AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


Groh Lanta

Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar
Gura

♦ Localisation : Lille

Feuille de personnage
Dorikis: 4115
Popularité: 190
Intégrité: -75

Ven 25 Avr 2014 - 9:04

Chapitre 1.

Une fois ce qui restait de l'ancienne base du gang des taupes voleuses, Gura entreprit d'abord de se nettoyer, même si c'était vite dit. À cause de ses larges dimensions, c'est à peine s'il pouvait se toucher le genou ou le coude. La tête et le bide, ça allait encore. Le dos, n'en parlons même pas. Le c*l, mouais... sans commentaires !
Bref, lorsqu'on ne possédait pas de fourrure animale, la moindre saleté sur la peau était à prévoir. Quelle idée aussi de se trimballer quasiment apwal à tout bout de champ !? Le Sumo avait bien sûr fini par assumer avec le temps, mais de là à aimer se rouler dans la boue, la terre ou la poussière ! Il y avait encore du boulot mental à réaliser.

Ceci fait, Gura scanna les environs. À vrai dire, la planque, dorénavant et grandement exposée à la lumière depuis la dernière bagarre avec Runnay, n'était pas aussi dommageable que prévu. D'accord, si quelqu'un était amené à zoomer dans la colline, il verrait logiquement de grosses fesses en train de se trémousser au sommet. Sinon, la cachette décapotable permettait maintenant de voir plus en détails les différentes zones d'ombre creusées dans la roche.
Ainsi, Gura n'avait plus qu'à visiter et fouiner. Enfin, à condition de savoir traverser l'étroitesse de tel ou tel tunnel. Mais l'opération ne fut pas des plus difficiles. Il fallait juste éviter de provoquer trop d'éboulements à l'extérieur, entre autres.

Sur ce, un coup à gauche, un coup à droite, et ainsi de suite, il découvrit quelques bricoles sans intérêt après quelques fouilles. Des objets subtilisés, peut-être sacrés pour les habitants, certes, mais surtout encombrant pour le catcheur. Des tableaux ? De la vaisselle ? Des habits ? Deux ou trois véritables bijoux ? Même quelques piécettes rares ! Bon à la rigueur, s'il y avait eu un slip extra-large, ça aurait pu valoir le coup.

_ P*tain ! Mais en fait, y a que de la m*rde ici !

Sûrement le hic avec des bestioles aveugles, remarque... C'est que même en les dressant pour servir un chef, elles ne savaient pas faire la différence entre de la vraie richesse et de la pure camelote.

Gura n'hérita donc pas des plus super offrandes. Il s'obligea tout de même à chercher lors d'une seconde tentative, mais en vain. Les fouilles s'avérant infructueuses, il en conclut alors qu'il était soit pas doué, soit c'est la bande qui ne l'était pas.
En somme, plus la peine de trainer dans les parages.

Il sortit donc de ce lieu haut perché, et prit soin, bien sûr, de descendre la colline de l'autre côté. De un, on évitait les potentiels curieux urbains, et de deux, on avait parfois la chance de tomber sur un tout autre paysage.
Là, par exemple, le gros tomba nez à nez dans une zone curvée dans la falaise. En contrebas, il y avait deux gros obélisques, des vagues agitées qui tapaient dessus... mais aussi et surtout, un bâteau !

_ Ouais bah ils auraient mieux fait de s'appeler les pires taupes râtées !

Plutôt que les taupes-pirates, quoi. Du moins, c'est la seule blagounette pourrie que Gura réussit à pondre, après avoir maté le logo sur le mât. Je vous le donne en mille ? Eh ouaip, un truc à tête de mort !

En effet, puisque les taupes parcouraient visiblement West Blue, il fallait bien s'aventurer sur la mer d'une manière ou d'une autre, afin de perpétrer leurs larcins.
Quoi qu'il en soit, nouvel endroit à consulter. Avec du bol, et à défaut d'un piteux pactole au sommet de la colline, les meilleurs magots y étaient stockés. Et puis sinon, ce providentiel taxi ferait l'affaire pour regagner le large.
http://www.onepiece-requiem.net/t10051-gurahttp://www.onepiece-requiem.net/t10092-gura
avatar
Gura

♦ Localisation : Lille

Feuille de personnage
Dorikis: 4115
Popularité: 190
Intégrité: -75

Dim 27 Avr 2014 - 9:28

Gura voulut tout d'abord crier de joie, mais se retint de justesse. Avec du bol, il y aurait peut-être eu de l'écho qui se serait propagé... et donc, bonjour la mission "faire profil bas". Néanmoins, ce n'était pas faute d'avoir tout fait le plus anonymement possible, il restait un souci de taille. La colline n'avait pas été retouchée pour la monter ou descendre à pied. En clair, pas de sentier battu pour randonneurs.
Il y avait bien la tranchée récemment taillée dans la roche, à cause de la taupe géante. Mais elle s'étalait du mauvais côté. Le gros eut alors beau réfléchir après la meilleure solution, il n'en voyait malheureusement qu'une. Bon, en fait, deux. Soit la dévaller comme un bourrin. Soit survoler la descente, grâce à sa technique du Kamik'Ass.

_ Flûte ! Mais quand faut y aller, faut y aller !

Il opta finalement pour le second choix. Et puis, il n'en était plus à son coup d'essai. Alors se crasher sur le pont d'un navire n'avait plus aucun secret pour lui. Et dans le pire des cas, il se disait qu'il atterrirait à la cave.

_ Yeehaa ! Lança-t-il, une fois dans les airs, et ne pouvant s'empêcher de l'ouvrir.

Certains au loin crut voir un oiseau. D'autres, un avion. Ou encore un homme. Peut-être même bien Superman ! En tout cas, Gura disparut bien vite de la circulation, et après un grand boum sur l'engin flottant, lui et ses bourrelets atteignirent avec succès leur destination souhaitée.
Deux cent cinquante kilos sur le pont ne passèrent évidemment pas inaperçus. Et résultat, un gros vide se dessinait maintenant au milieu du niveau principal, cerclé par des bouts de bois mal arrachés.

Un étage plus bas, le gros se remettait rapidement la tête dans le bon sens. Il avait beau être costaud, le choc demeurait toujours aussi violent. Notamment lorsqu'on se réceptionnait mal, semblable à un trapéziste de cirque noob ou malchanceux.

_ Alors, voyons voir ?

Gura ne tarda pas à reprendre les fouilles. Dans l'ensemble, il y avait du bon matos. Le bâteau renfermait donc bel et bien les meilleurs articles. Quand on y pense, pourquoi s'encombrerait-on avec de la daube à bord, hein ? Ceci expliquant donc cela, les cales avaient de la valeur.

Puis, comme la cueillette s'avéra un peu plus excitante que dans les ruines de la colline, le catcheur passa à la phase suivante. Vaguement ? De la bouffe. Mais plus important, son évasion, boudidiou !
Perdu dans ses rêves de gloire, il avait, comme qui dirait, repousser l'échéance. Pour un mec qui voulait à tout prix se faire la belle, il valait mieux revoir l'ordre de ses priorités. Du coup, aussitôt pensé, aussitôt réagi, Gura pressa le pas à la surface du navire.

Quelques longues minutes plus tard, -parce qu'avec son gabarit à tortiller, la quatrième vitesse est une notion très relative- le balourd levait enfin l'ancre, hissa les voiles, et bidouilla le gourvernail. Le tout saupoudré à la transpiration, bien entendu.

_ En avant toute, moussaillon ! Lâcha-t-il, se prenant au jeu, ou pour se donner du coeur à l'ouvrage.

Gura n'était pas un as du pilotage ou de la navigation, n'ayons pas peur des mots. Mais puisqu'il avait passé un peu de temps avec l'équipage des pirates punks, quelques souvenirs ou images lui revenaient en tête avec parcimonie. Ou en temps voulu, tout du moins.

Ensuite, ce ne fut qu'une histoire de brise et de courant. Le bâteau suivit donc le cours de la météo, et s'éloigna officiellement de cette contrée. Vers où ? Suspense.
http://www.onepiece-requiem.net/t10051-gurahttp://www.onepiece-requiem.net/t10092-gura
avatar
Gura

♦ Localisation : Lille

Feuille de personnage
Dorikis: 4115
Popularité: 190
Intégrité: -75

Mar 29 Avr 2014 - 10:28

Tu le sens, ce moral qui va bientôt tomber dans le fond des chaussettes ? Bon d'accord, Gura ne portait tout bonnement qu'une couche-culotte, de toute façon. Mais voilà l'impression qui allait suivre, en tout cas. Après l'excitation... la monotonie.
Le balourd voguait tout ce qu'il y a de plus pépère. Un peu comme pendant une traversée chez Costa Croisières, en fait. Le forfait à 14 jours. Avec le luxe et les activités en moins, par contre. Alors à part compter les vagues, les oiseaux, les nuages, les heures... Gura trouva vite le temps long.

_ Et si j'me tournais les pouces ? Délira-t-il tôt ou tard. Non, c'est nul.

C'est dans ces moments-là qu'on pouvait se permettre de regretter son ancienne vie familiale, le cirque, les potes, sa notoriété locale. Pourtant, il dut effacer rapidement ce genre de nostalgie. Comme disait l'autre, il faut positiver !

D'une paire de claques sur les joues, il se réveilla donc de ses mauvaises pensées, et se remit en marche. Justement, puisqu'il était tombé précédemment sur des objets plus ou moins précieux, il y avait peut-être quelque chose d'utile à dégoter, pensa-t-il.
De retour dans le sous-sol flottant, Gura récidiva ses nouveaux talents d'archéologue. Enfin, en quelque sorte. De là à se consacrer à du travail précis et minutieux, c'était certainement trop difficile pour un type comme lui. En clair, le balayage se résumait à faire déguerpir les obstacles d'un revers de paluche boudinée, si les articles ne lui tapaient pas dans l'oeil dès le premier... coup d'oeil.

_ Non ! Non ! Non. Hmmm... ouais... mais non !

Il était impressionné par toutes ces babioles quand même. D'avoir pu amasser autant de trucs, ces maudites taupes et leur leader avaient, semble-t-il, vraiment énuméré les îles de West Blue, l'une après l'autre.

Dans le feu de l'action, il se débarrassa même d'un Eternal Pose. Si si ! La montre bizarre super rare et super chère. Manque de bol, ne comprenant pas tout l'intérêt autour de ce joujou, celui-ci partit exploser dans un coin.
Pour tout dire, Gura n'avait rien contre s'amuser à revendre tout et rien sur les marchés ou illégalement. Surtout qu'après avoir quitté son nid douillet, il était quitte à devoir subsister au jour le jour. Au début, du moins ? Mais quoi qu'il en soit, il se voyait mal tout emporter sur son dos, au bout d'un baluchon.

_ Ah ! Fit-il, quasi prêt à mordre, tout à coup.

Une carte au trésor ? Meuh oui ! Ou alors ça en avait tout l'air. Comment dire... un bout de papier, avec la représentation d'une île, des coordonnées, et même une croix à tel endroit.
Ça ne voulait dire qu'une chose, non ? Ah bah dans le monde de la piraterie, il ne pouvait seulement s'agir que d'un bon et gros magot enterré, dans une cachette super secrète. Ou juste six pieds sous terre.

_ J'aurai pas perdu ma journée, moi ! Se félicita-t-il, la joie se redessinant sur son visage.

Tout content et insouciant, il piétina maladroitement encore deux ou trois bibelots sympathiques et brillants dans la foulée, puis courut jusqu'au cockpit du vaisseau. Là-bas, il y avait une boussole. Un bon début pour un nouveau départ, en somme.

Après quelques manoeuvres plus tard du volant, le Sumo avait remis le bâteau dans la bonne trajectoire. Pas encore trop difficile. Il n'y avait que quatre points cardinaux, en tout et pour tout. Ainsi, après un petit exercice de jugeotte, la tâche à exécuter ne fut pas tant que ça la mer à boire. La véritable énigme était pourtant de savoir si la carte amènerait bien au bon endroit.
Déjà que Grand Line est grand. Les Blues, pareil. Et puis d'ailleurs ? Est-ce que l'île reproduite sur le papier appartenait à West Blue ? Oups, pas sûr (mais ça, chut, hein !).

Enfin bref. Ne s'appelle pas Gura, qui veut.
http://www.onepiece-requiem.net/t10051-gurahttp://www.onepiece-requiem.net/t10092-gura
avatar
Gura

♦ Localisation : Lille

Feuille de personnage
Dorikis: 4115
Popularité: 190
Intégrité: -75

Jeu 1 Mai 2014 - 11:07

_ Ouais ! J'ai une touche ! Se réjouit le catcheur, en agitant une canne à pêche au ciel.

Rebelotte ! Un voyage sur l'eau prenait parfois du temps. Surtout quand il n'y avait pas de vent. Pas même un pet silencieux. Il fallait donc bien s'occuper pour sa survie.
Ma foi, la pêche avait ses bons côtés. Si on s'y prenait au jeu, on ne voyait pas forcément les minutes s'écouler. C'est que ça demandait de la concentration, ces conneries-là ! De plus, avec cette période ensoleillée qui lui tapait sur la caboche, il en profitait pour bronzer du même coup. Enfin bon... cramer serait plus exact.

Cela faisait donc tout de même des plombes que ses grosses fesses suintantes campaient sur la rambarde, et à part une marque rouge qui trainerait à s'effacer par la suite, rien ne se brisa sous son poids. L'explication la plus convaincante venait du fait qu'il avait déjà tout avalé ce qui existait de comestible sur le bâteau. C'est à dire, pas grand chose.
Bref, pas besoin d'une Encyclopédie Bordas pour apprendre de quoi se nourrissaient les taupes. Résultat, une fois les rations de Taupe-chef et de ses frangins Trisse et Ratope ingurgitées, il ne restait plus grand chose de consistant à grailler.
En clair, c'était les seuls êtres humains de la bande, quoi. Les autres ne bouffaient que des insectes. La fameuse nourriture de demain, disaient d'ailleurs certains qui prédisaient soi-disant le futur.

Dans tous les cas, Gura avait bien mérité son poisson. Surtout après avoir pris autant racine. Déjà que le moindre effort pouvait vite devenir une corvée. Ajouté à ça la chaleur, et le gros transpirait et perdait illico quelques dizaines de kilos et calories. De quoi ne pas faire couler tout de suite son moyen de transport. Ce n'était pas plus mal, dans un sens.

_ Hein ? S'étonna-t-il pourtant, au final. Qu'est-ce que tu fous accrochée là, toi ?

En effet, la prise du jour n'était pas du tout ce à quoi il s'attendait. Des longs cheveux, des seins, une fine silhouette qui piaille... il n'y avait donc pas d'arêtes ni de branchies ou d'écailles dans cet animal.
À tout casser, peut-être aurait-on pu l'insulter de thon ou de morue ? Mais la geignarde faisait son effet. À la rigueur, une sirène alors. Métaphoriquement parlant, hein.

_ Elle ne te répondra pas, mon gros ! Répondit un autre étranger derrière, masculin cette fois.

Gura pivota vers ce deuxième intrus tout en regagnant le pont. Il faisait désormais face à tout un équipage de pirates, vu leur dégaine et leurs armes. Comment s'étaient-ils tous introduits en feuj ici ? Bonne question.
Encore que leur navire semblait garé plus loin au large, à en juger par l'ombre massive en arrière plan. Cela signifiait sans doute qu'ils avaient alors fini leur abordage avec des barques ?

_ On ne peut même plus pêcher tranquille, c'est ça ? Grogna le Sumo, vraiment vexé, pour la peine.

D'accord, il s'ennuyait grave au départ. Mais être dérangé tout en s'essayant à sa toute fraîche passion pour la vie sous-marine, -ou plutôt leur mort- ça l'embêtait pas mal. C'était comme regarder son film préféré à la télé, et paf ! Coupure nette du courant.
http://www.onepiece-requiem.net/t10051-gurahttp://www.onepiece-requiem.net/t10092-gura
avatar
Gura

♦ Localisation : Lille

Feuille de personnage
Dorikis: 4115
Popularité: 190
Intégrité: -75

Sam 3 Mai 2014 - 9:38

_ J'ai reconnu le logo des taupes pirates, alors j'ai voulu leur mettre une râclée. Où sont-ils ? Enterrés, j'parie ? Ils ont eu peur, j'suis sûr ! Pfff... des chochottes comme tous ces banals débutants, j'le savais !

_ Héhéhé ! Tu n'y es pas du tout, Monsieur La-science-infuse. T'arrives simplement trop tard, je les ai déjà envoyés à l'hôpital ! Et pour longtemps, crois-moi.

Là, Gura reprit confiance en lui. Et un peu de vantardise aussi, faut pas déconner ! Et puis deux mètres vingt de haut, ça aide assez à prendre le melon. Les chevilles qui enflent, c'était déjà fait.

Il lâcha aussitôt ensuite la canne à pêche par-dessus son épaule, histoire de pouvoir se frotter les mains. Ça devait signifier un truc du genre "tu veux être le prochain ?".
Quant à la nana, elle se vautra hors du bâteau, bien sûr. Dans une des barques qui l'entourait sûrement en contrebas. Le bruit n'avait pas consonné comme un plouf, en tout cas.

Pourquoi alors Gura n'avait pas été capable de remarquer qu'une ribambelle de petites embarcations l'encerclait ? Peut-être regardait-il tout bonnement ailleurs ? Ou alors les rayons du soleil l'avaient peut-être aveuglé plus que prévu.

_ Bien essayé, mec ! Mais je sais quand quelqu'un me ment.

Gura faillit s'étouffer en se râclant la gorge. Il voulait se retenir de s'esclaffer, pour tout dire. L'autre type, lui, partait pour finir avec un torticolis, vu comment il devait se cambrer pour zieuter son interlocuteur bien plus élevé.

_ Ah ouais d'accord. Tu connais tout sur tout, si j'ai bien compris ? Beh figure-toi que là, j'ai surtout faim. Alors si tu le savais depuis tout à l'heure aussi, tu sais ce qu'il te reste à faire ? Te barrer. J'aimerais déjeuner en paix ! (Stephan Eicher Style...)

Le mastodonte n'attendit pas plus longtemps ensuite, pour montrer qu'il ne plaisantait pas, et qu'il avait d'autres dossiers sur le feu à traiter. Ce fut pourquoi une Toupie Booblade chorégraphiée plus tard, les premiers spectateurs dégageaient sans remord ni objection convaincante... emportant avec eux la file d'attente un peu sur les nerfs.

Le navire morfla dans le feu de l'action, malheureusement. La grande voile tiendrait encore, mais pour combien de temps ? D'autres morceaux du plancher s'étaient déchirés également, parsemant le pont de nouveaux trous et autres tranchées. À tout hasard, probablement aussi que les saligauds avaient quand même réussi à picorer quelques menus trésors dans les cales.
Heureusement, c'était le cadet des soucis de l'énorme forain pour l'instant. Mais à ce train-là, il n'aurait presque plus rien à revendre, par exemple !

Sur ce, pas besoin de s'éterniser en présentations. Ces guignols n'étaient rien de plus que du énième menu fretin. On appelait ça l'âge d'or de la piraterie, parait-il. Grossomodo, tout et n'importe qui se jetait à l'eau, quoi. Ou dedans, pour ce cas-ci.

_ Bon, j'en étais où déjà, moi ? Conclut Gura, après ce petit encas belliqueux.

Il n'avait plus de canne à pêche, oups. Mais pire que ça, les nuages gris avaient eu le temps de s'amonceler dans les environs. Décidément ! C'était la journée des coups de p*te discrets aujourd'hui, se disait le gros.

Lot de consolation ? Un gros vent s'annonçait. Mais pas sûr que ce soit celui que les habituels marins désiraient le plus, lorsqu'ils séjournaient en pleine mer.
http://www.onepiece-requiem.net/t10051-gurahttp://www.onepiece-requiem.net/t10092-gura
avatar
Gura

♦ Localisation : Lille

Feuille de personnage
Dorikis: 4115
Popularité: 190
Intégrité: -75

Lun 5 Mai 2014 - 9:31

Adieu les derniers rayons brûlants du soleil ! Un dernier nuage sombre et épais finissait de s'enchevêtrer dans un de ses congénères. Tous l'un dans l'autre, chargés à bloc, dans l'attente de balancer la sauce... enfin, la pluie. En tout cas, ça paraissait une vraie orgie météorologique tout là-haut. Du moins, si on avait l'imagination pour penser à des trucs pareils. En général, dans ces conditions, on avait plutôt peur pour sa vie si on n'était pas préparé à faire face à cette nature violente.
Concernant Gura, il se disait qu'il aurait, de toute façon, assez de flotteurs pour garder la tête hors de l'eau, s'il était amené à tomber par-dessus bord. Cependant, la vraie menace se trouvait justement dans les profondeurs, guettant machinalement après le moindre faux pas de l'être humain, qui avait tendance à souvent jouer à l'aventurier sur les mers.

Alors c'était génial, dans un sens. Le bâteau avançait à vive allure dorénavant. Et puis l'air frais et puissant, qui soufflait, avait aussi ses bons côtés sur la peau du Sumo. Ça ne valait pas la bonne vieille Biafine, certes, mais le pouvoir d'apaiser les coups de soleil agissait tout de même, en quelque sorte.
Encore que, à cause de toutes ses secousses allant crescendo, Gura n'avait pas trop le temps de penser à souffrir et s'apitoyer sur son sort. Il devait courir partout, d'un bout à l'autre du navire, et tenter de sauver tout ce qu'il pouvait. C'était ça ou l'engin se brisait en milliers de planches de surf.
Heureusement, sa transpiration et la flotte des vagues avaient de quoi mouiller son parcours du combattant, plutôt deux fois qu'une. Donc, le gros patina à la perfection. Pas comme cet abruti de Schumacher préférant le hors piste, oups.

De plus, l'obscurité n'arrangea pas les choses non plus. Prétendre pouvoir lire une carte, ça pouvait encore s'avérer crédible. Une boussole, idem. Mais tenir de manière constante un bâtiment dans la bonne direction et la bonne trajectoire, il fallait repasser !

_ Mon trésor, nooon !!! se plaignit-il en pleurnichant pour de faux.

Qu'importe, il fallait maintenant prendre son mal en patience. Gura regagna donc le gouvernail quand il estima ne plus pouvoir atténuer la catastrophe, puis un coup à gauche, à droite, et ainsi de suite... jusqu'à temps que le climat s'adoucisse au moins un minimum.

Après deux heures de dérive dans l'ignorance et le noir, une lueur ensoleillée sembla se remettre à percer dans l'horizon. Le catcheur retrouva alors un brin de bonne humeur sur le visage, tandis qu'il consultait tantôt la carte, tantôt le panorama avec des jumelles. En gros, il essayait de trouver autre chose que du bleu, mais surtout de prier pour matéraliser la moindre parcelle de terre.
Et puisque dans One Piece, il n'y avait pas que de l'eau à perte de vue, les premières côtes d'une île finirent tôt ou tard par se dessiner. Vaguement, dans un premier temps, à cause de la distance. Comptez encore une heure ou deux de plus, quoi !

Gura jongla alors de grimaces. Tout dépendait s'il avait les jumelles sur le nez ou non. Il n'en pouvait plus de stagner ou tourner en rond. Et forcément, plus il souhaitait débarquer à bon port, plus les minutes avaient l'air de s'allonger.

_ J'en peux plus ! J'en peux plus ! Et puis, j'ai faim !

Il était à deux doigts de... se manger les mains. Et ne pas garder l'autre pour demain, pour la peine.

D'ailleurs, son ventre se mit à gargouiller. Le bruit de ouf ! On se serait cru dans une cathédrale, à peu de chose près. Il se fit même pratiquement peur tout seul, sur le coup, croyant au début que ce devait être un monstre marin dans les parages. Pour que cela cesse, ses mains se mirent ensuite à tambouriner dans ses bourrelets. Une technique pourrie comme une autre. Et en effet, à part voir son bidon se déformer, on ne pouvait espérer meilleur résultat.
Enfin, comme tout vient à point, à qui sait attendre, le but inutile de la manoeuvre provoqua la chance ou le miracle d'accélérer le temps. Lorsque Gura arrêta de se toucher le nombril, son nez se leva devant lui pour constater que l'accostage était imminent.

À tel point que s'il ne se bougeait pas fissa les miches potelées, sa péniche se transformerait précipitamment en radeau à la première collision ! Tatatam !
http://www.onepiece-requiem.net/t10051-gurahttp://www.onepiece-requiem.net/t10092-gura
avatar
Gura

♦ Localisation : Lille

Feuille de personnage
Dorikis: 4115
Popularité: 190
Intégrité: -75

Mer 7 Mai 2014 - 9:38

Première consigne alors, le seul maître à bord se dirigea vers l'ancre du bâteau. Ou du moins, ce qu'il en restait. La grande voile, quant à elle, avait fini par se faire dévorer par Eole pendant la perturbation de tout à l'heure. Et d'autres débris avaient ensuite suivi le même dénouement. Paix à leurs âmes, sans doute.
De plus, comme si ça ne suffisait pas, les premières fuites au sous-sol apparaissaient. Ce qui n'allait pas arranger la corvée de Gura, qui en prime, ignorait toujours ce souci. Il ne s'était plus rendu dans les entrailles de l'engin depuis un moment maintenant. Plus la tête à ça.

_ Phoque, phoque, phoque ! Gémit-t-il parfois en série, telle une otarie de cirque.

Avec la voix poussée dans les aigüs. Après c'est sûr, on ne pouvait pas être toujours balaise en imitation d'animaux.

Lorsqu'il arriva pour de bon sur le rivage, le navire ne serait jamais plus opérationnel dans l'état pour reprendre le large. Gura ne le remarqua pas tout de suite, par contre. Il était bien trop heureux de pouvoir caresser ce nouveau lopin de terre providentiel, du bout de ses pieds. Depuis le temps qu'il en rêvait. C'était un vrai soulagement après autant d'inconvénients tout le long du trajet.
Le gros avait alors ensuite marché sur plusieurs mètres, tandis que dans son dos, le bâteau continuait de se noyer doucement mais sûrement. Quand il pivota pour constater les dégâts, on ne voyait déjà plus que la moitié du véhicule. Un peu comme un iceberg.

_ Chiottes ! Eh nan, reviens ! Comment j'vais faire pour me casser d'ici, moi, après ?!

Bah voyons ! Genre, il pouvait communiquer avec son moyen de transport ? Pfff.

Gura contempla alors les derniers instants du bâteau. Ce dernier n'allait pas tarder à pousser son dernier souffle. Enfin, ses dernières bulles. Après quoi, les quelques vagues des environs se chargèrent de faire disparaître les indices restants. En les faisant couler, ou en les emmenant dans le lointain.

_ La caaaaaarte !!! Beugla-t-il, à la fin de cet hommage. M*rdeuuh !! quelle tête en l'air je fais...

Un rugissement bestial lui répondit, provenant visiblement du coeur de l'île.

Le Sumo se figea sur-le-champ, le souffle coupé, et sursauta après avoir écrabouillé une malheureuse petite brindille innocente. D'un revers de main, il s'essuya ensuite le front rempli de sueur, tout en se plaignant de la température anormalement élevée ici. Tous les moyens sont bons pour se rassurer, hein ?

Puis, après cet intermède surprise, Gura se recomposa, naméoh ! Il n'était pas question de faire dans son froc ! Sa couche Pampers spéciale étanchéité, plus précisément. Le comédien croyait dur comme fer en sa taille et en son poids disproportionnés, dans son for intérieur. Alors même s'il avait passé son enfance à se goinfrer dans l'espoir de choper, un jour peut-être, un Fruit du Démon, sa carrure monstrueuse en exposait justement un, depuis. À sa manière, en tout cas.
Conclusion, pas besoin de trembler. Pour l'occasion, Gras Double se remémora même quelques souvenirs de son cirque. Le genre de flashback avec des animaux, tant qu'à faire. En gros, il avait suffi de les dompter pour ensuite les avoir à la bonne. Ça n'avait bien sûr pas été de tout repos, mais le boulot en valait la chandelle.

_ Tu ne me fais pas peur ! S'écria-t-il, poing tendu et pour se revigorer.

Néanmoins, au même moment dans le ciel, une nuée de volatiles très moches semblait prendre la poudre d'escampette. Les bestioles à plumes inspiraient pourtant assez bien le côté morbide de cet endroit primitif. Avec un peu de chance, ils devaient être capables de vous arracher la tête, rien qu'avec leurs serres. Un mélange d'aigle et de corbeau, dirait-on.

Alors pourquoi fuyaient-ils ?
http://www.onepiece-requiem.net/t10051-gurahttp://www.onepiece-requiem.net/t10092-gura
avatar
Gura

♦ Localisation : Lille

Feuille de personnage
Dorikis: 4115
Popularité: 190
Intégrité: -75

Ven 9 Mai 2014 - 10:03

Chapitre 2.

Gura déglutit une dernière fois, puis redémarra enfin. Il s'engouffra dans la dense jungle qui le surplombait. On n'y voyait pas à dix mètres, un peu comme tout à l'heure sur le bâteau, à cause du mauvais temps. Sauf que là, il faisait pourtant bien clair malgré la cime touffue des arbres. Les rayons du soleil arrivaient toujours à s'imiscer parmi les nombreuses fentes que proposait la végétation.

_ Piou piou piou ! Je veux pas mourir en caleçon !

Technique du cirque, bien entendu. Il avait souvent vu ses potes dresseurs en train d'amadouer leurs quadripèdes avec des petits cris à pousser. Ou alors c'était une façon d'attendrir la bête, pareil à un nourrisson, et éviter qu'il chiale... ou morde, pour ce cas-ci.

Bref, le catcheur savait bien dans le fond qu'il se tapait surtout la honte. Heureusement qu'il était le seul être civilisé dans les parages. N'est-ce pas, hein ? Histoire de s'en convaincre, il n'hésita pas à zieuter son environnement plusieurs fois d'affilée. À la rigueur, il pourrait toujours invoquer l'excuse de la transpiration, qui avait tendance parfois à lui flouter sa vision.
Mais le pire, c'est que la foireuse méthode paraissait fonctionner plutôt pas mal. Quelques roucoulements intervenaient apparemment en sa faveur. Espérons tout de même que ça ne signifiait pas "j'ai envie de toi". Certaines parades amoureuses avaient de quoi faire peur, n'empêche ! Rien que les pigeons, par exemple ! Capables de se monter dessus jusqu'à ce que le mâle parvienne à se coltiner la rondelle de l'autre partenaire.

Gura faillit vomir rien qu'à cette idée cauchemardesque. Déjà qu'il marchait aussi bien qu'un pingouin à ses heures perdues, là il avait presque peur de devoir rouler comme Blanka pour avancer.
Sur ce, le parcours du combattant arriva à son terme. Bon, en fait, pas tant que ça. Disons qu'il quittait juste une jungle pour en emprunter une autre. Voilà c'est ça ! Comme les lignes de métro. Si ce n'est que dans celle-ci, il y avait déjà moins de slaloms à exécuter entre les troncs.

_ Ça n'en finira donc jamais !? Râla-t-il, commençant à perdre patience.

C'était sans compter sur son estomac qui se mit à grogner à son tour, lui rappelant du même coup qu'il n'avait toujours rien avalé depuis tout ce temps.

Le Sumo soupira... et transpira. Il était l'heure de faire une pause, au risque sinon de perdre connaissance. Il examina ensuite les lieux d'un peu plus près, et à part des plantes ou des sales gueules de champignons, il n'y avait rien à croquer à portée de main.
Il restait alors encore à mater au plafond. Avec du bol, peut-être que ces cocotiers portaient encore leurs boules bien mures ? Et en effet, quelques uns exhibaient toujours leurs noix. Il y avait donc bien de la nourriture sur cette île de malheur.

_ Sauvé ! Jouit-il en calinant le tronc de l'arbre sur lequel il avait des vues.

Il ne tarda d'ailleurs pas à le secouer, mais en vain. Rien à faire ! Le bougre en bois ne voulait rien lâcher.

Dans ces conditions, il n'y avait donc plus trente six solutions pour obtenir gain de cause. Rien de tel qu'une bonne petite attaque Kamik'Ass. Et hop ! Un coup de fesses Moltonel appuyé dans l'herbe plus tard, Gura prenait son envol. Comme une fusée Ariane, il décolla alors à la verticale jusqu'au sommet de l'arbre, cueilla le plus de noix de coco possibles, et retomba enfin lourdement dans le sol.
Désormais, avec un cratère pareil, il s'était confectionné un beau petit bac à sable pour son pique-nique. Bon appétit !
http://www.onepiece-requiem.net/t10051-gurahttp://www.onepiece-requiem.net/t10092-gura
avatar
Gura

♦ Localisation : Lille

Feuille de personnage
Dorikis: 4115
Popularité: 190
Intégrité: -75

Dim 11 Mai 2014 - 9:19

Bien installé dans sa piscine sans eau, Gura prit un des fruits entre ses mains, et le consulta longuement sous tous les angles. Après réflexion, il tapota dessus pour jauger la dureté de sa pitance. Visiblement, le truc possédait une épaisse carapace. Et en effet, le presser entre ses paumes ne sembla pas suffire. Le gros, ne voulant pas s'avouer trop vite vaincu, mit ça sur le compte de ses mains moites. Résultat, il chercha aussitôt à se les essuyer, et par réflexe, il ne trouva que ses propres et humides bourrelets dans les parages. Pas question de les frotter dans la terre non plus !

_ Rha mince ! Comment je dois faire ?!

C'est vrai ça ! Ce serait un comble de crever la dalle sur une île "déserte". En général, on utilisait tout bonnement ce terme parce qu'on était le seul clampin qui s'échouait dans un lieu vide d'humanité. Pourtant, on avait généralement la chance d'y trouver de la bouffe à volonté.

Gura reprit ensuite ses petits rituels. Il essaya par exemple de mordre dans la coquille, ou encore de l'éclater sur son front. Mais on dirait qu'il était vraiment impossible d'ouvrir ces noix sans outils adéquats.
Le mastodonde grogna alors de plus belle, puis se redressa. Là encore, méditer debout ou admirer le paysage ne ferait pas avancer la question.

_ À moins que...

Exact ! À moins de tenter un petit numéro de cirque. Celui-ci n'était pas de son cru, mais peut-être que ça marcherait aussi bien. À vrai dire, il valait mieux avoir le fessier ultra musclé. En clair, tout l'inverse de Gura. Mais bon, qui ne tente à rien, n'a rien, disait-on.
Ainsi, telle cette célèbre cloche de JCVD avant lui, le Sumo logea une des noix entre ses miches, et pressa de toutes ses forces. Finalement, il aurait très bien pu user de sa technique du Hot Dog, mais il fallait croire que ce serait moins drôle.

Crak !

_ Yeah ! Une noisette, j'la casse entre mes fesses ! Récita-t-il joyeusement, fier de son exploit.

Cependant, le bruit ne venait pas du tout de son arrière-train, mais du reste des fruits devant lui à ses pieds. Lorsqu'il calcula enfin l'impensable, il desserra immédiatement du châssis. Quelques pas de côté plus tard, Gura constata le revirement de situation soudain d'un autre oeil.

Ce n'était pas des noix de coco ! Mais bel et bien des oeufs. Et vu ce qui s'apprêtait à sortir, on nagea bientôt dans la quatrième dimension. Leur forme faisait logiquement penser à des serpents. Les bestioles ondulaient des pieds à la tête, en prime de siffler tout en dépassant leur langue fourchue.
Par contre, pourquoi irait-on ranger ses petits au sommet d'un cocotier ? Le Sumo cogita difficilement, mêlé entre la stupéfaction, la curiosité, et l'horreur de la chose.

_ Nom d'un slip mal lavé ! C'est quoi cette limace bizarre ?

Plus surprenant encore, des petites ailes, non développées encore, dépassaient sur le dos de ces rampants. Cela sous-entendait qu'ils voleraient donc un jour ou l'autre ? Expliquant du même coup par A+B qu'ils naissaient dans un nid, semblables à des oiseaux normaux ?

_ Euh... désolé, j'savais pas, hein ! S'excusa-t-il, juste au moment où son estomac se mit à ronronner sensuellement.

Ça n'y changerait rien, mais puisqu'il avait gardé quelques souvenirs d'antan, Gura s'imaginait déjà en train de réconforter les bébés monstres comme les tigres en cage dans son ancienne troupe, grâce à quelques mots doux.
http://www.onepiece-requiem.net/t10051-gurahttp://www.onepiece-requiem.net/t10092-gura
avatar
Gura

♦ Localisation : Lille

Feuille de personnage
Dorikis: 4115
Popularité: 190
Intégrité: -75

Mar 13 Mai 2014 - 11:29

_ Beh voui, je compatis. Mais je suis sûr que papa et maman vont bientôt revenir. Ils ne devraient plus tarder à présent. Tenez bon ! Soyez forts ! Soyez courageux !

Gura appuya ses paroles en serrant le poing devant son torse. Le truc bien ridicule et inutile, quoi. Si ça tombe, les nourrissons à écailles prendraient ça pour une provocation, de toute manière.

En fait, les bébêtes piaillaient surtout parce qu'elles avaient faim, et que pour atteindre le succulent et ruisselant plat de viande devant eux, elles devaient d'abord se démener grave pour s'extirper de leur berceau. Un gros tas qui pesait plus de deux cents kilos, ça ne se refusait pas.
Lorsque le grand chauve comprit enfin que ses petites tendresses verbales ne fonctionnaient pas, il décida d'envisager une autre option. Siffloter avec son public. Qui sait, avec du bol, il réussirait à charmer ces immondices comme le mec avec sa flûte.
Après une tentative pas plus, Gura abandonna déjà cette méthode pour la simple et bonne raison, qu'à cause de ses lèvres trop pulpeuses et lubrifiées de sueur, il ne parvenait pas à produire le moindre son. Ou du moins, rien de bien convaincant.

_ Content de vous avoir rencontré, hein...

Cette fois-ci, il n'y avait plus à trainer dans les parages. De nouveaux craquements de coquilles d'oeuf venaient de retentir, pratiquement en choeur.

Gura mit donc brusquement les voiles. D'ailleurs, il aurait mieux fait de réagir plus tôt. À croire que son cerveau était aussi lent et lourd que le reste du corps. Oui, car si courir lui prenait déjà habituellement du temps, escalader le cratère, dans lequel il s'était en quelque sorte enlisé, ne fut pas une mince affaire non plus.
Pour la peine, les serpents, bien plus agiles et plus vifs, ne mirent pas longtemps à le rejoindre, et s'apprêtaient déjà à lui mordre l'oignon. Par chance, en grimpant comme un dératé, Gura aspergea les saligauds de terre et de son fétiche liquide visqueux. Il avait inconsciemment fabriqué des projectiles de boue, pourrait-on dire.

_ Laissez mon c*l tranquille ! Il ne vous a rien fait !

À part peut-être essayer de briser de la progéniture et la réduire en bouillie, bien entendu.

Quoi qu'il en soit, la chasse restait ouverte. Gura ne détourna pas le regard et préféra courir. Et puisqu'il continuait de percevoir des sifflements dans son dos, cela ne voulait dire qu'une seule chose. Les vers le poursuivaient toujours.
Au cas où, le Sumo se passa tout de même quelques doigts dans les oreilles, de peur que ce soit ces dernières qui lui jouaient au final un mauvais tour. Mais non, de ce côté-là, son audition fonctionnait correctement.
Puis, quelques dizaines de mètres plus loin, le catcheur se retrouva cerné. En clair, il devina n'avoir quasiment fait que du sur place, s'être essoufflé pour que dalle, et subsidiairement donner dans la secousse sismique.

_ Très bien, vous l'aurez voulu ! Moi aussi, j'peux faire dans l'ondulation, de toute façon. Home Sweat Home !

Gura déballa aussitôt le long ruban inondé de sueur, qui lui entourait la taille, et fouetta tous ces rebelles minipouces allongés dans l'herbe. Le tissu, doux au toucher à l'origine, faisait désormais office de lanière de cuir. Quant au fait de viser ou non correctement la cible, ce n'était pas le plus grave. Les grosses gouttes super-glue auraient vite fait de courber l'échine des rampants.
http://www.onepiece-requiem.net/t10051-gurahttp://www.onepiece-requiem.net/t10092-gura
avatar
Gura

♦ Localisation : Lille

Feuille de personnage
Dorikis: 4115
Popularité: 190
Intégrité: -75

Jeu 15 Mai 2014 - 9:38

Une bonne chose de faite ! Dès que le catcheur eut exécuté sa petite punition, il se rhabilla. Pourtant, en enroulant la ceinture autour de ses hanches, il put remarquer deux infimes traces rouges, non loin de son téton. Des piqûres de serpent ? Probablement. Comment des jeunots pouvaient déjà posséder leur paire de dents si tôt, à peine sortis de l'oeuf ? Et pourquoi pas !
Gura s'étonna alors et s'interrogea un bref instant. Un peu comme si consulter le ciel allait lui apporter une quelconque réponse. Mais ne ressentant rien, à part la fatigue dû à ses efforts récents, il en déduisit que le venin ne devait pas être assez puissant. À moins que l'enf**ré de reptile n'avait tout bonnement pas réussi à se vider les c... euh, les crocs.

_ J'espère que ça s'infectera pas, en tout cas.

Le gros s'étira quand même le nibard coulant, et léchouilla à l'endroit de la mini blessure.

Au final, il y avait pris goût. Du coup, tout en reprenant son chemin tôt ou tard, le temps s'écoula sans que ça s'apprenne. Gura s'interrompit lorsqu'il retomba dans un tout autre décor. Juste une énième tripotée d'arbres, en fait. Sauf que cette fois-là, des autres autochtones venaient l'accueillir. Ou lui demander de déguerpir, plus exactement.
Bref, bienvenue sur le territoire des gorilles, à en juger par la meute vêtu de fourrure noire. Et leur langage, leur posture, et leur faciès. Certains étaient descendus de leurs perchoirs, tandis que d'autres préféraient continuer d'épier le gros de haut. À noter d'ailleurs que c'était dorénavant à Gura de lever les yeux, malgré ses deux mètres vingt.

_ Euh.. salut ! Commença-t-il, gêné. Je ne cherche pas les problèmes. Je cherche juste à manger et à me barrer d'ici.

Malheureusement, c'était à parier. Les grands singes ne comprenaient rien, en prime de s'en contrefoutre... d'une force. Ils s'échangèrent des regards entre eux, comme pour dire "qu'est-ce qu'on fait de ce clown ?".

Gura soupira, car dans le fond, il savait très bien qu'on ne pouvait pas communiquer avec ces bêtes-là. Ça ne marchait, encore une fois, que dans les cirques... et à condition peut-être d'avoir dressé le cobaye pendant un long moment.
Le Sumo se remémora dans la foulée les dernières paroles de son daron. Celles où il expliquait que le monde extérieur à la famille, n'était pas forcément meilleur. Et surtout aussi qu'on n'arrivait à rien en restant seul.

_ Ouais mais non ! Pesta-t-il soudain, avant de revenir à la réalité. Grand Line est assez vaste et propice à la rencontre des bonnes personnes.

Même Meetic n'irait pas dire le contraire !

_ Bon alors ? Relança-t-il à l'attention des primates. Y'a pas une petite banane qui traîne ? Ça, ou des Chocopops, ça fera l'affaire, hein ! J'suis pas difficile.

L'un deux sembla répondre quelque chose. À moins qu'il ricanait ? Ou qu'il s'énervait ? Difficile de décrypter de façon claire et limpide.

Bref, le singe sautillait sur sa branche, beuglait comme une fan de Justin Bieber, tout en parcourant le regard de plusieurs congénères avoisinants. Pendant ce temps, Gura fronça les sourcils et tenta de percer les secrets de cet échange incompréhensible. Puis quand il en eut marre, il applaudit brièvement. Avec du bol, ça leur ferait insinuer qu'il approuvait leur jugement.
http://www.onepiece-requiem.net/t10051-gurahttp://www.onepiece-requiem.net/t10092-gura
avatar
Gura

♦ Localisation : Lille

Feuille de personnage
Dorikis: 4115
Popularité: 190
Intégrité: -75

Sam 17 Mai 2014 - 8:39

Pourtant, c'était bien connu. Dans le monde de la jungle, il n'y avait qu'une seule loi qui régnait. Celle du plus fort. Donc tuer ou être tué. Gura le comprit quelques secondes plus tard, lorsque les singes se mirent à danser leur haka de grand guerrier. Oh, ça ne vola pas très haut, hein ! Juste quelques roulements de tambours sur les pectoraux, et des grognements de style "ouba ouba !".
Après quoi, la horde des affamés passa tout bonnement à l'action. Sans plus tarder et comme un seul homme, ils foncèrent sur leur énorme cible en string. Les assaillants avaient la classe. Ils se déplaçaient très vite, pareils à des chevaux au galop. Très souples et sportifs malgré leur corpulence de boeuf, et leur dos plié de retraité.
Pour se donner en spectacle d'ailleurs, certains prenaient un malin plaisir à décoller dans les airs, histoire de chorégraphier quelques saltos de gymnaste. Tandis que d'autres, plus fourbes que leurs comparses, montaient sur les épaules de leurs frangins, puis bondissaient l'un sur l'autre et ainsi de suite, sans doute pour doubler tout le peloton et rejoindre la première ligne du front.

_ Pourquoi tant de haine ? Plaisanta le gros, faussement triste et perdu dans ses pensées. Quand c'est pas des reptiles qui veulent mordre mon pétard, c'est des gorilles qui aimeraient me croquer le mastard !

Pour changer, les singes ne captaient rien à la complainte du Bibendum, en plus de s'en carrer profond. Eux, tout ce qui les intéressait était qu'un bon jambonneau bien consistant se tenait debout devant leurs babines.

Gura se mit alors en position, tout en se frottant les mains. Mais laule ! Comme il compressa l'air entre ses paumes, il put mimer des bruits de pet ou quelque chose du genre. C'était un peu le même principe que le con qui s'amuse à coller sa main sous le bras ou dans le pli du genou.
Puis, une fois la blagounette pas drôle passée, la bande de sauvages se jeta tous en choeur sur le comique, grosses paluches brandies.

_ Hot Dog ! Exulta le catcheur, qui n'avait pas bougé d'un pouce.

En effet, chaque baffe avait soit été amortie par la graisse du bonhomme, soit coincée dans les fameux bourrelets qu'on ne comptait plus. Il ne suffisait donc plus qu'à broyer le tout.

Les mains adverses concernées ressortirent ainsi engourdies ou aplaties en quelque sorte. Bref, les victimes de cette technique ne pourraient plus utiliser leurs membres touchés, pendant un moment.
Cependant, le hic restait tout de même que les gorilles possédaient plus ou moins tous les mêmes mensurations que Gura. Tout en ayant gardé leurs muscles saillants, eux au moins. Le Sumo nota justement que son attaque n'avait au final servi à rien. Ou alors, seulement reculer l'échéance.

Résultat, le reste du groupe de primates eut vite fait de rouster leur large ennemi, en guise de vengeance. Malmené de tous les angles, Gura sentit bien les secousses lui traverser le corps, en fin de compte. Il n'avait plus qu'à piailler des "hou, han, argh !" à la pelle, et danser un twerk à la Miley Cyrus, mais contre son gré. Et s'étaler sur le ventre, vaincu.
Là, le flashback d'une baston quotidienne avec tel ou tel animal de son cirque lui revint alors en tête. Il se souvint qu'il n'y avait pas trente-six façons de dominer une bête, même du haut de ses deux mètres vingt. Pour preuve, une de leur dresseuse de tigres était aussi naine et fine qu'une planche à pain chinoise. Néanmoins, son fouet réussissait toujours à donner le dernier mot. Shlak, en l'occurrence !

De retour dans le présent, les primates traînaient déjà Gura vers leur campement. Une fois ressaisi, il usa de son gros bidon pour faire trampoline dans l'herbe. Les autres furent alors aussitôt pris de panique ou de confusion. Ils se rugirent dessus, comme si l'un cherchait à rejeter la faute sur son voisin, car le prisonnier s'échappait.

_ Pleurez pas, il y en aura pour tout le monde ! Toupie Booblade !

Gura tourbillonna lors de sa descente, dégommant ainsi une première série de poilus, et récidiva avec une seconde salve de fouettages sur la deuxième vague d'énergumènes frustrés.
Et hop ! Toute la smala de King Kong n'aurait plus qu'à repartir la queue entre les jambes, à leur réveil.
http://www.onepiece-requiem.net/t10051-gurahttp://www.onepiece-requiem.net/t10092-gura
avatar
Gura

♦ Localisation : Lille

Feuille de personnage
Dorikis: 4115
Popularité: 190
Intégrité: -75

Lun 19 Mai 2014 - 10:25

_ K.O. ! récita Gura, sur le même ton qu'un jeu vidéo à la Mortal Kombat.

Il leva les bras en l'air, mais les rabaissa aussitôt après avoir voulu respirer profondément. Bah oui ! Avec les aisselles juste à côté, bonjour les odeurs ! Un, ça aurait pu l'assommer. Et deux, ça pouvait aussi rameuter quelques autres narines développées dans le coin.
Conclusion, pas question de se farcir toute la faune locale de cette île en moins de vingt quatre heures, par exemple.

D'ailleurs, il était temps de prendre ses cliques et ses claques, et de se tailler de cet endroit maudit. Gura en avait vu et suffisamment subi pour aujourd'hui. Il fallait juste encore régler un petit détail... de taille. Pour aller où ? On pouvait dire adieu au bâteau, on pouvait toujours se concocter un radeau. Ou on pouvait s'apitoyer sur son sort, dans l'espoir de croiser un futur naufragé.
Le Sumo joua alors une ou deux compos, façon tam-tam sur le haut de son crâne. Peut-être qu'une idée géniale répondrait tôt ou tard à ses interrogations. À la place, son estomac vide lui répondit. Oups ! Ça aussi devenait très embarrassant, et important à remédier.

Dans la foulée, ça lui servit de sonnette d'alarme. Il décida enfin à s'éclipser en se dirigeant vers un vert pâturage plus clément. Sauf que dans ce pays sauvage, tout ne semblait se résumer qu'à des zones forestières. Pire que les innombrables hautes herbes du monde Pokémon.
Puis, une fois que ses talons avaient assez martelé la terre, le lourdaud fit une pause en s'adossant sur le premier rocher qui passait par là. Il se palpa la bedaine et tira la grimace. Sans doute de peur d'avoir perdu trop de kilos. Non pas qu'il était contre les régimes, hein ! Juste pas encore préparé à y faire face, nuance !

_ Qu'est-ce que j'vais devenir, bouuuh !? J'ai pas envie de passer mon temps à décortiquer chaque parcelle de ce trou perdu ! J'ai pas envie de passer mon temps à parler aux arbres et aux bêtes... même si j'ai déjà commencé !

Au final, Gura récita toute une flopée de fariboles sur les doigts de ses deux mains. À vrai dire, la liste s'allongeait sans cesse, à tel point qu'il avait dû même recommencer une nouvelle énumération.

Le temps s'écoula alors en silence et dans l'ennui. Résultat, à cause de son surpoids, il prit littéralement racine. Ses fesses avaient refaçonné la roche, et ses pieds avaient laissé de belles empreintes également.
Bref, après un mélange de fatigue et de famine, le gros sac s'écroula comme une masse. Bon d'accord, et probablement aussi une infime dose de venin dans le sang. Par chance, non létale. Il valait mieux l'effet anesthésiant de l'enfant, plutôt que le poison mortel du parent, remarque...

Et vous savez ce qu'on dit ? Qui dort, dîne.

De ce fait, Gura piqua un bon et profond roupillon réparateur. Le seul souci, dès qu'il ouvrit les yeux, fut de découvrir qu'une nouvelle menace de sauvageons l'attendait au tournant. Voilà qu'il se trouvait emmailloté solidement avec de la ficelle, suspendu à une broche, tel un méchoui. Et disons qu'ouvrir les yeux après avoir nagé dans des rêves d'enfance à propos du cirque, il y avait de quoi choper une crise cardiaque. C'était comme s'extasier devant le numéro impressionnant d'un cracheur de feu... sauf que pour l'épilogue, le gars vous crachait tout à coup à la gueule.

Pour la peine, le Sumo avait rugi comme une casserole participant au pire-off de The Voice ou La Nouvelle Star.
http://www.onepiece-requiem.net/t10051-gurahttp://www.onepiece-requiem.net/t10092-gura
avatar
Gura

♦ Localisation : Lille

Feuille de personnage
Dorikis: 4115
Popularité: 190
Intégrité: -75

Mer 21 Mai 2014 - 11:00

Chapitre 3.

La première chose à faire dans ces cas-là ? Se débattre, évidemment ! Gura passa donc les premières secondes à se dandiner dans le vide, avec insistance et intensité. Malheureusement, et aussi étrange que ça puisse paraître, ses liens ne cédèrent pas le moins du monde. Pas même un petit cliquetis, ni de quelconque grincement. Le cordage qui l'enroulait tenait vraiment bon. Quant à la broche métallique, rien à signaler non plus. Elle ne s'était pas tordue d'un poil. À quoi bon peser plus de deux cents kilos, ou être capable de développer une certaine force surhumaine, si on ne pouvait pas s'en servir au moment le plus opportun ?
À la place, Gura avait donc perdu son temps et sa sueur. Il fallait avouer aussi que les flammes du feu de camp n'arrangeaient pas les choses. Peut-être un coup à replonger dans les pommes ? Mais la meilleure occasion pour ses geôliers de le bouffer pendant son sommeil !

_ Pitié ! Non ! J'veux pas mourir maintenant ! J'ai encore toute la vie devant moi ! Promis. Si vous me détachez, je vous montre un tour de magie.

Ça valait le coup d'essayer, non ?

Mouais bof. Il suffisait de regarder son public de plus près, pour se rendre compte de leur âge mental. Non pas qu'ils avaient des esprits simplets. Plutôt qu'ils savaient se contenter des choses simples. Le style des hommes des cavernes, quoi. Habillés avec des peaux de bêtes, des armes taillées dans le bois, la pierre ou les os.
Et que dire de leur prose ? Aussi foireux que du morse, et encore ! Du code binaire se rapprochait plus de la vérité, en fait. Si ce n'est que le "1" se prononçait "ha". Et le "0" se disait "hou".
En clair, Gura avait encore du chemin à parcourir s'il espérait se faire comprendre, ou devenir leur meilleur ami.

L'un deux finit d'ailleurs par grattouiller la bonne vian-viande de leur proie bien dodue. Heureusement pour le gros, la fourche du bonhomme n'avait pas pour but de fouiller ses entrailles en profondeur. Enfin, pas pour tout de suite, en tout cas.
Gura couina quand même un peu, sous l'effet de la surprise, pensant déjà que son heure venait de sonner. Il profita alors de maudire tous les enseignements sur la vie du soi-disant pirate libre, et toutes les belles morales qui en découlaient. À deux doigts de regretter quasiment son choix de partir à l'aventure sur Grand Line, quoi !

_ Moi, gentil ! Moi, pas vous faire de mal !

En vain. Rien n'y faisait pour les faire changer d'avis. Visiblement, ces sauvageons n'étaient pas les seuls qui devaient crever la dalle.

Dans une dernière complainte, la cervelle du catcheur réussit pourtant à flamber d'une nouvelle idée. Un brin tiré par les cheveux, certes. Surtout pour un chauve de sa trempe... mais bien ingénieuse, dans le fond. Et puisqu'il savait contrôler plus ou moins tous ses muscles et ses bourrelets, une seule technique avait alors probablement le don de faire fureur dans l'instant.

_ Hot Dog ! S'écria-t-il avec passion.

Comme son dos faisait face au barbecue, le Sumo se servirait donc de ses grosses fesses pour ventiler l'air environnant. Ainsi, s'il parvenait à faire bravo suffisamment fort, il provoquerait un certain vent qui alimenterait le feu en contrebas.
Il fallait juste prier pour que ses liens ne le privent pas plus qu'autre chose. Mais n'étant pas momifié au millimètre près, la séance devrait aboutir sans problème sur un succès.
http://www.onepiece-requiem.net/t10051-gurahttp://www.onepiece-requiem.net/t10092-gura
avatar
Gura

♦ Localisation : Lille

Feuille de personnage
Dorikis: 4115
Popularité: 190
Intégrité: -75

Ven 23 Mai 2014 - 8:54

Au début, on ne remarqua rien. Ensuite, ça ne ressemblait à rien, à part peut-être un numéro de gourou à deux balles. Mais lorsque la brise se mit enfin à souffler pour de bon, le bûcher au sol s'anima sérieusement. Genre, une danse endiablée comme pour invoquer de vilains esprits de l'enfer.
L'assemblée des péquenauds en fourrure ne comprit pas ce revirement soudain. D'accord, ils possédaient et priaient leurs dieux personnels, mais justement ! Ils pensaient avoir tout bien fait dans les règles déjà. Alors pourquoi les divinités se rebelleraient ?

Quoi qu'il en soit, Gura répéta son déhanché sans cesse jusqu'à ce que sa libération montre le bout de son nez. Et en effet, des premières étincelles brûlantes se déposèrent bientôt sur la ficelle qui le retenait prisonnier. Manque de bol, vu les proportions énormes du gaillard, et surtout à cause de sa pénurie d'habits sur le corps, sa peau nue, mais en sueur, reçut aussi quelques infimes points de grillades. De quoi le faire grogner et gigoter encore plus.

_ Haaaa ! Houuuu ! Grrrr ! Scrogneugneuh !

Eh ouaip ! Lui aussi se mettait à parler l'homme préhistorique. Bien sûr, les autres attardés ne surent pas déchiffrer son baratin, ni même deviner que le gros sac souffrait surtout le martyr.
Et lorsque le ligotage céda officiellement, il était désormais trop tard pour se pencher sur la question. Leur repas ferait certainement tout son possible pour s'évader. Conclusion : aux armes, citoyens !

Le Sumo eut le temps de s'agripper à la broche, qui servait de pont au-dessus de sa tête. Il la traversa comme un singe avec une liane, style accrobranche, et regagna la terre ferme. C'était ça ou sa couche, et ce qu'il y a dedans, cramait au troisième degré !
Là, on verrait plus tard pour les explications ou la négociation. Gura aurait presque pu voir sa vie défiler, il y a quelques secondes quand même, naméoh ! Ce fut pourquoi il opta pour le baffage en série, dans un premier temps.

_ Toupie Booblade ! Rugit-il.

Il ne manquait plus que le générique de Supercopter pour ajouter de l'émotion, du frisson, de l'adrénaline... mais en tout cas, le coeur y était.

Les seins du comédien obèse s'allongèrent étrangement, après quelques vrilles sur lui-même. Ses assaillants auraient même pu en rire, si les coups de fouet n'étaient pas destinés à leur bourriner leurs mâchoires. À la place, les victimes décollèrent les unes après les autres. Semblable à une hola dans un stade. Avant de s'étaler plus loin comme des crêpes.

À la fin de l'attaque tourbillonnante, Gura reprit sa respiration. Maintenant que le ménage avait été fait, il se disait que son kidnapping arrivait à terme. Néanmoins, une chose étonnante finit par attirer son attention. Ses ennemis n'avaient pas pris la peine de broncher. Et en prime, il avait eu l'impression de n'avoir éjecté que des nains.
Il s'interrogea alors, tandis qu'au loin, les survivants de l'attaque des gros tétons se relevaient. Ou plus précisément, s'élevaient ! Si si ! vers le ciel, et tout et tout ! Les mecs et les meufs étaient capables de flotter dans les airs.

_ Nom d'un funambule râté ! Fit le catcheur, les sourcils haussés.

Quand on travaillait dans un cirque, on pouvait se permettre d'en déduire qu'il y avait une couille bien cachée dans les coulisses. Mais forcément, là, avec la nuit tombée, il était difficile de capter l'astuce.
http://www.onepiece-requiem.net/t10051-gurahttp://www.onepiece-requiem.net/t10092-gura
avatar
Gura

♦ Localisation : Lille

Feuille de personnage
Dorikis: 4115
Popularité: 190
Intégrité: -75

Dim 25 Mai 2014 - 9:02

_ Haha, très drôle ! Vous êtes morts, c'est ça ? Et seules vos âmes restent, tant qu'on ne vous enterrent pas ?

Après cette petite feinte, l'estomac de Gura se remit à gargouiller. Suivis de celui de ses adversaires. Beh oui ! Les gars s'étaient quand même tous réunis pour s'éclater la brioche.

Sans plus tarder, le bal des hostilités commença. Sortant de l'obscurité, des petites hâches de jet foncèrent soudainement sur le gros dénudé juste en slip. Évidemment, elles provenaient des soldats de ce camp, qui à cause de la distance les séparant de leur cible, avaient otpé pour des armes à projeter.
Gura les vit non seulement trop tard, mais traina aussi à esquiver la salve tranchante qu'on lui destina. Il eut beau user son long et humide ruban lui servant de ceinture, tel un lasso à la Wonder-Woman, beaucoup de projectiles ne dévièrent pas de leur trajectoire, et le blessèrent efficacement dans la chair. Et forcément, quand on préférait rester quasi apwal tout le temps, il ne fallait pas s'étonner des dégâts.

_ Bweuaaarrgh ! Beugla-t-il pour chaque plaie sanguinolente reçue.

Lot de consolation peut-être ? Voir et sentir que son sang coulerait, comme une vache qui pisse, lui avait coupé illico l'appétit. Et tant qu'à faire, la vengeance serait au rendez-vous pour le dessert. Du moins, lorsqu'il aurait trouvé comment pâlier à ses désavantages.

_ Sur la vie de ma cul-de-jatte de mère, j'vais tous vous faire la peau ! Balança-t-il furieusement envers ses violents bourreaux.

Mais c'est bien sûr ! En se repassant la scène précédente lors de son évasion, le Sumo se souvint que les sales types n'avaient même pas été foutus de marcher à cloche-pied. Un peu comme s'ils avaient soit voulu se prendre une baffe de leur plein gré, ou soit parce qu'ils étaient trop cons pour reculer.

Sa théorie se confirma dans la seconde suivante, alors qu'un des hommes préhistoriques dégaîna une longue perche. Il cogna bien sûr un Gura trop faible ou pensif à ce moment-là, mais en tout cas, la lumière fut faite sur cette énigme de "flottement dans l'air". Les gars utilisaient des échasses pour se déplacer et combattre !

_ Aaaaah d'accord ! Fit le gros, fier et plus intelligent que la veille.

On aurait dit qu'il avait tout pigé, comme après avoir regardé un épisode de "C'est Pas Sorcier", ou des Frères Bogdanov.

Malheureusement, cela signifiait également que le catcheur se retrouvait dans de beaux draps. Il ne pouvait pas éviter les projectiles dans la nuit venant des cieux, et il mettrait sans doute encore plus de temps à passer entre chaque paire de tiges le dominant. Genre, mesurer deux mètres vingt n'avait plus aucune utilité dans cette situation.

_ Bon ok, je retire ce que j'ai dit ! Je vais tous vous faire la peau quand même, mais euh... sans chercher à me moquer de votre infirmité.

Encore que... l'affaire restait louche. Pourquoi tous ces clampins ne possédaient plus de guiboles ? Une initiation inévitable ? Un rituel obligatoire ? Un bizutage merdique ?

De toute façon, Gura ne savait pas admettre que l'on pouvait vivre ou survivre sur une île aussi "pauvre", pareils à des reclus de la société ou des sans-abri. Mais alors si en prime, il fallait se faire décapiter les guiboles pour "réussir dans la vie", ou respecter les coutumes locales...!
http://www.onepiece-requiem.net/t10051-gurahttp://www.onepiece-requiem.net/t10092-gura
avatar
Gura

♦ Localisation : Lille

Feuille de personnage
Dorikis: 4115
Popularité: 190
Intégrité: -75

Mar 27 Mai 2014 - 9:37

Ni plus ni moins que du polo. Pas la voiture, pas le T-shirt, mais bel et bien le sport ! Et logiquement, Gura jouait le rôle de la balle sur ce grand terrain de jeu. Il n'y avait pas besoin de monture quadripède, ni même de maillet. Tout se réglait à coups d'échâsses. Le tas de graisse avait beau déambuler pour sa survie, il n'arrivait pas à courir plus vite qu'un nain de jardin. Même Passe-Partout aurait peut-être eu une chance de s'en sortir, ainsi vous imaginez mieux l'allure rapide du balourd ?
De plus, Gura s'épuisait plus qu'autre chose dans cette histoire. Quand bien même il courait, ses assaillants n'avaient qu'à faire un grand pas, et hop ! Les voilà qu'ils avaient déjà parcouru plusieurs mètres sans effort. Un peu comme de la téléportation.
Comme quoi, avait-on vraiment besoin de ses jambes dans la vie ? Du moins, au vu de leur train-train quotidien ?

De ce fait, Gura rebondit dans tous les sens, quasiment comme une boule de billard ou d'un flipper. Par chance, son enrobage permettait souvent d'amortir tel ou tel choc, mais pas toujours les secousses dans le cerveau. Et puis, les lacérations précédentes ne cicatriseraient pas de sitôt.

_ À ce rythme, ils vont vraiment finir par me farcir comme une dinde, si je ne trouve pas rapidement une solution. Ou pire ! Me faire maigrir un grand coup.

Eh ouais ! Le Sumo aimait peut-être la plaisanterie, mais qu'on le tournait en ridicule pendant aussi longtemps...

Malheureusement, comment réfléchir avec efficacité dans cette mauvaise posture ? Le catcheur travaillait déjà sur trop de choses à la fois. Esquiver et transpirer. À la rigueur, d'ici quelques minutes, il aurait peut-être déversé toute son huile visqueuse sur le sol ? Et tandis que lui glisserait comme une patineuse, le piétinement des autres, lui, se verrait ralenti ? Mouais bof, pas sûr !

Quelques beignes de béquilles reçues dans la face plus tard, le gros se prit enfin les pieds dans une hâche projetée tout à l'heure. Pourquoi enfin ? Parce que l'idée de génie viendrait apparemment de là. Par chance, il ne s'était pas coupé les orteils en marchant dessus, cependant les échâsses pouvaient certainement se fendre après une ou deux techniques de bûcheron.
C'était alors décidé ! Gura vota pour se prendre encore quelques perches dans les dents, histoire de valser à divers points bien précis, et récolta, de ce fait, une demie douzaine de tomahawks.

_ Toupie Booblade ! Invoqua-t-il tout à coup, après avoir collé les armes dans sa sueur et au bout de ses nibards coulants.

Hélicoptère powa ! Le catcheur décolla du sol d'un mètre à peine, tourbillonna sur lui-même, et propulsa deux par deux les projectiles tranchants vers ses ennemis sur-élevés.

Et tels des boomerangs qui ne reviendraient pas, les lames déchirèrent les échâsses visées faisant la fierté de ces maudits sauvages. L'un après l'autre, ces ploucs perdirent l'équilibre de leur piédestal, et s'étalèrent violemment au rez-de-chaussée.

_ Hin hin hin ! On fait moins les malins maintenant, hein ?

Gura avait mis ses mains sur ses hanches, pareil à une pose de mannequin dans un défilé, attendant la photo en bout de scène. Avec seulement sa culotte autour de la taille, il fallait avouer qu'il tapait dans le mille sur la mode du monokini.

Quoi qu'il en soit, après cette victoire difficile, certains survivants trouvaient encore la force de se relever et tenir simplement sur leur bras. Ouch, ça claque ! Il y avait même des femelles dans le lot. Bref, une tribu de gros durs, en fin de compte, se disait Gura.
http://www.onepiece-requiem.net/t10051-gurahttp://www.onepiece-requiem.net/t10092-gura
avatar
Gura

♦ Localisation : Lille

Feuille de personnage
Dorikis: 4115
Popularité: 190
Intégrité: -75

Jeu 29 Mai 2014 - 10:49

_ Deuxième service ? Se vanta Gura, de nouveau prétentieux de ses deux mètres vingt de haut. Faites-moi confiance, ce sera rapide de vous enterrer. Il y a déjà une moitié manquante dont je n'aurai pas à m'occuper, donc forcément...

Bon d'accord, en plus de miser sur la provocation de les enfoncer dans le sol, ça lui arrivait aussi de prendre plaisir à vouloir enfoncer le couteau dans la plaie.

Cependant, on ne lui en laisserait pas l'occasion. Une voix retentit subitement dans son dos. Une voix féminine, dirait-on, si on jugeait le timbre de voix.

_ Ça suffit !

Le Sumo pivota alors vers cette nouvelle convive, elle aussi, en manque de jambes. Dingue ! Il aurait du mal à faire passer la pilule, apparemment.

En parallèle, les paysans devaient sans doute trouver ça immonde et inconcevable de voir qu'une truie bipède pouvait exister dans ce monde.
Bref, comme ça, il y en avait pour tous les goûts !

_ Hey ! Mais tu parles notre belle langue de Molière ? Beh si j'm'attendais à ça dans cette contrée, tu m'en bouches un coin.

Pour la énième fois, façon de parler, bien entendu. Gura avait toujours faim, au fond de lui. Et ce n'était pas ce genre de personnage un peu plus civilisé qui lui câlerait l'estomac.

_ Alors ? Raconte-moi tout ? Tu as fait naufrage, ils ont cherché à te manger mais t'as réussi à t'échapper ? Puis, t'es devenue leur professeur de français ?

Gura se mangea un coup de béquille dans la tronche, comme ça, sans prévenir, tandis que le reste de la troupe non assommée encerclait le grand chauve dégoulinant.

_ Je suis leur chef, crétin ! Répondit aussitôt la jeune femme, pour interrompre les râleries du gros. Et je ne te cache pas que je suis surprise d'avoir à reparler ton langage.

Gura éclata brièvement de rire, car le concernant, il trouvait tout aussi surprenant que sur cette île, quelqu'un savait parler dans un dialecte compréhensible et mondial.
Cette île n'était-elle pas aussi primitive qu'elle voulait bien le faire croire ?

Après quoi, chacun finit par faire les présentations. La nana se nommait Scylla, comme dans la mythologie. On aurait vraiment pu se forcer à dire que c'était également une nymphe, néanmoins il manquait un sacré morceau de la donzelle.
Puis ce fut l'instant anecdote, où elle raconta être native de ce pays. Elle et sa soeur jumelle, pour être précis. Depuis, elle avait grandi et dirigeait à présent ce camp, alors que sa jumelle faisait de même de l'autre côté de l'île.

_ C'est bien un truc de meufs, ça, façon ! Ne put s'empêcher de lâcher le clown de cirque, en se massant la joue. Moi j'me suis jamais chamaillé avec mes frères et soeurs, quand j'étais petit.

Bon d'accord, une fois devenu extrêmement dodu, il n'y avait pas non plus grand chose qui restait à partager, la plupart du temps. En clair, Gura s'était vite reconverti en bon à rien.
http://www.onepiece-requiem.net/t10051-gurahttp://www.onepiece-requiem.net/t10092-gura
avatar
Gura

♦ Localisation : Lille

Feuille de personnage
Dorikis: 4115
Popularité: 190
Intégrité: -75

Sam 31 Mai 2014 - 9:41

La suite des secrets d'histoire à la Stéphane Bern se poursuivit plus tard. Gura pensait en être débarrassé maintenant que tout le monde avait fait la paix, en quelque sorte. Mais en vain. Alors toutes ces moitiés de gens et lui s'étaient ensuite réfugiés dans la caverne principale.
Là-bas, ce n'était pas pire qu'à l'extérieur. De retour autour d'un feu, il faisait chaud. De retour près d'un garde-manger, il faisait bon se rassasier enfin. Gura n'avait d'ailleurs pas perdu de temps à s'empiffrer de viande copieuse, sous l'oeil effaré des autochtones. Ces derniers eurent peur sur le coup que le mec avait trouvé la bonne combine pour piller dans leurs divers élevages et récoltes.

_ Franchement ! Baragouina-t-il, la bouche pleine. C'est quoi cette lubie de vous séparer de la partie inférieure de votre corps ?

On arrivait à la question cruciale, en effet. Gura aurait tout aussi bien pu penser à demander la sortie de secours de cette île de malades. À la place, il ne s'ôtait toujours pas cette idée saugrenue de la cervelle, à propos de cette coutume locale... si tant est que cela soit visiblement le cas.

_ C'était il y a bien longtemps, mon cher Gura. Je n'étais même pas encore née.

Oups. Cela signifiait-il une histoire de plusieurs siècles ? Boarf, avec du bol, Gura se disait qu'il pourrait toujours invoquer l'excuse de devoir aller pousser dans les hautes herbes. En priant pour ne pas s'endormir avant, inconsciemment, cela va de soi.

_ Tout comme toi, des pirates sont venus s'échouer sur l'île après une violente tempête. Comme ils pensaient que notre petit coin de paradis ne leur apporterait rien d'intéressant, ils se sont vite mis à construire une embarcation de fortune.

_ Ouais je sais, coupa le gros, se sentant un peu visé. J'aurais pu aussi y penser.

_ Tu permets ?! Insista la chef des primitifs, un brin autoritaire sur les bords. Mais comme chaque étranger qu'on découvre sur nos terres, on les mange...

Gura commença à vomir entre ses doigts, qu'il avait collé pourtant devant ses lèvres pulpeuses. Puis d'un coup sec, il se força à ravaler le tout, avec une grimace.

_ Il y a alors eu une petite guerre entre nos deux races. Et des morts.

_ Et des membres amputés alors ? Participa Gura, mais plutôt pour déconner.

_ Puis, ils ont cherché à négocier, malgré nos dialectes diamétralement opposés. Puisqu'ils avaient été presque tous décimés, et non près de repartir de si tôt, on a fini par faire la paix.

P*tain la chienne ! Qu'est-ce qu'elle parlait bien pour une proche de la Nature, se disait tout de même Gura.

Scylla raconta encore deux ou trois trucs sur leur toute fraîche entraide mutuelle. Son peuple avait notamment bâti une statue en l'honneur du Capitaine de l'équipage pirate. Et en échange, celui-ci leur avait offert son arme fétiche : sa hâche. Malheureusement, lorsque le nomade hors-la-loi put reprendre la mer, il se tailla évidemment sur Grand Line... où il mourut, mouarf !

_ Les nouvelles vont vite, quoi.

La fille expliqua que ses ancêtres avaient fini par apprendre quelques mots, au fur et à mesure de cette rencontre. Puis de fil en aiguille, un petit journal par-ci, un bouquin par-là... et hop ! Quelques sauvages maîtrisaient déjà facilement la langue du pirate. Le reste n'étant qu'exercices et pratique.
http://www.onepiece-requiem.net/t10051-gurahttp://www.onepiece-requiem.net/t10092-gura
avatar
Gura

♦ Localisation : Lille

Feuille de personnage
Dorikis: 4115
Popularité: 190
Intégrité: -75

Lun 2 Juin 2014 - 10:29

Par contre, Gura n'était pas la moitié d'un con. Et quand il désirait connaître le fin mot de l'histoire, il ne lâchait pas le morceau. Sauf quand il doit vomir, mais cela ne nous regarde pas !
Dans tous les cas, il manquait toujours cette partie de l'histoire où les gens d'ici se décidèrent enfin à se mutiler les guiboles. Le chapitre croustillant, en l'occurrence ! Façon de parler, hein.

_ Mouais. C'est bien gentil tout ça. Mais moi j'veux la suite. Et tu ne me dis pas tout !

Le catcheur jouait la comédie en caricaturant la scène du gars déçu, en colère, avec l'index pointé vers son interlocutrice. Ce fut pourquoi il ne ne reçut pas de menace ou de baffe en contrepartie, car c'était le genre de réaction où on se mangeait habituellement quelque chose dans la figure.
Scylla devait avoir deviné que le balourd n'était qu'un clown dans son for intérieur, ou tout simplement qu'elle n'avait rien à craindre d'un gros bonhomme de sa trempe.

_ La morale de cette histoire ? C'est là que ça se corse. La femme du chef tomba enceinte. Elle devait donner naissance, comme la coutume le veut depuis des lustres, a un héritier mâle. Cependant, ce fut non pas un enfant qui vit la lumière, mais deux ! Deux soeurs jumelles.

_ Ah, je comprends. Comme les filles, ça n'apporte que des emmerdes, on a décidé de vous les couper. Puis quand est venu votre règne, vous avez perpétré cette tradition à tous. J'ai bon ? Pour vous venger, je parie !

Laule. Là, Gura abusait grave. Et quand c'est trop, c'est tropico ! Il dégusta donc d'un coup de béquille dans la gorge et sur le crâne, pour la peine.

_ Ne te moque pas, je te prie ! Tu ne connais rien de nous. Je ne laisserai pas le premier intrus l'ouvrir de la sorte, sous notre toit ! On parle de mes parents, enflure !

Elle n'avait pas tort, la bougresse. Pourtant le Sumo cherchait juste à apaiser justement l'atmosphère. Dans ces moments-là, il était prouvé que déterrer parfois les vieilles cicatrices du passé avait le chic de jeter un froid.

_ Il est vrai que c'est devenu une tradition. Mais penses-tu ! Ma soeur ou moi étions bien trop petites pour s'en soucier à l'époque. D'ailleurs, l'accouchement s'est très mal passé... comme si les Dieux prédisaient déjà le Mal planant au-dessus de nos têtes.

Vous avez deviné ? Bah ouais ! On ne pratiquait pas la césarienne dans les parages, d'une part. Et d'autre part, la mère coinça à sortir les petites de où-vous-savez. Alors on l'amputa des jambes et alentour. Comme la mère de Gura, tiens !

Mais quand les bébés sortirent pour de bon, ils étaient collés l'un à l'autre par les jambes. À ce moment-là, la foudre gronda fortement pendant la cérémonie. La statue à l'effigie du capitaine, qui dominait l'autel, trembla. Ce qui eut pour effet de détacher la hâche entreposée dessus.
En tombant, l'arme sépara les deux nourrisons en une parfaite symétrie. Les gamines survécurent miraculeusement à une telle souffrance inouie, bien qu'elles ne sauraient plus jamais marcher sur leurs pattes prévues normalement pour.

_ C'est clair, beurk.

_ Non. Le pire est que notre tribu s'est elle aussi scindée en deux, après cette tragédie. Certains voyaient là justement un signe à la division. Et surtout... tu ne remarques rien ? Est-ce que je ressemble tant que ça aux autres indigènes ?

Oups, mince. Gura se gratta le menton, se demandant s'il devait en rire ou compatir. Les coups de canne dans la teuté, il en avait un peu marre aussi, à force.

Bref, l'évidence éclatait au grand jour, ou du moins dans les oreilles du gros lourdeau. Les soeurs siamoises avaient hérité des traits du paternel pirate. Un peu comme si le saligaud avait profité d'une opportunité en or pour s'imiscer dans la chambrée d'une femme seule, un jour où le mari s'était probablement absenté à la chasse ou autre.

Depuis, c'était ni plus ni moins qu'une question de Twix gauche et de Twix droit, grossomodo. Comme dans la pub. Chaque tribu vivait sur sa moitié d'île, et sans doute qu'ils se tapaient dessus si l'un ou l'autre dépassait la délimitation.
http://www.onepiece-requiem.net/t10051-gurahttp://www.onepiece-requiem.net/t10092-gura
Contenu sponsorisé



Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant