AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  

Le Deal du moment : -27%
Bosch – Jeu d’embouts de vissage et ...
Voir le deal
15.19 €

Répit mouvementé

Yamiko
Yamiko
Prince de Lu | CDP de la B.N.A

♦ Localisation : Hungeria
♦ Équipage : Eagle Claws

Feuille de personnage
Dorikis: 4864
Popularité: +320
Intégrité: 240

Jeu 10 Sep 2015 - 21:39

PREMIÈRE DANSE
Ça Commence Très Mal !

Les mains chargées des achats variés pour son sensei, qu’elle maudissait de l’avoir fait venir à Inu Town juste pour pouvoir l’exploiter, la jeune borgne emprunta le long couloir qui menait vers la chambre qu'ils occupaient. Elle qui pensait que l’invitation était pour son entrainement, c’était faite avoir comme une bleusaille et se retrouvait à présent à endosser de force le rôle de la bonniche de l’Ange de la mort. Elle pourrait toujours refuser de servir le rasoir mais cela signifierait mettre un terme à ses entraînements avec lui. Une idée qu’elle n’arrivait pas à concevoir ; elle qui désirait à tout prix devenir plus forte, tant qu’elle avait choisi comme maître un monstre tel que Frau. Un choix que ses amis n’avaient pas du tout approuvé mais qu’elle ne regrettait point malgré le comportement, qu’elle trouvait elle-même condamnable, de son maître. Pour elle, il était le meilleur alors peu importait les épreuves qu’il la ferait subir, elle tiendrait le coup jusqu’au bout.

Une créature rose frôlant les trois mètres de haut et pesant dans les trois cent kilos environ, emboîtait les pas de la jeune femme. C’était un homme-poisson qu’elle avait libéré de ses entraves d’esclave, il y avait tout juste quelques jours et qu’elle avait décidé de prendre sous son aile après que celui-ci s’était révélé être une créature au quotient intellectuel d’un enfant et incapable de se débrouiller seul. Celui-ci n’ayant eu qu’un surnom très dévalorisant en tant qu’esclave, après sa libération, la jeune borgne avait décidé de le nommer Choupi. Un nom que l’homme-poisson avait adopté avec joie.


La jeune femme fit coulisser la porte pour faire face à une pièce vide. Frau avait osé l’envoyer faire ses courses de si beau matin et n’avait même pas daigné attendre son retour. Tout en sachant que le rasoir n’avait cure de sa personne, elle éprouvait toujours un pincement au cœur face à la réalité avec laquelle son être si sensible avait du mal à s’y faire.

Ravalant son amertume, la jeune borgne entreprit de ranger son futon, chose qu’elle n’avait pas eu le temps de faire avant de partir ce matin. La voyant faire, Choupi essaya de l’imiter, en pliant maladroitement le sien. Face à la maladresse de l’homme-poisson, un sourire se dessina sur le visage de la jeune femme puis elle décida d’aider le maladroit, en délaissant sa propre besogne.

- Pas comme ça Choupi ! La jeune borgne tira le futon vers elle. Regarde, il faut l’enrouler comme ça puis comme ça et ainsi de suite ! ... Vas-y essaie !

Choupi ramena le futon vers lui et répéta les gestes que lui avait montrés la chasseuse de primes.

- Oui comme ça ! Bravo mon petit Choupi
- Choupi a aidé Yami-chin ?
- Bien sûr !

Telle une mère qui récompensait son enfant de sa bonne action, la jeune borgne fit un bisou sur la joue de son protégé. Sous le geste de tendresse, affection qu’il ne gouttait que depuis qu’il était auprès de la jeune borgne, l’homme-poisson afficha un sourire bien heureux qui fit disparaître complètement le nuage qui voilait le cœur de la chasseuse de primes. Il n’y avait pas meilleur remède pour soigner ses maux que de voir le bonheur de son entourage.

Leurs futons ainsi que celui de Frau rangés, Yamiko se permit d’inspecter l’arme de l’Ange de la mort qui était adossée contre un coin de mur. C’était une énorme faux à l’apparence plutôt attirante tout en étant effrayante. Sur sa lame noire menaçante étaient gravées des arabesques que la jeune femme n’arrivait pas à déchiffrer, du moins si elles signifiaient quelque chose. Après avoir jeté un coup d’œil vers la porte pour constater que personne n’était sur le point de rentrer, la jeune femme ferma sa main droite sur le manche noir luisant de l’instrument de la mort qu’elle tenta ensuite de soulever mais sans succès. Elle y ajouta alors la force de son autre main mais ne réussit qu’à faire décoller l’objet d’à peine trente centimètres du sol. Après deux autres tentatives jusqu’à se faire mal aux bras mais qui ne se révélèrent pas mieux, elle décida d’abandonner le combat tout en se demandant quel genre de monstre était Frau pour arriver à manier d’une seule main une chose aussi lourde.

Vint l’heure d’aller profiter du principal bien fait de l’onsen Kinouï où l’Ange de la mort avait décidé de passer quelques jours de repos ; sans avoir omis d’inviter sa boniche, qui se trouvait alors sur une île voisine, le rejoindre. L'initiative du rasoir avait un tantinet étonné la jeune borgne qui avait fini par comprendre que même un monstre de combat avait besoin de répit.

Après s’être lavée soigneusement, comme l’exigeait la coutume avant d’entrer dans un onsen, la jeune borgne s’entoura d’une serviette qui avait été mise à disposition et tenta d’enrouler une autour de la taille de Choupi qui s’était lavé lui aussi mais la pièce de tissu se révéla bien trop petite pour l’homme-poisson et ses trois cents kilos. Alors que la jeune femme cherchait une solution au problème, car elle ne pouvait laisser le petit géant se balader cul nu, celui-ci se rapetissa comme par magie. À la place du géant Choupi se trouva une créature rose tout en muscle, d’à peine un mètre cinquante mais tout aussi mignon que le premier.

- T’es capable de changer de taille Choupi ? Questionna la jeune borgne avec étonnement. La petite créature rose musclée se contenta de hocher la tête. Bon ... bah c’est cool ! Ça va résoudre plein de problèmes à venir ça ! Ajouta la jeune femme tout en enroulant la serviette autour de la taille de l’homme-poisson.


Parés, la jeune borgne et l'homme poisson se dirigèrent vers l’onsen mixte mais à peine la jeun femme avait fini de faire coulisser la porte pour atteindre le lieu qu’elle se figea, voyant une silhouette familière qui se prélassait déjà dans l’eau chaude.


- C’est maintenant que tu arrives, gamine !
- Désolée mais Monsieur a omis de dire vers quelle heure son esclave devrait être présente !

Tout en parlant, la jeune femme s’était avancée pour finir par atteindre le bassin qu’elle trouvait étrangement désert.

- Bizarre ! À cette heure-ci, il devrait avoir du monde ici !
- C’est peut-être parce que j’ai réservé le bassin pour la matinée !
- Tu as ce pouvoir toi ?
- Bien sûr, tu me prends pour qui ?
- Pour un monstre au cœur de glace dans lequel un jour je planterai un pieu !
- Commence déjà par réussir à te tenir débout pendant dix secondes face à moi !

Ignorant les paroles vaniteuses du rasoir, la jeune borgne remarqua que Choupi était resté à l’entrée, se contentant de les regarder, la méfiance dans les yeux. La jeune femme comprit alors que l'homme-poisson ne souhaitait pas se rapprocher de Frau qui n’hésitait pas à le frapper à la moindre maladresse et le menacer du regard dès qu’il se rapprochait trop près de lui. Enfin, là étaient des habitudes pour Frau mais Choupi était un être de plus méfiant. L’homme-poisson semblait même avoir le don de capter la nature profonde des êtres. Par simple rapprochement, il savait de qui il fallait se me fier et à qui faire confiance.

- Viens Choupi !
- Je ne veux pas le voir dans le même bassin que moi !
- S'il te plaît Frau ! ... Laisse-le au moins se baigner dans un coin du bassin ! ... Je te promets qu'il ne viendra pas te déranger !

La jeune femme avait conscience de l’intolérance de l’Ange de la mort mais elle n’arrivait pas à accepter le fait que celui-ci rejetait Choupi qui était pourtant une des plus adorables créatures qu’elle n’ait jamais rencontrées. Face au silence du rasoir qu'elle prit pour un "non", la chasseuse de primes fit demi-tour pour rejoindre son protégé.

- Tu vas où comme ça ?
- Je vais là où tu ne seras pas !
- Tu sembles avoir oublié la raison de ta présence ici !

La jeune borgne qui fit mine de n’avoir rien entendu en poursuivant son chemin alors que ses ongles lui faisaient mal, tant elle serait ses poings pour refréner la rage qui commençait à la gagner.

- Viens Choupi !
- Yami-chin est fâchée ? Choupi a fait quelque chose de mal ? S’inquiéta l’homme-poisson qui marchait à ses côtés.
- Non, ce n’est pas la faute de Choupi. Choupi n’a rien fait de mal !

Un homme sortit d’une porte coulissante et la jeune borgne, qui ne faisait plus attention à ce qui l’entourait tant elle tentait de ravaler la colère qui l’animait, rentra dans l’inconnu dont l’image lui rappela Frau. Celui-ci arborait les mêmes cheveux dorés et yeux azurés.

- Non mais tu ne peux pas regarder où tu mets les pieds ! Lâcha la jeune borgne d’un ton teinté de colère, qui ne lui était point habituelle, tout en accordant au malheureux un regard où dansait de l’inimitié puis elle poursuivit son chemin en direction de l’onsen réservé aux femmes. Seulement, en faisait coulisser la porte pour accéder à la source chaude, elle se rendit compte qu’elle s’était trompée d’endroit car il n’y avait là que des hommes dont quelques-uns étaient complètement à poil tout en étant hors de l’eau …
https://www.onepiece-requiem.net/t10689-yamiko-la-danseuse-du-vent-completedhttps://www.onepiece-requiem.net/t10809-fiche-de-la-danseuse-du-v
Page 1 sur 1