AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


Minuit à fond la caisse

Doppio
Doppio
Le Bourbier

♦ Localisation : Dead End
♦ Équipage : Fun Club

Feuille de personnage
Dorikis: 7437
Popularité: 443
Intégrité: -270

Jeu 24 Avr 2014 - 15:52

Les perm', c'est bien. Surtout quand on a des amis, une famille à retrouver. C'est pas mon cas, mais j'fais bien avec. J'me trouve des choses à faire. J'me force à trouver de belles îles, j'me force à chercher l'aventure, les frissons, j'me lance à la recherche de plus beaux paysages à la surface, j'mène une vie d'ermite nomade. J'dors, au choix, sous l'a couverture d'hôtels minables, ou sous celle des étoiles. Et j'aime ça. Me donne l'illusion d'être libre, me permet de souffler quelques instants et de reprendre le contrôle d'ma vie. L'frangin, embrigadé chez les révos, doit suivre le même mode de vie, mais à temps plein. J'l'envie, quand j'y repense, j'le jalouse même, tout en l'admirant toujours autant. J'suppose, j'espère qu'il a trouvé sa place.

Aujourd'hui, j'découvre Saint-Urea, ses beaux quartiers, pour être précis. La fange m'intéresse pas. Me balade, au hasard des rues, des boutiques, des bars. Sans uniforme. J'suis qu'un homme-poisson sans autorité, du coup, complètement vulnérable au mépris et à la peur des autochtones. Mais c'est la vie, c'est la vie, c'est la vie. Surtout dans un coin aussi fréquenté par la fine fleur du monde. La noblesse. Un homme-requin débraillé qui sent la mer, fringué comme un clodo, lézardant sur sa terrasse une citronnade à la main, la tête en arrière, fixant seulement le ciel presque noir au-dessus de lui. Ça mécontente les grands messieurs. Peu importe, j'suis juste de passage. J'vous incommoderai juste quelques jours avant d'repartir vers des horizons plus amicaux.

Dites... Je crois que vous faites fuir les clients...
Hmm ? J'ai rien fais.
Effectivement, mais...
Ça va, j'comprends. J'm'en vais.

Rien n'pourra ébrécher ma bonne humeur, ce soir. Pas même ça. J'me lève, j'règle l'addition, j'complète avec un pourboire. Voyant les pièces superflues s'accumuler dans sa paume, le gérant m'lâche un merci, puis un désolé. C'est pas grave. Rien n'est grave... L'été 1624. Trois semaines d'errance. Trois semaines de vie.
J'décolle, je m'engage dans les p'tites ruelles piétonnes. Celles où il fait encore plus frais, celles où ça bouge moins. Rien n'est grave, rien n'pourra attaquer ma bonne humeur. Pas fatigué pour un sous, j'ai l'impression d'avoir la nuit qui m'tend les bras. J'trouverai bien un p'tit cabaret nocturne, ou bien un casino qui capte pas la race de ses clients, ou un parc peinard où méditer. Ouaiiiis, tout est impec'. J'suis l'seigneur de la nuit. Pour une fois, j'maîtrise. J'me sens le boss. J'me sens...

AAArrrg...

J'me sens inquiet. Un râle. J'me dirige vers le son. Il continue, mais semble aller pour s'éteindre. De ruelles en ruelles, j'appréhende. Puis, un mec tanné, couché au milieu, du sang qui s'échappe du bide pour recolorer les pavés froids. Putain. Enculé. Dans quoi j'vais m'embarquer ? Merde. Merde.

J'parviens pas. Incapable de jouer l'indifférence et le sang-froid. J'me précipite sur le blessé. J'passe la main sous sa tête, que j'relève un peu, pour qu'il puisse voir mon visage de face sans faire d'efforts. Que ça l'motive à tenir bon. Qu'il ait pas envie que la dernière chose qu'il voit avant de sombrer, c'est la face d'un homme-requin aux dents pourries et aux yeux cernés, que ça le motive à s'accrocher aux souvenirs des images qu'il kiffe vraiment.

Restez avec moi ! Restez avec moi !

... Pas de réponses. Moi, seul, une hémorragie massive sur les bras, du sang plein les mains et sur le torse, et une vue imprenable sur le bide ouvert du pauvre gars. Mauvaise augure. Marre. Marre d'être précédé par la faucheuse. Qui m'place tout le malheur et l'absurdité du monde sous les pas, et que j'me retrouve comme le p'tit poucet qui peut plus que constater la casse et ramasser les morceaux. Ma merveilleuse journée va devenir un cauchemar. C'est pas ça que j'entendais par "recherche de l'aventure". MERDE.

Le mec est toujours vivant, mais répond pas. Il me mate. Semble parcourir frénétiquement c'qu'il aperçoit de moi des yeux. La bouche ouverte. Ça ruisselle de rouge aussi, par là. Et par ses narines, aussi. Non, j'peux rien faire. Il va m'narguer, en m'crevant dans les bras, en me faisant subir le poids d'mon impuissance et de ma FOUTUE MALCHANCE. J'ai d'sales idées qui germent en moi. Un réflexe bien vicieux qui décide de s'enclencher.

J'soulève le corps, j'fuis. Comme si c'était moi qui l'avait buté, ouais. J'sais que si on me surprends ici et comme ça, j'vais finir derrière les barreaux ou pire, dans l'aquarium d'un noble. Parce que j'ai le profil du tueur. Parce que j'ai déjà connu l'injustice et la haine. Parce que j'fais pas confiance à ceux qui devraient être mes camarades. J'me sens palpiter, j'réfléchis à cent à l'heure. Demi-tour sur moi-même et j'aperçois une ouverture au fond de la rue. Plus le temps d'hésiter. J'sais très bien que j'serai le bouc-émissaire tout trouvé si on m'surprend avec mon mort. Trop brutal, trop sale, hargneux, c'est un meurtre lâche, sans panache, qu'a quelque chose de gratos, comme tout ces carnages qu'on attribue à ma race. Alors, merde. J'ai pas à m'en vouloir de chercher à cacher l'forfait avant de m'occuper d'ce pauvre type. C'est leur faute. C'est juste de la prudence, j'tiens pas à m'faire pendre pour quelque chose que j'ai pas fais. J'ai l'droit de penser un peu à moi, hein ? L'est en train d'agoniser dans mes bras, et... j'le promène. J'le déplace. Encore un qui va m'échapper.

Désolé...

Désolé, p'tain, ouais. J'fais passer mon cul avant le tien, gars. Comprends-moi, merde. C'est leur faute. Personne me connaît, mais personne m'aime. C'est tout le lot d'un homme-poisson qu'a cumulé les mauvais choix de vie, qui trouve pas sa place, ni parmi les siens, ni parmi les marins. Peuh, de toute façon... Faut bien que j'me l'avoue. Ce gros trou dans le bide, cette sauce qui s'répand partout sur moi, ses yeux qui s'éteignent peu à peu... L'est foutu. Fini. La volonté fait pas les miracles.

J'le pose sur les pavés, immaculés, mais plus pour longtemps. On est dans une allée sombre, qui mène apparemment vers une cour intérieure. C'est calme. Trop calme. J'le sens mal. De gros courants d'air accompagnés de lents sifflements qui me donnent la sensation que mon blessé me caresse une dernière fois la nuque avant de décoller vers un monde meilleur. L'idée me hérisse les poils, mais j'me reprends, en essayant d'me libérer de son regard désespéré et hypnotique, effrayant et hypnotique. J'continue mon point d'compression, tout en surveillant son pouls, sans y croire. Et à raison, car deux secondes plus tard, j'sens plus rien. M'retrouve face à un mort, qui m'a aspergé de sa sale pisse rouge et qui m'a imprimé l'esprit de sa merde noire.
...
J'fais quoi, maintenant... J'devrais aller chercher des secours, mais... J'ai peur. J'ai pas su bien réagir parce que j'avais la trouille, ouais. C'est d'leur faute. Ils m'ont rendu parano et égoïste. Retour de flamme. C'est leur faute...

J'me lève. Crispé. Un peu tremblant, même, j'crois. M'frotte les yeux. Déconnecte ma cervelle pour plus perdre mon temps à penser. Recule de quelques pas, m'apprête à filer et laisser le mort en plan. J'entends des pas derrière moi, j'me retourne d'un coup.

Une gamine. La nuit va être longue. 'Chier.


http://www.onepiece-requiem.net/t10413-fiche-de-craig
Kurumu Miyazawa
Kurumu Miyazawa


Feuille de personnage
Dorikis: 3011
Popularité: -193
Intégrité: -158

Dim 27 Avr 2014 - 20:26

Été de l'année mille six cent vingt quatre, il pleut, et je me fais chier. Comme d'habitude quoi. Mes amies sont pas là, comme d'habitude. Mon père n'est pas là, comme d'habitude. Ma mère me saoul... pour changer... Et à côté de moi, j'ai un prof particulier de biologie... L'étude des cailloux, et des champs magnétiques des îles et compagnie... Sérieusement, je m'en fiche pas mal. Enseigne moi de la vrai bio connasse. Genre quelque chose en rapport avec le corps humain par exemple. Je veux pas devenir une géologue, et m'aventurer dans des volcans pour ramener de vulgaires roches... Et voilà qu'elle me sort des cailloux de son sac pour me montrer la différence entre la pierre A et la B. Mais je la vois bien pauvre femme, l'une est rosée et l'autre est noire. Tu veux quoi de plus ?
-"Kurumu tu m'écoutes au moins ?" demanda l'enseignante.
-"Ouais ouais, vous pouvez continuer. Mais vous pouvez aussi partir."
Elle regarda l'heure, puis reprit :
-"Il est dix neuf heures trente, il commence à se faire tard, vous croyez pas ?"répondit elle en écrivant son début de soirée avec l'autre dans son journal intime.
-"J'ai cours avec toi jusqu'à vingt heure heures. Donc on va aller jusqu'au bout. D'accord Kurumu ?"
-"Mouais..."

Son enseignante était plutôt sympathique, mais surtout jeune, au moins la vingtaine maximum. De long cheveux bruns, un rouge à lèvre pétillant, une belle paire de bouées, et un corps qui ferait rêver un bon nombre de jeunes. Kurumu se leva et se changea. Jean noir, et débardeur bleu foncé et un foulard orange autour du cou. Puisque c'était une fille, cela ne la dérangeait pas plus que ça.  Hitomi, prénom du prof particulier, demanda à Kurumu un tant soit peu d'attention pour les vingt cinq minutes restantes. Seulement l'ado n'en pouvait plus. Ça faisait bien une heure et demi qu'elle était assise à l'écouter déblatérer ses conneries sur les cailloux et compagnie. Quand elle entendit sa mère monter les escaliers, elle se rassit rapidement, afin de lui montrer que le cours était intéressant mais surtout que la prof était géniale. Voyant que ça se passait bien, la maman de la fillette offrit des biscuits et du café à l'enseignante pendant que Kurumu prenait des notes sur les deux cailloux, comme la couleur, leur localisation et bien d'autres. Quand elle partit, Kurumu lui dit :
-"Euh... Le fait que je n'ai pas vraiment tout écouté et tout le reste doit rester entre nous."
-"Et pourquoi ? C'est mon devoir de prévénir ta mère. Après tout elle paie assez chère les heures pour que tu n'en fasses qu'à ta tête."

Elle se leva, ouvrit son placard et prit son porte-monnaie afin de lui tendre des billets.
-"Tenez, prenez les, et on oublie tout."
-"Tu essaies de me corrompre ? Je refuse."
-"Attendez. Vous êtes jeune, et vous vous prenez pour Crésus. Avec ça, vous pouvez vous taper aux moins une dizaine de fêtes. Réfléchissez quelques secondes au moins."
-"C'est tout réfléchit Kurumu. Moi aussi je suis passée par là, mais moi, je ne corrompais pas mes enseignants. Il doit y avoir une raison n'est ce pas ? Et je veux la savoir"
-"J'ai une soirée sur Saint Uréa, et si je ne commetais pas d'impair, je pouvais y aller."
-"Tout s'explique. Mais bon, ta tentative était moyennement bien amenée. Si à notre prochain rendez vous, tu écoutes ce que je te dis, alors, je ne dirais rien. Tu me le promets ?"
-"Ouais. C'est promis. Vous pouvez les garder les billets si vous le voulez. Bon c'est l'heure, ya mon bateau qui m'attend. Au revoir."

La petite sortit de sa chambre en trombe, courut dans les escaliers.
-"Maman, c'est bon, ça c'est bien passé et tout. Bon j'y vais. Je sais pas quand je rentrerais. Bisou. Bye."
Puis elle s'en alla en mettant un mettant un K-way et en prenant un parapluie.
*Putain, il pleut encore. Sérieusement, c'est quoi ce temps dégueulasse ?*

La gamine se rendit au quai d'un air las et dépité. Mais elle espérait que sur Saint Uréa, il fasse bon, sans nuages et sans pluie. Elle n'avait pas envie de faire mauvaise impression et d'arriver toute trempée, d'autant plus qu'elle n'avait pas pris d'affaires de rechange. Son navire était encore amaré, et cela la rassurait, au moins sa soirée n'allait pas être annulée car le marin avait la flemmardise de sortir son bateau ou alors qu'il avait peur de la pluie. Kurumu lui tendit les billets et monta à bord. Sur le petit navire, il y avait quelques jeunes qui devaient surement se rendre à Saint Uréa. Mais dans le doute, la môme leur demanda. Il était hors de question que le marin fasse des détours. Finalement, ils se rendaient bien sur la même île, ce qui soulagea la gamine.

Le trajet durait une éternité. Entre les deux tourtereaux qui n'arrêtaient pas de s'embrasser, le vieux qui faisait sa lecture aux poissons à haute voix, et le groupe de jeune en train de fumer leur clopes et leur drogues, la jeune fille n'en pouvait plus. Il faisait nuit. Elle regarda sa montre : vingt heures trente. Elle poussa un long soupir. La soirée commençait dans une demi-heure. En plus de cela, Kurumu allait devoir tourner en rond dans St-Uréa pour trouver le lieu de sa soirée, d'autant plus, que dans la précipitation, elle n'avait pas prit l'invitation, et donc elle ne se rappelait pas de l'adresse.

Finalement, ils arrivèrent à bon port. Pas de chance pour la petite puisqu'il pleuvait encore, mais moins que sur Ptyx. La môme eut une pensée pour sa prof et espérait qu'elle tienne parole. Si elle ne l'avait pas fait, alors à son retour, sa mère allait la priver de sortie pendant deux semaines au minimum, et donc, cette décision allait engendrer disputes et fugues. Et pour bien embêter la gamine, il fallait que St-Uréa soit composée uniquement de maisons et de bâtiments. Un labyrinthe parmi tant d'autres. La nuit était tombée depuis quelques temps déjà, mais l'île était assez peuplée, et surtout, les rues principales éclairées. Ça faisait plaisir de voir que la pluie ne faisait pas peur aux habitants, et sortaient même si c'était pour aller au bar du coin. Mais il y avait aussi de nombreux sans abris, comme dans tous les royaumes.
*Bon c'est où que je dois aller. C'était quoi l'adresse ? 88 avenue, non rue... Ou boulevard de truc moche Levyator, ou alors PingoLéonBlum. Puis merde, j'ai qu'à demander à une personne mon chemin... Mais si j'ai pas la rue, alors c'est foutu. Tain, tout ça à cause de cette prof. Elle m'aurait laissé le temps de me préparer, j'aurais tout...*

Elle marcha à la recherche d'un quelconque bruit de fête. Seulement rien.Y'avait du bruit, mais c'était des bagarres de chats de rue, ou encore entre deux poivrots pour savoir qui allait prendre le billet qui traînait par terre. Kurumu tourna la tête de partout et se dit que qu'elle avait plus de chance de trouver des maisons éclairées si elle allait dans un endroit sombre, c'est à dire les petites ruelles, où il ne fallait pas être seuls mais surtout armée. Vingt et une heures vingt. Toujours rien. En prime, elle s'était plus ou moins paumée. La môme passa devant un énième bar, puis se décida à prendre quelques ruelles obscures.

La petite avançait d'un pas hésitant. Elle pouvait tomber sur tout et n'importe quoi. A chacun de ses pas, la môme regardait à gauche et à droite. Une dizaine de minutes plus tard, toujours en train de zigzaguer dans les rues de St-Uréa, elle aperçut au loin une silhouette. La pression montait d'un cran. Personne autour d'elle, donc elle pouvait avoir peur, et le montrer clairement. Mais déterminée à trouver la fête, elle continuait de s'approcher. Plus elle avançait, et plus l'individu ne lui paraissait pas humain. Du moins en l'apparence. Il avait une nageoire caudale, une tête assez longue, de grande taille. Au sol, un corps inerte. Elle le voyait puisqu'elle était assez près, soit à cinq mètres de lui. Quand il se retourna, Kurumu recula précipitamment et tomba. Et voilà qu'elle était toute mouillée. Elle ferma les yeux de peur puis lui dit :
-"Nan j'ai rien vu ! Mangez moi pas ! Je dirais rien ! Je ne dirais pas que vous avez tué quelqu'un. Mais laissez moi vivre !!"

Il ne semblait pas bouger, puis Kurumu ouvrit les yeux et se rappela de ce qu'avait dit son père.
-"Écoute moi Kurumu, sur cette planète, et sur toutes les mers, il y a des personnes totalement différentes de toi. Je veux dire par là, que certains ne te ressembleront pas. Je veux dire par là qu'il existe des hommes-poissons. Ce sont des personnes qui ne cessent de subir des exclusions, moqueries et rejets de la part des humains, qui ont peur d'eux. Donc toi, si tu en recontre, tu te dois de les aider, de leur parler, et montrer que tu n'es pas comme toutes ces personnes qui prennent de haut, des gens qui ont une nageoire de plus, ou encore une couleur de peau différente. Tu ne peux pas les louper. Ce sont des poissons, pieuvres qui peuvent marcher sur l'eau car ils ont des pieds palmés et des jambes. Donc je compte sur toi."
Voici les paroles de son père. Kurumu se leva, elle n'avait pas de raison d'avoir peur. Il pleuvait encore, l'ambiance était assez tendue.
-"Bon, je veux bien t'aider à cacher le corps les dents de la mer, au moins je ferais ma bonne action du soir. Mais je ne touche pas le cadavre, et ne me touche pas... De toutes façons, j'ai loupé la fête. Et c'est parce que mon père me la demandé..." disait-elle en détournant le regard pour ne pas voir la personne éventrée.

Kurumu était encore intriguée. Elle n'aurait jamais cru voir un homme-requin. Bon son apparence, et son hygiène laissait à désirer, mais il y avait comme un satisfaction personnelle à voir une personne totalement différente.
-"J'espère qu'on va pas avoir de problèmes... Je dois me présenter hein ? Moi c'est Kurumu, et toi ?"

Quelques minutes plus tard, des bruits dans les flaques pouvaient s'entendre. Surement la milice du royaume de St-Uréa... Et Kurumu qui ne voulait pas avoir d'embrouilles. Rien le fait qu'elle soit avec l'homme-requin, c'était limite un crime, d'autant plus qu'elle voulait l'aider à camoufler un corps.
-"Allez viens ! Sinon on va être dans la merde !"
http://www.onepiece-requiem.net/t8573-sound-l-kurumuhttp://www.onepiece-requiem.net/t8665-cv-sound-l-kurumu
Doppio
Doppio
Le Bourbier

♦ Localisation : Dead End
♦ Équipage : Fun Club

Feuille de personnage
Dorikis: 7437
Popularité: 443
Intégrité: -270

Lun 28 Avr 2014 - 11:24

J'ai les yeux écarquillés bondés de détresse qui cherchent où s'poser, la tête levée, l'esprit errant. Un espèce d'animal sauvage acculé. M'plaît pas de penser que je ressemble à ça. J'ai une gamine terrorisée devant moi. J'lâche le corps par mauvais réflexe, qui chute sur le pavé rougeaud en produisant un p'tit crac. Et j'ai peur. Fuir. C'est tout ce qui me reste.
Mais en quelques secondes, la môme revient sur ses dispositions. Et moi avec.

Bon, je veux bien t'aider à cacher le corps les dents de la mer, au moins je ferais ma bonne action du soir. Mais je ne touche pas le cadavre, et ne me touche pas... De toutes façons, j'ai loupé la fête. Et c'est parce que mon père me la demandé...
"Les dents de la mer" ?

Mmh. Ma réaction est autant décalée que la sienne. D'une certaine façon, on est sur la même longueur d'onde, alors. J'ai pas vraiment calculé ni capté toute sa tirade, mais j'en ai saisi l'essentiel : elle s'en ira pas en hurlant. Un léger soupir de soulagement s'incruste dans ma respiration saccadée. Mais c'est loin d'être dans la poche.

J'espère qu'on va pas avoir de problèmes... Je dois me présenter hein ? Moi c'est Kurumu, et toi ?
Euh... Tu veux pas décamper avant ?

Non non non. Pas froisser sa suceptibilité. J'suis en terrain glissant, là. Imprévisibles, les gosses. Aller dans son sens sans négocier.

Je... Craig. M'appelle Craig. C'est pas moi qu'ait fait ça.

J'perds pied. Mon esprit tapissé de pensées que j'saisis plus. Fuir, laisser la gamine en plan ? Rester avec elle, jouer son jeu ? Lui faire comprendre que c'est pas moi le tueur ? Comment ? Partir ? Me débarrasser de la gam... Non, non non. Je coule dans mes idées sombres. Pourquoi, pourquoi, pourquoi. Pourquoi tout le temps escorté par le malheur et l'sang. J'ai le coeur qui palpite, qui se noie lui aussi. Plus rien n'a de sens... La pluie qui commence à tomber me tambourine les tympans. La vision un peu trouble, j'distingue plus bien où sont les pavés, où est le sang, où est le mort. Fixement, la tête penche, j'fais le grand plongeon. Quelque chose... cassé en moi. Immense tristesse, peur. Et colère. POURQUOI MOI ? La voix de la gosse me fait remonter à la surface.

Allez viens ! Sinon on va être dans la merde !

Elle part. Vers la cour intérieure. Dans la rue d'à côté, j'entends les flaques bouger. Quelqu'un vient. Partir, ouais. Faut partir. Où ? P'tain, j'ai besoin d'une fillette pour me faire réagir maintenant. Mon cas est perdu, décidémment. J'me lève, et me précipite à la suite de la gamine. Et sous l'averse qui commence, le sang, le sang d'un autre, m'ruisselle sur la peau et les fringues et laisse une traînée rouge dans mon sillage. On va me suivre à la trace...
...
J'entends des cris stridents, derrière moi. Ils ont vu. Ils m'ont vu. Ils nous ont vu. De dos. Mais quand même. On est grillés. La gamine se retourne, je lui fais signe de continuer sans regarder derrière elle. J'fais de même. Je prie.

On s'enfonce dans la cour, j'sais bien que c'est une impasse. J'entends s'exciter derrière moi, mais on nous poursuit pas. J'imagine vaguement ce qu'ils ont pu apercevoir de moi. Une créature difforme s'échappant dans la nuit, coulante de sang, l'ombre de ses dents acérées leur sautant aux yeux, piquant leur imagination fertile. Ils ont vu un monstre meurtrier. J'suis fini... Qui m'croira ?

Là ! Là !

J'désigne à la gamine une porte ouverte, et j'y fonce. J'sais qu'elle me suit. J'comprends pas bien pourquoi. J'sais pas bien comment. Tout ce qui m'importe, c'est qu'elle semble décidée à m'aider. J'ai peur de ses réactions, j'sais pas bien ce qu'elle cherche, à mes côtés. J'voudrais juste qu'elle sache que j'lui ferai pas de mal, que j'suis pas la bête furieuse qu'elle a p'tet cru croiser à première vue.

J'lui tiens la porte, j'la referme derrière elle. On est au rez-de-chaussée d'un... hôtel.
Putain, putain. Dans la gueule du loup. Du loup, oui. Celle du requin est fermée, tendue. Il en vient à se mordre ses lèvres inexistantes, à les saigner à blanc.

Personne en vue, à cette heure tardive. Personne à l'accueil, mais j'gages que ça va pas durer. Faut qu'on continue à fuir.


Dernière édition par Craig Kamina le Mer 7 Mai 2014 - 10:11, édité 1 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t10413-fiche-de-craig
Kurumu Miyazawa
Kurumu Miyazawa


Feuille de personnage
Dorikis: 3011
Popularité: -193
Intégrité: -158

Lun 28 Avr 2014 - 17:54

Kurumu jetait de temps en temps un coup d'oeil derrière elle pour voir si Craig suivait le rythme. Il fallait pas se le cacher, mais la petite ne savait pas où aller. Elle prenait les premières ruelles qu'elle voyait, mais au bout d'un moment elle sortie des ruelles pour se retrouver dans la rue principale, bien éclairée. La fillette reprit son souffle en attendant l'homme-requin, et une fois à la même hauteur elle reprit sa fuite, même si elle savait que c'était une mauvaise idée de prendre les rues éclairées, avec plus ou moins du monde.

Les gens étaient apeurés, et cela s'entendait dans leurs cris. En même temps, c'était une réaction tout à fait normale. Craig n'arrangeait pas la situation, vu son gabarit... Mais ce n'était pas une raison pour tout lui mettre sur son dos. Après, qu'il l'ait tué ou non, ça Kurumu s'en fichait, même si au fond d'elle, elle le croyait. Après tout, si les humains mettaient tout sur leur dos, alors y'a moyen qu'il dise la vérité, et que ce n'est pas de sa faute. Par contre, ça chauffait pour la demoiselle. Et ça, elle en avait un peu peur. Malgré des silhouettes floues, une petite gamine accompagné d'un monstre allait facilement être retrouvés. Kurumu avait un peu peur des répercussions, mais préféra tout oublier, pour au moins, faire une bonne action, et aider une personne d'une race haït par tous.

Pas le temps de regarder la décoration des maisons. Il fallait fuir. L'adolescente était tout de même dégoûtée de ne pas participer à la fête. Au moins, elle n'aurait pas passé son temps à courir sous la pluie, afin de fuir des bruits de pas. Tous deux traversèrent une cour. Il y avait quelques jeux pour enfant, et des plantes le long des murets pour rendre l'endroit plus accueillant et plus attractif.
-"Là ! Là !"

Exploit ? Peur ? Changement ? C'était étonnant que Kurumu ne réponde pas à Craig. Généralement, elle n'aimait pas qu'on lui donne des ordres, mais là, c'était pour la bonne cause. Elle suivit les conseils de Craig et entra par la porte, qu'il tenait gentiment. Comme une fille bien élevée par ses parents elle le remercia, mais sans sourire. Il pouvait pas avoir le beurre et l'argent du beurre. Chouette hôtel vide. Surement un trois étoiles aux vues des lustres, des tables et du bois des meubles. Là, c'était clair, la fillette n'en pouvait plus. Son envie première, se sécher pour ne pas attraper froid, la seconde manger. Ça allait faire entre cinq à six heures qu'elle n'avait pas avalé quelque chose, et elle avait besoin de remplir son ventre.

Elle savait aussi qu'il ne fallait pas trop rester là. A leur gauche, le guichet de l'accueil, en face d'eux un escalier, et à leur droite des portes avec des indications comme quoi c'était la cuisine.
-"Hey, où monte cet escalier ?"
Kurumu le regarda en écarquillant les yeux puis lui répondit :
-"Bah au dessus."
La petite marchait et voulait se rendre à l'étage. Au moins pour changer ses affaires, afin de pouvoir sortir tranquillement, sans se faire attraper. C'était sans compter sur l'immense flaque d'eau à l'entrée, sur laquelle Kurumu glissa, et se cogna contre Craig. Elle recula puis lâcha :
-"Tain, tu aurais pas pu te bouger ! Maintenant j'ai du sang partout sur moi ! En plus, ça part pas au lavage ! C'est qui qui..." en le tenant par son t-shirt.
Elle aurait préféré lui prendre le col, mais il était trop grand, puis elle se rappela de ce que son père lui avait dit.
-"Nan finalement, c'est pas grave, j'irais en acheter des d'autres. On va juste dire que c'est la faute à pas de chance. Bon on mange un truc parce que j'ai faim." termina-t-elle en essuyant son visage avec ses petites et douces mains, qu'elle essuya ensuite contre son K-way.

Direction la cuisine, Kurumu faisait comme chez elle. Mais étonnement, il y avait toujours personne, mais pour ne pas attirer l'attention sur eux, elle laissa les lumières éteintes, mais alluma quelques chandelles qui étaient posées sur l'une des tables. Au menu, poulet, salade composée, laitage, sorbet, vin ou jus de fruit pour les enfants. Pas de limonade, mais la petite prit du jus de pomme. Le repas se passait dans de bonnes conditions, même si, le dîner en tête à tête embêtait la gamine. Ça la gênait de manger avec un homme-requin, qui de près, faisait très peur. Des cernes, hygiène déplorable, et bien d'autres lui donnaient des frissons dans le dos.

Kurumu mangeait sans se soucier des gens qui les avaient vu entrer dans l'hôtel. Dans le pire des cas, elle avait de quoi payer. Un peu plus tard, la porte s'ouvrit brutalement. La môme lâcha sa fourchette, et attendit de voir ce qui allait se passer, avec un tant soi peu de pression. Il a dû les trouver, surement à cause de la flotte devant l'entrée. Maintenant, plus moyen de se changer.
http://www.onepiece-requiem.net/t8573-sound-l-kurumuhttp://www.onepiece-requiem.net/t8665-cv-sound-l-kurumu
Doppio
Doppio
Le Bourbier

♦ Localisation : Dead End
♦ Équipage : Fun Club

Feuille de personnage
Dorikis: 7437
Popularité: 443
Intégrité: -270

Mer 30 Avr 2014 - 21:20

Hmm. On dirait que l'univers a pas prise sur elle. Qu'elle évolue sur un autre plan. J'sais toujours pas vraiment pourquoi elle s'est rallié à mes côtés, mais j'ai bien peur que ce soit pas un choix réfléchi. Ou alors, qu'elle ait raisonné avec une autre logique que la mienne. Peur qu'on finisse par le regretter tous les deux. Elle semble avoir réprimé sa trouille de ma bouille d'ange. Et la v'là contaminé du sang d'un pauvre type, et que c'est ma faute, alors que c'est elle qui m'est rentré dedans.

'tain de situation. J'ai l'impression d'être bourré. J'la mate bouffer pour quatre dans la cuisine pour le moment déserte, pendant que je m'évertue à chercher une sortie à toute cette merde, pendant qu'mes longues oreilles se forcent à s'étendre jusqu'au bout des couloirs pour capter le moindre son suspect. Difficile. Car dehors, toujours l'averse, qui tambourine bruyamment sur les vitres. J'compte sur cette douche pour me purifier. Car ma priorité, c'est la propreté. Pour une fois. Me débarrasser d'ce rouge accusateur. L'odeur de sang me harcèle les sinus, me rappelle à chaque instant ma situation. Même sur terre, j'conserve un odorat très fin pour ces choses-là. Pratique pour repérer un blessé grave dans l'anarchie du champ de bataille, un outil génial pour un toubib. Vraiment. J'me serais jamais douté que le détecteur de faiblesses d'un prédateur marin m'servirait à protéger la vie de proies faciles blessées. Impec'.

Mais là, ça m'explose juste le museau. Ça sent fort le sang et l'chien mouillé. Et me rappelle... ma situation. Ma situation. Requin sanguinolant. Dont la silhouette a été aperçu brièvement par quelques malheureux, ombre difforme furtive sûrement interprétée comme celle d'une bête noire errante dans la brume des mauvais soirs à travers les ruelles à la recherche de chair. Y a aucune chance qu'les témoins me reconnaissent pas, si j'me présente devant eux. Aucune chance que j'puisse défendre ma cause sans finir pendu dans l'heure, au vu de mes réflexes de sagouin. Traîner le corps, le tripatouiller de long en large, essayer de hurler à un mort de se réveiller, puis fuir la queue entre les jambes comme un mauvais bâtard pris sur le fait...

Et embarquer cette gosse dans mon collimateur de poisse. Mon plus grand péché, certainement, cette nuit. Mais ça a pas l'air de l'affecter. Elle s'est installé, mange comme si de rien n'était. J'vais tenter de rétablir la communication. Absorbée par la bouffe, elle a du se laisser happer par son propre corps. C'est que ça rendrait boulimique le plus déterminé des ascètes, cette montagne de viande et de gâteaux qu'elle a étalé sur la table. J'noue les bras, me pose sur la table. Mes jambes se croisent. Confortable, c'genre de position. N'importe quel pleupleu un peu macho me dira que j'suis en train d'exposer une posture de femellette, mais j'emmerde les poilus fiers d'leurs muscles et d'leurs conquêtes. La virilité, ça sied vraiment pas à ma personnalité d'cynique qui se sent tombé dans la poésie par procuration, de toute façon.

Regard en biais d'la gamine. Quoi. J'suis sur son territoire, c'est ça ?

Hmmf. J'espère que j'te gène pas...

Calmons le jeu, non. Calmons le jeu. Elle m'énerve, à rester dans sa tête sans se préoccuper d'la mienne, qu'le moindre coup de vent ébranle. Dévorant d'la viande, et toute tâchée de sang. L'allure d'une véritable fillette psychopathe, digne de mes plus grandes frayeurs. Mais j'passe outre. Que j'essaye de la dompter un coup, pour éviter qu'elle m'explose entre les doigts.

Euh... Désolé. On est tout les deux tâchés, maintenant. C'était ma faute, désolé. Mais faut qu'on s'tire d'ici, avant qu'on nous trouve. Qu'on sorte, qu'on s'enlève tout ce sang. Puis...

J'tente la demande qui fâche.

Faudra que je file, ensuite. Je foncerai au port pour me barrer d'ici. J'saurai pas faire comprendre à un... juré... d'humains... déterminés à... manger du poisson, disons, que j'ai rien fais. Que j'étais là au mauvais endroit, au mauvais moment. Ça m'arrive souvent, héhé...

J'complète avec un rire jaune paré d'un sourire forcé qui laisse pointer mes dents de devant. Espérant m'être fait comprendre.

T'auras pas besoin d'me suivre, une fois que tu seras passées sous la douche. J'pourrai me débrouiller seul. Merci.

Le merci était un peu superflu. J'espère qu'elle a bientôt terminé, putain. Quelle idée, d'se lancer dans une razzia nocturne alors que la moitié des troupes là-dehors doivent nous traquer.

http://www.onepiece-requiem.net/t10413-fiche-de-craig
Kurumu Miyazawa
Kurumu Miyazawa


Feuille de personnage
Dorikis: 3011
Popularité: -193
Intégrité: -158

Lun 5 Mai 2014 - 20:18

Avant que l'individu n'entre dans la cuisine, Craig avait essayé d'entamer une conversation avec Kurumu, qui pour une fois, n'avait pas fait sa petite peste prétentieuse et capricieuse. Le fait que l'homme poisson s'installe sur la table la dérangeait. C'était un peu comme une impolitesse. Mais, il avait les faveurs de son père, elle ne pouvait donc rien dire. Mais, elle lui répondit d'une traite.
-"Mouais, ça me gêne un peu, mais j'ai fini de toutes façons. Et c'est pas grave pour tout à l'heure, le lendemain, je ferais du shopping, donc j'en aurais de nouvelles. T'en fait pas. Mais pas la peine de me dire tout ça, moi, je te crois... C'est étonnant d'ailleurs..."
Elle n'avait pas capté la partie de la fuite, et quand elle se rappela ce qu'il avait dit, elle ne put s'empêcher de faire les gros yeux.
-"QUOI !! Merde... Quoi ! Tu vas pas me laisser seule quand même ? J'ai pas de bateau pour rentrer moi. Je sais même pas où est le port. Et moi, je peux pas nager, sauf si tu me portes, mais d'une part, je veux pas trop te toucher, et d'autre part, même si je suis pas grosse, j'ai peur que tu n'arrives pas à me porter avec ton corps frêle. Réfléchis, tu me donneras ta réponse un peu plus tard. Mais mange pour prendre des forces."
Kurumu ne savait pas que les hommes-poissons avait une force bien supérieur à un humain, et termina son assiette.
C'était à ce moment qu'une personne entra. Surement un receptionniste. Évidement, il cria que des individus étaient dans la cuisine, et qu'ils étaient tachés de sang. Il l'avait vu car il avait allumé la lumière.
-" Des intrus dans le réfectoire. Avertissez immédiatement la milice, et les agents de sécurité !!"
-"Merde, on doit fuir. Renversons des tables pour l'empêcher d'avancer."

Kurumu retourna les tables, et lança une chaise sur la vitre. Ça faisait pas très enfant de joie, mais, si la petite et le requin n'avaient pas envie de finir en prison pour le restant de leur jour, alors c'était obligé. Une chance que la cuisine soit au rez de chaussez. Et rebelotte, fuite sous une pluie battante. Vingt et une heure trente environ, plus aucune personnes dans les rues, excepté la milice, et des membres de la marine. La priorité était de se changer, déjà pour éviter de se faire attraper, bien que, si ils n'étaient plus que deux à se promener dans les rues de St-Uréa, alors même si ils étaient tout beau, tout propre, on allait encore leur courir dessus, mais aussi, la môme pensait à sa santé. Elle n'avait surtout pas envie de prendre froid et de ne pas pouvoir racheter des vêtements.

*Finalement, ils sont bien ces hommes poissons. En tout cas, y'a pas photo mais je les préfère aux blonds. Je comprends pas pourquoi, ils sont haïs, hormis leur différence avec un homme. Mais lui, pourquoi il veux me laisser seule ? Nan je refuse... D'un autre côté, il aura plus de chance de fuir si je ne suis pas avec lui... Tain, je fais quoi moi maintenant...  J'espère qu'il ne me laissera pas tomber.*

La demoiselle regardait si Craig suivait le coup, et étonnement, il avait l'air en pleine forme, alors qu'il n'avait presque rien avalé. Elle était en détresse et sentait la peur lui parcourir le corps. Que penserait son père si elle se retrouvait en prison à cause d'un homme-poisson, d'autant plus, qu'elle n'avait rien fait. Du sang s'était retrouvé par accident sur un requin qui est tombé là au mauvais endroit et au mauvais endroit. Elle chercha du regard un quelconque endroit pour s'abriter, mais surtout sans la moindre personne. Maison, maison, immeuble, et encore des maisons, rajoutés à des cris "Par là je crois !", ou encore "Secteur 2B".

Malgré la pluie assourdissante, Kurumu reconnu un son qu'elle connaissait assez bien. Pas trop loin de leur position, il y avait une fête. Était-ce celle où elle était conviée ? De toutes façons, elle demanda à Craig de la suivre, et tous deux se dirigèrent vers le bruit. Cinq mnutes plus tard, elle entra dans l'immeuble, et tint même la porte à Craig.
-"Bon écoute moi, j'étais invitée à une fête, mais je trouvais pas l'adresse. Finalement, à force de courir, on est tombée dessus. Donc, je demanderais des habits pour nous deux, et après, on verra. Mais en attendant, attend moi dans les escaliers, j'ai pas envie qu'elle crie et qu'elle réveille tout le bâtiment."

Une vingtaine de marches plus tard, elle arriva dans un couloir qui comportait cinq portes. La petite sonna à la porte où il y avait pas mal de bruits. La personne, qu'elle connaissait bien, et qui lui répondit lui souffla sur la tête avec un sans-gêne, qui n'était autre qu'un article de fête qui se déroule quand on souffle dedans.
-"Hey Kurumu c'est toi ?"
-Na... Naoko ? Qu'est ce que tu fous là ?"
-"Heu, j'ai été invité, tout comme toi, d'ailleurs on t'attendait tous. Et c'est quoi tout ce sang sur toi ?"
-"Longue histoire. Mais là, tu pourrais pas demander à Hana si elle n'aurait pas des vêtements pour moi, et, et... une connaissance steuplaît. Si on reste dans cette tenue, c'est la merde qui nous attend."
-"Je vais voir avec elle."
-"Euh des vêtements grande taille si possible pour l'autre qui m'attend."
-"OK, je vais lui demander."

Quand elle revint, elle avait les bras chargés de vêtements, mais demanda à voir cette fameuse connaissance. Kurumu n'avait pas trop le choix, c'était sa meilleure amie, et elle ne voulait pas lui cacher quoi que se soit. Elles se rendirent dans les escaliers, et étonnement, Naoko ne cria pas.
-"Tu n'es pas étonnée ?"
-"Non j'en ai déjà vu quand je partais avec mon père. On leur a même parlé et mangé avec eux une fois. Et donc tu comptes... Enfin vous compter participer à la fête ?"
-"Je pense, en attendant que ça se calme."
-"OK, je reviens."

Quelques minutes plus tard, Nako revint avec du maquillage, du gel, des serviettes et des nouveaux vêtements.
-"Si vous voulez entrer, vous allez devoir mettre ça ! Toi Kurumu, tu n'as pas le choix. Et pour ton ami... D'ailleurs, tu t'es fait un ami ? C'est étonnant."
-"C'est bon t'as fini de parler ?"
-"Hey du calme, n'oublie pas que je suis née avant toi. Mais bon, il est préférable pour ton ami qu'il se change. Y'avait que ça de grande taille."
Quand Kurumu vit son ensemble, elle refusa, mais Naoko lui dit qu'il n'y avait aucune possibilité. La demoiselle prit les vêtements et les enfila, après s'être séchée les cheveux et s'être mise dans le couloir. Cuir, cuir et cuir. Un t-shirt blanc moulant sa petite poitrine, revouvert d'un veste en cuir noire, et comme bas, un jean moulant noir, et des bottines de la même couleur et de la même matière, à petit talon, d'environ cinq à dix centimètres. Elle ressemblait plus ou moins à une motarde, et ça, ça ne lui plaisait pas. Le pire était que Naoko se fit plaisir, et avec un marqueur, elle lui fit une moustache style Horseshoe, et avec le gel, elle lui fit une nouvelle coupe : celle de redresser tous ses cheveux en l'air afin d'avoir la coupe de Végéta.
-"T'as fini avec tes conneries ?"
-"Non reste ça" affirma-t-elle en lui montrant du rouge à lèvres noire, et du maquillage pour les yeux.
-"Naoko. J'aime pas le rouge à lèvres."
-"C'est pas du rouge mais du noire à lèvres. Donc on est dans les clous."

Le problème était que Kurumu ne savait pas marcher avec des talons, et se tint au mur pour avancer, et pour ne pas tomber. Le jean lui serrait trop, et c'était sûre qu'elle allait se venger. Mais au moins, elle était méconnaissable, et pouvait participer à la fête. Maintenant vint au tour de la métamorphose de Craig.
-"Dit Naoko, dans la semaine t'es dispo ou pas ?"
-"Pas le samedi pourquoi ?"
-"Pour faire du shopping, je dois me racheter des vêtements."
-"Okay, compte sur moi." Puis en s'adressant au requin.
-"C'est ton tour."

Kurumu était la première à entrer, et tous la regardèrent d'un air outrée. Elle apparaissait aux yeux de tous comme une vulgaire gamine rebelle, mais certaines personnes étaient attirées par son charme dévastateur. Quelques gens la sifflèrent, mais elle ne fit pas attention à leur gueule. Au moins elle pouvait participer à la fête.


Dernière édition par Kurumu Miyazawa le Mar 6 Mai 2014 - 21:14, édité 1 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t8573-sound-l-kurumuhttp://www.onepiece-requiem.net/t8665-cv-sound-l-kurumu
Doppio
Doppio
Le Bourbier

♦ Localisation : Dead End
♦ Équipage : Fun Club

Feuille de personnage
Dorikis: 7437
Popularité: 443
Intégrité: -270

Mar 6 Mai 2014 - 20:53

C'est ton tour.
Mmmh.

M'retrouve en tête à tête avec une autre gamine plus farouche que l'autre. Qui m'jette quelques regards en biais, qui semble intriguée par ma face de monstre des mers à pattes. Alors que sa copine s'est cassée, elle semble plus sur la défensive qu'au premier abord. Ceci dit, elle m'a l'air parfaitement calme. Elle s'est toujours pas cassée en hurlant, elle ne m'insulte pas. Elle s'contente de rester pensive, statique, les bras croisés, tout en faisant faire à ses yeux des allers-retours entre la pile de sapes à mon corps d'ange.

Grand et maigre... Hmmm...

Joliment résumé, petite. J'suppose que les homme-poiscailles qu'elle a pu croiser avant moi étaient plus imposants. Plus carrés. Plus baraqués. P'tete bien que j'reste impressionnant côte à côte avec une môme de 15 ans, mais entouré de congénères, j'fais p'tit minet gringalet et maladroit. Là s'joue des situations déprimantes. Pas déprimantes. Dérangeantes, disons ? Monstre chez les humains, mauviette chez les poiscailles. L'un comme l'autre, défaut dans le décor. J'retiens la remarque de la petite brune à propos de mon "corps frêle" qui serait pas capable de soulever 50 kilos d'viande. J'la place sur la pile des autres blessures narcissiques. Très haute, gigantesque, une compil' de coups à l'égo qu'écrase mon orgueil. Orgueil tellement plat maintenant qu'il doit être devenu indiscernable.

La gamine s'empare de quelques unes de ses fripes et m'invite à passer dans un escalier. Elle me tend son tas de fringues. Alors j'comprends mieux c'qui m'attend.

J'ai que ça, désolée...
J'ferai av... C'est une robe ?!
Oui. Elle était à ma cousine, elle était vachement grande et costaude. Elle avait un peu tes proportions  ! J'ai aussi sa minijupe, si tu préfères...
Va pour la robe.
J'ai aussi ces chaussures à ponpons... Ces noeuds...
Que du rose ?
Ma cousine adore le rose ! Enfile ça, on passe au maquillage ensuite...
C'est vraiment nécessaire ?
Il ne faut pas qu'on vous reconnaisse...
Hmm.
Vous avez fait quoi ?
Une horrible erreur... J'étais-On était là au mauvais moment, au mauvais endroit.
Je fais confiance à Kuru'... Nettoie toi et change toi.

Elle sort. Me laisse tête à tête avec ces affreux vêtements. J'reste les yeux livides et la langue pendue quelques secondes. Quand j'me ressaisis, j'garde la sensation qu'tout est aller trop vite. Qu'le destin, jamais lassé d'sa poupée préférée, l'habille, lui fait tout tenter, la met dans tous les rôles et dans tous les scénars. Fichue guigne. Fichues ironies. Toujours la parano qui picote, j'oublie pas que là-dehors, on remue l'quartier pour trouver un couple vaguement aperçu dans la brume et semblant sortir tout droit d'un conte stupide : un monstre et une ado. j'me recentre sur la seule issue de secours qui s'ouvre à moi...
J'me mets en sous-vêtements, balance mes fringues souillées, trempés, suintants encore un peu de merde rouge coagulée. Passe mes mains sous le robinet, puis ma gueule, pour me rafraîchir un peu. J'ai la cervelle en compote, l'esprit trop chaud. Surchauffe, ouais. Hâte d'en finir. Même si j'dois me travestir. Pour avoir honte, faut avoir d'la dignité, hein ? Impossible, autrement. J'en ai pas. J'ai plus de honte. Va falloir que j'mette de côté c'qui me reste de fierté masculine et qu'j'oublie mon machisme inexistant. Qu'je joue l'jeu, que j'laisse éclater le féminin en moi. M'voilà devant le miroir, j'suis Craiga. Ou Craigette.

Merde. Putain de vacances. Putain de destin. Putain d'aventures que j'avais pourtant tant désiré. C'est d'la guigne, ou c'est juste moi ? Moi qui a l'impression d'me retrouver toujours dans des situations où j'suis forcé de secouer tout ce en quoi j'crois, où j'suis forcé d'exprimer des instincts désagréables terrés tout au fond d'mon âme, où j'suis forcé de... m'travestir ? De me travestir. Mes cheveux gras et mes dents jaunes collent pas super à l'aura d'poissonne coquette que j'vais devoir émaner. L'autre avec ses cosmétiques devrait arranger ça... ou aggraver mon cas, ça dépend d'comment on voit les choses.

J'ai fini !

Peu importe, j'veux juste me sortir libre de ce merdier. La môme déboule et s'épate. J'ai peur que ça soit ironique, mais ça serait pire si elle était sincère.

C'que tu es mignon !

Elle aurait au moins pu tourner ça au féminin. J'prends le compliment trop personnellement, là.

On commence par le rouge...
'tain...
... à lèvres.
Me doute que tu parles pas de sang, oui.

Elle m'fait le tour du museau. Rapidement. J'reste immobile. La gueule détendue, comme blasée. Rouge, mascara, fond de teint, elle m'propose même des lentilles de contact pour rendre mes pupilles plus "félines", plus "attirantes", plus "girly". A l'entendre, j'me prépare pas à m'travestir, mais à changer de sexe.
Looongues minutes. Vides. Immeeeeense lassitude. Habituelle. Graaaaaaande appréhension. J'espère qu'je vais pas finalement m'faire chopper sapé comme une ballerine. M'ferait mal à l'âme, au coeur, m'ferait mal à la vie.

Allez, file ! Kuru' est déjà en route !
Oh. Ouais.
Tu vas faire un carton !
J'en doute pas.

La fierté froissée, l'courage entamé, j'sors de chez elle en lui adressant un sourire forcé. Elle m'fait un coucou en m'voyant m'éloigner de sa baraque et me diriger vers le gros de la fête, en longeant les murs, en m'faisant petit. Et plus j'avance, plus j'cherche l'obscurité des ruelles pour éviter d'me faire pincer. Les flics ont du avoir un signalement d'ma silhouette. Suffisamment atypique pour qu'il y en ait pas deux comme ça qui erre dans la cité à cette heure-là. Et peu importe si lorsque l'on braque les projecteurs sur la créature bestiale et sanguinaire à qui appartenait cette ombre, on éclaire une princesse requin qui pourrait sortir tout droit d'la comédie fantastique d'un réalisateur bourré et dérangé. Malgré son apparence grotesque, elle a été surprise un cadavre entre les bras. Un okama-requin tordu et violent. Quand j'cogne fort à la porte derrière laquelle ça crie, ça danse, ça chante, j'garde l'image du poisson pervers dans l'crâne. J'vais bousiller ma réputation, qu'était déjà pas fameuse.

On ouvre. J'me prépare à... moduler ma voix.

... Salut ! Tu es l'amie de Kurumu ?
Ouiiii...
Hahaha ! T'as un look et une voix délires ! On t'attendait, rentre, rentre !
Hmmm.

J'pénètre dans la baraque. Mon échappatoire temporaire. En attendant mieux. Une planque bruyante, bordélique, bondée, un barouf effrayant qui m'broie l'intérieur d'la boîte crânienne. J'aperçois rapidement la gosse, la Kurumu, dont l'nom m'revient quand je l'entends être causé par ses copines autour d'elle. Forcément, j'fais moi-même sensation, et j'dois me faufiler à travers les clins d'oeil, les sifflements et les rires pour parvenir à l'oreille de la môme. J'sens bien que j'rougirais comme une tomate si j'avais pas trois centimètres de far à joues sur la tronche. Sacré moi. M'voilà dans l'rôle d'une grande bestiole au sexe indéterminé qui s'faufile comme une anguille à travers une piste de danse en laissant une traînée odorante de parfum mixé au fumet de poisson, pour aller rejoindre une gamine. Génial. J'essaye de passer outre toutes les remarques pour cogiter sur la façon d'me sortir de ce pétrin qui dépasse toutes mes plus grandes... non, mes plus étranges craintes.


http://www.onepiece-requiem.net/t10413-fiche-de-craig
Kurumu Miyazawa
Kurumu Miyazawa


Feuille de personnage
Dorikis: 3011
Popularité: -193
Intégrité: -158

Mar 10 Juin 2014 - 14:08

Fête bruyante, distrayante, amusante. Tout semblait aller pour le mieux. Seulement, Kurumu ne le voyait pas comme ça. Sa tenue la faisait rager à un point, qu'elle resta assise sur une chaise de la cuisine, devant un verre de jus de fruit, et un plateau de chips. Elle grommelait dans sa barbe, et jeta quelques coups d’œil à Jaws, qui semblait, malgré sa différence, s'entendre assez bien avec les fêtards. Une chose de presque sûre, ici, ils seraient tranquille pour un petit moment, le temps que tout se calme. La petite regarda par la fenêtre, en soupirant. Il pleuvait encore. Elle se demandait bien pourquoi le destin s'acharnait contre elle. D'abord le temps, la rencontre avec Craig, la fuite au milieu d'un déluge, et cet accoutrement pour participer à une fête. Elle passa sa main dans ses cheveux fixés en l'air et soupira une nouvelle fois. Naoko arriva et lui tapota l'épaule.
-"Alors, tu t'amuses bien dans ton coin ?"
-"Très drôle, regarde ce que tu m'as mis."
-"Mais c'est pour rigoler. Allez viens, et éclate toi."
-"Nan mais..."
-"Y'a pas de mais, je suis ton aînée, ta meilleure amie, donc tu dois te bouger. Hmm... Sinon, je te parle plus, car tu voulais pas venir t'amuser avec moi."
-"Bon d'accord j'accepte... Mais c'est du chantage ça. Tu le sais ?"

Finalement, la petite suivit son amie. Elle savait pertinemment qu'elle continuerait de lui parler, même si elle ne s'amusait pas avec elle. Une fois dans la place, quelques sifflements, quelques gamins de son âge qui lui disaient qu'elle était super jolie en gothique motarde, et qu'ils aimeraient sortir avec elle. Kurumu ne les envoya pas balader méchamment, mais les ignora, sans prendre la peine de leur répondre. La môme jeta quelques regards à Craig, mais elle voyait qu'il arrivait à parler avec des gens, qui ne le repoussaient pas. Au moins, elle était soulagée. La gamine chercha Hana afin de lui parler. Elle se tenait aux meubles quand elle marchait, et faillit tomber plusieurs fois à cause du port des talons. Quand elle trouva son amie assise sur un canapé avec deux blonds, ça l'hérissa, puis la tira par le manche.
-"Reste pas avec eux."dit-elle énervée
-"Pourquoi Kurumu ?"
-"Laisse tomber, mais j'ai besoin de te parler en tête à tête."
-"Bah allons dans ma chambre si tu veux."

Elle suivit son amie jusqu'à arriver dans sa piaule. Une chambre un peu plus petite que la sienne, mais très bien rangée, et très propre, mais surtout bien décorée. Des cadres, des peluches, un bureau digne d'une personne travailleuse.
-"Alors qu'est ce que tu voulais me dire ?"
-"Bah, serait il possible que je change de vêtements, et que j'aille dans ta salle de bain pour enlever tout ce maquillage et cette stupide coupe de cheveux."
-"Ah mais je peux pas. Quand j'ai prêté les vêtements à Naoko, elle m'a dit que tu allais surement venir pour me dire ça. Mais je trouve que ça te fait un nouveau style, et c'est plutôt pas mal."
-"Arrête de dire n'importe quoi et de te foutre de moi... Tu vois bien que c'est horrible."
-"Bah en tout cas je peux pas. Voilà. Et arrête de te tracasser pour ça, personne te remarque, ou alors, il ne remarque que ta beauté."
-"Pfff... Tu parles. Elle est sympa mon amie."
-"Bon allez, oust, va profiter."

Elle la poussa hors de sa chambre, et toutes deux retournèrent à la fête. Mais quelqu'un sonna à la porte. Hana ouvrit, et Kurumu l'accompagna. C'était les voisins qui se plaignaient du bruits. Hana écouta leurs recommandations, mais ne changea rien. Elle en avait marre des troubles-fêtes. C'était la seconde fois que des gens venaient pour qu'il y ait moins de bruit. Les deux filles retournèrent s'éclater et profiter, même si Kurumu tirait la tronche.  Elle s'approcha du buffet pour se prendre un petit verre, et un gars dans le même style vestimentaire lui toucha les fesses. Elle se retourna, et le gifla tellement fort que la trace de main de la môme était inscrite sur le visage de l'individu.
-"Putain ! Mais ça va pas sale merde ?"

Le garçon, avec une joue rougie, s'en alla de la fête en l'insultant de prostituée. Heureusement qu'elle ne l'avait pas entendu avec tout ce brouhaha. Au moment où il s'apprêtait à quitter la fête, un nouveau voisin se pointa, et demanda que ce bordel cesse immédiatement au risque d'appeler la milice de St-Uréa. Là, ça sentait le roussit. Si la milice était amenée à venir ici, alors, il se pourrait fortement qu'ils les reconnaissent. Ou du moins, qu'ils retrouvent la silhouette difforme en ce lieu. Hana les envoya balader. Kurumu regarda toutes les personnes qui la regardaient d'un air bizarre. Ça la gênait mais faisait du mieux pour les ignorer. Mais rapidement, elle retourna dans la cuisine, et attendit patiemment la fin de la fête. Il lui était impossible de profiter pleinement dans cet accoutrement. La môme regarda par la fenêtre. Il continuait de pleuvoir des cordes. Les lampadaires éclairaient les ruelles, quand soudain, il y eu une coupure d'électricité. Toute la zone était plongée dans l'obscurité. La fête avait cessé nette.  Par chance, ou malchance, la fillette avait aperçu des ombres. Et qui se promenaient activement à la recherche de deux fugitifs ? La milice. Quelques frissons lui parcoururent le corps, et chercha Craig afin de l'avertir de ce qui se tramait.

Elle se faufilait entre les autres ados jusqu'à tomber sur le requin.
-"On doit partir ! Ça sent la merde à plein nez... Moi aussi j'aurais bien voulu rester, mais on peut pas. On doit bouger rapidos."
Ensuite elle chercha Hana, qu'elle trouva au bout de dix minutes, et s'apprêta à faire une demande.
-"Hana, c'était super ta petite fête, mais je dois y aller. Et ce gars aussi. Mais j'aurais besoin d'une seule chose steuplait. Une paire de chaussures à semelle plate. Car bon, les talons, je trouve ça horrible."
Kurumu ne préféra pas dire la véritable raison, afin qu'elle ne soit pas au courant de cet incident, et pour ne pas qu'elle lui ressorte ce qui s'était passé.
-"Tu t'en vas déjà ? C'est une blague ? Et si tu trouves, regarde dans le placard du couloir, il doit y en avoir quelques paires."
-"Merci. Désolée, mais je peux pas rester plus longtemps. A une prochaine fois."

Kurumu récupéra des chaussures et s'en alla, suivit par Craig. Maintenant, à lui de les emmener dans un endroit sûr.
http://www.onepiece-requiem.net/t8573-sound-l-kurumuhttp://www.onepiece-requiem.net/t8665-cv-sound-l-kurumu
Doppio
Doppio
Le Bourbier

♦ Localisation : Dead End
♦ Équipage : Fun Club

Feuille de personnage
Dorikis: 7437
Popularité: 443
Intégrité: -270

Mar 10 Juin 2014 - 17:11

L'capharnaüm étriqué à l'ambiance hystérique avait peu à peu pris la forme d'une étrange bulle où l'temps s'écoulait différemment. Les vannes qui m'fusent dans les esgourdes m'arrivent en retard, l'ignoble son du DJ m'atteint au ralenti, les mouvements des danseurs sont saccadés. L'vertige et le cafard sont toujours en moi, probablement à se pinter convivialement la gueule comme l'assistance dévergondée d'cette fiesta bien arrosée. Alors, toujours l'esprit incendié par les événements, maintenant cernés d'jeunes qui me sifflent et auprès d'qui j'm'efforce de rester féminin pour n'pas griller mon horrible couverture, j'donnais à ma chaudière intérieure toujours plus de bois à brûler. Toujours plus de raisons d'lever une atroce migraine se superposant à cette nausée. Par en-dessous ces sapes dérangeantes mais foutrement aguicheuses pour tout ces allumés imbibés, c'est bien un putain d'homme poisson mâle qui s'trémousse en glissant sa fierté par en dessous l'instinct d'survie.

Je brûle de honte, mais mes joues sont couvertes d'poudre rose, alors elles évitent d'me trahir. Alors les gens continuent à m'venir m'faire des avances pleines d'arrières-pensées. Pas doué pour les traits d'esprits, j'préfère avorter la passion des mecs entreprenants en leur adressant un sourire coquin. Venant d'un requin, ils savent très bien comment interpréter ça. Alors, ils font demi-tour sans demander leurs restes. Bordel, j'suis tombé bas. Mon malaise s'communique dans mes yeux et mes bras, qui savent pas où s'placer. Et dans ma trogne, barrée dans toute sa longueur d'un rictus nerveux figé. M'frotte les mirettes frénétiquement, caillassé par la fatigue et l'mal de crâne. D'temps en temps, j'prête l'oreille au ton plus amical d'la copine de Kurumu.

Bah ? Tu te sens pas bien ?
Euuuuh... Un peu trop de bruîît...
Hahaha !
Hein ?
Non, excuse moi. Juste, cette voix, décidément... Tu veux pas nous chanter quelque chose ?

Ma bouche béate la conforte dans son idée. Accablé. Terrorisé. Pure horreur. Empêchez-là de s'emparer d'ce micro ! Laissez moi m...

On doit partir ! Ça sent la merde à plein nez... Moi aussi j'aurais bien voulu rester, mais on peut pas. On doit bouger rapidos.

La gamine ! Sa voix salvatrice m'sussure ces sacrés mots doux à mes esgourdes traumatisées par l'tintamarre et les vannes sur mon accoutrement d'catin des abysses. Elle vient d'me sauver d'la mortification finale. Elle réclame ses pompes à sa pote, pendant que j'me sens pousser des ailes. J'remonte des enfers. Mais quand elle m'ajoute qu'la milice est sur l'point d'faire une descente ici pour faire cesser l'tapage nocturne... J'replonge dans mes frissons.

La gamine ouvre la voie. On nage à travers la foule bondée, qui nous éclabousse encore de blagues vaseuses. Laissant le tas d'fêtards aux esprits embrumés par l'pinard s'écarter devant nous, pressant toujours plus l'pas, allant jusqu'à bousculer quelques noctambules, j'ouvre brutalement la porte d'entrée et sans demander notre reste, on s'précipite dans les escaliers de l'immeuble. Mon regard et mes mimines auraient tendance à s'échapper par la porte principale, tandis que c'qui me reste de clairvoyance seraient plutôt partisan de passer chercher une sortie de secours moins exposée. Kurumu m'suit dans mon idée, et on s'lance sans se retourner dans les couloirs mal éclairés du rez-de-chaussée, fusillés au passage par les mirettes de voisins râleurs ébouriffés sur leurs paliers.

J'subis leurs plaintes, leurs insultes, un peu d'racisme gratuit ça et là qui doit leur alléger leur ire. S'ils savaient seulement c'que là-dehors, ils m'croient capables de faire, leurs plâtrées d'jurons serait nettement plus gratinée. J'me mange leur haine sans sourciller. Car v'là mes mirettes braquées sur l'bout du corridor, mirant l'issue d'secours. Au fond du couloir, y a notre salut. Une grande porte d'bois brun moisi sur laquelle on entend l'averse tambouriner, que j'enfonce sans hésiter dans un soupir libérateur. Dehors ! Dehors ! Deh... Sous la flotte et sous l'tonnerre. On s'interrompt net.

J'porte aussitôt mes palmes à mon visage pour tâter ces filaments visqueux qui m'dégoulinent le long du museau. Mon maquillage est en train d'se noyer. J'doute pas que j'dois paraître plus flippant maintenant, ou plus pathétique, l'museau ruisselant d'cosmétiques. Mes grimaces se succèdent, j'ai du mal à réfléchir. 'sont maintenant plongées dans ma tignasse, mes palmes, froissant les paquets d'cheveux gras et en essorant par flots toute la flotte dont ils s'imbibent. M'gratte brutalement la tête. Essaye de faire le vide, au calme. L'bitume s'inonde, la flotte s'infiltre dans mes pompes, l'bombardement assourdissant que m'inflige le ciel devenu fou m'accorde aucune trêve. Putain, putain. Dans mon crâne, c'est aussi l'orage. Faut que j'me sorte d'ici, m'laisse pas encore dépasser par... ce cirque... merdier, guigne ! J'me reprends à chercher un responsable à tout ça. Une force supérieure qui trouve ça super spirituel d'me ruiner la soirée à coup d'cadavres et de d'humiliations.

La môme se plaint, s'fait pressante pour la suite. J'me paye pas le luxe de penser plus :

Au port !

Elle acquiesce, j'la devine agacée. Persuadée qu'c'est maintenant à moi d'nous improviser un échappatoire. J'peux pas trop maudire sa mauvaise volonté, j'suis moi-même pas au top de ma sagesse. Esquiver les patrouilles devrait être un jeu d'enfant sous le déluge, et les nuages volent bas. On s'lance, sous ce climat capricieux, déterminés à arriver libres et en un seul morceau au port.

L'brouillard, l'orage, j'retrouve tout ça dans mon esprit. J'ai sacrément joué au con, cette nuit. C'qui était parti pour n'être qu'une humble errance nocturne sous l'signe de l'insouciance et d'la bonne humeur a viré à la chasse au monstre. Et le monstre, c'est moi. Travesti, certes, siphonné d'toute ma dignité, certes, mais toujours moi, ma gueule d'ange, mes rasoirs pointant des gencives, mon corps bicolore, et ce subtil mélange de naïveté et d'impulsivité pour mouvoir tout ça.

Par esprit de contradiction, mes mèches trempées descendent devant mes yeux et m'sabote ma vue, déjà pas fameuse. Faudrait que j'me la tonde, un jour, cette affreuse touffe de poils. En baissant mes yeux, toisant mes pattes qui s'démènent à faire sprinter mon lourd corps chaussé de BALLERINES, j'fais le compte des pots cassés. Un mort, sa merde répandu partout dans les palmes et sur le torse, mes fringues souillées, l'escorte et l'aide d'une môme un peu glauque, la teuf d'ados sapé en princesse. J'ai tellement envie qu'ça se finisse, sans manquer d'prier pour que la môme s'en sorte aussi sans casse de son côté. Elle était putain d'malsaine, cette soirée...

Kurumu m'choppe par le bras, m'laisse emporter. Depuis l'creux d'une impasse, on perçoit deux gros vers luisants voltiger au loin à travers l'avenue voilée de smog. Les lanternes des agents de la milice. Ma respiration s'coupe, mon coeur manque une palpitation. Mon esprit inondé de stress. J'peste à mort sur mon manque de réflexes, et cette foutue propension qu'j'ai à m'enfoncer dans mes méditations jusqu'à perdre pied avec la réalité. L'danger éloigné, nous revoilà à déambuler sur les pavés glissants.

De grandes silhouettes s'dessinent dans l'horizon embrumé. Des navires ! On y est ! ENFIN !

http://www.onepiece-requiem.net/t10413-fiche-de-craig
Doppio
Doppio
Le Bourbier

♦ Localisation : Dead End
♦ Équipage : Fun Club

Feuille de personnage
Dorikis: 7437
Popularité: 443
Intégrité: -270

Lun 25 Aoû 2014 - 1:10

J'ai d'la mélasse dans les muscles, qui tremblotent au gré des vagues. Du sel qui perle sur la langue, qui m'rétracte mes mirettes globuleuses.
La coque de noix qu'je vise semble être un espèce de navire marchand, vieille carcasse du siècle dernier qui gémit sous les coups d'l'océan en furie.
Ma respiration devient clairement celle d'un clébard assoiffé auquel on aurait pété une patte. Il palpite, mon souffle, suivant l'rythme saccadé et erratique d'mon p'tit coeur lessivé par ce bain glacial, puis par la douche de sang et d'non-sens qu'la nuit m'a imposé.

Affreux, d'nager en robe. Le corset oppresse ma poitrine, et m'leste comme pas permis. Mais si j'me séparais d'ces accessoires fantaisie, bah j'me retrouvais à poil. Hihihi.
Mes grands ongles deviennent griffes à planter dans l'bois décrépit, pour me hisser à travers la première fenêtre que j'aperçois.
L'effort siphonne mes dernières forces. Le rafiot s'fait ballotter par les flots, et moi avec pendant ma grimpette. Mais j'pense au réconfort du clandestin qui m'attend dans la cale, et mon coeur chauffe et sourit, et injecte dans mes moteurs le fond de bravoure qu'il me reste.

M'y voilà. Couloir sombre, quelques sons lointains, des cris, un peu d'panique, des échos d'effervescence. C'navire s'base sur le standard des vaisseaux de la marine. J'devrai vite retrouver l'accès aux cales, mais j'dois rester furtif. Bizarrement, pas une once d'inquiétude quant à mes capacités. Traqué en ville, c'est difficile. Traqué sur l'eau, c'est du gâteau.
Le tout, c'est d'avancer sur la pointe des pieds. Avec des ballerines, c'est l'idéal. Y a, disons, pile un an ? J'entreprenais le même business sur une autre épave mort-vivante, en compagnie d'Raf, le pote ninja qu'a prêté d'sa lumière pour m'éclairer c'chemin obscur et piégé qu'est mon avenir.

Alors j'sais c'que j'fais. Pour une fois.

Pas un chat, pas un rat. Juste un squale qui s'faufile jusqu'à la cale.
Une véritable anguille qui repère et exploite les fissures.
En descendant une à une les sensibles marches qui s'plaignent de mon poids, j'me sens toujours plus prêt du repos tant mérité.
Et parvenu en bas, mes mirettes exorbitées et toutes sèches, sur lesquelles sont toujours gravées les horreurs et la folie d'la nuit, raclent la grande salle et s'accrochent à...

Deux types. Du genre débraillés. Du genre clochards des mers.
Ça fait bien cinq secondes de silence. J'bafouille un brin.

Euh... Salut.
T'es quoi toi ?
La serveuse ?
Comme vous, j'crois. Un clandestin.
"Un" ?
Clandestin.
Non mais, t'es quoi ?
Un clandestin.
"Un" ?
C'est un clandestin aussi, comme nous, il te dit !
Ouais, mais, "Un" ? Pas "Une" ?
Non, ça s'accorde en genre et en nombre, "clandestin". Comme "abruti".
Laissez tomber.
Non mais, t'es un mec ?
Un homme-poisson.
Transsexuel ?
Nope.
Ok. Bah fais comme chez toi hein.

J'traîne mon groin dans un creux sombre. Mes fesses triplent en poids et s'écrasent sur l'vieux parquet moisi, tandis qu'j'm'affale vite contre la paroi comme un clodo imbibé jusqu'à la moelle d'sa putride vinasse. Ça tangue. Le sol est oblique, les diagonales dansent, la lanterne des gars du fond erre entre les caisses qui paraissent maintenant montée sur des patins à roulettes, mais ça a pas l'air d'les gêner plus que ça. Ça craque, ça craint, possible qu'elle finisse par claquer, la crasseuse carcasse.

Ça s'rait chiant. J'veux dormir.

Eh ! Tu préfères qu'on t'appelle la poiscaille ou l'okama ?
Humf... Craigette, ça ira très bien.
Bière ? Boudin ? Coussin ?

Bonk, fait en percutant la paroi le crâne de son comparse auquel il vient d'subtiliser un vieux coussin en laine, à moitié éventré et vidé d'ses boyaux d'plumes. J'flaire la pellicule de poussière de l'oreiller d'ici. Bah, j'suis pas allergique. Un peu allergique à ce triste monde cruel, p'tete, c'tout.

Connard. Rend moi mon oreiller. Connard.
Ta gueule. Ça s'appelle l'hospitalité, fils de catin. C'est super important pour la paix sociale, tu vois ?
Le coussin, j'veux bien.
Ok, attrape.

Il pose le coussin devant lui. Et c'est l'navire qui me l'amène en penchant et en criant sinistrement, escorté d'un troupeau d'caisses et de camelote qui encerclait les deux gentils guignols. Wow. Sacré tempête. J'ai bien cru qu'le rafiot allait se retourner. Mais mon oreiller est auprès d'moi. J'le choppe et l'sers contre mon coeur, comme un doudou. Et un saucisson part aussi à ma rencontre. J'le mate, puis jette un regard circonspect aux loubards du fond.

Bah, garde le boudin aussi.
Putain mon boudin. Putain.
Ta gueule. Ça s'appelle la charité, enfoiré. Un squale ça crève si ça mange pas de viande. C'est comme si j'lui sauvais la vie, tu vois ?
Moi aussi, j'crève de faim.

Position foetale. C'est celle qui donne l'impression d'retourner au chaud dans un bide rassurant. Indifférent aux tempêtes qui déchirent l'extérieur.
C'est pas qu'les adieux ont été déchirants, c'est pire. Y a pas eu d'adieu. Rien. J'ai juste vu la garde débouler sur notre quai, j'ai paniqué. Cette peur qui flagelle la raison, la baillone, la ligote. Les émotions, doux mômes inconscients, s'emparent alors des commandes du pantin organique.
J'ai plongé, sans la regarder. J'ai fui, hein. Un couard, c'est ça. Un lâche, dont l'honneur et l'sens des responsabilité s'évapore sous l'feu d'la peur.

Bon. Elle a du s'en tirer, elle aussi. Couverte par l'brouillard. Mais dans l'idée, j'l'ai plaquée là, cédé à la panique.
Même pas eu l'temps d'lui adresser un regard d'au revoir.
J'sens mon esprit vaciller. J'vais bientôt sombrer. La mer me berce.
Une dernière pensée ? Aller, une dernière.
Bonne chance, Kurumu. Tu m'as sauvé. Un brin, hein ? Un peu. J'sais pas trop. De quoi j'ai l'air, hein ? Là-bas, j'sais pas trop où, j'me trouverai de nouvelles fringues. J'reprends mon errance, insatiable, j'puise mon envie d'voyager dans une source qui s'tarit jamais. Mais ça t'concerne plus, gamine étrange.
J'remettrai plus les pieds à Urea avant un bon bout d'temps. Alors, c'est bien l'minimum, quand les adieux sont tronqués, d'compenser par la pensée.
A plus, Kurumu. T'étais bizarre, tu sais ?
http://www.onepiece-requiem.net/t10413-fiche-de-craig
Contenu sponsorisé



Page 1 sur 1