AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


Le fameux RP chiant où que mon perso il apprend le Rokushiki

avatar
Derrick Oletto
••• Agent de catégorie II •••

♦ Localisation : Ici et là
♦ Équipage : :roll:

Feuille de personnage
Dorikis: 3123
Popularité: -132
Intégrité: 102

Mar 7 Fév 2017 - 12:54

- Vince Takaysh ?...

- Non plus.

- Vecene Takiash ?

- Toujours pas.

- Vneceen Taakshi ?

- Inconnu au bataillon.

C'est pas un bastion du G.M, c'est un asile ! Cinq minutes que je suis arrivé et la camisole me guette ! Déjà que j'aime pas être convoqué pour autre chose qu'une mission, faut en plus que j'ai droit à la séance de torture administrative d'usage pour les loqueteux de mon genre. Là y'en a marre ! D'un coup d'un seul, j'éclate ma main sur le bureau de la vieille binoclarde pour lui mettre mon avis de convocation sous sa gueule de navet défraîchi.
Y mettent toujours des vieilles pour gérer l'administration, doit y avoir un conditionnement psychologique à avoir affaire à des peau de vache pareilles, sûrement une manière de tester la patience de ceux qui viennent s'y confronter.

- Là ! R'gardez ! C'est son nom ! J'arrive pas à pr'noncer c'te purge.

Enfin, elle lorgne sur mon papelard avec ses lunettes qui lui tombent sur le bout du nez. Toujours cet air austère de cerbère de bureau. De sa voix bien irritante elle m'agresse presque.

- Mais vous me parlez du colonel d'élite Veence Tashaïk mon garçon. C'est pourtant pas compliqué !

Compliqué ou pas, elle a quand même bavé en prononçant son nom à l'autre mouette. C'est déjà fin chiant de me faire faire tout le trajet jusqu'ici entre deux missions, mais si en plus le gars qu'on m'envoie voir est pas foutu d'avoir un nom correct, là ça relève du foutage de gueule.
D'habitude je suis un gars plutôt paisible, y'en a même qui disent que je suis cool, mais là, à haute dose, l'administratif de la place forte du G.M, ça me rend agressif.

"Convocation pour remise à niveau"... Mais c'est qu'on me prendrait pour un bateau à mettre à la casse ma parole. Remise à niveau de mon cul. Cinq ans dans l'élite avant d'être au CP2, et ils veulent me faire faire ma révision ? La vérité, c'est que je suis même pas venu pour leur formation à la con, juste pour leur faire entendre ma façon de penser, leur apporter quelques doléances de mon crû, bref, leur dire qu'y peuvent aller se faire foutre.
Bon, c'est sûr, je vais pas leur dire exactement comme ça. Avec l'amirauté dans la place, faut faire dans le feutré, donner une impression de respect de la hiérarchie, enfin... fermer sa gueule et attendre que ça passe.
Mais même si je moufte pas, j'en pense pas moins, j'ai les glandes !

On m'envoie moi et d'autres pignoufs retrouver ce colonel d'élite à la con chargé de nous apprendre à nous battre. Y veut sûrement nous faire courir alors que je savais déjà marcher une ou deux décennies avant lui. Perte de temps. Perte de temps, et donc perte d'argent !
Merde, c'est que ça doit coûter cher de mobiliser un colonel d'élite et de faire faire le transport à des recrues venues de plusieurs corps de la marine et du C.P. Dire que je me casse la raie à garnir les caisses du Gouvernement Mondial pour qu'ils le dilapident avec ce genre de conneries. Un pur scandale.

Enfin, la vieille que je suis jusqu'à mon lieu de convocation ouvre une porte en chêne située au bout d'un long couloir sombre. C'est qu'elle devait être massive cette putain de porte pour isoler le son comme ça, à peine ouverte, j'entends gueuler des albatros de tous les côtés et j'ai les yeux qui manquent de lâcher à cause de la lumière vive. Me voilà dans une cour extérieure aménagée au milieu de Marie-Joie. Y'a un hectare à tout casser, le tout entouré de murs blancs. C'est que ça ressemblerait presque à une cour de prison cette vacherie là.

- Voilà le colonel Tashaïk, il n'attendait plus que vous visiblement. Sur ce... Je vous laisse à vos occupations messieurs.

Et vlam ! La porte se referme violemment quand elle retourne dans son couloir pour retrouver sa place. Autour de moi, y'a quatre gugusses. Je sais bien que je suis pas le mieux placé pour juger, mais c'est un pur défilé de sales gueules. Sur les quatre, trois sont habillés en matelot, le dernier lascar doit être mon homme, ce Tashiak ou je sais quoi.
Ils me regardent drôlement les gaillards.

- Derrick Oletto ! Vous êtes en retard !

En voilà une façon d'accueillir un glorieux précepteur du gouvernement. Austère, dédaigneux, dans son bel uniforme, ce fumier de colonel d'élite reste les mains dans le dos. J'ai bien l'impression que lui va pas me trouver cool.

- Y'a juste une date sur la convo, pas d'heure. J'vois mal c'mment j'peux être en r'tard dans ces cond'tions.

Ses yeux s'écarquillent encore plus, il a des airs de fou furieux. D'ailleurs, mes petit camarades me fusillent du regard eux aussi. J'ai pas été à l'école, mais je sais quand même ce que c'est qu'un fayot, et j'en vois trois la langue profondément incrustée dans le rectum de leur colonel adoré. On m'a invité pour une remise à niveau, et déjà l'ambiance est au lynchage.
Avant même que le colonel décharge sa bile sur moi, une de ces raclures de mousse fait un pas en avant, se tient au garde-à-vous et me récite son chapelet.

- Code de procédure des services armés du gouvernement mondial, article 126, alinéa 4 ! En cas de convocation par la hiérarchie pour une session d'entraînement obligatoire, tout employé du Gouvernement Mondial est chargé de se présenter à la première heure vêtu d'un uniforme régulier de matelot !

Parce qu'ils voulaient que je me déguise en guignol et que je pointe à minuit pétante en plus ?! C'est pour ça qu'ils l'avaient mauvaise dès qu'ils m'ont vu débouler avec mon marcel tâché et mon futal noir. Est-ce que c'est bien sérieux tout ça ?

- Exactement.

Et là-dessus, il met une claque à son fayot qui se retrouve cul par terre. Rigole pas Derrick, surtout rigole pas, tu ferais qu'aggraver ton cas.

- Seulement on ne parle que quand j'en donne l'autorisation. La hiérarchie, c'est pas pour les chiens.

C'est moi ou ça lui a fait plaisir de cogner sur un des siens ? Si, si ! Je suis sûr de l'avoir vu sourire un court instant. Ma parole, c'est pas colonel ultra strict, c'est un vicieux ! Je les sens mal ces sessions entraînement, mais mal...

- Oletto, allez au surplus et habillez-vous en conséquence. Les règles, c'est comme la hiérarchie, c'est pas pour les...

- Ouais, ouais pas pour l'chiens, j'ai capté l'idée m'rci.

L'a pas l'air d'avoir bien pris que je lui coupe la parole. Je devrais m'arrêter ici.

- Mais franch'ment... que j'fasse l'entraîn'ment en uniforme ou en slip, ça changera qu'dalle.

Moi et ma grande gueule...
Tout le monde se tait. Les lèches-cul osent plus moufter depuis tout à l'heure, et Tashiak a l'air de réfléchir à la manière de me cuisiner. Maintenant que j'y réfléchis bien, j'ai fréquenté des tas de pirates, parfois même des révos, et pourtant... je me suis jamais senti aussi peu en sécurité qu'avec un gars censé être de mon côté.

- En slip vous dîtes ?...

- Ouais 'fin... C'tait une expr'ssion hein...
http://www.onepiece-requiem.net/t19217-fiche-technique-derrick-o
avatar
Derrick Oletto
••• Agent de catégorie II •••

♦ Localisation : Ici et là
♦ Équipage : :roll:

Feuille de personnage
Dorikis: 3123
Popularité: -132
Intégrité: 102

Mar 7 Fév 2017 - 19:31

- Ah l'putain d'enculé d'sa mère.

La vache, j'ai pas crapahuté comme ça depuis que j'ai fait mes classes à vingt ans. Au pas de course qu'il a dit, et nous voilà parti pour cavaler en rond sur un hectare de terrain. Et en slip en plus ! Enfin juste moi. J'aurais dû y réfléchir en regardant ce putain de sol, du gravier partout, de la caillasse minuscule et pointue, à croire qu'ils ont sculpté les cailloux juste pour me faire chier. Mes bottes me manquent. On prend conscience de ce qui nous est vraiment nécessaire quand on l'a perdu.
C'est beau.

C'est beau mais ça me rend pas mes bottes. C'est que je dois avoir l'air fier juste à me taper un sprint en slibard. Au moins les trois autres zigotos se marrent pas, ils soufflent. On souffle tous. Une heure qu'on court. J'ai beau avoir fait l'élite, c'est que ça commence à flancher de partout, les articulations, les poumons, pas un muscle qui soit pas courbaturé, et mes "camarades" : pareil.
Tiens, y'en a un qui faiblit, on va peut-être ralentir un peu la cad...

BANG !

Nom de nom, Tashiak a failli le flinguer ! Heureusement la balle est entrée dans le mur, mais elle a frôlé le bonhomme. D'ailleurs il a accéléré d'un coup, un vrai lièvre. Mais c'est pas possible, y z'ont pas le droit de faire ça. On est à Marie-Joie quand même, c'est le centre de commandement, y'a des règles, on a des droits on est...

- MES POSSESSIONS ! Ouaaaaais ! À compter de ce premier jour d'entraînement, vous êtes à moi, je dispose de vous comme je l'entends. Vous crevez ? Ce sera un accident ! Alors on ralentit pas, on court !

Je cours colonel, je cours. De tous les officiers dispos pour les formations de remise à niveau, il faut que je tombe sur le colonel Barjo. Y'en a qui aiment se faire des réputations en jouant les excentriques, en se faisant passer pour des durs, des sanguinaires. Eh bah il faut qu'on m'ait collé une andouille pareille pour mon entraînement de routine obligatoire. Chienne de vie, je vais me faire crever par un officier dont j'ai sûrement contribué indirectement à l'opulence en permettant au gouvernement de payer son salaire.
Fais du bien à Martin et il te chiera dans la main. Mais pour l'instant, le seul qui en chie, c'est moi, faut que je me repose, faut que je reprenne mon souffle, courir comme ça c'est pas humain, encore une minute et je vais calancher.

- Arrêtez de courir, vous me donnez le tournis.

Tous les quatre, on s'arrête net, sans se faire prier. C'est qu'y lui arrive d'avoir de bonnes idées à Tashiak. Je ruisselle de sueur de tout mon être, en slip comme ça, c'est pas beau à voir. En tout cas les autres sont surpris de voir que je sois capable de tenir le rythme avec toute la graisse que je me trimbale. Même si ça fait un moment que j'ai quitté la marine d'élite, j'ai encore de beaux restes. Enfin j'ai plus non plus la vivacité et l'endurance d'antan. Y'a pas à chier : je vieillis.

Et c'est justement parce que je vieillis que je suis venu carrer mes miches chez le CP2 ! Moins d'action, plus de rétribution en piochant, le plan de carrière parfait pour mes vieux jours. Je suis passé de l'ère de la baston à celle de l'information, Cipher Pol oblige. Alors pourquoi qu'ils se sentent obligés de me "remettre à niveau" ?!

- Sergent chef N'dricks !

- Au rapport mon colonel !

Voilà que notre colonel épluche des dossiers, sûrement nos états de service. L'aime bien savoir qui y torture avant de porter le coup de grâce j'imagine. Y'a de ces vicieux dans l'amirauté.

- Marine régulière putain... Le changement est pas trop radical haha ?!

Le N'dricks y se tient droit comme un F en essayant de mimer le garde à vous. Pas évident de répondre quand on cherche à reprendre son souffle. Ouais, ça se voit que lui l'est de la régulière, je suis surpris qu'il ait tenu le coup. L'est tout jeune pourtant, barbu, mais un regard vachement doux. Vraiment, l'a pas le profil d'un dur.

- N... haa haa... Non mon colonel ! J'ai... haaa... J'ai rejoint cette session de mon plein gré pour... haa... pour devenir le meilleur. Rien ne sera trop... haa... trop radical.

Attends une minute, ce gars est là de son plein gré ? C'est pas juste le colonel qu'est bon à ramasser les fraises, lui non plus l'est pas mûr dans son genre. S'imposer une putain de torture pareille, faut vraiment être candidat au suicide.

- Bonne résolution sergent, mais ça va pas être possible. Le meilleur c'est moi et c'est pas demain la veille que vous me ferez de l'ombre. AGENT PALMEUR !

- Au rapport mon colonel !

C'est le type qu'a manqué la balle de peu. L'a répondu dard-dard. Pas rancunier le gars, beau joueur même. L'est un peu petit, mais une carrure athlétique quand même. De nous quatre, c'est encore lui qu'a le moins morflé après avoir autant couru.

- On en a marre de servir juste d'informateur pour le Cipher Pol ? On veut jouer dans la cour des grands ?

Un "camarade" ? Remarque s'il est juste informateur c'est pas encore un agent non plus, juste un grouillot. M'enfin quand même, ça fait plaisir de pas être le seul C.P dans les environs, je suis pas à mon aise quand y'a que de la mouette bien blanche, je fais tâche.

- Oui mon colonel !

Putain, s'imposer cette chiure d'entraînement pour monter en grade... L'a pourtant une bonne tête le blondinet, y serait plus vite monté dans la hiérarchie en carrant sa frimousse entre les cuisse de la Vierge d'Acier. Quand on sait pas se servir de sa belle gueule et qu'on n'a pas de cervelle, reste que les muscles effectivement.

- Oletto !

- Au rapp...

- Ferme-là ! J'ai assez entendu de conneries de ta part depuis ce matin.

Hop, un pas en arrière et c'est plié. Voilà une affaire rondement menée. C'est ça de faire mauvaise impression, on vous emmerde moins. Ça a dû le foutre en rogne de lire dans mon dossier que j'étais pas juste un gros lard mais que je contribuais à payer son salaire. Y devrait pas mordre la main qui le nourrit. Même si j'ai aucun moyen à disposition pour que son salaire lui parvienne pas, y devrait pas me pousser à bout.
Je pourrais crever autrement.

- AGENT HEMERÇONE !

- Au rapport mon colonel !

Encore un agent ? C'est qu'on serait majoritaires. C.P représente, ça fait plaisir. Je me demande de quel service il est celui là. Y me semble que c'est celui à qui Tashiak a mis une baffe tout à l'heure. Beau faux-cul, ça sent le CP5 à plein nez.

- Figurez-vous que vous auriez pu échapper à cette petite session Hemerçone. Seulement, ces bâtards de Dragons Célestes ont insisté pour que vous soyez le plus opérationnel possible dans votre tâche haha !
Envoyé au casse-pipe par ceux à qui vous torchez le cul matin et soir, c'est pas la grande joie j'imagine !


- Si mon colonel !

- Tant mieux si t'aimes ça, c'est ce genre de coup au moral que je vais vous servir au menu !

Perdu : CP7. Moi qui pensais ces gars-là intouchables dès que les Dragons les prenaient en affection. C'est qu'y doit pas être très apprécié à son boulot Mémèreson. Lui par contre il a l'air rancunier. Réciter son code pour faire le bon lèche-cul et être récompensé d'une torgnole, moi aussi je l'aurais mauvaise à sa place. Je l'ai déjà mauvaise de toute façon. Maintenant que j'ai récupéré, le vent qui s'écrase contre ma sueur glacée me refroidit à en crever. Y'a pas que mes bottes qui me manquent.

- Ces petits échauffements d'usage étant terminés, on va entrer dans le vif du sujet.

Petits échauffements d'usage ?! Je tiens à peine debout ! Marre de ces putains de gradés qui veulent montrer qu'ils en imposent parce que eux ils peuvent courir plus longtemps que les autres. C'est pas un entraînement, c'est une manœuvre d'abattage.

- Au programme, base du Rokushiki : Soru et Tekkai ! Si à la fin de cette session vous êtes pas capable de maîtriser ça, vous êtes morts.

Le voilà qui nous refait sa gueule de tortionnaire, l'est sérieux le fumier.

- Là encore... ce sera un accident. Ça arrive très souvent les accidents, surtout à ceux qui me déçoivent... et aussi à ceux qui m'emmerdent !

C'est de la paranoïa de croire que les derniers mots qu'il vient de baver me sont directement adressés ?
http://www.onepiece-requiem.net/t19217-fiche-technique-derrick-o
avatar
Derrick Oletto
••• Agent de catégorie II •••

♦ Localisation : Ici et là
♦ Équipage : :roll:

Feuille de personnage
Dorikis: 3123
Popularité: -132
Intégrité: 102

Jeu 9 Fév 2017 - 16:20

Si on y réfléchit bien, le Soru, c'est juste un bond vachement soudain.
Mais bon, si on y réfléchit mieux, c'est un élan de sprint. Ça expliquerait pourquoi que le colonel a sorti des "starting blocks" artisanaux. Un chaque. Bien sûr, le mien est pas franchement à ma pointure. C'est que je commence à me demande s'il a pas dans l'idée de me faire échouer ce con de Tashiak. À ma taille ou pas, je ferai avec. Pas le choix.

Aucun n'a eu besoin qu'on lui donne trop d'ordre pour se mettre en place et piger l'idée. Vu que le Soru c'est un élan soudain, les starting blocks ça me paraît être une bonne idée pour se mettre en selle. C'est peut-être un salle fumier ce colonel, mais au moins l'a l'air de s'y connaître.
En fin de compte cette session entraînement c'est pas encore trop une perte de temps, y'a moyen d'en sortir avec de beaux atouts en manche. Juste chiant que je doive me taper tout le séjour en slip.
Bon, plus tôt j'aurai commencé, plutôt j'en aurai fini avec cet entraînement à la c...

BOI~~~~~~~NGPAF !

Pété par le diable j'ai eu peur ! Palmeur a à peine eu le temps de poser ses pieds qu'il s'est presque envolé d'un coup...à deux centimètres au dessus du sol, avant de se rétamer la gueule contre les graviers de la cour. Peut-être que je vais inspecter le matériel avant de l'user. Ça me paraît plus prudent. On appellera ça de la conscience professionnelle.
Y'a bien quelque chose en dessous, je m'étais pas gouré. Mais franchement, j'ai pas idée de ce que ça peut être.

N'dricks m'a imité, lui y s'y connaît un peu mieux je pense. Je dis ça parce qu'il vient d'avaler sa salive d'un air pas confiant. Quoi qu'y ait en dessous de ces merdes, c'est pas des bonnes nouvelles.

- Des Jet Dials messieurs ! Vous en avez jamais vu de vos vies donc ? Une idée à moi ce truc, je l'ai appelé le "Jet Soru".

Drôle de nom. Me demande qui c'est ce" "Saurou", et pourquoi il a un geai. Sûrement un ornithologue. M'enfin je pige pas le rapport avec l'invention.*

- Si j'ai mis ces engins à une extrémité de la cour c'est parce que vous allez m'atteindre la ligne que j'ai tracée au sol d'un seul coup de patte.

On se regarde histoire de se jauger les gars et moi. Y'a bien cinquante putain de mètres de là où on doit décoller jusqu'à cette saloperie de ligne.

- Colonel, c'est pas un peu trop loin ?

Vas-y N'dricks ! Apprends donc au colonel comment qu'y doit faire son boulot. C'est vaillant de ta part, j'irai mettre des fleurs sur ta tombe pour la peine.
C'est clair que c'est trop loin, mais si d'autres de ses élèves avant nous ont réussi, y'a pas de raison que ça merde pour nous. Sauf pour moi. Parce que moi je fais près de trois-cents putain de kilos et que je décollerai moins bien que les autres, ça fait pas un pli.
Merde.

- Trop loin quand on est une lopette de sergent de la régulière N'dricks ! Si j'ai mis un putain de Jet Dial sous ces merdes, c'est justement pour vous faire gagner de la distance. Rien qu'en le déclenchant et en vous laissant porter par le choc, vous couvrez plus de la moitié de la distance. L'autre moitié ? C'est à vous de combler avec la force de votre jambe d'appui.

Histoire de bien nous faire comprendre que lui il en a une grosse, y se met en position de sprint, sans starting block lui, pis y file comme un putain de guépard. Pas à dire, c'est impressionnant, et il a largement dépassé la ligne, sans Jet Dial en plus.

- Le Soru c'est encore le plus facile à apprendre. C'est jamais qu'une grossière pression de la jambe d'appui pour couvrir une courte distance rapidement. Maintenant vous vous mettez au travail. Oubliez pas de vous échauffer les cuisses, je vous cache pas que vous allez en avoir besoin.


***


Ah ça oui qu'on a eu besoin de nos cuisses. Depuis combien de temps on est sur le coup ? Y fait presque nuit putain, et sur les quatre pauvres âmes qu'on est, y'en a pas une qui boîte pas. Quelle horreur ces putains de crampes, ça me lance de derrière le genou jusqu'à la fesse. C'est pu un muscle que j'ai, c'est un morceau de métal qui me rentre dans le cul.

Et encore, c'est pas ça le plus douloureux. Chaque fois que l'un de nous se lance, l'a grosso-merdo une chance sur deux de se rétamer la gueule contre le sol. Y'a bien Palmeur qui se démarque de nous autres en se rattrapant plutôt bien, mais sinon, on morfle à rebondir contre ce gravier. Pouvait pas nous choisir un terrain avec de l'herbe non ?! Foutu Tashiak, toi... toi je te retiens.

Allez, je fais une nouvelle pause. Elles sont de plus en plus rapprochées mes pauses d'ailleurs. Faut dire que dans mon état, je peux plus forcer des masses. Sans mes frusques, j'ai pas le moindre bout de tissu à part mon slip pour un peu me couvrir. Non, chaque petit bout de gravier, je le sens qui s'incruste dans ma chair à chaque fois que je tombe après une impulsion au Jet Dial. C'est simple, mes coudes, mes genoux, putain... même mes deux tibias dans toute la longueur, tout ça ça saigne.
Les autres sont à peine dans un meilleur état.

Si on m'avait dit qu'on pouvait saigner en apprenant à courir... Ça m'aurait fait bien marrer.

Les boules. Je suis bon dans ce que j'entreprends, dans mon boulot au CP2, je suis un cador, j'adore ce que je fais. Alors du coup, je suis le maître incontesté dans ma discipline, je m'habitue au succès. Mais là putain... Comme disait le colonel, ça fout un coup au moral. Rien à dire, mais les gars qui maîtrisent tout le Rokushiki, c'est des perles.
Là on apprend à peine une esquisse de Soru, un Soru à un pas, une unique impulsion. Bah même ça, on en est pas capable.

- Putain Palmeur, si j'avais eu quelqu'un avec qui parier, tu m'aurais rapporté un beau paquet de fric. Je me doutais bien que tu serai le premier à passer.

Là-dessus, moi et les deux autres guignols on lève la tête : Palmeur a réussi. C'était tellement rapide qu'on a pas eu le temps de voir.

- Un petit pas pour Palmeur, et un grand pas pour l'amirauté. Allez les autres ! On se bouge ! Je vous préviens que vous dormirez pas tant que l'entraînement sera pas fini de votre côté !

Et là-dessus, beau prince, Tashiak il envoie des bandages à Palmeur. Veinard va. Moi je donnerai ma fortune pour de quoi nettoyer mes blessures là maintenant. Quand faut y aller, faut y aller, on y retourne.
Première étape, bien se positionner devant le starting block, poser les mains au sol, mais pas encore poser les pieds contre les parois reliées au Jet Dial. Première étape, c'est bon. Ensuite, je regarde devant moi et je contracte la cuisse de ma jambe d'appui jusqu'à ce qu'elle en tremble tellement elle est gonflée à bloc. Tout obèse que je suis, j'ai quand même des muscles adaptés à mon gabarit, du beau morceau, de quoi donner une bonne impulsion.
Et c'est là le moment le plus chiant, le plus décisif aussi. Faut que je donne un violent coup de pied contre là où y'a le Jet Dial. Mais pas que...
En même temps que je donne le coup, faut que je force d'un coup, pendant que le dial fait son effet histoire de bondir, d'augmenter la portée de ma charge à venir. Et le tout... en m'assurant que mon autre jambe reste suffisamment raidie pour que je me dirige bien droit.

J'ai à peine déclenché le processus que je m'envole une fois de plus. Je vole pas non, mais je fuse à une vitesse pas croyable, un court instant, y'a mon champ de vision qui se réduit méchamment, autour de moi, y'a plus que des lumières et des masses déformées, la sensation de vitesse, je l'ai. Et c'est ça le souci, quand je vois que dalle, que la vitesse de mon impulsion me porte, c'est chiant de me réceptionner correctement dans ces conditions. Enfin ça décélère, ça n'a duré qu'un instant, mais cette course m'a parue si longue la vache.
Sans plus aucune force dans la jambe, j'essaie de me rattraper avec l'autre, mais ça suffit pas. Une fois de plus je me vautre ventre à terre. Ça fait toujours aussi mal...

- Encore un coup p'rien...

Bon, maintenant je me frotte les plaies pour jarter les petits bouts de graviers pis je me retourne en boitillant. Je vois les traces de quand que je suis tombé avant. Peut-être pas un coup pour rien au final. Ni les autres en fait. Petit à petit, j'ai bien gratté quinze mètres de mon premier Soru avorté à celui que je viens de faire.
Je jette un œil derrière moi alors que je retourne à mon starting block, y'a Palmeur qui s'essaie au Soru sans engin pour l'aider, et c'est que ça a l'air de marcher ces conneries ! Bon, y va pas aussi loin qu'avec les Jet Dials, c'est sûr, mais y couvre bien cinq bon mètres d'un coup de patte.
Finalement, je crois bien que je vais m'accrocher. Cet entraînement, y m'en fait voir, y'a pas à tortiller du cul. Mais peut-être bien que je vais en tirer quelque chose.

*Ouais je sais, c'est du calembour de haut niveau, faut s'accrocher pour piger.
http://www.onepiece-requiem.net/t19217-fiche-technique-derrick-o
avatar
Derrick Oletto
••• Agent de catégorie II •••

♦ Localisation : Ici et là
♦ Équipage : :roll:

Feuille de personnage
Dorikis: 3123
Popularité: -132
Intégrité: 102

Jeu 9 Fév 2017 - 18:55

À part les eaux minérales de montagnes reculées à 10 000 berrys le litre, jamais une eau a eu si bon goût. Pourtant cette flotte là, 'a rien de spéciale, mais je m'en régale.
Vacherie de Tashiak qui nous file une flotte dégueulasse, le genre qu'on met dans les abreuvoirs de ces couillonneries de bourrins. L'avait décidé qu'y nous filerait rien à bouffer où à boire tant qu'on aurait pas réussi l'entraînement, je suis sûr qu'y pensait que j'en crèverai de fatigue de sa purge, eh bah non, j'ai de la réserve. Aussi bien au sens propre que figuré.

C'est le petit matin qui se lève. À vue de nez, enfin, d'après mon horloge interne, y doit être dans les cinq-six heure du matin. Je suis le dernier à avoir franchi cette ligne, mais je l'ai franchie merde ! Ça aura pris plus de douze heures, j'ai pas roupillé, j'ai mal partout, mais je l'ai franchie ! Les cinquante mètres là, je m'en souviendrai !
Le temps que j'en finisse avec cette putain d'épreuve, les autres ont piqué un roupillon, à part Hemerçone, lui, il a juste réussi une demi heure avant moi, l'est encore occupé à panser ses blessures, à enlever ces chiures de caillou un à un de ses plaies. À mon tour de me décrasser un peu aussi. C'est bien beau de passer la ligne, ce serait con de crever d'une infection dans l'heure.

- Deuxième jour tout le monde, on commence le Tekkai !

Y'a de l'acharnement dans l'air. Y me laisse même pas reprendre mon souffle ce fumier. Tekkai qui dit ! Tes Cailloux faut déjà que je les sorte de mes blessures, on en reparlera après. M'enfin, le colonel l'a pas la gueule d'un type avec qui on discute. Plutôt du genre à crever son monde pour un regard de travers.
C'est sans sommeil, sans bandage et sans pantalon qu'y faut que je continue la purge. Salaud de gradé de merde, si je survis à ça, je fais le serment de monter les échelons jusqu'à avoir le pouvoir décisionnel de lui sucrer son salaire à celui-là. Pour ça... Faut encore que je tienne un peu.

- Pour le Soru, tâchez de pratiquer quotidiennement, juste histoire de pouvoir le maîtriser plus longtemps, sur de plus longues distances, et surtout, pour pas l'oublier. C'est pas comme le vélo, ça s'oublie si on délaisse l'entraînement, je vous préviens.

Ah ça pour sûr, c'est pas comme le vélo. On est d'accords là-dessus, jamais je me serais retrouvé dans un pareil état sur un vélo. Jamais un vélo n'aurait non plus supporté mon poids, mais ça c'est une autre histoire.
Hemerçone aussi y boue intérieurement je le sens, l'a pas eu le temps de piquer un somme non plus, ça entame les nerfs ça.

- Hemerçone, c'est quoi ce regard ?! On est pas jouasse ?

L'est pas jouasse non. Mais l'est pas suicidaire non plus, alors y se ravise, essaie d'avoir l'air moins agressif et y détourne le regard.

- Désolé colonel, c'est le manque de sommeil, rien de plus.

C'est pas avec un simple "désolé" qu'y va s'en sortir. Dernière fois que j'ai agi comme ça lui plaisait pas à l'autre con, je me suis retrouvé en slip à traîner dans le gravier. Littéralement. Tout marine qu'il est ce Tashiak, c'est un sanguinaire dans l'âme, ça se palpe dans l'air qu'il expire. De la graine de démon tout ça.
Le voilà qui s'approche de l'autre laquais des Dragons Célestes d'un pas vif.

- Nan, ça passe pas ! Tu m'as jeté un regard, vas-y agent Hemerçone, montre-moi ce qu'il veut dire.

- Il voulait rien dire colone...

Une claque. C'est pas la première qu'y prend depuis qu'on est ici. Rien de violent, juste de quoi heurter la fierté. C'est encore les mornifles là qu'y font le plus mal.

- Parce que tu me traites de menteur en plus ?! Je sais reconnaître un regard d'enfoiré quand j'en croise un, alors je te dis de l'exprimer !

- J'ai rien à exprim...

Deuxième claque. On se regarde avec N'Dricks et Palmeur, sans trop savoir où se foutre dans l'affaire. On le savait irascible l'autre teigne de Tashiak, mais là y s'est levé du pied gauche. Vu son rang, l'est pas prêt de s'arrêter. Hemerçone peut pas se défendre, sinon y s'attaque à un supérieur. Tout ce qu'y lui reste à faire c'est de s'en prendre une jusqu'à ce que le colonel soit lassé. Ça peut durer longtemps.
Et ça dure longtemps d'ailleurs. L'autre lui en a tellement mis plein la gueule que j'ai perdu le compte des volées dans les joues. Hemerçone tient bon, mais il est prêt à exploser. Peut-être qu'on va pas tarder à voir le premier "accident" des entraînements de Tashiak. Suffit qu'il prenne l'un de nous en grippe et c'est foutu.

- Où que t'as été élevé Hemerçone ? Tes copains les Dragons Célestes t'ont pas appris les bonnes manières ? Me semblait pourtant qu'ils savaient éduquer leurs putes gouvernementales !

Ladite pute est comme prise de convulsions. Les baffes y s'en fout, c'est le commentaire là qui vient d'achever sa patience. Putain Hemerçone fais pas le con...

- Ça me fait mal d'être traité de pute gouvernementale venant d'un officier au rabais ! Rien à foutre de tes galons ! Quand je retournerai en poste, j'aurai juste à dire "Tashaïk" à mes boss pour qu'ils aient une cible toute trouvée ! Joue les malins colonel, ça va pas durer !

Tashaïk ! C'est comme ça qu'y s'appelle putain !
M'enfin bref, je m'attendais pas à ce genre de commentaire. C'est vrai que si on y réfléchit bien, en se mettant un gars du C.P 7 à dos, le colonel s'expose un peu à la colère de ces dingues à tête de bocal pour qui il bosse. Peut-être qu'en fin de compte, il a mal choisi sa tête de turc.

- Petite bite va. On attend papa-maman pour se défendre ? Planque-toi derrière eux autant que tu veux, toi et moi on sait que t'as pas les moyens de me battr...

C'est que la fierté d'un homme c'est quelque chose de fragile. Enfin Hemerçone se met à craquer et envoie un premier coup dans le bide du colonel. Et d'un, pis deux, et il se met à cogner comme un furieux, il a vraiment une cadence de frappe impressionnante, N'dricks tire la tronche rien qu'en voyant de quoi est capable un agent du CP entraîné au combat. Moi aussi remarque.
Quand y se calme enfin l'autre, Tashaïk il est debout, peinard, y toise son "agresseur" en face qu'est épuisé, désemparé.

- Merde Hemerçone... J'ai cru que tu me frapperais jamais hahaha !

Et il lui ébouriffe les cheveux comme si de rien était. On est tous sur le cul. Hemerçone le premier.

- Vous avez bien vu ? Le Tekkai : le durcissement du corps pour encaisser un coup, ou plusieurs comme maintenant. Ça nécessite beaucoup de concentration et donc de rester immobile. Même s'il existe certains maîtres qui le maîtrisent tout en pouvant se mouvoir. Mais on y est pas.

La vache... Est-ce que ce type a poussé un agent de troisième catégorie du C.P 7 à l'attaquer juste pour faire une démonstration ? C'est un barge ce gars, on en revient toujours pas. Je sais pas si un seul d'entre nous a écouté ce qu'y vient de dire, en tout cas, moi je suis sûr que j'ai pas fait attention.

- Pour cette fois, pas d'ustensile, pas d'astuce, tout dépend de vous.

Hemerçone est toujours à reprendre son souffle, yeux écarquillés perdus dans le vide, en train de récupérer ses esprits. Ce qui peut être récupéré en tout cas. Putain... C'est comme si Tashaïk l'avait brisé sans lui mettre le moindre coup. L'est fort ce con.

- Donc, par groupes de deux, vous allez vous envoyer des taquets chacun votre tour. Un qui cogne, l'autre qui encaisse. Le Tekkai, c'est rien d'autre qu'une exacerbation de la contraction musculaire. Le truc, c'est qu'on contracte tous les muscles et qu'on fait le point pour renforcer un muscle en particulier. Normalement, des gars avec votre entraînement devraient en être capable.

Voilà qu'y hausse les épaules.

- Ou vous crèverez avant à force de prendre les coups. C'est comme vous le sentez.


Enflure. Vu que N'dricks et Palmeur ont eu le temps de copiner hier après avoir fini tous les deux l'épreuve pendant qu'on trimait de notre côté, j'en déduis que je suis bon pour faire équipe avec monsieur "J'ai des relations parmi les Dragons Célestes".
C'est pas que je l'aime pas, mais là, j'ai bien compris qu'il avait un mauvais fond quand on le poussait à bout. Je suis pas sûr qu'un entraînement où on passe notre temps à nous mettre des gnons facilite l'entente cordiale.

Faut bien que je fasse le premier pas, l'a pas l'air en état de se bouger le fion. Essayons d'aborder la conversation avec tact.

- Je cogne l'premier ou c'est toi ?

Y réagit à peine, comme surpris, sorti de ses pensées. Ses poings sont en sale état après s'être acharné contre le Tekkai de l'autre con. Quand Hemerçone voit toute la graisse que je me trimbale, l'a l'air de perdre espoir d'avance. C'est vrai que j'ai de quoi amortir avant le Tekkai, l'épreuve sera moins douloureuse pour moi que pour lui.

- Commence... Mais vas-y mollo.
http://www.onepiece-requiem.net/t19217-fiche-technique-derrick-o
avatar
Derrick Oletto
••• Agent de catégorie II •••

♦ Localisation : Ici et là
♦ Équipage : :roll:

Feuille de personnage
Dorikis: 3123
Popularité: -132
Intégrité: 102

Ven 10 Fév 2017 - 19:08

L'est déjà contrariant au naturel le père Hemerçone, bah y s'arrange pas quand on le cogne. Je compte plus les heures, N'dricks et Palmeur non plus. Tuméfiés qu'on est tous. La routine installée relève pas franchement du long fleuve tranquille. Un coup dans la panse ça va, plusieurs milliers même un à un sur plusieurs heures de temps, on les sent passer, gras sur le bide ou pas.

Mais c'encore pas au bide que ça fait le plus mal, nan. Ce que j'ai mal aux doigts mes aïeux ! C'est bien simple, y'en a plusieurs de cassés, j'en suis sûr. De toute façon, depuis le temps, on frappe tous de la paume maintenant, les phalanges peuvent plus tenir.
Des fois on se dit qu'on a maîtrisé le Tekkai quand on s'est pas plié en deux en prenant le coup, mais nan en fait c'est juste que celui qu'a frappé a pu la force pour cogner suffisamment fort.
Autant pour le préparatif au Soru, je dis bravo, y'avait le matériel, y'avait la méthode, c'était sérieux, pis surtout, c'était efficace merde. Là, plus le temps passe, plus je me demande si le colonel a pas organisé ça juste pour se marrer à nous voir nous envoyer des gnons à tour de rôle.

Y se marre pas c'est sûr, y bouquine. De temps à autre y lève le nez comme ça, pour voir où ça en est. On a tous gerbé au moins une fois. Si on ajoute à ça qu'aucun de nous a bouffé depuis le début de l'entraînement la veille et que deux d'entre nous ont pas pu roupiller malgré tous les efforts : on approche du bout du bout.
Bientôt, on sera tous les quatre des "accidents" de ses entraînements à la con. De mon côté, j'ai de la réserve avant de tourner de l'œil c'est sûr, mais cet enfoiré d'Hemerçone... Il a la rage de vivre et surtout la rage d'en faire baver aux autres.

L'a toujours pas avalé que Tashaïk se foute de sa gueule comme il l'a fait tout à l'heure. Dans le genre humiliation cuisante, ça valait son pesant de médaille d'or. Mais putain, faut que l'autre y se venge sur moi en me mettant de taquets de tueur. Un seul à la fois heureusement. C'est pu un entraînement. Je crois bien que ça l'a jamais été.
Tous les autres marines qu'ont droit à ces foutus sessions d'entraînement obligatoire ont juste un parcours à faire histoire de voir si y tiennent encore la route niveau performances physiques et c'est marre. Un contrôle de routine quoi.

Tashaïk lui, y s'est mis dans l'idée de faire de nous des bêtes de combat en quelques jours à peine. Tant pis pour ceux qu'y arriveront pas, les "accidents" comme y les appelle, ça fera le tri entre les bons et les mauvais éléments je suppose.

- UurgGGgh...!

Pas le temps ni le luxe de penser à ça, cet enfoiré du C.P 7 a encore mis toutes ses forces pour frapper. Vu que j'étais pas concentré pour un sou, j'ai même pas essayé d'arrêter. La poisse. Faut voir le bon côté des choses, c'est à mon tour d'être du bon côté du manche.
Avec l'avoine qu'il a envoyé, je vacille un peu. Ouais je bave, on bave tous depuis le temps, plus personne a la force d'avaler sa salive, ça fait trop mal. Un regard sur ma bedaine qu'a encore encaissé le choc : y'a plus que des bleus. Toute la peau est noirâtre, la moindre respiration me fait ressentir tous les coups cumulés jusqu'à maintenant. Et je dis ça... c'est plus douloureux que ça en a l'air.
Faut que ça cesse sinon je vais y passer.

- WEEuurGll...

Lui aussi a senti passer le coup, l'en est même tombé à genoux. Mais y se relève l'ordure, l'en aura jamais assez. Tout ce qui le fait tenir encore debout c'est la simple idée de donner des coups pour laver la frustration d'être un faiblard parmi les puissants, un hareng dans un bassin à requins. Pas de quoi être frustré mon con. Y'a des tas de petits poissons très venimeux dans la flotte, assez pour crever une baleine. Être le plus fort, ça fait pas tout, si Hemerçone le pige pas, y va passer sa vie à se sentir dans l'ombre des plus puissants, brisé psychologiquement. On trouve toujours plus fort que soi.
En parlant de plus fort, y commence déjà à prendre de l'élan avec son bras pour frapper encore. Qu'il est soucieux de mon entraînement celui-là alors à toujours vouloir tester mon Tekkai. Pour un peu, je prendrais limite ça pour de l'altruisme. Fumier va.

Ça va faire mal. Ça je le sais depuis le temps, mais faut que je trouve un moyen de limiter les dégâts. Ferme les yeux Derrick, fais comme le colonel il a dit : Contracte. Ah putain ça fait mal, je gerbe presque en contractant les abdos, heureusement que j'ai pu rien dans l'estomac.
Mais c'est pas tout de contracter au niveau du bide. Même si c'est là qu'y va cogner, faut tout contracter en même temps. Tous les muscles, c'est pas de la tarte. Tout ce qu'y a dans le tronc, les bras, les jambes, la nuque... j'oublie rien ?

Y va cogner ça va venir je le sens. Attends... J'ai pas tout contracté. Merde c'est ça... Faut que je contracte absolument tous mes muscles : même mon cœur ; même ma cervelle si tant est que ce soit possible.


POF


"Pof" putain ! Ça a fait "Pof" ! Alors c'est sûr, ça a l'air de rien comme ça pour le commun des mortels, mais vu que Tashaïk lève le nez de son bouquin un peu étonné, c'est qu'il a pigé aussi ce qui se joue. Un instant, un instant seulement, mon cœur ne battait plus, ma cervelle était si mobilisée que j'en était paralysé, le corps tendu, les bras légèrement écartés malgré moi.
Ce coup que je viens de me prendre, je l'ai senti malgré tout, mais je l'ai surtout senti se "dissoudre" dans ma carcasse. Ouais ! Comme si le choc se dispersait justement dans chaque muscle, chacun prenant sa part du dégât, si bien qu'une fois dispersé, je sentais rien.

Dernier au Soru mais premier au Tekkai, qu'est-ce qu'y dit de ça ce con de colonel ?!

- Pas trop tôt !

J'en attendais pas plus venant de lui...

- T'as pigé le truc faut croire. Tant que t'auras pas arrêté trois coups à la suite comme ça, rien ne garantit que c'était pas juste un coup de chance. Vous continuez. Et ça vaut pour tout le monde.

Je me demande si  y dit ça parce qu'y pense que ça sera utile ou juste parce qu'y pense qu'autrement il aura pas le temps de finir son bouquin avant qu'on en ait tous terminé ? Salaud va ! Même pas le luxe de jouir de ma victoire, faut que je retourne dans la fournaise, Hemerçone a même un sourire en coin. Lui, l'a la gueule d'un type qui se sent d'attaque pour briser un Tekkai. Et la camaraderie entre agents dans tout ça ?...

POF

Re-"Pof" ? Je tourne la tête, y'a N'dricks dans la même position que moi y'a une seconde, qu'a encaissé le coup comme un chef aussi. On commence tous à bitter un peu comment ça marche tout ce merdier, ça nous aura pris de très longues heures, mais ça a fini par rentrer.
Tiens bon Derrick, maintenant que t'as capté l'astuce, faut juste récidiver encore deux-trois fois pour que ça passe. Mais avant ça....

- OoOUUurfF !

Tu l'as pas volée celle-là fumier ! Faut pas me juger, mais à force de morfler avec ce con, je vais pas me retenir pour lui rendre la pareille. Je sais, c'est un cercle vicieux, mais putain... ça défoule.
http://www.onepiece-requiem.net/t19217-fiche-technique-derrick-o
avatar
Derrick Oletto
••• Agent de catégorie II •••

♦ Localisation : Ici et là
♦ Équipage : :roll:

Feuille de personnage
Dorikis: 3123
Popularité: -132
Intégrité: 102

Sam 11 Fév 2017 - 14:46

Niveau marrons, N'dricks y se modère. On jurerait qu'il a l'air désolé avant chaque coup qu'y me met. Ça me change de l'autre ordure.
Ouais, on a un peu pratiqué "l'échangisme", c'est bien de changer de partenaire, ça varie. C'est surtout Tashaïk qu'a demandé. Vu que le sergent de la régulière et moi on est les deux seuls depuis un moment à avoir pigé un peu comment ça fonctionne le Tekkai, on nous a mis par deux. Trois coups bloqués de suite, c'est l'épreuve de force.

Deux, ouais, ça peut se faire. Ça s'est fait même. En pleine possession de mes moyens, après avoir bouffé et roupillé comme y faut, je peux en enchaîner dix des Tekkai, sur une jambe je le fais. Mais là, on se désagrège. Pour moi et N'dricks, le colonel pourrait siffler la fin de la récré, les objectifs sont atteints. Ça sert à quoi de nous emmerder à en faire trois d'affilée quand on est pu en état ?

- Co... Colonel, vous pensez pas qu'on devrait se reposer avant de retenter ?

Bah mon cochon, les grands esprits se rencontrent. C'est un chic type N'dricks, pas un vicieux, rien. Un marine comme il en faut plus, pas agressif pour un sou, mesuré, il a même l'air si sympa que ça en devient limite suspect. Mais à un moment donné dans ma ligne de travail, je suis amené à trouver tout le monde suspect. Déformation professionnelle.
Suspicion ou non, c'est pas un mauvais bougre. Il a même le courage de faire chier Tashaïk avec une question. Depuis le temps qu'on connait le colonel, on a fini par comprendre que lui adresser la parole, c'est lancer un dé : à moins de faire un six, on meurt.

- Non.

Six !

- Quand tu te feras massacrer sur un champ de bataille, toi plus que les trois autres vu que t'es pas un planqué de C.P, je crois pas que les pirates te laisseront faire une sieste et te taper un casse dalle durant un entracte aménagé en pleine guerre.

Y tourne la page à continuer de nous causer sans même nous zieuter.

- Non, de mémoire ça s'est jamais vu. Alors vous allez apprendre à vous entraîner dans un état de merde. C'est que dans l'adversité qu'on ressort grandi.

- Ou qu'on ressort pas...

Ah, là, du coup, y commence à chercher du regard celui qu'a dit ça. C'est Palmeur. Pourtant je le trouvais discret le gars là. Mais c'est vrai qu'à prendre les mandales de le bide de la part d'Hemerçone, y'a de quoi être amer.

- Ou en ressort pas ouais. T'as tout compris Palmeur. Quand tu te seras loupé à l'entraînement, tu pourras toujours te recycler comme philosophe de cour. Reprenez !

Et on en reprend, surtout Palmeur qui casque à ma place depuis qu'il se coltine le collègue de la septième branche. Je suppose qu'y a un fond de vrai dans ce que disait Tashaïk, mais vu que je suis moi-même un planqué du C.P, pourquoi je m'emmerderais à devoir arrêter le coup trois fois de suite avec le Tekkai ? J'arrête pas depuis tout à l'heure, Tekkai deux fois de suite, puis la troisième fois ça merdouille et je recommence à zéro. C'est pas bon pour le palpitant de contracter tous les muscles comme ça tout le temps.
Allez, vient le troisième coup de N'dricks, cette fois c'est la bonne, je clôture la série et je me repose.


***


- Ah... On est bons là.

On est bon ? On est où surtout ? Putain ça tangue, on est à bord d'un vaisseau ? La vache, j'ai rarement été autant dans le coltar, qu'est-ce qu'a bien pu m'arriver ? J'essaie de parler, mais rien que solliciter le diaphragme, j'ai des crampes dans tout le ventre.

- Tu veux de l'eau ?

Nan je veux savoir ce que je fous ici et ce qui s'est passé. Quoique, je veux bien de l'eau aussi tant qu'il y est. Cet empoté en me mettant le godet dans la bouche manque de me noyer. Pas évident de boire allongé, mais si je fais le moindre mouvement, ça me crève de douleur, alors me redresser...
Celui qui me dorlote comme ça, c'est N'dricks. Fais sombre dans cette salle, sûrement une infirmerie à bord d'un bateau de marine, elles se ressemblent toutes.

- Où...

C'est guère tout ce que je peux dire dans mon état. Mais même si l'autre est de la régulière, il est quand même pas con au point de pas comprendre où je veux en venir. Enfin j'espère. Parce qu'à la régulière, c'est pas des flèches. Ça sait faire des nœuds et se tenir au garde à vous et c'est déjà pas mal pour la plupart d'entre eux.

- T'es affecté sur West Blue, comme moi. On nous a mis sur la même navette.

Ouais, il est bien de la régulière lui, pas de doute.

- Enfin, à l'infirmerie du bateau plus exactement. T'as perdu connaissance pendant l'entraînement. Trois Tekkai d'affilés ceci dit, l'honneur est sauf, hahah... ouch...

Lui aussi l'a les muscles qui lui font mal. Putain je me souviens maintenant, c'est le coup qu'y m'a mis qui m'a fait tomber dans les pommes. Y paie pas de mine celui-là. S'il est à me tenir compagnie c'est sûrement qu'y culpabilise, qu'y se sent responsable.

- Palmeur a été le dernier à maîtriser le Tekkai, mais au final on l'a tous appris. Le colonel Tashaïk a beau être dur, c'est une session qu'on oubliera pas. Surtout Hemerçone. Il est parti sans dire un mot et sans un regard pour le colonel. Me demande comment ça va se terminer entre eux.

Parti comme je suis pour plusieurs jours de convalescence, non, je l'oublierai pas cette session. Merci pour le Soru et le Tekkai, et merde pour le reste. Au moins on m'a remis les fringues, on a dû se dire que j'en aurai besoin de retour à mon poste d'affectation. Trop aimable.

- Bon, je te laisse te reposer, tu en as sûrement besoin. Je venais juste pour voir si entre nous ça allait, que tu m'en voulais pas pour le coup... Je pensais pas avoir frappé si fort.

Je me contente de lever le pouce pour dire que ça va, et surtout pour qu'y décampe histoire que je puisse dormir encore un peu et me remettre. Rien que lever le pouce, ça me fait mal jusqu'aux orteils. Nan pas de doute, les entraînements "made in Tashaïk" j'oublierai pas.
http://www.onepiece-requiem.net/t19217-fiche-technique-derrick-o
Contenu sponsorisé



Page 1 sur 1