AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


Le Gouvernement se relève, toujours.

avatar
PNJ Requiem


Feuille de personnage
Dorikis: XxXxX
Popularité: +/-XxX
Intégrité: +/-XxX

Jeu 3 Oct 2013 - 4:19


Rumeur incessante qui ébranle la capitale du monde. Dans les rues pavées du haut quartier, une masse incessante de plébéiens, de badauds, de journalistes et d'habitants en tout genre s'agglomère entre les bâtiments. Tous crient, hurlent, revendiquent  et se plaignent en brandissant des points vengeurs ou des mains désespérées vers le colossal édifice qui se tient devant eux.

Le parlement de Marie-Joa, le siège des Cinq Étoiles. L'endroit grâce auquel le monde bouge chaque jour.
Au sommet, un balcon unique surplombe toute cette foule, un balcon rattaché à une impressionnante baie vitrée. Et sous cette dernière sont abrités plusieurs hommes. Non, plus que des hommes, littéralement des dieux. Des dieux qui décident au moment même de la face prochaine du monde.

Dans l'atmosphère enfumée par les nombreux cigares consumés durant la matinée, cinq vieillards, le regard dans le vague, tous avachis dans de luxueux fauteuils, ne cessent de tendre l'oreille pour décortiquer les nombreuses plaintes de la Plèbe qui hurle en contrebas.

-Impel Down est-elle réellement détruite?! Croit-on entendre un homme quémander.

-Quelle sera votre approche face à la menace de Thunder F.?! Demande un journaliste à une silhouette solitaire qui reste prostrée sur le balcon, appuyée contre la rambarde.

Cette silhouette se trouve à être celle d'un homme à la reconnue internationale. Un homme au long cheveux blanc, dans lesquels il passe une main lasse. Son visage délicat malgré la cicatrice qui le barre, ses lèvres douces et charnues, sa peau diaphane, sa tenue distinguée. Définitivement un membre des Cinq Étoiles. Le plus jeune, le plus bouillant et le plus expéditif.




Ike Basara dans toute sa personne.

-Rahlalaaa… Le peuple est inquiet. souffle-t-il d'un ton presque désinvolte tout en se détournant.  Il va falloir se décider sur quoi faire, messieurs, ça s'impatiente à l'extérieur. Lance-t-il à l'égard des hommes perdus dans le nuage de fumée monumental qui recouvre la place.

Un doigt tapote un cigare, des cendres vont reposer dans un cendrier sur une table de chevet, puis un raclement de gorge singulièrement sonore répond à Ike qui s'adosse à la porte de la baie vitrée. Un homme tout en rides, en âge et en fatigue de vivre enfourne à nouveau son cigare entre ses lèvres avant de croiser ses doigts les uns entre les autres, l'air songeur. Une vieille tunique auburn le recouvre complètement, silhouette voutée et embuée par le brouillard artificiel de la grande pièce.




Mint Figura ouvre la bouche sans rien prononcer, puis au damne général, la referme. Lui-même à court d'idée.
Tous savent très bien que la prison d'Impel Down n'est désormais plus en fonction. Tous sont au courant qu'après trois évasions dans l'histoire de la prison, il devient évident qu'elle ne peut plus possiblement continuer de faire figure de symbole de peur et de menace. Tous comprennent aussi très bien que cette même prison a relâchée sur la mer les trois plus dangereux criminels que cette génération puisse porter.

Décidément, rien ne va plus, et l'amiral assit sur un fauteuil en retrait, un cigare à la main, le corps recouvert de bandages, une perfusion de sang reliée au bras, en est la preuve vivante.

Finalement, quoi qu’hésitant, Figura parle de sa voix posée et rocailleuse.

-Mesures de Guerre, Monseigneur Basara. Faites vite, que l'on commence réellement à réfléchir.

Soupir retenu des quatre autres étoiles. Ils s'échangent mutuellement des regards entendus. Il faut parfois savoir mettre à profit certaine situation pour en tirer une réaction moins déplorable chez l'audience. Ça, Figura l'a très bien comprit depuis longtemps, tout comme ses autres collègues qui acquiescent en silence, crachant toujours des bouffées de leurs cigares.
Ike Basara ferme les yeux un instant, soupire, puis quitte ses collègues pour le balcon où la rumeur en contrebas croît à la vue du célèbre politicien. Sur la rambarde du balcon, un den den mégaphone attend l'Étoile qui saisit un combiné avant de lever une main pour intimer le silence à l'assemblée.

-Messieurs, dames! Cessez de vous faire du mauvais tort avec de fausses rumeurs! Contrairement à la croyance populaire, la prison d'Impel Down n'est pas tombée! Certes, le très recherché criminel Thunder F., le Capitaine des Saigneurs des Mers Tahar Tahgel ainsi que l'ex-Sous-amiral s'en sont échappés. Malgré ce que certaines mauvaises langues pourraient croire, L'État Major de la Marine est loin d'avoir dit son dernier mot. Pour vous le confirmer et vous assurer du bien fondé de ces paroles, j'ai avec moi le très reconnu amiral Tetsuda Kindachi.

La rumeur enfle soudainement, l'excitation gagne la foule, fait remuer les hommes et femmes qui étaient plutôt calme un moment avant.

Dans la salle enfumée, l'interpellé termine de retirer péniblement ses bandages, arrache sa perfusion. Puis d'un pas lent, mal assuré, il s'avance sûrement vers le balcon où l'attend Basara. Il tend une main vers la rambarde pour s'y accoter pour marcher, se rappelle l'image qu'il doit transmettre, retire sa main. Il retient un juron en cachant de son mieux sa démarche boitillante qui ne lui ressemble que très peu. Une fois à l'arrêt, il regagne en assurance, arrache pratiquement le combiné des mains de Ike pour souffler quelques paroles à la Plèbe dans les rues.

-Tout va bien, la Marine assure magnifiquement la sécurité de notre monde. Impel Down est toujours en service, Les Trois Loups traqués comme des bêtes. Dormez paisiblement la nuit.

Il rend son combiné à Ike Basara sans un regard vers l'assemblée, ni-même vers le politicien qui rage intérieurement de constater l'outrageuse fausseté de ce discourt. Quel triste spectacle que ce combattant brisé par la difficile bataille d'Impel Down, quel outrage que d'agir ainsi face au monde, à tous ces escargots-caméras et journalistes qui retransmettent la situation de Whiskey Peak jusqu'à Shabondy, sans oublier les Blues. Mais faut-il vraiment s'en plaindre? Après ce que l'amiral a affronté…

-En effet! Remercions donc notre brave héros qui s'est déplacé expressément pour calmer les esprits échaudés! Le monde est en paix! Mais saura-t-il le rester malgré la présence de ces menaces voguant sur les mers? Bien sûr qu'il le sera, gens de Marie-Joa! Car dès cet instant, le  Conseil des Cinq Étoiles applique les Mesures de Guerre!

La dernière phrase est prononcée avec une pointe d'amertume, mais elle est bien trop imperceptible pour que l'on s'y accroche. Ike Basara raccroche le combiné, soupire, puis retourne s'écrouler dans un fauteuil.
La situation est critique, c'est évident, désormais.

Et comme le politicien retrouve son siège, plus bas, à l'entrée du Parlement, des gardes repoussent la masse pour coller aux murs du bâtiment de longues chartes. Des chartes qui, rapidement, éveillent l'interrogation chez les citoyens de la capitale.

Spoiler:
 

Dans la foule, ça s'excite et ça se questionne. Ces lois sont extrêmement contraignantes. Certains s'indignent, toutefois, la majorité accueille de façon tout à fait joyeuse ces nouvelles annonces. Et ce, par delà le monde entier.

-Bien fait pour ces foutus pirates! lance un homme barbu qui semblait plutôt inquiet, tout à l'heure.

-Pour une fois, le monde se portera mieux! scande une bonne femme, un panier d'osiers au bras.

C'est l'approbation majoritaire, aussi improbable cela puisse-t-il paraître. Mais il faut croire que la peur qu'inspire la présence de ces trois monstrueux pirates sur Grand Line motive d'une drôle de façon les citoyens du monde à réagir aux nouvelles lois.
Et de retour dans l'immense pièce embrumée, Ike Basara reprend la parole, un demi-sourire s'affichant sur son visage à l'écoute de la rumeur qui enfle dans les rues de Marie-Joa.

-Bon, messieurs. Maintenant que notre mainmise et notre contrôle sur le monde est à nouveau assuré, il faut s'assurer qu'aucun de ces "Trois Loups" n'aillent à l'encontre de nos projets. Grand Line est et devra rester un lieu de paix.

Approbation générale dans la brume étouffante, puis le Vénérable Ike Basara enchaîne d'un ton plus cassant, cette fois.
-Alors, Amiral Kindachi?



Dernière édition par PNJ Requiem le Jeu 3 Oct 2013 - 4:24, édité 1 fois
avatar
PNJ Requiem


Feuille de personnage
Dorikis: XxXxX
Popularité: +/-XxX
Intégrité: +/-XxX

Jeu 3 Oct 2013 - 4:20


-Écoutez…

Kindachi Tetsuda, le regard dur, fixe tour à tour chacun des politiciens qui lui rendent ces regards. Par où commencer? Oui, Impel est tombée. Oui, il a échoué. Oui, il y a place à l'amélioration. Oui, il fait bien triste mine, recouvert de tous ces bandages et branché à cette poche de sang. Oui, il a honte. Oui, il est en colère comme jamais. En colère contre Toji, contre Tahar, contre Red, contre son idiot de cousin, contre la fille du Chien Fou qui les a fait s'échapper, contre le pirate métamorphe qui a sauvé les deux Loups de la noyade. Mais ce n'est pas une façon adéquate de parler avec des hommes comme eux.

Ils ont bafoué son honneur, piétiné sa réputation, brisé son corps et meurtri son esprit. Pourtant, il ne peut pas l'indiquer ainsi à ces politiciens.

Ils ne comprennent pas le langage des guerriers.

-Les Trois Loups, je les ai tous affronté…

Silence. les mots sont parfois difficiles à trouver, toutefois, ce sont peut-être les paroles, dans ce cas-ci, qui peuvent être ardues à prononcer. Dans la pièce à l'atmosphère grise, personne ne bouge, tout le monde analyse d'un œil fatigué les explications de l'amiral. Tous savent un peu à quoi s'attendre, mais pourtant, personne ne vise vraiment à devancer les idées du autrefois bouillant amiral.

-Une chose est certaine, ensemble, ils sont plus puissants que n'importe qui. Et c'est bien ça qui fait peur.

Pause. Bouffée de cigare. Bruit de papier qu'on froisse et qu'on feuillette.

-Pourtant, ce sont tous des pirates dans l'âme. Des Loups Solitaires. Des idiots qui ont probablement jugé bon de se séparer plutôt que de rester unis et puissants. Et c'est sur ça que je veux jouer.  

Mint Figura se penche, intrigué, une lueur d'intérêt dans le regard.

-Qu'avez-vous en tête, Kindachi? Nous connaissons tous très bien vos méthodes excessives, pouvons-nous réellement appuyer votre projet?

Une lueur espiègle traverse imperceptiblement le regard figé de Tetsuda qui tient dans ses mains un certain nombre de dossiers. Le cigare coincé entre les lèvres, il en tire un de la pile et le jette négligemment sur la table qui se trouve au centre du cercle de fauteuils. Sur la table-basse en pierre reluisante, la couverture du dossier s'ouvre et laisse s'échapper un paquet de paperasses. Cependant, à travers ces rapports, on discerne une photo accompagnée d'un bon nombre de croquis.
Des croquis pratiquement incompréhensibles pour qui n'est pas homme de savoir, on discerne des mesures et des calculs, des esquisses mécaniques et des ébauches de plusieurs points de vue de cet humanoïde qu'on croit remarquer à travers le brouillon.

Et comme pour confirmer cette impression, la photo agrafée à ce croquis renvoi la parfaite forme de l'humanoïde dessiné.


Spoiler:
 


Tension, grognements, rictus d'appréhension.

Mint Figura, agissant comme porte-parole auto-désigné, relève ses yeux las et inquisiteurs vers l'Amiral qui affiche une mine énigmatique.

-Le Vice-Amiral Meuler Tazzer a été tué par Rossignol Edouard Dési…
-Vegapunk n'a pas chaumé, Monseigneur Figura.
 
avatar
PNJ Requiem


Feuille de personnage
Dorikis: XxXxX
Popularité: +/-XxX
Intégrité: +/-XxX

Jeu 3 Oct 2013 - 4:20


- Hum, hum...

Le toussotement, discret mais impérieux, attire l'attention sur la seule femme présente dans cette réunion de puissants. Se tenant en retrait dans un coin d'ombre de la pièce, ses yeux d'or ne perdent pourtant rien de ce qui se déroule devant elle.

- Vous vouliez ajouter quelque chose, Dame Blanche ?

Le ton de Mint Figura est teinté de respect. Comment ne pas être impressionné devant une femme à la fois si belle et si forte ?





- Je me permets d'intervenir, messieurs, pour apporter mon soutien à notre cher Amiral.

Sa voix, presque un murmure, impose pourtant aussitôt le silence par sa dureté. Tour à tour, elle toise les plus influents membres de la Marine comme pour les inciter à la contredire. Mais personne ne s'y risque. Dans cette haute instance, tout le monde est au courant de l'histoire de cette femme, Lydia Œankhôr, de ces liens avec deux des loups. Tout le monde peut saisir ses raisons.

- Mon plein soutien.

Le message passe, très clair pour ceux qui ont l'habitude de lire entre les lignes. Les cinq étoiles acquiescent tour à tour, même les plus réticents. Kindachi en profite pour s'accorder un sourire.
Lentement mais surement, son projet s'impose.
avatar
PNJ Requiem


Feuille de personnage
Dorikis: XxXxX
Popularité: +/-XxX
Intégrité: +/-XxX

Jeu 3 Oct 2013 - 4:21


Son sujet s'impose, oui, de plus en plus. Les autres dossiers se distribuent entre les membres assis. Des clichés s'échangent entre les Étoiles et la blonde. Partout dans le brouillard, on capte des voix qui approuvent, des bouffées de fumée éjectées par surprise, des toussotement et d'autres bruits d'appréhension et d'accord.

Adossé contre son fauteuil de cuir, son cigare ayant rejoint un cendrier, Kindachi Tetsuda observe les mimiques de ses homologues avec une joie non-feinte.

-Je compte tous les convoquer, tous ces gens. Tous, pour la plupart, ont un passif avec le Top 3. Tous vont sans sourciller se joindre à moi, sous l'escouade du Green Wolf. Il ne me faut que votre accord…

Emphase sur cette phrase. Ça se remue dans l'écran de fumée perpétuel.

-… et en quelques jours je vous ramène les têtes des Trois Loups.

Acquiescement général. Des têtes se penchent vers les documents, les rapports de service, les articles relatant des exploits et de gros évènements où on retrouve les intéressés. Et alors, soudainement, dans le silence tendu du reste de l'assemblée,  religieusement, une des silhouettes dans le brouillard pose sur la table un pot d'encre.

Une plume y trempe, puis une signature s'appose sur chacun des documents. Les uns après les autres, chacun des membres du conseil des Cinq Étoiles appose sa propre signature sur les dossiers, pour prouver officiellement leur accord avec le plan de Kindachi. Et comme pour clore ce point, Mint Figura relève ses yeux las et désabusés vers la Colonel d'Élite, surveillant les machinations des politiciens.

-L'Escouade de Pacification du Green Wolf est donc officiellement fondée, n'est-ce pas, Dame Blanche?

Accord silencieux. La Colonel balaie des yeux une dernière fois l'assemblée, échange un regard de connivence avec Tetsuda, puis quitte, satisfaite. Tandis qu'on écoute placidement les pas de la jeune femme s'éloigner, Ike Basara, lui termine de feuilleter la paperasse de Kindachi. Soudainement, alors qu'il farfouille entre deux rapports agrafés, une vieille image en glisse et tombe sans bruit sur la table-basse centrale.

Surprise, questionnements, nouvelles bouffées de fumée.

-Amiral? questionne Basara en ramassant le cliché entre deux doigts.
-Je ne compte plus retourner me faire écraser aux bordures de Calm Belt et pratiquement me noyer… Monseigneur Basara. répond simplement Kindachi, d'un ton aussi acide que son fruit du démon.

-Et Impel ? Et les prisonniers? demande l'Étoile, quelque peu prit au dépourvu.
-Des bateaux, dispersés, pensez à un truc, j'ai à faire… Mais gardez cette idée en tête... Il est toujours temps de dépoussiérer de vieilles armes…

De sa démarche appliquée mais douloureuse, Kindachi s'appuie à la perche transportant son sac à perfusion, puis quitte les Cinq Étoiles. Sans un mot.

Laissant ici cinq politiciens bien confus devant ce simple cliché qui en dit pourtant bien long…

Spoiler:
 
avatar
PNJ Requiem


Feuille de personnage
Dorikis: XxXxX
Popularité: +/-XxX
Intégrité: +/-XxX

Sam 5 Oct 2013 - 21:33


Navarone, la base au grand complet est en pleine effervescence. Des centaines et des centaines d’hommes et de femmes en uniforme tergiversent avec humeur dans les couloirs, sur les docks, sur les navires et dans les bureaux. C’est comme si l’énorme bâtiment du G-8 ne vit plus que par le pouls d’une seule et même rumeur indignée. Une vocifération collective à l’égard de ces affiches reçues le jour même par courrier.

Les mesures de guerre sont désormais de vigueur.

L’Ère de piraterie a prit un nouveau tournant. Les populations du Gouvernement Mondial courent un nouveau péril. Les trois Loups sont libérés sur Grand Line, et avec eux, le courroux des Cinq Étoiles.

Au sommet de la base de Navarone, dans le quartier des officiers, le sergent d’Élite Kirigaya Klein entre en coup de vent dans un large bureau à la décoration spartiate inondée par la lumière des rayons orangés du couché de soleil. Un instant, haletant, ses cheveux roux en broussaille, il s'arrête et balaye la pièce d'un coup d'œil. Au fond, deux portes de verre donnant sur un imposant balcon de pierre surplombant la baie de Navarone. Au centre, une massive table de travail sur laquelle sont éparpillées des montagnes de paperasses. Au milieu de ces papiers en tout genre, deux bottes sont appuyées contre le rebord de la table, deux bottes appartenant à un homme au teint basané qui, adossé en équilibre contre son fauteuil, ressasse une nouvelle fois les nouvelles mesures de guerre, un cigare aux lèvres.

Outré, le Sergent Kirigaya vient frapper de toutes ses forces contre le bureau de l’homme dont le regard est couvert par un chapeau aux larges bords. Des papiers s’envolent dans toute la pièce et retombent comme des feuilles sous une bourrasque automnale.

-COLONEL TAMAKA! C’EST INACCEPTABLE!! ILS NE PEUVENT PAS OPPRESSER LE MONDE COMME ÇA!

La tête du colonel à qui revenait cette réplique se soulève lentement. Deux yeux dépourvus d’humanité, s’apparentant plutôt à ceux d’un automate, surgissent de sous le chapeau pour se poser sur la mine colérique de Klein. Le Colonel d’Élite Oko Tamaka souffle une bouffée de son cigare avant de reposer les documents sur son bureau et de s’assoir convenablement.

-Parce que tu crois que la décision de ces mesures m’appartient, Klein?

-N…Non! Mais… Mais… vous pourriez bien faire quelque chose, non?




Un instant, le Sergent croit voir un éclair de déception passer sur le visage du cyborg. Mais la contenance est une deuxième nature chez Le Basilic, et ce dernier dépose son cigare dans un cendrier avant de répondre à son fidèle second d’un ton où on capte une certaine amertume.

-Oui, je pourrais faire quelque chose, je pourrais m’indigner, je pourrais me soulever, je pourrais jeter mes médailles et mes titres par la fenêtre derrière moi. Je pourrais aussi balancer ce meuble contre le mur et en bruler les papiers qui le parsèment. Je pourrais surgir comme tenryuubitto en terre conquise dans le bureau de ces cinq vieillards qui dirigent le monde et leur crier le fond de ma penser…

Silence gêné de la part du sergent qui réalise peu à peu l’inutilité de sa colère, comme l’inutilité de celle des autres hommes hurlant à l’injustice dans le reste de la base.

-…Mais qu’est-ce que ça changerait, hein, Klein? Qu’est-ce que ça changerait? Ça ramènerait le grade et le post de ce frère d’arme que j’ai perdu dans les évènements d’Impel? Ça couperait la tête de Tahgel? Ça éradiquerait sa descendance? Non… ça ne ferait rien de tout ça… Le monde a déclaré la guerre ouverte à la Piraterie, et il faut vite se dépêcher de monter sur la machine du gouvernement pour ne pas qu’elle nous laisse derrière, dans l’oublie et la poussière.

-Vous...Vous voulez dire, qu’on va se plier à ces mesures stupides?! Qu’on va laisser cette dictature ridicule écraser ce qu’il reste de liberté au monde?!

-Non… Nous, on va continuer d’appliquer la justice, Klein. Nous, on va continuer d’être la 101e Division d’Élite. On va continuer de se battre pour ce en quoi on croit…

L’air pessimiste, Kirigaya Klein s’avance vers le balcon au fond du bureau, son regard perdu dans la sphère rougeâtre s’effaçant à l’horizon de Grand Line.

-Et on espère que le moins possible d’hommes de la Marine et du Gouvernement n’applique ces lois… pour le bien du Monde…

Plus tard, la nuit tombée, le Colonel Tamaka reste seul sur son balcon, consumant toujours son cigare dans l'obscurité. Dans un de ses mains, il tient une lettre marquée des sceaux de l'Amirauté et des Cinq Étoiles. Sur le sommet d'un papier dépassant de l'enveloppe entrouverte, on peut lire "Escouade de Pacification du Green Wolf".

Une nouvelle bouffée de fumée s'envole dans le ciel étoilé de Grand Line. Le Basilic soupire, puis fixe l'horizon, anxieux. Il fixe l'horizon en tentant d'y croiser l'esprit d'un homme dont il comprend difficilement les choix. Un homme qu'il estime avec respect et amitié. Un frère d'arme chapeauté de rouge.

-Hmm... Il semblerait que l'on va se recroiser, Rossignol...

Le Basilic ne trouve peut-être pas dans le ciel, ni à l'horizon cet homme qu'il aimerait bien recroiser, mais pourtant, il voit quelque chose de bien clair pointer à l'avenir. Un schisme, une séparation entre les défenseurs de la Justice et les corrompus. Les hommes de la Marine que le vice et les nouvelles lois pousseront à commettre des atrocités, et les autres, comme Oko lui-même, qui feront de leur mieux pour empêcher ces stupides actions.

Décidément, cette Ère prend une drôle de tournure aux yeux du Colonel, il faudra désormais choisir son camp, même au sein de la Marine...

Contenu sponsorisé



Page 1 sur 1