AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


Entrainement Rokushiki - Part IV

avatar
Rai Zureksion
••• Agent du CP5 •••


Feuille de personnage
Dorikis: 1450
Popularité: 14
Intégrité: 13

Ven 15 Nov 2013 - 14:56


« Le Shigan, c'est le principe de faire durcir un de tes doigts. Le but est de le rendre aussi puissant et rapide qu'une balle de revolver pour ainsi, tout transpercer. Comment y arriver ? Grâce à la vitesse pure. »

Il accroche une feuille de papier style A4. Tout ce qu'il y a de plus banal en soit. Il me la montre du doigt. Donc je dois la percer ? Ça va être un jeu d'enfant ! On a tous déjà trouvé une feuille avec un doigt ou un stylo. Aucune raison d'échouer.  

Je m'avance vers elle, et lève mon index droit. Je respire un grand coup et envoie mon bras. Seulement, ça ne fonctionne pas comme prévu. La feuille a tout simplement glissé sur mon doigt, ou mon doigt a tout simplement glissé sur elle. Bref, ça revient au même. C'est un échec.

Je me retourne vers Raoul qui est littéralement fendu de rire. Je me sens ridicule. Alors je réitère l'opération. Après tout, peut-être que ce n'était qu'un manque de chance. Mais hélas non. Je n'y arrive vraiment pas et les rires de mon sensei se font de plus en plus intenses.

Je me gratte la tête. Je dois forcément rater quelque chose, mais quoi ? Il m'a dit que la clé du Shigan est la vitesse. Dois-je utiliser le Soru juste avec mon bras ? Du coup, la vitesse pourrait peut-être faire durcir mon doigt et m'aider à transpercer cette feuille.

Je me tourne vers Raoul, pour lui demander un conseil, mais ce dernier se remet à peine de ces émotions. Il ne va pas pouvoir m'aider, du moins pas tout de suite … Je fixe alors ma feuille. Elle est mon ennemie, mon obstacle. Si je ne peux la transpercer, je ne peux assurer la sécurité des peuples. Si je ne peux la transpercer, j'échouerais de nouveau face aux criminels et le nom du GM sera souillé. Ils se moqueront alors de la justice et ce sera la fin de toute chose. Non, je ne peux me le permettre.

« Shigan ! »

En une fraction de seconde, mon doigt vient transpercer la feuille. J'esquisse un petit sourire et très vite, Raoul m'applaudit. Il a l'air agréablement surpris, lui qui se moquait de moi, il y a à peine trente secondes.

Il retire la feuille de papier et met une plaque de métal. Il me fait un signe de la tête comme pour me dire : « vas-y ». Je le regarde d'un air surpris. Pense-t-il vraiment que je vais pouvoir percer l'acier ? Une feuille, je veux bien, mais là … Il y a une petite différence tout de même.

Je hoche la tête de droite à gauche. Je ne dois pas douter de cet homme. Il est le plus grand maitre de cet art. Son enseignement ne peut être que de qualité. La preuve, il m'a appris une grande majorité des techniques en un temps record.

Il me la dit plusieurs fois et me la fait comprendre. C'est l'esprit qui est à l'origine de tout ça. Si je doute, je n'y arriverais pas. Je dois simplement imaginer que c'est du papier, comme tout à l'heure.

« Shigan ! »

Mon doigt transperce le métal. Je regarde Raoul qui me sourit. Est-ce un coup de chance ? Je ne sais pas. Alors je réitère l'opération, histoire d'être sur. Et le résultat est le même. L'acier est de nouveau transpercé. La confiance me gagne et je me sens bien. Je n'avais plus ressenti ça depuis ma défaite …

Clap Clap

« Le Ran kyaku est la même chose que le shigan. La différence c'est que tu dois fendre l'air afin de réaliser une attaque tranchante et non perforante. Essaye de nouveau sur la plaque. »

Je fais un signe de la tête comme pour lui dire « compris ». Je lève alors ma jambe et enchaîne quelques coups. J'essaye de sentir l'air. La sensation d'effleurement de cette dernière. Il faut le visualiser pour pouvoir comprendre cette technique. Soudain, d'un geste brusque :

« Ran Kyaku ! »

Une lame d'air est créée et fonce à toute vitesse vers l'acier. Elle grandit au fur à mesure et vient découper en deux le métal. Ce dernier se scinde en deux parties avant de subir les lois de la gravité terrestre.

« Ran Kyaku. C'est un coup très rapide qui épouse l'air, projetant alors une mince couche de cet air vers l'opposant. Ainsi faite, cette vague grandit en vitesse et peut découper les choses devant elle. Je vois que tu as assimilé toutes les techniques. Mon enseignement est terminé. Va et apprends à ne faire qu'un avec ces six techniques. Reviens me voir quand tu seras devenu plus fort. Je t'apprendrais alors l'art ultime. Adieu. »

Et sans que je ne puisse le remercier, il s'en est allé. Il est temps de remonter à la surface et de faire un rapport à mon chef. Il faut qu'il me juge apte à reprendre le service. J'espère que je le suis …
http://www.onepiece-requiem.net/t9555-fiche-d-un-immortel-rai-ze
Page 1 sur 1