-50%
Le deal à ne pas rater :
WiMiUS S27 – Mini projecteur portable rotatif à 270° Full HD 9000 ...
69.99 € 139.99 €
Voir le deal

Traqué

- Ils sont où ?
- On les a semés, nan ?
- j’sais pas moi, mais grouillez !
- J’veux bien t’y voir, t’as qu’à le porter toi le blessé.
- Ok, et qui porte le coffret si je le prends, hein ?
- Le coffret… Le coffret ! On patauge dans la jungle poursuivie par des cannibales, des crocodiles, des putains de crocos quoi ! La faune et la flore veulent nous buter et tu nous parles de ton putain de  coffret ?!
- Eh oh, calme-toi, j’veux pas qu’on ait fait ça pour rien tu vois. Dis leurs toi Mattew.
- Humf ? Chais drôlement bon ch’truc.
- On peut savoir s’que tu bouffes ?
- Ch’sais pas j’ai trouvé ça dans le village.
- D…dans…
- J’vais vomir.
- Recrache putain ! Et toi lâche pas le blessé, ok ?!
- Ils ont arrêté de nous poursuivre…
- à Gwany, déjà revenu.
- C’est pas bon signe, il faut qu’on rejoigne le rivage au plus vite. C’est quoi ce coffret ?
- Trouvé dans une des tentes.
- …
- Et tu vas rien lui dire caporal ?
- ça changerait quelque chose ?
- …
- T’en veux Gwany ?
- passe.
- M…mais vous allez p…pas… ?
- Pas mauvais le croco, un peu trop cuit peut être.
- …

Gwnael le sent, quelque chose ne va pas. Le silence. Comme si les animaux avaient fui cette partie du marais. Et ces cannibales qui les laissent s’échapper. Il jette un œil aux alentours, tend l’oreille. Rien. Ces sens sont en alertes. Comme un picotement derrière la nuque. Il le ressent, le danger. Comme un bourdonnement dans les oreilles.

- Je retourne en reconnaissance.

Le jeune homme disparaît dans les branches. Rapide. Habitué de la vie dans la nature, grimper aux arbres lui est presque aussi simple que de courir. Plus simple dans le cas présent. Mieux vaut sauter de branche en branche que de patauger dans la boue jusqu’aux genoux. Il s’accroche à une liane, se penche, toujours rien. Toujours ce sentiment de malaise, mais tant pis. Ils doivent avancer. Il cherche du regard les zones qui permettront à ses hommes d’avancer plus rapidement, des racines qui sortent du sol, de la terre moins humide. Il passe d’arbre en arbre afin de visualiser un chemin qui les fera accélérer.

L’odeur, le bruit, ce petit vent légèrement plus frais. Un cours d’eau, proche. Il fonce,  sans un bruit. Improviser une pirogue pourrait les aider.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t15759-fiche-technique-de-gwnael
  • https://www.onepiece-requiem.net/t15512-
- Coureeez !
- Gwany ? Qu’est-ce qui… Merde c’est quoi ces trucs ! Bougez-vous !

Plus rien à manger, et cette faim qui les torturent. Cette faim. La meute à faim. Ils ont envahi le marais il y a de ça quelques jours. Pris place et dévorer tout ce qui était sur leur passage. Traquant leur proie, les acculant, les dévorants. Mais il ne reste rien dans cette partie du marais. Leur odorat si développé ne repère rien. Puis soudain est apparue une odeur. Ténu au début, qui s’est amplifié, jusqu’à exciter la horde. Des proies, enfin de la chair fraîche.

Ils courent. Fuient c’est… chose. Comment auraient-ils pu deviner ? À choisir, il aurait préféré se faire poursuivre par les cannibales. Pas étonnant que ceux-ci aient abandonné leurs proies. Gwnael prend la tête du convoi. Pas le choix, il va devoir les guider le plus vite possible. Le jeune homme jette un regard derrière lui. À sa grande surprise, Matthias le talonne de peu, bien décidé à ne pas lâcher son coffre. Mattew juste derrière tient le brancard improvisé dans une main et une queue de crocodile rôti dans l’autre. Sam et Max suivent et s’occupent de l’arrière du brancard. Max jette des regards apeurés tandis que Sam hurle des ordres à tout va. La routine quoi.

Les tracent sont fraîches. Les odeurs forment une piste claire. Comme un boulevard qu’ils n’ont plus qu’à suivre. Elles sont multiples. Chacune sa particularité et déjà on voit les rangs se diviser. Subtilement, un observateur extérieur ne remarquerait rien, mais chacun se voit attirer par l’une d’elles. À travers elles, ils goûtent. Un avant-goût de leur futur repas. Le mouvement s’accélère.


Ils perdent du terrain. Enfoncés dans la boue jusqu’aux genoux, ils avancent tant bien que mal. Le brancard de fortune a été abandonné, Mattew porte maintenant le blessé dans ses bras. Moins bon pour le blessé, mais plus pratique pour avancer. Le vrombissement qui leur parvient aux oreilles n’annonce rien de bon. Comme un hurlement lointain, sourd, long, grave. Ils se rapprochent. Du haut de son perchoir, Gwnael cherche. Il devrait y en avoir. Quelque part. Il s’éloigne du groupe et part encore une fois en éclaireur. Il doit y en avoir. Ses sens sont poussés à leurs paroxysmes. Son ouïe capte le moindre signe de l’avancement de ses hommes, mais aussi de ses choses. Sa vision se focalise sur les moindres couleurs qui pourraient lui indiquer ce qu’il cherche. Son odorat, il connait l’odeur, à la moindre senteur s’en approchant… Il tâte le terrain, les feuilles, mousses, troncs. Un changement de température minime, l’humidité semble bonne. Par là. Oui, l’odeur.

- Par ic…

Un cri. Étouffé, à peine audible. Max. Gwnael retourne en courant, sautant, grimpant, vers ses hommes. Arrivé à destination, il se fige. Ils sont là. Ils ont été rapides, trop. Mais aucune trace de ses hommes. Le cri venait bien d’ici. Où. Là. Un bout de croco, noir, trop cuit. Ils sont sous la boue, la vase. Une zone plus profonde, surement. Ils sont chanceux, leurs traces sont dissimulées. Mais combien de temps pourront-ils tenir. Pas assez. Mais déjà, les prédateurs repèrent leur dernière proie. Rapide. Les plus proches sont déjà sur lui. Ils esquivent les premiers. Frappe. Rien à faire. Même s’il a pu en tuer, ils sont trop nombreux. Déjà les premières blessures apparaissent. Un coup dans le vide pour les chasser, un autre. Il recule et en profite pour sauter sur une branche proche. Il peut voir la meute se mettre en branle, reprendre le mouvement, petit à petit.

Il fuit. Vite, avant d’être encerclé. Des coups partent, essayent de repousser ses agresseurs les plus proches. Il en tue quelques-uns, récolte d’autres blessures. Ce n’est pas suffisant pour les faire fuir. Sa seule échappatoire possible, il la connaît. Il en a deviné la direction générale plus tôt. S’il peut l’atteindre, il est sauvé.


Dernière édition par Gwnael le Sam 7 Nov 2015 - 19:26, édité 1 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t15759-fiche-technique-de-gwnael
  • https://www.onepiece-requiem.net/t15512-
Cette odeur. Non. Ils l’ont tous reconnu. Leur proie se dirige vers elle. Non, ils ne peuvent pas. Ces choses. Elles les dévoreraient. Ils ne peuvent rien. Mais, la faim. La meute hésite. L’odeur, leur proie s’éloigne. La meute se rapproche, non, ils ne peuvent pas. Cette odeur, elle est comme gravée dans leur gène. La mort. Ils...

La meute hésite se sépare, se divise. Certains tentent de contourner, d’autres de traverser. Ceux-là sont finis. Leurs prédateurs à eux, le piège, l’attaque. C’est subtil. Doux, délicat. Mais trop tard ils sont pris, dévorer sans merci, pas un ne reste.

La meute hésite, mais les odeurs. Leurs proies. Ils les sentent, à nouveau. Ses pistes absentes il y a peu. Elles sont là. La traque, la faim. La meute reprend son mouvement.

***

- claclaclaclac
- Bon sang, arrête de claquer des dents Max !
- O…on est v…vi…
- Oui vivant, oui, mais pas pour longtemps si on ne s’bouge pas l’cul rapidement !
- Beuaaw c’est dégueu, j’en ai plein la bouche !
- Munch munch. Vous entendez pas un bruit ?
- Hmm, non pourquoi ?
- Mais ch’i écoutez.
- I..i…Il… Ils arrivent !

Tous tendent l’oreille. Oui, c’est ténu, mais ils entendent. Un frisson leur parcourt l’échine. Plus le temps de jouer, ils doivent se bouger et vite.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t15759-fiche-technique-de-gwnael
  • https://www.onepiece-requiem.net/t15512-
- Alors ?!
- Pas moyen d’allumer un feu, trop humide.

La troupe se presse. Le bruit de leurs assaillants se fait de plus en plus proche. Rester cacher aurait été une option sans le blessé. Ils courent tant bien que mal, sautent par-dessus un tronc mort. Plus vite. Max trébuche, la tête la première dans la vase. Elle se relève, pas le temps de prêter attention à l’entaille qu’elle vient de se faire au bras.

- Aïe ! Qui a laissé tomber un %@!~° de sabre à cet endroit !?

- Un sab… Par ici !

Un sabre. Le lieu de l’affrontement. C’était elle qui avait trouvé le lieu de la première attaque. S’ils suivent ce chemin. Voilà, parfait. Le campement des disparus. Ils ne sont plus très loin. Tous se figent. Comment ont-ils pu les contourner ? Une autre meute ?

Surgi de derrière un arbre, eux. La meute se stoppe un instant. Un instant qui leur semble une éternité. Que faire ? Derrière eux le son se rapproche. Ils sont encerclés.

- Prends-le ! Bougez-vous les oreilles !


Tous savent ce qui va suivre, mais est-ce que ce sera suffisant ? Mattew inspire, inspire, inspire. Tous se crispent à l’arrivée de ce qui va suivre.

- aaaAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH !!!


Tous ont plongé sous la vase pour éviter le maximum de dégâts. Une partie de l’écorce des arbres les plus proches se décroche après cette bombe sonore. La meute se disperse, désorientée. Certains individus sont tombés, mais cette diversion ne durera pas longtemps. Mattew aide ses camarades à se relever. Le temps presse. Fuir. Mais trop tard. Un véritable écran se reforme autour d’eux. Ils sont encerclés.

Forcer le passage semble compliqué, mais ils n’ont pas le choix. Mattew à l’avant. Pas la peine de compter sur un nouvel a capella, le premier lui ayant coûté une belle extinction de voix. Il ouvre les bras. Certains fondent sur lui. Il abat les mains l’une contre l’autre. Les vibrations sont puissantes, moins que sa dernière performance, mais suffisantes pour faire reculer leurs assaillants. Pas assez longtemps. Il recommence. Le cercle se referme petit à petit. Tous se préparent.

- Ils ont l’air agités.
- Génial et on fait quoi maintenant ?!
- Nan, mais… ils…ils fuient.
- Qu…
- Ils fuient ! Ils se dispersent !
- G..G..G
- Gwany !
- où est-ce que tu étais tout ce temps caporal ! c’est quoi ces trucs ?!
- Ça les repousse. Ça ne va pas tenir longtemps, on devrait…
- Par ici !

Sans se faire prier, le groupe se remet à courir sans interruption jusqu’au bateau.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t15759-fiche-technique-de-gwnael
  • https://www.onepiece-requiem.net/t15512-
Même éloigné de la meute, il sent. Il sent l’odeur de ses proies, l’odeur du sang. Il s’approche, tapi derrière les arbres. Il se rapproche le plus silencieusement du monde. Ils ne l’ont pas vu. Il est trop tard pour eux maintenant… Il bondit à la nuque du plus proche, le sang coule à flots.

PAF.

- Foutu moustique !
- Un véritable fléau en cette saison.
- P..P.. Plus jamais.
- Rho allez c’était marrant. Le blessé va s’en sortir, on est vivant et puis j’ai ça héhé.
- Comment vous en êtes-vous débarrassé ?
- Avec ceci.
- Tu rigoles j’espère. Tu ? On, tu veux dire ! Tout ce qui est dans ce foutu coffre, on le partage !
- Ooh, la plante tue moustique. Très prospère elle aussi en cette période de l’année.
- L’odeur était tout autour du village sans que j’arrive à mettre le nez dessus. C’est quand on les a vu que j’ai fait la relation.
- Quoi ?! C’est toi qui voulais le jeté je te rappelle !
- Ce n’est pourtant pas une plante très connue, du moins sous cette forme. Les gens ne font que rarement le rapport avec l’insecticide.
- Torino. J’ai beaucoup appris là-bas.
- C’est justement parce que tu ne l’as pas lâché et que tu n’as pas aidé que tu nous dois bien ça ! Caporal !
- Gwany !
- Okok. Que diriez-vous de l’ouvrir dans un premier temps ?
- tss.
- pff.

Gwany sourit. La tranquillité d’après mission. La mer est calme pour le moment. Il observe Mattew se rouler par terre. Les mines déconfites de leurs deux camarades en ouvrant le coffre auraient eu de quoi dérider le Major.

- Il reste encore un peu de crocodile ?
  • https://www.onepiece-requiem.net/t15759-fiche-technique-de-gwnael
  • https://www.onepiece-requiem.net/t15512-