Le Deal du moment : -25%
Machine à café KRUPS Nescafé ...
Voir le deal
59.99 €

Quizzinsky!


-Euh… Haylor ?
-Capitaine ?
-Dans mon bureau, s’il vous plait. Maintenant.

Et il raccrocha, sans un mot de plus.

La jeune femme fronça les sourcils. Dans la bouche de n’importe quel autre officier supérieur de la milice, ces mots auraient été de mauvais augure, et terriblement lourds de sens. Elle se prit à douter. Et pourtant… non, impossible. Le capitaine Dogaku était, selon à qui on posait la question, un gradé sympathique et bon enfant, ou un pauvre bouffon incapable de faire preuve du moindre excès d’autorité. Nullement du genre à faire venir les gens dans son office pour les rabrouer, même sommairement. Encore moins pour les incendier. Elle devait s’imaginer des choses, tout simplement. D’autant plus que c’était généralement elle, la supérieure hiérarchique de tout le personnel non combattant du navire, qui avait matière à lui reprocher des choses. Tant de choses.

Non, elle devait s’imaginer des choses. Et pourtant, c’était étrange. Ca n’avait jamais eu lieu.

Et elle avait raison. Quelque chose clochait définitivement. Car lorsqu’elle se présenta devant le bureau de son collègue, force lui était de constater que celui-ci était vide. Il l’avait fait venir pour rien. Ce qui était improbable. Dogaku savait bien qu’elle ne supportait pas qu’on lui fasse perdre son temps. Elle avait prit grand soin de le lui faire savoir en le tourmentant copieusement les premières fois où il avait commis cette erreur. La commissaire ne plaisantait que rarement, et encore moins dans son cadre professionnel, bien sûr.

Sa mauvaise humeur grimpa de quelques crans lorsqu’elle remarqua le brouhaha incessant qui parvenait jusqu’à elle, et provenait du pont.  C’était une animation et une agitation qui n’avaient probablement pas lieu d’être. Et généralement, ces situations étaient bien souvent provoquées par Dogaku lui-même.

C’est donc l’air sombre et l’humeur maussade qu’elle s’engagea sur le pont du Tarmac, prête à assumer une nouvelle fois le rôle d’Haylor aux gros sabots, celle qui avait pour tâche ingrate de mettre fin aux pitreries de son collègue.

A ceci près… qu’elle se trompait entièrement. Elle le comprit à la seconde où elle posa les pieds dehors.

-Félicitations! Vous avez gagné!
-...

Elle n'en croyait pas ses yeux. Depuis qu'elle voguait sur les mers, elle avait rencontré plus que sa part d'idioties et d'invraisemblances sur l'océan. Et pourtant, même ainsi, elle continuait encore à avoir l'irrésistible envie de s'enfouir la tête dans un pot de fleur pour ne plus voir ce qui s'offrait à elle.

Le pont du navire, de leur navire, de son navire, était bariolé d’une multitude de banderoles festives qui se dispersaient dans tous les sens, à la manière d’une vaste toile d’araignée colorée qui n’avait rien à faire ici. Ils étaient dans l’armée, pas dans un carnaval, et encore moins dans un cirque. Et pourtant…

Elle put sentir son fiel prendre encore quelques degrés de plus, lorsqu’elle comprit que le petit édifice qui était installé en travers du pont supérieur, n’était rien de moins qu’un gradin supposé accueillir des spectateurs. Des spots colorés avaient eux aussi été installés contre la mâture, ce qui était proprement absurde : il faisait jour, et le soleil était éclatant. Aucune lumière artificielle ne pourrait décemment être visible, à cette heure.

Mais ça n’était qu’un détail. Un détail complètement insignifiant. Car son navire prenait maintenant un air de plateau de télévision, et c’était absolument inacceptable.  Elle vivante,  ce genre de vaste plaisanterie ne devait, et ne pouvait pas avoir lieu. C’était intolérable, indigne, et inadmissible. Ils étaient sur un navire militaire, que diable. Sur le sien !

Et c’est à cet instant qu’elle le vit.

Son capitaine, en train de bavarder joyeusement avec une bande de personnages portant tous l’uniforme des gardes-côtes de la flaque. Car c’était bel et bien là qu’ils étaient. Aujourd’hui encore, leurs voyages devaient les amener à emprunter le réseau Marijoan pour rejoindre une autre mer bleue,  dans le cadre d’une opération commune avec un autre Royaume de West Blue. Ils s’étaient arrêtés pour le contrôle de routine des patrouilleurs, à l’entrée des tunnels qui composaient le réseau. C’était normal.

Mais rien de tout ça n’expliquait ce qui se passait à bord du Tarmac. Et c’était très précisément ce qu’elle désirait entendre. Des explications. Heureusement, Sigurd Dogaku était un souffre douleur qui était généralement bien à même de les lui fournir.  C’est pour cela qu’elle s’avança vers. La mort dans les yeux, prête lui à asséner ses intonations meurtrières, qui annonçaient la fin de tout. Son regard le plus noir, le plus lourdement chargé de hargne et d’animosité, celui qu’elle ne déchaînait que lorsqu’il commettait les pires impairs, dardait maintenant dans la direction du capitaine.

Un regard qui fut néanmoins distrait par l’énigmatique forme pourpre qui se précipita vers elle. Et qui lui tendit les mains en pouffant joyeusement d’un rire sincère.

-Et vous devez être mademoiselle Evangeline Haylor ! Ou plus exactement, la commissaire Haylor. Mes excuses, pardonnez moi. Je vous souhaite le bonjour, et la bienvenue aux frontières du réseau Marijoan ! C’est un véritable plaisir de vous rencontrer enfin, s’exclama cordialement l’officier de la marine qui venait de la saluer.
-Je ne… mmh… bonjour. Et… à quoi rime tout ça ?
-Tout ça ? Hahaha, oui, votre collègue avait lui aussi quelques craintes à l’idée que vous puissiez mal prendre les aménagements que nous venons d’apporter à votre navire.
-Et il n’avait pas tort, siffla la jeune femme, contrariée. Vous osez appeler ça des aménagements ?
-Mais parfaitement ! Et temporaires, bien évidemment. Commissaire, je vous assure que vous ne le regretterez pas. Car voyez vous, charmante demoiselle, ce qui se présente à vous, ce n’est ni plus ni moins qu’une formidable opportunité ! Votre jour de chance !
-… de chance. Mmmh. Evidemment. Et pourquoi donc ?
-Vous êtes le centième navire à venir traverser la flaque aujourd'hui!
-Ah. Hun hum. Et?
-Vous avez gagné le droit de participer à notre jeu concours hebdomadaire, le Grand Questionnaire de Maximillion Quizzinski! C'est-à-dire, moi-même.
-Ah. Bien… nous avançons. Je... je vois. Et?
-Venez tenter votre chance, et surtout, tenter de remporter l'un des nombreux cadeaux que nous mettons en jeu au profit de nos visiteurs!
-Merveilleux, continua Haylor d'un ton égal. Combien de temps allons nous perdre avec cette histoire?, adressa-t-elle à Dogaku.
-Deux heures, ptêtre trois, répondit le concerné.
-Évidemment... à quoi bon arriver à l'heure, après tout?
-Et ils nous offrent la traversée gratuite, reprit Sigurd, qui savait comment négocier avec sa collègue, depuis le temps. Pas de péage, pas de taxes, pas de rien ni de quoi que ce soit. Alors?
-Mmmh. Déjà plus intéressant.
-Et… mwarharharh… parmi les gros lots à gagner aujourd'hui, y'a quarante rouleaux de laine de Cachemire à grappiller, précisa-t-il. De la laine d’origine certifiée. Chuis sûr que vous auriez de quoi bien vous amuser avec tout ça. Si on gagne et qu’on participe, bien sûr.
-Quarante... oh…

Evangeline commença à réfléchir, et à se représenter mentalement la chose. Une quarantaine de rouleaux de laine de chèvre de cette qualité… gratuitement… et rien que pour elle… un rêve. Le regard vague, elle commença à se représenter mentalement tous les vêtements, toutes les robes, les chemises, les gilets, les écharpes qu’elle pourrait se confectionner.  Son visage s’illumina de plaisir, ce qui n’échappa pas à son principal collègue.

-Toujours pas intéressée, madame la couturière?, sourit à son tour Dogaku.
-Hi hi hi. Vous avez ma bénédiction pour vous essayer à toutes les idioties qu'ils vous proposeront, reprit-elle en essayant de ne pas avoir l’air trop satisfaite. Essayez juste de ne pas vous couvrir de ridicule… et de me ramener ces rouleaux.
-Ouais ! Sauf que… non, en fait. J’vous ai pas demandé de venir pour rien, hein.
-Hhhhh… c'est-à-dire ?, lâcha brutalement Haylor, craintive.
-Vos rouleaux, va falloir les gagner !
-Je… je ne… ah. Je comprends. Non. Non non non non non non. Pourquoi est-ce-que…   non… ou plutôt… je ne suis pas sûre d’avoir bien compris… répétez, pour voir ?
-C’est un quizz, rien de moins. Pis ça va être marrant. Pis si je suis obligé de participer parce que je suis le capitaine, j’ai droit d’être secondé par qui je veux. Pis vous êtes vachement cultivée, et… j’me suis dis que ça vous amuserait peut être ? J’aurais pas dû et j’vais me faire torpiller jusqu’à plus soif, c’est ça ? Aaaaaw, faudrait que je recommence à retourner mon cerveau sept fois dans ma tête avant de parler, moi.
-Non, l’interrompit-elle. Non, non, ça n’est pas gênant. Je veux dire… pourquoi pas, oui. Vous avez raison. Tout ça pourrait être… amusant.
-Je rêve ? Vous venez bien de dire le mot « amusant » ? Vous ?
-Je ne sais pas ce que vous vous imaginez, mais… je ne suis pas un monstre, Capitaine.
-Ouais, ouais, je sais, même si c’est votre job de me le faire oublier, mais…

-Mais il faut que l’on gagne ces rouleaux. Je les veux.
-Mwarharharh. Ca marche, on va faire ce qu’il faut pour.

Un tonnerre d’applaudissements retentit alors, comme pour apporter une conclusion à la petite discussion des deux officiers miliciens. Et ces éclats tonitruants ne venaient que d’une seule personne, Maximillion lui-même. Il leur adressa un sourire étincelant, littéralement, qui éblouit brièvement l’assemblée. Puis, il embrassa l’équipage en tendant les bras vers eux, avant de reprendre à leur attention :

-Merveilleux ! Puisque c’est ainsi, nous allons pouvoir commencer la deux-cent-vingt-septième édition du Grand Questionnaire de Maxmillion Quizzinski ! Nous nous retrouverons dans une vingtaine de minutes pour commencer le Quizz ! Faîtes passer le mot autour de vous !
  • https://www.onepiece-requiem.net/t9650-sig-peluche
  • https://www.onepiece-requiem.net/t9504-sig
-Capitaine. Pourquoi tombons-nous toujours sur des… choses… et des personnes… toujours aussi absurdes ?
-Me posez pas la question comme si je faisais exprès, s’il vous plait. J’en sais rien.
-Un jour, je vais finir par croire que tout ça est de votre faute.
-Oh que non.
-Vous êtes sûr ? Jamais rien de ce genre ne vous arrivait, avant ?
-Bien sûr que non. Z’avez qu’à demander, c’est facile. Ca ne m’était jamais arrivé quand j’étais avec Hammerfest. Quoi que… ça m’arrivait souvent quand j’étais avec Nera’, maintenant que j’y pense… ‘fin ç’avait rien à voir, c’est juste qu’elle est aussi frappée que moi.
-Je vous demande pardon ?
-Nan, rien. Oubliez ça.

Ils étaient maintenant sur l’estrade publique, installée pour l’occasion sur le pont supérieur de leur navire. Certaines éditions du Grand Questionnaire étaient parfois Den-diffusées, mais elles étaient encore rares ; ce ne serait pas le cas aujourd’hui. Ainsi, les spectateurs qui se pressaient sur l’estrade étaient essentiellement des membres de l’équipage du Tarmac, auxquels étaient mêlés plusieurs marins de passage qui avaient décidé de s’arrêter le temps du spectacle, ainsi que des membres du personnel du réseau Marijoan. Il s’agissait du personnel militaire de la Marine, mais aussi des non combattants rattachés au soutien et à l’exploitation de la flaque. Tout ce petit monde bavardait joyeusement, donnant ainsi vie à la musique entêtante qui servait de fond sonore au Grand Questionnaire. Les membres de l’équipage milicien, en particulier, avaient l’air de bien s’amuser.

Les gradins avaient été installés à la manière d’un amphithéâtre, en formation semi-circulaire. Face à eux, Haylor et Dogaku étaient assis non loin d’une table, derrière laquelle ne tarderait pas à s’installer Maximillion Quizzinski. Ca n’était plus qu’une question de minutes : le Grand Questionnaire ne tarderait pas à débuter.

-Nerveuse ?, ricana Dogaku à l’adresse de sa collègue.
-Pas le moins du monde.
-Vous êtes en train de vous mordre les doigts, non ?
-Que non, mentit-elle en retirant son index.
-…
-Ca n’a rien à voir.
-…
-Boah, allez, ça va être fastoche. Il nous a dit que c’était un QCM. Et sans points négatifs en cas de mauvaise réponse. Au pire, même si on connait pas la réponse, on procède par élimination et on se retrouve avec une chance sur deux d’avoir bon.
-Mmmh. Je sais.
-Et c’est pas beau, ça ?

Elle ne répondit pas. Elle n’en eut pas le temps. Un nouvel interlude musical se fit entendre, et le public applaudit vigoureusement l’arrivée du présentateur, soutenue par l’usage de quelques fumigènes bleutés. Plein de panache et d’énergie, Maximillion Quizzinski commença alors à présenter l’épreuve, les candidats, et les prix qui leur seraient peut-être accessibles aujourd’hui. Et parmi ces prix, il y en avait un qu’il tenait tout particulièrement à mettre en valeur. Pas plus gros qu’une balle, tenant dans les paumes de ses mains…

-Et n’oubliez pas !, s’exclama-t-il. Si votre score est suffisamment élevé, vous aurez peut-être le privilège de participer à notre épreuve bonus afin de remporter notre super cagnotte du jour… un… OHM DIAL ! Youhou ! Alors armez-vous de courage, et n’hésitez pas, tentez votre chance !
-Qu’est-ce qu’il raconte ?, hésita Dogaku à voix basse en essayant de voir l’objet exhibé.
-Je crois qu’il nous propose de gagner un… un joli coquillage, rebondit la demoiselle, sans comprendre non plus. Merveilleux, j’avais justement besoin d’un presse papier. Il a bien dit Home Dial ?
-Ca veut pas dire téléphone de maison, ça ?
-Ca pourrait vouloir dire appeler la maison… dans la bouche d’un enfant.
-Boah. Ca doit être un genre de truc précieux, s’il l’agite comme ça.
-Peu importe. Il me faut ces rouleaux, répéta Haylor.
-Ouais, ouais… on va y’arriver.


*
* *
*



♪ Dun-Duuuun-Duuuuuuuuuun ! ♫

- Question Une ! –



-Lequel, parmi ces quatre individus, a sillonné les mers de l’équateur, et traversé la route de tous les périls en l’espace d’une poignée de semaines seulement, voguant à la tête d’une flottille qui n’a eu de cesse de grossir au fil de son avancée en faisant fi de tous les dangers qui se sont mis en dehors de son chemin ?

A : Dark Vador
B : Kiyori Tashahari
C : Iarwain
D : Le capitaine Stendhal D. Bile

-…, hésita Sigurd.
-…
-…
-…
-Ah ouais. Ah ok, ça déconne pas, comme première question. Vous avez des idées ?
-Pas la moindre, rumina Haylor. La réponse A… il s’agit d’un personnage fictif, il me semble ?
-Le méchant dans la Guerre des Atolls, ouaip. Mais à côté de ça… vous connaissez un Iarwain ?
-Iarwain ?
-Bah ouais… ‘fin. Je sais pas. Ca me dit quelque chose, mais… boah, je me trompe sûrement.
-Mmmh. Je vois ce que vous voulez dire. Iarwain… Iarwain, Iarwain, Iarwain… où ais-je bien pu entendre ça ?
-Mmmh… boah, ça nous avancera pas de toute manière. Alors… des idées ? Je pencherais bien pour la dernière, le bonhomme a un D. dans son nom. C’est souvent à la mode, chez les pirates.
-Ah bon ?
-Ouaip. Je crois que y’en a eu un très méchant qui s’appelait Machin D. Kekchose, alors depuis, y’en a pas mal qui ont cherché à se renommer en Truc D. Bidule. Dans le genre. Mais ça m’aide en rien à savoir si c’est la réponse D ou autre chose.
-Mmmh.
-Il ne vous reste que dix secondes pour répondre !, intervint Maximillion.
-Ow, ow, ow… euh… plouf, plouf…
-Réponse D!, s’exclama Haylor.
-Hein, quoi? Mais pourquoi ?
-Parce que nous n’en avons aucune idée. Et que c’est la seule supposition que vous avez eu.
-Mmmmh… ptêtre.




♪ Dun-Duuuun-Duuuuuuuuuun ! ♫

- Question Deux ! –



-Combien de dents possédait le plus grand Roi des Mers jamais découvert à ce jour par un être humain, le 15 juin 1584, lors d’une expédition à vue prospectrice sur les routes isolées de la mer des Tourbières longeant la frange sud de Calm Belt ?

A : Cinq
B : Une infinité
C : Quizzinsky! 0f312140273468bfab2c30d674431784
D : Quizzinsky! 121757Ramanujan

-Capitaine. A votre tour.
-Euh... plouf plouf ? Bon. Z'avez une idée?
-Les mathématiques sont votre spécialité, non?
-Les chiffres, ce sont la votre, commissaire, hein. Il nous demande le nombre de dents que possède un monstre marin, pas autre chose.
-Je ne suis pas spécialiste des monstres marins, pour information.
-Ça, ca reste à prouver, hein, marmonna-t-il sans développer.
-…
- Aloreuh… pourquoi est-ce que mon petit doigt me dit que ça se joue sur les deux dernières ?
-Parce qu’une infinité est probablement impossible ?, suggéra sa collègue.
-Et que cinq a l’air trop petit. Donc ça pourrait aussi être ça. Si ça se trouve, le truc n’a pas de dents… ou alors, ses écailles sont en fait des dents elles mêmes composées de dents qui… nan, ça finirait par se la jouer asymptote, ça peut pas être une infinité.
-Mmmmh… donc ?
-Donc j’en sais rien et j’ai une chance sur trois de me planter.
-Et les deux autres ?
-J’ai la tête à être aussi doué que ça au calcul mental ? Elles sont hyper crades, ces équations.
-Plus que dix secondes !
-Eh ! Ca sort d’où, ces trucs ?, s’exclama Dogaku à l’adresse de Quizzinski.
-Je ne suis pas habilité à vous donner ces informations !
-M’enfin..!
-Capitaine, répondez quelque chose, s’énerva Haylor. Trouvez quelque chose.
-Bah ouais mais…
-Je vous fais confiance pour avoir plus de flair que moi. N’importe quoi. Réfléchissez. Maintenant.
-…
-…
-Réponse A !



♪ Dun-Duuuun-Duuuuuuuuuun ! ♫

- Question Trois ! –



-Parmi ces faits, quel est celui que le capitaine Dogaku ici présent ne veut surtout pas ébruiter sur son navire, de peur d’être maudit et honni par son équipage et tout particulièrement par la jeune femme qui se trouve juste à coté de lui en ce moment même ?

A : Il a caché un ours polaire dans sa cabine pendant quatre jours.
B : Son alliance secrète avec la hiérarchie d'un terrifiant équipage pirate.
C : C’est lui qui a donné l’ordre d’interrompre le ravitaillement en pots de Nutella du navire.
D : Il a des connexions avec des agents réguliers de la mafia.

-Je, euh... ooooh l'autre, eh… m’enfin, c’est quoi cette question !? Comment il sait tout ça ?!
-Tout ça… tout ça quoi !?! Vous voulez dire que…
-Oh. Harhar. Mwarharharharh arh… Haylor, bien sûr… euh. Tout ça rien, bien sûr. Voyons.
-..., éructa-t-elle en relisant les réponses, des étincelles meurtrières dans les yeux.
-Comment vous avez fait !?, s’exclama Sigurd à l’adresse du présentateur.
-J’ai mes secrets, moi aussi !, s’amusa celui-ci. Mais je vous conseille de rester attentif, car il vous reste un peu moins de vingt secondes !
-Vous avez vraiment caché un ours polaire à bord du navire sans que personne ne réussisse à s’en rendre compte ?, l’accusa la commissaire, incrédule et bouche grande ouverte.
-Ben…
-…
-Haylor, je peux TOUT expliquer. J'ai et j’avais de bonnes raisons pour tout. Pis ces réponses sont horriblement mal tournées, franchement. Ca donne l’impression que j’ai fais plein de trucs pas bien, limite criminel, alors qu’en fait…
-Vous travaillez avec la mafia ?
-Non, c’est faux ! Justement ! Horriblement mal tourné, je vous dis. Il se trouve que je connais quelqu’un qui s’avère avoir une filiation et quelques intérêts dans… et on ne se voit même pas régulièrement, d’abord, et…
-Il reste dix secondes !, prévint Quizzinsky.
-Haylor, bouchez-vous les oreilles, s'il vous plait.
-Pourquoi ça?
-Parce que je ne veux pas que vous entendiez la bonne réponse que je vais donner.
-Je m'en doute. Vous ne voulez pas que j’entende ce que vous voulez réellement cacher. Et c’est pour cette raison que je veux vous entendre.
-Et si je choisis de ne pas répondre ?
-Je ne… euh…, hésita Haylor
-Pensez à vos rouleaux.
-…
-…
-…
-Réponse C !, déclara tout de même Dogaku.
-…
-…
-Vous plaisantez ?, s’énerva la commissaire. Pourquoi celle-là ?
-Parce que tout le monde aime le Nutella. Vous étiez pas là, le p’tit dèj où ils ont appris que y’en aurait plus. Ils auraient su que c’était moi, ils m’auraient lapidé à coups de fourchettes.
-C’est une plaisanterie ?
-Oh que non. Vous n’aimez pas non plus le Nutella, c’est pour ça que vous ne comprenez pas.
-…



♪ Dun-Duuuun-Duuuuuuuuuun ! ♫

- Question Quatre ! –



-Au cours de l'année écoulée, combien de millions de milliards de berries ont été générés par la seule activité de piraterie sur le territoire de la route de tous les périls ?

A: 1
B: 10
C: 100
D: 1000 +

-Bon, ça va. Haylor, y’a écrit votre nom sur cette question, je crois.
-Comment ça ?, répliqua-t-elle, encore énervée.
-L’économie, c’est votre domaine, non ?
-Je suis commissaire. Gestionnaire. Administratrice. Pas docteur en économie.
-On dit doctoresse. Z’êtes une femme.
-On dit aussi docteur. Et ce n’est pas le moment de me reprendre sur des détails pareils, nous n’avons pas beaucoup de temps.

-Aaaw. Donc vous ne connaissez pas la réponse ? Chuis déçu, là.
-J’aurais tendance à dire qu’il s’agit de la D, mais…
-‘Tombe bien, moi aussi.
-Mmmh… eh bien dans ce cas…
-Réponse D !, déclarèrent-ils ensemble.



♪ Dun-Duuuun-Duuuuuuuuuun ! ♫

- Question Cinq ! –



-Combien de nuages sont visibles depuis le pont du Tarmac ce moment même?

A : trente
B : quarante
C : cinquante
D : soixante

-Je commencerais presque à trouver ces questions amusantes, rumina la commissaire en levant la tête. Tiens, celui-ci ressemble à votre visage, Capitaine.
-Ah? Où ça?
-Mmmh... continuez à compter, plutôt.
-Vous parlez du nuage juste au-dessus du groupe de héropons migrateurs?
-Vingt, vingt et un...
-Youhou, Haylor?
-Silence, cracha-t-elle en s'efforçant de ne pas perdre le compte de ses nuages.
-Perso j’en ai compté quarante, sinon.
-Trente-cinq…
-Des nuages, hein, pas des héropons.
-Trente six…
-Eux y’en avait quinze.
-Trente-quinze…
-…
-Euh… trente-quinze ?
-Je maintiens mon quarante tout rond.
-Espèce de…
-Réponse B !



♪ Dun-Duuuun-Duuuuuuuuuun ! ♫

- Question Six ! –




-Quel est le nom de l'entité supranaturelle qui nous observe en ce moment même?

A : Invité
B : Haki
C : Sarasvatii
D : Elohim

-Euuuuh... nan. Là je peux pas, lâcha Dogaku en explosant de rire.
-Je ne cautionne même pas la question, articula l’autre, blasée. Alors ne me parlez même pas des réponses.
-Elohim, c'est pas dans un jeu de rôle, ça?
-Je ne pense pas. Sarasvatii est une divinité hindoue... et je n'en sais pas plus. Haki a une consonance asiatique, j'en conclu qu'il s'agit d'un dieu dans une autre culture... peut-être un esprit. Et aucune idée pour les deux autres. Et je n’ai jamais entendu parler de quoi que ce soit qui ressemble à Invité …
-Tiens, chavais pas que z'étiez calée en légendes, et tout.
-Eh bien... surprise. Si.
-Oh.
-Mais cette question ne rime à rien. Autant répondre au hasard. Pour changer…
-Euh...
-B, essaya la jeune femme, sans y croire.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t9650-sig-peluche
  • https://www.onepiece-requiem.net/t9504-sig



Les deux minutes qui suivirent furent consacrées à un bref interlude publicitaire. On présenta quelques infrastructures du réseau parmi les plus récentes, toutes à destination des voyageurs souhaitant faire une pause au cours de leur long trajet. C’était aussi, pour Maximillion, l’occasion de chauffer l’assemblée en présentant quelques lots proposés aux candidats du jour, ainsi qu’en rappelant quels avaient été les meilleurs gains des semaines passées. Lorsqu’on commença à distribuer des bons de réduction pour les tavernes qui animaient les quelques points de chute que proposait le réseau à ses visiteurs, les marins reprirent de plus belle. Et à vrai dire, toute cette agitation était contagieuse.

-Ils ont même de la soie. Et de la porcelaine de… une caisse de champagnes ? Je veux que l’on gagne !, scanda à nouveau Haylor en s’enflammant, penchée en avant, les mains plaquées sur la table. Capitaine, nous pouvons encore y arriver. Alors arrêtez de faire l’idiot !
-Tout doux, vous énervez pas, s’amusa l’autre en la tirant par le bras. On a au moins la moitié des réponses pour le moment, j’vous signale. Ca se passe bien.
-Comment ça ? Nous sommes mauvais, et les questions ne nous aident pas. Et VOUS ne m’aidez pas, avec vos imbécilités ! Tout le monde doit bien rire de nous, et mes rouleaux… mmmh… je veux dire… je dois me calmer, oui.
-Nan. Y’en a deux où on sait qu’on a juste. Les nuages et le nutella. Pour les autres, on a éliminé les choix et on s’est retrouvés avec une chance sur deux ou sur trois d’avoir bon. Ce qui me fait dire que statistiquement, même en répondant au hasard, on a au moins trois réponses sur six. Et encore, chuis prudent. Mais les questions sont complètement craquées, ouais.
-C’est du hasard, siffla la jeune femme. C’est une question de chance. Nous pouvons très bien n’avoir qu’une seule réponse parce que vous vous seriez trompé une fois, en plus de ne jamais avoir de chance.
-Naaan, c’est d’la proba. Et j’ai probablement assez de chance pour deux, z’inquiétez pas.
-Mmmh…



♪ Dun-Duuuun-Duuuuuuuuuun ! ♫

- Question Sept ! –



-Quel est le deuxième prénom du capitaine de ce navire ?

A : Hisoka
B : Geronimo
C : Bernard
D : Löve

-Tiens, l’est facile, celle-là. Tellement que je vais pas y répondre, tiens. Allez, Haylor, devinez.
-Qu’est ce qui vous fait dire que je peux y répondre ?
-Oh ? Boah. Je serais déçu que vous le connaissiez pas. Ca va faire un an que vous bariolez amoureusement mon dossier d’annotations assassines, simplement pour ruiner ma carrière et abuser librement de votre pouvoir sur les gens que vous aimez tourm’hanter. Devez bien avoir lu le truc un sacré paquet de fois, depuis le temps, non ?
-…
-Oui, je plaisante, non, je ne pense rien de ce que je dis. Humour, quoi. Allez.
-Vous n’êtes pas drôle.
-Moi j’aime bien, si si.

-…
-Mais honnêtement, reprit-il, je serais un petit peu déçu que vous ne le connaissiez pas.
-Tiens donc. Vraiment ?
-Ouais. Ca serait juste… une petite pointe de… pincement. Déception. Un truc comme ça.
-Réponse D, indiqua Haylor en s’efforçant de ne pas trop sourire.
-Aaaah, bien ! J’en attendais pas moins de vous, se réjouit Dogaku.



♪ Dun-Duuuun-Duuuuuuuuuun ! ♫

- Question Huit ! –



-Sur laquelle de ces îles se trouve actuellement exposé le canard en plastique n°1 de la célèbre Nami de l’équipage légendaire des chapeaux de paille ?

A : Hawai
B : Cocoyashi
C : Water Seven
D : Azkaban

-Les chapeaux de quoi?, demanda la jeune femme.
-Qui ça ?
-Un canard ?
-Canard un ?
-…
-…
-…
-Je crois qu’on est retournés sur les questions débiles, là, ricana Dogaku.
-Visiblement. Des suggestions ?
-Cocoyashi est une île d’East Blue, y’a une grosse boîte agricole dessus, et… c’est tout pour mes compétences géographiques. Jamais entendu parler du reste.
-Ce qui signifie donc…
-Plouf plouf avec trois chances sur quatre de se planter, yep.
-Merveilleux. Eh bien… faîtes donc.
-Plouf, plouf, toi-je-t’aime-pas-mais-toi-non-plus-parce-que-tu-donneras-pas-la-bonne-réponse-au-bout-de-trois-bla-bla-bla ! Réponse A !
-Chhhhhhh. Vous n’êtes pas obligé de dire ça à voix haute. Il y a, vous savez, des gens qui nous regardent.
-Beeeuuuuh, ils nous entendent pas.
-Vous plaisantez ? Ces escargots retranscrivent tout sur les hauts parleurs et…
-Bah, j’ai rien à me reprocher.




♪ Dun-Duuuun-Duuuuuuuuuun ! ♫

- Question Neuf ! –



-Quel est, parmi les quatre personnages suivants, celui qui n’est pas encore apparu au cours de vos parcours respectifs ?

A : Sigurd Dogaku
B : Vannimeus
C : Elie Jorgensen
D : Lysenberg Scott Junior

-Quelque chose me dit que l’on peut éliminer la A, proposa Haylor.
-Je pense aussi. La D, ça me dit rien non plus.
-C’est le nom de mon chien.
-Ah ? Vous avez un chien ?
-Eh bien, oui. Je ne les mange pas.
-Et Vannimeus…
-C’est le nom de mon ancien capitaine, précisa Dogaku. Marine marchande, tout ça.
-Vous connaissez un Vannimeus ?
-Baaaah… ouais. Pourquoi ?
-Parce que… ça n’est pas un nom courant, mentit Haylor, l’air pensive.
-Boah, si c’est que ça… m’bref.
-Réponse C !



♪ Dun-Duuuun-Duuuuuuuuuun ! ♫

- Question Dix ! –



-Quel était, approximativement, le nombre de dorikis dont disposait encore le fort honorable ex-amiral en chef Pludbus Cedelborde lors de son altercation avec le terrible malfaiteur Mantle Shoma ?

A : 9
B : 8
C : 7
D : 6

-PUTAIN MAIS C’EST QUOI CES QUESTIONS ?
-Je vous prierais de ne pas crier ce genre de choses à voix haute, signala jovialement Maximillion.
-Il a pourtant raison. Cette question ne rime à rien! Et ça n’est pas la première, d’ailleurs.
-Et c’est bien là l’intérêt même du Grand Questionnaire, mademoiselle la commissaire ! L’épreuve serait-elle aussi intéressante s’il était possible de trouver facilement les réponses ?
-Ca n’est pas une question de facilité, objecta Haylor.
-C’est même une question difficile !, s’amusa le présentateur.
-… il se fiche de nous ?
-Mwarharharh… moi j’aime bien sa blague.
-DE QUEL CÔTE ETES VOUS ?
-Aaaaaw, faut pas le prendre comme ça, voyons.

-C’est une question de sens, reprit la commissaire à l’adresse de Quizzinsky. Et cette question n’en a absolument aucune !
-Peut être… peut être pas. A vrai dire, je n’en sais rien.
-Je ne… vous ne… vous n’en savez rien ?
-Absolument.
-Vous n’avez pas vous-même la moindre idée de si vos questions ont un sens ou non !?
-Tout doux, Haylor, tout doux…
-Pas la moindre ! Les questions me viennent toujours un peu à l’avance, pendant la demi heure de préparation précédant l’édition du jour. Elles sont majoritairement adaptées aux participants du jour, à ma connaissance, même si moi-même n’en connais pas toujours la portée. Maaaaiiiis ! Je connais la bonne réponse à chacune d’entre elle !
-Il se fiche sérieusement de nous, non ?
-Bah vu les questions qu’il a posé… mon prénom… les maths… ce que j’ai déjà pu faire à bord du navire… et votre chien… je dirais que non ?
-… je ne parviens pas à comprendre. Rien.

-Il s’agit d’un petit talent que je me suis découvert, expliqua brièvement Quizzinsky. Et je continue à m’exercer au cours de ces petites épreuves… entre autres !
-Un talent ?
-Un secret ! Mais je serais vous, je ne perdrais pas plus de temps, car il ne vous reste que cinq secondes !
-A !, répondit Sigurd, au hasard.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t9650-sig-peluche
  • https://www.onepiece-requiem.net/t9504-sig

♪ Dun-Duuuun-Duuuuuuuuuun ! ♫

- Question Onze ! –


-Quel est le code qui se trouve actuellement caché en deux parties dans la charte et le règlement?

A : Who’s Your Daddy ?
B : J’aime pas les Marins… oh non !
C : Haut haut bas bas gauche droite gauche droite B A
D : Ho ! Ho ! Ho !

-La charte et le règlement ?
-Mon petit doigt me dit que c’était pas le règlement intérieur de la milice.
-Parce que vous l’avez lu en entier, sûrement ?
-Euh… je ne… beeen… tout le monde nous entend, vous dîtes ?
-Moi, je vous entends.
-Aw.
Alors, retournons en à nos moutons… et procédons par élimination.
-Vous comprenez cette question ?
-Yep. Du moins, ça me parle.
-… ?
-Euh, nan, pas la question, mais les réponses, j’veux dire. La A, par exemple. Who’s Your Daddy. C’est le nom d’un mode spécial dans plusieurs jeux de plateau, quand on veut montrer aux autres qui c’est le patron.
-Et donc ?
-Et donc, tous les persos deviennent quasi invincibles, font des dégâts de porcs, genre mille fois plus qu’en temps normal, et le but devient surtout de pulvériser plus de trucs que le mec d’en fa…
-Et donc, qu’est ce que cela a à voir avec les autres réponses ?!
-Ahm. La C est un autre code incroyablement connu… et la D…
-Correspond au rire du Père Noël.
-Yep.
-Et donc, par élimination, vous pensez  que c’est la B. C’est bien ça ?
-J’en sais strictement rien, nan.
-Eh bien dans ce cas… réponse B. J’imagine…



♪ Dun-Duuuun-Duuuuuuuuuun ! ♫

- Question Douze ! –



-A qui appartient ce rire: Nwehehehehehehehe !

A : la capitaine Roderik
B : Luan Sekihara
C : Maximillion Quizzinski
D : le corsaire Pride

-Mmmh...
-C'est la A, affirma Sigurd.
-La pirate ? Vous en êtes sûr ?
-Ouais. Y'a un Nwe et sept He. C'est Roderik, pas de confusion possible.
-Comment faîtes vous pour vous souvenir de ce genre de choses ?  
-Euh… à force de l’entendre ?
-Nous ne l’avons vue que deux fois, il me semble.
-Ah. Euh… bah… j’l’ai vu deux fois de plus quand j’étais avec Hammerfest, et…
-… ?
-J’imagine que c’était suffisant ?
-Si vous le dîtes… si vous le dîtes…



♪ Dun-Duuuun-Duuuuuuuuuun ! ♫

- Question Treize ! –


-Mademoiselle Haylor, Monsieur Dogaku, nous voici à la dernière question ! Et pour celle-ci, nous mettrons en jeu une cagnotte spéciale ! Combien de bonnes réponses avez-vous respectivement donné au cours de la deux cent vingt septième édition de mon Grand Questionnaire ? Pour cette question, vous aurez une minute !

A : Haylor 4, Dogaku 4
B : Haylor 5, Dogaku 6
C : Haylor 7, Dogaku 1
D : Haylor 2, Dogaku 3

-Ah. Vous avez répondu combien de fois, vous ?
-Vous d’abord.
-Eeeerh…
-Je ne sais pas non plus !, s’énerva Haylor.
-Allez, allez, on se calme. On réfléchit. Méthodiquement. La première question, c’était… c’était quoi, déjà ?
-Ca ne marchera pas. Il faut savoir qui a donné combien de bonnes réponses.
-Et dans ce cas, il faut savoir combien on a eu de bonnes réponses jusque-là. A partir de là, le truc marrant ce sera de se souvenir qui a dit quoi quand. La première question, c’est vous qui avez répondu… et la seconde et celle d’après, c’était moi… et ensuite… euh…
-Dans votre tête, Capitaine, s’il vous plait.
-Ou alors, on fait ça autrement, et on additionne. Quatre et quatre, c’est comme sept plus un, ça fait huit bonnes réponses…. et ça m’a l’air beaucoup. Pis la B, un total de onze bonnes réponses, j’y crois même pas. Du coup je pencherais plus pour la réponse D, vu comment on morfle depuis le début.
-Seulement cinq bonnes réponses ?
-Baaah… ptêtre pas, en fait, mais…
-Et puisqu’il s’agit de la dernière question, intervint Quizzinski, vous avec maintenant droit à un indice supplémentaire : jusque là, vous avez donné huit bonnes réponses !
-Huit… donc logiquement…
-Dans ce cas… ça doit être la A ou la C, non ?
-Capitaine. Non. Il y a un problème. En fait, il y a deux problèmes.
-Eh ?
-Je ne pense pas avoir répondu sept fois. Je ne peux donc pas avoir pu donner sept bonnes réponses.
-Ca tombe bien, ça m’aurait fait mal d’avoir eu juste qu’une fois. Donc c’est la A ?
-Attendez, non. Parce que ce n’est pas tout. Il y a une question… à laquelle nous avons répondu en même temps. Tous les deux.
-Je… je… euuuuh… ah… harharh… vrai, oui ! Donc du coup, c’est pas huit, c’est neuf qu’il faut viser. Alors dans ce cas, c’est juste un piège, et en fait…
-Sauf qu’il n’y a aucune réponse qui corresponde à neuf.
-Je ne… beuh… merde. Ouais.
-Ce qui fait que nous sommes coincés. Pour changer.
-Hum.
-Au hasard ?
-Nan. On ne peut pas répondre au hasard à une question comme ça.
-Bien sûr que si.
-Ca n’est pas du hasard. C’est de la réflexion. Le hasard pur et égalitaire, c’est bon. Mais les pièges, ça fausse le hasard. Y’a un biais dans la réflexion, et c’est pas bon.
-Donc ?
-Baaah… je peux plouf plouf ?
-…
-…
-…
-…
-…
-Huit plus trois, comprit Dogaku. Onze. La bonne réponse, c’est ça. C’est la deuxième.
-Qu’est-ce qui vous fait dire ça ?
-La façon dont il tourne sa question. Il nous demande combien de réponses bonnes on a donné dans tout le questionnaire.
-Et.. ?
-Tout le questionnaire. TOUT. Maintenant aussi.
-Celle-là aussi ? Cette question là ?
-Je pense bien. Si c’est bien le cas, ça collerait avec votre idée.
-Peut-être. Mais… non, non. Ca ne colle pas. Nous pourrions monter à dix, pas à onze.
-Sauf si on donne tous les deux la bonne réponse. Dans ce cas, ça compterait double. Comme vous l’avez dit juste avant. Nan ?
-…
-…
-…
-…
-Réponse B !, s’exclamèrent-ils en simultané.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t9650-sig-peluche
  • https://www.onepiece-requiem.net/t9504-sig
Un nouveau jingle musical se fit enfin entendre. Plus festif,  plus jovial que les précédents, cette fois ci. Des loupiottes colorées s’allumèrent un peu partout, et les habitués présents dans le public entraînèrent immédiatement les autres dans un concert d’applaudissements de rigueur en pareille situation.

-Je n’ai pas l’impression d’avoir réussi quoi que ce soit…
-Deux tiers de bonnes réponses. Perso j’trouve qu’on a assuré comme des dieux.
-Mmmh…

Les lots mis en jeu au cours du Grand Questionnaire étaient de natures diverses et variées, et pour cause : leur origine était aussi inconstante que possible. Quizzinski avait réussi à négocier avec les officiers militaires en charge de la surveillance de la Flaque, et à faire en sorte que les récompenses qu’il proposait proviennent  majoritairement des prises de l’équipe locale de douanes. Chaque semaine, quelques uns de ses sbires allaient tout simplement faire leurs courses dans la véritable caverne aux trésors qui servait d’entrepôt aux services  de lutte contre la contrebande,  et récupéraient, avec l’accord des magasiniers, de quoi composer une confortable cagnotte pour les participants du jour. Et ces derniers, en fonction du nombre de leurs bonnes réponses, avaient droit de piocher parmi les lots qui leurs étaient proposés.

Ce qui, pour nos comparses, se traduisait par…

-CHAMPAGNE ! CHAMPAAAAGNE !, choisit Dogaku.
-Hihihi… je pense aussi, oui.
-Waaah, la caisse ! Ca va faire combien de bouteilles chacun ?
-Beaucoup. Peut-être une quinzaine, ou…
-Obligé, on en ouvre une des vôtres une fois fini.
-Pourquoi des miennes ?
-Parce que c’est moi qui vous ai lancé sur le jeu, et que vous avez vachement envie de m’en remercier. J’me trompe ?
-C’est… une très bonne idée, oui.

-Bon, alors ensuite… les rouleaux de tissu, et… il nous reste combien de choix ?
-Juste un. Et il est à vous. Alors ?

Dogaku resta silencieux. Parmi les lots qui restaient, il n’y avait pratiquement rien qui l’intéressait. La porcelaine et quelques autres ? Des cadeaux dont il se débarrasserait, sans aucun doute. Les deux seuls lots susceptibles de l’intéresser étaient le coquillage, pour sa valeur vénale qui leur avait été assurée à près d’une dizaine de millions, ou…

Le cadeau mystère, évidemment. C’était un très grand rideau noir, qui recouvrait un cube mesurant deux mètres de haut, et à l’intérieur duquel se trouvait… le mystère.

-Et qu’est ce que vous pensez faire ?, lui demanda Haylor.
-Je crois que je vais prendre le cadeau mystère.
-Vous êtes sûr ?
-Ouais. J’me sens chanceux, aujourd’hui.
-Non. Je veux dire, le coquillage a une valeur de huit millions de berries. Peut-être devriez-vous le prendre, et le revendre ?
-Ehm… ouais, j’imagine. Mais… l’attrait du mystère ? Chais pas. Je sens que je pourrais bien me faire entuber, remarque. Huit millions, ou… je sais pas quoi. Et je penche quand même pour le chépakoi. Mwarharharh. Surtout à côté d’un coquillage à la con, quoi. Y’a vraiment des collectionneurs qui paieraient autant pour ça ? M’bref. Vous feriez quoi, vous ?
-Hum. Personnellement, je vous conseille le coquillage, répéta Haylor. Mais à votre place… je suis sûre que j’essaierais le mystère, oui.
-Aaaah. Vous ne jouez pas la sécurité, vous ?
-Hihihi. Non. Je suis beaucoup moins raisonnable que ce que vous avez l’air de penser.
-Au point de cacher des ours polaires dans votre cabine ?
-Ca, ne m’en parlez pas. Je ne veux même pas savoir à quoi cette histoire peut bien correspondre.
-Alors en fait…
-NON !

-Alors !, reprit le présentateur. Monsieur Dogaku. C’est l’heure du choix ! Qu’allez-vous décider ?
-Mwarharharh… baaaah… euh…
  • https://www.onepiece-requiem.net/t9650-sig-peluche
  • https://www.onepiece-requiem.net/t9504-sig