Le Deal du moment :
Machine expresso automatique avec broyeur – ...
Voir le deal
245.99 €

Gros poissons dans grande marre


- 20 000 lieux sous les mers –
- Quelque part entre deux eaux-



-Il faut prévenir le patron.
-Ouais, tu penses qu’il n’est pas déjà au courant ?
-Tu l’entends hurler ?
-Euh… non.
-Alors c’est qu’il ne l’est pas.

Dans la vie, il y a des questions simples qui en quelques mots peuvent boucler un destin aussi facilement qu’une poignée d’clous ferme un cercueil. Celle qui allait suivre ne ferait pas exception :

-Qui va lui annoncer la nouvelle ?
-Toi !
-Toi !
-…
-…
-Shi…
-Fou…
-MI !

Le raclement de gorge qui répond au sourire satisfait et rassuré de son comparse résonne dans l’eau trouble des fonds marins… Ciseau. Il aurait du faire ciseau. La plume est plus forte que l’épée à ce qu’on dit, mais on a tendance –à tort- à sous estimer le papier sans qui elle ne serait rien.


Le duo s’enfonce donc vers les lumières qui peinent à traverser la pénombre des profondeurs, signes encore à peine perceptibles de la cité aquatique miraculeuse où s’apprêtent à se déchaîner les furies de la guerre.


Dernière édition par Toji Arashibourei le Ven 13 Déc 2013 - 15:32, édité 1 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t154-fiche-de-toji
  • https://www.onepiece-requiem.net/t115-marine-toji-arashibourei

- 20 000 lieux sous les mers -
- Quartier général du gang des Hommes Poissons-



-QUOI ?! Ose me redire ça pour voir !
- …
- Vas-y !

Le visage gonflé par le sang qui lui monte au cerveau, le malfrat des mers ouvre grand la bouche, véritable poisson sorti de l’eau aux yeux exorbités par la souffrance et la peur. Ses mains s’agitent, ses jambes griffent le sol ; et nul mot ni bouffée d’eau ne peuvent traversée sa gorge  alors prise en étau. Son comparse ne peut qu’observer en silence la scène, honteux de sa chance et que la peur soit si forte…

-Répète un peu pour voir !
Crack !
-Pfff !


Le corps inanimé s’effondre au sol tel un vieux sac, tandis que son meurtrier fait machinalement s’ouvrir et se fermer sa terrible pince … geste familier où il reprend petit à petit son calme… Puis, la mort dans le regard, le voilà qui se retourne vers la deuxième sentinelle, toujours transit de peur. Skylla -maître incontesté du quartier des hommes-poissons- n’aime pas les mauvaises nouvelles.

Skylla, chef du gang des Hommes-poissons:

-Glups
-Et tu es sûr de ça toi ?
-Oui chef ! Sûr et certain !
-…
-Il aurait affronté les frères Cassidy sur Shabondy avant de reprendre la mer  il y a quelques heures à peine.
Normalement il ne devrait pas tarder à arriver…
-Enfers !
-On a fait aussi vite qu’on a pu comme vous l’vouliez chef…
-…
-Chef ?



Terrible silence où l'aussi terrible homme-écrevisse se lance dans la longue marche des cents pas, reclus dans ses réflexions.

Autour de lui, c’est tout son clan qui l’observe alors sans mot dire, bien trop inquiété à l’idée d’oser le déranger et de finir comme les précédents bavards. Depuis que la cette sinistre nouvelle avait été annoncé à tous la tension s’était emparé des lieux, pourtant familier aux plus sombres horreurs des profondeurs et des sinistres affaire qu’on pouvait y faire.

Deux cents kilos d’exosquelette chitineux de muscles et de méchanceté, ça fait toujours son effet ; surtout lorsque tout cela est agrémenté d’une pince tristement célèbre pour ses multiples victimes et d’un caractère à même d’effrayer la plupart des monstres marins. Et pourtant… Pourtant c’est le silence qui alors étreint tous les cœurs, signe si éloquent d’une peur irrésistible dont même leur tant redouté leader semble faire aussi les frais. Et puis un nom, allant de pair avec milles histoires toutes plus folles et affreuses les unes que les autres… Un nom qui enfle dans leurs esprits à mesure qu’ils imaginent sa présence toujours plus proche.

Toji Arashibourei sera bientôt là… Et à ce moment là, tous devront lui rendre des comptes. Car tel un affreux pressentiment, ils se savent liés d’une manière ou d’une autre à sa race, à ses ambitions… Sinon, pourquoi reviendrait-il à ses sources ?

L’ombre des abîmes s’épaissit alors encore un peu plus, opacifiant les faibles traits de lumière des lampes champignons fluorescents… La caverne aménagée où tous avaient élu domicile se fait plus froide, moins hospitalière… Seuls les yeux inquiets et attentifs brillent encore dans le noir.



Finalement, Skylla s’immobilise, le regard dur et volontaire.
Tous tendent alors l’oreille…


Dernière édition par Toji Arashibourei le Jeu 26 Déc 2013 - 9:57, édité 2 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t154-fiche-de-toji
  • https://www.onepiece-requiem.net/t115-marine-toji-arashibourei


-Et bien qu’il vienne ! Nous saurons le recevoir comme il le mérite !

Certes le torse est bombé assez haut, la voix tonne avec fracas et les yeux lancent milles éclairs ; et pourtant Skylla semble peiner lui-même à se convaincre. Au fond de lui il sent la peur monter sans qu’aucune logique ne lui explique pourquoi il se sent autant en danger. Un nom. Un simple nom qu’il voit alors comme un message de cataclysme, comme un signe de désolation… son instinct lui dicte au plus profond de sa chair que son histoire est aux abords d’un virage périlleux ; et qu’il va falloir tirer serré sur les rennes de la calèche s’il ne veut pas traverser la barrière de la vie.

Mais en tout premier lieu, éviter la débandade. Couper la panique avant qu’elle n’enfle et prenne la mesure d’une avalanche. Limiter au maximum que cette arrivée impromptue ne détruise ce qu’il a mis tant d’année de patience à construire. Il se sait proche du but… Il lui faut à tout prix garder son organisation et ses hommes sous sa domination, même si cela implique de devoir jouer de la voix et de la pince. Car ça, il sait faire.

-Mes frères !

Cents paires d’oreilles s’accrochent à sa voix.

-Monsieur Arashibourei viendrait vers nous ? MONSIEUR Thunder F. viendrait à notre rencontre ?
La belle affaire ! Nous l’attendons !

Nous somme le terrible gang des hommes-poissons ; et chacun d’entre vous se sait maître des mers et des océans ! Pirates, contrebandiers, chasseurs de monstres ; vous êtes sans égal par-dessus et en dessous de la surface ! Et ce n’est pas ce semi-humain qui viendra nous dicter notre conduite ou quoique ce soit d’autre !

Nous n’avons PAS peur de lui !


-Euh… chef ?


La gueule pleine de dents mais au regard bien moins aiguisé qui vient de parler aussi fort qu’il l’a osé, c’est Croque-les-Os, Ex-chef des « Os à moelle », ex-représentant de Skylla auprès de feu-Drake « perce-cœur », et futur Cassandre en puissance. Et comme tout le monde le sait, Cassandre, c’est vraiment un boulot de merde.


Croque-les-Os, ex-émissaire auprès du regretté-feu-Drake:

- Honnêtement on n’a pas la moindre idée de ce que pourrait-nous vouloir Toji, mais si vous voulez mon avis il n’vaudrait mieux pas tenir ce genre de discours…
-Quoi ?
-Ben, c’est que je les ai vu à l’œuvre lui et ces zaffreux, les sea Wolves. Et ben c’était pas joli-joli comme vous l’savez… Rien que l’Voyeur m’a bien amoché, et il pas fallu plus d’dix secondes pour que leur chef ne décime tous mes hommes. Moi pour c’que j’en dis…
-Justement toi tu dis rien. Je t’avais fait confiance en t’envoyant négocier l’alliance auprès de ce faiblard de Drake ; et tout ce que tu as su nous ramener c’est mauvaises nouvelles et piètre réputation.
-A vrai dire on avait surtout misé sur le mauvais cheval si j’peux me permettre… Ce n’est pas Drake qui était faiblard, mais les Sea Wolves qui sont incroyablement monstrueux ! Surtout que…*/
-Tais toi ! Tu nous as déshonoré Croqu’, voilà tout. Tu M’AS déshonoré.
-Mais je */…
-CE QUE LE CHEF EST EN TRAIN DE TE DIRE CROQU’, C’EST QU’IL VAUT MIEUX QUE TU TE TAISES.



Comme assommé par la voix tonitruante qui semble sortir de partout à la fois, Croque les Os vacille. Depuis qu’il a perdu les faveurs de son supérieur lors de l’effroyable affaire des Drake’s pirate, sa position au sein du gang est des plus compromise. Et cela, son rival de toujours compte bien le lui faire comprendre une bonne fois pour toute. Les yeux de l’ex-capitaine fouillent frénétiquement le décor vaseux et l’eau trouble à la recherche de celui qui s’apprête à se lancer dans la curée…

-JE CROIS MÊME QU’IL EST TEMPS POUR TOI DE NOUS LAISSER CROQU’.

Un gigantesque globe jaune apparait finalement dans le fond obscure de la pièce, laissant alors poindre une pupille titanesque directement braquée avec intensité sur le pauvre Homme-poisson dont tous se sont écartés de quelques bons mètres prudents. Pas un geste de la part d’un Skylla en pleine contemplation ni de ses con frères qui ont disparu de la scène en se fondant dans les ombres salvatrices, le message est clair : Radish le Wotan des profondeurs va pouvoir régler ses comptes et monter en grade par la même occasion.

Déjà, cinq doigts tous plus grands que des hommes sortent soudainement du fond sablonneux de la pièce, entourant son rival avant de s’élever vers le plafond. Le sable s’écoule ainsi en longues spirales entre chacun d’entre eux tandis que la main du géant des mers s’extrait du sol, juste sous Croque les Os en l’emportant sur quelques mètres comme pour mieux l’exhiber à la foule attentive. Une vengeance se savoure à point ; et rien ne vaut la peur pour cimenter une organisation chancelante. Les doigts se resserrent alors lentement autour du malheureux ex-capitaine, et ceci malgré ses suppliques et lamentations à l’adresse d’un Skylla plus réceptif aux joies du spectacle qu’aux plaintes d’un pauvre lieutenant décidément trop consciencieux pour son propre bien.

-Je vous en prie chef, ne faites pas ça ! Arrêtez-le !
Je ne veux que le bien de tous nos frères, écoutez-moi !
Toji n’est peut-être pas là pour se venger, il doit encore être possible de négocier avec lui !


La poigne gigantesque se resserre telle les barreaux d’une immense cage ; bientôt seul un bras et la voix terrifiée d’un homme sacrifié s’en échappent encore… Radish savoure et prend son temps… Il sent déjà au contact de sa peau sa cible résister à la pression… vaine tentative contre sa force sans égale qui ne lui procure d’ailleurs que plus de plaisir... Sauf signes retardataires d'un destin joueur ou bien mal réveillé, le pauvre Croque-les-Os est condamné.


-Hum ! Loin de moi l’idée saugrenue de vouloir couper vos délicates convivialités, mais vous seriez fort inspirés d’écouter ce brave homme. Du moins le minimum syndical que toute honnête civilisation se doit d’avoir acquis. Suite à quoi il sera toujours temps de le massacrer dans la joie et la bonne humeur, cela va sans dire.



Avec la force de tout nouveau protagoniste sortant subitement de nul part, la voix de l’inconnu coupe net l’exécution dans son élan, poussant même le wotan à desserrer son étreinte et à offrir quelques bouffées d’eau salvatrices à sa victime du jour. Toute l’attention du gang des hommes-poissons se tourne ainsi vers un seul point d’ombre d’où est sorti l’impondérable gâcheur d’exécution, visiblement bien parti pour lui expliquer que non monsieur on ne peut pas se permettre de rentrer comme ça chez eux comme chez mémé. Car si jouer les impromptus vous fait jouir d’un capital entrée charismatique intéressant, y survivre révèle parfois du tour de force.

-Qui ose ?

Le regard de Skylla donne le ton à l’ensemble de l’assistance et sa voix le La du requiem. Nul n’a jusqu’ici osé pénétrer aussi impunément sur leur territoire, et ceci pour de bonnes raisons. Et puis… dans cette voix il a des accents connus qui lui irritent les esgourdes… une voix d’un autre temps… d’autres histoires. Au fond de lui le chef des Hommes-poissons devine ; et ce qui lui apparait ne fait qu’enfler sa fureur alors naissante.

Profitant de tout son effet, l’inconnu s’avance donc lentement à grands pas lents et calmes, chassant quelques grains de vase de son gilet d’un geste élégant, avant de saluer l’ensemble de l’assistance d’une grande courbette doublée d’un gracieux levé de chapeau. Son visage connu de tous et sa tenue inhabituelle voir exubérante parlent pour lui : Raskal « Dandy-Fish » « Monsieur jolis mots » « Don Juan des fougères marines » « l’Exilé » « Le-sale-fils-de-pute-je-le-crève-si-jamais-il-remet-un-pied-ici » est dans la place, ceci après plus de sept ans d’absence. Absence bienheureuse s’il en est, puisqu’elle lui a permis d’échapper à une mort certaine de la part d’un Skylla et de son frère Krabbs qui avaient alors juré sa mort.

Spoiler:

Que de vieilles histoires liant ce joyeux trio... Ah les joies des douces retrouvailles ! Le bonheur des faciès amicaux. La valse des sourires bienveillants... Cents armes sortent de leurs fourreaux à l’appel silencieux d’un Skylla en pleine ébullition.


Et le Dandy-Fish qui exhibe avec assurance deux rangées étincelantes sans bouger le petit doigt ou encore son  haut-de-forme.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t154-fiche-de-toji
  • https://www.onepiece-requiem.net/t115-marine-toji-arashibourei


-Mais voyez qui voilà… Raskal…
-Skylla. Messieurs.

-T’as un sacré toupet pour oser venir pointer ton nœud d’cravate devant moi. Les fonds marins te manquaient tant que ça pour que tu en oublies mes menaces ?
-Hum, disons que certains impératifs m’ont incessamment orienté dans votre éminente direction.

-Pas d’bol pour toi mon petit dandy, impératifs ou pas je vais te faire la peau aussi sûrement que je te l’ai promis il y a sept ans.
 

Rompant avec sa mise en retrait d’alors, Skylla oscille avec une joie malsaine non dissimulée, se glissant vers son ennemi intime tout en le scrutant sous toutes les coutures tel un loup devant un mouton perdu. Seul au cœur de son fief, arrivant à point pour passer ses nerfs et offrir un spectacle bienheureux à ses hommes encore sous le choc de la nouvelle ; on peut dire que le dandy savait jouer du timing. Bien malheureusement pour lui en l’occurrence.

Skylla fait claquer sa longue pince machinalement en aiguisant son regard… Raskal nettoie tranquillement son monocle.

Puis c’est un tour de Croque-les-Os de vouloir revenir en scène depuis sa prison de phalanges herculéennes. Car lorsqu’on a été condamné à mort et qu’on peut déjà sentir la mauvaise haleine du bourreau, le moindre bout de ficelle usé semble pouvoir faire office de ligne de vie. Une voie plaintive où percent quelques accents d’espoirs mais aussi d’une prudence toute altruiste jaillit donc de la poigne entrouverte du wotan toujours caché dans les ombres et la vase.

-Faites gaffe chef ! S’il est venu vers vous c’est que ça cache un truc ! Y a un piège c’est sûr !
-Toi ta gueule.
 
Une baffe dans la trogne de Cassandre, une ! Si la mythologie était enseignée dans les bas quartiers ça se saurait.
 
-Un piège ? Diantre non, cela sera si malvenu en ces temps de changements. Cela dit votre éminent lieutenant n’a pas totalement tord quant aux motifs pseudo-suicidaire de ma visite impromptue.
-Tu sais quoi ? Rien qu’à t’écouter tu me tapes déjà sur le système. Je vais te crever Raskal ; quoi qu’il puisse en être j’vais m’offrir ce plaisir.
-Bien piètre politique d’écoute si vous voulez mon avis.
-Écoutez-le chef, je la sens mal cette histoire !
-TOI TA GUEULE J’AI DIS !

Et toi je n’vois pas ce qui pourrait être plus important que de pouvoir fermer enfin ta grande gueule pleine de mots.

-Même pas si le sujet en suspend porte sur la venue proche d’une certaine personnalité ?
-Q… Que ?
-Thunder F.
 

Le mot est lâché telle une grenade dans une cave bondée. Tous l’entendent rouler avec horreur dans l’espace de la caverne, comme hypnotisés par le danger qu’il représente. Même Skylla marque le coup, offrant ainsi un semi-sourire de victoire à un Dandy joueur.


-Oui, il est en route et vous en avez visiblement pleine conscience si j’ai bien fait attention à vos propos précédents. « Nous n’avons pas peur de lui ! » C’est bien là vos propos exacts n’est-il pas ?
-Que Quoi, qui ? Moi ? Mais je !...
-Propos quelque peu… hardis je dirais. Voir malavisés.
-Quel rapport avec toi ?
-Je viens vers vous de sa part. Une sorte « d’émissaire » dira-on. Afin de préparer le terrain pour une discussion qui nous l’espérons saura porter ses fruits.
-Une discussion… sur ?...
 
Étonnant comme un simple nom peut renverser certains courants se dira Raskal au fond de lui. Déjà par le passé il avait pu voir et usé de cette arme, mais rarement il avait pu en jouir d’aussi prêt et face à si revanchards adversaires. Skylla visiblement perdu dans le tumulte de la situation se laissait guider, laissant l’initiative au Dandy. Mais prudence, l’homme-écrevisse ne s’était pas hissé à son rang en se laissant mener par le bout du nez très longtemps. Il était dangereux et la situation pouvait basculer sur un simple coup de tête. Ou de pince.
 
-Thunder F. Compte venir ici dès son arrivée dans les fonds marins. Non pas à titre de vengeance pour une «piètre et pathétique tentative d’alliance avec le Bouddha» selon ses propres mots, mais plutôt pour parler affaire. Affaire alliance et pouvoir pour être plus précis.
-Pouvoir ?
-Oui. Thunder F. compte étendre son influence par-delà les fonds ; et il semblerait que vous autres puissiez faire partie de son plan. Vous auriez alors fort à y gagner selon lui ; et encore plus à y perde en cas de non-obtempération à fort indice de vexation si je peux me permettre l’expression.
-Une alliance tu dis ? Un plan ?
 


Skylla se détache lentement de ses pensées vindicatives au fur et à mesure que les nouvelles arrivent et doivent être traitées, prudemment qui plus est vu les protagonistes en jeu. Le voilà donc en pleine réflexion tandis que ses jambes le portent à droite et à gauche au rythme des pensées, à la manière d’un joueur d’échec dont le roi servirait de cartouche de poudre en cas de capture. Penser aux tenants, aux aboutissants… deviner les plans et les pensées de chacun… toujours avoir un coup d’avance et se placer dans une position que personne ne soupçonnerait.
 
Car il est plus que clair pour le chef du gang des hommes poissons que la venue du Père Tempête ne peut vouloir signifier qu’une chose : la perte de son autorité jusqu’ici totale sur ses hommes. Ses plans lentement mis en place tomberaient alors à terre, sans qu’aucune miette ne lui soit accordée lors du dernier acte. Thunder F. n’est pas réputé pour aimer partager le pouvoir, ce qui fait donc un point commun avec Skylla. Dire que les négociations secrètes avec la princesse et les deux ministres avançaient si bien depuis quelques années. Encore une dizaine de mois et ils auraient surement été prêts pour le coup d’état tant attendu ! Maudit Thunder F. qui allait tout précipiter avec ses grosses rangers. Dire que cela faisait des années que tous se félicitaient qu’il n’ait jamais eu l’envie de revenir au pays.
 
Non il fallait gagner du temps ! Gagner du temps pour sauver sa position et préparer un piège à même d’abattre ce maudit ripoux. Un piège implacable qu’il lui serait impossible d’éviter. Mais pour ça il fallait du temps oui, au moins quelques jours… Du temps et probablement l’appui et l’aide de l’armée régulière. Pourquoi pas du terrible Hanbanama, pour un peu que la princesse Shichibayaku parvienne à le manipuler… Oui… peu à peu les premières lignes d’une terrible machination prenaient forme.  Juste un peu de temps et de chance pour convaincre la princesse de l’impératif de la situation. Elle qui savait se montrer si… réceptive à ce genre de dialogue.
 
-Dans combien de temps il doit arriver ton patron ?
-Mon « patron » comme tu dis devrait être là dans…
 
Un instant le regard perçant du dandy semble percer les prunelles de son ennemi. Puis une réponse aux allures de question.
 
-… quatre jours ?
-Quatre jours ?
-Oui, peut être un de moins, ça dépendra de son humeur. Il a jugé bon de vous laisser quelques jours pour vous laisser réfléchir à tout ce que sa venue impliquera. Comprenez qu’il n’est pas poisson à tergiverser une fois une affaire lancée.
-Je comprends… C’est parfait. Et toi ? Tu dois repartir ?
-Moi ? Il m’a demandé de rester auprès de vous dans le cas où ma présence serait la bienvenue, cela afin de pouvoir officier au mieux à mon titre d’éclai*/  hum ! D’émissaire, veuillez m’excusez. Cela vous dérange-t-il ?
 


L’expression qui illumine soudainement le visage de l’homme-écrivisse vaut alors mille discours, voir mille oraisons funèbres tant son sourire pernicieux semble éclairer les ténèbres.

-Me déranger ? Niar niar niar… pas le moins du monde au contraire. Tu es notre hôte le temps que nous « préparions » comme il se doit l’accueil de notre glorieux confrère.
 
L’homme poisson s’approche lentement de l’émissaire toujours immobile, jusqu’à se coller à lui avec douceur. Quelques-unes de ses tentacules annexes caressent alors le costume impeccable de Raskal, tandis que la pince du chef du gang glisse lentement sur la joue de son ancien rival.

-Par contre mon petit Raskal, je crains fort que tu ne sois plus là à son arrivée.
-Tiens donc, cela m’eut fort étonné.
-Oui… vois-tu, je suis au regret de te dire que… Ni toi ni ton maitre n’êtes les bienvenus ici.
-Ah, voilà qui risque de fort l’agacer.
-Oh mais rassure toi, je compte lui faire un accueil des plus chaleureux ! Jusqu’à lui offrir un logement spacieux… dans une tombe fraiche ! Juste à côté de celle que tu auras rempli quelques jours auparavant niar niar niar !

-Évidemment. Et comment comptez-vous vous y prendre si cela n’est pas trop demandé ?
-J’ai quelques appui au sein du royaume officiel qui se laisseront facilement convaincre d’unir nos forces. Le ministre de Gauche, que j’aide régulièrement à revendre certains trésors royaux ancestraux pour ses fonds secret. Celui de droite, si intéressé par l’idée d’un mariage royal que nous serions prêt à lui organiser de grès ou de force. Et la princesse Shichibayaku à la grandeur brimée, même si un oursin empoisonné est moins dangereux à côtoyer.
-Je suis positivement impressionné.
-Oui, comme tu peux le voir, je ne vous ai pas attendu pour monter un réseau à la mesure de mes ambitions.
-Parfait, un véritable délice de perfectitude.

-Et toi Raskal, il est grand temps que je te crève comme le porc-marin que tu es.
-Cela fera sans nul doute plaisir à feu votre frère Krabbs de là où il est.
-Tu lui passeras le bonjour de la famille en enfer.
-Je n’y manquerai pas, sois en assuré.
-Ahaaaah, je vais te broyer la gorge avec délice !
-Un régal pour les amateurs du genre, je n’en doute pas.
-Une mort atroce que je vais savourer.
-Bon appétit.
-Douce vengeance… que je… vais

-Oui ?..
 

La voix décrescendo de Skylla se perd peu à peu tandis que ses yeux scrutent en vain la moindre trace de peur dans le monocle de sa victime, qui décidément semble pas en mal avec l’idée de passé l’arme à gauche sur une droite. La pression que la pince jusque-là enserrée délicatement autour de sa gorge se fait de plus en plus faible… le plaisir absent de la peur laissant place aux affres du doute et des premiers mauvais présages.
 


Long silence pesant où les deux compères d’antan se fixent…
 


-Il est là c’est ça ?
- …
 
-Salut bande de moules. Ça roule ?
Que lui répond une sinistre voix aux accents amusés et emplis de menaces depuis les ténèbres d’un repli du bâtiment.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t154-fiche-de-toji
  • https://www.onepiece-requiem.net/t115-marine-toji-arashibourei


Niveau sélection naturelle, y a une règle qu’il est d’bon ton de connaitre et d’savoir mettre en pratique  en toutes occasions : Savoir montrer sa force sur plus faible que soit, et éviter que plus fort n’en fasse de même avec vous. Pas d’bol pour ce brave Skylla, y a des situations où l’flou laisse place à certaines certitudes qu’on aurait préféré voir de loin, avec des jumelles. Là en l’occurrence, on est dans l’genre de situation où les retournements vont aussi vite qu’une roue du karma lancée en pleine pente, au grès des apparitions spontanées de protagonistes visiblement fort coutumiers des lieux.

Me voilà donc qui sort tranquillement de l’ombre pour me dévoiler à mon tour à l’ensemble de l’assistance médusée, jubilant intérieurement des yeux exorbités et des mâchoires et/ou branchies pendantes. Dans tous les regards je peux voir le rembobinage de tout ce qui a pu être dit ou fait dans les minutes précédentes, avec bien sûr une sacrée dose de frissons en conclusion.
Merci Raskal, on peut dire que tu as su tenir ton rôle à la perfection. Alors comme ça on veut jouer les fiers ? On ne me craint pas ? On a son petit réseau à faire partager ? On veut m’buter ? MOI ? Pôv’ Skylla, n’importe quel agent secret du Cipher Pole te dira qu’il ne faut jamais dévoiler les détails de son plan à un adversaire, si proche de la victoire soit-on. Pas d’bol pour toi, t’as pas eu la chance de côtoyer un Red pendant quelques années. Moi si ; et pas que lui d’ailleurs.

Je marche alors dans la faible lumière provenant des quelques champignons luminescents réveillés, m’offrant alors la perspective de l’immense hall où le gang semble tenir ses réunions et où j’ai pu assister à quelques détails fort éducatif du caractère et des objectifs de mes concitoyens. Charmant accueil, vraiment. Mes pas font remonter lentement de fins tourbillons de vase en suspension, qui retombe alors en spirale grise en captant les rares traits de lumière des lieux… tandis qu’autour de moi c’est plus de cent paires d’yeux –pour ceux qui n’en ont que deux- qui m’observe depuis les replis des crevasses et parois abruptes où ils se terrent un peu plus à chaque seconde. Quelques visages seulement, vision fugitive quand mon œil valide les accroche… et Skylla alors à découvert, auprès d’un Raskal alors en pleine confiance.

Je me met lentement à tourner autour de lui en le contemplant sur toutes ses coutures, bien décider à entretenir le malaise aussi longtemps que possible et à en profiter au maximum. Chacun son tour petit poisson qui se croyait trop grand huhuhu ; pas d’bol pour toi Tetsuda n’est pas là… je ne crains personne.

-Skylla Skylla Skylla

Je laisse ce nom rouler dans ma bouche comme on gouterait un grand cru.

-Thunder F. … Je… ce n’est pas vraiment ce que…
-Skylla. Je n’ai entendu que du mal de toi.
-Ah ?...
-Je te laisse donc imaginer à quel point je suis ravi de te rencontrer huhuhu.
-Ah… Bon.
- Ouiiii. On me dit que tu es très fort. Craint, mesquin, cruel et totalement dépourvu du moindre sens de l’honneur.
-C’est-à-dire que…
-Toutes les qualités que je recherche chez mes partenaires.

Je continue du ton familier voir presque amical que certain sauront redouter, omettant par la même occasion le sujet de mon assassina en règle, comme si une telle chose était normale, vaine, futile. Laisser la chose en suspend sans faire la grâce d’en débarrasser Skylla du poids. On en reparlera doit il se dire. Un jour. Mais quand ? Huhuhu.

-Un… un partenaire ?
-Oui un partenaire. Du genre à bénéfices partagés bien entendu.
Notre cher ami commun Raskal t’en a bien aimablement dévoilé les grandes lignes…


Signe de tête complice –voir vasal- du Dandy à mon adresse.

… mais laisse-moi éclairer ta faible lanterne.

-Ah ?
-Oui, ne perdons pas notre temps en palabre et présentation et allons droit au but. VOUS SAVEZ TOUS QUI JE SUIS. Et moi je crois avoir su cerner qui vous êtes. Hors j’ai justement des ambitions qui laisseraient grande place à vos personnes.
-Des ambitions ?

Bien… le poisson est ferré. Chose d’autant plus facile que ce Skylla a largement l’intelligence de savoir qu’un faux pas mènerait au drame ; et qu’il vaut mieux écouter qu’agir bêtement sous la panique. Le type est visiblement prêt à tout, mais pas à faire l’idiot. Un complice de choix dont il va falloir se méfier donc.

-Ambitions du genre ?
-Du genre que je vous révélerai qu’une fois certains que certaines bases de collaborations sont assimilées.

Je recommence à marcher en long et en large, jouant de vaste mouvement de bras pour m’adresser sans effort à tout le gang dans son ensemble.



-Pour commencer, ce dont je vais vous entretenir arrivera avec ou sans vous. Ne reste à savoir uniquement quelle place vous déciderez d’occuper, et de vous y tenir. Car une fois engagés dans un choix, hors de question que je vous laisse vous en détourner ne serait-ce qu’une seconde. Réfléchissez donc bien…

L’ambiance monte encore d’un cran.

-Ensuite, Il va sans dire qu’à la suite de ma petite entreprise, personne ne connaitra la crise. Vous allez vite réaliser à quel point vous y avez grandement à gagner.
-C’est-à-dire ?
-Regardez-vous ! Perclus au milieu de ce quartier en ruine. Reclus par ces tritons qui n’ont de cesse de vouloir vous repousser et vous priver du confort et des joies de la cité. Depuis combien de temps êtes-vous ici, en marge de tout, attendant votre heure ?
-Euh, en fait
-TROP ! Trop pour la noble race dont vous faite tous partie et qui est aussi la MIENNE ! J’en ai presque envie de vomir tant cette injustice reste la pire à laquelle j’ai eu droit d’assister dans toute ma longue carrière. Et pourtant niveau saloperie j’en ai vu et faite. C’est pathétique ! […]

Regard en biais de Raskal que je capte du coin de l’œil tandis que l’assistance entière semble perdue dans la contemplation de ses lacets. Héhé, ne t’inquiète pas, si faire enfler la haine et gratter la croute des inégalités est un bon stimulant, je saurais y couper net en temps voulu. Mais pour le moment… j’ai besoin d’eux, de leur colère, de leurs plus sombres envies et secrets.

-[…] Fiers descendants d’Hodi et d’Arlong, obligés de se terrer dans les plus sombres et froids courants des mers, alors que eux jouissent depuis longtemps de la lumière et du confort d’un arbre TROP longtemps sous leur domination !

-C’est vrai ! Crie un premier homme pris dans le courant d’une voix autoritaire et ô combien démago.
-Trop longtemps ! Crie rapidement un deuxième.

Bravo Skylla, tu les as fait murir à point avant que j’arrive. Huhuhu, merci, c’est juste dommage que je te vole la vedette si proche du but. Tu penseras à remercier Raskal pour les précieux renseignements qu’il a su m’apporter avant depuis son exil. Là, je te vois regarder abasourdit la situation et tes hommes t’échapper si vite que ça doit te sembler irréel. Et tu ne fais rien pour le moment… ce qui est mieux pour toi, sage écrevisse que tu es.

-OUI trop longtemps ! Moi je vous offre une occasion unique de reprendre ce qui vous est dû depuis toujours ! De regagner la place dont les Hommes-poissons n’aurait jamais dû se voir spolier ! [...]
-OUAIS !
[...] Messieurs ! Je me propose de vous offrir la vie dont vous avez toujours rêvé !


Mon exclamation pleine de verve éclate alors et ricoche sur toutes les parois et dans tous les crânes, arrachant un à un mes auditeurs à la crainte légitime qui les acculait dans l’ombre. Une parcelle de ma fièvre vient ainsi d’être semée dans leurs yeux ; je la vois briller de plus en plus fort, dociles moutons des mers trop longtemps brimés et si ouverts aux discours du loup déguisé en berger ! Seul Skylla semble conserver sa tête froide, même si quelque part au fond de lui son instinct lui dicte de ne pas se mettre trop en avant alors que l’avalanche gronde.

-Mais… Comment ?
Je laisse un doigt glisser lentement sur la cicatrice qui scinde mon œil perdu.

D’accord, vous rêvez d’être légion
D’être digne de votre belle nation.
Mais bêtes comme vous êtes,
Faites attention.
Mousses et aillons n’font que Moussaillons.

Je viens exciter vos ambitions.
Même si ça implique d’en faire taire.
Nous parlons de roi, de succession
Vous êtes tous impliqués dans l'affaire !


Soyez prêts pour la chance de votre vie
Car enfin va venir le grand jour.
Vos ennuis sont finis
Vous sortez de la nuit.


Et qu'est-ce qu'on doit faire ?
M'écouter et vous taire.

Faites-moi confiance,
Votre récompense,
Vous l'aurez quand viendra ce beau jour
Quand la gloire jaillira sur mes faits,

Soyez prêeeeets !


Ouais soyons prêts, nous sommes tous prêts!
Pour quoi ?
Pour la mort du Roi.

Il est malade ?
Non, imbécile, nous allons le tuer
Et Hanbanama aussi...


Bonne idée !
On vivra sans roi !
Sans roi, sans roi lalalalalala
Crétins! Il y aura un roi !

Ho, mais vous disiez dit que...
JE serai le roi !

Suivez-moi, et vous n'aurez plus jamais froid !


Ouais youpi,
Longue vie au roi !
Longue vie au roi !
Longue vie au roi !

Quelle joie d'être bien.tôt les sujets,
De notre nouveau roi adoré
Bien sûr, en revanche j'ose espérer
Que vous exécut’rez mes ordres.
J'assure un futur plein de dorures
Puisque je suis roi des tueurs.
Par contre, sans moi, je vous l’assure
Vous crev’rez  de la pire des terreurs !

Soyez prêts pour le coup le plus génial
Soyez prêts pour le plus beau scandale !

Dale dale dale !...
Je dis com.pro.mi.ssion
Je dis con.spi.ra.tion
Je crie humi.lia.tion
Trois mots qui me feront, un roi

Incontesté
Respecté
Salué

Le seul tyran vivant
Qu'on acclame !


Clame clame clame !...
Votre roi vous invite aux méfaits
Soyez prêeeeeeeets !!


Notre roi nous invite aux méfaits
Soyons prêeeeeeets !!
MWOUAHAHAHAHAH !!


Dernière édition par Toji Arashibourei le Sam 18 Jan 2014 - 10:42, édité 1 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t154-fiche-de-toji
  • https://www.onepiece-requiem.net/t115-marine-toji-arashibourei

C’en est presque injuste. Franchement injuste pour tout dire.

Là, un simple chant… Et te voilà spolier de ton clan et de tes années de labeur. Et tu as beau regarder tout autour de toi en scrutant abasourdit tes hommes dans l’espoir d’un seul d’entre eux qui n’ai pas succombé au charme, en vain. Et pour tout dire toi aussi tu as failli y succomber. Toi aussi un moment tu t’es laissé porter par ses paroles enivrantes, ses élans exaltants, son allure théâtrale. Ouais au fond de toi tu l’a senti ce pouvoir qu’il a su placer en quelques minutes dans le cœur de tous tes hommes ; et pour ça tu te détestes. Mais plus encore, tu le détestes lui.
Tu la sens ainsi monter cette petite boule de rage tandis qu’autour de lui les acclamations pleuvent, témoignages de la crédulité de tes sbires dont tu as toi-même usé et abusé durant des années. Mais à ce point ? Si vite ? Et de façon si éhonté ?! Non jamais. Alors tu te surprends à te dire que c’est parce que tu mérites mieux, parce que tu as plus de respect pour tes hommes… mais c’est te mentir et tu le sais. Nan tu n’en avais pas le pouvoir tout simplement. Simple satellite frustré devant l’attraction d’une immense planète. Et ta haine n’en est que plus forte. Haine et peur évidemment. Tu l’aurais tuer sinon, si seulement cette certitude de nager à la mort n’était pas si forte.

Le voilà qui tourne sur lui-même les bras levés bien haut, saluant les vivats de son public conquis, véritable hymne à la démagogie et aux peurs abusées. Il jubile, il exulte… toi aussi tu aimerais connaître cette sensation, si forte, si facile d’apparence. Mais toi il t’a fallu des années d’acharnement et de lutte quotidienne. Là où lui n’a mis que quelques minutes de menaces couvées et de discours grandiloquent. Est-ce là le pouvoir de la peur ? D’une réputation à même de donnée des ailes aux fuyards et aux apatrides ?

Pourtant tu le savais au fond de toi que ce moment viendrait. Dès la nouvelle de son évasion tu t’étais préparé à cette possibilité. Conséquence logique d’une terre trop longtemps délaissée. Mais si facilement ? Pourtant il est là tel qu’on te l’a décrit, si imbu, si sûr de lui. Écrasant le monde sous ses grosses rangers comme un homme qui se croit partout chez lui tant il est assuré que le monde lui a déjà offert ce qu’il avait de pire. Sauf que le « partout » semble y croire lui aussi, pris de court devant cette débordante confiance en soi. Peut être as-tu trop cherché à t’adapter au monde alors qu’il aurait fallu forcer le monde à s’adapter à toi ? Mais c’est trop tard maintenant. Lui l‘a fait. Lui en avait le pouvoir. Et toi tu ne peux que contempler la chose. Et tu le jalouses. Jalouses cette facilité. Jalouses cette aura qu’il s’est forgé et qui aspire tout autour de lui aussi bien qu’un tourbillon marin. Jalouses cette force qui t’empêche de le chasser de chez TOI ! De chez lui…

Tu es trop faible Skylla voilà tout. Et dans l’implacable monde sous marin le plus fort prend au plus faible. Il lui prend tout et ne lui laisse rien.



-UN INSTANT.

Rien ; si ce n’est l’espoir que l’acharnement soit récompensé. Que soit remboursée la dette du sang et de la sueur.




La voix puissante du Wotan jusque là en retrait semble geler l’espace, coupant net l’exaltation de la scène tant on y sent tout le poids de la rancœur. Radish a toujours été là à tes côtés. Lui aussi a fait naître par son sang et ses efforts le renouveau du gang des hommes poissons. Ses sentiments –tu le sais- sont semblables aux tiens. Mais il n’a jamais eu ta retenue, ta précieuse réserve qui t’a tenu à l’écart des dangers et t’a ainsi donnée ta place.

Les ombres du décor se meuvent derrière un Toji qui se retourne avec lenteur. Puis, se détachant littéralement d’un pan de la caverne, le terrible géant des mers s’arrache à la roche et au limon où il avait élu domicile dans une cascade de rocs et de vase tourbillonnante. Un de ses bras est encore invisible, de même pour ses jambes toujours enfouies dans le fond… et pourtant l’être empli presque la moitié de la gargantuesque grotte. Chacun de ses yeux est plus grand qu’un homme… et tous deux sont braqués avec intensité sur l’homme poisson soudainement si petit en comparaison. Le voir bomber le torse et sourire face à ce spectacle en est presque ridicule, invraisemblable.

-HORS DE QUESTION QUE JE SUIVE UN INCONNU TOUT JUSTE DESCENDU DU MONDE DES HUMAINS.

TU N’AS RIEN A FAIRE ICI THUNDER F.

RETOURNE DANS TA NOUVELLE « FAMILLE ».



L’univers semble soudainement se refermer sur lui-même, tout concentré à attendre les conséquences de ces quelques mots pourtant si lourds de sens et de fiel. Le clan tout entier est lui-même suspendu aux secondes qui s’écoulent, partagé entre la honte de s’être laissé transporté et le plaisir de s’être laissé happé par cet élan.

-Huhuhu, Famille

Le renégat de la surface semble un instant jouer avec ce mot, perdu dans ses pensées… Puis son attention et son regard se reportent avec intensité sur le Wotan.

-Sinon quoi ?


Le point de non retour est franchi, tandis qu’un moment Radish te regarde en silence. Un simple mot de ta part le pousserait à l’attaque, où à la soumission. Car aussi fort et caractériel soit-il, tu es le chef des hommes-poissons. Il attend… Et toi tu restes muet.

Car si le fait de se faire voler ses rêves de conquête t’écorche l’âme, tu sais parfaitement que nulle partie n’est jouée tant que deux participants sont encore en lice. Et si la situation semble critique, il n’est pas encore dit que ton tour ne viendra pas. C’est pourquoi tu ne peux pas prendre le risque de tout miser sur un combat dont tu n’as pas idée de l’étendu de chaque Coq. Même en te joignant à lui il n’est pas dit que ce ne soit pas là votre dernier choix. Trop d’histoires à son sujet. Trop de primes capturées, d’ennemis brisés, d’îles rasées. Le risque est trop grand pour que tu te permettes de le prendre à ce stade là de la partie tout simplement. Trop grand et pourtant… Quelqu’un veut le prendre pour toi. Tester ses forces ? Espérer une victoire improbable mais néanmoins possible ? Tu ne veux pas te permettre d’acquiescer ; et pourtant tu n’arrives pas non plus à empêcher ce drame. Car au fond de toi tu espères.

Radish l’a bien compris, et Thunder F. ne sera pas dupe du symbole. Qu’il gagne et il saura qu’il a posé sa force au grand jour et que tu en auras alors pleinement conscience. Qu’il perde et…



-MEURT !

Projetant avec force Croque-les-os contre un pan de la grotte, Radish abat ensuite violemment sa main ouverte en direction du sol ! La paume s’écrase alors avec la force d’un météore contre le fond sablonneux, projetant de toutes parts un immense nuage de vase dont les vortex s’échappent en longues spirales dans les airs, avant de se laisser emporter par les remous violents de l’attaque. Tu as déjà vu une telle attaque broyer l’échine d’un monstre marin de plus de deux-cents mètres.
Cents apnées toutes aussi conscientes de ce fait attendent que la visibilité reprenne ses droits… Avant de contempler médusées l’homme poisson toujours bien droit, retenant non sans une certaine pointe d’autosatisfaction le poids colossal du titanesque membre d’une seule main levée. « Océan’s steamroller » pourront entendre dans un murmure les spectateurs les plus proches.

-Trop faible.
Pourront entendre tous les autres.

-RAAAAH !

Le monde explose sous l’ancien marine tandis que l’autre main du wotan jaillit littéralement du sol sous ses pieds, l’emportant dans les airs sans pour autant que l’autre main ne cesse de l’écraser ! Volcan de vase et force brute, les deux mains du géant s’immobilisent à quelques mètres du sol tandis que tous ses muscles se bandent afin de concasser leur victime. Le moindre des muscles de son visage couvert d’algue et de coquillage reflète la lutte à mort et l’effort… Et une voix qui traverse ses mains et son amour propre avec la même aisance.

-Trop faible !

Tu ne peux alors t’empêcher de prudemment te reculer de la scène de quelques pas, vite imité par l’ensemble du clan toujours spectateur. Car si Thunder F. ne semble pas avoir usurpé ses réputations de force de la nature et d’horripilant vaniteux, tous ici savent que la force du wotan n’en est qu’à ses prémices.

-SI MA MERE ETAIT UNE GEANTE, C’EST SURTOUT DE MON PERE QUE JE TIRE MA PUISSANCE. CELLE DES REQUINS-MARTEAUX.

DES REQUINS-MARTEAUX-PIQUEURS !!



L’eau semble alors prise de folie, tourbillonnant dans tous les sens tandis que muent par d’ancestraux réflexes les muscles du Wotan se mettent à vibrer à une cadence infernale, transformant une simple poigne en un broyeur infernal ! Propagées par l’eau, les ondes se mettent ainsi à balayer l’ensemble de la pièce avec une force pourtant extrêmement amoindrie, mais néanmoins suffisante pour arracher des pans entiers de roche sous leurs  attaques. La grotte elle-même subie les affres de la plus redoutable technique du Wotan. Car en terme de puissance brute, rien ni personne ne peux tenir. Thunder F ; s’est laissé volontiers prendre au piège, pour son plus grand malheur.  Ainsi finissent tous ceux qui osent sous-estimer le gang des Hommes-p…

-Trop…

Les deux mains du wotan s’écartent lentement à contre cœur, laissant entrapercevoir la silhouette arque-boutée du renégat lui aussi en plein effort ! Ses propres muscles semblent bandées tels d’immenses pistons, déployant au grand jour une force que tous pensaient déjà à ses limites. Poussé à abattre sa meilleure carte, Radish ne peut alors que redoubler d’effort ; déployant à son tour toute sa volonté et sa puissance. L’eau semble littéralement bouillir autour des deux combattant, victime et complice d’un tel déferlement. Tu entends d’ici les muscles hurler, les vaisseaux se déchirer un à un sous la contrainte, les os crisser… D’énormes veines saillent de parts et d’autres des bras du Wotan, tandis qu’un long filet de sang tapisse le nez de son adversaire. Un instant tu sens l’ancien marine prêt à céder, à abdiquer devant tant de force… Puis dans sa prunelle une étincelle. Étoile noire brillante dans les abysses.

-… FAIBLE !

Alors l’équilibre fragile vole en éclat ; et c’est les deux mains du Wotan qui sont violemment rejetées en arrière sous la poussée de Thunder F. ! Paralysé par ce constat et momentanément déséquilibré, Radish ne peut –tout comme toi- qu’assister impuissant à la disparition de son adversaire, qui réapparaît alors instantanément au niveau de sa tempe avant de le foudroyer en un éclair d’un crochet ravageur ! L’onde du coup elle-même suffit presque à te renverser toi et tous les tiens !



Emporté par le choc, le géant s’écrase de tout son long dans une explosion de vase, occultant l’ensemble de l’espace et de tes espoirs.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t154-fiche-de-toji
  • https://www.onepiece-requiem.net/t115-marine-toji-arashibourei

La messe est dite ; et le sabbat noir sera en avance.

Car si tu nourrissais encore l’espoir de pouvoir te défendre corps et âme à la poigne du renégat, cet espoir s’est éteint alors même que ton plus fidèle lieutenant et force de frappe succombait. Et tu ne peux te décider entre l’horrible constat de puissance dont il vient de te faire part et la colère presque viscérale qui te saisit tandis qu’il te nargue d’un œil amusé. « Tu as vu ? » semble il te dire ; « je peux faire ça et encore bien pire ».

La main du Wotan s’élève péniblement, accrochant tous les regards. Compassion et peur de subir le même sort se partagent l’espace en chacun d’entre vous, vous poussant à l’immobilisme.

-EN…FOIRE

-Tss tss, reste poli veux tu.

L’homme poisson semble s’amuser de la main pourtant plus grande que lui et qui se rapproche lentement, se refusant à abandonner la lutte avec un acharnement auquel seulement l’affront de la raillerie répondra. La main tremble, lutte, s’efforce… avant que d’une violente traction Thunder F ne s’en saisisse avec la vitesse de l’éclair, tordant violemment le pouce en arrière tout en grimpant d’un bond sur le dos du Wotan affaissé. Un pouce de la taille d’une colonne que l’homme poisson ne maîtrisera pourtant que d’une seule main.

-Un geste, un seul ; et je te disloque le bras.

Plus de 35 articulations éclatant d’un seul coup. C’est c’que tu veux ? Hum ? Vas-y dis le… Hum ?




Rictus de douleur et de frustration, tu sens une boule de haine naître dans la gorge de ton lieutenant, vite refoulée par la peur qui devient maître.

Thunder F. te regarde, toi et tous les tiens, toujours immobiles, suspendus à ses gestes comme hypnotisées… Avant de dégainer lentement la lame d’une courte dague. Une main tenant toujours Radish en respect, l’autre amenant le fil de la lame à ses lèvres… Tu peux alors voir une fine étincelle crépiter sur la pointe. Puis, sans prévenir et avec une précision mortelle, Thunder F. projette la lame d’un vif revers de main directement dans le dos de sa victime. L’arme couverte de Haki traverse la chaire et l’os avec une désarmante facilité, se logeant sans mal directement dans la colonne du Wotan, lovée entre deux vertèbres. Pour un Etre de la carrure de Radish, une piqûre de guêpe tout au plus… le Wotan a tout juste sourcillé. Et pourtant… ce sentiment terrible tandis que Thunder F. s’exprime à nouveau à toi et aux tiens.

-Messieurs !

Je vais m’efforcer d’être clair afin que nul ne soit besoin que je me répète.
Je mettrai un point d’honneur à ce que tous ceux qui désirent me suivre le fassent de leur plein grès. Je suis là pour vous apporter liberté et prospérité, soyez en assuré.

Cependant. Sachez que vous ne sauriez ne pas être avec moi, sans être CONTRE moi.
Et sachez aussi, que nul ici ne saurait être contre moi bien longtemps.



Et comme pour appuyer ses propos, le tyran en devenir claque théâtralement des doigts, projetant alors par la même occasion une de ses terribles « décharges électriques » qui aura alors tôt fait de suivre le chemin de la « signature électrique » laissée peu avant sur la pointe de sa lame. Les 500 volts courent alors dans l’eau avant de plonger précipitamment dans le dos du Wotan toujours immobilisé, se déversant telle une invasion barbare en ville conquise dans sa moelle épinière ! Ce qui à fleur de peau n’aurait alors fait que chatouillée les écaille du géant se transforme en la pire des souffrances, saturant tout son système nerveux central alors sans défense. La douleur n’est qu’information électrique, et aujourd’hui Toji s’est fait douleur.


-AAAAAAAAAAAAAAAAAARH !!!!



Maintenu au sol d’une poigne d’acier, Radish hurle à la mort, le visage déformée par une souffrance aux limites de l’humaine. Tous s’écartent brusquement de se spectacle, sans pour autant oser émettre le moindre signe de contestation, tenu en respect par le regard impérieux d’un Thunder F. implacable. Toi-même tu en restes un moment abasourdis, pourtant au combien habitué que tu es à la cruauté et à la souffrance. Tu aimerais nager au secours de ton ancien sbire, broyer celui qui ose venir te dicter sa loi. Et pourtant tu sais qu’à l’instant où tu commettrais cette effroyable bêtise tu prendrais aussitôt sa place. Il n’attend que ça… que tu bouges... Tu peux le voir dans son œil pétillant de vice.

Alors, tu te résous. Sans mal, ce qui te vaudrait pas mal de remords si encore tu savais à quoi ça pouvait servir. Car si aujourd’hui tu n’es pas en position de force, rien ne dit que demain sera de même. Là est peut être ta chance. Cette possibilité inespérée que tu attendais depuis si longtemps et qui te permettra d’échapper à ta condition et e dévorer enfin le pouvoir à pleine dent. Tu l’as attendu trop longtemps cette foutue chance pour cracher dessus pour quelques états d’âme qui ne t’ont jusque là jamais étouffé. Et si du pouvoir tu ne peux qu’obtenir que la deuxième place, cela sera toujours mieux que rien. Pas après pas… tu vas continuer à avancer. Placer tes pions… Et un jour… un jour il sera toujours temps de lui faire payer le prix de son audace. Mais à devoir miser, autant le faire sur le bon dauphin.




C’est pourquoi tu restes là, immobile et imperturbable, ordonnant par ton silence à tes hommes l’obéissance. Le visage de marbre, la pince immobile, toi et les tiens regardez  donc Radish se convulser dans de terribles crises de soubresauts, l’écume aux lèvres et les yeux injectés de sang. Puis finalement, à la suite d’un dernier râle, le cœur et le cerveau du colosse des mers abdiquent… Son corps s’immobilise… définitivement.



Le silence reprend ses droits… brisé à son tour comme tant d’autres choses par une voix dure.

-D’autres objections ?


[…]


Non, pas d’autres objections. En tous cas pas du genre à dire au grand jour. Non les objections de la nuit sont tiennes, celles qu’on murmure tard le soir à ses plus sombres côtés. Celles qu’on n’avouera à la lumière que lorsque cette même lumière sera trop pâle pour y survivre. A ce moment là oui tu en auras des objections à dire. Mais pour le moment…

Pour le moment il est seulement temps de s’assurer sécurité et belle part. De montrer patte blanche au  loup noir, afin qu’un jour le piège se claque sous sa patte alors même que la laine tombera.
Car si Thunder F. veut te déposséder de ta domination, ce n’est pas pour autant que les avantages se font plus rares. Qui prendra les risques dorénavant ? Qui devra arracher la victoire à la force de ses ongles ? Et qui ne les aura que d’autant plus court le moment venu ? Lui. Toi, rusé et sournois petite écrevisse tu sauras rester dans son ombre, rémora profiteuse et arriviste.

Et comme il n’est pas pour autant question que tu restes en arrière aux yeux de tes propres hommes à défauts des risques, tu te décides enfin à agir, à remonter sur le devant de la scène. En quelques pas mesurés sur te rapproches de Thunder F., rentrant à ton tour dans le puit de lumière des champignons phosphorescents… Tous tes hommes se raccrochent alors à ton image, et attendent tes paroles. Tu te dois d’en garder le contrôle, de ne pas être totalement supplanté... afin que le moment venu.

Montrer patte blanche.

Miser sur le bon dauphin.

Ou requin…


Alors, d’une voix où les mêmes airs de démagogie fiévreuse apparaissent tu t’adresses aux tiens, signant en leur nom le pacte. Un pacte de sang. De complot. De rancune et d’orgueil. Un pacte de trahison et de pouvoir. Un pacte comme tu les aimes en fin de compte.

Oui… finalement ce n’est peut être pas une si mauvaise chose que ce Thunder F. soit venu. Signe du destin…

-Pas la moindre Thunder F.


-Huhuhu.


Vos sourires se répondent et s’interrogent. Vous vous êtes trouvé. Mais est-ce là une si bonne chose ? Peut être. Sûrement.

-Chef…

La voix implorante d’un Croque les os à moitié brisé vous arrache à  votre conversation muette. Tu le vois alors nager péniblement vers toi avant de se poser à tes pieds dans le sable… Bien qu’éprouvé par la violence du Wotan, tu peux voir sur son visage toute l’inquiétude d’un lieutenant qui te voit dériver lentement en eaux troubles. Mais petite sardine, ne sais tu pas que nous autres hommes-poissons excellons à ce jeu là ?

Marchant sur les traces du renégat, nageant servilement dans son sillon, surfant sur la vague de l’euphorie qu’il entraîne ; tu chantes à ton tour.

MUSIQUE

Chut mon brave petit
Tu dois certainement être exténué
Dors mon gentil Croqu’
Rêve envole-toi
Quand tu réveilleras, il sera le roi !

...

On m'a chassé, persécuté, abandonné sans défense
Quand je pense à ce qu’on m'a fait, j'ai quelques impatiences.
Mais je caresse un si beau rêve que mon coeur n'est pas trop lourd,
Songeant que leur règne s'achève,
Je fais nageoire de velours.
Le roi qui se meurt dans la nuit !
Ses filles qui pleurent entre nos pinces !
Leurs derniers soupirs dans le noir
C'est mon chant d'espoir !

Pourtant j'ai tenté d'oublier.
J'aurai pu leur pardonner.
Mais l'ennui, je sais c'est petit, je ne supporte pas qu'ils vivent !

Alors c'est Toji qu’on choisit pour chasser le roi d'ici !

La bataille sera sans pitié
Mais ce travail là me plait.
La mélodie des grognements !
Le contre-point des hurlements !
La symphonie du grand départ
C'est mon champ d'espoir.

Hodi s'en va mais Skylla est bien là,
Pour arracher ce p'tit coeur,
Jusqu'à lui amener un tueur,
Qu’on prenne goût à l'horreur !


Quand tu te réveilleras,
Il sera le nouveau roi !

Écoute les tambours de guerre !
Les hurlements de Skylla !

La soif de vengeance !




Je vois notre étendard dans un ciel de cauchemar,
Rougis par ma victoire !
C'est mon chant d'espoir !
  • https://www.onepiece-requiem.net/t154-fiche-de-toji
  • https://www.onepiece-requiem.net/t115-marine-toji-arashibourei
-Ta victoire ?

-Hum ! Notre victoire…

-Je préfère ça huhuhu.



Merci mon brave Skylla, ton dévouement me va droit au cœur. Sincère à n’en pas douter héhé. Mais rassures toi, si je n’suis pas dupe de tes airs couvés ce n’est pas pour me déplaire. Bien au contraire, je te préfère sur les dents et prêt à mordre qu’abattu. J’ai besoin d’hommes forts, d’alliés puissants et prêts à tout. Même si ça implique que le « prêt à tout » puisse être de m’faire bailler la jugulaire.
Après tout, c’est déjà plus qu’espérer de te voir te rallier à moi si facilement. Je pensais devoir user plus de force, plus de menace… devoir te briser toi, quitte à devoir ensuite mener tes hommes au fouet plutôt qu’à la verve. Je préfère que la passation se fasse en douceur. Que tu m’aides à leur flatter l’écaille. Et si ça implique de devoir décaler ton trépas à plus tard, huhuhu, on verra bien. Oh oui car tôt ou tard l’un de nous mourra, j’en suis persuadé. Ça serait naïf de croire que tu es du genre à te laisser distancer sans grincer des dents. Un jour ton utilité sera moindre que ta menace… Et ce jour là tu sauras vraiment pourquoi l’on se doit de me craindre.

Entre temps…


D’un revers de la main je dissipe le filet de sang qui s’écoulait encore de mon visage, tout concentré à paraître imperturbable malgré l’effort inhumain que m’a demandé l’autre géant aux idées droites. Foutus Wotan, eux et leur force. Pour un peu j’aurais pu y laisser des écailles. Risque quelque peu sous-estimé mais au combien nécessaire pour que soit gravés dans le sédiment certains messages. Heureusement que sous l’eau la transpiration reste invisible, vite avalée par cette eau à laquelle je retrouve goût jour après jour. Mon costume SW « navigateur » parfaitement préparé pour l’occasion m’assurera prestance et image dont tout démago’ de talent se doit de prendre soin.



Je m’avance donc vers Skylla, débordant comme à l’accoutumé d’une assurance presque agressive ; avant de poser une main « fraternelle » sur son épaule tout en occultant d’une jambe Croque-les-Os et ses indésirables présages.

-Et… c’est quoi ton plan ?...
-Mon plan ? Je vais te l’expliquer plus en détail.
Viens, offre moi à boire qu’on puisse discuter tranquillement.

-Ok. Suis moi, on doit avoir encore quelques bouteille de*/… Hum ? Quoi ?

Un coup d’œil intrigué à ce qui a coupé mon interlocuteur en pleine phrase ; et j’aperçois alors tout dans le creux de son oreille un minuscule poisson, chuchotant ce qui visiblement fait naître une lueur de crainte dans la prunelle de l’homme-écrevisse. Puis, au fur et à mesure que le petit poisson messager colporte son rapport, Skylla porte son regard sur moi, avant de refouler avec peine un sourire de mauvais augure. Quelle mauvaise surprise me prépares tu comme accueil vieille salop’rie ? Tu peux pas t’empêcher de me faire une dernière crasse avant d’abdiquer c’est ça hein ? Un dernier geste pour pouvoir te dire au fond d’toi que t’as lutté et que tu n’t’es pas laissé faire sans réagir ?


-Hum, Thunder F.
-Quoi ?
-Bien qu’étant le chef du Clan des hommes poissons, je ne peux me permettre de prendre la décision de te suivre sans l’accord absolue de tous. Tu es bien d’accord avec ça ?
-Mouaiiiiis ?...
-Hors, un de nos clans n’est actuellement pas présent. Je ne peux donc pas me prononcer sans son accord préalable. Une simple formalité symbolique à n’en pas douter.
-Mouaiiiiis ?...
-Mais là où est notre chance, c’est que je viens d’apprendre qu’ils vont arriver d’une minute à l’autre. Tu pourras leur parler de tout ça directement et voir ainsi leur avis.
-Mouaiiiiis… C’est quoi ce clan ?

Silence de mauvais augure où tu vois Skylla savourer à l’avance les secondes qui vont suivre…

-Le clan des Trois rivières souterraines.



Un frisson incontrôlable parcourt l’ensemble de l’assistance tandis que le sourire de Skylla s’élargit seconde après seconde alors qu’il dévisage mon incompréhension…




…et moi je me dis que tout ça risque de ne pas être si simple finalement.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t154-fiche-de-toji
  • https://www.onepiece-requiem.net/t115-marine-toji-arashibourei