AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  

-17%
Le deal à ne pas rater :
Manette Xbox Series sans fil nouvelle génération – Blanc
49.99 € 59.99 €
Voir le deal

La Force Ancestrale.

Robb Lochon
Robb Lochon

♦ Localisation : En route vers Drum.
♦ Équipage : L.I.O.N

Feuille de personnage
Dorikis: 2780
Popularité: 205
Intégrité: -71

Ven 20 Avr 2012 - 18:32

AVANT TOUT ;
Il y aura deux sortes de musiques, celles juste mentionnées (sous la forme suivante :"Écris sur et inspiré par") et les musiques que je jugerais plus importantes (qui seront sous la forme du lecteur Youtube). Si je ne force personne à bien entendu les écouter, je demanderai aux éventuels correcteursd'essayer de le faire pour les musiques jugées importantes, car j'essaie de les choisir minutieusement et cela peut permettre parfois de faire comprendre des choses seulement effleurés dans le texte ou au contraire, les démultiplier. Bref, je vous enjoins à le faire, mais vous êtes seuls maîtres à bord.
Écris sur et inspiré par ça (pour tout le discours du Maître Lee Pitidraco).

Tu as traversé beaucoup d'épreuves pour arriver ici, voyageant à travers les landes glacées de ton pays natal. Tu connus la souffrance et la mort, mais tu ne t'es jamais détourné de ta route. Traversant le monde et les défis que le destin t'imposait, tu brandissais ton arme avec la même ardeur qu'au premier jour ! Perce-bedaines et fiers-à-bras s'inclinèrent devant toi, reconnaissant ta mansuétude et ton ardeur au combat. Tu te découvris des trésors de générosité et tu pardonnas à nombre de tes adversaires. Toujours seul et valeureux, tu parcourus les montagnes de ton pays natal plus qu'aucun autre avant toi. Tu parvins à accomplir contre toute attente les Terribles Épreuves de la Charcuterie du Festival Glacial de la Raclette du Dieu de la Montagne. Plus tard, tu fus même victorieux lors de toutes les Charcutailles que ton peuple fier et puissant avait à t'offrir. Bravoure et dignité sur ton front, guerrier ! Tu peux marcher la tête haute, car tu viens ici victorieux et auréolé de la gloire de tes ancêtres et je sais pourquoi tu es venu. Tu es celui que les Lapahns craignent et respectent ! Tu es l'homme qui manie sa pelle comme une épée, le Montagnard qui brave les Dahus, le type qui a gagné six fois le concours de tartiflette ! Tu t'éloignes peut être à jamais de Winterfell et de ses rennes en sauce sur son lit de jambons de pays, mais les enfants chanteront ton nom pendant longtemps !

Le monde ne sait pas encore qui tu es, mais il n'a qu'à bien se tenir. Je sais que tu seras plus qu'un amateur de lardons sauce reblochon et que ton nom deviendra un symbole. Montagnard tu ne seras pas solitaire, car je vois que ton destin se lie à une vaste entreprise qui prendra ses racines dans cette mer même. Tu accompliras tant de choses. Tu seras destructeur et guérisseur et ton courage illuminera le cœur des gens à maintes et maintes reprises. Tu deviendras un héros ou un démon pour eux. Mais toujours, souviens-toi de ceci, Montagnard de Sakura tu es, Montagnard de Sakura tu demeureras ! Fils de la glace et de la neige, né dans la lumière de la Lune, tu... mais qu'est-ce qui fait ce con ? Mais... mais arrête de danser tu niques tout le dramatique là ! Ah, ça y est, il recommence à marcher correctement. Bougre de petit enfoiré. Où j'en étais moi ? Ah ouais : fils de la glace et de la neige, né dans la lumière de la Lune, une huile de fromage sur le front, une pelle dans la pogne, tu t'appelles Robb Lochon ! Ton nom sera synonyme de force, ton nom sera légende ou tu mourras en essayant ! Robb Lochon sera à la table des héros ou ne sera pas ! Alors que tes pas t'ont menés à notre île, alors que tes pas t'ont menés jusqu'à moi, sois sûr que ta légende commence ici, puissant guerrier.

Je t'apprendrais tout ce qui te manque. Tu viens à moi jeune nouveau-né et tu repartiras homme aguerri. Quand tu te lanceras à l'aventure, tu pourras crier ta joie : tu seras fort et vaillant. Tu seras inébranlable comme la montagne, terrible comme la mer et nul ne pourra t'arrêter. Tu es le champion de notre espérance. Ta silhouette m'apparait maintenant fort bien. Elle est vigoureuse, car tu es un fils des Sakura Rockies. Tes bras sont forts, guerrier venu de l'île de Sakura. Approche et chante-nous tes exploits, nous qui t'attendions. Fais-nous entendre les chants guerriers de ton peuple vaillant, fais-nous entendre le chant de celui que tes ennemis craindront ! Ah, je commence à entendre l'air que tu fredonnes !


« Oui, j'entends quelque chose, chante plus fort guerrier ! Chante plus fort !
- Juste après... De plus près...
- Plus fort guerrier ! Que ton hymne transporte mon âme !
- Sur la joue... Attention sur la joue embrassez-vous... ~~♪
- Nan, ce n'est pas... nan, tu... tu vas pas oser quand même ?!
- BIG BISOU !!~~♫♪
- AH LE CON ! IL A CASSE TOUT MON MONOLOGUE D'ACCUEIL !! »

Tu me fis faire le geste de déni suprême, ô... fier... noble ? Ôooo guerrier. Tu me fis placer ma main sur mon front.

Décidément, les cons, ça ose tout.

« BIG BISOU !!~~♫♪
- Mais i' continue en plus ! Ta gueule ! »

Spoiler:
 


Dernière édition par Robb Lochon le Ven 18 Mai 2012 - 17:57, édité 4 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t4389-presentation-de-robb-lochonhttp://www.onepiece-requiem.net/t4674-attention-papa-va-te-montr
Robb Lochon
Robb Lochon

♦ Localisation : En route vers Drum.
♦ Équipage : L.I.O.N

Feuille de personnage
Dorikis: 2780
Popularité: 205
Intégrité: -71

Ven 4 Mai 2012 - 3:27

La Force Ancestrale. 197535leepitidracoappar

« Quoi ma gueule ? Qu'est-ce qu'elle a ma gueule ? Et pis d'abord, z'êtes qui vous ?
- Gintoki t'a pas parlé de moi ? Tu ne te foutrais pas un peu de ma poire ?
- Tu connais le Vieux Gin ? Aaaah mais c'est toi l'fameux maître que j'dois voir pour êt'plus fort. Y parait aussi qu'tu connaissais mon paternel, Eddard, t'serais pas où il est par hasard ?
- Eddard ? J'le connais plus sous son nom de Révolutionnaire moi : Ned. Mais ouais, Ned et moi, on était copains comme cochons quand on était dans l'Armée. Sinon, il parait que tu devrais arriver à le chopper si tu vas sur North Blue.
- North Blue ? On est pas à North Blue ici ?
- Euh... nan, Robb Lochon, on est à South Blue là. L'île du Karaté. Enfin, tu devais t'en douter nan, y a pas des types qui ont essayés de te cogner ? Et puis, la chaleur, le climat estival, tout cela...
- Ah si si, mais j'pensais qu'ils m'en voulaient parce que j'ai une pelle.
- Le rapport...?
- Bah, les pelles c'est cool, ça crée des jalousies.
- Oooookay. Ouais, donc, on va commencer. Regarde... ton lieu d'entrainement ! »

La main parcheminée de rides et de cicatrices du maître Lee Pitidraco balaya l'air pour introduire son visiteur au lieu d'entrainement où il allait apprendre à se surpasser. C'était un assemblage hétéroclite et grossier d'installations guerrières et de paysages d'arts martiaux traditionnels, un étonnant patchwork défiant tout ce qu'avait jamais pu voir Robb : un poteau énorme trônait dans un coin, dardant son poitrail fait bois, une flèche au faîte de sa caboche. Un petit chemin dallé aux traits diagonaux serpentait un peu plus loin au milieu d'un gazon verdoyant, conduisant à une petite bicoque pimpante et ronde, un arbre non loin couvant de son ombre un petit pousse-pousse rouge. Plus loin, les pupilles paternelles d'un marron sombre du Montagnard discernaient une épaisse forêt de bambous qui semblait avoir poussé bredi-breda, puis, à quelques mètres d'elle un immense carré de terre retournée où le vent semblait bizarrement s'agiter là en continu, rendant difficile à discerner le schmilblick terreux qu'elle cachait. Visiblement impatient, le maître fit tournoyer son balais dans sa main avant de l'asséner violemment sur le sommet du crâne de son disciple, lui faisant comprendre qu'il était temps pour lui de bouger son popotin autrement qu'en dansant. Une zone qu'il n'avait pas vu se trouvait en effet un peu en contrebas et c'était là qu'il devait porter ses petons d'étudiant en baston. un lieu où les appareils d'entrainements divers et variés semblaient avoir poussé naturellement comme autant de forêts dangereuses et kungfuesques, un lieu qui présageait d'être un sacré pandémonium de chausse-trappes pour parents encore têtards. Malheureusement pour Lee, le bonhomme qu'on lui avait envoyé avait fait ses classes depuis longtemps et n'était pas le genre de petit margoulin en baston. Déjà, il sentait monter en lui la fièvre du Samedi soir : une envie de bourre-pifs. Mais une question taraudait encore l'apprenti.

« Maître, vous pourriez m'dire pourquoi vous avez un balai et un tablier ?
- C'est pas évident ? Tu crois vraiment que faire un camp d'entrainement ultra-cool, mais super secret rapporte du flouze dans la caisse ? Je fais des ménages pour arrondir mes fins de mois. Je fais aussi le pousse-pousse en ville et je tiens un petit snack ici. Parce que oui, tu payeras ta bouffe Robb Lochon, ce seront tes "frais d'inscription".
- Dans c'cas là, ça aurait pas été mieux d'pas faire de camp ultra-cool-mais-super-secret ?
- Tu crois que j'avais le choix ? Ils m'ont virés de la ville parce que ma "méthode" n'allait pas avec le système des dojos.
- Wowowo, j'croyais que vous étiez le cador des enseignants file-gnons moi ! C'quoi c't'histoire de méthode ?!
- Ma méthode Robb Lochon, ce n'est pas n'importe quelle méthode. Ma méthode Robb Lochon, c'est la MEILLEURE DES MÉTHODES ! Alors que les dojos s'échinent comme des crétins à inculquer des arts martiaux spécifiques, moi j'ai perçu les secrets de l'univers ! Un bougre d'enfoiré de vieillard mystérieux m'as vois-tu trainé dans un... hmm... restaurant végétarien une fois... et après euh... que je lui ai rendu quelques menus services, il a disons... consenti à me révéler certains secrets ancestraux. Il fut mon maître et l'un des meilleurs hommes que j'ai connu ! Après m'avoir entrainé dans l'art de discerner le futur dans les rillettes et dans les pizzas à la choucroute, j'acquis la connaissance de la Force Ancestrale. Vois-tu, Robb Lochon, la Force Ancestrale est une force qui coule en chacun d'entre nous, en chaque petit bougre d'enculé ! Elle est différente pour tout le monde et est enfaite la force ultime qui sommeille en secret au fond de nous-même pendant toute notre existence ! Une fois, cela a réveillé une "normalitude" telle qu'elle l'a aidé à concentrer toute l'attention de son peuple sur lui et de le faire proclamer Roi de son île, chez un autre, une volonté de réussir teigneuse en dépit de problèmes épineux de tailles de chaussures ! Chez les puissants Guerriers comme Ned ou toi, elle prend toujours la forme d'une force qui peut changer le monde. C'est ça la Force Ancestrale Robb Lochon, c'est une Force qui transgresse les âges, les conventions et les modes pour surgir soudain et devenir légendaire. Tous ceux qui maîtrisent la Force le seront. Et toi aussi tu as été attiré par cette force irrésistible en ces lieux. Bienvenue, guerrier. »

Le Maître fit un signe au Montagnard et l'emmena à une petite cahute un peu plus loin nommé "le Dragon-Guerrier" pour lui délivrer un repas avant de commencer. Le bol de nouilles au porc -et avec un extra de camembert pour convenir aux réclamations éperdues de Robb- salua de ses effluves accueillantes l'élève avide d'apprendre... et de boustifailler. Beaucoup de choses tournoyaient dans son esprit pendant qu'il tentait vainement de se servir des baguettes, le discours de Lee ayant nourri sa curiosité. Il n'avait jamais trop songé à la force ou à la puissance en elle-même, balançant ses poings dans le but clair des bastons de taverne de son île natale ou pour pouvoir défaire les Lapins des Neiges de l'ex-royaume de Drum. Le Vieux Gin avait bien tenté de lui faire entrer dans la tête quelques notions de sagesse pendant ses entrainements, de même que le Dr. Brown, mais rien n'y faisait, la bêtise crasse et brute de décoffrage des Montagnards empêchait la subtilité de s'y glisser. Oui, Robb avait constamment lutté aussi bourrinement que possible, sans la moindre once d'enseignement. Lutter sans cesse sans comprendre réellement ce qu'il faisait. Après tout, personne ne s'était d'aventure posé la question : qu'est-ce que, finalement, qu'un coup de poing ? Ou un coup de pied ? Quelles sont les forces et les muscles qui le mouvent ? Qu'est-ce qu'un bon et un mauvais coup de poing ? La force pure joue-t-elle forcément un rôle dedans ? Pour la première fois de sa vie, un défi spirituel se présentait à celui qui croyait être le roi de la montagne et il ne savait pas comment réagir ; ces saloperies de baguettes allaient-elles enfin attrapé cette putain de tranche d'pourceau ?

Les réponses à toutes ses interrogations vinrent plus vite qu'il ne l'aurait cru sous la forme d'un coup de balai de Lee qui l'envoya au sol.

« Si tu ne sais pas comment utiliser les baguettes, tu ne mangeras pas. Relève-toi maintenant, ton entrainement va commencer. Voici tes condisciples et rivaux ! »

Un claquement de doigts et ce fut une explosion de sauts périlleux qui jaillirent d'on ne sait où, amenant avec eux des avatars de la destruction, des meurtriers psychotiques en puissance, des types capable de violer des grand-mères ! Le premier qui se montra fut un homme aux longs cheveux noirs qui envoya Robb en l'air aussi facilement que s'il était un nouveau-né, puis vint un deuxième bougre en costard qui le défonça à l'aide d'un bouquin. Le troisième, géant à l'iroquoise violette, l'empêcha de retomber avec un coup d'pied retourné furieux, le faisant voyager jusqu'aux marches de l'escalier. Se relevant avec difficulté, le Docteur eut à peine le temps de voir la nouvelle emmerde qui lui tombait littéralement sur le coin d'la gueule : un type à moitié chauve avec des lunettes lui fonçait dessus avec une C.R.E.S.T.A (Cyclomoteur Révolutionnaire Essentiellement Sollicité par un Taré Acariâtre) blanche qui lui fit décrire une magnifique courbe dans les airs à nouveau. Alors que le Docteur pensait que son karma ne pouvait pas être plus pourri, une ombre énorme le recouvra et ce qui semblait être des fesses énormes écrasèrent son visage, l'asphyxiant de honte et de graisse. Alors c'était ainsi qu'il allait mourir ? Sous des tonnes adipeuses d'un popotin puant, enveloppé d'un slibard putride qui n'avait sans doute pas senti la douce caresse de l'eau savonneuse sur son épiderme textile depuis un bon moment ?

C'était vraiment une fin pourrie...




« Le Montagnard et Pirate Robb Lochon, plus connu sous le nom de Robb Lochon parviendraaaâaaa-t-il à savoir qui sont les vilains qui l'ont attaqués ? Pourrrrraaaa-t-il s'en sortiiiir ? Et réussira-t-il à manger enfin son bol de nouiiiiiilles ?
- Qu'est-ce... que... qu'est-ce que vous foutez... venez... venez m'aider...
- Ça ne se voit pas ? Mais enfin, guerrier, c'est le mot de suspense de fin ! »

La suite au prochain épisode.

TINTINTINTIIIN !
http://www.onepiece-requiem.net/t4389-presentation-de-robb-lochonhttp://www.onepiece-requiem.net/t4674-attention-papa-va-te-montr
Robb Lochon
Robb Lochon

♦ Localisation : En route vers Drum.
♦ Équipage : L.I.O.N

Feuille de personnage
Dorikis: 2780
Popularité: 205
Intégrité: -71

Lun 28 Mai 2012 - 20:37

Souvenez-vous du dernier épisode des aventures de Robb Lochon, le Super Papa. Alors qu'il dansait et chantonnait Big Bisou, il parvint à arriver jusqu'au camp super-secret d'entrainement d'un vieil ami de son paternel : le maître Lee Pitidraco. Là, après le traditionnel monologue d'accueil que le vieux con offrait à tous ses visiteurs, une visite guidée et un essai à la nourriture Karatoise, v'là-ti-pas que notre héros se faisait sauvagement tataner la trogne par une bande de sacripants sortis d'on ne sait où...

Carl Douglas~~Kung Fu Fighting

La douleur.
Puis le réveil.

Les mirettes du Montagnard, hagardes, s'entrouvrirent pour voir surgir ces adversaires : un gras du bide poilu et sentant à des kilomètres, se relevant pour faire tournoyer à nouveau son popotin gargantuesque. Un vieillard ressemblant à un fonctionnaire du Gouvernement en motocyclette improvisée faisant des roues arrières avec un sourire effrayant. Un type en costard et en afro faisant des mouvements vifs comme l'éclair avec une Bible. Un mec à la tignasse longue et torse à poil qui n'avait de cesse de gueuler des trucs à propos de dragons. Et enfin un espèce de géant avec une iroquoise violette qui balançait ses cheveux si fort qu'ils provoquaient des mini-bourrasques de poussières.

La Force Ancestrale. 429951charlespoluxapparLa Force Ancestrale. 462411furusaiappar
La Force Ancestrale. 570549juliusapparLa Force Ancestrale. 556756richardappar

Ils se regardèrent tous et exécutèrent une série de saltos arrières qui les firent atterrir au niveau des instruments d'entrainements bardés de piques et de barres qui pivotaient sans cesse. Le Montagnard les regarda mi-effaré mi-abasourdi entrain de détruire le bois d'un simple coup de fesse ou de bouquin, ravageant le lieu et la confiance en soi du papa le plus cool de l'univers. Ils étaient aussi rapides que des chats, plus fourbes et jean-foutres, plus vicieux même ! Ils kungfuaient avec tant de vélocité qu'ils n'étaient que des ombres, que des tornades. Tous ces gus l'avaient battus à plate couture et c'était effrayant ! Jamais de sa vie ils n'avaient vu des tarés pareils et il avait pourtant vécu la majeure partie de son existence dans un village composé à 80 % d’arriérés et d'alcooliques. La bande d'artistes martiaux gueulaient tout en défonçant des arbres d'un simple coup d'têtes, s'attaquant à tout ce qu'ils voyaient. Leurs poings étaient aussi vifs que l'éclair, leurs pieds ouvraient la terre en deux et leurs aisselles piquaient les yeux. Ils ne dansaient pas comme le papillon et piquaient comme l'abeille, nan. Ils ondulaient comme des sirènes et détruisaient comme des Rois des mers. Ils étaient Cinq Cyclones.

Cinq Cyclones gonflés aux hormones. Dès qu'ils lançaient un "HA !" tonitruant, la terre semblait trembler et l'air imperceptiblement rugir. Ces gars-là étaient des rois du timing, virevoltant en arabesques complexes, narguant la force qu'il avait toujours cru posséder, narguant son arrogance... Le maître visiblement satisfait de l'effet qu'avait eu sa troupe sur Robb s'avança à nouveau, expliquant :

« Je te l'ai dis, Robb Lochon, que beaucoup étaient attirés par cet endroit. Ils seront tes adversaires. Tes maîtres. Tes bourreaux. Chacun d'eux est un puissant guerrier, maîtrisant sa propre technique et son propre style de combat, précis et mortel. Ils étaient comme toi lors de leur arrivée : persuadé qu'ils avaient conquis le monde. Cependant, guerrier, on ne conquit le monde qu'une fois s'être conquis soi-même. Je vois chez toi un grand potentiel et je sais que tu es amené à faire des grandes choses, accompagné d'une bande de fous furieux... mais cela tu le découvriras toi-même dans quelques temps. Vous allez vous affronter dans une Battle Royale et celui qui arrivera à battre tous les autres, celui qui sera parvenu à se surpasser pourra acquérir la Force Ancestrale. Maintenant, présentez-vous, guerriers ! »

Le premier qui s'avança fut le paradigme puant du gros et vieux dégueulasse. Son haleine corroborait son manque d'hygiène qui atteignait un niveau dantesque. Elle était d'ailleurs tant chargé à bloc de métaphoriques cadavres d'animaux que le Montagnard avait failli s'évanouir. Heureusement pour lui, Robb avait grandi au milieu des fromages forts de son patelin, aussi il n'était pas encore au stade où il pourrait voir son propre pif se racornir sous stagnations d'effluves daubeuses.

« Mon nom est Charles-Pollux Putrid ! J'ai traversé les douze épreuves de la Moisissure, vaincu la terrible marmelade velue de Grand-Père Touffu et appris le terrible Art du Butt-Fu. La saleté est mon maître, mes fesses, mon arme ! Mais ça tu le sais déjà hein, GRARARARARARA ! »

Il ne pouvait en effet pas oublier l'humiliant voyage sous ses miches avec autant de facilité. Cette image d'un postérieur géant l'écrasant le hanterai sûrement toute sa vie. La voix grave du Montagnard n'eut malheureusement pas l'temps de répliquer que déjà le cyclomoteur à la couleur immaculé faisait son apparition. Le vieux qui en descendit lança à la ronde un grand sourire méprisant avant de se mettre en position de boxe et d'envoyer deux-trois crochets dans l'air pour impressionner son adversaire.

« KRERRERERERE ! Je suis, jeune homme, Furukusai "Rollin'" Uchiyamada ! Le Chevalier Blanc ! L'éclatante Justice Disciplinaire ! J'ai vaincu toutes les brutes qui ont croisé mon chemin grâce à ma splendide motocyclette ! Ma merveilleuse C.R.E.S.T.A ! Regarde comme elle est resplendissante ! Et magnifique ! Et merveilleuse ! Regarde, on peut même se voir dedans ! »

Ce ne fut pas le fait de voir Uchiyamada coiffait frénétiquement son crâne chauve (il semblait presque rechercher ses cheveux) qui était flippant, mais bel et bien de savoir combien étaient aussi forts que frappadingues les gens qu'il devrait dérouiller. Il comprenait à présent le but de Lee Pitidraco : rompre sa confiance en soi et son arrogance pour qu'il parvienne enfin à atteindre le vrai État du Papa. Depuis qu'il était parti de chez lui, le Docteur s'était évertué à dispenser conseils tordus et ordres douteux, mais, au fond de lui-même, au fond de son petit cœur, y croyait-il vraiment ? Pas le temps d'y réfléchir que l'afro man arrivait pour blablater.

« Je suis Julius Kahuna, petit enfoiré ! Envoyé par le Seigneur -Loué Soit-Il- pour te botter le cul et te faire comprendre que tu t'engages sur une PUTAIN de mauvaise voie, okay. Je veux dire, c'est quoi cette histoire de venir t'entrainer ? Tu t'crois à la hauteur ? Tu crois que tu peux vaincre LA TOUTE PUISSANTE BIBLE ?! Sérieusement ? Mais tu te prends pour qui ? J'vais vraiment te casser en deux, mec. J'rigole pas. J'te jure, j'ai rien contre toi, hein, tu m'es même plutôt sympathique, on sent que tu aimes la vie et j'ADORE les types qui aiment la vie comme toi, mais sérieusement... ce que tu fais là... ce que tu fais là ça LE peine ! Okay, alors, tu vas m'faire le plaisir de partir. Tu reprends tes espoirs avec toi là et tu files me chanter deux-trois Ave Maria. Après, je dis bien, APRÈS, peut être que je te pardonnerais. Espèce d'enfoiré. »

Après avoir argumenté son discours de coups dans l'air donné avec sa Bible de Combat, Julius fit volte-face tout en chantonnant des cantiques, laissant sa place à l'avant-dernier connard qui voulait lui claquer l'beignet. Torse à poil, cheveux longs, Robb sentait déjà que le gus en face était encore un de ces connards d'hippies, d'émos, ou de toutes ces autres saloperies de phases auquel l'enfant naïf s'identifiait.

« Toi, tu as osé t'opposer à moi Richard Drakkar, Karatois d'origine, maître du Karaté et du Kung-Fu forme du Double Dragon ! Tu as cru que tu pouvais vaincre ma sublime personne alors que tu n'es qu'un p'tit joueur ! Je te le dis Robb Lochon, je vais t'éclater ta mouille, te fissurer la caboche, te tacler les parties (...) prendre des carottes et te les planter dans l'pif (...) te carrer des courgettes dans l'oignon (...) t'offrir une salade de phalanges dans ton faciès de gorille ! Je n'ai jamais été aussi furibard, mais dès que j'ai vu ta tronche de cake mal démoulé j'ai eu envie de te présenter à mes pognes massacreuses ! Tu me débectes, je t'exècre, je te pisse à la raie ! (...) La colère insensé que tu as déclenché en moi rugit tel un lion et me dévore ! Au nom de tout ce qui est beau et magnifique comme moi, je te condamne à la mort ! Chaque fibre de mon être, chaque atome de mon corps ne vise qu'à une seule chose : ta destruuuuuctiooooon ! »

Nan, Richard Drakkar n'était pas un émo, mais Richard Drakkar était le type même du sale gosse qui s'y croyait trop et qui entrait précisément dans les critères de la mission personnelle du paternel en ce qui concernait ceux qui exigeaient une punition appropriée. Faisant virevolter ses cheveux d'un coup d'patte méprisant, le bougre s'écarta d'un air dégoûté en voyant débouler le géant à l'iroquoise violette qui roulait des mécaniques un sourire torve aux lèvres.

« Je suis très méchant, mémémémémémé ! Lambda est mon nom et je suis celui qui gouvernera un jour la planète ! Je rallierai tous les peuples à ma bannière. Attends-toi à mourir sous mes puissants coups Robb Lochon, mon cher adversaire ! Mémémémémé ! »

Les présentations étaient faites et chacun de ceux qui s'étaient montrés disparurent aussi vite qu'ils étaient venus. Le Montagnard, dorénavant levé avait très bien compris ce que Lee attendait de lui. S'inclinant maladroitement, le papa le plus cool de tous les temps prononça une phrase qui allait changer sa vie :

« Dites, on pourrait réessayer pour les baguettes ? J'ai un peu la dalle là.
- J'ATTENDAIS UN PEU AUTRE CHOSE DE TA PART CRÉTIN !
- 'Faut que j'sois en forme pour leur dérouiller leurs mouilles, bwo ho ho ! Mais aussi pour me préparer à votre entrainement.
- Je vois que tu commences à comprendre.
- Bien rattrapé, maître. »

L'entrainement pouvait commencer ; beaucoup encore il lui restait à apprendre.


Dernière édition par Robb Lochon le Sam 3 Nov 2012 - 2:18, édité 1 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t4389-presentation-de-robb-lochonhttp://www.onepiece-requiem.net/t4674-attention-papa-va-te-montr
Robb Lochon
Robb Lochon

♦ Localisation : En route vers Drum.
♦ Équipage : L.I.O.N

Feuille de personnage
Dorikis: 2780
Popularité: 205
Intégrité: -71

Sam 14 Juil 2012 - 5:03

« Plus écartés les pieds !
- Euh... on s'en fout pas un peu ?
- Nan on s'en fout pas ! Allez, Robb Lochon ! Tu as voulu mon enseignement, tu vas l'avoir !
- J'vous ai dis que j'avais la dalle ! Mes nouilles au porc et au fromage m'attendent !
- Remets-toi en position Robb Lochon.
- Non, j'ai la dalle.
- Remets-toi tout de suite en position.
- 'Faim.
- Tu l'auras voulu alors... tant pis pour toi si tu pleures. »

L'élève ne comprit que trop tard les paroles de son maître. A cet instant, il lui enseigna la plus grande des leçons : un élève ne fait pas chier son maître. Jamais.

Sinon il s'en prend une bonne dans les valseuses.

« Oh le con, ohlecon ohlecon ohlecon !
- Ta souffrance t'aidera à progresser Robb Lochon. Tous comme ceux qui t'ont -excuse-moi de remuer le bambou dans le fondement- maraver ton postérieur, tu dois arriver à l'accepter, à l'absorber, à t'en faire une amie.
- C'pas limite comme discours ?
- Non, les arts martiaux SONT limites Robb Lochon ! Ils sont extrêmes par nature et ce n'est pas au commun des mortels que leur maîtrise est offerte, mais aux surhommes ! Et j'ai toujours pensé que les types qui arrivaient à aimer se faire fouetter les baloches étaient quand même bien plus puissants que l'homme qui pleure avec une coupure qui picote.
- ça... ça s'tient. Bon, vous m'aidez à m'relever ?
- Non Robb Lochon. Tu dois apprendre à te relever tout seul.
- Sérieusement ?
- Et bouge tes miches, j'ai du ragoût à vendre tout à l'heure. »

***
Kill Bill OST (Zamfir & Last)~~The Lonely Sheperd

Plus que sa méthode autoproclamée la meilleure, c'était l'enseignement de maître Lee Pitidraco qui avait suscité haine et rejet de la part des institutions ancestrales Karatoises. Du haut de toute sa vénérable vieillesse, Lee avait médité et médité sur les enseignements de l'île ; avait combattu et combattu des dizaines d'adversaires, puis il était arrivé à une conclusion : on sera toujours vaincu par la raison même de notre force. La trop grande spécificité des arts martiaux étaient leur point faible. Des techniques naissaient avec l'apparition d'une nouvelle arme, d'une nouvelle méthode de meurtre : on apprenait à désarmer un bâton, puis à briser une épée à mains nues et à la fin on se retrouvait à devoir lutter contre des galions de concours et des flingues à silex derniers cris. Alors que les autres maîtres demandaient à leurs élèves de devenir des surhommes par les mêmes exercices désuets, maître Pitidraco avait levé son majeur à la tradition et avait décidé de faire autrement, même si cela impliquait la destruction de son dojo et son bannissement de l'île.

Seul, il avait affronté le courroux des autres écoles et leur volonté de les bannir.

Et seul il était resté maître de son destin.

Aucun des grands maîtres des Écoles, ni même leurs disciples n'avaient pu le vaincre. Son dojo détruit, il avait voyagé, s'était perfectionné et avait découvert le principe fondateur de son nouvel art martial : la Force Ancestrale. D'elle, avait découlé son terrible Hyakushikidô, la Voie des Cent Formes. Et c'était avec ce Hyakushikidô qu'il enseignait à présent.

« La façon dont je vais t'enseigner est peut être plus dur que toutes celles des autres écoles réunis. Contrairement à ce que les autres dojos croient, je n'ai pas renié nos préceptes anciens, je les ai magnifié ! L'enseignement des Arts Martiaux avait besoin d'une révolution. Le Hyakushikidô n'a pas ainsi pour vocation de t'apprendre les mouvements et les arts martiaux que j'ai moi-même appris, mais plutôt de t'aider à les outrepasser, à t'en libérer, pour créer ton propre style de combat. J'ai fondé le Hyakushidô sur l'idée d'un art martial qui évolue et s'adapte au fur et à mesure des décennies, devenant toujours plus performant, les enseignements ne changeant pas, mais perdurant à travers le temps. Tu apprendras mon coup de poing, puis tu créeras le tien propre et tous deux tu les enseigneras à quelqu'un, un jour. Si tu meurs, un autre à qui j'ai enseigné survivra, car, mon entrainement rend indubitablement fort et l'on ne peut tuer une École entière qui n'a ni signe de ralliement, ni emplacement désigné. Cet endroit, n'importe lequel de mes élèves à n'importe quel endroit du monde peut le construire. La Force Ancestrale ne peut s'éteindre, car comme je te l'ai dis auparavant, elle est en nous. Et qui se maîtrise lui-même possède la force de vaincre des légions. Je n'aurais pas accompli tout cela pour rien... Allez, tu reprendras ton entrainement après un bon repas, tu l'as mérité pour avoir écouté le vieux Lee. »

***
Les jambes et les bras écartées, solidement ancrés au sol comme s'il était assis sur une chaise invisible, des bols de succulentes nouilles au porc et au camembert bouillants sur les cuisses, les épaules et le sommet du crâne, Robb Lochon s'entrainait. Un exercice d'endurance et de patience qui testait ses limites et les mettait à rude épreuve, lui qui n'avait toujours pas été foutu d'arriver à manger avec les baguettes offertes et qui avait l'estomac dans les talons -qui commençaient à flancher d'ailleurs. La faim le tiraillait, le doux fumet du mélange parfait entre pourceau et frometon le martyrisait, son dos le faisait souffrir et la chaleur des bols couplés à la température ambiante le tourmentait, mais il tenait bon. Il devait triompher !

Triompher pour devenir assez fort pour rendre son coup aux roupettes à Lee Pitidraco.

Alors le Montagnard inventa tout un mobilier d'avant-garde pour soulager son dos et son fessier, les effluves des bols de nouilles se changèrent en de chimériques et pantagruéliques repas qui se fondirent dans sa concentration pour l'aider à surmonter sa faim et cette damnée fringale s'exprima par une solide mastication sur du rien ; l'esprit avait triomphé de la matière.

Et c'est à ce moment-là qu'il comprit.

Qu'il comprit qu'il pourrait le faire.

***
La sueur perlait sur son front.

Les efforts et les crampes s'enchainaient, mais il continuait.

Et finalement ce fut la réussite. Ce fut la consécration.

La délicieuse tranche de porc enrobé de fromage fondue était désormais sienne.

Il la mangea goulûment et il sut.

Il sut qu'il était prêt. Un déclic s'opéra en lui...

***
L'entrainement se poursuivit, toujours plus dur et plus éprouvant pour le Montagnard. Il dû tout d'abord, la tête en bas et pendue par les pieds, remplir une jarre au-dessus de lui des sous-vêtements puants de Charles-Pollux Putride via deux tasses qu'il plongeait dans des monts de slibards. Si l'exercice était difficile à cause de la taille et de la forme de ce dont il se servait, le plus dur était l'odeur. Surtout quand les calcifs glissaient et se répandaient en une vague nauséabonde sur son visage. La suite montra cependant que la cruauté de l'exercice était bien du ressort du maître Lee Pitidraco. Fidèle à ce qu'il avait dit auparavant, ses exercices d'entrainements étaient plus durs encore que ce que Robb avait pu imaginer, car après avoir mis dans un même récipient tous les vêtements sales de Putride, il dût ensuite faire le mouvement inverse (du haut vers le bas) pour les laver. Une vaste bassine remplie d'eau savonneuse se trouvait désormais en-dessous de lui et la difficulté avait augmenté, puisqu'en plus de devoir effectuer des abdominaux la tête en bas, le Montagnard devait à présent arriver à décharger via ses deux minuscules tasses les linges de corps de Monsieur-Je-Fouette, puis les laver. Autant vous dire qu'effectuer une série de gestes répétitifs et déjà chiants habituellement, mais c'coup-ci dans une position hautement inconfortable montrait bien que Lee n'était pas un tendre niveau souplesse de ses disciples.

Et il faut bien le dire, le Montagnard en avait bien besoin, n'étant pas souple pour deux Berry. La transformation fut étonnante après ce régime d'une semaine de flexibilité, Robb parvenant à se taquiner les pieds, débloquant même de nouveaux pas de danses. "L'entrainement de la chaise imaginaire" avait quant à lui développer son endurance et les muscles de tout son corps plus qu'il ne l'aurait cru, en plus de son équilibre, mais tout cela n'était que la première étape des ambitions de Lee Pitidraco pour son disciple, bien d'autres épreuves l'attendaient...

***
... la plus terrible d'entre toutes étant l'affrontement prévu trois semaines plus tard.
Le fameux jour était arrivé.

« Désolé, on a dû couper le reste de l'entrainement. 'Parait que ça serait trop chiant sinon. Ellipse à la con.
- Qu'est-ce que vous racontez, Maître ?
- Laisse tomber. Tu te sens prêt Robb Lochon ?
- Si j'suis prêt ? SI JE SUIS PRÊT ?! Je suis un chat ! Je suis un chat agile !
- Mais encore ?
- Je suis un roc ! Je suis un pic ! Mieux, je suis un cap ! Que dis-je, un cap ? JE SUIS UNE PÉNINSULE !
- Tu as raison ; c'est bien plus beau quand c'est inutile. »

Lee Pitidraco ne vit pas la face consternée de son élève, levant simplement le talon sans se retourner pour lui cueillir les valseuses en soulignant son propos.
Un sourire s'esquissa sur son visage.

Robb Lochon avait évité le coup.

« Gagne, p'tit bougre d'enculé.
- Prépare un bol de nouilles pour ma victoire. Bacon, camembert et rhum s'il te plait bwo ho ho ! »
http://www.onepiece-requiem.net/t4389-presentation-de-robb-lochonhttp://www.onepiece-requiem.net/t4674-attention-papa-va-te-montr
Contenu sponsorisé



Page 1 sur 1