-25%
Le deal à ne pas rater :
-25% Nike Air Max Genome – Chaussure pour Homme
127.47 € 169.99 €
Voir le deal

Une môme pour un Monstre.

_J’dis que ça va pas être facile.

_Hmm… Vous vous y connaissez vraiment ?

_Ecoutez, j’veux bien être gentil mais vous, vous vous y connaissez ?

_Hmm… Non.

_ Et bien moi non plus, mais je m’y connais quand même un peu plus que vous. Alors vous choisissez. Vous me laissez faire ou vous en occupez. Vous choisissez quoi ?

_Hmm… Bon, bon, mais… Vous êtes sur de vous ?

_Mais bordel, bien sûr que non, je suis pas sûr ! Comment vous voulez que je sois sûr ? Je suis pas Vegapunk moi ! Et elle, elle, c’est pas une machinerie de bateau !! Mais quoi ? Vous croyez que quelqu’un d’autre s’y connait ? Vous croyez que quelqu’un a déjà trifouillé le cerveau à moitié robotisé d’une gamine de même pas douze piges, ici, sur cette île ?!

Les fils grésillant à l’air libre lui donnaient l’air d’une vieille boite pourrie perdue au milieu d’une décharge. Sa langue pendante, ses yeux pointés comme deux extrémités d’armes à feu, et ses poings fermés, serrés, eux, étaient les dernières traces de vie qu’il lui restait. L’homme affairé au-dessus, juste armé d’un minuscule tournevis avait les tempes dégoulinantes, le regard fermé et ses minuscules yeux paraissaient presque disparaitre tant il était affairé. A quelques centimètres de là, un gros cigare se faisait fumer aux lèvres du Monstre. Il avait le regard terne et des cernes commençaient déjà à apparaitre. Le monstre au bras droit sanguinolent faisait les cent pas pour se calmer, et pourtant, tout son esprit se tournait vers le minuscule être.

_Hmm… Il faut qu’elle survive.

_Je le sais bien, et croyez pas que j’aie envie d’autre chose.

S’arrêttant d’un coup, le géant sembla penser à une chose urgente, et l’instant d’après, il disparaissait vers les hommes commençant déjà la construction du camp. Il revint quelques minutes plus tard une longue corde en main.

_Mais… Qu’est ce que vous faites ?

_Hmm… Vous voyez bien, je lui attache les bras.

_Mais, c’est qu’une gamine !

_Hmm… Oui. Une gamine qui a tenté de me tuer. Une gamine avec une sacrée force. Vos amis et les miens se donnent du mal à construire ce qui sera votre futur ville, je n’ai pas envie qu’elle détruise nos efforts dès son réveil.

L’ancien esclave resta là, un moment, hébété. Son regard se perdit sur les blessures du Monstre et il ne put croire que c’était ce petit être qui avait réussi à faire tous ces dommages.

_Drôle de Monde, quand même, on vit dans un drôle de monde.

Et il se remit au travail.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t3508-ishii-mosh
  • https://www.onepiece-requiem.net/t3356-ishii-mosh
Une môme pour un Monstre. Cp9lylabvi0

Redémarrage système.

...

Reconfiguration du Geppou... Eror 403. Manivelle de départ dysfonctionnelle. Consultation des dégâts majeurs. Mis à disposition du système de filtrage, Tekkai ? Ok. Kami-E : Indisponible. Soru ? Opérationnel à 65 %. Ran Kyaku ? Données Introuvables. Shigan ? Opé...

Rokuougan ? Efficace à 100 % ! Nan je déconne... Détection de la fonction humour. Problème !

... Reboot System.

Reconfiguration du Geppou... Eror R4. Manivelle de marche arrière dysfonctionnelle. Consultation des dégâts mineurs. Mis à disposition du système de tassage, Tekkai ? Cassé. Kami-E : Disponible. Soru ? Opérationnel à 35 %. Ran Kyaku ? Données archivées. Shigan ? Introuvable. Rakouagan ? Force insuffisante.

Relevé de température extérieur : ça sent le roussi.

Mes yeux s'ouvrent dans un drôle de monde dont j'arrive difficilement à percevoir les petits détails que les hommes sur ces mers convoitent. Ne serait-ce que l'action de fumer. A quoi ça sert un cigare ? Un objet insignifiant. Tout n'est qu'accessoire. Comme la corde qui attache mes bras.

Check up Flash Back System... Erreur=8004022F. Mémoire interne endommagée.

Un lien que je pourrais aisément défaire. Mais le visage obscur de ce monstre me tétanise. Je me souviens ! Brièvement... Un souvenir amer d'un combat perdu.

J'ai perdu ?

Je serre les deux poings et m'extirpe d'un air avisé. Je me prépare au combat. D'un élan de tueuse, je me propulse avec une charge de soru gonflé à 35% de mes capacités vers le monstre. J'arme mon bras et soudain une lueur rouge provenant de mon œil gauche se met à clignoter.

Récupération des données. Recherche de l'ordre de Mission en cours...

Eror 404 trouvée.


Soudain des bribes d'images défilent dans ma tête, celles des gosses d'Innocent Island et une sensation nouvelle me trouble. Mon cœur bat de plus en plus fort. Mon cœur ? Surprise, j'abandonne l'attaque et je regarde différemment ce qui m'entoure. Je suis comme perdue. Je me concentre sur mes mains, j'essaie de reprendre mes esprits, mais je n'y arrive pas.

J'ai mal.

Une larme perle de mon visage.

- Où est ma famille ? Que m'avez vous fait ! RÉPONDEZ !

Je me sens quelque peu différente. C'est bizarre.

Redémarrage Système.

    La gorge des deux hommes se noua pour ne laisser comme seul bruit qu’un ravalement de salive. Ils ne savaient comment réagir face à cet étrange comportement. Il y avait là toute la tristesse d’une enfant perdue dans des choses la dépassant, et toute la violence d’un guerrier. L’ancien esclave se gratta la tête, comme décontenancé. Il ne trouvait pas les mots, ne comprenait pas, mais au moins, avait le cœur heureux de la voir survécu, d’avoir réussi cet étrange travail. Quant au monstre, lui, son cigare continuait à fumer entre ses énormes lèvres tandis que ses deux yeux restaient immanquablement bloqués sur le visage à double couleur d’une enfant qui avait grandi trop vite.

    Le corps en alerte, prêt à bondir au moindre mouvement, les deux yeux fixes et les bras crispés, il observait.

    Ce fut l’ancien esclave, qui le premier, prit la parole, il avait la voix déchirée de voir ce pauvre enfant perdu. Lui qu’avait connu la joie d’être père, il y a de ça de longue années, qui se rappelait le visage de sa fille alors qu’elle n’avait que quelques parents.

    _Désolé petite… Mais je crois bien que tes parents sont partis faire un tour…

    _Hmm… Ils sont morts, sûrement.

    Les deux hommes se regardèrent, un instant.

    _Tu as tout perdu. Ta famille, ta vie. Tes repères, il ne te reste rien. Hmm… A toi de reconstruire. Et c'est ce que tu as voulu faire, avec ces enfants.

    Un ange passa.

    _Mais... Hmm... Nous sommes arrivés, et avons détruit ce minuscule équilibre que tu avais construit.
    • https://www.onepiece-requiem.net/t3508-ishii-mosh
    • https://www.onepiece-requiem.net/t3356-ishii-mosh

    - Mes parents ? Une mère, un père ? Maman... Papa... MORTS ?

    La précédente larme tombe sur le plancher qui absorbe cette goutte d'eau salée. Elle est engouffrée dans les minuscules copeaux de bois légèrement fissurés par mon poids plume devenu plus dense après un tekkai qui surgit de mes entrailles comme la misère dans le monde.

    Ça me prend comme un coup de fouet, comme une envie de crier au ciel.

    Hurler !

    Exprimer une douleur invisible.

    S'égosiller et se plier face à quelque chose de nouveau. Je tombe soudainement sur mes genoux et je m'efface comme le soleil qui disparait au delà de l'horizon. Je cesse d'exister une seconde, je reviens aux sources, car j'ai l'impression de n'avoir jamais vécu. Je succombe à la fatalité, élève de La Mortalité...

    Je meurs dans les instants où la voute céleste s'éteint et laisse place aux ténèbres. Des reflets rougeâtres et orangés teignent l'eau céruléenne puis s'estompent à leur tour à l'image d'une ombre éclairé par la lumière. Or cette fois, c'est l'inverse.

    Tout devient noir.

    Ils ont détruit le minuscule équilibre que j'ai construit ! Alors je ferme les yeux, je m'enferme dans ma bulle, apeurée par l'inconnu. Je suis à la recherche d'une main tendue vers une lueur rassurante. Soudain, un souvenir se rapproche et il apparaît violemment dans une partie de ma tête. Des images vivantes défilent sans cesse, comme si j'avais vécu les moments présents. Je vois un homme charismatique, ses bras contre moi, un sourire franc.

    Il est là.

    Mon phare !


    Une môme pour un Monstre. Cp9noxe
    NOXE !

    Il me conte une histoire à propos des hommes et leurs poils. Je me mets à fixer étrangement l'étranger et je me rappelle les dires de ma lumière.

    Analyse Souvenirs 2.0 en route.

    Une bonne barbe filtre les toxines et le polluant dans l'air ainsi que les graines de nourriture. Le flattage de la barbe augmente la concentration et les capacités cognitives. Vegapunk a démontré que les barbes dorment rarement, elles sont presque complètement immunisées contre le sarcasme. Elle quadruple la beauté et le charme. Elle confère la connaissance instinctive de la position de la montagne la plus près, s'ajuste automatiquement au visage, augmente drastiquement les capacités de coupage de bois. Agit comme un phare attirant la jalousie et l'admiration des imberbes.

    Procédé d'examen terminé.

    - Une moustache ou un magnum, tu ressembles à Charles Bronson, salaud, prétexte pas la tendresse, t'es qu'un sale type !

    Les rouages de ma mécanique se mettent à chauffer le temps que je retrouve mon ordre de mission. Je lève ma tête de tueuse.

    Je n'oublierai pas. Je ne pardonnerai pas.

    -Ma seule famille, c'est le CP9.
      Il la regardait là, arrogante, les yeux révulses, les fils électriques grésillant et le corps prêt à jaïr. Elle avait la démarche cahotante, robotisé, et pourtant le Monstre sentait toute la violence de son esprit exploser dans ce minuscule corps. Lui, le buste droit et les mains immobiles, admirait cette hargne. Il admirait ce corps robotique voler vers lui les poings en avant. Ses bras bloquèrent le coup puissant et ses pieds, pris par le choc frottèrent le sol sur plusieurs mètres, faisant virevolter poussière et haine.

      -Une famille ? Le CP9 t'a abandonné. Une famille, ça n'abandonne pas ses membres. Une famille, ça reste unie.
      -Jamais ! Ils m'auraient jamais lâché !Qu'est ce tu sais des valeurs d'une familles, à part deux, trois bras cassés, t'es seul !

      La gamine n'en avait pas fini, elle n'avait toujours pas compris et déjà, son corps revolait vers le Monstre, les poings serrés. Mais lui, commençait à comprendre cet étrange pouvoir. Il ne bougea pas. Ne para pas. Et alors même qu'elle n'avait pas encore décidé d'où attaquer, lui fermait déjà les yeux. Il ouvrait son esprit sur cet étrange phénomène, vidait ses pensées de toute chose étrangères. Ne pensait plus qu'a ce pauvre enfant là, devant lui. L'imaginait les yeux furibonds, révulsé de colère et de tristesse. Il sentait le vent chatouiller ses frusques décimés, il sentait le soleil taper contre son crane. Il sentait l'air de dissoudre sous le mouvement de l'enfant...

      Lorsqu'il ouvrit ses yeux, son corps avait déjà esquivé le coup, laissant la pauvre gosse retomber, prise par son élan.

      -Alors ouvres les yeux ! Tu les vois ? Elle est où, ta famille !?
      ...
      Sûrement en mission, ils me font confiance, c'est pour ça que je suis seule...C'est pour une raison particulière que je suis ici' !
      ...
      Non ?


      Tu te caches derrières des illusions pour ne pas souffrir.
      Ils t'ont transformé en robot plus docile qu'un chiot et tu appelles ça une famille ?

      - Crache pas ta philosophie de comptoir à ma figure. Je t'interdis de dire ça ! Nous sommes les chiens du gouvernement, ça vaut largement mieux qu'un rat.
      -Brave bête, qui continue à être docile même après s'être fait jeté...  Le rat est libre, n'écoute que lui même et sa famille, va où il veut.
      La bête mord.
      Le rat mord comme le chien pour se protéger. Pour protéger ceux auxquels il tient. Et tu tiens à qui ? Au CP9 ou à ces enfants ?
      Dois-je mordre ? ...

      La colère avait fait place à la peur, à la tristesse. Elle n'était plus qu'une gamine de quelques années, perdue, abandonnée, dont les yeux pleuraient tous les sentiments.

      Ça dépend, tu protèges qui ? Si c'est le CP9, alors oui, mords. Si ce sont les enfants, tu n'en as pas besoin.
      -Pourquoi cette question ?Que sait tu du CP9 ou des enfants ? RIEN !

      Parce que toi, le CP9, tu connais ?
      - Mieux que je ne te connais... Si je choisis les enfants, le cp9 me tuera, les tuera. ILS TUERONT TOUT LE MONDE !! MEME TOI !!
      ... 
      Je suis la plus faible de la famille...

      Alors, c'est ça. Hmm... Tu as juste peur.
      Tu devrais avoir peur aussi... Abandonné ou non, je préfère rester dans les sentiers.
      Abandonnée ? Ces enfants ne t'ont pas abandonné.
       Et peur, j'ai eu peur toute ma vie. J'ai encore peur aujourd'hui. Mais cette peur là, elle me construit.

      Comment ?
      - Elle m'aide à savoir pourquoi je me bats. Pourquoi je me lève chaque matin. POUR QUI je me lève chaque matin.
      Serais-je assez forte pour me construire ? J'aime ces enfants, au fond, je ne veux que leur bien... Je veux les aider, je veux être avec eux... Je veux être un enfant... Comme les autres, qui pleure et qui rit, qui aime et boude... Qui s'endort dans le bras de ses amis, de ses parents.



      Elle était là, le cœur ouvert devant lui et pourtant, pas une seule parcelle de son corps ne semblait répondre à tous ces sentiments qui explosaient à son visage. Il était là, stoïque, droit comme un I.

      -Apprends à vivre, c'est tout. Et pour ça, tu n'as pas besoin de violence. Hmm...

      Le corps recroquevillé en boule, aplatis à même le sol dans la poussière, elle pleurait son chagrin d'enfant qu'elle réveillait enfin. Et lui, sans même un regard, s'en alla. Personne ne put dire si la minuscule goutte qui perlait au coin de son œil était du à la poussière ou à son énorme cœur.
      • https://www.onepiece-requiem.net/t3508-ishii-mosh
      • https://www.onepiece-requiem.net/t3356-ishii-mosh