AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


 [1624] David empaillé VS Goliath marin, let's fight !
avatar
Fear Face

♦ Équipage : Shinoryuu Kaizoku

Feuille de personnage
Dorikis: 1630
Popularité: -92
Intégrité: -85

Jeu 10 Jan 2013 - 4:48

Spoiler:
 

Du bleu. A perte de vue. Un ciel bleu, une mer bleue, ces deux mondes cohabitant ensemble jusqu'à l'horizon, offrant un infini bleuâtre dominant toute chose. Mais bien heureusement, un petit point marron survivait encore et toujours à l'envahisseur, un petit bateau, certes peu impressionnant, mais ayant été capable jusqu'à alors de résister aux terribles intempéries de Grand Line. Il y avait à bord de celui-ci deux autres points encore plus petits, un noir et un dont la couleur verdâtre n'inspirait rien de bon. Vous l'aurez compris, il s'agissait de moi, Albert, le pas célèbre du tout corbeau de compagnie, face à son maître, le terrifiant Fear Face. Celui-ci me regardait sombrement dans les yeux, assis genoux pliés face à moi, l'air plus sérieux que jamais. Je lui rendis cet air de défi, d'un regard des plus noirs -faut dire, quand t'es en corbeau, c'est pas compliqué...-, tenant lentement mon aile droit derrière mon dos. L'épouvantail serra fortement sa main, et la mit dans son dos à son tour, le plus lentement possible. On sentait la profonde tension pesait sur les deux protagonistes d'un duel qui s'annoncerait peut-être décisif pour l'avenir de chacun de nous. Finalement, Fear Face déglutit de la paille, et lâcha sérieusement :

"Prêt, Albert ? Attention... Pierre, papier, ciseaux !"

Avec toute la fougue et la vivacité que nous inspirait ce jeu épique, je tendis mon aile vers mon adversaire d'un mouvement fort et frénétique, tandis que ce dernier tendait son gant de jardinier, chacun de nous regardant avec appréhension la main de l'autre pour voir quelle attaque redoutable ce dernier avait sorti. Mao, de son côté, avait tendue sa main de façon parallèle pour qu'elle soit bien plate, pour exprimer la feuille et son tranchant mortel. Mais j'avais bien heureusement contre-attaquer avec deux doigts écartés, pour exprimer la paire de ciseaux, qui coupa en mille morceaux son adversaire de papier. Voyant que j'avais remporter ce duel incroyable, je croassai de plaisir, tandis que mon maître, lui, prenait un air désemparé et ronchonnait.

"Bon sang, tu m'as bien eu ! Je savais que j'aurais du sortir la pierre, tu m'as fait la vieille stratégie du Shidoinoshi, quel débutant je suis de ne pas l'avoir vu ! Bien, ça fait donc 654 victoires pour toi et 598 pour moi, tu prends de l'avance !"

Oui, bon, vous l'aurez compris, nos journées n'étaient pas ce qu'il y avait de plus passionnant. Il fallait dire, sur un petit bateau comme ça, il n'y avait pas énormément à faire.

[EN COURS]
Page 1 sur 1