AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


La loutre tueuse du bois joli

Myosotis De Ville
Myosotis De Ville
Admin en Chef
Ambassadeur du Gouvernement Mondial


Feuille de personnage
Dorikis: 5802
Popularité: 222
Intégrité: 126

Jeu 14 Jan 2016 - 21:02

Voilà ! Il avait gagné la palme ! Il était perdu en forêt !

Ça faisait déjà trois heures que Myosotis s'était aventuré dans ce bois épais et touffu, mais malheureusement il s'était très rapidement perdu. Tout se ressemblait, aucun point pour se repérer. Et ça n'était pas vraiment avec les indications qu'on lui avait indiqué qu'il allait pouvoir trouver de quoi se diriger entre ces arbres !

« Oh bah vous avez qu'à traverser la forêt pour atteindre le village ! Il est juste derrière ! » lui avait-on dit.

Super, formidable, excellent. Il irait loin avec de telles indications. Stupide passeur. Un vieux type rabougri avec une grosse moustache qui s'occupait de faire la liaison avec l'île jumelle se trouvant juste en face de celle sur laquelle le faux voyant se trouvait. Un ferry faisait la liaison entre les deux à des horaires précis. Et il se trouvait que celle sur laquelle il était actuellement possédait aussi un village. Au beau milieu, et pour le rejoindre il était nécessaire de passer à travers une chênaie. Elle était magnifique, d'un vert clair lumineux et où les arbres massifs s'élançaient, laissant éclater leur feuillage afin de cacher le ciel.

*Pfff...Ce vieux va entendre parler de moi... *

Peut être que c'était lui le problème, et non pas les conseils du passeur ? Myosotis n'avait jamais vraiment eu un sens de l'orientation très développé. Personne n'avait eu l'air d'avoir de problème majeur pour trouver le village...Ou alors il n'avait pas trouver de sentier y menant ? Quoi qu'il en soit il était là, complètement paumé. Saloperie de nature ! Il détestait ça, tout ces arbres, tout ces bruits, toute cette humidité ! C'était tellement horripilant. Pourquoi est-ce que tout ça n'était pas couvert de pavés, avec des trottoirs, des maisons, caniveaux et panneaux ? Au moins il saurait vers où il était en train de marcher, au lieu de s'aventurer vers l'inconnu. Tant bien que mal, il enjamba un tronc tombé au sol, couvert de mousse et de poussière. Autour de lui, les cris des oiseaux comme unique compagnie. Ils étaient là haut, perchés sur les plus hautes branches des chênes. La vie devait être bien différente lorsqu'on vivait dans la canopée. Est-ce que l'on pouvait y retourner si facilement si l'on tombait vers l'étage inférieur ? Là où traînent bêtes sauvages et prédateurs, là où il était si facile de se faire croquer en deux temps trois battements d'ailes. Le petit Myo' en vint à avoir l'estomac noué. Et s'il venait à rencontrer une meute de loups ? Que ferait-il ? Ses jambes étaient trop frêles pour distancer des canidés aussi...féroces. Avec leurs dents aussi perçantes et tranchantes qu'un rasoir, ils déchiquetteraient sa peau, lacéreraient sa chair pour finir par le dévorer. Se laisser déguster ne faisait pas partie de ses plans, en plus il était sûr et certain d'avoir mauvais goût ! Un cœur rancunier teinté de ténèbres, ça ne pouvait rendre que plus amer.

SHHHHHH !

Ce bruit ? Qu'est ce que c'était ? Perdu dans ses pensées, le cartomancien n'avait pas fait attention à ce qui se déroulait autour de lui. Une mésange au plumage pervenche fila à toute allure devant sa figure pour aller se percher sur une fine branche non loin de lui.

Cui ! Cuiiii !

*Pfou...Juste un oiseau....M'a fichu une de ces trouilles ! *

L'oiseau piailla pendant deux trois secondes avant de s'envoler à nouveau, disparaissant entre les feuilles, laissant le jeune homme. Ce dernier reprit sa route, plus rassuré mais restant néanmoins sur ses gardes. Il fallait qu'il soit plus alerte à partir de maintenant. Il avait eu de la chance, cette fois c'était une mésange mais qui sait sur quelle bête il tomberait par la suite ? La pensée de croiser des loups lui traversa une nouvelle fois l'esprit, amenant son échine à trembloter à cause d'un frisson. Il fallait qu'il se calme, il devait se calmer.

- Bon. Euh...Essayons par là...

Essayant de se redonner confiance, Myosotis décida de réfléchir à voix haute pour avoir l'illusion qu'il n'était pas seul. D'ordinaire, la solitude ne le dérangeait pas mais là, en pleine cambrousse, il trouvait ça relativement angoissant. Se retrouver piégé au beau milieu de ce labyrinthe naturel dans lequel tout se ressemblait, quelle horreur. Le De Ville passa sa main sur la mousse d'un tronc, le contact frais et mouillé du lichen à la texture d'éponge détourna légèrement son attention des images  effrayantes qui faisait monter son stress, le ramenant peu à peu vers la réalité.

FRR.. ! CRRR ! CRAC...!

Hein ?! De nouveaux bruits ! L'androgyne se retourna vivement vers la direction d'où provenait les craquements. Devant lui se dressait un imposant buisson qui le dépassait de deux têtes. Il ne remuait pas, le garçon devina que la bestiole qui provoquait ces crachotements était juste derrière.

*Qu'est ce que... ?! *

Quoi que ça soit, il devait voir à quoi ça ressembler, juste jeter un coup d’œil pour être sûr qu'il ne risquait rien. L'animal avait l'air occupé pour faire autant de vacarme, se faufiler entre les buissons ne serait pas trop compliqué. Il devait voir.

Qu'est ce que c'était... ?

_________________


La loutre tueuse du bois joli  1500824581-kakyoin



Spoiler:
 

http://www.onepiece-requiem.net/t15222-http://www.onepiece-requiem.net/t16409-fiche-technique-de-myosot
Myosotis De Ville
Myosotis De Ville
Admin en Chef
Ambassadeur du Gouvernement Mondial


Feuille de personnage
Dorikis: 5802
Popularité: 222
Intégrité: 126

Ven 15 Jan 2016 - 19:46

Crrr... ! CRAC !

Qu'est-ce que c'était ? Myosotis était tout proche et, à tâtons, s'avançait petit à petit en direction du buisson, regardant parfois à ses pieds s'il n'y avait pas une quelconque brindille ou feuille morte qui viendrait trahir sa présence en craquelant. De petits grognements provenaient de l'autre côté, un  bruit de mâchouilles également, comme quelqu'un qui mastique et ronge quelque chose avec hardeur.Cette fois, il en était sûr, un animal se trouvait derrière le fourré. Un animal qui avait fait la peau d'un autre malheureux. La mésange de tout à l'heure peut être ? Non, la belle avait volé fers les branches d'un chêne, et pas de ce côté en plus de ça. Un loup l'aurait déjà flairé et lui aurait sauté directement sur la caboche. Un renard aurait détallé en emportant son repas, et un lapin se serait contenté de fuir dans son terrier sans demander son reste.

C'est donc d'un pas mal assuré que le vil arnaqueur attrapa délicatement les rameaux du buisson pour se mettre ensuite à les écarter avec autant de prudence. Il s'accroupit pour ensuite progresser plus discrètement entre les feuilles, histoire de s'approcher comme une ombre pour voir la potentielle menace de l'autre côté du mur végétal. Il trouvait le contact avec les terre sous ses mains relativement déplaisant, c'était sale et poussiéreux, tout ce qu'il détestait. En plus de ça, ifficile de voir quoi que ce soit entre toutes ces feuilles, mis à part la lumière du jour qui arrivait à percer au travers. Le jeune homme renvoyait d'une sèche pichenette tout les insectes qui passaient à sa portée. Fourmis, araignées, scarabées ou pyrrhocores, aucun n'y échappait. Les insectes, s'il y avait bien quelque chose que le bel éphèbe n'affectionnait pas, c'était les insectes. Ces petites bestioles à exosquelette n'avaient rien de fabuleux, rien d'élégant, si ce n'est les papillons...Oui, c'était ça, il appréciait la beauté du papillon, la discipline des fourmis ou l'ingéniosité de l'araignée. Mais mis à part ces aspects bien précis, Myo' avait le règne insectoïde et leurs pattes chitineuses en horreur.

*Bon...Qu'est ce que c'est alors ? *

Croc... ! Crr..shh...Crr !

Ça y est, il y était presque, il arriverait à voir ce qui se trouvait de l'autre côté ! Continuant son avancée dans le fourré, il écarta les feuilles pour ensuite se retrouver nez à nez avec une créature des plus...inattendues.

*Hein ?! C'est quoi ça ? *

Devant lui se tenait un mammifère au corps allongé et fuselé. L'animal possédait des pattes palmées ainsi qu'une longue queue mesurant une quarantaine de centimètres à vue de nez. D'un pelage auburn à l'air soyeux, il ne mesurait pas plus de trente centimètres et ressemblait à une belette, avec son museau noir et sa moustache. Ses oreilles pas plus grande qu'une phalange de pouce lui donnait un cachet des plus adorables. Ce qu'il était en train de faire, par contre, était nettement moins mignon. Devant la bête se trouvait une main, humaine. Le cœur de Myosotis se serra lorsqu'il la remarqua. Cinq doigts et une paume ensanglantée que la loutre était en train de grignoter nerveusement, toutes dents pointues et effilées dehors. Elle arrachait des bouts de peau et de chair d'une rapidité incroyable. Où était le reste du corps ? Comment cette main était arrivée ici ? Mieux valait ne pas savoir. C'était cette chose qui avait tué l'infortuné à qui appartenait la main ? Ou alors mangeait-elle simplement les restes laissé par un autre prédateur ? Les yeux de la bestiole étaient teintées d'une lueur avide. Ce truc qu'elle mastiquait avec ferveur ne la satisfaisait pas, il lui fallait autre chose, plus de viande, plus de sang.

La loutre tueuse !:
 

De peur, Myosotis s'était arrêté de respirer en faisant sa découverte, si bien qu'il expira bruyamment. Tout son souffle partit d'un seul coup et fut déséquilibré, angoissé de se faire découvrir. Il bascula en avant pour traverser la paroi feuillue du bosquet et se retrouver à plat ventre sur le sol. Nez à truffe avec madame la loutre affamée.

- Hhh...Non... souffla-t-il.

En face de lui, la loutre s'arrêta de manger presque immédiatement. Elle releva sa tête, ses prunelles obsidiennes le fixaient intensément. Snif... ! Sniiiif... !! Ses moustaches remuaient, son museau aussi. Qui sait ce qu'elle était en train de faire mais le cadet De Ville se faisait identifier par la loutre. Peut être que rester calme la rassurerait ? En tout cas, c'était ce qu'il faisait quand une abeille lui tournait un peu trop autour. En général, ça marchait. Mais là...c'est pas comme si c'était un bourdon !

*Elle bouge... ! *

La loutre fit un pas, puis un autre, avec ses petites pattes pas plus grandes que les mains d'un bébé. Myo' se redressa pour s'accroupir à nouveau puis, peu à peu, finir par se relever, s'époussetant légèrement. L'animal ne bougeait toujours pas.

Kiiii... ! Kiiii !!

Elle se mit à crier, un gémissement mêlé à un sifflement. Le tout était aiguë, à la limite du couinement, un peu comme un jouet en plastique que l'on presse et qui fait du bruit.

- Que...Qu'est ce que tu veux, hein ?

Myosotis s'adressait à la loutre comme si elle le comprenait. Il ne savait pas vraiment à quoi s'attendre en faisant ça, juste l'empêcher de lui sauter à la gorge avec ses dents effilées. Le jeune homme fit un pas de côté, vers la droite, elle le suivait du regard. Il en fit un autre, elle continuait de le fixer, sans moufter. Cette bataille de regards pouvait durer longtemps, bien longtemps. Le garçon décida d'accélérer le mouvement étant donné que l'autre ne mouvait pas. Il fit alors trois pas pour se retrouver juste derrière la main coupé, des nerfs s'échappaient de ce qui devait jadis être le poignet d'un homme, teintant la terre de rouge.

- Dégoûtant... !

- Kiiii...Grrrr ! Grrrr !!

D'un agile bond, elle s'était retourné pour lui faire face et montrait à présent ses canines, retroussant ses babines, crachant un peu en grondant. Cette fois, c'était plus la peine de jouer la comédie, elle allait lui sauter au visage, il le sentait. Le mieux à faire dans cette situation c'était....la fuite !!

- Gnnnhh !

Myosotis donna un coup de pied dans la main pour la faire valdinguer dans les airs. L'espace d'un instant, la loutre parut attiré par le projectile, ce qui permis au faux médium de tourner les talons et se mettre à courir le plus rapidement possible. Tout en détalant, il espérait qu'elle ne le rattraperait pas.

Grrrr !!!

Elle s'était lancée à sa poursuite...

_________________


La loutre tueuse du bois joli  1500824581-kakyoin



Spoiler:
 

http://www.onepiece-requiem.net/t15222-http://www.onepiece-requiem.net/t16409-fiche-technique-de-myosot
Myosotis De Ville
Myosotis De Ville
Admin en Chef
Ambassadeur du Gouvernement Mondial


Feuille de personnage
Dorikis: 5802
Popularité: 222
Intégrité: 126

Lun 18 Jan 2016 - 21:37

"Rrrr... !! Graaaa !!"

- Hhhh...Hhhh !

Courant à perdre haleine au travers de la forêt, Myosotis frappant tout ce qui se trouvait devant lui avec l'aide de sa cravache. Il battait l'air avec la baguette de cuir pour écarter et casser toutes les fines branches qui se dressaient devant son visage. Certaines le fouettaient, lui laissant de petites entailles pas plus grandes qu'un ongle. De son autre main, il alternait entre agripper fermement son sac en bandoulière, juste pour vérifier qu'il était toujours là, et protégeait son visage en plaçant son avant-bras contre son front. Il n'en revenait pas d'être en train de se faire courser par une loutre. Une LOUTRE ! Un des animaux les plus mignons qui puissent exister ! Non, il fallait qu'il tombe sur la seule loutre du monde a avoir un goût prononcé pour la viande humaine et des chicots qui n'avaient rien à envier à ceux des rois des mers ! Pour quoi lui ? Et à quoi appartenait cette main ?


- Ah... !

Courir avec des talons étaient tout sauf aisé, et ce qui devait arriver arriva. N'ayant pas vu une racine proéminente dépassant légèrement du sol, il trébucha en la heurtant avec ses pieds. Le garçon tomba de tout son long en avant, dégringolant sur le sol terreux. Ses vêtements salis, il tenta tant bien que mal de se relever le plus rapidement possible. Une faible douleur se fit sentir sur son genoux gauche, mais pas assez pour l'empêcher de se remettre sur pied. Derrière lui, les grondements se firent plus forts, plus rudes. Elle était juste là ! Pas le temps de s’apitoyer sur l'état de ses habits ni sur ses écorchures, il fallait qu'il continue. L'éphèbe infortune continua en accélérant à nouveau le pas, passant entre deux nouveaux buissons. Malheureusement pour lui, il allait faire une nouvelle découverte funeste...


- Ce...C'est pas possible..!! lâcha-t-il, effrayé.

Devant lui, se dressait un spectacle encore plus horrible que le précédent. Myo' se demandait à qui appartenait la main que grignotait la loutre, il avait à présent sa réponse. Était couché juste derrière les buissons le cadavre d'un homme d'âge mûr à la tignasse rousse et au teint bronzé, portant une longue barbe. Ses yeux blancs révulsés et les mouches qui tournaient spasmodiquement autour n'étaient pas plus terrifiants que le trou de chair découpé au beau milieu de son ventre laissant s'échapper, en plus de l'odeur infâme, quelques viscères gluants qui pendouillaient lamentablement. Il n'était pas encore un stade de décomposition, ce pauvre type avait dû mourir quelques heures plus tôt en croisant la loutre. Sa main gauche avait été arrachée à force d'avoir été rongée, c'était donc la sienne... L'animal avait certainement décidé de déguster son repas un peu plus loin, ne trouvant rien de grandement gouleyant dans ses entrailles...Myosotis détourna les yeux d'écœurement.

*Comment elle a pu..?! *

Jamais Myo' n'aurait dû rester aussi longtemps là, à fixer le macchabée. Sa stupéfaction avait permis à la loutre de le rattraper, cette immondice avait l'air d'avoir un flair bien aiguisé...


- Hhhh ! Ah !

Le monstre émergea du fourré de derrière pour ensuite lui sauter au visage. Se protégeant, Myosotis sentit les dents de la maudite tueuse se planter dans la paume de sa main gauche. Laissant s'échapper un intense râle d'affliction, il agitait sa main dans tout les sens pour décrocher la loutre. De haut en bas, de gauche à droite, rien y faisait. Cette boule de poils et de nerfs n'en démordait pas.


- Lâche moi ! Saloperie ! Lâche moi !! hurlait-il à tout rompre.

Non, elle ne voulait pas lâcher prise. Du sang commençait à couler le long de son bras, tâchant sa manche. La douleur n'arrangeait rien à la situation et des larmes de colère perlèrent doucement sur ses joues sans même qu'il ne s'en rende compte. Le jeune homme se rappela qu'il tenait encore sa cravache dans son autre main et se mit à frapper la bête avec pour la forcer à partir. Toujours rien, elle ne voulait pas partir. Derrière lui, un arbre ! Il eut une idée, c'était sa seule chance pour qu'elle se détache et délaisse son éreintante étreinte.

*Pas le choix, je dois tenter. *

BAM !

Tendant son bras, il le rabattit avec force contre le tronc afin de frapper la loutre contre l'écorce. Le mammifère heurta le tronc du chêne de tout son long, faisant tomber deux ou trois feuilles au passage.

BAM !

Une seconde fois ! Cette fois-ci le coup déstabilisa quelque peu la loutre, le précieux ressentit nettement que sa mâchoire ne forçait plus autant que lorsqu'elle avait jailli quelques secondes plus tôt pour se planter sur sa main. Et un troisième !

BAM !

Cette fois, les coups eurent raison d'elle. Desserrant son emprise, elle retomba sur le sol légèrement sonnée, secouant sa petite tête pour se remettre d'aplomb. Myosotis, quant à lui, attrapa sa main, pinçant sa peau afin d'atténuer la douleur comme il le pouvait. Il se mit à regarder la loutre qui avait relevé la tête vers lui, prête à sauter une nouvelle fois. Complètement affolée et ne sachant que faire, le cartomancien recula de quelques pas tandis que l'autre continuait de grogner en retroussant ses babines moustachues. Passant à travers d'autres bosquets, il laissa échapper un autre cri de surprise lorsqu'il se sentit basculer en arrière. Le seul réflexe qu'il eut sur le moment fut d'agripper fermement son sac entre ses deux mains pour se laisser tomber. Il dégringola sur un dénivelé d'environ trois mètres en roulant après avoir atteint le sol sur son dos.

Tâtant son sac, Myo' en vint à s'affoler quant à l'état de sa boule de cristal. En l'ouvrant, il constata avec soulagement qu'elle n'avait rien, toujours bien emballée dans son linge de velours. Il ne pouvait malheureusement pas en dire autant de lui...Il devait à présent avoir plusieurs hématomes sur les bras, les jambes et très certainement une bosse à la tête. Endolori de partout, il se releva comme il le pouvait avant de se retourner et voir que la loutre descendait tranquillement de la pente en sautillant, le dardant d'un regard provocateur.


- Toi...Je te porterai en écharpe... siffla-t-il entre ses dents.

Se relevant à nouveau, il se retourna pour une énième découverte qui, cette fois-ci, allait encore plus l'angoisser.

*Non ! *

Il faisait face à un ravin.

_________________


La loutre tueuse du bois joli  1500824581-kakyoin



Spoiler:
 

http://www.onepiece-requiem.net/t15222-http://www.onepiece-requiem.net/t16409-fiche-technique-de-myosot
Myosotis De Ville
Myosotis De Ville
Admin en Chef
Ambassadeur du Gouvernement Mondial


Feuille de personnage
Dorikis: 5802
Popularité: 222
Intégrité: 126

Mer 20 Jan 2016 - 19:55

Un ravin.

Complètement essoufflé, Myosotis regardait avec peur le vide qui s'était dévoilé face à lui tout en respirant bruyamment. D'ici, il était capable de voir la mer, loin, très loin. La forêt s'étendait tout en bas de la fosse jusqu'à la côte, plus dense encore qu'elle n'avait l'air de l'être déjà. Et, juste en dessous, à environ une vingtaine de mètres, une longue rivière grise qui s'écoulait paisiblement. Qu'est ce qu'il pouvait faire ? Sauter était inconcevable, il ignorait la profondeur du cours d'eau et, autant un petit animal comme la loutre pourrait aisément se rattraper d'une telle chute en plongeant, un garçon comme Myo' ne pouvait décemment pas se permettre de tenter le grand saut. Surtout dans son état. Blessé et à bout de forces, il ignorait ce qu'il allait bien pouvoir faire. Et il fallait qu'il l'admette, bien que cette idée ne le répugne : il était à court de solutions.


*Merde...Merde ! *

Cette sensation, il l'avait déjà vécu. A maintes reprises, lorsque Milan, son frère, lâchait après lui ses deux molosses. Ils lui courraient après et ne s'arrêtaient que sur ordre de leur maître. Milan le regardait s'enfuir et ne claquait du doigt pour stopper les chiens que lorsque Myosotis était complètement éreinté. Parfois, il les laissaient le mordre, jambes comme bras. Il les avait dressé de sorte qu'ils le détestent, grondant à chaque fois qu'ils le voyaient. L'androgyne leur avait bien fait payé toutes ces années d'humiliation et de blessures, transpercés et égorgés par la lame d'un couteau. Si seulement il pouvait faire pareil avec cette loutre. Ça en était ridicule, un animal aussi petit et d'apparence inoffensive, prendre le dessus de la sorte. N'importe qui un tant soit peu costaud l'aurait renvoyé paître d'un simple revers de la main ou en lui assénant un rapide coup de pied, réglant l'affaire.

Alors pourquoi ? Pourquoi lui n'y arrivait-il pas ? Il n'avait peut être pas la foi, ou le pouvoir de la stopper. Alors il en était réduit à ça ? Perdre face à une loutre ! Non, ses options, il était primordial qu'il les reconsidère. Il n'était pas assez fort pour forcer l'animal à le laisser tranquille. Qu'était-il capable de faire ? Séduire et manipuler, c'était ce qu'il faisait de mieux. C'était les deux seules choses qu'il pouvait accomplir dans n'importe quelle situation. Et c'était ce qu'il devait faire là aussi pour s'en sortir ! Enfin bon, non...Il avait pas le temps d'élaborer une tactique bien ficelée digne d'un stratège militaire, cette fois il fallait agir dans l'urgence.

Analysons le terrain. Devant lui, des arbres mais également une bête sauvage d'environ un mètre, queue comprise, qui n'avait qu'une envie : lui faire la peau. Derrière lui, un précipice qui tombait directement sur un cours d'eau. En face, la loutre commençait à sautiller en sa direction et accéléra le pas, reprenant son pas de course.


*Je...fais...quoi... ? *

Option numéro un : sauter mais manquer de mourir en heurtant le fond de l'eau, ou en ne supportant pas la force du torrent.

Option numéro deux : foncer en avant en faisant des moulinets avec sa cravache pour espérer toucher la bestiole, mais en prenant le risque de la rater et qu'elle lui saute en pleine poire.

Option numéro trois : effectuer une roulade sur le côté pour esquiver, mais risquer de basculer et chuter.

Super, excellent. Trois options, mais aucune d'entre elles n'étaient à son avantage. Ça ne se profilait pas bien. Surtout que l'autre continuait de courir, exhibant ses canines et continuant de grogner.

- Grrrraaaa !

La damoiselle ne lui laissa pas davantage de temps, elle était enfin arrivée à sa portée et, tel un fauve qui repéré une gazelle, sauta en ouvrant grand la gueule. Elle allait presque le toucher. Impact dans 3....2....1....!

- Non !

Sur le coup, Myosotis ne se rendit même pas compte de ce qui se passa. Son instinct prit le dessus et le fit agir d'une rapidité de maître. Il retomba à genoux et balaya les airs à l'aide de sa cravache. Se débrouillant pour toucher la loutre, il la renvoya sur le côté, la faisant retomber piteusement sur le sol. Frappée, elle laissa échapper un petit cri suraiguë, comme les premiers qu'il avait entendu...

- Kii..ii.. !

Une lamentation, Myo' avait réussi à lui faire mal en la frappant avec la baguette de cuir. Fébrile, elle voulu néanmoins se relever. Tremblotantes, ses petites pattes semblaient frissonner en supportant le poids de son petit corps meurtri par le coup qu'elle avait reçu. Reportant son attention sur le garçon, elle voulu se retenter un saut, sans succès, elle n'y arrivait pas.

*Hein ? Qu'est ce qu'elle fait ? *

Tanguant de gauche à droite, elle souhaitait également avancer mais, ça non plus, elle n'en était pas capable. Les coups qu'elle avait réceptionné contre l'arbre avait déjà dû lui demander une grosse dépense d'endurance, celui-ci n'était donc que le coup de grâce. Mais elle ne désespérait pas, elle voulu sauter mais...

- Hé ! Que... ?

Elle trébucha et glissa vers le vide. Myosotis se précipita pour la rattraper et agrippa fermement sa queue à l'aide sa main non blessée. L'animal releva doucement la tête, ouvrant de grandes prunelles étonnées.

- Kiii ? Lâcha-t-elle faiblement, penaude.

De l'autre côté, Myosotis souriant, affichant toutes ses dents, des paillettes dans l’œil qui n'était pas caché. Une amitié naissante ? Hm, on aurait pu y croire...jusqu'à ce que l'éphèbe change son sourire en rictus victorieux.

- Finalement, tu vaux même pas une écharpe...J'espère que tu te feras mal.

Et il la relâcha, la laissant tomber dans le ravin, directement vers la rivière en contrebas, n'entendant qu'un nouveau « Kiiiii !! » rageur et digne d'une promesse de vengeance...

*Une bonne chose de faite. *

Myosotis se releva, satisfait de sa réussite. Il avait su prendre le dessus en réagissant rapidement et instinctivement : il était donc bien capable de se débrouiller par lui tout seul sans pour autant compter sur les autres, ni en faisant son tacticien fourbe et calculateur. Et ça, c'était une beau triomphe. Toutefois...

- Euh. Bon. J'suis toujours dans la merde, je sais pas où est le village...

Cahin-caha, il se remit sur pied avant de s'engouffrer à nouveau dans la forêt. Priant pour ne pas retomber sur un autre animaux dangereux, comme un ragondin ou un écureuil. Ou pire, un lapin adulte.

_________________


La loutre tueuse du bois joli  1500824581-kakyoin



Spoiler:
 

http://www.onepiece-requiem.net/t15222-http://www.onepiece-requiem.net/t16409-fiche-technique-de-myosot
Contenu sponsorisé



Page 1 sur 1