AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


Tu peux pas test !

Invité
Invité


Sam 3 Déc - 0:50

[Fenrir, Arrivée aux allods d'akkem.]


…L’idée c’est de frapper l’air à une vitesse suffisante pour qu’il se comprime brusquement au point d’impact pour devenir un support solide sous vos pieds. Un support que vous créerez pendant vos déplacements et qui vous permettra littéralement de marcher sur le vide. Voici ce qu’est le Geppou, le vol à porté de l’humain. Ou plutôt le vol à portée du Cipher Pol… Qui a dit « explication physiquement grotesque » ? Agent Red allez donc voir dehors s’il y a du monde pour apprécier vos plaisanteries ! Non inutile de revenir.


Le lieutenant Red est couché dans son hamac depuis une bonne heure et il réfléchit. Tentant de se souvenir de toutes les bribes de savoir qu’on a essayé de lui enseigner alors qu’il était une jeune recrue du CP5. Une jeune recrue ni très attentive ni très disciplinée. Et qui aujourd’hui aimerait bien se souvenir des trucs et astuces qu’il a loupé à l’époque…

Bon pour ce cours c’est mort, tant pis pour la théorie. Mais ensuite ils ont fait quoi déjà ?


…De la salle de la cafeteria Red regarde le reste de l’équipe en train de courir sur le terrain d’entrainement. Pour des recrues CP ils ne courent pas très vite, mais c’est vrai que les anneaux métalliques qu’ont leur à glissé aux chevilles ne doivent pas les aider… Et puis ils courent quand même depuis un certain temps… Red compte dans sa tête, ou plutôt sur sa table… Une, deux, trois … Oui ils courent depuis maintenant vingt deux bières, ça commence à faire beaucoup dans ces conditions. Ça doit salement tirer au niveau des jambes, un peu comme l’estomac du presque agent Red qui abandonne la fenêtre pour filer en catastrophe vers les premières toilettes ou il pourra libérer son trop plein de boissons fermentées…


Non courir en rond ça n’a surement rien à voir avec les techniques du déplacement du Rokushiki. Ce n’était probablement qu’une façon de s’assurer du niveau des recrues. Après tout, le credo étant une maitrise parfaite et surhumaine via des capacités physiques puisant dans les limites du corps humain. Il est plutôt logique de commencer par les bases et les exercices classiques de musculation et d’endurance à la con.
De ce coté la l’actuel lieutenant Red est paré. Il est loin de ressembler à un culturiste mais ses années de bons et loyaux service au Cipher Pol l’ont maintenu dans une forme olympique. A un niveau à coup sur bien plus élevé que les recrues les mieux entrainés dont il se souvient. Question de survie.
Faut dire que quand le boulot quotidien c’est l’entrainement ou la mort on classe vite les agents en deux catégories, les surentrainés et les morts. Et malgré pas mal de loupés, Red n’est jamais mort. Enfin jamais de façon définitive.

Mais si ce n’est pas la condition physique… Alors quel est le putain de secret qui se cache derrière le Roku, c’est quoi le truc ?


…Retour à la cafet déserte. Normal, à part le futur agent Red tout le monde bosse dur en ce moment. Red lui s’ennuie un peu. Alors il travaille lui aussi ses techniques, ses techniques d’espionnages. Une heure maintenant qu’il bidouille la gouttière récupérée au coin du bâtiment pour se retrouver avec un tuyau coudée de la bonne taille. Juste assez long pour descendre deux étages plus bas jusqu’au lanternon de la salle de formation. Red colle son oreille au tuyau histoire d’écouter ce qui se dit quand il n’est pas la.
-Vous ne l’entendrez jamais assez. L’esprit n’a de limites que celles qu’on lui donne. Libérez votre esprit et vos seules limites seront celles de votre imagination. Certes le physique est important. Mais réfléchissez, s’il n’y avait que ça en jeu, croyez vous réellement que nous serions le seul à maitriser le rokushiki. Bien sur que non !

**Quel raseur ce prof franchement, complètement coincé sur son histoire d’esprit supérieur, il est temps qu’il change de disque. Heureusement que Red est la pour mettre un un peu d’ambiance dans cette section de faux derches. Y’en a qui ne connaissent pas leur chance…**

Et collant sa bouche à son extrémité du tuyau Red prend sa voix la plus caverneuse et l’expédie directement dans la salle de cours…

-Professeur Raoul ! L’œil vous voit. Il vous guette, il vous surveille et vous suit partout. VOUS NE POUVEZ PAS LUI ÉCHAPPER. MOUAHAHAHAH !

Red en est au plus fort de son rire démoniaque quand chopé par une main de fer deux étages plus bas le tuyau lui échappe des mains avant de revenir le frapper violemment en plein milieu du front, à trois reprises.

-Red passez me voir dans une heure. Il me semble qu’un détail important du pourquoi de notre formation vous a échappé. Je vous l’expliquerai mieux en privé….



Le lieutenant Red se sort de son hamac en secouant la tête. Aujourd’hui encore le souvenir de cet entretien privé est une zone douloureuse dans un coin de sa mémoire. Le genre de souvenir qu’un cerveau normal occulte prudemment et auquel on essaye de ne plus jamais repenser…
Red se lève et n’a toujours pas trouvé ce qui lui manquait pour maitriser ces fameux mouvements de ce maudit sixième style. La solution n’étant pas dans sa tête, il ne reste qu’a aller la chercher ailleurs, dans celle de quelqu’un d’autre. Ce qui sur le Fenrir ne fait référence qu’à une seule personne. Le capitaine Toji himself.
Red passe encore quelques secondes à peser le pour et le contre, à tenter de se persuader qu’en cherchant un peu il pourrait bien arriver à se rappeler tout seul le détail qui manque à son entrainement. Mais au fond il sait très bien que ce n’est pas le cas. Plus le choix, s’il veut le rokushiki, il doit parler avec le boss. Red enfile son chapeau et sort sur le pont. Un regard machinal par-dessus bord lui indique que le bateau n’a pas bougé depuis la dernière fois. Toujours amarré au quai supérieur des allods d’akkem, dans une sorte de berceau de bois suspendu à des lieues au dessus du vide et des vilaines montagnes pointus qu’on aperçoit tout en bas. C’est toujours aussi haut et toujours aussi impressionnant.
Repérant Toji le lieutenant rejoint le Boss qui surveille les locaux en train de profiter de l’escale pour faire de menus travaux sur la coque, repeindre, chercher des fuites… Des trucs de marins quoi.

-Toji ? Au sujet de la discussion de l’autre jour, y’aurait moyen que tu me donnes un coup de main ? Genre pour le Geppou tout ça ? Parce que la théorie c’est bon j’ai assimilé, mais j’ai beau tester, ça marche pas.
-C’est normal. Tu peux pas test. Faut le vivre en vrai pour que ça marche… C’est une question de motivation.
-Euh de motivation ?
-Attends je développe.

Et attrapant le lieutenant Red par l’épaule Toji le catapulte d’un revers droit vers l’extérieur du bateau. Rien pour se rattraper avant de passer par-dessus le bastingage, pas de câbles ou de nacelles à portée. Quinze secondes après sa demande la plus bête de la journée le lieutenant Red découvre les joies de la chute libre et fonce droit vers des rocs ou la main de l’homme n’a jamais posé le pied…

-Merdemerdemerdemerde ! Geppou ! Geppou ! GEPPOU !


Et le miracle s’accomplit. Alors qu’il bat frénétiquement des pieds pour tenter de remonter sur le bateau qui s’éloigne Red inverse sa chute et repart vers le haut…

-Hahah ça marche ! Geppou !
-Euh Red, si tu t’agites je vais te lacher…
-Ryuku ?
-Oui ?
-En fait tu m’as rattrapé c’est ça ?
-Ben oui évidemment. Pourquoi ? Tu croyais que tu volais tout seul ?
-Laisse tomber …

Une minute plus tard, porté par le type au zoan de l'aigle Red est de retour sur le pont. Mais comme dans les mauvais films il a l’impression de tomber dans une scène qu’il connait déjà…Toji allonge le bras, chope l’épaule du lieutenant Red…

-Plus de conviction j’ai dit. Ryuku je t’interdis de décoller

-Non mais attend, ahhhh

Et le lieutenant Red repart à toute allure par-dessus le pont du bateau, de nouveau en mode balistique simple à destination directe du sol. Il est temps de se remettre en question. Temps de libérer son esprit. Bordel si tout les tarés psychotiques du CP9 arrivent à croire qu’ils peuvent marcher sur l’air y’a pas de raison que Red ne lui puisse pas… En plus il porte un nom d’oiseau, c’est quand même un signe…Un piaf ça ne s’écrase pas, c’est sur.

-GEPPOU !

Sous l’impulsion de Red une brusque sensation solide, un truc sur lequel s’appuyer qui n’était pas la un instant plus tôt. Et bam, Red bondit vers les airs.

-GEPPOU ! GEPPOU !

Frappant sur des zones d’air soudain aussi dur que de braves matériaux telluriques Red découvre la joie de ceux qui réussissent à s’affranchir de lois aussi sévères que celles de la gravité. Quel pied !

-GEPPOU !

Et dans un dernier effort Red loupe son point de départ d’au moins quatre mètre et vient s’encastrer dans le pont inférieur du Fenrir Traversant avec inadvertance juste assez de coque pour se retrouver coincé aux épaules. La tête et le haut du torse dans le bateau le reste en train de pendre lamentablement au dehors…
Dans la cale quatre hommes jouant aux cartes regardent le crane au chapeau qui vient de s’incruster dans leur partie.

-Euh lieutenant ça va ?
-A part une petite douleur ça va…On regrette toujours de prendre des décisions sur un coup de téte…
-Héhé coup de tête, pas mal celle la lieutenant.
-Sortez-moi de la bande de crétins. Et ensuite allez cherchez Lin, je crois que j’ai trouvé un trou !

(…)

-Et Chef, pour le Soru ?
-Pour le Soru c’est pareil, attends je te montre …
-SORU !



Page 1 sur 1