Le Deal du moment : -67%
Carte Fnac+ à 4,99€ au lieu de 14,99€ ...
Voir le deal
4.99 €

The Hitlist : Wizard Edition

-Il parait qu'il y a une sorcière dans cette ville?

Un jeune homme aux cheveux indigo venait de s'avancer. Il venait de la mer, mais ne ressemblait pas réellement à un marin.

-Qu'est ce qui vous fait demander ça?, lui répondit Bob Fisher, l'un des dockers du port.
-Je suis moi même magicien, et... j'ai beaucoup entendu parler d'elle. J'aurais aimé la voir. Je suis venu juste pour ça. Vous pourriez m'indiquer?

Ce faisant, le marin déboursa une belle liasse de billets de sa veste. Cent mille berries. Une somme intéressante, pour une banale information.

-Je sais pas, continua le portuaire. Qu'est ce que vous lui voulez?

Réponse intéressante, jugea l'inconnu. S'il ne répondait pas facilement, c'était que cet homme connaissait la sorcière. Tout le monde la connaissait, ici. Affichant avec sincérité un merveilleux sourire, l'étranger poursuivi:

-Comme je viens de vous dire, je suis un magicien. Et j'aimerais rencontrer... découvrir... échanger... et jauger cette consoeur. S'il vous plait, mon ami. Dîtes moi où elle se trouve.
-...
-Difficile à convaincre? Allons donc. Dans ce cas... je vais vous faire un tour. Et si vous estimez que ça en vaut la peine, vous prendrez mes berries... et me direz où elle se trouve. Deal?
  • https://www.onepiece-requiem.net/t9650-sig-peluche
  • https://www.onepiece-requiem.net/t9504-sig

Il se prénommait Harleigh Raith, et vivait d'aventure. Et des aventures, il en avait déjà vécu plein. Depuis tout petit, il rêvait de voyages fantastiques, de découvertes incroyables, de merveilles resplendissantes, de mystères intangibles. C'était tout naturellement ce qui l'avait conduit à se faire tour à tour marin, puis marine, puis chasseur de primes, puis pirate. Le premier pour voguer, découvrir du pays. Le second pour l'aventure, le danger, la mission. Le troisième pour l'indépendance, la liberté. Et enfin, le drapeau noir pour la camaraderie, et la joie de paraître auprès de personnes de la même trempe que lui: fier et sauvage, indompté, respectant ses principes. Harleigh avait déjà vécu un lot d'aventures dépassant de loin le commun de sa tranche d'âge, mais ne s'arrêterait pas là. Pas en si bon chemin. Pas après avoir rencontré de si beaux compagnons. Ce qui était bien étrange, d'ailleurs. Son nouvel équipage, les Emblem, était constitué d'une formidable bande de personnes d'un très grand intérêt, qui lui paraissaient tous d'un physique très avenant. Comme si, peut être, l'un allait avec l'autre, finalement. Comme si les personnes de valeur et de bien dans leurs peau étaient fondamentalement belles, et rayonnaient avec force au point d'attirer leurs semblables.

Mais tout ça n'avait rien à voir avec ce qui se passait aujourd'hui. Car aujourd'hui, Harleigh Raith était venu seul sur Luvneel, à la recherche d'une personne qui pourrait, peut être, l'aider à devenir plus qu'il n'était. Pendant bien longtemps, le marin avait été sabreur, et c'était encore à ce jour sous cette nomenclature qu'on le considérait, où qu'il aille.

Pourtant, Harleigh avait développé d'autres talents. La magie, la chimie, et les flammes. Il se considérait de plus en plus comme un Ensorcelleur, et même s'il n'osait pas encore le clamer haut et fort, ses formules, ses mixtures, ses artifices, ses tours de force devenaient tout aussi dangereux que l'acier de sa lame. En avaient le potentiel. Malheureusement, il se sentait bien seul. Les autres catégories de "marins aventuriers" avaient tous des modèles par centaines vers lesquels se tourner pour prendre de l'inspiration. On en trouvait à toutes les époques, à tous les niveaux, et à des degrés de célébrités divers. Qu'ils soient sabreurs, lutteurs, assassins, médecins, ingénieurs, charpentiers, archéologues, tireurs d'élite, musiciens, navigateurs, cuisiniers. N'importe quel poste d'apparence si triviale, ennuyeuse, inutile ou banale devenait flamboyant. Même les météorologues passaient pour des génies spectaculaires : leurs talents d'anticipation frisaient le surnaturel, et ils parvenaient même à influencer le climat et la mer dans des proportions impossibles.

Mais les vrais magiciens, les mystiques, les oracles, les sorciers, n'avaient pas le vent en poupe. Ils avaient toujours existé. Et toujours, les pouvoirs du haki, des fruits démoniaques, avaient permis à d'innombrables personnes de singer leurs talents exclusifs.

Forcément, Harleigh trouvait tout ça injuste, rabaissé dans son état d'ensorcelleur. Ça n'était pas normal, que les autres puissent tricher pour copier leurs atouts. Mais d'un autre coté, c'était valorisant. C'était très gratifiant. Il se sentait unique, ou presque. Membre par choix d'une classe impopulaire, s'exerçant à des arts inconnus des grandes masses, peu prisés des classiques. De là à se considérer comme partie d'une élite, il n'y avait qu'un pas... que son mental avait sauté avec fierté il y a bien longtemps.

Il avait des projets. Il avait une longue vie. Il avait de l'énergie. Il les mènerait à bien. Et redorer le blason des magiciens en faisait évidemment partie.

Mais pour ça, il ne devait pas être seul.

Il lui fallait de l'aide. Il devrait convertir. Prêcher en faveur de son art. Se trouver des confrères.

Pendant longtemps, il avait exhorté des personnes de son entourage d'essayer la magie. Rarement avec succès. Seulement de bonnes surprises là où il ne les attendait pas. Alors, il avait décidé de changer son approche. Ce qu'il devrait faire, c'était être célèbre. Être une vitrine pour la classe qu'il voulait représenter. Servir d'exemple au monde. Et pourquoi pas, relever des défis.

Devenir un défi.

De la même manière que des centaines de milliers de sabreurs se comparaient, de manière consciente ou non, chaque jour sur la planète, Harleigh souhaitait développer une émulation saine et constructive parmi les pratiquants de son art. De ses arts. La magie, l'usage de techniques surnaturelles, contenait autant de branches qu'on trouvait d'écoles d'arts martiaux, de types d'armes différentes.

Ce qui intéressait maintenant Raith, c'était de confronter toutes ces branches. De les faire vivre et mourir, de les rendre visibles, de grandir leur histoire, d'amplifier leurs progrès.

Des sabreurs consacraient toute leur vie à devenir le meilleur. Les magiciens pouvaient en faire autant.

Les magiciens pouvaient aussi surpasser les sabreurs. Facilement, même. Harleigh était convaincu de la supériorité de ses atouts sur les autres. Comme tout le monde.

Mais comme il le disait bien souvent, il devait procéder par étape. À ce jour, la sorcière la plus réputée de la planète était vraisemblablement Elise, ancienne lieutenante et bras droit de Toreshky, désormais disparue sur Grandline. Inaccessible avec ses moyens du moment. Il en allait de même pour les sorcières de Dressrosa, implantées sur le nouveau monde. À plus petite échelle par contre, il pouvait déjà s'intéresser à cette mer, et à ce pays. À faire d'une pierre deux coups. La magicienne la plus célèbre de North Blue était aussi celle qui avait établi son fief sur Luvneel, le plus grand royaume de cette bleue. Et contrairement à beaucoup d'autres pratiquants des arts occultes, elle n'était ni recluse, ni difficile à approcher. C'était d'ailleurs pour ça qu'elle était si connue. Elle se mêlait à tous, et vivait normalement.

Cette femme se nommait Evangeline Haylor, et faisait régulièrement parler d'elle au sein de la ville de Norland, la plus grande cité portuaire de Luvneel.

Et aujourd'hui, Harleigh était tout spécialement venu pour lui demander de l'aide.

Ce qui le poussa tout naturellement à camper devant le domicile de la jeune femme, un bouquet de fleurs et une boîte de chocolats dans chaque main.

Il voulait soigner son entrée, hein.

Voir plus si affinités. De ce qu'il avait pu voir comme photos de sa consoeur, elle n'était pas si mal.






Dernière édition par Evangeline T. Haylor le Sam 11 Fév 2017 - 9:40, édité 1 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t9650-sig-peluche
  • https://www.onepiece-requiem.net/t9504-sig
-Euh... vous voudriez qu'Haylor fasse quoi?, demanda Dogaku.

Une étrange journée pour Sigurd. Comme chaque matin, il avait gagné les locaux grandissants d'HSBC pour mener son affaire ; rien de nouveau dans sa vie. Il avait dû condenser quelques rendez-vous dans la matinée, mais avait réussi à déléguer l'essentiel de ses tâches à des hommes de confiance. Plus compétents que lui pour tout ce qui relève de la technique, et grassement rétribués en conséquence, d'autant plus que Dogaku accordait une très grande valeur à son temps libre. Mais même ainsi, il y avait encore un certain nombre de missions dont il était seul à pouvoir s'occuper, et ces corvées accaparaient facilement tout son temps. À l'inverse, il y avait certaines tâches qu'Haylor seule pouvait assumer, et la jeune femme était connue pour aimer accomplir par elle même absolument tout ce qu'elle avait à faire. C'était une vraie machine de guerre, plus efficace à elle seule qu'une troupe d'administrateurs d'un ministère militaire.

Et là, on lui avait expliqué que sa partenaire était absente. Pas en déplacement, pas en rendez vous, pas malade et alitée. Tout simplement absente. Et que ce serait à lui d'expliciter à l'un de leurs clients du jour pourquoi l'investissement ambitieux qu'il avait planifié était une terrible idée, par exemple. Une histoire de cours de la tulipe et de graines de fleurs et de bulle spéculative et de plein d'autres sujets auxquels il ne comprenait rien. L'échéance approchait, lui venait d'arriver dans le hall du bâtiment.

Alors, bien lâchement, Sigurd s'excusa en refilant le problème à l'un de ses subordonnés. Le concerné n'envisagea même pas de broncher, parce que oui: il était bien assez payé pour ça.

De son coté, le jeune homme s'empressa de chercher activement sa partenaire: une absence imprévue était rarement bon signe. Il écuma la ville, et usa de son Denden pour aller aux nouvelles, progressivement gagné par l'inquiétude.

Tout ça pour finalement découvrir que la miss avait passé la matinée à s'entretenir avec un charmant inconnu dans l'un des salons les plus cossus de la cité -c'était elle qui payait- et qu'elle avait été absorbée par sa discussion au point d'en oublier le temps et son escargophone, réduit au silence pour l'étrange occasion. Ca n'arrivait pratiquement jamais. Ce n'est que sur un coup d'intuition, et à force de connaître les habitudes de son amie, que Sigurd l'avait rapidement retrouvée. Ne restait plus qu'à se faire expliquer le pourquoi de la présence de cet homme qui aurait parfaitement pu être un pirate vu sa situation. Son costume, son attitude, son allure et ses manières, tout sentait bien fort la mer et avait quelque chose de trop flamboyant et d'assuré pour être bien honnête.

Mais de tout, pirate ou pas, il n'avait pas besoin de ça. Cet homme était beaucoup trop beau garçon à son goût, et surtout, il souriait beaucoup trop à Haylor pour pouvoir être honnête. Et elle riait beaucoup trop pour qu'il accepte ça. Quant aux fleurs et aux chocolats qu'il lui avait visiblement offerts... l'ensemble parachevait de l'agacer profondément. Il avança en piétinant à grand pas vers le duo, qui lui fit l'affront d'être trop absorbé par sa discussion pour se rendre compte de sa présence. Jusqu'à ce qu'il se plante brutalement devant leur table.

Et là, le blondinet adressa un regard effrayant à Harleigh.

-Vous pouvez m'expliquer?
-Eh bien en fait...
-Pas à vous que je parle, grinça Dogaku à l'adresse du pirate. Haylor, à quoi est-ce que vous jouez?
-Écoutez le lui, Sigurd.
-Nan.
-S'il vous plait?
-Nan, haussa-t-il.
-..?
-Désolé, j'ai du mal à être sympa et bonhomme quand je vous vois recevoir des chocos et des fleurs d'un charmant inconnu.
-Ouh... oh.
-Et pas qu'un peu: personne ne m'offre de fleurs ou de chocos, à moi. C'est pas juste.

Il avait beau faire l'âne, la voix de Sigurd ne pu s'empêcher de fallir légèrement en prononçant ces dernières phrases. Elle le regarda d'un air hésitant, comprenant bien sa gêne sans savoir quoi répondre. Lui asséner qu'il était complètement stupide serait un bon début, mais il le prendrait mal. Il le prenait déjà mal. Elle devait bien essayer de le recadrer, pourtant:

-Asseyez vous avec nous.
-Je suis très bien debout.
-Et moi je... s'il vous p... prhooo. Je vous présente Harleigh, dit elle en se levant vers Sigurd pour lui prendre la main. C'est un ensorceleur. Ou un malade comme moi, si vous voulez prendre les choses comme ça. C'est notre point commun. Et à partir de là, Harleigh a voulu me rencontrer précisément pour ça. Nous parlions sorcellerie.
-Parce que vous avez le même trip?
-Non. Parce qu'Evangeline est la plus célèbre sorcière de tout Luvneel, corrigea le concerné. De tout North Blue, d'ailleurs. Forcément, ça attire les autres qui sont dans le domaine.
-Mmmh... et c'est surtout la seule, nan?, objecta Dogaku.
-Bien sûr que non, retoqua le pirate. Vous ne pensez pas vraiment qu'il ne peut y avoir qu'une seule magicienne sur tout North Blue?
-Beeen... haha j'ai l'impression de m'entendre, là. Vous voulez dire qu'il y a d'autres folles furieuses ou gros malades qui se prennent pour des sorciers parce qu'ils jonglent avec des boules de feu à tout instant?

Pour toute réponse, Harleigh se contenta précisément de faire apparaître un globe incandescent dans sa paume gauche. Globe qui disparu instantanément, alors même qu'une des barmaids lui adressait un regard lourd de réprobations. Pas de boules de feu dans cet établissement: c'était écrit dans le règlement, non loin de l'entrée. A cause d'Evangeline.

-Mmmmmngh... okay. Vous êtes aussi un fou furieux. Il y en a d'autres?, demanda Sigurd.
-Suffisamment. Mais tous vivotent dans leur coin sans se fédérer ou faire quoi que ce soit de tangible. Il y a bien quelques échanges à l'occasion, quelques rencontres ou des combats, mais c'est exceptionnel. Et c'est vraiment dommage.
-Ah?
-Absolument. En fait...

Alors, Harleigh prit le temps de lui résumer le discours qu'il avait tenu et affiné pendant deux longues heures à Haylor. La passion qu'il avait pour son art, l'ambition qu'il avait pour la diffusion de cette discipline. Les projets qu'il avait pour la rendre visible. L'aide dont il avait besoin pour réaliser ses rêves.

Un grand n'importe quoi pour quiconque n'aurait pas d'affinité particulière avec le monde de la magie. Et Sigurd rentrait dans cette catégorie. Il n'en avait strictement rien à faire de toute ça. C'était un hobby que sa partenaire affectionnait particulièrement, et il était ravi de voir qu'elle s'y plaisait beaucoup, mais ça en restait là.

Dans d'autres circonstances, il aurait souhaité bonne chance au doux-dingue sans vraiment s'attarder. Compte tenu de ses mauvaises dispositions, par contre... il décida de rester.

Il n'en avait peut être rien à faire, mais laisser Haylor seule avec un type pareil...

Sûrement pas, broncha-t-il en piochant dans la boite de chocolats, l'air mauvais.


Dernière édition par Evangeline T. Haylor le Sam 11 Fév 2017 - 16:04, édité 5 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t9650-sig-peluche
  • https://www.onepiece-requiem.net/t9504-sig
[justify]Mais suite à l'arrivée de Sigurd, la discussion ne dura pas beaucoup plus longtemps. Avec ce spectateur intrusif et maussade pour assister à leurs débats, Harleigh sentait l'échange perdre beaucoup de sa qualité, et se rappela bien vite avoir d'autres courses à faire pour prendre congé d'eux. Non sans avoir obtenu de quoi recontacter sa consoeur dans les jours à venir. Le blondinet n'avait rien dit, mais la façon dont il jouait avec son verre en le tapant de ses phalanges montrait ce qu'il pensait de tout ça.

-Vous n'étiez pas obligé d'être aussi désagréable tout du long, surtout.
-Si.
-Non.
-Siiiiiiiiiiiiiiiiiii.
-N... vous êtes toujours jaloux.
-Oui. Et comme c'est un de nos sujets préférés pour bien se faire la gueule, je vous propose qu'on laisse tomber l'affaire et que j'aille mijoter dans mon coin. Ou que j'me rende utile et que je me remette au boulot, tiens. Et désolé d'avoir cru qu'il vous était peut être arrivé un truc et de vous avoir cherché partout surtout, hein.
-Mais je ne... Sigurd?

Trop tard. Il ne s'arrêta pas. Elle l'appela plus fort, et il se retourna, mais lui leva la main en signe de refus. Plus tard, lui fit-il. Ce qui la fit grincer : c'était bien gentil de se poser en victime et de s'en retourner avant qu'elle ne réponde, mais franchement...

Elle n'était pas d'humeur.

Aussi décida-t-elle de s'en retourner à ses affaires pour se noyer dans le travail, et tant pis pour le reste. Ca lui épongerait les idées. Encore que... sûrement pas. Elle trouvait ça injuste. Pour une fois qu'elle décidait de n'en faire qu'à sa tête plutôt que d'être irréprochable -et elle était l'illustration parfaite du terme irréprochable- il fallait que l'on vienne l'interrompre et la rappeler à ses obligations. Ca n'était pas comme si elle avait fait ça sur un simple coup de tête, pourtant. Un autre magicien qui venait la chercher, c'était bien assez rare pour qu'elle puisse se le permettre. Lui aussi, il pouvait jongler avec des boules de feu. Et le pire de tout ça... que Sigurd s'en offusque... c'était insupportable. Il était le premier à vagabonder au hasard de ses lubies pour échapper au travail. Il était la pire personne pour venir lui reprocher quoi que ce soit. Et il partait comme ça.

Haylor. Au boulot. Ne pas parler magie.

Elle pouvait bien parler avec qui elle voulait, bon sang. Et s'il était assez paranoïaque pour se croire menacé par le premier bellâtre venu, eh bien tant pis pour lui. Qu'il mijote dans son jus, oui. Elle savait ce qu'elle voulait. A la longue, il devenait impossible.

-Je crois qu'il va me falloir autre chose, finalement...

Dans les rues de Norland, elle vira sur sa gauche, se détournant de la vue de leurs bureaux pour aller faire autre chose. Tant pis pour HSBC, elle n'était définitivement pas d'humeur pour tout ça. Au lieu de ça, elle emprunta une longue avenue marchande, hébergée au sein d'une galerie couverte. C'était une succession de passages agréablement aménagés dans une ancienne halle marchande, plus récemment revigorée à grands renforts de plantes pour un ensemble qui donnait l'impression de se promener dans un jardin mis sous serre. Dans ces allées, les étals étaient essentiellement occupés par des marchands itinérants, en provenance de toutes les terres civilisées du monde. Ils exposaient leurs marchandises exotiques devant leurs visiteurs, pour beaucoup de simples flaneurs. Ca n'était pas pour rien, que Luvneel était le plus grand et le plus riche pays de North Blue, et que Norland en était le port principal. Ici, on trouvait pratiquement de tout, peu importe ce qu'on cherche. Ou du moins, on le trouvait au moins une fois par an, vu le nombre de marchands qui transitaient par là. Ce quartier était l'emplacement privilégié pour acheter des produits exotiques ou importés. Et comme les produits vendus là tournaient régulièrement, les curieux et les connaisseurs revenaient très souvent. Au final, ces galeries de plein air étaient toujours animées, à toute heure du jour. On appelait cet endroit les Allées de Reverse, en référence au fait que les exposants originaires de Grandline et du nouveau monde s'installaient presque systématiquement ici.

Outre les plantes suspendues aux plafonds et les lierres qui égayaient les murs, quelques cascades et des bassins discrets agrémentaient l'ensemble. C'était vraiment un endroit fait pour être plaisant. Autre point appréciable, la "population" des galeries étaient on ne peut plus recommandable. Les forces de l'ordre prenaient soin d'intercepter tous les fauteurs de troubles potentiels avant même qu'ils ne passent les portiques fleuris de ces allées.

Et surtout, l'architecture était assez bien pensée pour que tous puissent circuler correctement même en période d'affluence. Haylor se promena quelques minutes dans les passages, déjà assez peuplée en cette fin de matinée -des travailleurs qui faisaient des emplettes sur leur pause du midi- et s'attarda devant les vitrines de plusieurs bijoutiers et tailleurs. Maintenant qu'elle était riche, elle pouvait se le permettre. Ca n'était toutefois pas pour faire ça qu'elle était venue ici. En bonne habitane de la ville, elle connaissait ses adresses favorites. Et en très bonne sorcière, elle avait réussi à dénicher un paradis de l'occulte dans cette très grande ville. Car ce qu'elle venait chercher, c'était...

-Aaaaah! Miss Haylor. C'est toujours un honneur de vous accueillir parmi nous. Le maître vous attendait, entrez donc.

https://2img.net/r/hpimg15/pics/515142df9d8bafce2d2e732472d94f9c658f16.jpg

L'Odyssée Thaumathurge. Une maison réputée de Norland, qui versait dans un milieu très précis : le surnaturel. La boutique était tenue par Arnaud de Vallancier, un ancien chevalier de la couronne de Luvneel qui s'était illustré au cours de plusieurs campagnes d'escarmouches menées contre des bandes de pirates il y a dix ans de ça. De ce qu'elle avait compris, il avait également participé à plusieurs expéditions à destination de l'équateur et notamment du nouveau monde. Tout ça jusqu'à ce qu'il décide de se retirer d'une vie d'aventures, et ne s'établisse sur Norland. Aujourd'hui, il disposait d'un manoir situé dans la frange est de la ville, tourné vers l'intérieur des terres. Le bâtiment lui avait été offert en cadeau par un ministre de l'époque, en complément de son titre et d'une rente confortable pour passer sa retraite. Vallancier aurait pu finir le reste de ses jours sans tenir cette boutique, mais...

-Il ne va pas tarder. Je vous sers quelque chose?
-Un thé serait le bienvenu. Bergamote, si possible.

Evangeline prit place dans le fauteuil que lui désigna Jonas, le jeune assistant de Vallancier. Un confortable ensemble de soie et de broderies élégantes, et une place qui lui permettait de contempler la magnifique collection d'articles occultes rassemblés dans cette galerie d'art un brin particulière.

Il y avait des livres, pour la plupart des traités et des manuels détaillant des pratiques plus ou moins avancées dans le milieu de l'impossible. Ces ouvrages étaient avantageusement présentés sur des bibliothèques réparties dans les diverses pièces de la boutique. Et d'autres, plus rares, plus anciens, plus précieux ou tout simplement plus dangereux, se retrouvaient exposés sous des coffres de verre vers le fond de la boutique. Plus loin, une petite exposition d'objets maudits - on retrouvait des sabres, dont un meitou dans le lot - était exposée sur une estrade au milieu d'une des salles. Ici, un aquarium qu'elle n'avait jamais vu servait de lieu de vie à des poissons d'un genre impossible. Ils irradiaient d'une douce leur rougeoyante, et évoquaient l'étrange croisement entre un oiseau de proie et un poisson rouge. Ailleurs, des petites piles de métaux réduits en poussière figuraient dans des tubes ; ils étaient destinés à des recettes d'alchimistes. Ici, c'était des coquillages magiques, qu'on appelait généralement des dials quand on ne s'appelait pas Evangeline Haylor. Et à coté, un étrange pendule aux propriétés magnétiques qui réinventait le mouvement perpétuel.

Forcément, cet endroit était rempli d'articles fascinants. Un trait qui était partagé par le propriétaire... et par sa clientèle.



Lui aussi, il avait des passions exotiques. La magie, tout comme elle. Comme beaucoup d'aventuriers de grandline, Arnaud avait découvert quantités de merveilles au cours de ses périples, et son évermeillement face à tous ces mystères n'avait cessé de l'animer tout au long de sa vie. Il appelait ça l'occulte, pour sa part. Dans ce terme, on pouvait englober pèle mèle tout ce qui n'avait rien de normal dans une vie ordinaire. Fruits du démon, artefacts antiques, talents d'hypnoses, armes maudites, arts martiaux mystifiés, animaux fantastiques, pouvoirs de magnétisme, et beaucoup plus encore. Tout ça le fascinait. De sorte que désormais, le cinquantenaire bien portant consacrait son temps libre à sa plus grande passion. Il fait l'acquisition de plusieurs échoppes juxtaposées et fait rebatir l'ensemble en un mélange d'echoppe éclectique et de galerie d'art qui n'avait quasiment pas de semblable dans tout le pays. C'était un marché de niche. C'était un spécialiste. Il n'avait qu'une poignée de clients réguliers, et à peine plus de visiteurs assez curieux pour passer le pas de sa porte. Malgré tout, il avait réussi à se faire une réputation dans le milieu, de sorte que les voyageurs de passage dans la ville finissaient par être ramenés vers lui lorsqu'ils avaient besoin de services... un peu particuliers.

Haylor, par exemple, recourrait systématiquement à ses services pour prendre soin de ses coquillages des îles célestes. Elle les entretenait au quotidien, mais les confiait une fois par mois aux soins de Vallancier. De même, c'était lui qui lui assurait un réapprovisionnement régulier en nuages d'îles célestes - ses milky dials en avaient grand besoin, vu l'usage qu'elle en faisait. Il partageait aussi ses connaissances, et la jeune femme était avide d'en apprendre autant que possible sur ces choses.

-








Et bien plus tard dans là journée, dans les locaux d'HSBC...

-Euh... Monsieur Dogaku?
-Mmmmh?
-Il y a un homme qui demande à vous voir. Il se trouve à l'accueil.
-Mmh... on sait ce qu'il voudrait?
-Il se présente comme un client. Il dit avoir un tournoi à organiser, et aimerait qu'HSBC se charge de l'événement.
-Un tournoi? Tiens, on a jamais fait ça encore. Ça pourrait être pas mal. Par contre j'm'y connais pas du tout, mais... remarque, peut être que Traban... ou Sauzer... ou Arno... ou même Furinyapa...
-Le révolutionnaire?
-J'commence à me dire que c'est un type très très décent avant d'être un révo. Et qu'on pourrait même le guérir de son horrible couleur marron révo avec un peu de temps.
-Je pense que c'est déjà le cas, en fait.
-Ah?, s'étonna Dogaku. Qu'est-ce qui vous fait dire ça?
-Vous ne connaissez pas son clan? L'histoire de ces Furinyapa?
-... parce qu'ils ont une histoire particulière?
-Je vous raconterai une autre fois. En attendant... Monsieur Raith vous attend.
-Oh, ouais. Oui oui, correct. Faut que j'y... vous avez dit quoi son nom?
-Monsieur Raith. Harleigh Raith.
-Oh.justify]
  • https://www.onepiece-requiem.net/t9650-sig-peluche
  • https://www.onepiece-requiem.net/t9504-sig