liste:
 

Je pourrais continuer ainsi pendant longtemps, mais les autres objets qu'il me manque sont insignifiants. Je vais commencer par les plus gros. Parce qu'ils seront les plus visibles techniquement, du fait de leur taille. Ce qui veut dire que je devrais pouvoir les ramasser plus rapidement que les petits. Donc, je devrais en avoir plein rapidement. Tandis que si je commence par les petits, ils peuvent être très bien cachés, et donc je peux soit ne pas les trouver, soit mettre trop de temps. Ce qui me le ferait perdre entièrement, et donc, je suppose, échouer. J'essaie de calme mon rythme cardiaque, car on est bien plus apte à réfléchir avec un faible rythme cardiovasculaire. J'entre dans mon mode chasse. D'habitude, je regarderai dans quelle direction est parti l'animal via les traces de sabots, j'évaluerai son poids en fonction de la profondeur des empreintes … Sauf que là, on est sur un sol en béton, dur. Et un troupeau de soldats est passé avant moi, masquant les empreintes car ils ont marché partout. Qui plus est, nous avons tous les mêmes chaussures, les semelles sont donc identiques. Alors comment différencier qui est venu toucher mon lit ?

Facile. Le sergent Brad a des pieds de fillette. Oui, il ne fait qu'un petit 38. C'est d'ailleurs un sujet sensible pour lui. Je demande s'il y a quelqu'un qui fait moins de trente neuf en pointure de chaussure, mais personne ne répond. Ok. Je les disperse tous, les renvoient à leur lits. J'essaie de discerner quelles empreintes sont les plus petites d'entre toutes. Ça ne donne pas grand chose, évidemment. C'est pourquoi je me tourne vers un de mes autres sens largement utilisé dans la chasse : l'odorat. Le sergent Brad fume. Toujours. Sans arrêt. S'il pouvait, il fumerait en dormant, j'en suis sur. Je lève la tête aussi haut que possible, grimpe sur mon lit. Pourquoi ? Parce que les odeurs agressives généralement montent dans les airs, porté par l'air chaud. Or, la cigarette est une odeur agressive. Pourquoi croyez-vous, lorsque vous relâcher du méthane, en direction du sol généralement, l'odeur finit toujours par vous revenir dans les narines ?

Qui plus est, une odeur est capable d'être portée sur plus d'un kilomètre sans perdre de sa fragrance. Dans un environnement saint, certes, je vous le concède. Mais ici, à part Brad et deux autres marines, personne ne fume. Il n'y a pas non plus de gros tas de fumier ou quoique ce soit qui modifie le parfum de l'air ambiant. C'est pas forcément le terrain de chasse idéal, mais c'est mieux que rien. Tout le monde a les yeux rivés sur moi. Personne ne m'a jamais vu chasser, traquer et retrouver ma proie. Quelques rares personnes avaient assisté à ma précédente épreuve avec le sergent, mais ils n'avaient pas tout compris. Là, j'ai la chance de montrer aux autres ce que je vaux. Je ne vais pas perdre cette chance unique de me faire bien voir. Alors c'est parti !
https://www.onepiece-requiem.net/t8191-clotho-tas-natak-en-attente-du-test-rphttps://www.onepiece-requiem.net/t8326-fiche-de-clotho-tas-natak#
Clotho
Clotho

♦ Localisation : Blues

Feuille de personnage
Dorikis: 9280
Popularité: -1200
Intégrité: - 1079

Mer 9 Oct 2013 - 6:02

Je commence donc ma chasse à l'homme. Je suis mon odorat partout où il me guide. Je sors donc dehors, la tête littéralement en l'air, reniflant les odeurs que je perçois. Je sais que je passe pour un con, mais rien à faire. On m'a lancé un défi, et je ne recule jamais devant. Les autres me regardent intrigués, se demandant sans doute ce que je fais. Je n'ai pas le temps de leur expliquer ni même de me soucier d'eux. Je ne sais pas le sergent Brad a fait ça, ni même s'il était seul ou pas. S'il était accompagné, ce qui est fort probable, il n'y a aucune autre odeur particulière près de mon lit, ni même das la chambrée. Voilà pourquoi je suis la fragrance du sergent, car il s'agit de ma seule piste.  Il est passé avant moi, ça veut donc dire qu'il a de l'avance. Ne sachant pas combien de temps, je ne peux pas me permettre de rester inactif. Si je suis assez rapide, je pourrai réduire son avance, et peut-être même, qui sait, le retrouver.

Bien évidemment, même si je parvenais à le retrouver, il ne me dirai pas où sont mes affaires. Et de toute façon, ça irait à l'encontre de mes principes. Pas de raccourcis dans un jeu, on joue en intégralité. Sinon, c'est trop facile, et on appelle ça la triche. Tricher, c'est bon pour les pirates, pas pour un marine. Je préfère suer sang et eau et échouer que de réussir avec de l'aide. Voilà pourquoi je n'ai pas simplement demandé aux autres s'ils savaient quelque chose. La difficulté, en ça réside l'amusement. Avoir du mal à faire quelque chose, ça me motive, ça me donne la niaque, la passion revient petit à petit. Faire des efforts ne fait que rendre la récompense plus grande, car on l'apprécie à sa juste valeur. Alors que je suis en train de chercher, des soldats d'autres bâtiments viennent me voir.


Clotho ?! On a besoin de toi. Certains de nos objets ont disparut eux aussi.
Désolé les gars, mais j'ai pas le temps. Je dois absolument retrouver mes affaires, sinon je risque de me faire virer de la marine.
Bah … c'est que … demain on doit présenter une diapo importante sur la marine …
Et c'est la diapo justement qu'on nous a volé.
Le sergent instructeur a été bien clair. Si, pour une quelconque raison on ne peut produire le résultat attendu, on sera viré.
Quoi ?!

Je commence  voir clair dans ce qui se passe. Le sergent Brad continue de m'évaluer. Je dois choisir entre continuer ma quête et les laisser se démerder tout seul, quitte à prendre le risque qu'ils se fassent virer, ou alors mettre de côté ma quête et les aider, au risque de me faire renvoyer. Les indices de leur piste ne vont sûrement pas s'envoler comme ça, tandis que l'odeur commence  se disperser dans le vent, mélangeant les directions de sa provenance. Si je ne suis ma piste maintenant, je pourrais la perdre.

Je … Je dois continuer ma quête. Désolé les gars, mais mon rêve c'est d'être l'amiral en chef de la marine. Je ne peux pas me faire virer de la marine.
Mon rêve c'est d'être aussi fort que mon père.
Moi, je veux simplement rejoindre ma mère. Elle est à la base G-4 de la marine, mais je ne peux pas y aller si je n'en reçoit pas l'ordre.

Quelque chose enclenche alors les connexions dans mon cerveau. Pourquoi mes rêves seraient-ils plus importants que les leurs ? Qui décide quel rêve est bon, et quel rêve est de la merde ? Quel genre d'amiral je serais si je ne me concentre que sur moi, si je refuse d'aider quelqu'un alors que j'en ai la possibilité ? Je ne veux pas renier mes principes, ni même qui je suis pour accéder au pouvoir. Je veux rester moi même, juste, droit, innocent. De quel droit puis-je prétendre au titre suprême de la marine si je n'aide pas ceux dans le besoin ? Faut-il se perdre en chemin forcément pour obtenir la puissance ? Si oui, alors je trouverai un autre moyen d'être puissant. J'emprunterai une voix unique, à laquelle personne n'a encore jamais pensé. Mais en aucun cas, je ne renierai qui je suis, les promesses que j'ai faites ou mes rêves. Chaque rêve, chaque espoir a la même valeur. C'est ça que tu voulais m'enseigner papa, pas vrai ? Je lève la tête vers les deux gus.

De qui je me moque. Ce n'était même pas un choix pour moi. Je n'avais même pas besoin de réfléchir. Ma décision était prise avant que mon cerveau ne cherche la meilleure solution. Tandis qu'il me souffle de continuer ma route mon cœur, lui, me force à prendre en main leur affaire. Le cœur peut facilement être trompé, mais la raison, rarement. Je devrais donc l'écouter. Pourtant, c'est bien le cœur qui nous différencie des pirates, souvent. Si je ne l'écoute pas maintenant, je m'en voudrais jusqu'à la fin de ma vie. Mais si je fais ça, le chemin pour atteindre mon but sera plus long. Ça veut donc dire que j'en apprécierai mieux mes titres. Ça ne signifie en aucun cas que je doive renoncer à mes espoirs, juste que je vais mettre plus de temps, mais que je ferais ce qui est juste, au moins. Ainsi, jamais je ne me renierai. Jamais je ne sombrerai dans le mal. Je ferais ce que mon cœur juge digne d'accomplir, chaque action qu'il me conseillera. Car c'est ainsi que je vis, c'est ça mon but. Je veux devenir amiral non pour le pouvoir, mais pour être capable d'aider les autres, tout le monde. J'accepterai de venir en aide à toute personne en ayant besoin, même si je perds du temps. Car au final, ce n'est pas en devenant amiral qu'on est reconnu des autres, mais c'est en se faisant reconnaître qu'on devient amiral.


Ok. Conduisez moi à votre bataillon, et expliquez moi en chemin ce qui s'est passé.

Ils m'explique rapidement la situation. Lorsqu'ils sont rentrés, ils ont retrouvé un mot leur disant que leurs précieuses diapositives avaient disparu, et qu'une chasse ne ferai pas de mal. Et qu'ils devaient venir me voir. C'est donc un coup du sergent, j'en étais sur. Il veut voir si je préfère sacrifier mes amis pour finir ma mission, ou l'inverse. S'il me connaissait un peu mieux, il saurait que ce n'était même pas une question à me poser. Même si je sais que je vais tomber dans un piège, si je peux sauver une personne, pourquoi hésiter ? On réfléchis, on réduit les risques avant en anticipant, et ensuite on se jette dans le piège. Oui, je ne suis pas con quand même ! Je ne vais pas non plus me jeter dans un pige comme ça, la gueule la première. Car si je suis les secours tant attendu, et que je me fais prendre, qui va venir me secourir moi ? Hein ?! On arrive à la cabane.
https://www.onepiece-requiem.net/t8191-clotho-tas-natak-en-attente-du-test-rphttps://www.onepiece-requiem.net/t8326-fiche-de-clotho-tas-natak#
Clotho
Clotho

♦ Localisation : Blues

Feuille de personnage
Dorikis: 9280
Popularité: -1200
Intégrité: - 1079

Mer 9 Oct 2013 - 13:19

[Dédicace à Ankoü, car je crois que tu avais aimé le passage dans le 1 ^^]

Si ça doit me retomber dessus plus tard, et ça le fera, tant pis. J'aviserai à ce moment à. Mais ce qui est sur, c'est que je ne veux pas passer ma vie à regretter de ne pas avoir fait des choses que j'aurais pu faire. Si je peux aider quelqu'un, je le ferai sans hésiter. Car oui, c'est ma façon de faire, ma vision des choses, j'agis ainsi. Je l'ai toujours fait, et je le ferais toujours. Tant pis si je m'en mord les doigts après. Si je peux aider quelqu'un, alors la question ne se pose même pas. Quitte à tomber dans un piège, je vais secourir. Mais non sans réfléchir avant quand même. Être un bon samaritain et être con ne sont pas des synonymes que je sache ...Je réfléchirai donc toujours avant, par simple sécurité. Et c'est seulement une fois une stratégie mise en place que j'irais aider. Bah oui, si je suis les secours, si je me fais capturer, tuer ou autre chose, qui va venir m'aider moi et ma cible ?

Dès qu'on rentre dans le bâtiment, une odeur m'interpelle. Une odeur qui pue. On a l'impression de respirer la Mort elle même … Cette odeur ne peut venir que d'une décharge, d'un gros tas de fumier ou quelque dans le genre, si vous voyez ce que je veux dire. Je n'ai qu'une envie, c'est de me boucher le nez. Pourtant, je la respire pour trouver la source de cette puanteur. C'est alors que je réalise. Il n'y a qu'un seul endroit dans la caserne d'où peut provenir une telle odeur. Non, pas les toilettes publics, mais ça y ressemble fortement. Je me dirige donc vers cet endroit redouté par tant de monde. Je ne vois pas vraiment pourquoi, si ce n'est l'humeur du type qui siège à cet endroit. Les autres me regardent, inquiet.


Tu ne vas quand même pas rentrer, dis …
Le dernier à y être allé avait été forcé. Il en est ressorti manchot.
C'est que des histoires les gars. Faut pas croire tout ce qu'on vous raconte, vous savez …
Mais on l'a vu ! C'était juste avant ton arrivée. Jack a été forcer à y aller comme punition pour les toilettes. Il avait ses deux mains. Quand il en est ressorti, dans la soirée, il avait un moignon à la place de la main droite.
Il était droitier. Il n'aurait laisser personne la lui couper.
Vous êtes sur que vous n'inventez pas là, quand même ?
Non, juré.
Promis.
Il a ptet eut un accident …
Non. Il a dit qu'''IL'' la lui avait couper pour avoir posé une question idiote.
Dans tous les cas, la source de l'odeur dans votre chambre provient de là. Si j' vais, vous venez avec moi. Si on y va pas, vous ne retrouverez pas votre précieuse diapo.
Je …
… T'es un monstre, tu le sais ça ?
Non, visiblement, le monstre, ça va être ''lui''. Vous serrez les dents, les fesses, ne vous éloignez pas, et me prévenez si jamais vous voyez, sentez ou entendez un truc qui m'échappe, ok ? Pour me prévenir, une petite tape dans le dos. Plus c'est proche, plus la tape est forte. Compris ?

Quand ils m'ont dit oui tous les deux, on entre dans le bâtiment, par la porte de derrière, bien évidemment, sinon en arrive en pleine zone ennemie. Quoique par ici, c'est ptet pire … Sûrement même. Mais au moins, j'ai plus de chance de retrouver l'odeur. A peine ai-je ouvert la porte que des effluves pas vraiment délicates chatouilles mes narines.

Il essaie de nous tuer ou quoi ?
A ta place, je me demanderai plutôt depuis combien de moi l'animal qu'il a prépare est mort …
J'ai pas vraiment envie d'avoir la réponse si tu veux tout savoir …
Je vais vomir tellement ça pue … Vous vous souvenez de la fois où Jack a renversé les toilettes et où elles ont explosés partout, projetant … vous savez quoi partout ? Je préférerai être couvert de merde plutôt que de sentir ça une seconde de plus.
Non mais sérieux, même les chiottes sentent meilleurs que ça ...
Désolé, mais je vais pas pouvoir remonter la piste plus loin.
Vous voulez pas qu'on aille discuter ailleurs, là où ça ne sentira pas la mort recouverte de merde, putréfié et exposé au soleil pendant des mois ? J'ai les poils de nez qui crament tellement l'air est acide ...
Ça vous gênerait pas de parler autrement de ma cuisine les cadavres ambulants ?!
https://www.onepiece-requiem.net/t8191-clotho-tas-natak-en-attente-du-test-rphttps://www.onepiece-requiem.net/t8326-fiche-de-clotho-tas-natak#
Clotho
Clotho

♦ Localisation : Blues

Feuille de personnage
Dorikis: 9280
Popularité: -1200
Intégrité: - 1079

Ven 11 Oct 2013 - 9:11

Cette voix surgit de derrière nous. Elle nous tétanise, car on sait tous à qui elle appartient. On est foutu cette fois … On était tellement concentré devant qu'on a pas surveillé nos arrières, ça nous apprendra. On se retourne tout doucement, comme si un geste trop rapide pouvait nous décapiter. Il est juste là, juste devant nous maintenant, nous fixant avec ses yeux de poissons pané. Oui, pané, car il a les yeux jaunes, et toujours de grosses croûtes autour, donc on dirait deux poissons rectangulaires. Ses dents jaunâtres sortent de sa bouche. Comme il lui manque une dent sur deux, ça fait une sorte de damier, assez marrant à voir. Pourtant, on a absolument aucune envie de rigoler. Pourquoi ? Je ne sais pas, ptet son rouleau à pâtisserie brandit dans notre direction. A moins que ça ne soit son éminçeur (couteau de cuisine, mais je ne trouve pas l'orthographe, désolé) qui nous menace directement, étant à quelques centimètres du visage du dernier de nous trois. Je ne saurais trop le dire. On essaie de se faire tout petit, mais ça ne changera rien. Il nous fixe tour à tour.

Qu'est-ce que vous venez foutre dans ma putain de cuisine ?! Voilà, là, il est en colère. Il a horreur que quiconque pénètre dans son espace, même les gradés. Je me souviens du mois dernier, quand des anciens nous ont envoyé épluché des patates, sans le mettre au courant, qu'il nous a surpris. Je me souviens du scandale que ça a fait pendant une semaine. On en a entendu parler tous les jours, même les sourds, car il l'a écrit en gros. Alors là, on vient de s'introduire dans sa cuisine, on a dénigré ses préparations culinaires, on les a insulté. Que va-t-il bien pouvoir nous faire ? Alors comme ça, ce que je vous prépare ne vous plaît pas … Il ferme violemment la porte derrière lui, nous poussant plus en avant dans la cuisine. C'est dommage, parce que VOUS allez y goûter, vu que ce sont VOS affaires que je prépare. Alors là, on tombe des nues. Il … cuisine nos affaires … Non mais il est taré ou quoi ?! On ne joue pas avec la nourriture ! J'ai pas énormément de choses qui me tiennent à cœur, mais la bouffe, c'est la vie. Or, on ne plaisante pas avec les repas ou les aliments. On a qu'une envie s'enfuir. Mais il est derrière la porte, il faut donc qu'on sorte de l'autre côté. Pour ça, il faut courir, lui échapper, sauter par dessus l'endroit où il nous sert ses mixtures infectes. Mais c'est pas aussi facile que ça en à l'air. Il faut sauter assez haut pour esquiver les objets, mais pas trop, sinon on se prend le plafond.

Vous cuisinez nos vêtements ?
Faut bien commencer par préparer quelque chose. Comme ça, je sais comment vous cuire et avec quoi vous assaisonner.
Vous ne pouvez pas. Quelqu'un se rendra compte qu'on a disparut.
Parce que quelqu'un l'a remarqué pour Don Jiio ? Ou Castaroc ? Ou même Pietra, Jenova, Takeya, Ourob ?
Vous êtes un monstre ! Mais avant de nous cuire, faudrait déjà nous attraper !

On est trois, il est seul, ce qui veut dire qu'il ne peut pas tous nous poursuivre en même temps pour nous attraper. Je suis le plus loin de lui, et donc celui avec de meilleure chances. On fait volte face, sauf qu'un des enfoirés m'attrape par le col et me tire en arrière un grand coup, me faisant perdre mon équilibre. Je tombe sur le sol tandis que je vois deux corps blancs et bleus passer devant moi et s'enfuir à toute jambe.

Désolé, mais moi d'abord !
On reviendra sauver ta peau plus tard, merciiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii.

Leur cris se perdent dans le réfectoire, ils disparaissent de ma vue. Tiens, elle se trouble d'ailleurs. Et du sang coule de mon front. Ah, bah oui, je tombe dans les vapes après m'être fait assommé par un rouleau à pâtisserie.
https://www.onepiece-requiem.net/t8191-clotho-tas-natak-en-attente-du-test-rphttps://www.onepiece-requiem.net/t8326-fiche-de-clotho-tas-natak#
Clotho
Clotho

♦ Localisation : Blues

Feuille de personnage
Dorikis: 9280
Popularité: -1200
Intégrité: - 1079

Ven 11 Oct 2013 - 16:20

J'ouvre les yeux difficilement. Une odeur me chatouille les narines. Mais pas une bonne. Je distingue des formes bizarres. Je me frotte les yeux afin de mieux voir. Je touche ma tête en même temps pour enlever le petit filet de sang qui a coulé. Je suis toujours dans la cuisine, couché sur un plan de travail. Je suis en caleçon. Ce qui me terrifie. Ça veut dire qu'il m'a enlevé mes vêtements. Pour faire quoi ? C'est un pervers ou quoi ? Il serait mignon, je trouverai ça marrant, mais là, je suis plus terrifié qu'autre chose. Je me lève sans faire de bruit. En face de moi se trouve les feux, et je vois deux énormes faitouts qui mijotent, avec quelque chose dedans. C'est de là que provient l'odeur insoutenable que je suis forcé de respirer. Je m'approche, jusqu'à ce que son contenu me soit dévoilé.Mais il fait vraiment cuire nos vêtements ce malade!

Je vois mes affaires plongées dans l'eau, en train de bouillir. Mais ce que je vois surtout, ce sont des dizaines d'autres vêtements entièrement blancs dans un énorme récipient, en train de bouillir. Ce récipient là sent le citron à plein nez. L'autre ne boue pas, est froid, mais les vêtement sont dans une sorte d'eau trouble Qu'est-ce qu'il a bien pu mettre dedans … Bon sang, pourvu que … Non … Les histoires ne peuvent pas être vraie quand même … Pas à ce point là. Non, un gradé l'aurais forcé su. Oui, forcément. Il ne peut pas avoir tué plusieurs apprentis marine, en avoir torturé d'autres, en avoir abîmé et tout sans en subir les conséquences. Il n'a pas les relations pour ça.


C'est bon, tu es réveillé ? Je vais pouvoir te cuisiner maintenant ...
Il faudra me tuer d'abord pour ça.
Oh mais j'y compte bien. Et je vais savourer chaque instant, tout comme je vais te déguster juste après.
C'est ce qu'on va voir !
Inutile d'essayer de gagner du temps. Les deux froussard qui te servaient d'amis sont parti se réfugier bien loin de cette cuisine.
Ils reviendront avec des renforts.
Je ne crois pas, non … Ou alors, il sera trop tard.
Vous parlez, vous parlez, mais vous ne faîtes rien.
Et il croit avoir de la gueule en plus … Ça n'en sera que plus savoureux.
Alors amènes toi, sac à patate !

Manque de chance, ma tête me relance niveau douleur. Le sang ne recommence pas à couler, mais je sens qu'au moindre coup, ça ne va pas tarder. Ma vue commence à se troubler. Je distinguer encore les couleurs, mais les contours des choses deviennent floues, je ne vois plus que des formes, comme si on avait mis un filtre devant mes yeux.

Qu'est-ce que vous m'avez fait ?
Ce qu'il fallait.
Pourquoi je suis en caleçon ? Et avec quoi vous m'avez drogué ?!
Du calme gamin. T'as la tête qui tourne, assied toi.
Pour que vous me bouffiez, alors vous rêver !
Si tu ne t'assois pas, je vais te faire asseoir.

A peine a-t-il finit sa phrase qu'il s'élance vers moi. Moi, je ne vois qu'une forme indistincte qui s'approche dangereusement. Je suis incapable de faire le moindre geste. C'est terminé. Ma vie s'achève ici, avant même d'avoir commencé. Adieu.
https://www.onepiece-requiem.net/t8191-clotho-tas-natak-en-attente-du-test-rphttps://www.onepiece-requiem.net/t8326-fiche-de-clotho-tas-natak#
Clotho
Clotho

♦ Localisation : Blues

Feuille de personnage
Dorikis: 9280
Popularité: -1200
Intégrité: - 1079

Sam 12 Oct 2013 - 6:51

Je tombe. Il court vers moi. J'essaie de me raccrocher à quelque chose. Rien. Il n'y a rien. Puis d'un coup, ma main attrape quelque chose. Alors je ne le lâche pas, et tire aussi fort que possible. Sauf cette chose tire aussi. Là, je comprends. Il me tire vers lui. Et merde, je suis foutu. Qu'est-ce que je pourrais bien faire pour me tirer de ce mauvais pas ? Rien. Il n'y a rien à faire. Ma vue se trouble encore un peu plus. Je ne peux rien faire, et suis attiré par la force qu'il exerce sur mon corps. Je re-sombre dans le néant, en sachant que ceci fut ma dernière vision. Hum … Ça fait du bien … C'est chaud, humide, c'est bon … J'ouvre les yeux, et … bah je le vois. Proche de moi. Très proche. Trop pour moi même. Il est juste à côté de mon corps, en train de faire des mouvements. Il fait tremper une petite serviette visiblement dans de l'eau tiède, et l'échange avec celle que j'ai sur le front. Une seconde ! Avec celle que j'ai sur le front ? Et depuis quand j'ai une serviette humide tiède sur le front ? Je me relève, il le voie et se tourner vers moi.

Restes donc couché abrutis, tu vas aggraver ta blessure.
Celle que vous m'avez faite avec le rouleau à pâtisserie sur la tête ?
Celle que tu t'es faite en tombant, crétin.
Je ne suis pas tombé.
Et une commotion cérébrale, une ! Ton copain t'aurais pas tiré en arrière par hasard lorsque vous avez essayé de fuir.
Si, mais …
Pas de mais. Tu es tombé sur la tête, ça t'a fait un sacré choc. J'ai essayé de te retenir, mais t'es tombé trop vite.
Vous … avez essayer de m'aider ? Pourquoi ?
Et bah t'es pas futé toi dis donc ...
Pourquoi vous dîtes ça ?
Tu poses vraiment des questions à la con ! Alors réfléchis un peu, sinon je vais vraiment te faire sentir mon rouleau sur le crâne.
Vous ne m'avez pas tué … ni découpé ou mangé … Vous m'avez même … soigné ...
Leçon pour plus tard, les choses ne sont pas toujours ce qu'elles semblent être. Il y a parfois un sens caché qui peut échapper même aux meilleurs, alors surtout essaie d'approfondir quelle que soit soit la situation.
Vous voulez dire que … Ça sert à quoi tout ce cirque alors ?
C'est pas tes oignons, alors maintenant reprends tes fringues et dégages !
Pourquoi vous les avez fait bouillir ?
La tenue d'un marin doit être impeccable en toute circonstance. La tienne avait des tâhces.
ne me dîtes pas que vous avez fait tout ça simplement pour enlever une tâche sur un vêtement … C'est ridicule !
La tenue doit être parfaite !
Et pourquoi avoir fait bouillir les affaires ? Pourquoi ne pas les avoir envoyé à la lingerie ?
Pas confiance en eux. Trop long. C'qu'une bande de paresseux.
Alors vous avez fait bouillir mes vêtements ...
Ils sont propre, alors de quoi tu te plains, merdeux ?!

C'est vrai qu'en les regardant, les tâches ont disparut, mon uniforme est imaculé, d'une blancheur éclatante. Comment a-t-il fait ça ? Pourquoi est-il aussi … bon, je suis pas sur que gentil convienne, mais faute de mieux, alors qu'on lui fait une réputation de monstre psychopathe et sanguinaire ?

Pourquoi les faire bouillir ?
Pour enlever l'herbe, il faut du vinaigre blanc et du bicarbonate de soude. On étale, et on passe à la machine. Sauf que la machine est bien trop longue. Et comme j'ai plusieurs vêtements à faire, j'ai pris le big Bob (le plus grand faitout de la cuisine). Frotté énergiquement, ça revient au même qu'en machine, sauf que c'est plus efficace et plus rapide. Pour la transpiration, juste de citron, et à la machine. Mais c'est plus rapidement manuellement. Pour les moisissures, bouillir avec du lait et c'est finit.
Vous avez vraiment lavez les vêtements que je vois en train de sécher ?
Pourquoi, t'as un problème ?
C'est pas votre travail, vous êtes cuisinier. Et puis, c'est pas hygiénique ...
C'est les gamelles que j'utilise pour les chiens, alors hygiène ou pas, on s'en fou.

[Besoin de conseils pour détâcher un vêtement ? Alors rendez-vous ici]
https://www.onepiece-requiem.net/t8191-clotho-tas-natak-en-attente-du-test-rphttps://www.onepiece-requiem.net/t8326-fiche-de-clotho-tas-natak#
Clotho
Clotho

♦ Localisation : Blues

Feuille de personnage
Dorikis: 9280
Popularité: -1200
Intégrité: - 1079

Sam 12 Oct 2013 - 7:19

Quoi ?! Les gamelles pour les chiens ? Vous voulez nous tuer ou quoi ?
Roh, c'est bon, je les lave à chaque fois. De toute manière, ils bavent tellement dedans que ça les pré-nettoie.
Eurk !

On se prend la tête ainsi pendant près de vingt minutes. Pendant ce temps, j'enfile mes vêtements. Ils sont chauds, secs, tout doux, c'est franchement agréable. Je n'ai jamais eu d'affaires dans lesquelles je voulais vivre le reste de ma vie, mais là … On finit par se comprendre, car en fait, ces gamelles sont juste celles pour les animaux, en aucun cas il ne s'en sert pour les humains. Sauf ceux qu'il déteste, comme certains gradés qui conspirent contre lui. Je le remercie et commence à partir.

Hey, le crétin !
Oui ? Et merde.
T'étais pas là pour une diapositive par hasard ? Tout me revient en mémoire.
Vous étiez dans la chambre, j'ai senti votre odeur. Qu'est-ce que vous savez ?
Si tu veux le savoir, il va falloir me battre.
Quoi ? Mais je ne fais pas le poids, c'est injuste.
Avant de critiquer, tu ferais bien de fermer ta grande gueule. Je n'ai même pas dit en quoi consistera l'épreuve.
Ah ...
Un duel de cuisinier. On va chacun préparer cinq repas, pour cinq personnes choisies au hasard. Celui qui aura le plus de voie gagnera. Si tu gagnes, je te dis ce que je sais. Si tu perds, tu restes avec moi pendant un mois entier.
Quoi ?! Mais c'est encore plus injuste ! Je ne sais pas cuisiner, et je ne peux pas perdre un mois dans cette cuisine !
L'épreuve commence dans dix minutes, le temps que tu ailles te changer.
Mais … Mais ...

Il pointe l'horloge du doigt. Le temps passe. J'enfile rapidement un tablier, une charlotte et fais semblant de le maudire. Ouaip, s'il y a un truc où je peux assurer, c'est la cuisine. J'ai pas son expérience, ni son talent, c'est clair. Mais j'ai les bases, et je me démerde pas trop mal parfois, quand j'ai de la chance. Oui, ok, ça commence mal si je parle de chance en cuisine, je sais. Il m'explique rapidement qu'on ne fait que le dessert, que je peux utiliser tout ce dont j'ai besoin (ingrédients, ustensiles, instruments, récipients …). On a trente minutes. Ça va être plus que chaud, car niveau ressert, je suis carrément nul. Par chance, je suis ingénieux. Si je ne peux pas gagner, alors lui non plus. On sera à égalité, et comme il n'a rien précisé, les termes du contrat m'avantage.
5.
4.
3.
2.
1.
0.

Il se lance sur les instruments. Avant même qu'il n'en touche un, je lui hurle que j'en ai besoin. Ok, il se dirige vers un autre. Je fais de même. Et je crois qu'il a compris mon stratagème. Je crie que j'ai besoin de tout ce qui se trouve dans la cuisine. Il me traite de menteur. Je prend alors un fouet, un cul de poule, de la farine que je fouette, j'ajoute quelques gouttes de quelque chose, une pincée de chose que je ne connais pas et possède, en fin de compte, l'odeur du paprika. Je rajoute un œuf, ouais, ça je connais, ça va. Je fais fondre du chocolat, prend le batteur et le fait chauffer. Oui, c'est bien connu, un batteur électrique à besoin d'être préchauffé, tout comme le four que j'allume sur 300°C. Il ne s'occupe plus de moi et commence à faire son dessert. Le temps passe, vite, très vite. Bien trop. Je n'ai même pas encore mis mon gâteau dans le four qu'il me dit que l'épreuve est terminée. Ok, on arrête tout, on se retire. Il pose son gâteau sur une assiette. Ça ressemble à une charlotte aux fraises. Moi, je laisse ma pâte pas cuite dans le cul de poule. On voit des morceaux de chocolat pas totalement fondu qui dépasse, quelques tâches rouge à cause du paprika, du bleu, le colorant alimentaire qui ne s'est étrangement pas mélangé ainsi que d'autre chose.

Ouais, pas vraiment appétissant. Mais pas grave, je suis sur de gagner. On met chacun un drapeau sur sa création, afin que le jury puisse les reconnaître facilement. Je passe devant lui, car honneur au challengeur. Juste avant de passer la porte de la cuisine pour se rendre dans le self, je fais volte face. Je lui enfonce ma pâte pas cuite dans la tronche. D'un geste rapide de la main gauche, j'empêche son gâteau de tomber sur le sol, je le récupère, et pousse rapidement la porte en marche arrière. Il se met à hurler, et je fais celui qui ne comprend pas pourquoi.


Tu m'as volé mon gâteau, espèce de sale traître ! Tricheur !
Mais de quoi vous parlez monsieur ? Vous avez faillit tomber, j'ai essayé de vous rattraper, et votre tête à heurter votre … heu ...gâteau … ?
espèce de sale lâche ! Menteur ! Voleur de gâteau !
Messieurs, vous êtes témoin. Le chef me traître de lâche, de menteur, de voleur de gâteau. Voici mon gâteau. Lui, malheureusement, n'en a plus, ce sont des choses qui arrivent. Or, pas de gâteau égale une défaite il me semble.
C'est exact.
Je crois donc que le chef est disqualifié, et perd le défi, ai-je raison ?
Tout à fait. Maintenant, laissez nous goûter ce succulent gâteau …
Traître ! Ordure ! Enflure !

Il se jette sur moi, et je prend un air terrifié. Les personnes du jury se lèvent et l'intercepte.

Protégez moi de lui, je vous en prie. C'est un fou ...
Espèce de sale vermine de mes ****** **** *** *********** ******* **** ** ****** ********* ************* ***** de ta ******* avant même que tu ne **** ********* ****** et après je vais te ********* bien profondément dans le *********** qui lui sert de *******.
Pitié !

Ils commencent à l'emmener de force dans la cuisine, le seule endroit dans la base qui semble le calmer. Je les suis.


Dernière édition par Clotho le Sam 12 Oct 2013 - 7:55, édité 1 fois
https://www.onepiece-requiem.net/t8191-clotho-tas-natak-en-attente-du-test-rphttps://www.onepiece-requiem.net/t8326-fiche-de-clotho-tas-natak#
Clotho
Clotho

♦ Localisation : Blues

Feuille de personnage
Dorikis: 9280
Popularité: -1200
Intégrité: - 1079

Sam 12 Oct 2013 - 7:53

Vous avez perdu, chef, alors dîtes moi ce que je veux savoir maintenant.
Espèce de sale ***** ******** vas donc voir ta **** si elle est toujours aussi ***** tout en ******* ta *****-****.
Allez, vous avez perdu soyez fair-play.
Alors que toi tu as triché ?! Plutôt crever !

D'un seul coup, la porte de la cuisine claque, et un lieutenant apparaît.

Quelqu'un peut-il me dire ce qui se passe ici ? Pourquoi deux abrutis sont venu me dire des imbécillités ? Et pourquoi vous hurler ?
Je voulais leur faire une blague, mon lieutenant, pour le venger. Mais ils ont trop foncé dedans, je ne les pensais pas crédule à ce point. Je suis désolé qu'ils vous aient dérangé.
Il m'a écrasé son gâteau dans la gueule ! Il a volé le mien, et le fait passer le sien, voilà ce qu'il m'a fait !
En fait, le chef m'a lancé un défi, le battre en faisant un dessert pour le jury ici présent. J'ai réussis, mais lui a eut un accident avec le sien. Il a glissé, j'ai essayé de le rattraper, mais c'était trop tard. En grand chef qu'il est, je suppose qu'il ne veut pas se faire battre par un petit jeunot comme moi qui fait à peine ses classes, mon lieutenant. C'est pourquoi je pense il a inventé cette histoire. Et maintenant qu'il a perdu, il ne veut pas assumer et refuse d'honorer sa part du contrat en cas de défaite.
C'est à dire ?
Je suis venu ici pour enquêter sur la disparition d'une diapositive. Mon odorat m'a conduit jusque dans les cuisines.
Tout ça pour une diapositive ?
Ils vont se faire renvoyer s'ils ne l'ont pas monsieur.
Personne ne renverra personne sans une raison valable, mousse.
Espèce de sa voleur de ******** ****** Le lieutenant s'énerve en peu en tapant sur la table qui se plie sous sa force. Le chef se tait aussitôt, plus personne ne parle. Il me fait signe de poursuivre.
Suite à ça, on a cuisiné, l'accident est arrivé, j'ai été déclaré vainqueur, puisqu'il ne pouvait rien présenté au jury. Et il refuse de me dire ce qu'il sait au sujet de la disparition des diapositives, mon lieutenant.
Dîtes lui, chef, qu'on en finisse.

Il refuse. Le lieutenant s'approche alors de lui, lui murmure quelques mots à l'oreille. Le cuisinier devient livide, presque comme un fantôme, et me parle tellement vite que j'ai à peine le temps de comprendre. Il nous dit que le sergent Brad l'a envoyé afin de me distraire, pour voir quelle serait ma réaction. J'en étais sûr ! J'espère qu'il n'est pas déçu en tout cas ...

Bon, tout ceci étant éclaircis, je déclare l'affaire close. Maintenant, dispersion, chacun à ses posts. Et vous, matelot ...
Lieutenant ?
Cessez de jouer avec les autres membres de la base ainsi. Vous vous pensez malin à pouvoir les manipuler, mais on voit clair dans votre jeu.

Alors je vais devoir l'améliorer, mon lieutenant.

Un sourire s'esquisse sur son visage. Il me regarde dans les yeux tandis que je fixe devant moi.

Je ne sais pas ce qui va vous arriver. Je ne sais pas non plus si vous allez parvenir à vos objectifs. Mais pour qui sait réfléchir, gravir les échelons n'est pas bien compliqué. Au lieu d'attendre les choses, il faut parfois savoir forcé le destin. Mais prenez garde. Si on le force de trop, le ciel finit par nous tomber sur la tête, et les conséquences sont désastreuses.

Il s'en va comme il est arrivé, j'en profite pour m'éclipser avant que le chef ne me parle. La diapositive est en fait, caché dans les draps. Dire que ces deux abrutis n'ont même pas pensé à regarder à l'intérieur de leur lit ... Tellement focalisés par le mot, ils en ont perdu la capacité de réflexion, si tant est qu'il ai pu l'utiliser un jour ...
https://www.onepiece-requiem.net/t8191-clotho-tas-natak-en-attente-du-test-rphttps://www.onepiece-requiem.net/t8326-fiche-de-clotho-tas-natak#
Clotho
Clotho

♦ Localisation : Blues

Feuille de personnage
Dorikis: 9280
Popularité: -1200
Intégrité: - 1079

Sam 12 Oct 2013 - 9:57

Mais ce n'est pas tout. Il m'a également dit que le sergent Brad adore passer du temps dans le vieux bâtiment abandonné. Je me dirige vers le lieu, observe rapidement via les fenêtres s'il y a du mouvement. Non, rien à signaler. Il faut dire aussi qu'il y a tellement de poussière sur la fenêtre intérieure que je ne vois pas grand chose … Ptet jusqu'à 5m, mais pas plus. Je pousse la porte qui grince, rentre à l'intérieur, referme la porte. Je vérifie de ne pas laisser d'empreinte, j'allume la lumière. Et quelle forme se dessine sous mes yeux ? Bah ouais, mon matelas. Posé sur une pile de caisse, il m'attend, avec mes draps dessus. Une partie des objets qu'il me manque également. Je vérifie, je compte. En fait, il ne manque qu'une seule chose. La seule qui compte vraiment pour moi. Le poignard que mon père m'a donné n'est pas là. Je fouille, je soulève tout.

Comment a-t-il osé me le voler ?! C'est la seule chose qui compte pour moi, et il le sait très bien. Ça, je ne le pardonnerai jamais. Ô que non, pas question. Il y a des choses qu'on peut excuser, mais pas ça. Il sait ce que ça représente, les souvenirs que j'ai avec. Je commence à sortir hors de mes gongs quand la porte s'ouvre. Il est là, devant moi, à quelques mètres. Je ne réfléchis plus. Je fonce. Je cours. Je serre les poings. Je frappe. Il esquive. Poing droit dans les côtés, il tourne sur lui même; m'assène un coup sur la nuque. Pas puissant, mais juste ce qu'il faut pour me remettre l'esprit en place.


Je peux savoir ce qui te prends ?
Vous pouviez tout prendre, mais pas ça !
Ça quoi ?
Jouez pas à ça avec moi, pas maintenant ! Alors rendez le moi !
Sinon tu vas faire quoi ? Envoyer quelqu'un avertir un lieutenant ? T'es même pas capable de te défendre tout seul, il faut toujours que tu te caches derrière quelqu'un …
C'est faux. Je ne leur ai pas demandé d'aller chercher de l'aide.
Mais tu espérais qu'ils le fassent. Quant à ton poignard, oui je sais qu'il compte pour toi, je l'ai remarqué. Et si je l'ai remarqué, tes ennemis aussi. Là où tu veux aller, les gens se servent de tout pour te battre, y compris exploiter tes faiblesses. Si tu les leur montre, tu meurs. Je ne suis pas sur que garder ton poignard soit la meilleure des choses à faire.
Vous voudriez que je … le vende ?
Ça te ferait des sous, t'éviterai de te faire du soucis pour lui quand tu ne l'as pas, te permettrai de te concentrer un peu plus. Parce que franchement, là, tu me déçois.
Pourquoi ?
Parce que je n'ai pas touché à ton arme.
Il est où alors ?
T'as regardé sous le lit de tes copains ? Il a pu glisser tu sais …


… Là, je me sens un peu con, mais ce n'est qu'un euphémisme je vous rassure. Il m'aide à ramener mes affaires avec l'aide d'autres recrues. On discute sur le trajet, mais je vois bien la déception dans ses yeux.

Avant tout ça, je dois dire que tu m'as surpris. Tu as réussis à repérer mon odeur, la suivre. Alors que tu allais découvrir que j'étais venu ici, quand les deux abrutis sont venu te demander de l'aide, tu n'as pas hésiter à abandonner ta mission pour faire ce qui te semblait juste. C'est une marque de sagesse en soi. Mais c'est surtout un belle marque de stupidité. D'ici à devenir pirate ou révolutionnaire, il n'y a qu'un pas. Penses bien que dans une mission, tu ne peux pas comprendre tout les tenants et les aboutissants. Tu ne vois que ce qu'on te laisse voir. Ça signifie que parfois, ta mission est en fait plus importante que tu ne le penses. Imagines, on te demande de nettoyer les canons pour qu'ils soient prêt à tirer. Tu commences à peine, quelqu'un vient te demander de l'aide. Ça te sembles important, tu y vas, sans finir le nettoyage. Des pirates arrivent le lendemain matin, les canons ne sont pas prêt, on ne peut pas tirer, les pirates accostent. On doit se battre à la main, on perd beaucoup d'hommes. Tout ça parce que TU auras jugé qu'aider cet homme était plus important que nettoyer un vulgaire canon.
Je …
Tu ne voyais pas les choses ainsi, oui, je sais. Je m'en doute. C'est bien pour ça que je t'ai fait passer ce test. Afin que tu mesures le poids de tes choix. Tu n'es qu'un apprentis parmi tant d'autres aujourd'hui. Mais tu ne le resteras pas toute ta vie. Tu vas grimper les échelons de la hiérarchie. Quand tu commenceras à avoir des hommes, tu comprendras ce que je veux te faire comprendre. Chaque décision doit être pesée comme il le faut, le pour et le contre, l'amont et l'aval. Si tu te bats, regardes autour de toi, est-ce que l'espace est suffisant, vous n'allez pas causer de dégâts ? Plus tard, tu seras en état, j'espère, de décider pour les autres, de donner des ordres. Alors là, tu repenseras à cette discussion, et tu comprendras, j'en suis sur.

Je m'excuse auprès de lui. Il est vrai que je ne suis pas grand chose, et qu'un soldat doit suivre les ordres, on ne lui demande pas de réfléchir. J'espère qu'un jour, je comprendras ses mots. En attendant, on rentre dans le dortoir, on pose mon matelas sur le sommier, pendant que les autres apportent les affaires qu'ils me manquent. J'en profite pour regarder sous les lits des voisins, rien pas de poignard. Un ancien vient alors me voir, et me le tend. Je serre l'humain dans mes bras et le remercie. Brad nous laisse, et ainsi s'achève une nouvelle journée, avec une épreuve. J'ai retrouvé mes affaires, c'est tout ce qui importe. Alors pourquoi ai-je l'impression de ne pas avoir gagné ?

A l'heure du repas, comme c'est le chef qui nous sert à manger, je suis bien obligé de le croiser. Il me fait un sourire démoniaque, renverse ma nourriture sur le sol et sur mes mains, et me délivre quelques mots ''Bienvenu en enfer, on ne fait que commencer''. Qu'est-ce qu'il veut dire par on ? Et qu'est-ce qui ne fait que commencer ? Me serais-je fait un ennemi à vie ?

[Héhéhé, vous y avez cru, hein ? Vous avez vraiment pensé que je vous dévoilerai le secret de la chasse de Clotho, comme ça, dès maintenant ? Non, je garde ça pour plus tard. Faut faire monter l'envie, c'est tellement plus marrant après ^^]
https://www.onepiece-requiem.net/t8191-clotho-tas-natak-en-attente-du-test-rphttps://www.onepiece-requiem.net/t8326-fiche-de-clotho-tas-natak#
Contenu sponsorisé



Page 1 sur 1