AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


[Solo]Les verts contre-attaques

avatar
Jormungard Sovereign
•• Lieutenant d'élite ••

♦ Équipage : Aucun (anciennement : les Irons Marines)

Feuille de personnage
Dorikis: 3660
Popularité: 169
Intégrité: 99

Dim 12 Mai 2013 - 0:32

South blue, QG de la marine ……
An de grace 1625 – 08h30


Spoiler:
 

- Ainsi donc, c’est vous le fameux sergent d’élite que j’entends très souvent à la cantine par mes supérieurs ? Sur vos réussites en mission et……Certaines rumeurs comme quoi vous n’êtes pas du genre à vous montrer coopérative aux ordres donnés. Mais ce n’sont que des rumeurs et les rumeurs s’effacent par les faits. Et moi j’veux les faits !
- Vous voulez que j’vous dise ? Vous n’semblez pas m’aimer et moi non plus, alors au lieu d’blablater votre avis personnel, dites-moi c’que vous attendez d’moi ! Vous m'demandez une mission !? Donnez-la-moi, qu’on en finisse!
- J’vois qu’vous êtes franc et très direct, alors voilà votre mission. Une patrouille d’éclaireur m'a informé qu’un groupe doté d’un effectif impressionnant sème le trouble à l’ordre public et la terreur dans le cœur des habitants de Shogaiku. Une île ayant rejoint le Gouvernement Mondial depuis 1 an déjà. D’après eux, c’est encore l’œuvre de ce fout de la nature. Jozé Bauvet. Pirate recherché à 10 millions d’berrys. Vous recevrez deux belles récompenses si vous capturez ce forban en vie.
- Quoi donc !?
- La médaille d’Alakys et celle des officiers ! Donc tâcher de…HE !! Ou est-ce que vous allez !!
- C’est simple ! Je vais botter l’cul à ce gougnafier des mers à Shogaiku et vous l’ramener par la peau des burnes !
- Mais….J’vous ai même pas dit où se trouve l’île en question !
- Ça ira, j’vais m’débrouiller comme un grand !
- Et comment compter vous y prendre !?
- Le flair m’sieur…...Le flair.

J’conclue c’briefing monotone en m’retournant pour faire mon salut militaire à mon supérieur hiérarchique, situé au bord du balcon d’la base, le lieutenant-colonel Dickson. Quoi dire de lui si ce n'est qu'un putain d'blasé figé constamment sur sa tronche qui constraste avec cette moumoute de fils à papa ? Rien ! Comme je suis bien trop grand pour y entrer, bah je n’ai pas eu d’autres choix que d’venir devant la fenêtre d’son bureau. Quant aux détails d’la mission je n’en ai que faire ! On m’demande c’que j’dois faire faire, fin d’histoire ! Les suceurs de nœud trop coincé du derche m’reprocheront de n’pas être pas polie, sauf que moi chuis pas eux et eux n'sont pas moi ! Si j’ai choisi la marine d’élite, c’est pour tâter l’terrain, d’être en première ligne! Le reste de la paperasse j’laisse ça aux blancs becs. Chuis chaud patate comme on dit pour empocher ces médailles clinquantes et d’pouvoir monter en grade. Je suis toujours déterminé à tenir cette promesse faite à Shira de rendre ce monde plus vivable en grimpant les hautes instances de la marine ! Le chemin va être long et semer d’embuche ! Je l’sais et chuis prêts à vaincre toutes les épreuves imposées pour atteindre cet objectif ô combien difficile et périlleux !

Ceci fait, j’me dirige vers le port de la base pour emprunter ce p’tit rafiot d’merde qu’ils appellent « une caravelle ». Aussi étroit que l'pucelage d’une religieuse. Tch ! Vivement que j’monte du galon pour emprunter un navire d’guerre type cuirassé. C’est spacieux et ça a la classe ! Une fois à bord, j’dégaine mon épée et je rame avec, comme un con. J’peux même entendre le rire d’un p’tit groupe de soldats sur les quais qui s’paient ma tête en m’voyant. Des p’tites frappes qui détournent leurs regards et reprennent leurs patrouilles dès que j’les fusillent du regard.

Des cons, comme partout ailleurs !


****** 7 heures de navigations plus tard. Sur l'île de Shogaiku. *******


J’accoste enfin sur une île qui n’est d’autres que Shogaiku. Ah ben j’me disais bien que ce nom m'était familier ! J’me souviens d’y être passé pour m'réapprovisionner en nourriture, ainsi que pour ma défunte épouse et mes deux têtes blondes. Mais aussi pour avoir séjourné une nuit à la belle étoile pour m’reposer d’un long voyage, 25 ans auparavant. L’endroit n’a pas changer depuis, toujours les mêmes rues paisibles ainsi que les mêmes habitudes pour les femmes de jeter d’l’eau par-dessus leurs fenêtres par conviction religieuse. Laquelle ? Je m’en rappelle plus et ça n’a pas d’importance. Dès l’entrée en ville, une poignée d’gens âgés, que j’ai déjà croisés des décennies plus tôt, m’reconnaisse et l’fait savoir en m’saluant d’un signe de la main, le tout avec un sourire édenté. Salut que je leurs rends d’bon cœur. Évidemment, ils sont toujours aussi surpris d’voir un géant d’près, sauf que là ils s’aperçoivent bien que chuis un représentant d’la justice ! Ça s’voit clairement dans mes nouvelles fringues que j’porte dorénavant. Un jean presque moulant doté d’une ceinture épaisse dont la boucle porte l’effigie d’la marine, ainsi qu’une paire de bottes en cuir marron ont remplacé mon vieux pagne et mes bottes en fourrure qui ont rendu l’âme il y a quelques mois. Mon plastron a bien souffert des ravages du temps, accumulant tellement d’rouille que j’ai dû m’en débarrasser en l’jetant en mer. Seuls mon épée ainsi que son fourreau m’accompagnent encore dans mes péripéties.

Tout marchant paisiblement j’balaye les environs aux peignes fins, et géant comme je suis, j’ai une vue d’ensemble très étendue. Je domine complètement la ville si bien que niveau discrétion c’est archi mort ! Pour le moment je n’vois rien de suspect, pas même un navire-pirate accosté au large des côtés. Étrange ! Je continue d’vadrouiller de rue en rue pendant un quart d’heure et toujours rien. Est-ce que chuis bien à Shogaiku au moins ? Visiblement c’est l’cas, si j’me fie à c’qui est écrit sur ce mémorial commémoratif situé sur la place de la ville. Alors pourquoi donc je ne trouve pas ce couillon de Jozé, nom d’une pipe en terre !!? Peut-être que les gens locaux ont du l'voir passer avant que j’débarque ici ! J’tente le coup avec une gamine qui passe par là !

- Salut p’tite. Est-ce que tu……
- HIIIIIIIIIIIIIH…Bouuuhouhouuuuu !!!!!

Et brusquement elle s’enfuit en pleurant « maaaaman ! ». Tch ! Encore une gosse auquel on lui a dit que les géants mangeaient les enfants tout crus et autres conneries du genre. Bon ben j’crois que j'vais plutôt tenter ma chance avec un adulte ! Ah ! Mais qu’est-ce que fait ce type allongé près de la sortie d’la ville ? Je m’approche de lui rapidement puis j’pose un genou au sol pour l’examiner. C’est un vieil homme qui s’est fait tabasser il n’y a pas longtemps. Les cocardes et autres bleus sont encore frais sur sa figure. Il s’affole en ma présence, mais ce calme presque aussitôt.

- Vous allez bien ? Qu’est-ce qui s’est passé ?

- Vous êtes de la marine ?
- Oui !
- Snif ! Ce sont ces sales fils de chiens qui se sont pris à moi lorsque j’ai voulu protéger mon fils d’eux ! Leur chef c’est approchait de lui et la menacer de mort sous prétexte qu’il torturait un arbre en l’coupant à la hache ! Il a réussi à les échapper, mais ce pirate ainsi que ses hommes se sont mis à sa poursuite ! Nous ne sommes pas les seules à êtres ses victimes, d’autres familles de Shogaiku ont étaient brisés par le fanatisme meurtrier de cet individu !
- Par ou est-il parti ?
- À l’extérieur de la ville, dans la forêt qui se trouve à 600 mètres d’ici. Ce gars-là est un gros taré! Snif ! Il devrait être enfermé dans l’asile le plus proche ! Je vous en supplie, aidez-nous !! Snif ! Tout nos miliciens se sont fait descendre un par un ! Du coup, plus personne n’ose s’en prendre à eux ! Snif !
- Calmez-vous monsieur, je vais m’occuper de ce gringalet. On m’a envoyé pour ça.
- Snif ! Merci d’votre aide ! Ça fait trop longtemps qu’on attend que la marine réponde à notre appel.

Je saisis le bonhomme entre mes doigts que je pose sur la paume de ma main droite et je l’dépose près d’sa maison, située à deux pas d’ici ! Ceci fait j’laisse j’passe le relais à sa femme qui s’dépêche de l’voir, puis je hâte ma marche vers la forêt en question. En une vingtaine de pas d’géant j’ai déjà traversé la prairie pour finalement atteindre la périphérie forestière.

- Alors !? Tu croyais t’en tirer comme ça, pollueurs impies !!?

Le son est faible, mais j’ai une bonne ouïe et j’peux vous assurer que ça n’peut être que Jozé !! J’prends une direction aléatoire en tapant un sprint, écrasant des lots d’arbres qui ont l’malheur de trainer sur mes pattes !

Je m’tiens à présent devant Jozé Bauvé et sa bande !


Dernière édition par Jormungard Sovereign le Mer 15 Mai 2013 - 20:42, édité 8 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t7276-jormungard-sovereign-pour-vous-servirhttp://www.onepiece-requiem.net/t7748-au-moins-ca-c-est-la-et-c-
avatar
Jormungard Sovereign
•• Lieutenant d'élite ••

♦ Équipage : Aucun (anciennement : les Irons Marines)

Feuille de personnage
Dorikis: 3660
Popularité: 169
Intégrité: 99

Dim 12 Mai 2013 - 15:58

- Au nom d’la loi je vous botte les fesses !

Dès mon entrée en scène, ils s’tournent tous vers moi et m’tirent des têtes de « Whoo putain un géant !!! » ! Et d’après les entailles de leur victime, ce dernier aurait passé un sale quart d’heure si je n’étais pas arrivé à temps ! Ainsi donc, ce sont eux les pirates tant craints par la population locale, hein ? Mum…. S’ont pas nombreux ceux-là ! À peine une vingtaine d’individus ! z’ont des têtes de bouffeur de bouse et leurs dégaines m’font drôlement rappeler la fois où j’me suis retrouvé face à des putains d’culs-terreux sur Troop Erdue. Sauf que eux, on dirait un croisement improbable entre des cow-boys et des ploucs, d’un point vu vestimentaire. Ça reflète bien leurs côtés fanatiques du culte de mère Nature et ça ce confirme par leurs tronches outrées en voyant le désastre écologique laissé derrière moi, on dirait qu’ils vont couler un bronze dans leurs fûtes, mais le pire reste leur chef ! Ses cheveux s’hérissent, la mâchoire descend jusqu’au nombril et ses yeux s’exorbitent! Tous ne font même plus attention au môme qui part se cacher plus loin.

Spoiler:
 

- Aaaaaaaaahhh Sainte mère nature !! Regarde ce que tu as fait à ses pauvres arbres !!! Un massacre !! C’EST UN PUTAIN D'MASSACRE !!! Comment oses-tu profaner le sanctuaire de mère Nature ainsi !!!? Devant moi en plus !!! Grrr, tu n’perds rien pour attendre, vil profanateur !! TUEZ CETTE ORDURE, POUR GAIA !!!

Et aller ! Les hommes de Jozé rugissent à l’unisson et s’apprêtent à m’attaquer avec leurs sabres ! Quoiqu’en fait ils hésitent ! Tous, excepter sept forbans motivés à m’faire bouffer la justice de mère Nature en m’attaquant d’front ! Sauf que….

SBOOOM !!!

Ça n’marche jamais sur un géant !! Surtout quand il a l’habitude de s’genre de tactique d’autiste aussi efficace qu’une huitre des Galápagos malade !!! Un coup d’estoc latéral vite fait bien fait et PAF ça fait des chocapiques ! Vol plané illico pour ces joyeux lurons ! Ça dissuade aussitôt les autres pirates qui se mettent à reculer plus loin, laissant le p’tit Jozé seul face à moi. Il le remarque très tôt en zieutant de gauche à droite avant d’les voir derrière lui.

- Vous voulez jouer dans la cour des grands, hein ? J’envoie 300 lascars chez vos toubibs ! Vous le sentirez, j’vous le garantis ! Ils vont vous inspecter par tous les trous, y compris là où vous ne voudriez pas qu’ils aillent ! Vos toubibs, faudra qu’ils fassent importait une tonne de mercurochrome pour vous soulager d'vos hémorroïdes.

Au moins ça s’est dit ! Les larbins du fanatique déglutissent et finissent par hocher leurs têtes ! Sage décision les gars, dommage pour vous j’vais devoir vous arrêtez pour vos crimes ! À part leurs camarades de tout à l’heure, qui est à présent pacifié, le reste n'est ni plus ni moins qu'un ramassi d'crotales qui ne montrent aucun signe de résistance. Des marins d’eau douce qui n’méritent même pas la peine de m'servir d’apéritif, mais apparemment leur chef n’est pas du genre à s’rendre aussi facilement qu'il dégaine son sabre et prend une posture agressive qui a l’plaisir de m’faire sourire légèrement. Au moins, il y en a un plus courageux qu’les autres qui vaut la peine d’être intéressant !

- Tu crois que tu m’fait peur, géant !? Est-ce que tu sais face à qui tu as affaire !?
- Mouais ! Un gros plouc qui va aller en taule et en chier longtemps avant d’finir sa vie d’pédale.
- TE FOUS PAS D’MA GUEULE !!! Ce n’est pas parce que t’es un géant que j’vais me livrer à toi ! Oooh que non !! Ici tu te trouves dans mon environnement, mon élément, là où je suis le plus dangereux ! Mère nature me protège, et sous sa bénédiction je ne reculerai devant rien pour accomplir la tâche qu’elle m’a confiée ! Pas même un chien du gouvernement comme toi !!!
- Muuum……
- Oooh ! Serait-ce de la peur que tu as ? Tu hésites !? Mais tu n'as pas à avoir honte, n’importe qui chierait dans son froc en l'apprenant ! Même un Youkou !
- Non ! Je m’disais quel genre de drogue t’as bien put prendre ! j’ignore laquelle, mais en tout cas j’en veux pas ! La drogue c’est mal, M’voyez.

Voilà qu’une vilaine veine ressort de son front, limite elle va éclater d’un moment ou un autre ! Visiblement il va falloir que j’mouille le maillot pour lui faire entendre raison. C’est moi qui ouvre les hostilités en premier avec un coup d’semelle sur lui. BOOOM ! L’insecte esquive d’une roulade sur le côté, mais s’ramasse une gamelle au sol sous la bourrasque causée par l’impact ! Je tente de l’attraper tant qu’il est encore à terre pour lui briser ses pattes arrières afin qu’il n’puisse s’échapper ! Ugh ! Ce connard arrive quand même à l’éviter et profite de cet instant pour sauter sur le revers de ma main et remonter mon bras en courant ! PAF ! Alors j’tente de l’écraser avec la paume de l’autre main ! Putain il est rapide ce butor ! Il a l’réflexe de bondir sur mon torse, qu’il lacère d’un coup d’lame, avant de s’amuser à s’balader sur moi avec une sorte de crochet, tout en m’charcutant un peu partout sur mon corps ! Rhaaaa fait chier ! D’abord il m’entaille le torse, puis le flanc ainsi que mon dos ! J’ai l’impression d’être un porc mort en train d’se faire découper des portions d’sa carcasse par un boucher ! Fichtre, il se dirige vers ma nuque ! Compte pas là-dessus p’tit gars ! HOP ! Je t’ai eu ! Tu ne l’as pas vu v’nir celle-là ? Il est certes vif, mais pas assez pour me prendre par surprise ! Maintenant, je le tiens fermement dans ma poigne de fer, sans qu’il puisse se débattre ou de faire quoi que ce soit avec son sabre ! La lame de son arme m'entaille un peu les doigts, mais j’supporte la douleur !

Normalement, c’est à ce moment là que je suis cencé le tuer de façon brutale et sauvage, comme au temps où j’étais encore chasseur de prime. Mais comme j’ai troquai ma licence contre l’uniforme de marine et que j’ai pour mission de l’capturer en vie afin d’pouvoir acquérir ces médailles bien clinquantes, j’me contente de l’jeter sauvagement par terre ! Pouf !

- Aaaaaaaaargggghhhh !!!!
- CAPITAINE !!!!

Outch ! Ça doit faire très mal ! Le p’tit Jozé se mange le sol de plein fouet ! Mum….J’crois y être aller un peu fort. Une chose est sûre il ne risque pas d’se relever d’sitôt et tant mieux, ça évitera toute tentative d’échappatoire de sa part ! J’peux voir que son corps est parcouru de spasmes, incapable de bouger et sa respiration semble être saccadée. Finalement ce n’était rien d'plus qu’une grande gueule ! J’le saisis d’une main que j’resserre aussitôt, mais pas trop ! Il ne faudrait pas qu’il meure d’asphyxie, d’autant plus que la délicatesse n’est pas une vertu que j’possède ! Puisque son arrestation est faite, je me tourne vers ses hommes de main et…….

- Lâchez notre capitaine tout d’suite, ou nous écorchons cette enfant !!!

Et merde………….


Dernière édition par Jormungard Sovereign le Sam 18 Mai 2013 - 0:30, édité 8 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t7276-jormungard-sovereign-pour-vous-servirhttp://www.onepiece-requiem.net/t7748-au-moins-ca-c-est-la-et-c-
avatar
Jormungard Sovereign
•• Lieutenant d'élite ••

♦ Équipage : Aucun (anciennement : les Irons Marines)

Feuille de personnage
Dorikis: 3660
Popularité: 169
Intégrité: 99

Dim 12 Mai 2013 - 21:32

Bordel à cul de pompe à merde, pourquoi il ne s’est pas tiré ce con d’gosse !? Maintenant faut que j’me démerde pour l’faire sortir de s’pétrin en m’débarrassant du lascar qui le retient fermement, lame plaqué contre sa gorge ! Le pire dans cette histoire, c’est que cette bande de clampins se réfugie derrière leur collègue ! Vous savez, un peu comme de la même façon qu’un homme se cachant derrière une femme face à quelques brutes prêtes à lui refaire l'portrait ! Si ce n’est pas malheureux d’voir ça ! Mais d’un côté ça n’a rien d’étonnant à voir venant d’eux ! J’leur braque un regard neutre.

- Si j’ai un bon conseil à vous donnez, c’est d’relâcher ce gosse immédiatement. ……
- Ah ouais !? Est-tu vas faire quoi sinon, nous démolir !? Le petiot s’noiera déjà dans son sang lorsque si tu fais ça !
- Pitié, lâché moi !! J’vous ai rien fait !!
- Peut-être ! Mais si cela arrive, je peux vous garantir à 300% que vous allez mourir dans d’atroces souffrances. Et côté douleurs j’ai beaucoup d’expériences et j’ai eu un excellent prof. Il arrivait à faire pleurer les plus rebelles, à faire prier les plus incroyants et même à faire aboyer les plus fiers. Depuis sa mort, l’élève a dépassé le maître……..

C’est dans un sang-froid très intimidant que je leur réponds et cela semble marcher comme sur des roulettes. Une poignée d’entre eux déglutie nerveusement et des gouttes de sueur perlent sur leurs fronts. Bien évidemment, tout ceci n’est que du bluffe ! Jouer les tortionnaires n’est pas une passion qui m’branche vraiment, mais il fut un temps où j’ai bien rencontré quelqu’un qui passait maître dans l’art de la torture, tant physique que psychologique. J’aurais pu devenir son élève si je n’étais pas du genre impatient et adepte de l’action pure et dure ! D’toute façon il est mort depuis bien longtemps à présent, emportant tous les secrets de cet art dans sa tombe. Le sous-chef du groupe hésite un p’tit moment en rivant ses yeux vers le sol, mais il réagit instantanément lorsque que je fais un pas en avant, plaquant davantage le tranchant de sa lame contre le cou de l’adolescent. Un filet de sang glisse sur son cou ! Je sers très fort mes dents ainsi que mon point poigne.

- Admettons que j'épargne le garçon, qui me dit que tu ne va pas tenter d’nous éclater la gueule comme tu l’as fait à nos collègues défunts, hein !? Nous, ont n’fait confiance en personne d’autre que nous même et encore moins les marines de ton genre !
- Bouhouuuu !!! Ne les laissez pas me tuer, monsieur le géant ! Je suis trop jeune pour mourriiiir !!!
- Je n’peux vous offrir que ma confiance de vous laissez partir que si vous faites ce que j’vous demande de faire.

Ça m’met mal à l’aise de laisser filer ces ordures, mais vu la situation actuelle je n’ai pas trop l’choix. Reste à savoir s’ils vont accepter l’offre, mais si la proposition se déroule sans problème, bah j’vais être contraint de les laisser filer par engagement ! Je suis un homme de parole et la parole est sacrée pour moi ! Reste à savoir s’ils tiendront la leur. En attendant, celui qui retient l’braillard en otage écoute les avis divergents de ses collègues comme quoi il vaut mieux m’écouter, d’autres que c’est du bluffe pour que je les massacre comme des agneaux. La tension est très tendue, ma respiration est profonde et mon regard ne quitte pas l’enfoiré d’première.

PAN !!!

Un coup d’feu éclate de nulle part et vient s’loger dans la tempe du sous-chef ! Libre de toute entrave, l’otage profite de la panique des pirates pour s’échapper du lot, loin d’ici ! Putain, ça n’pouvait pas tomber mieux ! D’instinct, j’extermine ces écolos du dimanche à coups d’pompes ! Cette fois ils sont vraiment dans la merde profonde ! Boum..boum…boum….boum…. !! Une majeure partie d’entre eux ne sont plus que des tas d’chairs et d’os, tandis que quelques autres ont le bas du corps broyé avec les entrailles éparpillées, saignant comme des porcs. Ceux-là agonisent, crachent des litres de sang de leurs bouches avant d’rendre l’âme. Au total : une bonne vingtaine de morts ! À présent, j’fouille l’endroit d’où est provenu le coup d’feu jusqu’à apercevoir un individu qui sort d’un buisson. Mais c’est l’civil que j’ai sauvais près d’l’entrée d’la ville ! C’est qu’il est robuste le vieil homme ! Son torse est encore recouvert de bandages et pourtant il a l’air d’avoir bien récupéré en peu d’temps ! Derrière moi, son fils court vers son paternel et l’enlace fortement tout comme l’autre. Aaaah, les retrouvailles familiales !

- Oooh papa, tu n'peux pas savoir comme j’ai eu si peur ! Snif !
- Je sais Kenshi ! Maintenant c’est terminer, tous ces monstres sont morts à présent ! On n’a plus rien à craindre, maintenant que le marine s’est débarrassé d’eux !

Il se tourne vers moi

- Je vous remercie mille fois d'être venu à temps pour nous avoir aider !
- Je n’ai fait qu’mon devoir. Je porte mon attention sur Jozé, encore semi-conscient. Quant à toi, c’est l’heure de t’emmener dans ta nouvelle demeure !

Sur ces derniers mots j’ fais signe d’au revoir aux deux civils puis j’repars au port ou m’attend ma caravelle et mettre les voiles sur l’île la plus proche possédant une prison, sans prêter attention aux jurons et insultes du pirate. Cette ville n’en dispose pas d’assez fiable pour enfermer quelqu’un comme Jozé. Ceci fait, j’irais faire mon rapport auprès de Dickson et passer prendre mes médailles.

Pffff ! Il est loin le temps où les bastons avaient du goût………
http://www.onepiece-requiem.net/t7276-jormungard-sovereign-pour-vous-servirhttp://www.onepiece-requiem.net/t7748-au-moins-ca-c-est-la-et-c-
Contenu sponsorisé



Page 1 sur 1