Le deal à ne pas rater :
Funko POP! Jumbo One Piece Kaido Dragon Form : où l’acheter ?
Voir le deal

Sur l'île des bucherons [F.B Yosu']

South Blue... Y'avait pas grand chose à dire de plus que «Waw»... C'était réellement un océan extraordinaire, recelant des merveilles souvent trop peu connues. Kana ne naviguait que depuis quelques semaines avec Hotaru qu'elle considérait déjà comme son frère. Des liens s'étaient noués entre eux, sans qu'ils aient réellement eut besoin de faire connaissance. Après tout désormais c'était comme si ils se côtoyaient depuis toujours. L'albinos ressentait déjà le besoin de le préserver de tout, notamment de son passé. C'était l'une des principales raisons pour laquelle elle ne lui avait pas encore parlé de Tequila Wolf. Ce n'était pas comme si elle lui mentait n'est ce pas ? Non, à vrai dire la médecin taisait plutôt la vérité. Ce n'était pas du tout la même chose... La pirate aimait s'en convaincre.

Elle esquissa un sourire en pensant à son nouveau titre. Elle était une forban, libre comme l'air. Des individus de la pire espèce prétendait également à cette étiquette. Non, Suu n'était pas réellement à mettre dans le même panier qu'eux. Les flibustiers traumatisaient les populations depuis des générations mais étaient en fait une grande organisation responsable de l'équilibre du monde. Le Gouvernement Mondial devait bien être conscient de cela aux vues des cataclysmes qu'avait enduré chaque océan après la grande guerre qui datait de maintenant un siècle. Le temps s'était écoulé depuis, et la vie avait reprit son cours. C'est ce qu'aimait Kana dans les livres. Ils racontaient une histoire du passé, la relatait aux générations futures dans le but de mieux comprendre l'endroit où ils étaient nés, là où ils vivaient, les réactions de certaines personnes face à des évènements particuliers...

Pirate... C'est ce qu'elle était. Elle devait maintenant l'afficher avec fierté. La jeune femme envoya valser sa grosse couette et se leva en s'étirant. Après un bâillement copieux, elle se saisit des premiers vêtements qui lui tombaient sous la main et s'habilla en vitesse. Sans prendre la peine de se coiffer, elle sortit sur le pont principal en trainant des pieds. Cela faisait maintenant deux jours que le navire n'avait pas vu une seule terre. C'était peu. Enfin, selon les matelots parce que pour la médecin cela commençait à devenir plus qu'énervant. Ce n'était pas réellement qu'elle s'ennuyait mais c'était plus la routine qui commençait à faire surface qui la saoulait. En même temps c'était normal puisque Suu devait bosser pour se payer la traversée. Ce n'était d'ailleurs pas un travail particulièrement fatiguant. Peut être un peu dégradant... Enfin, ça pouvait pas être pire que sur Tequila de toute façon.

Kana ! Hé Kana !

Ça c'était Hotaru qui arrivait. Il avait un grand sourire au visage. C'est ce qui mettait la jeune femme de bonne humeur. Ce petit semblait si franc que ça en était presque déroutant.

Bah ? Tu t'es levé y'a longtemps ?

Oh oui ! Je n'ai pas voulu te réveiller. Je devais aller préparer le petit déjeuner aux cuisines, d'ailleurs tu l'as loupé !


Oh oui, ce n'est pas très grave, je n'ai pas faim de toute façon.

Terre en vuuuuuuuuue !

Ah ? Bonne nouvelle ! Le navire marchand allait enfin poser pied à terre... Un grand marché allait se dérouler sur cette île. L'albinos s'accrocha au bastingage. La houle était importante aujourd'hui. Le petit bout immergé semblait contenir une grande forêt mais également une ville de bonne taille. Pour des commerçants, c'était sans doute une aubaine d'accoster dans un port comme celui-ci, un peu coupé du monde.
    Le jour venait de se lever, mais Yosuke était déjà levé depuis l'aurore. Cette journée s'annonçait belle, le soleil, a peine élevé dans le ciel, chauffait déjà le monde de ses rayons invisibles, mais pourtant si agréables. L'air, quand à lui, aussi doux qu'un après-midi d'été, laissait deviner que le vent serait complètement absent toute la journée durant. La journée commençait à merveille, ce qui fit sourire le jeune bûcheron.
    Sur la palier de sa résidence, ou plutôt du taudis qui lui sert d'habitat, Yosuke, une pierre à aiguiser dans la main, polissait sereinement la lame de sa Hache, se préparant à une dure journée de labeurs afin de pouvoir gagner suffisant d'argent pour manger le soir même. D'ailleurs, cette vie le fatiguait, mais il n'avait pas le choix... couper du bois pour ensuite le revendre sur le port était la seule chose que Yosuke savait faire.

    Il était temps, sa hache parfaitement affûtée, Yo' ramassa son manteau d'une main, recouvrant son bras gauche, ou plutôt sa greffe, qu'il avait encore beaucoup de mal à accepter. Il se mettait en route, péniblement, trainant le fardeau de cette routine qui le rongeait... Si seulement il pouvait mieux gagner sa vie, ou encore vivre autrement, libre, et sans devoir se préoccuper de tout les problèmes qui l'entourent, mais, ainsi va la vie, si son destin est de couper du bois, alors coupons-en.
    Aujourd'hui, le jeune homme avait une commande de bois de Saul, un acheteur potentiel avait fait cette commande aux marchands du port qui s'étaient donc adresser à Yosuke pour s'acquérir de cette tache. Le jeune homme connaissait la forêt par cœur, il savait bien entendu ou trouver les meilleurs Saul en cette période de l'année.
    C'est après une bonne heure et un grand nombre de coups de hache envoyés dans le bois pour en faire des rondins que Yo' pouvais enfin prétendre avoir enfin terminé. Il utilisa une corde pour nouer les cinq rondins de bois entre eux, afin de les transporter plus rapidement. Il se baissa, prit les rondins, les posant sur son épaule gauche, et fît route vers le port, de l'autre côté de l'ile.

    Une fois arrivé au port, Yo' se dirigea vers les marchands, toujours les rondins sur l'épaule. Il les posa sur le sol, derrière le stand, et encaissa l'argent... Tant de mal, tant d'efforts dépensés, pour seulement 46berrys. Le bois ne vaut plus rien de nos jours. Plus le temps passe, et plus Yosuke s'engouffre dans la misère et la pauvreté.
    Seul le rêve pouvait servir d'échappatoire, seul l'espoir et l'envie permettait au jeune homme d'oublier son malheur. L'horizon lui prêtait cette chance, en regardant au loin, il se voyait voguer, être libre, aimer, vivre. Ces rêves lui faisait du bien, tout en lui faisant mal.
    Au loin, Yo' vit un bateau, et celui-ci ce dirigeait vers le port. Un jour, peut-être cette opportunité de voyager sur un bateau se présentera aussi au malheureux bûcheron. Peut-être... un jour..

    Leur bateau était maintenant à quais, il n'était pas énorme, certes, il était voir même ridiculement petit. Mais il est aussi vrai qu'eux, en avait un, et était libre. Il distingua deux personnes rapidement, le soleil dans les yeux, Yo' avait beaucoup de mal à les distinguer, il les fixait donc longuement et péniblement, cherchant à déceler leurs identités. A première vue il semblait y avoir un homme sur ce bateau, oui c'est cela, un homme, celui-ci accompagné d'une créature des plus exquise. Une femme. Yosuke n'en voyait que très rarement, son mode de vie l'en empêche a vrai dire, les seules fois ou il à pu en voir, c'était ici, sur le port, et ce fût pour lui toujours le même émerveillement. Les femmes sont si belle qu'elles feraient tourner la tête du molosse de bûcheron d'un simple regard. Yo' aimait les femmes, elles avait l'air si fragiles, si tendre, et pourtant pouvait être si dangereuse, et cruelle pour certaines d'entre elles. Elles fascinait Yosuke.


    Dernière édition par Yosuke Tôda le Jeu 5 Mai 2011 - 10:34, édité 2 fois
      Qu'y avait-il de mieux que de marcher enfin sur la terre ferme après avoir passé quelques jours en mer ? Kana appréciait vraiment ces moments de retrouvailles avec le plancher des vaches, comme on pouvait l'appeler. Quitter le navire marchand où elle s'était assez ennuyée également pendant la traversée était appréciable. Et puis, l'adrénaline montait à l'idée de découvrir une nouvelle île. Comment cela fonctionnait ici ? Cela risquait d'être fort intéressant. Les commerçants repartaient quand ils auraient écoulé leur stock, ce qui représentait selon eux trois jours de travail. D'ici-là, il faudrait que la médecin se trouve un autre bateau sur lequel naviguer, faute de quoi elle son son frère repartiraient un peu trop tôt à son goût. M'enfin, cela dépendait également de l'île...

      Le petit port semblait bien agréable, il n'y avait pas grand monde mais cela n'était qu'un avantage de plus pour visiter le coin. Suu respira profondément. Elle était heureuse d'être dans un endroit qui apparemment était des plus tranquilles au monde. Des parfums divers lui parvinrent aux narines. Elle identifia immédiatement le parfum si particulier des embruns mais il y avait également quelques odeurs de nourriture, des plus alléchantes pour quelqu'un qui avait raté un repas. La jeune femme fouilla sa poche... Il y avait bien quelques pièces. Bah, ça suffirait surement et puis au pire, elle n'aurait qu'à faire la vaisselle, ce n'était pas un problème.

      Dis Hotaru, ça te dit d'aller manger ?


      Moui, si tu veux.

      Les deux amis se dirigèrent vers un établissement qui semblait rassembler bar et restaurant. L'endroit était pratiquement désert, ce qui était logique à cette heure-ci. Qui irait se saouler le matin ? Ouais bon, y'avait encore un gars dans un coin qui semblait cuver depuis la veille. Le décoration du lieu était sommaire. Quelques tables de bois brut, des chaises simples, des rideaux de tissus à carreaux accrochés aux fenêtres... C'était simple, sans chichi, oui ça plaisait à l'albinos. Cette dernière s'approcha du comptoir qui brillait d'une lueur propre et appuya sur la petite sonnette. La loque qui dormait affalé sur sa chaise tressaillit avant de grogner et de replonger dans son sommeil comateux. Une vieille femme ouvrit la porte située derrière le comptoir, relâchant des volutes de fumée parfumées aux épices. Elle était d'une bonne corpulence et portait un tablier blanc immaculé.

      Oui, c'est pour quoi ?

      Nous voudrions si possible avoir deux repas.


      Ah, oui oui, je vous apporte ça tout de suite, vous pouvez aller vous assoir les jeunes.


      Merci madame !

      Les deux amis allèrent s'assoir à une table près de la porte. Sans tarder la tavernière apporta deux assiettes remplies à ras bord, des couverts, une grande choppe de bière pour Kana et du jus de fruit pour Hotaru.

      Régalez vous bien !

      Ça risque, ça à l'air très appétissant !

      Suu et Ayami s'attaquèrent à leur plat comme si ils n'avaient pas mangé depuis plusieurs jours. L'établissement se remplissait petit à petit.
        Pesant ma bourse, durement gagnée avec les labeurs de la journée, je pèse ma misère et me morfond. Vais-je avoir le luxe de me permettre un repas ce soir? Dois-je garder cette argent pour espérer, un jour, pouvoir prendre la mer? Rien n'est simple en ce monde, même mes choix doivent-être longuement pensés pour être bien entrepris. La réponse étant déjà bien clair dans ma tête, je me dirige vers mon petit "chez moi" jusqu'à ce que mon ventre fasse des siennes. En effet, cela fait déjà deux jours que je n'ai mangé que deux petites tranches de pain rassis. Si je continu à ce régime, je ne survivrais pas, et mon rêve d'évasion n'arrivera jamais.

        Prenant route vers l'auberge la plus proche, j'ouvre lentement ma bourse, ou réside les 46berrys gagnés le jour même, et les 52berrys de la veille. En possession de 98berrys, je me réjouis de pouvoir me payer le repas du jour de l'auberge, étant, aux dernières nouvelles, de 70berrys pièce.
        Etant enfin devant la porte d'entrée, je me permet de frapper doucement à la porte, afin de prévenir le propriétaire de ma présence, et d'attendre sagement qu'il vienne m'ouvrir.
        La porte s'ouvrant lentement, j'aperçois une vieille dame, pas plus haute qu'un tonneau de rhum, me fixant, un grand sourire dessiné sur son visage fin aux traits rongés par la vieillesse.

        - Entrez je vous pris! Nous avons déjà quelques client et l'auberge n'est pas grande, il vous faudra partager votre table avec quelqu'un.

        La fin me rongeant depuis un bon moment, je ne compte pas me plaindre de devoir partager ma table avec qui que ce soit. Je suis la vieille dame qui me montre une table, au fond de l'auberge. Je m'y dirige lentement, et découvre avec stupéfaction la femme que j'ai vu plus tôt dans la journée au port. D'un mouvement lent, je m'approche de la table, et m'adresse à eux:

        - Excusez moi, puis-je me permettre de m'assoir à votre table?

        Le temps, me manquant afin d'attendre sagement sa réponse, la petite propriétaire me pousse sur le siège, insistant bien sur le fait qu'aucune autre place n'est libre. Je souris bêtement, gèné, et prends lentement le verre de rhum que me tends la propriétaire, en attente du plat chaud. Me tournant lentement vers mes deux voisins de tables, je lança un léger sourire, tout d'abord montrant ma gène à cette jeune femme. L'île n'est pas grande, certes, mais de là à la revoir sur cette table même, dans une auberge n'étant pas la plus belle de l'île.... impossible à croire.

        - C'est vous qui êtes arrivés sur le port ce matin non? Je vous ai vu alors que je venais de déposer du bois.
          Kana bailla. Cela faisait un bon moment maintenant qu'elle et son frère étaient installés à cette petite table dans un coin de l'auberge. Ils avaient maintenant vu défiler un bon nombre de villageois, tous semblables, dans leur routine quotidienne. Raah ! La vie de pirate n'avait que des bons côtés ! Pouvoir s'installer comme ça dans une ville, dans un endroit discret et observer les autres, qui menaient une vie normal, était un des plaisirs de l'albinos. Elle se demandait tout de même comment des personnes pouvaient supporter une telle banalité. L'éducation avait surement fait la différence sur le coup, mais pour une fois, Suu en arrivait à préférer son enfance. Si jamais elle avait du être comme ces bobonnes qui élevaient leurs gosses, leur disant ce qui était mal et ce qui ne l'était pas -ce qui soit dit en passant était une bonne farce-... Elle ne l'aurait pas supporté.

          Enivrée dans les vapeurs de l'alcool, la jeune femme appréciait ce lieu chaud où elle pouvait décompresser et se saouler en paix. L'auberge était tout ce qu'il y avait de plus accueillant au final, des rires résonnaient, des voix plus fortes que les autres, imbibées de rhum mais aussi quelques rares ronflements. Cet établissement familial était sans doute dans les meilleurs qui avaient été donné à la médecin de visiter. Non seulement l'accueil et la nourriture étaient bons, mais l'animation aussi, organisée par la populasse locale. De temps en temps c'était très agréable, après il était vrai que tous les jours... Cela pourrait vite devenir rébarbatif. M'enfin, chacun avait son propre style de vie, n'est-ce pas ?

          C'est à peut près à ce moment qu'un homme arriva. De part sa couleur de cheveux cramoisie, il lui rappelait Akaido, un gamin qu'elle avait rencontré alors qu'elle était plus jeune et encore retenue sur Tequila Wolf. Ainsi cette personne lui fut-elle donc tout de suite sympathique. Il semblait cependant hésiter à s'assoir. Pourtant, l'auberge était pleine. Bah, Kana et Hotaru ne lui feraient aucunement de mal mais d'un autre côté, l'albinos comprenait l'hésitation de ce type. Ce n'était jamais facile de s'incruster, n'est ce pas ? Encore plus quand ce n'était pas par choix. Suu allait lui dire de prendre une chaise sans autant de manières quand il posa la question et que l'aubergiste le poussa sur un siège et lui tendit une choppe contenant surement une bonne quantité d'alcool.

          C'est vous qui êtes arrivés sur le port ce matin non ? Je vous ai vu alors que je venais de déposer du bois.

          Aaah... Oui, c'est fort possible. Je m'appelle Kana et voici mon frère, Hotaru !


          La jeune femme regardait le nouvel arrivant avec intérêt. Il annonçait être allé déposer du bois. Quel métier exerçait-il au juste ? La médecin le voyait bien dans un truc de bourrins, un truc d'hommes quoi. Et ce en référence à sa musculature développée. Oui, l'albinos était un peu clichée mais en même temps, qui ne l'était pas, ne serait-ce qu'un peu ? La pirate vida son verre d'une traite et chercha des yeux la propriétaire. Une fois trouvée, elle prit sa choppe en main et la brandit comme un sabre vers elle en lançant d'une voix plutôt nette :

          Une autre s'il vous plait !

          Quand la boisson fut arrivée, Suu en but une large rasade et s'aperçut que son frère s'était endormi. Bah, il ne risquait pas d'avoir froid ici. L'ambiance était d'ailleurs plutôt survoltée. Quelqu'un commença à jouer de la musique et ce fut bientôt tout un orchestre qui le rejoignit. La bonne humeur était partout et s'insinuait dans chaque pore de peau de toutes les personnes présentes. Kana se tourna vers le type aux cheveux rouges.

          Dis ? Ça te dit de danser avec moi ?
            Même si l'ambiance bat son plein, je ne me sens pas vraiment à ma place sur cette table. La jeune fille, qui viens de se présenter, se prénomme donc Kana, prénom peu courant par ici. Et son frêre c'était Hotaru. Je souris à l'air de dire "Enchanté" et commence à boire mon verre en même temps que Kana. Celle-ci, a clairement une descente plus grande que la mienne, étant légèrement étonné, je l'entend réclamer un autre verre à l'aubergiste. Pour ma part, je n'en ai pas les moyens, je me contente donc de laisser un fond de rhum dans mon verre pour le repas.
            La musique commence à se faire entendre. Kana se lève et commence à danser seule à côté de notre table, me faisant donc sourire. Mais à peine le temps de dire quoi que ce soit que la jeune femme me tend la main, me proposant donc une danse.

            -Dis ? Ça te dit de danser avec moi ?

            -Heu... Oui pourquoi pas.

            Au départ hésitant, je m'avance doucement vers Kana qui m'attrape le bras brusquement et me tire vers elle. Que vais-je donc pouvoir faire ou pouvoir dire, je ne sais pas danser, je n'ai jamais appris, et je n'ai jamais eu personne pour pratiquer... La musique est calme, le tempo est doux, quelle danse conviens pour ce type de musique? Afin de mieux savoir que faire, et ne pas passer pour un idiot, je jette un coup d'oeil rapide autour de moi, les autres client, eux, se tiennent par la taille, serrés l'un contre l'autre. Je ne peux pas faire sa... je ne la connais même pas.
            Mais en même temps... puis-je vraiment lui avouer mon incapacité à savoir danser? Et puis, pour une fois que je rencontre quelqu'un qui daigne m'adresser la parole, autant en profiter.

            Je me rapproche doucement d'elle, assez doucement pour ne pas paraître maladroit, passe mes mains le long de sa taille, balançant mon corps doucement de droite à gauche, au rythme de la musique, tout comme le font nos voisins sur la piste. Enfin, piste, c'est vite dit, je parle surtout de l'espace rapidement aménagé pour ceux qui veulent danser. La peau de Kana, assez douce pour que je le remarque, me laisse apprécier ce moment, qui risque de ne jamais se reproduire avec la vie que j'ai.
            D'ailleurs, cela me fait penser que je ne me suis même pas présenté. Je rapproche mon visage de son oreille, lui murmurant à l'oreille.
            -Au fait, moi c'est Yosuke Tôda. Enchanté.


              Il n'était pas dans les habitudes de Kana de faire ce genre de chose. A vrai dire la plupart du temps la jeune femme était plutôt réservée. Un peu grande gueule mais réservée. Il était vrai qu'elle avait l'habitude de faire ce qu'elle voulait, en même temps depuis qu'elle était partie de Tequila Wolf forcement elle profitait de sa liberté mais pas à ce point. Surtout qu'on pouvait dire ce qu'on voulait mais l'albinos était une piètre danseuse. Elle n'avait jamais apprit à se trémousser et tout ce qui allait avec donc, là elle faisait de son mieux. Sa magnifique descente de rhum aidant beaucoup, bien évidemment. Mh ouais, il fallait bien relâcher la tension des combats et de la fuite perpétuelle de temps en temps.

              Que ce que Suu fuyait ? Bah en fait à peut près tout. Elle fuyait les responsabilités, les marines, une remise en question mais surtout East Blue. Cette mer où elle était née. Oui vraiment, elle espérait ne plus jamais y remettre les pieds. Enfin, si un jour la pirate se rendait sur Grand Line elle n'aurait pas vraiment le choix mais là ça serait une autre histoire. Ce que la médecin refusait de faire par dessus tout c'était apprendre à se contrôler. Après tout, c'était à cause du Gouvernement Mondial qu'elle était comme ça et c'était donc son problème si un jour Kana devenait une gène à ses yeux. Bon y'avait de la marge vu le comportement qu'elle avait en ce moment mais peut être que cela arriverait.

              Au fait, moi c'est Yosuke Tôda. Enchanté.

              Jamais entendu ce nom ! déclara la doctoresse avec un sourire.

              La danseuse à deux berrys commençait à fatiguer. Elle n'avait pas réellement l'habitude de forcer quand elle avait bu, généralement elle s'endormait directement après. Une vieille habitude qu'elle avait prit à son père apparemment. C'était un des seul souvenir qu'elle gardait de lui. Endormi sur sa vieille chaise à bascule avait une grosse bouteille de sake en main, des grosses cernes violettes sous les yeux. Un balancement doux et régulier, au même rythme que sa respiration. C'était le seul moment où cet homme écrasé par le chagrin pouvait se reposer. Le temps de quelques années et lui aussi avait suivi les autres vers l'au delà. Ouai'p, une bien triste enfance.

              On va s'assoir ? J'ai déjà mal aux pieds.

              Sans attendre de réponse la médecin retourna à la petite table où dormait son frère. Il s'était levé tôt le matin même, c'était normal qu'il se soit assoupi comme ça. Elle empoigna ensuite sa choppe et la termina en quelques grandes gorgées. La boisson au goût légèrement sucré passa dans sa gorge en torrents. Après avoir reposer son large verre, Kana s'intéressa au type qui avait dansé avec elle, ce Yosuke.

              Alors tu habites ici toi ?

              La jeune femme se retint de dire à quel point elle trouvait que c'était un trou perdu où les gens n'avaient pas mieux à faire que de passer leur temps à couper du bois par exemple. Comme des bons civils obéissants. Non, cela aurait été très mal venu si le gars en face d'elle vivait ici. Un réel manque de tact à vrai dire. Et puis, de toute façon elle n'en savait pas assez sur le coin pour pouvoir réellement dire quelque chose comme ça. Peut être changerait-elle d'avis après tout. C'est aussi à ça que servaient les voyages, changer.
                La douce lumière de l'auberge, venant tamiser l'ambiance plutôt plate de cette soirée, donne un air inhabituel à l'auberge. En général, ce ne sont que ramassis de fripouille et ivrognes en tout genre qui traînent ici. D'ailleurs, en tournant la tête vers le frère de Kana, je m'aperçois qu'il est totalement endormis, la tête affalée sur la table. Ouai... un bel ivrogne celui-ci aussi. Son visage, calme et relaché, et montrant par moment quelques petits rictus d'agitation, montre bien à quel point il est profondément endormis, probablement même en train de faire un magnifique rêve.

                -Alors tu habites ici toi ?

                -Oui, malheureusement, même si je sais qu'un jour, je voguerais loin de cette île.

                L'aubergiste, marchant péniblement entre les déchets et clients saoul, arrive enfin à notre table, mon assiette à la main. Mon repas, étant enfin près, me laisse bouche-bée face à cette gastronomie. La nourriture en elle-même, de piètre qualité, ne semble pas très alléchante. Mais pour moi, me payer un repas dans cette auberge est un luxe. Je profite donc.... Portant la première cuillèrée de cette épaisse soupe à mes lèvres. Le goût est si exquis que ma réactions fût sans pareille. Je souris bêtement et continu de manger mon assiette, prenant le temps de profiter un maximum de cette saveur.

                -Au fait, vous qui êtes arriver depuis la mer.. Vous êtes quoi au juste? Des marchands?

                Je regarde Kana dans les yeux, celle-ci semble légèrement gênée, mais avant d'avoir pu recevoir ne serait-ce qu'une bribe de phrase en guise de réponse, un bruit sourd retentis derrière moi. C'est la porte de l'auberge, s'étant ouverte sous le coup de pied d'un énorme bandit. Celui-ci, accompagné de ses compagnons, profère des menaces à l'aubergiste sous prétexte qu'il y a trop de monde à son goût et qu'il veut manger, lui et son équipage gratuitement. Devant la résistance de la vieille aubergiste quand au fait de se plier à ses envies, il lui envoi un violent coup de poing au visage, ce qui envoya la vieille dame au tapis, inconsciente.

                -Bouge pas, je reviens.

                En l'espace d'un éclair, j'ôte mon manteau que je pose sur ma chaise. Posant une main sur le lourd artifice me servant de bras gauche, j'avance vers ce bandit. Le regard noir et le coeur remplit de haine, j'approche doucement de cet homme, mais ses subordonnés m'ont vus arriver et s'interpose. L'homme se tourne alors vers moi, m'annonçant avec fierté:

                -Doucement mon ami, ton tour viendra. Vous allez tous mourir ici même. Je proclame dès maintenant cette île sous mon contrôle!


                  Le papotage était une activité bien agréable quand on la pratiquait en bonne compagnie, et n'était heureusement pas ce qui manquait ici. Kana trouvait peut être l'île particulièrement banale et sans intérêt mais ce n'était pas réellement le cas des gens du coin, ces petits accros de la paix pouvaient bien se révéler être assez amicaux et sympathique tout compte fait. En plus, il fallait bien le dire, l'alcool était de très bonne qualité et la nourriture n'était pas plus mal non plus. Enfin, dans l'auberge tout du moins. Peut être que dans la forêt se cachaient des personnes ne savant même pas à quoi ressemblait un savon et vivant au grès de leurs gras cheveux et des larves qu'ils se mettaient sous la dent... Cette image, particulièrement répugnante, donna des frissons à l'albinos qui avala encore une gorgée de liquide ambré.

                  -Au fait, vous qui êtes arriver depuis la mer.. Vous êtes quoi au juste? Des marchands?

                  La jeune femme esquissa un sourire gêné. Cet homme là la prenait pour un des membres de l'équipage, ce qui n'était pas du tout le cas. Enfin, c'était quand même assez amusant, il fallait dire que sur le coup, la médecin s'était assez bien fondue dans la foule. Il fallait bien croire que ça avait marché ! Peut être utiliserait-elle cette faculté un jour ou l'autre ? Les Q.G. de la marine semblaient bien attrayants tout à coup. Plus proches aussi. Un coup violent sortit Kana de ses pensées alors qu'elle allait justement répondre au gars aux cheveux rouges qu'elle préfèrerait naviguer librement. Ce dernier se leva pour voir ce qui avait causé le son. En se retournant, la pirate aperçut l'aubergiste allongée au sol, visiblement inconsciente et le nez dans un sale état. Il pissait même du sang. Et puis, la cloison nasale avait été déviée, elle allait être défigurée la pauvre.

                  En faisant abstraction des gens figés aux alentours marcha tant bien que mal vers la vieille femme avec sa sacoche sous le bras. Après s'être agenouillée, la doctoresse soûle enfila une paire de gants jetables et plaça correctement ses mains sur le visage de sa patiente qui, heureusement pour elle, était dans les pommes. Un «craaaak» sonore retentit alors que Suu remettait la péninsule de la grand-mère en place. Maintenant la vielle n'était plus vraiment inconsciente, elle pleurnichait comme un enfant de dix ans. La classe le niveau de régression qu'on pouvait atteindre à un certain âge. M'enfin, l'albinos réussit tout de même à placer un joli petit pansement sur le minois de l'aubergiste qui fila aussitôt l'affaire finie en cuisines.

                  Doucement mon ami, ton tour viendra. Vous allez tous mourir ici même. Je proclame dès maintenant cette île sous mon contrôle!


                  Kana fit volte face. Si il y avait bien quelque chose qu'elle ne supportait pas, c'était qu'on puisse ne serait-ce que penser des choses dans ce genre. Une terre appartenait à ses habitants. Il n'y avait pas d'exceptions possibles. La médecin allait déclamer une réplique trop classe qui aurait cloué le bec à ce prétentieux qui semblait être un brigand lorsque... Une irrépressible envie de vomir la secoua. L'alcool possède bien des défauts ! Donc au final, au lieu de se sentir super intelligente, Suu se sentit surtout formidablement dégueulasse. Des petits bouts de son repas venaient de se répandre un peu partout entre les tables et les clients mais surtout sur les chaussures de la crapule en chef en question. Ce dernier devint rouge tomate et sortait d'ors et déjà son large sabre version hachoir géant. La pirate recula gauchement, aux prises avec l'alcool qui circulait dans son sang avant de lancer d'une voix qui se voulait assurée :

                  Si tu veux cette île, viens te battre dehors sp'èce d'enfoiré !

                  La jeune femme lança ensuite un regard à Yosuke en esquissant un sourire.

                  Si tu veux défendre ta ville, je pense que c'est maintenant mon ami !
                    Apparemment, la nouvelle rencontre de Kana ne paraissait pas motivée. Heureusement pour le village, ce n'était pas le cas de notre pirate qui, même avec un coup dans le nez, gardait ses principes bien en tête. Il était tout à fait hors de question de laisser toute cette populasse vivre ce qu'elle même avait connu, l'ambiance dans laquelle elle avait grandi et tout ce qui allait avec. Les bandits paraissaient malheureusement relativement puissants. Cela ne jouerait pas à l'avantage de la jeune femme, c'était certain. Et puis, quelle idée aussi de se bourrer à une heure pareille ? Suu aurait dû faire plus attention car après tout, elle ne connaissait pas la région. À l'avenir, elle devrait analyser les endroits où elle débarquait, cela pourrait s'avérer vital.

                    Finalement, le dénommé Yosuke s'était décidé à agir, il avait d'or et déjà préparé ses muscles qui montraient toute la splendeur de sa profession. Au bout de deux ou trois minutes de combat de saloon, il se fit envoyer au tapis, dans le vomis que l'albinos. La grande classe. M'enfin, toujours était-il que le type semblait complètement assommé. Kana devait réfléchir, et ce très rapidement. Pour échapper à ces brutes qui étaient encore plus costaudes que le bucheron, il fallait trouver un plan. Ce n'était pas sa faute si la médecin n'était pas battit comme une camionneuse. Après un rapide tour d'œil de la salle, la jeune femme ne vit que des paysans abrutis. Ils ne semblaient même pas se rendre compte de ce qui se passait.

                    Oh ! Arrêtez de dormir et défendez-vous ! Cette ordure veut faire de vous ses esclaves ! Merde bougez !


                    L'appel aux armes ne fut pas un franc succès, les deux tiers des personnes visées semblaient s'être littéralement changé en poussière -parce que c'est plus drôle que la pierre et aussi plus facile à s'en débarrasser-. La pirate qui devait déjà porter le futur d'une île sans son frère qui dormait toujours ne se trouvait soutenue que par une dizaines de locaux armés de fourches pour la plupart... Y'avait mieux pour mener un combat mais bon, il faudrait pourtant faire avec. La doctoresse décida d'arrêter de se plaindre, après tout, elle s'était engagée dans cette cause volontairement, ce n'était pas comme si on l'y avait forcé. D'ailleurs, bien que Kana le lui ait demandé très poliment -enfin, ça c'est relatif, pour Suu c'était pas mal déjà- la crapule n'était pas du tout décidée à sortir, jugeant sans doute le déplacement inutile pour écraser des moucherons sans faire de dégâts. Attendez, il n'y avait là qu'une faible femme et quelques avortons qui serviraient d'exemple !

                    Ce fut lorsque l'albinos sortit son sabre de son fourreau que le bandit commença à la prendre au sérieux. Il avait sans doute remarqué les traces de poison qui parcouraient la lame et se décida à porter son énorme popotin dans la ruelle. Il faisait déjà presque nuit. L'ambiance était réellement parfaite pour la gamine qui avait évolué et grandit en s'enfuyant une fois le manteau noir tombé. Les étoiles étaient devenues ses amies, le doux souffle du vent une évidence et la lune un fragment d'espoir et de liberté. Oui, c'est ce que voyait la pirate lorsqu'elle regardait le ciel au crépuscule. En fait, elle n'avait jamais réellement apprécié la lumière du soleil, il était bien trop lumineux et positif pour elle qui ne rêvait que de vengeance. Heureusement qu'Hotaru était là...

                    _______________

                    Le match du rugby va commencer ! D'un côté il y a les marrons, en hommage à leur crasse légendaire. Ils sont aussi appelés les brutes. De l'autre, nous accueillons chaleureusement les multicolores, plus généralement nommés les ploucs ! Comme une fois n'est pas coutume, vous observerez qu'il n'y a pas de ballon sur ce terrain. Ça et là, vous pouvez trouver des caisses et autre mais n'oublions pas un des aspect majeur de ce sport : la violence. Oui cher public, vous allez être servi ce soir c'est pourquoi je demanderais aux enfants de moins de six ans de dégager. Après tout, il serait peut être temps de les mettre au lit, après c'que j'en dis... L'équipe gagnante n'aura pas de trophée mais un joli cadeau : l'avenir ! Oui, je sais, les derniers vainqueurs avaient un prix merdique à côté de celui-là mais ils n'en sauront jamais rien étant donné que... Ils ne sont plus de ce monde ! En tout cas, nous souhaitons une meilleure chance à nos joyeux concurrents ! Que la fête commence !

                    _______________

                    Kana se lança dans la masse, donnant le plus de coups possibles de tous les côtés mais en recevant également en contre partie. Elle n'avait jamais été très douée au corps à corps mais ce n'était pas non plus le cas à distance. Le mieux en fait, c'était le fameux un contre un. Là, la surpopulation adverse donnait envie de demander à l'arbitre un temps mort pour s'expliquer avec lui sur cette injustice flagrante. Enfin, la combattante pouvait toujours compter sur son sabre pour réajuster la balance. Suu essayait de se frayer un chemin vers le chef de l'équipe adverse. C'était lui qu'il fallait abattre car si le roi était pris, les autres pièces n'avaient strictement plus aucune chance. La jeune femme jouait de ses frêles épaules à travers les petits pions adverses, en renversant le plus possible à son passage.

                    Déjà elle sentait son corps faiblir sous les coups qui lui étaient assénés. Elle respirait moins facilement, son rythme cardiaque ayant augmenté et sentait une douleur cuisante dans un de ses mollets. La médecin décida qu'il était temps de s'administrer une dose d'anesthésiant. C'était assez facilement au final qu'elle utilisait cet atout. Au départ, elle avait plutôt pensé qu'elle n'oserait pas mais lors d'une bataille, il fallait tout tenter pour s'approprier la victoire. Il fallait jouer le jeu à fond et prendre des risques et tout cela, elle le faisait avec ce petit produit miracle. Quelques secondes plus tard et la pièce était plus forte que jamais, traversant l'échiquier d'une manière prodigieuse. Elle ne regardait pas ce qu'il advenait des personnes qui soutenaient sa cause, il n'y avait pas une minute à perdre. Sans doute, certains avaient déjà perdu la vie ou étaient mal en point. Il faudrait voir ça plus tard car le viseur de Kana n'était placé que sur l'ordure sur laquelle elle avait vomi...

                    Il était vrai aussi que la démarche de Suu n'était pas des plus efficaces. La ligne droite étant le plus court chemin pour se rendre d'un endroit à un autre, l'albinos slalomait entre les gens d'une façon très artistique, titubant et grimaçant. Sa vision également avait été bien réduite, ce qui était bien évidement moins pratique pour parer et renvoyer les attaques. Instinctivement, elle se baissa, juste à temps pour éviter un large coup qui l'aurait décapité. Un nouvel adversaire s'annonçait. La pirate essaya de contrôler sa respiration afin de calmer son cœur. Ça devenait de plus en plus dur. Elle essaya une offensive beaucoup trop direct. Son adversaire n'eut qu'à se décaler à bien rire quand la joueuse se mangea le sol. Heureusement que le sport pratiqué n'était pas du catch... La doctoresse se releva, sa fierté ayant pris un coup. De toute façon, elle ne s'en rappellerait pas vu l'alcool qu'elle avait ingurgité. Après s'être relevée gauchement, elle ouvrit une seringue dans un grand effort augmenté par un moulinet de bras pour le lancement et le décollage de la substance acide.

                    La jeune femme entendit un cri de douleur avec satisfaction avant de sombrer dans les ombres...

                    [Deux jours plus tard]


                    Kana se réveilla en sursaut. Elle se trouvait sur un navire, il ressemblait étrangement à celui où elle avait passé cinq jours avant de débarquer sur une île... Les évènements de cette soirée-là lui revinrent tous en mémoire... En titubant, la pirate réussit à rejoindre le bastingage où elle trouva Hotaru adossé. Après une question plus qu'évidente, le jeune garçon lui révéla que peu après qu'elle ait sombré dans un sommeil un peu comateux, la marine avait débarqué et capturé le bandit primé. Il avait décidé quant à lui qu'il valait mieux reprendre la mer sans tarder. Les commerçants et marchands avaient eux aussi choisi cette option. La prochaine destination était à trois jours de là. Suu pesta... La marine, eux, encore et toujours...