-35%
Le deal à ne pas rater :
Climatiseur électrique mobile – TECTRO TP2520 2000 W
114 € 176 €
Voir le deal

L'amitié c'est si beau.

La chimie c’est sympa, mais sans professeur le jeune Ivan est limité. Il ne connait que quelques bases élémentaires. L’homme qui lui a enseigné les bases est un certain Kuruzuki Maki. Un homme travaillant pour son père. Depuis la mort de ce dernier, notre handicapé ne sait pas où se trouve l’homme qui possède la connaissance. Cela devient assez gênant surtout que la chimie deviendra un élément important pour les aventures de l’ange. Pour apprendre, rien de telle que de se rendre dans un lieu où ce domaine est  avancé. Voilà la raison de la venue sur Zaun.

Journal de l’ile, page 12. Dans un coin a écrit:Jeune homme cherche professeur en alchimie. Actuellement dans l’auberge Rossignol en attente.

Ivan De Cimitiero
C’est court, mais cela est logique. Plus il y a de mot, plus cela reviens cher. Maintenant il faut espérer que le professeur qui voudra bien de notre ange soit un minimum sensé. Encore faut-il qu’il y en ait un qui veuille bien d’un élève.

En attendant la venue d’un tel homme, notre handicapé explore tranquillement la ville. Il n’a pas oublié de dire à l’aubergiste de prendre les informations nécessaires si un homme vient pour l’engager. Pour avoir l’auberge avec la meilleure réputation de l’ile, c’est avec plaisir que l’aubergiste rend ce service. Après tout, ce n’est pas compliqué et ça donne une bonne image.

La fumée qui se dégage de la ville est impressionnante. On se croirait à une autre époque. Que font les citoyens pour créer autant de pollution. Pas habitué à ce genre d’endroit…

*Tousse* *Tousse*

L’handicapé a du mal à respirer. Le tissu qui le couvre permet de réduire la poussière se dirigeant vers son visage. Avec une manche couvrant sa bouche/nez, il continue d’avancer en espérant trouver un coin plus propre. N’oublions pas que cette île est spéciale. Un homme en chaise roulante ça se voit. Ça se voit même un peu trop. Alors un petit groupe qui voue une haine à l’étranger approche. Cinq personnes l’observent et s’approchent petit à petit. Des sourires malsains montrent leur intention. Deux hommes sortent du lot. Ils ont de long cheveux noirs et sont vêtu de veste en cuir noir, pantalon noir et des bottes en noir avec des flammes rouges.

-Hey bey. T’as pas besoin d’aide ? C’est pas facile de se déplacer sur une chaise non ?

-Hey tey.  Quel genre de personne se déplace sur une chaise ?

-Hey bey ! J’pense que c’est les gars qui se croient au-dessus de tout le monde.

-Hey tey. Ta raison bro.


Une personne tente une claque du revers de la main mais Ivan recule son visage. Ça fait marrer les gars qui sont impressionné. Mais une personne lève la chaise par l’arrière et fait tomber l’ange. Au sol, couvert par son tissu. Il ne peut rien faire.

-Que vous ai-je fait pour mériter cela ? Nous ne nous connaissons même pas.

-Hey bey. Il est trop faible ce chien. Il apportera rien à notre ile.

Alors les cinq le rouent de coup de pied. Que peut faire notre justicier à roulette? Il se met en boule et tente de protéger sa tête. La haine qu’ont ces hommes pour autrui rend triste notre handicapé.

    Lisant tranquillement son journal en prenant un café, un jeune homme apprécia la venue. L’ambiance de cette île n’était pas géniale, surtout à cause de la pollution et du peu de luminosité. Pourquoi était-il venu ? Ici, on pouvait trouver des objets spéciaux et de la technologie de pointe, l'idéal pour un chercheur. Oui, notre homme était une sorte de chercheur, un alchimiste, qui venait de mettre au point un tout nouveau produit, mais il avait usé tout son stock de marchandise lors de la fabrication. Et puis, il tomberait peut-être sur une invention similaire, ou de quoi améliorer son produit. Mais il fallait de l’argent… d’où son enthousiasme en lisant le journal.

    Une petite annonce y était présente, une recherche, et le profil correspondait au sien, vu qu’on demandait un professeur d’alchimie. Le rendez-vous était à l’auberge du Rossignol, un lieu inconnu pour notre pirate. Oui, Noroma D Seido était un pirate, avec un passé de chasseur de prime solitaire qui voyageait de mer en mer en quête d'adrénaline et aventures. Demandant un peu à gauche et à droite, il réussit néanmoins à trouver le lieu en question, qui était en réalité un lieu plutôt charmant, comparé à l’auberge où il résidait actuellement. Une douce musique d’ambiance parcourait l’air, ce qui était assez plaisant. Alors qu’il regardait autour de lui, un homme s’adressa à lui.

    « - Excusez-moi Monsieur, puis-je vous aider ? »

    « - Effet, je viens pour cette annonce …*Montre l’annonce en question*…Pouvez-vous m’indiquer son auteur ? »

    « - Malheureusement, Monsieur Cimitiero n’est pas là pour le moment, mais je peux lui transmettre un message, si vous le désirez. »

    « - Dites lui simplement que le Docteur Noroma passera en début de soirée, je vous prie. »


    Saluant l’aubergiste, Seido sortit de la pièce, et se dirigea vers son auberge. Depuis qu’il avait lu le nom sur l’annonce, le pirate était perplexe. Il connaissait ce nom, mais il n’arrivait pas à identifier la personne ! Ce n’était pas courant de le voir oublier un nom… La fatigue et les stress pouvaient jouer un rôle là-dedans. Ou encore le remue-ménage, un peu comme celui qu’il y avait devant lui. Mais que se passait-il donc ?

    En voyant une chaise roulante renversée, un déclic se fit dans la tête de Seido, tout revint en place … Ivan, son ami du tournoi de tir ! Un homme bon, généreux, et qui était en train de se faire frapper … Sans perdre de temps, Seido arriva à hauteur du premier assaillant et lui envoya une belle fraise dans sa poire, ce qui l’envoya direct dans les pommes ! Les quatre autres se retournèrent alors vers lui, qui venait à l’instant de sortir son flingue, pointé sur la tête d’un mec, et aussi son katana, qui se trouvait à quelques centimètres de la poitrine d’un autre gars.

    « - Si vous vous excusez et remettez mon ami sur sa chaise, je considérerais que l’incident est clos … dans le cas contraire … »

    « - Genre, tu vas nous faire peur, on est quat.. »


    Sans aucune hésitation, il tira sur dans la jambe d’un gars et entailla profondément la jambe d’un autre. La racaille de cette île ne connaissait que la manière forte, c’était comme ça. Pour survivre ici, il ne fallait pas se laisser marcher dessus. Un tel manque d’éthique était répugnant, mais on y pouvait rien. En tout cas, cette fois-ci, les mecs lui obéirent, s’excusant auprès d’Ivan, et filèrent, en ramassant leurs potes au passage.

    « - C’est une impression ou tu te fais toujours frapper quand on se rencontre ? » lui dit-il en souriant et en lui tendant la main, « ça me fait plaisir de te voir, mon ami. »

    Les deux hommes bavardèrent un peu, et Seido en profita pour lui dire que justement, il était venu le voir au sujet de l'annonce. S'il avait besoin d'un mentor, autant que ça soit quelqu'un qu'il connaissait ! Et puis bien sûr, il lui ferait un prix d'ami, donc pas grand-chose à part un repas. Ils décidèrent de continuer leur conversation à ce sujet dans l'auberge, autour d'un verre, ce qui se passa au bout d'un certain temps.

    « - Tu es sûr de ne pas vouloir que je vérifie ? Tu as quand même reçu plein de coups ! Ce n'est pas pour te tripoter, promis ! ahahahah »


    Dernière édition par Seido D. Noroma le Ven 25 Juil 2014 - 15:29, édité 3 fois
    • https://www.onepiece-requiem.net/t3195-noroma-d-seido
    • https://www.onepiece-requiem.net/t3076-noroma-d-seido
    Un intervenant. C’est sur que cela fait plaisir de voir un homme se soucier d’autrui. Ici il y a une double joie, la première est d’être aidé, la deuxième est de revoir un ami. Un homme qui à partager une aventure. Un homme qui travaillait pour la justice sans rien demander en échange. Un homme bon. Seido D. Noroma.

    Une fois que tout est en ordre, les hommes retournent à l’auberge et échange pendant quelque temps.L'handicapé n'oublie pas de remercier chaleureusement le pirate.

    -Je pense ne pas avoir de séquelles. Mais peux-tu regarder mes jambes ? Je ne sens pas la douleur, enfin je ne les sens plus du tout. Je ne perds pas l’espoir de retrouver l’usage de ceux-ci. En attendant ce grand jour, il faut que j’en prenne soin.

    Revenons aux choses sérieuses. Si l’ange est ici c’est pour acquérir un certain savoir. Le prix n’est évidemment pas un problème. Il payera ce qu’il doit payer.

    -Te rappels-tu du plan de l’arme que tu m’as offert. C’est pour pouvoir l’utiliser parfaitement que j’ai besoin d’enseignement. Je me suis permis d’ajouter quelques modifications. Regarde ça.

    L'amitié c'est si beau. Final-fantasy-master-arms-vincent-s-cerberus-1-6-scale-replica-859-p

    J’ai déjà étudié la chimie dans ma jeunesse. Mais je manque d’expérience. Je ne connais que les bases. Enfin, tu dois d’accord avec moi dans le fait que les réactions les plus puissantes sont faites lors d’un mélange. Ton arme permet deux tirs dans un laps de temps très court. Avec cela tu peux avoir ta meilleure attaque. Avec trois canons, en un tir on peut avoir trois produits mélangés et créé quelque chose de plus grandiose déjà. En continuant dans cette optique, avec la fonctionnalité des tirs successifs. Six balles peuvent être envoyées. Imagine la puissance que peut avoir ce coup. En connaissant les bons réactifs…

    L’ange se sent observé et range le plan dans l’une de ses poches intérieurs. Un homme encapuchonné les observe depuis plusieurs minutes. Sachant qu’il s’est fait repérer, il décide de partir comme si rien ne s’est passé.

    -Connais-tu un endroit où nous pourrions travailler ? Hum, cela n’a rien à voir mais, as-tu maitrisé le shoot effect ? Je pourrais t’aider à maitrise cette technique de tir qui m’a pas mal aidé dans mes aventures.

      Seido laissa son ami parler. Non, en fait, il n’eut pas le temps d’en placer une. Le débit de parole de l’estropié était unique en son genre, et ça lui donnait un certain charme, en plus d’une place assurée comme chef politique, par exemple. Enfin soit, Seido profita du dernier intervalle de temps pour parler, lui aussi.

      « - Écoute, ton plan a l’air intéressant, mais j’avoue ne rien y connaître en ingénierie. Par contre, la médecine, ça me connait, et on devrait aller ailleurs pour te visiter. Tu comprendras que dans un lieu public, ça ne se fait pas trop. »

      Vu que le gars en chaise roulante possédait une chambre dans cette auberge, les deux hommes s’y rendirent quelques minutes plus tard. Faisant installer son ami sur le lit, en l’invitant à se mettre à l’aise, le pirate se mit au travail, vérifiant avec soin la situation médicale de son patient. Pas de problèmes aux niveaux osseux, mais les coups qu’on lui avait infligés lui causeraient un peu de douleur. N’ayant pas de quoi préparer un antidouleur sur lui, il invita son ami à acheter dans la journée une pommade prévue à cet effet, pour calmer les douleurs éventuelles. Cela ne le ferait cependant pas guérir plus vite, autant le préciser. Ayant fini son examen, et maintenant que son compagnon était habillé, le médecin aborda l’autre sujet.

      « - Cette île m’est inconnue, mais si on cherche bien, on trouvera sans doute un lieu adéquate. N’oublions pas qu’il faudra aussi trouver un peu de matériel. Ma réserve personnelle arrive à la fin, surtout suite à mes nouvelles … expériences. Disons que tu n’es pas le seul à avoir quelques nouveautés, je t’en parlerai plus tard. Les murs peuvent avoir des oreilles.»

      Il fallait maintenant décider où aller. Bon, autant d’abord se concentrer sur les achats, vu que c’était une valeur sûre. Les deux marchaient à présent côte à côte, comme au bon vieux temps, lors de leur rencontre … et c’est à ce moment que Seido réalisa une chose : son compagnon ne savait sans doute pas qu’il n’était plus un chasseur de prime, mais un pirate, un bandit, l’une des personnes que Seido avait traqué durant des années. Bon, il n’était pas du tout comme eux, ça c’est sûr, mais il restait un pirate, un hors-la-loi. Comment le lui dire ? Devait-il le lui dire ? Dire que ça faisait déjà plus d'un an ... Rien qu'à repenser à l'incident, Seido frémit, ce qui n'échappa pas à son compagnon, toujours aussi attentif à ce qui se passait autour de lui.

      " - Ca va ? On dirait que quelque chose te trouble."

      Rassurant son ami, ils continuèrent leur route, en arrivant finalement dans un lieu adéquate pour leur course. Les Zauniens pouvaient se surpasser dans tous les domaines, et il fallait pour ça du bon matériel. Ainsi, trouver une boutique pour l'alchimie n'était pas très difficile. La boutique en question était bien plus grande que celle visitée par Seido auparavant, offrant une très large gamme de produits en tous genre. Le prix, lui, restait dans la moyenne, voir légèrement au-dessus.

      * Oui, il me faut ça... et ça... et ça, oh oui, ils ont ça aussi ! *

      " - Et on va se servir de tout ça ?"

      « - Mmm ? Oh non, c'est pour mes besoins personnels, ça ! Pour toi, ça dépend de ce que tu veux apprendre, en fait. A toi de me le dire, mon ami ! Je fais déjà usage de ce que tu veux faire, tout dépend de l'effet ! Nuage de fumée, bombe éclairante, poil à gratter, et autres.»


      Dernière édition par Seido D. Noroma le Jeu 20 Fév 2014 - 0:06, édité 2 fois
      • https://www.onepiece-requiem.net/t3195-noroma-d-seido
      • https://www.onepiece-requiem.net/t3076-noroma-d-seido
      -La première chose que j’aimerais c’est un somnifère. Une balle qui libère du gaz au contact et cela endors celui qui sent ça. Donc une forte concentration. Il faut que ça soit efficace. Ensuite, ben je n’ai pas tellement réfléchi à d’autre balles ha ha ha.

      L’handicapé n’a pas vraiment d’idée sur le sujet. Après tout, il est là pour apprendre et ensuite il pourra réfléchir avec les cartes en main. Les achats se font tranquillement et l’ange profite de l’occasion pour poser une petite question au vendeur.

      -Connaissez-vous un lieu paisible ?


      Le grand sourire du vendeur qui s’approche en se penchant légèrement en avant.

      -Il est difficile de trouver des locaux dans cette île. Je pense que les journalistes de la ville peuvent vous informez sur les lieux où vous pourrez vous installez. Ils se trouvent à l'imprimerie. Puis il reste la forêt qui est gratuite et rarement fréquentée.

      -Je vous remercie.

      -Mais de rien monsieur, c’est tout naturel. Nous sommes là pour vous. Un souci nous voici.

      Les gens sur cette île sont vraiment spéciaux. Une fois les achats effectués, les amis sortent tranquillement. Rien à signaler dans les parages. La journée se déroule normalement.

      -Nous pouvons jeter un œil à cette forêt. Je ne roule pas sur l’or et si je peux économiser quelque sous cela m’arrangerais.

      Après tout, avec sa chaise l’ange peut porter le matériel. La seule chose qui peut devenir lassant est le transport des ingrédients chaque jour entre l’auberge et la forêt. Mais ce n’est qu’un détail. Enfin… Sur le chemin Ivan est troublé par quelque chose d’autres, et cette fois ce n’est pas par le comportement de son ami.

      -Seido ?

      -Hum ?

      -Tu sens qu’on est…

      -Suivi. Oui. Tu penses comme moi ?

      -Probablement. Les hommes que tu as vaincus.


      -Il n’y a pas de doute. Evitons la forêt. Ça leur donnerait…

      -Un avantage. C’est certain. En tout cas. Tant qu’il ne nous attaque pas, ne les calculons point. Ces parasites finiront par se lasser de nous ou ils prépareront un plan. Mais avec leur niveau de combat bien faible, même moi j’arriverais à les vaincre.

      Les amis se dirigent vers l’imprimerie qui semble bien active. Des écrivains font la queue pour demander une publication. Il y a toutes sortes de personnes. Des poètes, des romanciers, des scientifiques, des philosophes. En tout cas, les journalistes ne semblent pas là. Ils sont probablement en train d’enquêter. D’après les individus, l’un devrait revenir dans une dizaine de minutes. Se plaçant légèrement à l’égard d’autrui, l’ange s’adresse au pirate avec sa douce voix.

      -Pendant ces petites minutes, tu n’as pas quelque chose à me dire ? Je vois que tu n’es pas dans ton assiette. Nous sommes amis non? Si tu as besoin d’aide je suis là. Tu peux avoir confiance en moi.

        Seido lui sourit, même si ça ne se voyait pas à cause du col son manteau. Par contre, le fait de poser amicalement sa main sur l'épaule de son compagnon, ça, ça aidait à mieux comprendre ses sentiments. Un peu de douceur dans ce monde de brute ! Le pirate lui répondit calmement, et honnêtement, en oubliant même l'habilité de son ami à déceler le mensonge, qui n'était pas une chose commune, pourtant.

        «- Je ne suis pas au top de ma forme, c'est vrai, mais rien de grave, un petit manque de sommeil à cause d'un excès de travail, surtout. Une bonne nuit de sommeil, et ça passera. Au moins ici, pas besoin de se préoccuper de la Marine.»

        Son ami le regarda intensément, sans réellement comprendre. Avait-il dit une chose étrange ? Pas vraiment, la visite de la Marine était un élément à ne pas négliger pour un pirate, même si, c'est vrai, Seido n'était pas encore assez connu, et ne bénéficiait même pas d'une prime. Pas de quoi stresser, donc. Une seconde ...

        «- Oh, ah oui. Je suis un pirate.»

        Ivan continua de le regarder et, au bout d'un instant, hocha simplement la tête. Il savait que c'était la vérité, bien sûr, mais ne pouvait pas imaginer les raisons qui avait poussé cet ancien chasseur de prime à devenir un pirate. Les souvenirs de l'incident qui avait changé sa vie lui vinrent en mémoire, et ça ne lui provoqua pas de belles choses. Il était temps de changer habilement le sujet de la conversation.

        «- Un peu long à raconter par contre. Toi, sinon, quoi de neuf depuis la dernière fois ? Ta révolution avance bien ? »

        Alors que son compagnon lui répondait, Seido remarqua qu'un bande d'homme en noir entrait dans le bâtiment, ce qui n'augurait rien de bon. Instinctivement, le jeune homme passa la main sur son revolver, ce qui n'échappa pas à son interlocuteur. Suite à son regard, Seido lui indiqua d'un simple mouvement de tête la bande qui venait d'entrer. Était-il là pour eux, ou pour un autre motif ? On n'allait pas tarder à le savoir.


        Dernière édition par Seido D. Noroma le Jeu 20 Fév 2014 - 0:32, édité 2 fois
        • https://www.onepiece-requiem.net/t3195-noroma-d-seido
        • https://www.onepiece-requiem.net/t3076-noroma-d-seido
        -Tu sais, être pirate ne signifie pas forcément être mauvais. Alors redresse la tête mon ami.

        Le jeune hors la loi ne voulait pas en parler alors comme un bon ami, Ivan n’insiste pas. La file avance bien et maintenant les hommes sont dans les locaux.

        -Ma révolution n’avance pas tellement. Je reste au point de départ. Une petite action à droit à gauche  sans réelle conséquence. Les personnes que j’aide peuvent retrouver une vie paisible. Donc je continue à marcher seul. Par moments j’ai bien envie d’être comme eux. Un simple civil vivant dans son coin avec ses amis. Avec un petit job et un quotidien.

        Pendant ces paroles, Seido se mit sur ses gardes et indiqua rapidement à son interlocuteur que les choses pourraient chauffer. L’ange fait de même et place sa main dans son costume où se trouve son arme.

        -Hey Bey ! Il est là.

        -Hey tey. Bien vu.


        Les hommes s’approchent avec les sourcils froncés. Si un combat éclate avec autant de monde, il risque d’y avoir des dégâts collatéraux.  L’un pose sa main sur l’épaule de Seido et lui adresse un sourire tandis que l’autre tourne la chaise histoire d’avoir le justicier à roulette face à lui.

        -Hey. On est des alchimistes. T’en cherchais alors tu peux venir, on te prend comme élève. J'voudrais pas me venter, mais j'suis plutôt doué hé hé hé.


        Le problème dans cette histoire c’est qu’ils disent la vérité ! Mais cela ne change rien. Il y a deux raison qui pousseront l'handicapé a refuser. Premièrement, il a déjà trouver quelqu'un et deuxièmement, ces hommes sont loin d'être le genre de personne qu'il apprécie.

        -Veuillez m’excuser, mais j’ai déjà trouvé un professeur et c’est mon ami aux airs de cowboy. Petit conseil, retire ta main de son épaule si tu ne veux pas la perdre.

        L’homme s’exécute rapidement. Ils ont déjà vu Seido à l’action et préfèrent ne plus le voir. Ces hommes vêtus en noir se retirent un peu trop rapidement. Les choses ne s’arrêteront probablement pas là. Tandis qu’un journaliste s’occupe enfin de notre duo. Il leur donne les informations sur un local à louer. Une grande pièce, une chambre et des sanitaires.

        Le temps passe ainsi que la paperasse. Les choses intéressantes peuvent commencer. Ici, aucune chance d’être dérangé.

        -J’ai lu quelque livre sur des réactions, mais j’suis un novice.

        L’ami se transforme en professeur et l’handicapé gobe toutes les paroles de son enseignant. Attentif comme un premier de la classe, l’élève est actif et retient assez bien ses leçons.


          L'endroit était plutôt calme, logique vu le prix, aussi. Ça n'avait pas choqué son compagnon, qui paya sans problème la somme demandée. Ivan devait gagner de l'argent en masse, contrairement à Seido, qui ne savait plus trop comment en gagner ... Un pirate, ça pillait, tuait, et autres trucs qui n'étaient pas trop son genre. Bref, au moins, en ce moment, Seido pouvait bénéficier d'un endroit où dormir, sans se soucier du reste, et avec une bonne compagnie. Oui, ce n'était pas une jolie demoiselle, mais bon, on faisait avec.

          «-J’ai lu quelque livre sur des réactions, mais j’suis un novice. »

          «- Et tu vas rester un novice longtemps ! C'est un art qui se maîtrise avec le temps, la pratique et le travail. Ah oui, et une fois que tu as ce que tu veux, note le, pour ne pas oublier. Personnellement, je garde un journal de mon travail, échec comme réussite.»

          Seido testa les connaissances de son élève, et réalisa que les bases acquises dans les bouquins n'étaient pas mauvaises du tout. La clé pour être un alchimiste était de connaître les éléments nécessaires pour atteindre son but. Par exemple, pour créer de la mousse, il suffisait de mélanger ensemble, avec le bon dosage bien sûr, deux liquides assez simple à fabriquer. C'était marrant, mais c'était chiant à nettoyer, comme le constatèrent les deux hommes. Seido lui montra aussi la manière dont il usait ses balles pour créer de la fumée, des flammes ou une lumière aveuglante. Ensuite, le jeune professeur expliqua à son élève comment créer une substance capable d'endormir une personne, en lui précisant bien que la quantité à appliquer sur la cible était proportionnelle à sa masse. Un costaud était donc plus résistant qu'un gars mince.

          Entre théorie et pratique, deux jours s'écoulèrent. Ivan sembla satisfait de son nouveau savoir, et insista pour enseigner à Seido son tir spécial, où la balle ne suivant pas une trajectoire linaire, mais une courbe. Le pirate l'avait vaguement essayée dans le passé, mais sans plus. Ainsi, entre deux sessions d'alchimie, les deux hommes faisaient un séance de tir sur cible, ce qui fut très divertissent. Cela faisait un bon moment que Seido ne s'était pas autant amusé.

          «- Bon, je crois que c'est bon pour aujourd'hui, non ? Je meurs de faim ! Je retournais bien chez ...»

          Le pirate interrompit sa phrase alors qu'il passait devant la fenêtre. Une hache était entrée dans son champ de vision durant un instant, mais n'y était maintenant plus. Le jeune homme était sûr de sa vision, et essaya de changer d'angle de vue via d'autres fenêtres pour confirmer sa crainte.

          «- J'ai une bonne et une mauvaise nouvelle. Je commence par quoi ? »

          «- La mauvaise ?»

          «- On est encerclé. »

          «- Et la bonne ? »

          «- On va pouvoir mettre en pratique ce qu'on a appris ! »

          Ce n'était pas une si bonne nouvelle que ça, mais Seido souriait comme un gosse le soir de Noël. Il était un homme d'action, après tout.


          Dernière édition par Seido D. Noroma le Jeu 20 Fév 2014 - 0:33, édité 1 fois
          • https://www.onepiece-requiem.net/t3195-noroma-d-seido
          • https://www.onepiece-requiem.net/t3076-noroma-d-seido
          L’appartement est petit et simple. Autant dire que c’est un endroit parfait pour piéger des arrivants. Une entrée, une sortie sans compter les fenêtres. Alors Ivan se précipite sur les ingrédients et fait un mélange collant visqueux. Enfin il essaie.

          -Seido, c’est quoi le dernier ingrédient pour la colle extra forte ?

          Alors que ce dernier prépare des choses aussi, il saisit rapidement une fiole et la lance vers son ami qui le remercie. Les choses risquent d’être intéressantes, surtout qu’il y a beaucoup d’expérience sur la table. Des résultats obtenus qui n’ont pas été jetés.

          -Je piège la porte d’entrée et …


          Pas le temps de finir sa phrase que les hommes défoncent la porte. L’handicapé retire le tissu qui le recouvre et le lance à l’entrée. Cela se déplie et bloque le champ de vision des visiteurs pendant quelques instants. Notre homme a désormais ses ailes à découvert. Il jette au pied des bandits la substance gluante. Alors que l’arme de son partenaire se trouve sur la table…

          -J’t’empreinte ça deux secondes.

          Le genre d’arme qui peut envoyer des balles spéciales. Parfait pour un chimiste. Les fenêtres sont brisées et d’autres personnes ne pénètrent les lieux.  La cible principale et bien évidemment Seido. L’homme qui a le potentiel le plus dangereux L’handicapé tir des balles pour le couvrir.

          Boum
          Shh

          Les effets sont différents. Le premier tir à envoyer au sol un homme avec l’explosion, le deuxième a ébloui tout le monde ce qui bloque légèrement les affrontements. Un homme attrape Ivan par derrière.

          -Seido !


          Le justicier à roulette ne connait pas dans quel ordre sont placé les munitions de son ami, autant lui rendre l’arme. Celle-ci est jeté tandis que l'ange se fait maitriser assez rapidement par un homme qui le menace avec une hache sous la gorge. Pas besoin de parler pour savoir ce qu'il se passera au moindre geste suspect...

            La situation n'était pas superbe. Non seulement les deux hommes étaient désavantagé numériquement, mais l'un d'eux était à un poil de la mort, ce qui obligeait l'autre à ne rien faire. Bref, Seido avait connu mieux, comme situation. Si seulement il avait eu son revolver un instant plus tôt ...

            "- Lâche tes armes, si tu ne veux pas avoir sa mort sur la conscience."

            "- D'accord, voilà, je pose mon katana sur le sol, doucement ..."


            Dès que sa lame toucha le sol, le pirate ouvrit le barillet de son revolver et changea l'ordre des balles. Idéalement, sa balle de fumée aurait été parfaite dans cette situation, mais réaliser un changement de barillet ne pouvait se faire discrètement quand on était encerclé de la sorte. Ainsi, Seido devait se reposer sur sa balle flash, une courte diversion, mais efficace si usée au bon moment. Cependant, il y avait la possibilité que la gorge d'Ivan soit tranchée par inadvertance. Un risque énorme qui ne pouvait pas être pris à la légère. Seido ne voyait qu'une seule solution à ce problème.

            *Tousse de plus en plus fort*

            "- Désolé, je dois prendre mon médicament."

            *Bruit des flingues armés sur lui*

            "- Hey, oh, calme, vous voyez, ce n'est pas une arme, mais un médicament ..."


            Dans la pièce, seulement deux personnes savaient que ce n'était pas vrai : Seido et Ivan, grâce à son pouvoir. En effet, ce n'était pas un médicament, mais l'un de ses mutagènes, la substance inventée par le pirate, qui lui procurait certaines capacités. Ici, c'était une augmentation de sa vélocité, déjà supérieur à la moyenne. Dès que le liquide fut ingurgité, Seido lança la petite fiole au sol, entre lui et le gars à la hache, ce qui attira un bref instant l'attention de tous. Bien sûr, c'était ce qu'il attendait.

            *FLASH*

            En un instant, Seido avait déjà neutralisé le gars à la hache, en lui infligeant un coup avec le côté non-tranchant de son katana, récupéré en chemin. Merveilleux ? Bof, il restait encore une foulée de gars à neutraliser. Sans perdre de temps, le pirate fonça sur deux hommes sur sa droite. L'un d'eux avait un pistolet, mais il manquait de vivacité pour toucher Seido, surtout après avoir été aveuglé, et lui envoya, au final, la garde de son épée dans la figure à peine fut-il au corps-à-corps. Pivotant sur vers la gauche, il frappa son compagnon à l'aide d'un coup de pied, qui rejoignit son pote chez Morphée après un frappe bien placée derrière la tête.

            Alors qu'il voulait s'en prendre à un autre gars, des types eurent la bonne idée de lui tirer dessus, l'obligeant à s'abriter derrière une table, en la renversant. Malheureusement, Seido ne pouvait pas s'occuper de tous ces hommes à la fois... Ainsi, remplaçant le barillet de son revolver, en y plaçant des balles simples, il envoya celui-ci en direction de son compagnon, plus ou moins. Il était temps pour lui de remuer son cul !
            • https://www.onepiece-requiem.net/t3195-noroma-d-seido
            • https://www.onepiece-requiem.net/t3076-noroma-d-seido
            L’arme dans les airs, s’il ne la réceptionne pas c’est la mort assurée. Heureusement qu’avec les actions précédentes, le cœur d’Ivan s’est mis à battre. Rapide, très rapide. Ce qui le met dans l’état d’adrénaline. Le temps lui semble ralenti et cela lui permet d’effectuer des actions millimétrées. Il n’est pas plus rapide, mais la précision de ses mouvements peut lui faire gagner un temps précieux. L’arme est rattrapée à deux mains dont l’une se place parfaitement prête à tirer. Ayant mémorisé la position des adversaires juste avant cela, il enchaine avec Gun master.
            gun master:

            Sauf que les adversaires aussi ont des armes à feu. Aucun moyen de fuire pour l’handicapé alors il continue de dévoiler sa maitrise des armes en contrant les balles des ennemies avec les siennes. La nouvelle cible est Ivan et cela permet à Seido de sortir de son trou et de faire le ménage. Couverts par son compagnon, les hommes finissent par écraser tout le monde. Plus de balle dans le chargeur de l’ange, il reste pourtant les deux individus qui ont lancé les hostilités il y a plusieurs jours de ça.

            -Hey les gars, calmos, on se rend.

            -Tchupicail les gars.


            Lorsque le second prononce le mot inconnu de tchupicail son compagnon souris et place une main dans sa poche. Une sorte de cristal est sorti. Mais Ivan sait que les hommes ne se rendent pas. C'est un mensonge.

            -Attention Seido !

            -On vous paye pour vous dédommagez. Tenez!

            Le cristal est lancé au sol tandis que les deux prennent la fuite et une forte explosion se produit qui envoie dans le décor le futur révolutionnaire ainsi que le jeune pirate. Finalement, il y a d’autres chimistes talentueux dans le coin. Suite à l’explosion les hommes reviennent.

            -Hey bey, on n’aime pas trop la concurrence. Alors quitter cette île si vous tenez à la vie.

            -Hey tey, on est sympa et on vous laisse la vie sauve. Rentrez chez vous et tout le monde sera content.


            Le problème dans ses propos c’est que les deux hommes qui sont actuellement a terre ne sont pas tellement docile et obéisse à n’importe quel ordre. Ils sont séparés, un à droite l’autre à gauche de la pièce. L’handicapé ne peut plus rien faire. Enfin. Il lui reste toujours sa meilleure arme. Le dialogue. Faire diversion pour permettre à son ami de se lever et de finir le travail.

            Hu hu hu hu hu. HA HA HA HA HA ! hhaa ha hah ha

            Ivan ne peut s’empêcher de rire suite à ces belles paroles. Suite à ces conseils.

            -Voyez-vous, le problème dans tout ceci c’est que vous n’êtes pas en position d’émettre vos conditions. Vous ne m’arrêteriez jamais. Vous pouvez me ralentir, mais m’arrêter, ça jamais.

            Alors il se met à ramper en direction des deux hommes ce qui attire toute l’attention des chimistes et tout cela à donner une belle ouverture à Seido.
            • https://www.onepiece-requiem.net/t10966-ivan-fiche

            Pas besoin d'un dessin, l'intention d'Ivan état clair comme de l'eau de roche pour Seido, qui pensait lui proposer de rejoindre son équipage pirate. Les deux hommes étaient sur la même longueur d'onde, possédant également les mêmes valeurs. Pirate, marine, chasseur de prime ou révolutionnaire, ça n'était qu'un mot, ça ne définissait pas vraiment la personne enfin de compte. Notre pirate le réalisa dans une petite cellule où on l'avait enfermé, suite à l'élément clé de son changement de camps. Il était pourtant le même homme, avec une vision plus grande des choses, peut-être. Mais revenons à l'instant présent.

            «-Voyez-vous, le problème dans tout ceci c’est que vous n’êtes pas en position d’émettre vos conditions. Vous ne m’arrêteriez jamais. Vous pouvez me ralentir, mais m’arrêter, ça jamais.»

            Si son handicap ne l'avait pas ralenti, rien ne le pouvait, il fallait l'admettre. Seido admirait la détermination de son ami, et il devait à présent prendre exemple sur lui. En effet, un morceau de bois s'était enfoncé dans la hanche du jeune homme, propulsé par la force de l'explosion, et ça lui faisait un mal de chien ! Serrant les dents, le pirate réussit néanmoins à se lever, mais réalisa bien assez tôt que sa peine commençait à peine. Et oui, il devait traverser la pièce, mettre KO les deux mecs et éviter de se faire remarquer en le faisant, ce qui s'annonçait compliqué.

            *Je dois...y aller...*

            Après trois pas, le pirate s'arrêta. Sa vision était trouble et sa respiration devenait difficile. Le sang qui coulait de la blessure était une raison évidente, et ça démontrait une certaine gravité, que Seido constata également. C'était la première fois qu'il devait traiter ça sur lui-même, et ne savait plus trop quoi faire, sachant que l'inconscience n'était pas loin. En plaçant sa main sur son flanc, il rencontra un objet, alors que son compagnon continuait à parler et à glisser par terre telle une chenille.

            *Oui ! C'est ... une idée ....*

            Seido avança alors plus vite, en faisant du bruit. Directement, les regards se posèrent sur lui, bientôt suivit par une pulsion meurtrière à son égard. Usant du peu de force qui lui restait, il envoya un dernier barillet à son compagnon, tirant son sabre de son fourreau, d'un air qu'il voulut menaçant, avec un résultat fort loin, proche de la tête d'un gars à deux doigts de vomir.

            Mais il tomba en avant, juste aux pieds des hommes, qui se marraient bien face à ce spectacle pitoyable. Dommage pour eux, ils avaient des yeux l'estropié... Seido se réveilla dans un lit et essaya de se lever alors qu'une voix lui demandait de rester couché. Où pouvait-il bien être ? Ivan allait bien ?


            Dernière édition par Seido D. Noroma le Lun 25 Aoû 2014 - 21:39, édité 3 fois
            • https://www.onepiece-requiem.net/t3195-noroma-d-seido
            • https://www.onepiece-requiem.net/t3076-noroma-d-seido
            *Allez Seido. Finis les !*

            Sauf que le Seido n'est plus en état. Ce dernier tente une dernière manœuvre et le barillet qu'il lance prend une direction assez étrange.  Elle monte bien haut et frappe la lanterne du plafond. Grâce à cela, sa trajectoire change de façon divine. Un atterrissage parfait devant l'ange. Est-ce un signe du destin?

            Voici que le pirate tombe juste avant d'atteindre les ennemis. Les fauteurs de troubles sourient un cours instant et l'un d'eux se précipite vers Ivan. Une fois tout proche, c'est une chute incompréhensible qui se produit et il ne semble plus conscient.

            -Hey Bey ! HEY BEY !! Qu'est-ce que tu lui as fait ! 'Foiré !

            Le plus marrant dans cette histoire c'est que l'handicapé n'y est absolument pour rien. Bien que le barillet soit entre ses mains, le revolver est quelque part dans la pièce. L'explosion précédente l'a désarmée. Mais alors, que se passe t'il ici?

            Le seul homme encore debout dans cette pièce ramasse le sabre que Seido lui a gentiment apporté. Ses pas sont lents, mais sa direction est certaine. Il a bien l'intention de trancher son adversaire encore conscient.

            *Keuf Keuf*

            -Fait… Fait ta prière.

            -Tu ne sembles pas en forme.

            -La ferme.


            -Moi je sais pourquoi. Regarde toute cette fumée autour de nous. L'explosion a détruit toutes les fioles et …

            Encore une chute. L'homme s'écroule lamentablement.

            *Elles contenaient de puissant som-somnifère… *

            Est c'est ainsi que tout le monde dans cette pièce à l'immense plaisir de rejoindre le pays des rêves.

            […]

            Un peu plus tard, le propriétaire débarque avec quelques hommes de main. Il ramasse Ivan et lui donne quelque claque histoire de le réveiller. Après tout, c'est lui qui à signer toute la paperasse. Une fois réveiller et installer sur sa chaise, c'est un nouveau problème qui lui fait face.

            -Tu m'expliques tout ça? Une fête entre amis?

            L'homme de petite taille avec une barbe taillée ne semble pas furieux et pourtant… Il l'est. Ses quelques cheveux blancs lui donnent un certain style. Des beaux habits parfumés et des vêtements d'une grande classe.  Les yeux de plus en plus surpris en regardant chaque aspect de l'appartement.

            -Ho reste parmi nous.

            L'homme lui donne une claque histoire de le tenir éveillé.

            -Conduisez tout le monde chez des médecins.. Je … Je me chargerais de remettre tout en état le jour où je vous rendrais les clefs. Si ce n'est pas le cas, nous vous dédommagerons.

            -Vous avez entendu messieurs. Apporter les blessés chez le toubib. Quant à toi. Je te fais une fleure, tu as intérêt à tenir paroles. Si tu tentes de fuir, je t'enverrais dans un sommeil tellement profond que tu ne te réveilleras plus, toi et tout ce beau monde.


            L'individu tapote ses habits et s'en va.

            Au milieu des grabuges, sur sa chaise roulante, Ivan colle ses deux adversaires principaux et attend leur réveil en commençant à ranger le local.

            HRP:
            • https://www.onepiece-requiem.net/t10966-ivan-fiche

            Ainsi donc, il se retrouvait chez un médecin. L'homme était assez reconnaissable dans sa tenue, et avait même la chance d'avoir de jolies infirmières, comme quoi ça n'était pas un travail trop mal. Seido se remémora les moments passés à travailler comme toubib, d'abord chez son père, plutôt pour passer le temps, puis à Drum pour suivre une réelle formation, ensuite sur Bliss, et pour finir à nouveau chez son père. Non pas que le métier ne lui plaisait pas, loin de là, il appréciait vraiment aider les gens, mais une envie d'aventure s'était instauré en lui, un peu comme la grippe en hiver. L'aventure n'avait pas manqué jusqu'à présent, oh non ! Avant de se blesser sérieusement, Seido aurait dû s'arrêter, mais non, il en voulait encore ! Son sang ne mentait pas, dirait-on, pirate jusqu'au bout des ongles.

            «- Pardonnez-moi, je ne vois pas mon compagnon, un homme aux cheveux d'or. L'auriez-vous vu ?»

            «- Seul les hommes que vous voyez ici ont été amené en même temps que vous, Monsieur.»

            «- D'accord, merci bien mademoiselle. Oh, une dernière chose, pourriez-vous faire venir le médecin en charge de cet établissement ? »

            Rencontrant le toubib, un homme du nom de Xavier, et racontant que lui-même en était un, Seido réussit à récupérer un peu de matériels de soins, basique, certes, mais mieux que rien. Si son ami n'était pas là, il devait être resté là-bas et qui sait ce qu'il se passait ! Privé de son épée et de son revolver, le jeune pirate n'allait pas pouvoir faire grand-chose, heureusement que ses mutagènes étaient là, une petite consolation. Ne connaissant pas le quartier, Seido eut du mal à se repérer, mais réussit finalement à retrouver l'édifice après une bonne dizaine de minutes de marches. Élément fort regrettable, il ne remarqua pas que deux hommes le suivaient, observant le moindre fait et geste. Qui était-il ? Pourquoi faisait-il cela ? En attendant, le pirate entrait dans le bâtiment, ne se doutant de rien.

            «- Ivan ? Content de te voir en entier ! »

            Heureusement, son ami semblait aller bien, et avait même rangé la pièce, ou en tout cas, ce qu'il avait pu. On ne déplaçait pas une poutre décroché du plafond seul.

            «- T'aurais pas vu mon re ... ah, le voilà ! Merci, je me sentais nu sans... Je vois que tu as ficelé les deux abrutis, c'est bien ! Laisse-moi jouer mon rôle de toubib, veux-tu ? Tu as aussi besoin de soin !»

            Rien de bien méchant, à priori, éraflures et ecchymoses principalement, mais aucune commotion, ce qui était déjà une bonne nouvelle. Durant les soins, le médecin s'informa sur les évènements, ne sachant pas tout, ayant perdu connaissance. Une fois les blessures traitées, les deux amis décidèrent de cuisiner les deux prisonniers. Non pas à la sauce tartare, mais simplement de leur poser une série de questions. Cela faisait un petit moment que Seido n'avait pas participé à un interrogatoire. Celui-ci était un peu plus facile que les autres, vu le pouvoir que possédait Ivan avant de pouvoir déceler la vérité.

            «- On se la fait à l'ancienne ? Gentil flic, méchant flic ? J'ai une soudaine envie de jouer le méchant flic et réveiller ce type en lui collant une mandale ...»

            D'ailleurs, il le fit, pas trop fort non plus, réveillant le mec qui se demandait ce qui lui arrivait. Seido commença donc, à fond dans son rôle de méchant flic, peut-être un peu trop.

            «- On n'a pas de temps à perdre avec une raclure dans ton genre, tu vas répondre à nos questions.»

            *BAM* encore une mandale.

            «- Allez, parle !»

            *BAM*

            «- Vous m'avez même pas posé de questions !»

            Une remarque adéquate, qui fit presque rougir Seido.

            «- Déjà, le nom de ton boss, on voudrait lui rendre une petite visite.»

            «- Vous n'avez pas besoin de vous déplacer. »

            Une voix grave s'éleva de derrière eux. Les deux amis se retournèrent, et constatèrent qu'un type en costume se trouvait là, accompagné d'une bonne dizaine de gars, bien armés. À peine rétabli de la dernière baston, qu'une nouvelle se préparait déjà, ou peut-être pas, va savoir ? Seido regrettait de n'avoir pas rechargé son arme et de ne pas avoir récupérer d'épée.

            «- Ce sont eux ? »

            Des hommes confirmèrent d'un signe de la tête. Seido les reconnut, les ayant aperçu sur les lits à côté du sien, les compagnons des deux hommes attachés. Les vilains avaient ramené leur boss.

            «- Vous êtes ? Vous auriez pu frapper avant d'entrer.»

            «- Mais où sont mes manières, Don Dominique Calves, et je vous demanderais de relâcher mes gars, pour commencer.»

            Seido échangea un regard avec son camarade, la suite n'était pas difficile à imaginer. Dans ce genre de situation, il ne fallait pas laisser voir que l'on se trouvait en position de faiblesse. Du moins, en théorie.

            «- Je ne vois pas pourquoi on devrait le faire, que proposez-vous en échange ?»

            *Bruit d'arme que l'on chargeait*

            «- Vous laissez la vie sauve ?»

            Décidément, Seido avait perdu la main, en négociation ...
            Spoiler:
            • https://www.onepiece-requiem.net/t3195-noroma-d-seido
            • https://www.onepiece-requiem.net/t3076-noroma-d-seido
            La situation est loin d'être évidente. Le duo n'est probablement pas en état pour combattre face à tout ce monde. Seido tient à peine debout comme pas mal de monde ici. On pourrait aisément penser que tout cela ne peut avoir qu'une fin unique. Malheureusement, l'espace et le temps ne sont pas d'accord avec une simple défaite. Tout d'abord, Ivan a eu assez de temps pour se remettre et bien évidemment pour se préparer. Pour l'espace, la logique voudrait que les chimistes qui leur veulent du mal reviennent.

            -J'ai une autre proposition à vous faire. Nous vous laissons la vie sauve et vous payez pour tous les dommages que vos hommes ont effectués ici.

            -Patron, il a piégé la pièce !


            Avant que tout ce monde arrive, Ivan s'est servi de son fruit du démon pour connaitre les composants nécessaires pour faire de l'explosif. Ce n'était pas évident à faire avec la plupart des produits renversés, mais heureusement que les prisonniers sont doués en chimie. Le boss avec un bon gros cigare en bouche crache sur le côté.

            -Je dois me répéter? Faut que je me répète ?! J'AIME PAS ME REPETER !

            L'homme pète un câble tout seul et tous ses sbires le retiennent comme ils peuvent. Suite à cette légère réaction, le calme regagne la pièce. Il sort un second cigare alors que le premier n'est même pas fini. Il jette l'ancien et fume le nouveau.

            -J'aime pas quand les choses dures. Régler ça.

            L'homme en costume s'apprête à sortir tandis qu'Ivan allume la poudre à ses pieds grâce à l'étincelle d'un pistolet. Tout le monde regard le feu se répandre jusqu'à ce qu'il se sépare en plusieurs partis et au final…

            RIEN !
            Seido lance un regard à Ivan qui est assez gêné.

            -Je crois que j'ai encore besoin d'entrainement…

            Un combat au corps à corps à lieu pour éviter de faire trop de bruit. L'ange est rapidement maitrisé et le pirate, tente de se défendre, mais ses ennemies n'hésitent pas à frapper sur les blessures et finissent par le maitriser rapidement. Alors que le combat fini, un objet non identifier traverse la pièce à vitesse grand V. Après s'être écrasé contre le mur. Tout le monde reconnait Don Dominique Calves. Tout le monde s'écarte de l'entrée. La lumière du soleil au dos empêche de voir la personne qui fait irruption. Après quelques pas tout le monde reconnais le propriétaire qui possède la plupart des appartements de ce secteur.

            -Ton loyer risque de fortement augmenter Don Dominique Calves. Alors comme ça on s'en prend à des touristes?

            N'oublions pas que les touristes sont une source de revenus non négligeables. Les faires payer plus cher que normal est une bénédiction.

            -T'aime pas qu'on touche tes expériences, j'aime pas qu'on touche à mes appartements. Dehors tu fais ce que tu veux, mais dedans…  Messieurs, ne vous en faites pas. Les locaux que je fais louer sont ceux qui disposent de la meilleure sécurité.

            Après un claquement de doigts, des hommes bien bâti entre et font fuir tous les autres qui ne sont que des chimistes.

            -Monsieur Cimitiero, vous me devez l'argent du médecin. Avec un supplément pour le transport des hommes.

            L'homme se met à renifler.

            -C'est quoi cette odeur?

            -Votre parfum monsieur?

            -J'te paye pas pour réfléchir.

            Il se rapproche d'un tonneau et …

            BOUM !

            Ce qu'a fait notre justicier à roulette à finis par péter. De nombreuses explosions ont lieu et un mur finis par s'effondrer. Celui-ci étant porteur, cela crée un déséquilibre sur l'immeuble de trois étages qui se penche légèrement sur le côté et finis par tomber sur celui d'à côté. Tout cela crée de nombreux dégâts et détruit pas mal d'appartements   de Frédérich, le propriétaire.
            Les ennuis ne sont pas finis…
            • https://www.onepiece-requiem.net/t10966-ivan-fiche

            «- Mais c'était quoi ça ? »

            «- Je crois que c'était une explosion, boss. »

            «- Non, sans blague, je n'aurais pas trouvé tout seul ! Et ôte ton pied de là abruti ! »


            Écartant le corps d'un mec, encore inconscient, Seido fit une brève expertise de la situation, sans se faire trop remarquer. Aucun mort à première vue, bien qu'on ne pouvait pas voir tout le monde, mais plusieurs blessés par contre. L'écroulement du mur, puis ensuite de l'édifice, faisait en sorte que le sol penchait, regroupant les gens et les débris au niveau de la partie la moins élevée, voisine à l'autre bâtiment. Voyant son pote, le pirate essaya de le réveiller.

            «- Ivan ? Réveille-toi. Faut pas traîner ici ! »

            Autant le pirate s'était senti soulagé en voyant les secours, dont les fameux hommes qui le suivaient précédemment, autant il était déconcerté par les talents d’alchimiste d'Ivan. Honnêtement, il se débrouillait bien, et avec un peu d'entraînement et une étude constante, son avenir était prometteur, si les choses qu'il prévoyait se déroulaient au bon moment, et non pas 50 ans après ! Ah oui, un bon alchimiste ne devait pas oublier ce qu'engendrait une réaction, ce qu'Ivan semblait avoir oublié, et c'était la première leçon !

            *Zut, je n'arriverais pas à le réveiller comme ça...*

            Filer en douce était une option, mais Ivan se retrouvait dans une mauvaise situation, vu qu'il avait donné son nom. On pouvait aussi tenter un pari audacieux, et c'était ce qu'allait tenter le pirate. Une idée farfelue pouvait donner de bons résultats, ou apporter une dose de chaos et de problèmes.

            «- Ces types sont cinglé ! Faire sauter le bâtiment pour nous tuer ! Je ne suis qu'un pauvre médecin !»

            Seido n'entendit pas la réponse, vu qu'un bruit puissant retentit, suivi de l'effondrement de quelque chose et d'une secousse. Bref, ça sentait mauvais. L'un des gars qui cria, prit de panique. Le proprio cria lui aussi, pour quitter le bâtiment et aussi pour couvrir le bruit menaçant qui arrivait à leur oreille. Le pirate n'arriva pas à réveiller son ami, même en le secouant. Au moins, il était en vie, prouvé par le ronflement émanant de sa personne.

            «- Ouf, t'es pas léger en tout cas mon vieux !»

            Heureusement, Seido était assez costaud pour porter un homme, mais devait abandonner l'espoir de se charger aussi de la chaise roulante. Histoire d'avoir plus facile, il consomma l'un de ses mutagènes pour gagner en force. Au lieu de remonter la pente pour rejoindre les escaliers, comme les autres, l'homme se dirigea de l'autre côté. Une fissure était présente, assez large pour qu'une personne la traverse. Si on oubliait le vide d'en dessous, c'était une bonne sortie...

            «- Hey, cowboys, tu veux mourir ? C'est par ici la sortie !»

            «- Le temps de descendre, ça va s'écrouler, autant sauter, se casser une jambe, mais survivre !»

            On ne l'écouta pas, au contraire, on le traita de fou, de cinglé. Les bruits devenaient de plus en plus inquiétants, sans parler de instabilité du sol. Seido regarda à nouvelle fois la fenêtre de l'autre édifice, visible depuis la fissure. Avec de l'élan, de la force, et beaucoup de chance, ça fonctionnerait peut-être sans blessure grave. Tanpis, il était trop tard pour changer de plan.

            «- Baannzaaiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii  !!!!»

            Le jour suivant, au port.

            «- Bon, voilà, je crois n'avoir rien oublié... T'es sûr que ça va aller ? Je m'en veux un peu pour tes fractures ...»

            Bien que blessé, son compagnon gardait le sourire. Ça n'était pas un adieu, mais un au revoir, et ça promettait d'être mouvementé !
            • https://www.onepiece-requiem.net/t3195-noroma-d-seido
            • https://www.onepiece-requiem.net/t3076-noroma-d-seido