AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


Un homme et une rapière

avatar
Noa Lhant
•• Lieutenant d'élite ••

♦ Localisation : Navarone

Feuille de personnage
Dorikis: 2245
Popularité: +44
Intégrité: 42

Lun 25 Jan 2016 - 22:44

Mon nom est Noa Lhant et je suis…
-Le marine le plus malchanceux que j’ai vu de toute ma carrière….cette barbe blanche le prouve.
-Vous voulez parler de ce pirate qui…
-Ne commencez pas, après tout ce qui vous est arrivé, ne me forcez pas à vous en mettre une…

C’est comme ça que le retour de Noa au QG d’East Blue s’est déroulé. Le malheureux après avoir été pris pour cible par une organisation douteuse, sabordé et éjecté sur une île sauvage avec pour unique compagnie un pirate ivre et une femme aux cheveux d’argent, il avait en plus perdu son katana. Un objet très précieux pour lui, symbole de sa ville natale. Cela l’avait beaucoup touché, surtout se battre avec un minable bout de bois. Néanmoins, il revenait encore plus combattant qu’avant, voulant même s’initier à un tout nouveau style de combat qui lui correspondrait mieux. Pour lui, ce n’était pas abandonné ou trahir son ancienne école, mais plus s’ouvrir à de nouveaux aspects du combat à une main. Il voulait se battre à la rapière. Une arme subtile, une vitesse prodigieuse, conçue pour l’estoc et non pour la taille. Une arme redoutable en somme et pleine de prestige.
Il avait fait sa requête auprès de son supérieur hiérarchique de la base où il se trouvait actuellement. Il désirait avoir un maître pour lui apprendre. La Marine n’était vraiment pas très enclin, mais ne pouvait lui refuser, car elle n’avait aucune excuse valable, ni de contrainte budgétaire. Le maître qui allait lui enseigner cet art se trouvait sur une autre Blues, il fallait donc prendre en compte le temps qu’il arrive. Noa profita de ce répit pour se reposer, ranger ses affaires et remettre de l’ordre dans ses idées. Il était si excité par le fait d’apprendre quelque chose de nouveau, cela le ferait aussi un peu sortir du lot et lui éviterais de penser aux évènements sur l’île déserte.

Après quelques problèmes de ravitaillement en mer, le bateau transportant son futur enseignant arriva à quai six jours plus tard. Un temps qui avait semblé bien trop long pour notre grand frère. Il prit pourtant son mal en patience, le temps que son professeur s’installe, signe les papiers adéquats et prépare tout ce qu’il faut dans une cour, du moins un emplacement de cour, un coin en réalité, mais quelque chose de suffisamment large pour être à l’aise quand même. Noa ne savait pas pourquoi le QG lui offrait ça, peut être pour service rendu ou car son supérieur l’aimait bien quand même. Quoi qu’il en soit il fut enfin convoqué par son nouveau maître dans la cour pour commencer les présentations.
En arrivant à l’endroit prévu, il constata que plusieurs supports arrondis en bois pour des épées bien présentes étaient disposés en forme de ligne le long d’un mur. Les quelques arbres présents projetaient leurs ombres sur les lames donnant l’illusion de les bouger ou alors le soleil venait jouer sur le fil, créant des reflets. Il y avait aussi une bassine d’eau installée, remplie, dont Noa ignorait l’utilité.
Notre jeune marine s’approcha des présentoirs, marchant lentement pour savourer les armes des yeux. Il y avait tellement de sortes de rapières, avec tellement de gardes différentes. Certaines recouvraient complètement la main, d’autre la laissait percevoir, certaines étaient des entrelacs magnifiques, enfin parfois, il en existait où la garde servait à piéger l’arme de l’adversaire pour la lui ôter des mains.


Quand sa contemplation se termina, il entendit des pas derrière lui, légers, imperceptibles si la cour ne comportait pas du sable et des graviers. Il se retourna et afficha un immense devant son maître. Ce qu’il vit à la place le désarçonna. Une silhouette longiligne, une armure dans une sorte de cuir qui crissait à chaque mouvement, des formes avenantes sans êtres trop proéminentes, des cheveux mi-longs noirs avec des mèches venant s’échouer sur un visage à la peau diaphane, des lèvres roses et des yeux légèrement en amande brillants d’un vert profond. Noa était un peu subjugué par cette vision avant de reprendre de son assurance et regarder à droite et à gauche :


Vous venez aussi vous entraîner ? Je pensais être le seul…
-Oh, mais vous l’êtes, c’est moi qu’on est allé trouver pour vous. Je suis celle qui va vous enseigner l’art du combat à la rapière.
-Ha bon ? Je...Je vous l’avoue, je m’attendais à autre chose.
-Vous vous attendiez à un homme ? Ne trouvez-vous pourtant pas que seule une femme peut enseigner l’art d’une si noble arme ?
-Tout le monde peut enseigner ce qu’il désire à condition d’y mettre du coeur et de vraiment aimer ce qu’il enseigne.
-Bonne réponse, vous n'êtes pas si bête que ce que vous avez l’air au final.
-Que, quoi ? De quel droit, vous dites ça ?
-Aurais-je piqué monsieur ?

Elle lâcha un rire léger. Un rire qui semblait partir avec le vent, mais qui résonnait doucement dans vos oreilles encore après. Noa s’empourpra légèrement. Ce qui n’échappa pas au regard de son nouveau professeur.

Vous deviendrez une cible facile dans la nuit si vous continuez de briller comme ça.
-Oui, bon et si au moins on faisait les présentations ?
-Bien, soyons un peu professionnelle. Je me nomme Milana, enchanté.
-De même, je me nomme…
-Noa Lhant, je sais. Je me suis renseigné sur vous avant de vous apprendre quoi que ce soit, voir même d’accepter.
-Bon...je vois...Alors par quoi commençons-nous ? Une arme en particulier ?
-Ne soyez pas si pressé, ça viendra en son temps, pour l’instant vous aller affronter cette bassine d’eau, vu que vous avez déjà eu un entraînement aux épées cela ne devrait pas vous poser de soucis pour l’exercice.

Noa s’approcha de la bassine un peu déconcerté, puis demanda à son maître ce qu’il devait faire, elle lui rétorqua qu’il devait simplement frapper la surface de l’eau du plat de la main, encore et encore.
Le marine s'exécuta, sans vraiment trop comprendre, il devait simplement frapper la surface, donc pas trop fort ni trop doux. Il commençait à comprendre l’exercice, il devait jauger sa force. Il décida d’impressionner son maître et commença l’entraînement.
http://www.onepiece-requiem.net/t13330-noa-lhant-le-grand-frerehttp://www.onepiece-requiem.net/t13436-dossier-noa-lhant
avatar
Noa Lhant
•• Lieutenant d'élite ••

♦ Localisation : Navarone

Feuille de personnage
Dorikis: 2245
Popularité: +44
Intégrité: 42

Lun 25 Jan 2016 - 22:48

Plusieurs jours s’étaient écoulés maintenant, depuis le début de l’entraînement. Depuis qu’il frappait la surface de cette stupide eau et toujours rien de la part de son mentor, même pas un sourire, une félicitation, un simple encouragement, rien du tout. Elle restait là, à le regarder, à lire ou entretenant les armes. Noa sentait l’ennui venir, une forme de colère qu’elle ne lui dise rien alors qu’il s’appliquait du mieux qu’il pouvait, il commença à douter de sa perception de l’exercice, puis de la compétence de son maître.
Il donna un coup rageur dans l’eau et entendit à ce moment le livre de son maître se fermer d’un claquement. Il se retourna, l’observa, elle était sublime, elle avait une armure de cuir noire cette fois-là, révélant avec délice ses courbes.
Il ressentait quand même une pointe de colère, il prit une inspiration pour parler, mais elle le devança :


Oui, je sais, tu dois être un peu énervé, mais sache que tu es un des rares à avoir tenu aussi longtemps.
-Vous allez enfin m’expliquer en quoi ce petit jeu consistait ? Vous vous moquiez de moi ?
-Non, je ne me moque jamais de mes élèves. Alors, tu comprends l’utilité de cet exercice ?
-C’était pour jauger ma force ?
-Ha les hommes...tous pareils...tout ne se rapporte pas à vos muscles.
-Alors quoi ?
-Tu n’as pas compris ? Vraiment ?
-Je pense comprendre...C’était pour ma patience n’est-ce-pas ?
-Bingo ! Nous avons un vainqueur !
-Du coup, on va pouvoir passer à la pratique ?
-Ne brûle pas les étapes veux-tu ? Que connais-tu des rapières ?
-Ce sont des armes qui sont là pour frapper l’ennemi directement dans son point faible.
-Déjà, ce n’est pas une arme, mais un compagnon de voyage. Tu as raison pour la seconde partie, il faut savoir quand frapper et pas uniquement donner des coups de partout. C'est un ami qui exige de la précision.
-Pourtant, la première fois qu’on s’est rencontré, vous l’aviez qualifié de noble arme.
-Car le sens que je donne à ce mot n’est pas le même que le tien.
-Alors que faisons-nous maintenant ?
-Nous allons voir quelle rapière te correspond, suis-moi.

Elle s’avança vers les armes et les regarda minutieusement. Elle en sortit parfois et regarda Noa avec, puis les rangeaient. Ce manège dura un petit moment avant qu’enfin, elle pousse une exclamation ravie et tende un modèle plutôt banal de rapière.
La garde ne se composait que de quelques entrelacs venant couvrir suffisamment la main et la lame était de facture traditionnelle. La poignée était entourée de bandes de cuir, donnant une bonne prise en main. Elle précisa à Noa qu’une rapière devait s’allier au corps, mais aussi à l’esprit de l’utilisateur. Celle-ci correspondait parfaitement, car elle demeurait assez simple, mais comportait des chemins divers et détours sur la garde. Le jeune lieutenant se demanda vraiment comment elle avait pu voir tout ça et n’hésita pas à lui poser la question.
Elle lui sourit et précisa que lors de ses coups dans l’eau, elle avait remarqué que parfois, ils devenaient irréguliers quand il se perdait dans ses pensées et ses yeux trahissaient du doute.
Il avait en effet beaucoup réfléchi pendant cet exercice, sur le chemin à prendre pour ne pas reproduire les mêmes erreurs que le passée.

Il fit quelques moulinets avec la rapière pour s’habituer à cette nouvelle prise en main qui lui changeait radicalement de son katana.
Ensuite, la Belle qui lui enseignait tout, l’invita à se mettre au centre de l’air d’entraînement et commença à lui enseigner les mouvements basiques de la rapière. Lorsqu’il n’arrivait pas à bien exécuté un mouvement, elle se glissait derrière lui, prenait légèrement son bras et lui montrait le mouvement exact à faire et répéter. Noa abusa un peu de ça et fit semblant de rater des mouvements pour qu’elle vienne. Il avait enfin une belle femme rien qu’a lui, ça le changeait des horreurs qu’il a croisé par le passée.
http://www.onepiece-requiem.net/t13330-noa-lhant-le-grand-frerehttp://www.onepiece-requiem.net/t13436-dossier-noa-lhant
avatar
Noa Lhant
•• Lieutenant d'élite ••

♦ Localisation : Navarone

Feuille de personnage
Dorikis: 2245
Popularité: +44
Intégrité: 42

Lun 25 Jan 2016 - 22:51

Les jours défilaient et ses connaissances s’étendaient de plus en plus. Il était bon élève et son maître lui faisait remarquer quand il arrivait à l’impressionner, ce qui était plutôt rare.
Enfin, vint le moment du combat réel contre Milana. Elle lui assura qu’elle irait gentiment avec lui, mais Noa voulait qu’elle se donne à fond, il voulait voir le chemin qu’il avait encore à parcourir. Ils protégèrent la pointe de leurs lames avec de légers morceaux de liège, juste pour parer un mauvais mouvement.

Elle prit sa propre rapière qui était un chef d’oeuvre, elle représentait parfaitement son maître, magnifique, mais tranchante et meurtrière.
Elle se plaça en face de Noa et le salua de manière formelle entre deux duellistes. Il fit de même et le combat commença.
Il ne se rua pas sur son adversaire, car tout reposait dans la patience. Il commença alors à tourner, son professeur fit de même. Leurs pieds soulevaient de légers nuages de poussière. L’un comme l’autre attendait le moment opportun, celui de faiblesse.
Ce petit manège dura quelques minutes et Noa craqua. Il s’élança en avant prêt à trancher., un mauvais réflexe de son ancien style. Milana disparut sous la lame, profitant de l’erreur pour glisser sur le côté et donner un coup d’estoc sous l’aisselle de l’élève. Elle sourit et se remit en place.
La deuxième fois, ce fut elle qui s’élança en première pour donner une chance à son apprenti. Noa dévia le coup avec sa lame comme on lui avait appris et voulut donner un coup, mais il vit Milana prête à riposter et il s’en abstint. Le combat continua ainsi, puis un moment Noa vit la faille chez son professeur, il n’hésita pas et donna un puissant coup d’estoc, mais Milana para sans difficulté et le toucha à la place, elle l’avait piégé exprès.

Noa réalisa à ce moment qu’il avait encore un bon chemin à faire avant d’atteindre le niveau de son professeur. Elle enleva le liège de sa lame et la rangea.


Bien, tes mouvements sont corrects et seront suffisants pour les ennemis traditionnels. Par contre, en face d’un épéiste avertit, tu devras être prudent, tu as encore des lacunes à combler. Je suis assez fière de toi, tu ne te lances pas à corps perdu dans le combat et tu tentes de créer des ouvertures en prenant en compte la taille et la fragilité de ta nouvelle arme. Ce qui te manque à apprendre se fera avec l’expérience. Mon travail ici est terminé, je vais prévenir ton supérieur, ranger mes affaires et repartir. Tu peux garder la rapière, c’est un cadeau.
Je suis certain que tu deviendras quelqu’un d’exceptionnel Noa Lhant. Qui sait, peut-être la prochaine fois que je serais convoqué, ce sera par toi en personne.
Bien, sur ce au revoir. Si tu veux profiter du temps qu’il te reste pour t’entraîner, fait le, car à partir de demain, je crains que tout disparaisse et retourne avec moi.

-Vous êtes certaine de ne pas vouloir rester plus longtemps ?
-Oui, on m’a convoqué pour un temps donnée, avec une certaine somme pour les cours et ils étaient clairs qu’il n’y aura pas plus. De plus, tout ce que je pourrais t’apprendre de plus serait superflu. Tu dois bien savoir que les ordres, sont les ordres.
-Oui... Naturellement.

Elle tourna les talons, ses cheveux virevoltants autour d’elle, puis elle partit. Lors du départ de son maître, il se rendit sur les quais et salua son professeur qui était sur le pont, comme elle lui avait appris.
Les jours suivants Noa avait un petit pincement au coeur. Il n’était pas amoureux, mais elle l’avait attiré. Puis il se ressaisit, ce n’était pas l’attitude à avoir pour quelqu’un de son grade, des personnes comptaient sur lui maintenant. Il ne devait pas se laisser aller à des sentiments éphémères comme eux.

Heureusement, une mission lui fut confiée. Il devait faire une descente dans un repère de pirates sur une île d’East Blue. Un de leurs informateurs les avaient trouvés.
Ils étaient regroupés dans une sorte de vieil entrepôt et extorquaient les gens des environs en les menaçant de s’en prendre à leurs familles s’ils disaient quoi que ce soit. Qu’ils faisaient partie d’un immense réseau ou ce genre de choses. Noa s’en moquait, c’était des ennemis de la paix, il fallait que la Justice soit appliquée. Il n’en revenait pas lui-même de penser ça, mais il savait que c’est ce qu’il devait faire. La régulière pouvait se permettre de se questionner, l’élite devait frapper et vitrifier pour les hauts gradés. On les envoyait exprès pour ça, frapper et encore frapper, c’était des armes. Noa allait donc se comporter en arme.

Le groupe de marine ouvrit la porte de l’entrepôt, Noa devant les hommes, il était le supérieur pour cette mission. Il devait montrer l’exemple.
Les pirates furent légèrement surpris du petit groupe de marine, mais ils avaient l’air de les attendre, en même temps, on repère facilement un détachement de la Marine.
Noa sortit sa nouvelle rapière de son fourreau et pointa le groupe d’ennemi composé d’une vingtaine de pirates, comme le détachement de la Justice. Ils n’avaient pas l’air très fort, mais ils fallait être prudent.
Les marines chargèrent, Noa toujours en tête. Il esquiva un premier coup d’épée en le déviant avec sa lame, puis avec son agilité, il frappa du poing les côtes de l’homme qui grogna et le jeune lieutenant en profita pour faire revenir sa lame et donner un coup d’estoc en plein coeur. Le pirate s’affaissa et la lame retirée gouttait par terre des larmes de sang.
Une vive brûlure se fit sentir le long de son omoplate gauche. Un ennemi en avait profité pour l’attaquer en traître avant de se faire planter par un soldat. Noa n’avait pas le temps de rêvasser. Il retourna dans le combat et en abattit un autre qui se concentrait sur un soldat en difficulté. Le marine le remercia et retourna à grands renforts de cris dans le combat.
La suite se fit sans vraiment trop d’accros, la blessure de Noa lui faisait mal, mais il serrait les dents et poursuivit, aucun signe de faiblesse ne devait être montré. Les pirates étaient relativement faibles en fin de compte et on ne comptabilisa aucune perte du côté des marines, seulement des blessés plus ou moins graves, mais qui pouvait être soignés.

Noa contacta par Den Den le QG et l’informa de la réussite et de la disparition définitive des pirates. Son interlocuteur accusa réception du message et informa qu’une équipe de nettoyeur passerait dans quelques heures. Ils pouvaient maintenant rentrer. Le lieutenant rangea son Den Den, essuya sa rapière et la rangea elle aussi. Il regarda ensuite la scène sous l’entrepôt. Les pirates étaient tous morts ou se vidaient de leurs sangs. Les marines blessés recevaient des soins sommaires de la part de leurs collègues en attendant le retour au QG ainsi que l’équipe médicale. Pourquoi les avait-il tous tués ? Ils ne faisaient qu’extorquer de l'argent, était-ce une raison valable pour leur ôter la vie sans leur laisser une seconde chance ? De toute manière vu comment ils ont réagi, ils l’auraient sûrement refusé.
Il s’était comporté comme les ordres l’exigeait ainsi que son poste, mais n’y avait-il pas une autre alternative ? Tout ça venait des ordres donnés par les supérieurs. Peut-être que s’il montait encore et encore en grade, qu’il accumulait de la puissance, il comprendrait pourquoi il devait agir comme ça, sinon il se servira de sa position ainsi que de sa puissance pour changer les choses. Il s’était trouvé un nouvel objectif, pour l’instant agir comme on attendait à ce qu’il agisse, mais chercher des informations sur un moyen d’accumuler une puissance brute ainsi que de la renommée et monter les échelons pour comprendre.
Pourtant, ce qui lui semblait étrange, c’est qu’il ne regrettait rien des évènements, il avait l’impression d’avoir servi convenablement la Justice, d’avoir été son bras armé, cela lui plaisait.

Il rentra au QG, fit son rapport de manière conventionnelle et partit se laver. Il se regarda dans le miroir et vit un regard froid, implacable, un regard de tueur. Il repensa alors aux paroles de son supérieur, il ne devait pas perdre son humanité. Il se focalisa sur cette idée et le regard horrible disparu, l’étincelle de son nouvel objectif vint éclairer ses yeux et il se permit un mince sourire.
Ce nouveau visage signifiait vraiment un nouveau départ au final, pour tout.
http://www.onepiece-requiem.net/t13330-noa-lhant-le-grand-frerehttp://www.onepiece-requiem.net/t13436-dossier-noa-lhant
Contenu sponsorisé



Page 1 sur 1