-57%
Le deal à ne pas rater :
Chromebook Lenovo IdeaPad Slim 3 14” FHD 4 Go / 128 Go (ODR de ...
99.99 € 229.99 €
Voir le deal

La malédiction du Rapace.




Trois mois que vos hommes le pourchassent, sans succès, Sous-amiral Jared. Trois mois…
Hm… Hm… Je dois bien vous avouer que c'est un miracle qu'il vous glisse entre les doigts à chaque fois, ce bandit. Si ce n'était de cette vilaine toux, je me mettrais moi-même à le traquer. Kof kof !



***


Sors les rames, nous approchons du littoral, je vais régler la voilure.
Reçu.


***


Sa prime est montée à dix-sept millions ? Bon, pardonnez-moi, Sous-amiral, mais je crois que ce Seth Braveplume s'est avéré être un défi trop important pour la Régulière.

Je préfère que l'Élite prenne la chose en main. L'État Major sera sûrement du même avis.



***


Pousse la barque sur la berge.
Non, toi fais-le, je débarque les sacs de provisions.
Oh. Par pitié, évitons de tels enfantillages.


***


C'est un drôle de criminel effectivement. Des plumes d'oiseau recouvrent les lieux de chacun de ses pillages, et lui semble être un pirate solitaire. Et nocturne, qui plus est ! Après tant de raids sur les villages côtiers de North Blue, et maintenant avec le vol du joyau de la femme d'un riche Dragon Céleste de Manshon, je crois définitivement qu'il est mieux que mes hommes traquent le criminel Braveplume.

Hm… Hm… Oui ! À vrai dire, je tiens de quelque informateur, Sous-amiral, que ce satané pirate ferait probablement escale dans les jours à venir sur l'Îlot Flottant. Hum hum ..! Et si vous voulez mon humble avis, Jared, mieux vaut laisser l'Élite mettre un terme à tout ça avant que les foudres des Dragons Célestes attirent les truffes indésirables du Cipher Pol…



***


Je t'avertis, je ne mouillerai pas mes bottes parce que tu te refuses à faire preuve de maturité.
Tu dis quelque chose ? Non parce que je suis occupé à décharger le reste des vivres…
Et les fusils ?
T'en as fait mettre beaucoup trop à bord…
C'est simplement toi qui ne peut te résoudre à faire bon usage d'une seule de ces armes correctement.
Plouf !
Ah, oups, celle là est tombée à l'eau… il en reste plus que dix-neuf pour nous deux !
Tss…


***


Pourquoi l'Îlot Flottant ? Hum hum..! Eh bien probablement pour y cacher son butin, figurez-vous ! Seth Braveplume est sans doute comme n'importe quel pirate.

Hm…

Oh non. Je ne vais pas mobiliser d'unités pour ce simple pirate. J'ai déjà deux éléments sur qui compter. Vous les connaissez peut-être, ils sont assez connus au sein des garnisons de North Blue.



***


Jäak. Arrime notre barque à cette mangrove, c'est un ordre.
Morneplume, arrête de me casser les oreilles et fais-le toi-même !
Tss…
Héh.


***


Oui, ils étaient au centre du scandale de la Chouette, en 1617.

S'ils travaillent bien ? Ce sont les meilleurs…

Enfin… séparément, ce sont les meilleurs…



***


Bon, ça y est Jäak, j'ai mouillé mes bottes.
Tiens, ton sac. Trouvons ce Seth au plus vite.

Devant eux, la jungle. Dense, bruyante et inhospitalière.

Derrière eux, l'océan, une barque attachée à une mangrove et aucun retour possible avant d'avoir capturé celui qu'on nomme Maître hibou. Cigare, cigarette. Grand-duc, haut-de-forme. Veste délavée, costume repassé. Iris azurs, regard dur.

Jäak et Edwin, sur les traces d'un nouveau rapace.



Dernière édition par Edwin Morneplume le Ven 13 Fév 2015 - 5:17, édité 2 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t11991-le-fer-de-lance
  • https://www.onepiece-requiem.net/t11960-edwin-morneplume
Remarque que je tombe toujours sur des merdes à chaque fois qu'on se croise...

Mes bottes étaient sales, et je détestais ça. Pourtant, devant nous, le paysage se laissait aller aux vives couleurs vertes de la jungle. Avoir son QG principal sur North Blue, en plus de nous faire nous les cailler plus de la moitié de l'année, nous mettait parfois dans des situations du genre. L'Îlot flottant, on entend tellement peu parler qu'on en oublie son existence. Les supérieurs, les collègues, les petits marines n'y avaient jamais foutu les pieds. Et il fallait que ça tombe sur nous deux, seuls dans une barque à ramer à tour de rôle comme des imbéciles.

Tu sais ce qu'on dit sur l'îlot flottant ?
Evidemment.
Et ça te fait pas peur ?
S'ils m'approchent, je n'aurais qu'à leur tirer une balle dans le crâne.

Le type qu'on traquait était un criminel bien mystérieux, ils réalisaient des vols presque propres. Mais c'est ceux dans l'égo est plus grand que le haut de forme de Morneplume qui font l'erreur de laisser leur signature, et lui, c'était des plumes d'oiseaux. Noirs. Des hiboux. Autant dire que Kaalam détestait ça. Mais je le sentais plutôt décontracté, il aimait bien Edwin. Faut dire que niveau caractère...

Jäak ?

Morneplume était déjà à quelques bons mètres devant. C'était amusant de le voir dans ce décor qui ne lui sied pas du tout. Je remarquais aussi la ride sur son front, il voulait en finir vite.

Voilà, voilà.
Bien. Je récapitule.. L'individu recherché se nomme Seth Braveplume. Il est coupable de pillage de masse, le seul problème c'est que l'on a jamais pu déterminer s'il avait des complices. Pour l'instant, on estime que son butin s'élève à plus de cinquante millions de berries.
Et qu'il est venu le cacher ici. Il a raison, qui foutrait un pied dans cette cage à merde...
Je n'ai pas envie de m'éterniser ici, alors fais en sorte de ne pas me ralentir.

Et il tournait les talons.

On marchait un peu plus de deux heures. Il y avait des bruits étranges, ça me rappelait la forêt d'Endaur où j'avais trouvé Kaalam. Lui volait, d'ailleurs, surveillant nos arrières. Il ne devait pas sentir le danger, puisqu'il ne disait rien. Et pourtant.

Hé, Morneplume, t'as remarqué ?
Oui.
Alors qu'est-ce qu'on fait pour ça ?
Je te l'ai déjà dit plus tôt.

Les problèmes arrivaient en même temps que la pluie. Et quand je sentais les premières gouttes tomber sur mon nez et dégouliner jusque ma barbe, ils étaient déjà là, bondissant sur nous.

BRWAH

  • https://www.onepiece-requiem.net/t11910-
  • https://www.onepiece-requiem.net/t11786-

Bang ! Bang ! Bang !

Ils sont trois hommes basanés, vêtus de simples pagnes de feuilles, couverts de peintures de guerre, à être fauchés par les tirs de Morneplume. Ils s'écroulent à ses pieds, dans de pathétiques gargouillis, leurs cris de fauves étouffés dans le flot de sang noyant leurs gorges. Ils ne sont que des autochtones, des indigènes bien trop agressifs face aux visiteurs. Edwin lui-même ne saurait vraiment les classer comme nuisibles ou véritables ennemis. Eux, en contrepartie, ont déjà fait leur choix, et le Sergent Morneplume se doute bien qu'il ne peut que les éliminer, comme il l'a juré à Jäak. Son poing s'écrase sur le menton d'un des pygmées, alors que celui-ci s'apprêtait à lui asséner un coup de casse-tête.

Hm.

Attaque désorganisée, prévisible, rien d'ingérable pour Jäak tout comme pour Edwin. Le problème ? Le nombre des membres du raid qui semble augmenter à chaque seconde, de nouveaux hommes de la jungle surgissant des fougères par dizaines. Edwin tourbillonne, fauche et fracasse chaque hommes s'approchant de lui, utilisant même certains indigènes comme arme. Il les agrippe par leurs longues nattes de jais avant de les balancer de toutes ses forces sur de nouveaux ennemis.

Jäak.
…Ouais, j'nous sors de là !

Smoke Escape !


Un cigare bien enfoncé dans le canon d'un pistolet libère une épaisse fumée, recouvrant la clairière dans laquelle l'inégal combat a lieu. Edwin se débarrasse d'un nouvel adversaire, puis broie le cou d'un dernier afin de s'improviser une sortie au milieu du chaos qui gagne les troupes de pygmées paniqués. Un éclat fugace au poignet de sa dernière victime attire néanmoins le regard de Morneplume dans sa fuite. Un bracelet d'or, de plusieurs carats sein l'avant-bras de l'indigène. Trop grand et mal ajusté pour qu'il lui ait été expressément dédié, de trop bonne facture pour qu'il soit fabriqué sur l'Îlot Flottant. Ils ont été corrompu par quelqu'un d'assez riche pour les pousser à s'attaquer aux visiteurs. Quelqu'un d'assez riche comme un criminel transportant sur lui plus de cinquante millions de berrys en divers richesses. Décidément, l'homme que traquent Edwin est Jäak n'est pas né de la dernière pluie, et se trouve à être un admirable penseur.

Morneplume quitte la zone enfumée, cherchant refuge parmi les broussailles, salissant son costume dans la boue et les fougères mouillées. Il est trop tard déjà lorsqu'il réalise qu'il a perdu son sac dans la mêlée, laissant derrière lui ses précieuses provisions et son équipement de survie. Des petites choses comme ça qui finissent par agir comme de véritables bâtons dans les roues de la Justice…

Hm…
Morneplume.
Ah, te voilà Jäak, je crois bien que nous les avons semé…
…Et que t'as perdu ton sac toi aussi.
Tout va pour le mieux définitivement…
 
  • https://www.onepiece-requiem.net/t11991-le-fer-de-lance
  • https://www.onepiece-requiem.net/t11960-edwin-morneplume
Nous étions perdus dans l’Espace vert infini, lui ne nous comprenait pas. Lui ne nous acceptait pas, nous étions des hommes rongés de modernité, de ces choses que la nature rejetait. Le chaos de la guerre, la tache de sang qu’était notre cœur, ces souvenirs empourprés par une vie de misère et de mort. Des indigènes tueurs-cannibales ? Il y avait pure. On avait vu pire. Nous.

L’humanité se propageait tel un virus avec les maladies qu’il apporte. Le surnombre, la haine, les génocides. J’étais en ce moment en face de l’homme qui cumulait la plupart de ces tares et je le regardais comme un frère, car son regard était semblable au mien.

Sa vie à la mienne, son monde au mien.

Là, tout n’est que désordre et mocheté,
Pauvreté, bruits et austérité.

Quelques péquenauds des plages… pas vraiment un problème. S’il pense qu’il nous aura avec ça…
J’ai tout de même un mauvais pressentiment.
Toi aussi ? Il faudrait qu’on trouve un refuge et de quoi manger avant qu

La pluie balayait l’espoir et les gouttes collaient à la peau pour s’introduire dans nos pores et en ronger la vitalité. Merde. Une larme de ciel pour commencer, et puis toute la famille ensuite : l’orage éclatait comme mon dégoût pour cette île. Au même moment.

Et tandis qu’on s’efforçait à se déplacer, Kaalam, haut comme il est, nous dirigeait. C’était les yeux de la nuit, et il voyait tout. Sans doute même qu’il était capable de voir l’âme des choses.

Attention !

Il en revenait, des sauvages, de partout. Avec les mêmes parures absurdes sur leur cou. Agacé, j’oubliais mes cigares. Seth se jouait de nous. Un couteau dans les bottes, une énorme paluche qui attrapait des visages anonymes, et la lame qui tranchait des jugulaires. Si peu de temps pour déjà du sang sur les vêtements. De la redingue aux semelles. Edwin me regardait, levant un sourcil, s’étonnant que moi aussi je pouvais employer des méthodes si rustres. Disons que l’Elite forge un homme…

Le Duc ne lorgnait pas non plus, de ses serres, il crevait les yeux et déchiquetait puissamment, tel que l’aurait fait un humain. S’il l’avait été… Kaalam serait la copie parfaite de Morneplume. Sévère et cruel. Qui ne connait pas la pitié. Fier, mieux, borné.

Avec une voix, un cri dans son cas, qui sonne comme le maillet du Juge, une voix qui appelle à sa Justice, cinglante. Peu importe si elle est la meilleure à appliquer ou pas.

La pluie agissait comme une alliée des troupes ennemies, du moins du groupe, il diminuait à mesure que Morneplume faisait un pas.

Pom. Bang. Pom. Bang. Pom. Bang. Il allait en cadence, au rythme de l’action de son index sur sa gâchette. Pom. Bang. Pom. Bang.

Au moins, le longé était un homme de parole. Et il visait le crâne à chaque fois. Sans jamais rater sa cible.

Et quand nous avions fini, le Grand Duc appelait, son cri était féroce et résonnait sur toute l’île. Niveau discrétion… Il venait se poser sur une branche, plus haut, et nous montrait le chemin. Il avait une expression que je ne lui reconnaissais pas : l’inquiétude. Et il me priait, de ses grands yeux, de le suivre rapidement.

Charge ton mousquet, Morneplume.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t11910-
  • https://www.onepiece-requiem.net/t11786-