AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  

Le Deal du moment :
Pack de 10 BD à 49€ – Le meilleur de ...
Voir le deal
49 €

For my pride

Izya
Izya
Reine Céleste

♦ Localisation : Allods d'Akeem

Feuille de personnage
Dorikis: 10099
Popularité: 849
Intégrité: -628

Dim 8 Déc 2013 - 5:29


Citation :
Red,

J’ai enfin fini de lire ton énorme bouquin. Ça m’aura bien pris deux bonnes journées mais maintenant j’ai vu toutes les informations théoriques qu’il contenait. Du coup, je compte bien me mettre à la pratique dès aujourd’hui, et pour ça, rien de tel qu’un endroit calme et vide de monde comme les flancs du cratère du volcan qui entourent Tortuga.

Du coup, si tu me cherches, je serais là bas. Et le mieux serait encore que tu attendes que je revienne, d’ici ce soir je pense.

Bon courage pour la suite de ta conquête !
Izya


Dernière édition par Izya le Lun 9 Déc 2013 - 9:42, édité 1 fois
https://www.onepiece-requiem.net/t3683-izya-selinde-termineehttps://www.onepiece-requiem.net/t3825-fiche-d-izya-selinde#43003
Izya
Izya
Reine Céleste

♦ Localisation : Allods d'Akeem

Feuille de personnage
Dorikis: 10099
Popularité: 849
Intégrité: -628

Dim 8 Déc 2013 - 5:29


Mademoiselle ? Mais que faites-vous encore dans la cuisine ? Et surtout à cette heure ?! Le soleil n’est même pas encore lever !
Bah, j’ai faim, et j’arrivais pas à dormir.
Raaah, mais à quoi je sers moi si me réveillez pas quand vous en avez besoin ! Bon, allez, oust, sortez d’ici et je me charge de tout.

Et voilà comment se faire expulser par son propre domestique. Comme si j’en avais l’habitude moi, d’avoir un domestique. Mais bon, il faut dire que c’est plutôt agréable d’avoir un larbin à soi. Merci Red, hein.

Je vous fais comme d’habitude ?
Yep. Plus un panier repas. A priori je vais pas être là de la journée. Ah ! Et vous donnerez ça à Red. En main propre hein. Qu’il vienne pas dire après que je l’ai pas prévenu.

Je lui file le bout de papier rédigé ce matin puis retourne attendre dans ma chambre. J’en profite pour feuilleté une nouvelle fois les notes sur les Zoans, relisant les passages de détails sur les différentes formes hybrides et leurs maitrises. Il y a beaucoup de notions plutôt abstraite et dont je ne vois pas du tout comment je vais pouvoir m’en servir afin d’arriver à ce que je veux. Mais une chose est sûr, je serais beaucoup mieux dans un endroit calme, en pleine nature, plutôt qu’au milieu de cette ville navire en pleine effervescence par le grand changement imposé. Et puis, un peu de tranquillité me fera du bien.

J’entre.

Et voilà enfin Alfred qui arrive avec son grand plateau chargé de victuaille, ainsi qu’un énorme panier plein de bouffe. Il apprend vite cet Alfred, c’est plutôt cool. Mais je ne m’attarde pas trop, je suis assez impatiente de commencer mon entrainement. Alors j’englouti rapidement mon petit déjeuner et file dès que c’est terminer avec uniquement mes trois lames, mon bouquin qui n’est pas vraiment le mien et le fameux panier de survie.

Puis, à peine sortie de l’établissement, je prends ma forme animale pour m’envoler vers les montagnes qui bordent ce repère de pirate. Et pour être vraiment au calme, je choisi de me poser dans un endroit plutôt dégager avec vu sur la mer, et non vers Tortuga.

Je choisis un endroit assez atypique, que je pourrais retrouver facilement vu du ciel et j’y installe un petit camp où j’y range Narnak et mes deux autres lames. Car oui, j’ai beau les avoir emmené avec moi, je ne compte pas les utiliser ici.

Car ici, j’ai bien l’intention de n’agir que grâce à mon fruit.
https://www.onepiece-requiem.net/t3683-izya-selinde-termineehttps://www.onepiece-requiem.net/t3825-fiche-d-izya-selinde#43003
Izya
Izya
Reine Céleste

♦ Localisation : Allods d'Akeem

Feuille de personnage
Dorikis: 10099
Popularité: 849
Intégrité: -628

Dim 8 Déc 2013 - 5:30


Ressentir le vent et la terre.

Ecouter la vie autour de soi.

Faire le vide.

Puis apprendre. Apprendre chaque partie de son corps. Mes pieds, mes mains, mes doigts, mes ailes. Mes jambes et mes bras. Mon coup et ma tête. Chaque os, chaque muscle. Je dois tout ressentir. Tout contrôler.

Et rester calme. Je dois absolument rester calme. Sans me déconcentrer, sans perdre patience. Car de la patience, il en faut. Et de la patience, j’en ai peu. Mais je dois tenir et rester concentrée. Pour lui qui tourne dans ma main. Et pour moi. Surtout pour moi.

Pour pouvoir avancer. Alors je ressens tout ce que je peux ressentir.  Puis je change de forme. D’ange, je deviens dragon. Et une fois de plus, j’apprends. J’apprends ce museau, ces écailles, ces pattes et ces griffes, ces oreilles et cornes, cette queue et cette crinière. Mes sens ont légèrement changés. Mon ouïe, mon odorat et ma vue se sont perfectionnés, mon goût s’est légèrement altéré et mon toucher s’est modifié.

Cette analyse me permet de tout savoir de mon corps. Maintenant je sais que c’est grâce à ma crinière que je peux me propulser dans les airs. Et finalement, après de longues heures de méditations je comprends où se trouve la source de mon pouvoir. Et je sais exactement comment changer de formes. Comme si j’avais enfin trouvé le bouton exact plutôt que l’endroit approximatif où il se trouve.

Et déjà je gagne en sûreté.
Déjà, je comprends mieux ce que je suis.
https://www.onepiece-requiem.net/t3683-izya-selinde-termineehttps://www.onepiece-requiem.net/t3825-fiche-d-izya-selinde#43003
Izya
Izya
Reine Céleste

♦ Localisation : Allods d'Akeem

Feuille de personnage
Dorikis: 10099
Popularité: 849
Intégrité: -628

Dim 8 Déc 2013 - 5:32


Le soleil est maintenant haut dans le ciel. A force de rester assise dans la même position tout ce temps, je commence à avoir des crampes un peu partout. Mais tout va bien, j’ai déjà beaucoup avancé. Alors je m’accorde une pause le temps de manger.

Car la suite du programme nécessite de l’énergie.

Je feuillète une dernière fois le livre. Oui, le mieux, c’est de réussir à motiver le corps en plus de l’esprit. Du coup, je vais devoir bouger. Et hors de question d’utiliser ma forme animale ou bien mes armes. D’ailleurs, je les laisse là. Avec le livre. Et je reviendrai les récupérer lorsque j’en aurai terminé.

Narnak, je te laisse veiller sur le reste.

Je laisse glisser ma main de sa garde, et sans un regard en arrière, je m’enfonce en courant dans cette forêt qui n’attend que moi. Ce que je cherche ? Je ne le sais pas vraiment. Ce que je veux ? Devenir plus efficace, plus forte, plus rapide, plus agile… Oui. Plus rapide et agile. Si je pouvais voler, là, dans cette forêt dense, j’irai surement plus vite. Mais sous ma forme animale de dix mètres de long, c’est assez compliqué.

Il faudrait que je puisse voler sous une autre forme.

Voilà ce que je veux. Je veux une nouvelle forme qui me permette de me faufiler tout en pouvant voler.
Et ça, je peux le faire.

Je suis un ange, j’ai des ailes. Je suis un dragon, je peux voler. Alors je serais un ange-dragon avec des ailes permettant de voler.

Maintenant que j’ai motivé mon esprit, je dois réussir à motiver mon corps. Mais comment ? Je m’arrête un instant d’avancer pour regarder le ciel. Malgré les feuilles des arbres, il est dégagé. Je peux même sentir la caresse du soleil qui réchauffe doucement mon visage. Oui, je veux en sentir plus. Je veux voler, là tout de suite. Je veux sentir cette douce chaleur sur le reste de mon corps. Je veux des ailes, et pouvoir sentir le vent les porter.

Je le veux. Et « j’appuie » sur le bouton que je veux créer. Et je bats des ailes. Et…

Rien.

Cette motivation n’est pas assez forte. Je dois trouver autre chose.

Un peu déçue, je continue de scruter le ciel à la recherche d’une idée. Et là, je la vois. Ou plutôt, je LE vois. Un pic montagneux, plus haut que les autres. Alors j’y cours. Oui, je dois vraiment motiver mon corps. Et la meilleure des motivations est encore la survie.

Je pourrais très bien y aller en volant. Mais ce serait trop simple. Je veux forcer mon corps à se débrouiller sans ces formes que je maîtrise déjà. Car si je les utilise, tout ceci ne serait qu’une perte de temps.

J’arrive enfin au pied de ce mont. Je dois maintenant l’escalader. La encore, changer de forme est très tentant. Mais non, je m’y refuse. Alors je grimpe à la force de mes bras. Et au fur et à mesure que j’approche du sommet, je sens la température changer, et le vent frais vient faire frissonner mes bras. Plusieurs fois je dérape, manquant de tomber, mais je me rattrape aussitôt, et malgré ces petits instants de frayeur, je continue mon ascension. Et enfin j’arrive au sommet.


La vue est splendide. D’un coté, je peux voir Tortuga qui s’agite toujours un peu plus. De l’autre, il y a la mer à perte de vue. Et lorsque je regarde en bas, je vois ce tapis vert de feuilles. Je suis assez fière d’avoir grimpé tout ça. Alors je profite un peu de mon arrivé. Mais je n'oublie pas mon objectif. Et bien vite, je laisse ma contemplation de côté pour me concentrer. Dans ma tête, je visualise la forme que je veux prendre, une forme tout en finesse, conçue pour la vitesse. Avec de grandes et fines ailes, des cornes et une queue, parce que, pour la stabilité de vole, la queue, c’est quand même vachement bien.

Même si je sais que je peux voler, devoir me lancer dans le vide, comme ça, ça n’a rien de rassurant. Ni de facile. Alors je souffle, je ferme les yeux. J’attends.

Quoi ?

Le bon moment.

Arrivera-t-il un jour ?

Oui, non, peut être ?

Oui. Maintenant.

Alors je cours. Et je saute.

Désespérément je bats des ailes, je tente d’appuyer sur ce bouton que je n’arrive toujours pas à créer. J’ai peur. Le sol se rapproche. De plus en plus.

J’ai peur.

Je…

Je n’ai pas pu. Au dernier moment, j’ai succombé à la panique et ai repris ma forme de dragon. Là, flottant dans les airs, j’ai un peu honte de moi. De cette faiblesse qui ma fait recourir à la facilité.

J’en tremble encore.

Je me pose au sol et attends cinq minutes, le temps de me calmer, d’arrêter de trembler. J’ai tellement honte…

Mais merde ! Il est hors de question que je retourne dans ma chambre sur Tortuga en perdante ! Je dois y arriver ! Je dois surmonter cette peur !

Fini les principes à deux berrys. Cette fois, je prends mon envole avec ma forme de dragon et je file droit vers le ciel. Droit vers les nuages. Et lorsque la température devient trop froide pour moi, lorsque tout est si petit que je ne distingue plus grand-chose, même avec ma vue de dragon, je reprends forme angélique et je me laisse tomber. Mais cette fois, je refuse d’avoir peur.

Cette fois, je veux réussir. Je n’ai pas le choix.

Cette fois, je prendrais cette forme ailée. Je n’abandonnerais pas ! J’y arriverais.

Je le peux, je le dois.

Je la vois. Je bats des ailes, j’y crois.

J’appuie.

Et alors que le sol se rapproche dangereusement, je sens mes ailes grandir. Je sens la fine voilure qui la compose se prendre dans le vent et ralentir ma course. Alors je les ouvre en grand. Et malgré la vitesse, je tente de reprendre le dessus, de reprendre le contrôle. Puis, avant de m’écraser sur le sol, je les oriente différemment, je fais passer l’air au dessus pour mieux pouvoir reprendre de l’altitude.

Par ce procédé, je change de direction et retourne vers les cieux.

C’est bon, j’ai repris le contrôle. J’ai réussi. J’y…

J’y suis arrivée ! J’ai des ailes, et je vole ! C’est trop super ! Cette sensation est magique ! Encore mieux qu’en forme complète ! Je me sens tellement libre ! Tellement bien !

Je bats des ailes, je virevolte et tourbillone ! Je suis libre !

Pour la première fois, je peux enfin le dire : J’aime mon fruit.
https://www.onepiece-requiem.net/t3683-izya-selinde-termineehttps://www.onepiece-requiem.net/t3825-fiche-d-izya-selinde#43003
Izya
Izya
Reine Céleste

♦ Localisation : Allods d'Akeem

Feuille de personnage
Dorikis: 10099
Popularité: 849
Intégrité: -628

Dim 8 Déc 2013 - 11:34


C’est quand même plaisant de voir que les choses avancent. Oui, plus je m’entraine et plus je deviens forte. Ça se voit. Alors oui, je suis contente et je profite de la caresse du vent sur mes ailes fraîchement déployées. Et je visite un peu ce volcan en vue aérienne tout en gardant en mémoire l’endroit où j’ai laissé Narnak et mes autres affaires.

Il y a des paysages sublimes, et des moins intéressants. Mais la vue du ciel change un peu toute la donne. Et rien que le fait d’avoir réussi à prendre cette forme de vol rend toutes choses sublimes à mes yeux.

Alors je virevolte de pic en pic, parcourant la montagne escarpée, volant au travers des fins nuages frais tout en appréciant la chaleur des rayons du soleil qui commence doucement à diminuer. Oui, il est déjà tard. Il est surement temps de rentrer.

Alors je prends tranquillement le chemin aérien de mes affaires laissées sur un flanc reconnaissable. Et pendant mon trajet, je laisse mon regard parcourir la montagne.

Une lueur m’interpelle. Je pensais le coin inhabité, et pourtant, il y a de la lumière par en bas, et cette lumière n’est en rien un rayon de soleil. Non, c’est autre chose.

Intriguée, je décide d’aller voir.

En suivant cette lumière, je me retrouve devant une caverne juste au dessus du niveau de la mer. D’ailleurs, lorsque les vagues se font trop fortes, de l’eau s’y écoule pour ensuite partir en fumée. Ou en vapeur plutôt.

Ce phénomène m’intrigant toujours plus, je me lance dans l’exploration de cet endroit.
https://www.onepiece-requiem.net/t3683-izya-selinde-termineehttps://www.onepiece-requiem.net/t3825-fiche-d-izya-selinde#43003
Izya
Izya
Reine Céleste

♦ Localisation : Allods d'Akeem

Feuille de personnage
Dorikis: 10099
Popularité: 849
Intégrité: -628

Dim 8 Déc 2013 - 12:57


Au fur et à mesure que j’avance dans cette grotte aux lueurs rouges-orangés, la température augmente. Un humain normal n’aurait sans doute pas supporté cette chaleur qui devient lourde, même pour moi, mais comme je ne brûle pas, je me permets de continuer.

Pour faire ce bout de chemin sous terre, j’ai préférer reprendre ma forme angélique, car mes grandes ailes, bien que plutôt fine, reste un peu trop volumineuse pour les passages restreints. Et comme elles sont plutôt fragiles, les râpés contre la rocaille brulante n’est pas vraiment la meilleure des expériences. Oui, j’ai testé. Et oui, une fois m’a suffit. Oh, rien de grave hein, juste une sensation bien désagréable.

Mais j’arrive bien vite au bord d’un trou où la luminosité est encore plus intense en bas. Y’a pas de doute, je suis bien dans un volcan. Et je ne suis pas bien sûr qu’il soit bien endormi… Cela m’inquiète un peu. Voire beaucoup.

Décidément, je dois vite repartir de cet endroit pour rentrer à Tortuga et faire part de cette découverte à Red. Parce que vu toute la lave que je peux apercevoir au fond de ce trou, ça ne m’étonnerait pas que ce vieux volcan se réveille sans crier gare.

Alors je ne m’attarde pas plus et fait demi tours dans ces galeries sillonnées de roches en fusions. Mais à quelques dizaines de mètre de la sortie, une bestiole vachement bizarre décide soudainement de me barrer la route.

Spoiler:
 

Elle est comme sortie du mur ! D’ailleurs il y a un trou vachement ressemblant à sa forme dans le plafond de la galerie… Si ça c’est pas une fourbe… tortue ? Oui, disons tortue. Mais bref, l’important dans tout ça c’est qu’elle me barre la route et n’a pas l’air d’avoir envie de me laisser filer. Elle applique le principe du « on entre mais on ressort jamais de mon antre » ? Mince… si j’avais su. Et du coup, là voilà qui se met dans une position bizarre… Elle se met en boule comme un hérisson et… se laisse rouler ? Vers MOI ? Oh merde ! Mais t’es pleine de pique toi ! Arrête ça ! Dégage ! Non !

Ah, mes armes ! Je les ai pas !

Ah, merde !

Vite !  Fuyons !

Sauf que la sortie est derrière la bêbete qui, bien sur, prend absolument toute la place. Alors je suis obligée de fuir vers la lave.
Alors je cours.

Et pendant que je cours, je me dis que quand même, je pourrais au moins me défendre contre cette créature. Après tout, moi aussi je suis un monstre non ? Bon, le problème c’est que là, y’a pas la place de me mettre en dragon. Et puis bon, les ailes, ça sert un peu à rien dans ces galeries. Alors je reviens au classique de ma forme hybride principale. Et je me retourne pour lui faire face. Préparant mes griffes, je lui envoie une salve de lame d’air dans la tête, mais rien ne l’arrête. C’est comme si mes lames avaient ricochées dessus pour venir atterrir dans les murs du sous terrain pour y déchainer leur puissance, faisant dans le même coup, trembler toute la galerie.

Mais je n’ai pas le temps de m’en inquiété plus. La bête ne s’est pas arrêtée et je lui fais face. Qu’est ce que je dois faire ?! Je ne sais pas. Si mes lames d’airs ne sont pas passées, je ne vois pas ce que je pourrais faire de plus. Du haki peut être ?
Encore faut-il que j’y arrive…

Mais oui ! Je vais y arriver ! Je le dois ! Je n’ai pas le choix !

Alors je plante mes griffes des pattes arrière dans la roche et mets mes mains en avant. Je suis prête à le recevoir, à le bloquer dans sa progression. Il arrive. Le voilà.

Je me concentre sur mes mains qui deviennent noires de haki et je réussis à stopper son avancer même s’il tourne toujours. Au passage, je tente de planter mes griffes dans sa carapace mais il n’y a rien à faire, elle est trop dure. Mes griffes ne sont pas assez aiguisés et le haki n’ai d’aucune utilité dans cette tâche.

Décidément, je n’arriverai à rien sous cette forme.

Alors, je dois en changer. Je dois être plus forte, mieux armée. Moi aussi je veux être tranchante de partout, avec une crête de pique dans le dos prête à planter quiconque tente de me prendre par surprise. Et je veux de vrais griffes, acérés comme des rasoirs ! Et de la force ! Suffisamment pour pouvoir repousser cette créature juste avec mes bras ! Et je veux pouvoir l’attraper avec ma queue, et le trancher aussi. Oui, je veux tout ça.

J’en ai besoin.

Je dois changer. Sinon je perdrais.

Alors je dois changer.

Maintenant !

Et mon corps me répond. Il change. Et par la nouvelle force de mes bras, je réussi à reprendre le dessus et expulser la créature au loin. Puis je me jette dessus pour lui lacérer cette foutue carapace qui me résistait. Malheureusement, elle résiste toujours, mais moins bien. Et déjà, je peux y voir de belles éraflures. Alors je creuse, toujours au même endroit et le plus vite possible. Mais l’animal reprend pied rapidement et me mord sauvagement le bras. La douleur me fait reculer, mais jen’ai pas dis mon dernier mot. D’un saut de main arrière, je prends mes distances et en profite pour lui envoyer la pointe de ma queue directement dans la faiblesse de sa coque. Et telle une lance, la voilà qui perce sa défense. Et d’un coup, j’ouvre la « pince » pour agrandir la plaie.

La tortue hurle et se tortille dans tous les sens. Mais dans un dernier acte de rage désespéré, elle se remet en boule et me refonce dessus.

Une fois de plus, je me concentre sur mes mains pour les charger en haki. Et j’attends le dernier moment, préparant bien mon coup pour être sûr de ne pas le rater. Et lorsque vient le moment, avec mes deux mains, je lui colle un poing doublé directement dans son armure qui fini de l’exploser et l’envoie voler en plein dans le plafond de la galerie.

Le plafond qui s’effondre sous le choc…

Ah ! Elle fait moins la maligne sous trois tonnes de débris hein ! Cette forme est décidément bien bourrine. Je suis encore une fois plutôt fière de moi ! Je prends d’ailleurs quelques minutes pour observer tous les changements que ça m’apporte. Mais comme c’est moi qui les aie imaginés, je ne suis en rien surprise.

Bon, par contre, du coup, la sortie, c’est par…

Là…

Bouchée. Complètement bloquée par l’éboulement. Bon, une chance déjà qu’il ne se soit pas propagé et qu’il n’est pas réveillé le volcan qui ne dort pas bien paisiblement.

Rapidement, j’essaye de creuser une sortie, mais il est évident que c’est peine perdue.

Du coup, il va falloir que j’avance plus profondément dans les profondeurs de la terre…

Génial...
https://www.onepiece-requiem.net/t3683-izya-selinde-termineehttps://www.onepiece-requiem.net/t3825-fiche-d-izya-selinde#43003
Izya
Izya
Reine Céleste

♦ Localisation : Allods d'Akeem

Feuille de personnage
Dorikis: 10099
Popularité: 849
Intégrité: -628

Dim 8 Déc 2013 - 18:07


Me revoici au bord du gouffre. Que dois-je faire à présent ? Avancer encore ? Sans doute. JE ne vois pas trop d’autre possibilité de toute façon, alors je me concentre et prends ma forme ailée pour descendre doucement le long de cette paroi de roche presque en fusion. Le seul avantage de tout ça, c’est que j’y vois clair. Mais au final, c’est aussi ça qui m’a attirée là dedans.

Ouais, ne jamais suivre la lumière, je m’en souviendrais.

Plus je descends et plus l’atmosphère s’alourdit. J’aimerai vraiment pouvoir sortir de là. Pouvoir ressentir la fraicheur de la brise du soir tout en sachant qu’un bon repas m’attend tranquillement dans ma chambre à Tortuga. Ah, oui. Un repas. Je commence déjà à avoir faim. Il faut dire que voler, ça creuse et que j’ai passé toute mon après midi à ça.

Mais non, faut que je sois coincée dans un volcan somnolant, à chercher désespérément une sortie. D’ailleurs, avant de finir dans la lave à force de descendre, je trouve un conduit planqué dans la paroi rocheuse. Parce que j’ai pas spécialement envie d’aller plus bas, je décide de m’y engouffrer en priant pour ne pas retomber sur d’autres créatures du même type que celle que j’ai croisée. Mais à priori, la voie est libre. Ou du moins, jusqu’à ce que j’arrive à un cul de sac dû à un autre éboulement.

Alors je fais demi tour et je prie pour ne pas restée bloquée là trop longtemps. Mais la chance n’est décidément pas avec moi. Et plusieurs fois ou je tombe sur des chemins de ce genre, qui remonte, je suis toujours obligée de redescendre, que ce soit par le même chemin ou un autre.

Ce qui m’amène finalement au plus proche de la lave. Toute cette chaleur est atroce. Pire qu’Impel Down et son enfer brulant. Même moi j’ai dû mal à tenir. Même moi je sens que si je reste ici trop longtemps, je cours à ma perte. Alors je vole, droit devant, le plus vite possible. Je panique, je désespère. J’en oublie même de chercher une sortie au plafond. Seuls mes réflexes primitifs restent. Ceux qui me dictent de fuir le plus vite et le plus loin possible. Mais malheureusement je ne m’éloigne en rien de la lave en allant tout droit. Et pourtant, droit devant, je repère que cette rivière de lave débouche sur quelques chose. Alors je fonce et j’espère.

Mais l’espoir est vain car cette rivière ne fait que déboucher sur un immense lac de lave. Et au milieu de ce lac, une colonne unique. Le seul endroit où je peux me poser. Et de cet endroit, je vois toute l’immensité de ce volcan, toute la puissance qu’il renferme. Je suis dans son cœur, dans sa réserve personnel de fluide destructeur. Et tout autours de cette pièce, je peux voire des dizaines de rivières de lave se jeter telles des cascades ce grand bac qui est déjà presque remplit.

Et je suis toute seule au milieu de toute cette immensité. Je ne peux rien faire. Absolument rien faire. J’ai si peur. Si peur de disparaitre si rapidement.

Devant tout cela, je ne peux qu’abandonner. Je suis si faible. Si insignifiante. Si seule.

Je m’effondre sur ce pilier et mon corps redevient celui qu’il a toujours été. Je ne veux qu’une chose : me cacher. Me cacher et me blottir dans un coin pour attendre la fin. Car il ne peut qu’y avoir de fin face à ce spectacle.

Je veux une carapace blindée. Une qui me protègerait de tout et dans laquelle je pourrais me cacher du reste du monde. Dans laquelle je pourrais me cacher de cette puissance.

Je veux des écailles dures comme l’acier recouvrant tout mon corps. Je veux pouvoir me rouler en boule sans craindre de me faire attaquer.

Je veux une nouvelle forme. J’en ai besoin. Sans elle, je risque de mourir.

Sans elle, je vais mourir.

Je veux changer.

Et mon corps change. Se recouvrant d’écailles dures et épaisses. Mes membres s’élargissent de telle sorte qu’en position fœtale, même la lumière ne parvient pas à l’intérieur de mon cocon. Et dans cette coquille, personne ne me voit, pas même le volcan qui ronfle sous moi. Dans cette coquille, je laisse ma peur prendre le dessus. JE veux que tout ce cauchemar s’arrête. Je veux rentrer, partir de cet endroit.

Je ne veux plus être seule.

Pitié, que quelqu’un vienne m’aider.

S’il vous plait.

Red… J’ai besoin d’aide. Je ne m’en sortirais pas seule.

Au secours. Quelqu’un…

Tahar…
https://www.onepiece-requiem.net/t3683-izya-selinde-termineehttps://www.onepiece-requiem.net/t3825-fiche-d-izya-selinde#43003
Izya
Izya
Reine Céleste

♦ Localisation : Allods d'Akeem

Feuille de personnage
Dorikis: 10099
Popularité: 849
Intégrité: -628

Dim 8 Déc 2013 - 19:50

Tahar…

Tu es censé être toujours avec moi. Toujours dans le creux de ma main. Alors pourquoi ?! Pourquoi là, maintenant que j’en ai vraiment besoin, je ne te sens pas ?!

Que se passe-t-il Tahar ? Que fais-tu ?

J’ai peur tu sais. Je suis effrayée. Je suis bloquée dans ce volcan, au milieu de toute cette lave et je ne vois pas comment en sortir. Je suis seule, si seule. Personne n’est là pour m’aider, pour m’épauler. Et toi qui est censé être là, tu ne l’es pas. Pourquoi ? Je ne comprends pas. Et ça me fait encore plus peur.

Car j’ai peur de comprendre.

Tu n’as pas le droit de disparaitre comme ça de ma sensibilité ! Tu n’as pas le droit de t’évaporer ainsi ! Reviens Tahar ! Je t’en prie, reviens dans ma main. Laisse-moi sentir que tu vis. Que tu es quelque part. Que tu traces ton chemin qui finira par nous rassembler.

Aller Tahar, je t’en prie. Pitié. Papa. Ne me laisse pas seule ici. Je…

Je n’y arriverais pas. Pas sans toi, pas sans savoir que tu es là.

S’il te plait Tahar ! Vis ! VIS ! Et vivons ensemble ! Loin de l’autre, peut être, mais ensemble !

Pitié Tahar… Pitié.

Je veux te sentir. Je veux que tu sois en vie. Alors pourquoi ?! Tu n’as pas le droit !

Car si tu sombres, je n’aurais pas la force de continuer de me battre. Et si tu sombres maintenant, je sombrerais aussi dans cet enfer brulant.

Alors Papa, je t’en prie, vis !
https://www.onepiece-requiem.net/t3683-izya-selinde-termineehttps://www.onepiece-requiem.net/t3825-fiche-d-izya-selinde#43003
Izya
Izya
Reine Céleste

♦ Localisation : Allods d'Akeem

Feuille de personnage
Dorikis: 10099
Popularité: 849
Intégrité: -628

Dim 8 Déc 2013 - 19:51

Là, allongée sur ce sol de pierre au milieu de toute cette lave, j’attends. Je n’ai pas bougé, je n’ai pas changé. J’attends simplement. Je n’ai ni la force de me lever, ni l’envie de me battre.

Alors j’attends que la mort m’emporte. Je n’ai pas le courage de l’aider, ni la rage de l’en dissuader.

J’attends juste. Sans bouger.

Tahar n’est plus. Et je ne serais bientôt plus. Ainsi s’achève notre lignée. Ou s’achèvera. Tout cela n’est qu’une question de temps.

Et de toute façon, même si je voulais vivre, je suis tout de même coincée. Alors autant l’accepter.

Finalement, c’est peut être mieux que Tahar ne soit plus. Au moins, je n’ai pas à lutter. Je n’en ai pas l’envie.

Mais juste, si ça pouvait se finir pas trop lentement, ce serait plus agréable…
https://www.onepiece-requiem.net/t3683-izya-selinde-termineehttps://www.onepiece-requiem.net/t3825-fiche-d-izya-selinde#43003
Izya
Izya
Reine Céleste

♦ Localisation : Allods d'Akeem

Feuille de personnage
Dorikis: 10099
Popularité: 849
Intégrité: -628

Dim 8 Déc 2013 - 19:51


Depuis combien de temps suis-je allongée sur ce pic ? Je ne sais pas. Je m’en moque. Mais la mort a décidé d’être longue. Soit. Je l’attendrais le temps qu’il faudra. De toute façon, je n’ai plus rien qui me retient.

J’aurai quand même quelques regrets. Je pars alors que je viens juste de maîtriser correctement mon fruit du démon. Et je commence enfin à mieux comprendre le Haki. Maintenant, j’arrive à l’utiliser quand je le veux. Oh, bien sûr, ce n’est pas encore spontané, mais je suis sûr que ça viendra. Que ça serait venu…

Et puis, finalement, je pars sans même connaitre le visage de ma mère. Sans savoir d’où elle vient, ni pourquoi. Pourquoi m’avoir conçue pour ensuite m’abandonner ? Pourquoi n’avoir rien dit à Tahar ? Pourquoi l’avoir choisit lui plutôt qu’un autre ? Toutes ces questions resteront sans réponses. Tant pis. De toute façon, je n’ai plus la force de vivre.

Je n’ai pas la force ni l’envie de me battre contre cet ennemis alors que je ne le reverrais jamais.

Oui, tu dois être mon plus grand regret. Je n’aurai pas dû te laisser partir. Cette distance, tu n’en avais pas besoin, et moi non plus. Nous aurions pu nous construire ensemble. Mais au lieu de ça, tu m’as laissé derrière et Red m’a empêchée de te rejoindre.

Red… Lui as toujours été là depuis que je le connais. Oh, bien sûr, ce ne fut pas toujours simple, mais il était là, avec moi. Sauf là. Parce que je suis partie seule, il n’est pas là. Mais peut être me cherche-t-il ? Peut être…

Peut être que je devrais me battre pour survivre et stopper ses inquiétudes ?

Non. Il n’est pas mon père. Juste un ami. Rien de plus.
Je crois…

Mais de toute façon, j’ai pris ma décision.
Je ne bougerai pas.
https://www.onepiece-requiem.net/t3683-izya-selinde-termineehttps://www.onepiece-requiem.net/t3825-fiche-d-izya-selinde#43003
Izya
Izya
Reine Céleste

♦ Localisation : Allods d'Akeem

Feuille de personnage
Dorikis: 10099
Popularité: 849
Intégrité: -628

Dim 8 Déc 2013 - 19:51

Pourquoi la mort ? Pourquoi tu me fais ça ? Je veux juste partir pour retrouver ma famille, et toi, tu me retiens ici. Oui, j’attends que tu fasses tout toute seule. Mais je te l’ai dis déjà, je suis bien trop lâche pour t’aider.

Quoi ? Tu penses que ce que j’attends ce n’est pas toi ?

Qu’est ce que j’attendrais alors ? Un miracle ?

Oui, peut être… Mais, franchement, qui de nos jours croit encore aux miracles ?
https://www.onepiece-requiem.net/t3683-izya-selinde-termineehttps://www.onepiece-requiem.net/t3825-fiche-d-izya-selinde#43003
Izya
Izya
Reine Céleste

♦ Localisation : Allods d'Akeem

Feuille de personnage
Dorikis: 10099
Popularité: 849
Intégrité: -628

Dim 8 Déc 2013 - 19:52

Je…
Je crois que je suis morte.

Tahar… Je te ressens enfin. Je vais enfin pouvoir ouvrir les yeux et j’espère que tu seras là. Si possible, j’aimerai que tu me présentes Séléna, ma mère. Oh, je sais bien que tu ne la connais pas plus que ça, mais juste pour cette fois, s’il te plait, fait ça pour moi. Car toi, tu connais son visage, moi non.

Tiens.

C’est bizarre.

Je me sens toujours très faible. C’est normal ?

Tahar ?

Je…


Aaargh, cette lumière, toujours aussi éblouissante. Mais il n’y a personne autour de moi. Où suis-je ? Je ne comprends pas… J’ai chaud, j’ai mal et je suis complètement à bout de force.

Et je ressens Tahar. Il est tout droit, par là. Mais part là, il y a…
De la lave ?

Hein ?

Mais…

Je suis pas morte ?
Tahar ? Il est vivant ?

Il est vivant ! Je… je…

POURQUOI ?!

Oh, bordel ! Si c’est un miracle alors je veux bien y croire à présent !

Tahar est vivant ! Mon père est vivant !

Je ne suis pas seule !

Je peux vivre ! Je peux le revoir ! Je…

Je dois sortir de là ! Maintenant !

Mon corps est complètement engourdit d’être trop resté dans la même position trop longtemps. Mais je force, et j’utilise mes dernières forces pour abandonner cette forme d’armure au profit de ma forme draconique. Je dois sortir de là, et rien ne me retiendra plus longtemps dans cet endroit. Je n’ai plus peur, je ne ressens plus la chaleur. Je veux juste sortir. Sortir et revoir le ciel et le soleil.

Déterminée à en finir, je fonce vers le plafond de cette immense salle de réserve de lave et commence à creuser la roche avec mes griffes acérées. Je sens bien mes forces s’amenuisent à force d’efforts, mais je dois y arriver. Je dois tout tenter !

Alors je fonce dans cette paroi en donnant tout ce que j’ai. Je fonce, cornes vers l’avant chargé en haki. Je fonce et je creuse. Lentement mais surement. De gros blocs de pierres tombent sous mes assauts, et fondent aussitôt dans la lave en dessous. L’une d’eux heurte le pilier central. Puis un autre, et encore un autre.

Je fatigue. Je n’en peux plus. J’ai faim, j’ai soif. Je veux sortir. Je veux dormir.

Mais je continue de creuser, jusqu’à ce que le soleil perce enfin cette couche rocheuse. Jusqu’à ce que je puisse sentir la caresse du vent sur mes écailles. Je creuse.

Et enfin je le vois.

Et enfin je la sens.

J’arrive enfin au bout de cette souffrance. Encore quelques pierres à enlever et faire couler. Quelques pierres qui tombent une fois de plus sur le pilier central.

Pilier qui cède comme le vase déborde après la goutte de trop.

Pilier qui vient s’effondrer sur les murs du cœur du volcan, faisant trembler toute la structure.

Viens ensuite un grondement sourd.

Cette fois, je crois que la bête est réveillée.
https://www.onepiece-requiem.net/t3683-izya-selinde-termineehttps://www.onepiece-requiem.net/t3825-fiche-d-izya-selinde#43003
Izya
Izya
Reine Céleste

♦ Localisation : Allods d'Akeem

Feuille de personnage
Dorikis: 10099
Popularité: 849
Intégrité: -628

Dim 8 Déc 2013 - 19:52

Je suis au centre du cratère. Pile à l’endroit où avant il y avait des bateaux. Mais maintenant, c’est une île et les bateaux sont à côtés. Je ne sais pas combien de temps je suis restée sous terre, mais Red a réussi à faire son affaire. Et c’est tant mieux. Parce que là, maintenant, il faut fuir. Et vite.

Mais ça, je pense que tous l’ont compris, car là, tout le volcan tremble dangereusement. Alors de là où je suis-je peux voir ce gigantesque bateau composer de centaines de plus petit ce mettre doucement en marche. Heureusement, il était.

Heureusement, il m’attendait.

Mais avant d’embarquer, je dois d’abord récupéré Narnak.

Alors, sous l’œil avisé d’un Red inquiet qui m’a repéré, je m’élance dans la direction opposée à la leur. Je dois me dépêcher. Et eux doivent se dépêcher encore plus. Car autant moi je peux les rattraper, autant eux ne pourront pas fuir le volcan suffisamment vite. Mais la terre où reposait les bateaux se fissurant à vite fait de motiver tous les résidents sur l’urgence de la situation. Alors je ne m’inquiète pas trop pour eux, et je file vers ma propre destination.

Je retrouve Narnak et mes autres effets à l’endroit exact ou je les avais laissé et retraverse aussitôt le volcan dans l’autre sens. Sur mon chemin, des morceaux de roches commencent à voler et un nuage de cendre apparaît petit à petit.

La traversée est difficile. Je ne vois rien, je dois zigzaguer et je suis fatiguée. Mais je garde le cap, il le faut. Et malgré les bombardements aériens, je réussis tant bien que mal à rejoindre la ville navire qui fait voile loin du danger à un rythme inquiétant de lenteur. Mais une chose est sûre : dans mon état, je ne pourrais aller plus loin.

Et dans mon état, je ne vise qu’une chose : à manger !
https://www.onepiece-requiem.net/t3683-izya-selinde-termineehttps://www.onepiece-requiem.net/t3825-fiche-d-izya-selinde#43003
Contenu sponsorisé



Page 1 sur 1